Version classiqueVersion mobile

Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse (2)

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Partie I. Du côté des filles, d’hier à aujourd’hui

Un Cuore pour les garçons, un Cuore pour les filles dans l’Italie libérale (1886-1914)

Mariella Colin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Publié en 1886, Cuore d’Edmondo De Amicis est rapidement devenu le livre pour la jeunesse le plus célèbre de l’Italie libérale. Les contemporains de l’auteur le considérèrent comme le meilleur livre qu’on ait jamais écrit pour les enfants1 ; imposé par l’école, offert par les familles, il fut lu par des millions d’enfants des jeunes générations italiennes et pénétra dans les consciences en agissant comme « l’un des instruments les plus puissants d’unification culturelle nationale2 ».

C’est en mettant l’école au cœur de la narration que De Amicis s’était montré novateur. Mais l’univers diégétique de Cuore est essentiellement masculin : au centre du récit il y a une classe de garçons, leur maître est un homme ; les personnages qui se meuvent à l’école, dans la rue et d’autres lieux publics ou privés, sont du même sexe. Les présences féminines sont rares, et restent le plus souvent dans l’ombre ; en dehors des mères (et notamment de la mère du narrateur), on relève des figures secondair...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search