Version classiqueVersion mobile

La plume dans la plaie

 | 
Philippe Baudorre

Les Écrivains dans la mêlée

Mauriac et l’« équivoque » algérienne 1958-1962

Malcolm Scott

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette brume que [le général de Gaulle] ne dissipe pas, recouvre-t-elle un dessein, mûri ou secret ? Sait-il où il va ?1

Nous voilà au début de cette période que des historiens ont baptisée « le temps des ambiguïtés »2. Ce 30 août 1958, François Mauriac exprime l’incertitude – la sienne, celle du pays, celle de deux pays – à l’égard de la stratégie, ou de l’absence de stratégie, de l’attentisme ou de la stratégie d’attentisme, de celui à qui il incombe désormais de résoudre le conflit algérien. Le mot « équivoque », pour désigner cette « brume » que de Gaulle ne dissipait pas, c’est Hubert Beuve-Méry qui l’a prononcé, peut-être le premier, quand il fait dire à son alter ego « Sirius », dans Le Monde du 26 septembre 1959, que « l’équivoque poussée à ce point devient insoutenable ». Mauriac reprend le même mot, même s’il attend, pour le faire, le moment où le projet gaullien commence à s’éclaircir. Le 31 janvier 1960, en pleine semaine des barricades, c’est-à-dire, au milieu de l’insurr...

Auteur

Université de St-Andrews - Écosse

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search