Version classiqueVersion mobile

Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Première partie. Les filles, les garçons et les autres

Vierge folle, vierge sage

La jeune fille maghrébine dans la littérature de jeunesse migrante : des figures tutélaires à l’engagement féministe

Anne Schneider

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Assia Djebar, racontant ses années de jeunesse à Alger, se décrit dans son roman autobiographique Nulle part dans la maison de mon père,1 comme une « adolescente musulmane à l’esprit pétri d’émois livresques, mais l’âme restée sous influence des tabous de [s]on éducation ». Le personnage de l’adolescente maghrébine est ainsi défini comme ambivalent, pris entre son imaginaire débordant et les réalités de son temps et de sa culture, en particulier de la culture musulmane.

Si l’héroïne féminine est peu représentée dans les romans algériens des années 1950, elle devient, dans les récits des années 1980, un personnage romanesque nouveau qui oscille entre désir d’émancipation et respect de la tradition. Portée par de nombreux auteurs féminins, comme Assia Djebar2, Farida Belghoul3, Nina Bouraoui4, Malika Mokkadem5, Maïssa Bey6, Leïla Sebbar7, Faïza Guène8, Jeanne Benameur9, l’héroïne féminine, bien qu’en proie à de nombreuses contradictions, revendique sa place dans la famille et dans la s...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search