Version classiqueVersion mobile

La vie privée à l’heure des médias

 | 
Patrick Baudry
, 
Claude Sorbets
, 
André Vitalis

Quatrième partie. Liberté d’information et respect de la vie privée

La vie privée entre protection et exhibition

André Vitalis

Texte intégral

  • 1 Jean-Denis Bredin, « secret, transparence et démocratie », Pouvoirs, n° 97, 2001.

Au-delà de la facilité apportée par les moyens d’information, il existerait aujourd’hui un devoir de tout dire et de tout montrer. « Par l’image et par l’écrit, estime Jean-Denis Bredin, l’information est vécue comme un droit absolu, un implacable devoir auquel oblige le service du citoyen. »1 Ce devoir de transparence serait même en passe de devenir la vertu suprême, sinon l’unique vertu, dans des sociétés marquées par le déclin des religions, des passions nationales et des idéologies.

Dès sa reconnaissance, la liberté d’expression s’est vue pourtant assignée des limites. L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 mentionne ses abus éventuels. La loi de 1881 identifie des délits de presse tels que diffamation, injures ou provocations aux crimes et délits. Par la suite, devant les possibilités d’indiscrétion offertes par les technologies, spécialement informatiques, on s’est efforcé de mieux défendre les secrets de l’individu. Des normes protectrices ont été édictées et même si ses contours exacts restent toujours difficiles à définir, le droit à la vie privée a pris davantage de consistance. La liberté d’information doit désormais tenir compte et composer avec un droit dont la valeur démocratique s’est peu à peu imposée.

Le dévoilement des secrets les plus intimes de l’individu dans les médias, notamment à la télévision depuis le début des années 80 et maintenant sur Internet, contrarie manifestement l’effort de protection de la vie privée et peut en mettre en cause le bien-fondé. Surtout si l’on prend en considération le succès rencontré par les émissions et les sites les plus indiscrets. On se trouve devant une nouvelle forme d’expression qui bouscule les traditions et les pudeurs anciennes. Le privé a cessé d’être une zone obscure, interdite aux regards et aux investigations de toutes sortes. Comme le montre le succès récent de la télé-réalité, ce type de transparence rencontre incontestablement la faveur du public.

C’est ce double mouvement de protection et d’exhibition de la vie privée qui retient aujourd’hui l’attention et dont les dynamiques apparemment contradictoires appellent l’analyse.

Devant l’explosion de la communication, une protection accrue de la vie privée

  • 2 Sur ce point, Lynn Hunt, « Révolution française et vie privée » dans Ariès Philippe, Duby Georges ( (...)

Jusqu’à la déclaration universelle de 1948, les grands textes sur les droits de l’homme ne proclament pas un droit général à la vie privée. Pour les révolutionnaires français, le privé n’est jamais loin d’être assimilé au factieux et au vice. Rien de ce qui était particulier ne devait porter atteinte à la volonté générale de la nation nouvelle ; rien ne devait échapper à la transparence2. Avant la consécration d’un droit général, grâce à des dispositions parfois fort anciennes et à la vigilance du juge, seuls certains aspects de la vie privée sont protégés comme l’inviolabilité du domicile familial ou le secret des correspondances. Les procès en diffamation protégeaient également d’autres éléments mais la révélation d’un fait véridique n’était pas punissable. Le développement de la presse et des moyens d’information et la prise de conscience des dangers qu’ils représentaient, expliquent l’adoption de nouvelles mesures protectrices et d’un formalisme juridique plus strict. Chemin faisant, on s’aperçoit que loin d’être réservé à une minorité de privilégiés, le droit à la vie privée intéresse le plus grand nombre et constitue une garantie démocratique essentielle.

  • 3 François Rigaux, « Les paradoxes de la protection de la vie privée », La vie privée dans la société (...)
  • 4 Cf. sa contribution dans cet ouvrage.
  • 5 Alexandre Adler, « Généalogie de la vie privée », Courrier international, N° 474, décembre 1999.
  • 6 Sur ce point, Alain Corbin, « Le secret de l’individu » dans Ariès Philippe, Duby Georges (sous la (...)

