Version classiqueVersion mobile

La plume dans la plaie

 | 
Philippe Baudorre

Les Écrivains dans la mêlée

Albert Camus et Mouloud Feraoun : une amitié qui résiste aux divergences politiques

Guy Pervillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Albert Camus et Mouloud Feraoun étaient deux hommes à première vue très différents. Albert Camus était à la fin de sa vie un homme célèbre, consacré par le prix Nobel de littérature en 1957, un écrivain et intellectuel complet aux multiples talents : journaliste, romancier, homme de théâtre, essayiste et philosophe (même si Jean-Jacques Brochier en a fait un « philosophe pour classes terminales », ce qui ne devrait pas être péjoratif), comparable par sa polyvalence à son rival Jean-Paul Sartre. Mouloud Feraoun était un écrivain de notoriété plus modeste, que son illustre compatriote kabyle Jean Amrouche avait d’abord dédaigné1, mais dont les trois romans publiés témoignent d’une progression constante dans la technique romanesque et dans la clarté de son engagement. Mais quelle que soit la valeur de son œuvre littéraire, il restera surtout dans les mémoires par son Journal 1955-19622, qui est le témoignage le plus riche, le plus sensible et le plus lucide sur la guerre d’Algérie vécu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search