Version classiqueVersion mobile

Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse (2)

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Partie III. Configurations du genre dans la littérature sérielle

La féminité (dés)apprivoisée : La mise en scène des genres dans la série du Trotzkopf du xixe siècle aux années folles

Martina Stemberger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lire le Trotzkopf au xxie siècle : approches d’un classique

[…] il devrait y avoir un temps dans la vie adulte, consacré à revisiter les lectures les plus importantes de la jeunesse. Si les livres sont restés les mêmes (mais eux aussi, ils changent […]), nous, nous sommes certainement changés, et la rencontre est un événement tout à fait nouveau.

Ainsi médite Italo Calvino sur ces classiques qui nous permettent de « comprendre qui nous sommes1 ». Dans ce sens, cet article, petit retour au pays littéraire de l’enfance-adolescence, explore la mise en scène des genres dans la série inaugurée par « le classique2 » de la littérature pour jeunes filles germanophones : Der Trotzkopf (Mauvaise Tête) par Emmy von Rhoden3, publié en 1885, paradigme de la Backfischliteratur, genre en pleine floraison dans la seconde moitié du xixe siècle, ciblé sur un public féminin de 12 à 17 ans4.

Le premier roman, Pensionsgeschichte5 prototypique, met en scène la domestication de l’héroïne – grandie, orphel...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search