À l’origine, l’intérêt d’une protection générale de la vie privée est reconnu dans le monde bourgeois anglo-saxon du XIXe siècle. En 1890, un article de la revue de droit de Harvard, réclame sous le titre « Le droit à la vie privée », le droit pour les personnages publics, « d’être laissés seuls » et plus précisément, de ne pas être importunés par les curiosités et les divulgations de la presse à sensation. « La privacy, constate le juriste François Rigaux, est une plante de culture bourgeoise (qui) était ignorée ou méprisée des cours et des milieux aristocratiques où les secrets les plus intimes se passaient de bouche à oreille ».3 Ce goût du secret, puritain et bourgeois, ne concerne pas toutes les classes de la population. La vie privée en question est en effet la vie privée des riches protégés par les murs dont ils s’entourent et qui ne souhaitent pas que leurs privilèges et leur art de vivre soient étalés sur la place publique. Le droit à la solitude qui est réclamé n’a guère de sens pour la très grande majorité des gens, à la recherche de moyens d’existence et aux conditions de vie précaires. Finalement, il s’agit de bénéficier d’un droit au retrait social afin de pouvoir jouir en toute tranquillité de l’aisance acquise. La privacy est l’expression juridique d’une pensée libérale du XIXe siècle qui surévalue le retrait dans l’intimité. Comme le rappelle opportunément Yves Lavoinne4, Benjamin Constant oppose les Anciens dont la vie était consacrée à la guerre et aux affaires publiques discutées sur l’agora, aux Modernes qui trouvent une plus grande expression dans les activités lucratives du commerce et de l’industrie et qu’il convient de « laisser faire ». Cette expression privée constitue dans les grands États, une compensation à une expression citoyenne réduite à la participation aux élections. Dans un régime représentatif, le politique est réservé à des spécialistes et à des professionnels. Aussi bien, estime Constant, « la liberté nous sera d’autant plus précieuse que l’exercice de nos droits politiques, nous laissera plus de temps à consacrer à nos intérêts privés ». Cette conception de la privacy comme retrait de l’individu est d’autant mieux accueillie qu’elle s’inscrit parfaitement à l’intérieur du dualisme politico-religieux occidental où l’espace du spirituel a sa propre autonomie par rapport à l’espace du politique5. L’affirmation de l’identité individuelle tout au long du XIXe siècle, « la découverte de soi par soi », seront facilitées par l’urbanisation et la multiplication des lieux d’intimité6.

  • 7 Titre d’un de ses livres publiés aux Editions du Seuil en 1979.
  • 8 Le complexe de narcisse, Paris, R. Laffont, 1980.

Les limites d’une telle conception sont très vite apparues. Bien que partie prenante de la pensée libérale, Tocqueville se montre inquiet des périls que ce repliement sur soi fait peser sur les libertés individuelles. Un régime despotique peut en effet naître et prospérer à partir d’un isolement des individus entre eux qui les tient éloignés des affaires communes. Ces premières craintes devaient être confirmées par la suite. Richard Sennet détecte dans les sociétés contemporaines, une « tyrannie de l’intimité »7 qui a eu raison de l’homme public et a fait perdre le sens de l’intérêt général. De son côté, Christopher Lasch montre les méfaits actuels du narcissisme et de la vénération de la personne8.

  • 9 Pour Jeremy Rifkin, nos existences sont désormais entre les mains des professionnels du marketing q (...)

Au progrès de techniques de communication indiscrètes, répond le progrès des mesures protectrices de la privacy. Surtout, l’ampleur de la menace qui touche cette fois le plus grand nombre, fait découvrir une nouvelle valeur de la vie privée. Il ne s’agit plus cette fois de mettre les nantis à l’abri d’une trop grande curiosité sociale, mais d’assurer à tous les individus, la préservation d’un minimum de secret afin de leur éviter les discriminations et manipulations sociales. La vie privée cesse d’être une valeur refuge pour devenir une garantie essentielle de l’égalité des droits dans la vie publique. La photographie permet de reconnaître les visages, le téléphone d’écouter les conversations, l’informatique de constituer des fichiers nominatifs, la carte à mémoire de connaître le lieu et la nature des transactions effectuées, la caméra d’enregistrer les allées et venues. Internet offre une très grande liberté d’expression mais constitue également le lieu de la plus grande transparence. Le réseau des réseaux bouscule les frontières privé / public et permet de collecter des données personnelles devenues une marchandise recherchée et convoitée9.

  • 10 Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961 et 1983.
  • 11 Ouvr. cité, p. 75.

