Version classiqueVersion mobile

La plume dans la plaie

 | 
Philippe Baudorre

D’autres écritures

Journalisme et histoire : Yves Courrière et la guerre d’Algérie

Marie-Chantal Praicheux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La guerre d’Algérie a trouvé son histoire », ainsi Les Lettres Françaises saluaient-elles en 1968 Les Fils de la Toussaint d’Yves Courrière. La critique en salua la conception, le recul, l’absence de passion (Le Monde et Le Nouvel Observateur), le foisonnement de l’information, la densité humaine donnée aux acteurs. Kessel le préfaça. Avec les 4 tomes suivants : Le Temps des léopards, en 1969, L’Heure des colonels en 1970, Les Feux du désespoir en 1971, les 3 200 pages de La Guerre d’Algérie1 sont marquées dès leurs titres et par l’histoire et par le roman. L’ensemble me paraît en outre mériter le double patronage (qui est en fait celui des épigraphes du tome I) de F. Mauriac : « Saint-Augustin, ce bougnoule »2 et L. S. Senghor : « La France qui dit si bien les routes droites et emprunte si souvent les chemins tortueux... »

Journaliste, Yves Courrière obtient le prix Albert Londres en 1966, après avoir couvert « les points chauds du monde depuis 1957 ». La Guerre d’Algérie est son ...

Auteur

Université de Franche-Comté

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search