Version classiqueVersion mobile

Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Troisième partie. Filles, garçons et livres d’images : de la production à la réception

Contre-stéréotypes et développement de l’identité de genre

Impacts des lectures d’albums en maternelle

Séverine Ferrière et Christine Morin-Messabel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pratiques éducatives participant à la socialisation des enfants, garçons et filles, intéressent les recherches en sciences humaines et sociales depuis les années 1970, poussées par les mouvements féministes pour l’égalité fille/garçon et homme/femme1. Les travaux de Belotti, en 1974, ont souligné le poids et l’omniprésence de modèles masculins et féminins stéréotypés2, par l’intermédiaire de la sphère ludique, avec les jeux, les jouets, la littérature de jeunesse. Cromer et Turin résument les enjeux de socialisation diffusés par des supports comme la littérature de jeunesse, et la place de l’adulte dans le choix de ces supports : « Les albums sont la première lecture de jeunesse et les enfants garderont longtemps en mémoire leurs images, qu’ils auront longuement regardées. C’est pourquoi il revient aux adultes de décrypter les représentations des rapports entre les sexes que véhiculent ces histoires.3 ».

En parallèle, on observe, toujours dans les années 1970, un essor de cette «...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search