Devant ces technologies envahissantes qui peuvent réduire à néant l’intimité, le droit constitue l’outil essentiel de protection de la personne. Après la reconnaissance en France en 1970, d’un droit général à la vie privée, une loi de 1978 suivie d’une directive européenne de 1995, pose des limites à l’indiscrétion informatique. Une loi de 1991 réglemente les écoutes téléphoniques. Une loi de 1995 encadre l’utilisation des caméras de vidéosurveillance. Une loi de 2000 interdit la publication de certaines images. Ce souci constant de préservation des secrets de la personne enrichit le droit à la vie privée de contenus nouveaux. Surtout, ce souci témoigne de l’importance attribuée à ce droit. Ce n’est plus en effet une minorité qui en bénéficie mais l’ensemble d’une population qui peut être traquée dans ses moindres faits et gestes. Ce n’est plus un luxe mais un préalable indispensable à l’exercice de droits égaux dans la sphère publique. Pour saisir toute la portée de cette réévaluation récente, la réflexion d’Hannah Arendt sur la condition de l’homme moderne10, est fort utile. Arendt considère qu’avec la société de masse administrée, la frontière entre le public et le privé se serait perdue. Or, elle juge cette frontière essentielle dans une démocratie même si naturellement il est difficile de comparer la démocratie directe de la Cité qui constitue sa référence avec la démocratie représentative des grands États actuels. Elle constate qu’outre une vie privée soumise dans ce cadre étroit à la plus grande transparence, l’avènement de la cité a conféré à l’homme une sorte de seconde vie, la vie politique. Le citoyen appartient à deux ordres d’existence avec une distinction très nette entre ce qui lui est propre et ce qui est commun. Dans le domaine public, où il n’existe ni commandement ni soumission, toute chose se décide par la parole et la persuasion. Dans le domaine privé, à l’inverse, c’est la force et la violence qui permettent de maîtriser le travail de la production et de la reproduction. La polis qui ne connaît que des égaux est le domaine de la liberté ; la famille où règne la plus rigoureuse inégalité, est le domaine de la nécessité. On ne peut envisager séparément l’un ou l’autre domaine. Il convient de dominer les contraintes de la vie pour accéder à la liberté du monde. « Le privé était comme l’autre face, sombre et cachée, du domaine public et si en étant politique on atteignait à la plus haute possibilité de l’existence humaine, en ne possédant pas de place à soi comme l’esclave, on cessait d’être humain »11. C’est cette nécessaire articulation entre les deux sphères, qui a empêché la polis de violer la vie privée des citoyens et qui la fit tenir pour sacrées les limites de leurs champs.

À l’heure actuelle, le droit à l’intimité a acquis la même valeur que des droits au fondement même de la démocratie comme la liberté d’information. Ainsi, dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, le respect de la vie privée et familiale (article 7) voisine avec la liberté d’expression et d’information (article 11). Cette dernière liberté considérée depuis toujours comme une exigence démocratique fondamentale, doit s’arrêter au mur de la vie privée. Entre deux libertés essentielles qui s’opposent, il n’y a pas de hiérarchie à établir et il convient de rechercher dans chaque cas, un juste équilibre. Certains estiment que la part trop belle faite à la défense de l’intimité, déséquilibre la situation. Ils se demandent si dans un proche avenir, on pourra toujours publier des biographies sur des personnes vivantes ou même disparues. De la même façon, la protection de l’image pourrait conduire à interdire la diffusion de certaines œuvres photographiques ou de publier le cliché d’un prévenu menotté. « Nous avons le sentiment que la presse a été flouée, déclare Alain Chastagnol, secrétaire général de l’association Presse-liberté, et que le balancier en faveur des droits individuels a été trop loin ».

Le dévoilement médiatique de l’intimité

Au moment même où est affirmé un droit général au respect de la vie privée, on s’aperçoit que les médias s’intéressent de plus en plus aux petites choses de la vie quotidienne et révèlent les aspects les plus secrets de l’individu. L’époque incite à rendre publique la scène de l’intime. Big Brother a cessé d’être le Grand Frère menaçant du roman d’Orwell pour devenir une émission de télé-réalité qui remporte un énorme succès. Le paradoxe est patent : la vie privée n’a jamais été aussi protégée qu’à notre époque et pourtant cette vie privée, par l’intermédiaire des médias, n’a jamais été aussi exposée au regard de tous. Ce dévoilement est vécu par certains comme un progrès et semble d’autant moins critiquable qu’il est fait avec le consentement et la participation active de l’individu.

La mise à nu d’un espace de pouvoir

  • 12 La guerre du faux, Paris, Grasset, 1985.

La sphère de la vie privée domine aujourd’hui dans les médias la sphère de la vie publique et apparaît comme un champ d’exploration illimité. Cet intérêt pour le privé qui est apparu depuis plus de vingt ans, permet de distinguer comme le fait Umberto Eco12, deux âges de la télévision, deux styles télévisuels : celui de l’archéo-télévision basé sur un modèle pédagogique qui privilégie le message et sélectionne les émetteurs et celui de la néo-télévision apparu dans les années 80, où la relation avec le public importe davantage que les contenus et où l’individu ordinaire est invité sur les plateaux. À l’intérieur de ce nouveau style de télévision né dans un contexte de grande concurrence entre les chaînes, plusieurs formules de mise en visibilité de l’individu se sont succédé. Les années 80, sont les années de la confession cathodique où ce qui jusqu’alors ne faisait l’objet que de confidences auprès des proches, s’expose au regard public et à celui de professionnels de la psychologie. Les années 90 voient naître une autre formule, celle des reality shows qui exposent pareillement les problèmes les plus personnels sur la scène médiatique mais avec cette fois une intention réparatrice plus affirmée. Avec les années 2000, on passe à la formule de la « télé-réalité » où cette fois, sans animateur ni paillette, des individus acceptent de vivre en permanence sous le regard des caméras. Cette dernière formule avait été précédée par la retransmission via le réseau Internet, d’images de personnes filmées en permanence par des caméras installées dans leur appartement.

Une vie privée traditionnellement secrète et opaque est désormais placée sous les projecteurs : la vie relationnelle et sexuelle des couples, les conflits et tensions familiaux, les comportements marginaux, les traumatismes consécutifs à des viols ou à des incestes, les souffrances et le mal-être, les problèmes de santé, les violences conjugales, les secrets d’alcôve, etc. Le plus intime a vocation à devenir le plus public. Il n’y a plus de place pour les secrets ; bien plus, c’est la légitimité même de ces secrets qui est mise en cause. On peut estimer en effet que cette transparence nouvelle brise le mur des faux-semblants et des mensonges et que cette transgression des frontières traditionnelles permet de mettre à nu un espace où les rapports de force et de pouvoir doivent être interrogés.

  • 13 Sur ce point, Michelle Perrot, « Figures et rôles dans la famille dans Ariès Philippe, Duby Georges (...)
  • 14 Les deux gouvernements. La famille et la cité, Paris, Gallimard, 2000.
  • 15 Ouvr. cité, p. 179.
  • 16 Cette pratique est rapportée par Le Monde du 8 mars 2000.

La séparation des sphères du domestique et du politique, de la famille et de la cité est aussi une séparation des gouvernements. Alors que le politique est soumis à des règles et à un minimum de transparence, le privé et le domestique sont restés à l’écart. Plus qu’aux commandements de l’amour, ils sont bien souvent soumis à la violence ordinaire. L’histoire regorge de pères tyranniques, de mères abusives, d’enfants maltraités, de domestiques exploités13. Introduire des règles et plus de transparence comme cela a été fait dans le monde politique ou réinscrire la famille et la conjugalité dans une représentation démocratique de la société, apparaît dès lors comme un progrès. La démocratie ne concerne pas que le politique mais doit être élargie à l’ensemble de l’univers privé. Geneviève Fraisse considère que la disjonction de l’espace politique et de l’espace domestique, théorisée par Rousseau, que le XIXe siècle devait mettre en pratique, a pénalisé les femmes expulsées de l’espace public et en même temps dominées par le mari dans l’espace qui leur est assigné14. « Il faut bousculer ce schéma estime-t-elle. La séparation, le partage se fait entre les deux moitiés de la république, entre les hommes et les femmes ; et ce, du point de vue de leur tâche à accomplir, de leur responsabilité. »15 L’arrivée des femmes en politique devrait permettre aux deux gouvernements de s’organiser ensemble et de désenclaver le domestique. Aussi bien, la visibilité nouvelle de la vie privée apportée par les médias va dans le bon sens. Elle permet de faire apparaître et de traquer les abus, les phénomènes de domination et de lever le voile d’ignorance. Ce sont les féministes américaines dites radicales qui portent les plus rudes coups à la notion de vie privée en réclamant toujours plus de transparence pour lutter contre les inégalités et les injustices. Elles militent également pour l’introduction de plus de droit dans la vie conjugale et amoureuse. Sur certains campus américains, des codes de conduite régissent les flirts et soumettent chaque étape de la séduction non plus à une simple approbation tacite du partenaire mais à son consentement explicite16.

La participation de l’individu à la publicisation de ses secrets

Dans le roman d’Orwell 1984, les gens vivent en permanence sous le regard inquisiteur de Big Brother et perçoivent comme une terrible oppression cette surveillance constante. Aujourd’hui, Big Brother est une émission de télévision produite dans 27 pays, qui connaît un grand succès en livrant en pâture au regard de tous, les moindres paroles, faits et gestes d’un groupe de personnes enfermées dans un lieu clos. La légitimité de cette exhibition est d’autant plus forte que les personnes qui vivent l’expérience sont consentantes et ont même été sélectionnées parmi des milliers de candidats. Cette participation des personnes au dévoilement de leur intimité s’observe également sur le réseau Internet qui transmet l’image des moindres détails de la vie quotidienne d’un internaute, grâce à des caméras qui le filme en permanence. De la même façon, la participation aux confessions cathodiques ou aux reality-shows, relève d’une démarche volontaire.

  • 17 La télévision de l’intimité, Le Seuil, 1996.
  • 18 « Big Brother » dans Le Monde diplomatique, juin 2001.
  • 19 Sur ce point, Albert du Roy, Le carnaval des hypocrites, Le Seuil, 1997.
  • 20 François Rigaux, ouvr. cité, p. 44.

Cette publicisation de l’intimité, particulièrement la dernière formule de la télé-réalité, étend le règne de la marchandise et témoigne d’un nouveau type de comportement. Les premières formules de télévision intimiste comportent comme l’a montré Dominique Melh, des gains symboliques pour les participants et dans certains cas, permettent de trouver des solutions ou d’alerter sur des problèmes17. Il n’en reste pas moins vrai que pour les chaînes, dans le contexte concurrentiel où sont nées ces émissions, l’important est d’attirer et de retenir le plus grand nombre devant les écrans. Quand la faveur du public vient à manquer, on abandonne bien vite les formules usées pour en rechercher de nouvelles. La vie privée devient une marchandise qui se vendra d’autant mieux que l’on saura la présenter sous les formes les plus provocatrices et extravagantes. Il est naturel que les bénéfices de cette marchandise soient partagés. Les agences de publicité qui utilisent les images de gens ordinaires, avaient découvert qu’en leur offrant une rémunération honnête, elles feraient l’économie de procès coûteux. La participation aux émissions de télé-réalité est loin d’être gratuite et peut être fortement valorisée par la suite. Ce type d’émission dont le film « Truman show » annonçait la venue, obéit à la logique essentiellement économique de l’audimat. Comme le note Ignacio Ramonet, « le système médiatique a frénétiquement besoin de célébrités. Il veut les produire à la chaîne... et les exploiter à chaud »18. Le droit à la vie privée qui, comme droit de la personnalité semblait devoir échapper à tout intérêt patrimonial, fait désormais l’objet de calculs et de transactions. Dès lors qu’un tiers tire profit de l’exploitation de l’intimité d’une personne, en suivant une stricte logique économique, il est normal que cette personne veuille également participer aux bénéfices. Des vedettes ou des personnages publics améliorent ainsi leur revenu en traînant devant les tribunaux, les publications coupables d’avoir révélé ce qu’elles montrent par ailleurs sans vergogne, dès lors qu’on les rémunère ou qu’elles peuvent assurer leur promotion19. Les attributs de la vie privée font ainsi l’objet d’une exploitation économique. « (Cette exploitation) patrimonialise un droit conçu à l’origine comme non patrimonial, et elle jette dans la circulation publique un bien qui n’avait au départ d’autre prix que celui de l’intimité. La cession à autrui du droit d’exploiter les attributs de la personnalité et, à plus forte raison, l’exploitation professionnelle de ceux-ci ont pour effet de les rendre publics, de les projeter dans la sphère publique. Patrimonialisation et publicisation vont ici de pair. »20

  • 21 La fatigue d’être soi, Odile Jacob, 1999, p. 14.

Au-delà de ces aspects économiques et patrimoniaux qui ne sauraient être oubliés, le grand déballage de l’intimité témoigne d’une évolution des mœurs et des comportements. Pour en comprendre toute la portée, il convient de resituer ces changements à l’intérieur d’un contexte social particulier qui, aussi bien dans l’entreprise que dans la vie quotidienne, majore l’initiative et l’autonomie individuelles. En quelques décennies, les anciennes disciplines qui organisaient la gestion de la vie quotidienne, ont progressivement cédé. L’individu doit désormais juger par lui-même et construire ses propres repères. Il n’y a plus de destin prédéterminé ; chacun doit inventer sa vie. « Nous sommes devenus de purs individus, analyse Alain Ehrenberg, au sens où aucune loi morale ni aucune tradition ne nous indiquent du dehors qui nous devons être et comment nous devons nous conduire... Le partage entre le permis et le défendu décline au profit d’un déchirement entre le possible et l’impossible. »21 La vie privée telle qu’elle était conçue traditionnellement, apparaît plus comme un enfermement que comme une liberté. C’est une vie de devoir et de destin où l’individualité est prise dans des normes strictes d’obéissance et où les conflits internes ne peuvent pas s’exprimer en dehors du cadre familial.

  • 22 Ego. Pour une sociologie de l’individu, Nathan, 2001, p. 95.
  • 23 Ouvr. cité, p. 236.

L’intimité s’expose aujourd’hui parce que cette conception ne correspond plus à la situation présente. L’exhibition permet de mettre à distance les catégories toutes faites, de faire référence à d’autres valeurs et d’explorer d’autres modes de vie. « Il n’y a plus de norme absolue du comportement sexuel, explique un sociologue spécialiste de la sexualité. On ne sait plus ce qui est bien ou mal. Voilà pourquoi on s’intéresse de plus en plus à ce que les autres font. On essaie de comprendre comment ils se débrouillent et de se fonder sur eux. » On peut ainsi comprendre la fascination presque maladive pour la vie privée de l’autre qui en s’exposant peut trouver en contrepartie, une forme de validation et de réassurance d’une identité incertaine. C’est ce qui explique pour Jean-Claude Kaufmann, le succès de la télé-réalité et le besoin d’expression du moi intime. Pour lui, ceux qui s’exposent au regard, tentent d’exister davantage et de voyager dans une identité plus large et composite. Quant aux voyeurs, ignorants des normes de conduites à adopter dans les différentes situations de la vie quotidienne, ils observent le plus finement possible le comportement d’autrui afin de pouvoir définir leur propre comportement. La séparation public / privé est totalement remise en cause. « L’univers de la vie privée et du quotidien est devenu une nouvelle frontière ouvrant sur des horizons sans fin. Alors que la planète terre découvre ses limites, la plongée analytique dans le monde intime n’en est qu’au début de ses explorations. »22 Les médias sont appelés à jouer un rôle central dans cette plongée. Ils doivent accompagner l’individu qui doit choisir dans l’immense laboratoire qu’est devenue la société. « [Ils] ont pour mission essentielle la diffusion du savoir et des techniques permettant le management de soi. »23

Nouvelle transparence, libertés individuelles et démocratie

La vie privée est soumise à l’heure actuelle à deux mouvements contradictoires de protection et d’exhibition. D’un côté, on observe des mesures juridiques et des dispositifs normatifs de plus en plus nombreux pour protéger une vie privée dont tous les sondages montrent qu’elle est pour la très grande majorité des gens, une valeur essentielle ; de l’autre, un nombre croissant d’individus dévoilent dans les médias, leurs secrets les plus intimes en suscitant l’intérêt d’une grande partie des téléspectateurs. On peut chercher à dépasser la contradiction, en estimant que l’on assiste à des recompositions et à des compromis nouveaux qui contribuent à redéfinir les contours de la vie privée. On peut penser à l’inverse, que l’exposition de l’intimité dans les médias et le succès qu’elle rencontre, fragilise et compromet gravement une protection de la vie privée en sursis.

  • 24 Secret et sociétés secrètes, Strasbourg, Circé, 1991.
  • 25 Sur ce point, Dominique Rabaté (dir), Dire le secret, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, (...)
  • 26 Voir le dernier livre de Jean Baudrillard, Télémorphoses, Paris, Sens & Tonka, 2001.

Pour le sociologue Georg Simmel24, la proportion de secrets dans une société est relativement constante. Il constate, qu’au début du XIXe siècle, la mise en pratique de l’idéal de transparence des Lumières s’est accompagné en Europe, d’une floraison sans précédent de sociétés secrètes. On comprend dans ces conditions, que des zones d’ombre subsistent dans une société qui refuse l’idée même de secret et où tout doit être dit et vu25. On y dévoile de plus en plus de choses, mais ces choses sont de moins en moins signifiantes26. Bien plus, la montée de la transparence suscite de nouvelles formes d’opacité. Cercle vicieux sans fin où le secret prolifère à mesure que l’on veut le chasser. Aussi bien, une sociologie de l’individu, ne voit pas de contradiction entre la valeur attribuée à la vie privée et son exhibition. On assisterait simplement à une re-formulation et à reformatage de l’intime. Dans le contexte d’une société d’initiative individuelle et de libération psychique, il est bon que tout puisse se dire et se montrer. L’individu peut être très attaché à la protection de son intimité et en même temps, la dévoiler en partie ou en totalité. C’est lui qui décide du moment et du lieu. C’est lui qui décide de ce qu’il veut garder secret et qui sera variable d’un individu à l’autre. Des choses jusque là tenues secrètes sont ainsi rendues publiques mais inversement, des choses qui faisaient à d’autres époques l’objet de toutes les attentions, parce que tues, acquièrent un autre statut. En toutes hypothèses, une zone restera inaccessible au regard d’autrui, celle du for intérieur, siège de la liberté de conscience. Ce type de dévoilement parce que volontaire doit être soigneusement distingué d’un dévoilement contraint qui lui, constitue une réelle menace pour les libertés individuelles.

  • 27 Reg Whitaker, The end of privacy, Nex Press, Nueva York, 1999. Voir également mon article, « La rem (...)

Ces appréciations apaisantes pour la survie de la vie privée sont loin cependant d’emporter l’adhésion. On voit mal en effet pourquoi l’on s’efforcerait de protéger des secrets qui seraient dans le même temps révélés au grand jour, avec le plein accord des individus et leur participation. La protection de la vie privée est fragilisée dans son principe et sa légitimité au moment même où l’appétit d’informations sur les individus n’a jamais été aussi fort de la part de l’État et des entreprises privées. Dans la société de réseau où l’on peut garder trace de toutes les transactions, la transparence peut devenir totale. Le marketing individuel qui s’y développe est basé sur la mobilisation de toutes les données permettant une caractérisation au plus près de la personnalité et des goûts des consommateurs. Compte tenu de cette situation, certains analystes annoncent la fin de la vie privée27 Certes, il ne faut pas confondre ce piratage des données personnelles fait à l’insu des intéressés avec le dévoilement médiatique réalisé avec le consentement de l’individu et donc apparemment, à son bénéfice. Ce n’est certainement pas la même chose mais cela concerne cependant les mêmes choses. Ce n’est plus Big Brother qui déchire les rideaux de l’intimité mais celle-ci n’en est pas moins donnée en pâture. Ce n’est plus Big Brother qui nous contrôle du haut de son pouvoir mais c’est chacun de nous qui est converti en surveillant de tous les autres. Se profile à l’horizon une nouvelle figure de la servitude volontaire.

  • 28 Jean-Claude Kaufmann, ouvr. cité, p. 236.

L’individu n’est peut être pas aussi libre d’exhiber ses secrets qu’on veut bien le croire. À y regarder de près, on s’aperçoit en effet que ce grand déballage obéit à de nouvelles normes sociales basées sur l’obligation de communiquer, de tout dire, de se rendre autonome. « Le disciplinaire et le coercitif imposés au nom de normes collectivement partagées font place à des instruments plus souples et personnalisés de révélation de soi, qui n’en sont pas moins élaborés socialement... D’où ce paradoxe : tout un corpus de pensées, organisé autour des plis les plus secrets de l’intime, est non seulement un produit du social mais une véritable institution en cours de formation. Dictant plus efficacement ses règles qu’elles semblent provenir des profondeurs du moi. »28 Plus souples et rapides que l’école et les anciennes institutions marquées par leur caractère disciplinaire, les médias jouent un rôle essentiel dans la fabrication d’un individu autonome devant devenir lui-même, s’accepter, et faute d’une voie toute tracée, opérer sans cesse des choix. Ils dispensent de nouveaux savoirs et techniques utiles dans le guidage quotidien et publicisent l’intime. On peut craindre à cet égard, un exhibitionnisme de masse dès lors que l’ensemble de la population sera convaincu que toute vie privée a vocation à être mise en scène ou observée.

Cette contrainte sociale de transparence imposée aux individus, qui dévalue les anciennes valeurs de pudeur et de discrétion, n’est pas suffisamment interrogée et critiquée. On peut se demander quels intérêts, elle sert. On peut se demander si la liberté d’expression n’est pas dévoyée au bénéfice d’institutions médiatiques qui fonctionnent désormais selon la seule logique commerciale. Si la vie privée les intéresse c’est essentiellement parce qu’elle est une marchandise qui se vend bien. Plus que des contre-pouvoirs, les médias sont des pouvoirs tout court et on voit mal pourquoi ces pouvoirs considérables ne seraient pas contrôlés.

  • 29 À titre d’exemples : Noël Mamère, Patrick Farbiaz, La vie rêvée du loft, Ramsay, 2001 ; Vincent Ces (...)

La télévision intimiste et les reality-shows ont été soumis à de virulentes critiques au nom de la protection de la vie privée. Au début des années 2000, l’apparition de la télé-réalité a suscité en Europe et spécialement en France, de nombreuses polémiques29. L’intervention de l’instance française de régulation a été très limitée : le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’est contenté de demander que les participants à ce type d’émission, bénéficient d’un moment quotidien de répit ne donnant lieu à aucun enregistrement sonore ou visuel. De manière inattendue, la critique la plus radicale a été formulée par le responsable d’une grande chaîne concurrente, dans un article publié à la première page du journal Le Monde du 11 mai 20001, intitulé : « Peut-on tout montrer à la télévision ? » Au nom de la défense de la personne et de la dignité humaine, ce responsable en appelle au CSA ainsi qu’aux associations familiales et aux responsables politiques. Il laisse entendre que l’arrivée fracassante de ce qu’il appelle « la trash télévision », est due à des raisons économiques, à savoir l’entrée d’un groupe étranger dans le capital de la chaîne.

  • 30 Les testaments trahis, Gallimard, 1993.

Les intérêts financiers se montrent parfois plus vigilants que les intérêts éthiques. La question posée est en tout cas pertinente. Ce n’est pas parce que l’on montre tout, que l’on doit, en effet, tout montrer. Sous différentes modalités, contraintes ou consenties, la mise à nu de l’individu est indéniable. Ce phénomène multiforme semble irrésistible. Alors que l’on ne sait pas où il nous mène et sur quoi il débouchera, il contredit présentement les valeurs traditionnelles liées à la réserve et à la pudeur et peut mettre en cause un droit de valeur constitutionnelle. Si l’on veut véritablement protéger la vie privée, il faut éviter sa marchandisation et poser des limites à l’exhibitionnisme. L’enjeu n’est pas mince. « Le rideau qui sépare le privé du public est intouchable et les arracheurs de rideaux sont des criminels... Il en va de la survie ou de la disparition de l’individu », écrit Milan Kundera30.

  • 31 Jean-Claude Kaufman, « Voyeurisme ou mutation anthropologique ? » dans Le Monde du 11 mai 2001.
  • 32 La barbarie douce, La Découverte, 1999.
  • 33 Jean-Denis Bredin, ouvr. cité.

Les régimes autoritaires traquent les secrets des personnes soumises à leur pouvoir. L’effort de protection de la vie privée mené dans les démocraties, semble avoir retenu les leçons de l’histoire. Aujourd’hui, alors que c’est l’individu lui-même qui livre ses secrets, peut-on croire que c’est pour son seul bénéfice ? Que, « regarder, écouter, partout, à propos de tout (lui soit utile) pour comprendre, pour choisir. Pour être soi, et tenter d’exister davantage en étant regardé, en multipliant ses images »31 ? Il est certain que cette mise à nu ne se fait pas dans un contexte répressif ou totalitaire. Pour autant, cette mise à nu peut s’apparenter à une « barbarie douce » selon l’expression de Jean-Pierre Le Goff, dont les discours et les pratiques véhiculent l’utopie d’une société transparente à elle-même, sans aspérité et conflit, où tout peut être résolu par l’argumentation rationnelle et dans une parfaite égalité32. Cette utopie séduisante érode les critères habituels de jugement et déstabilise les repères pour agir. Elle ne constitue pas une menace pour la démocratie, tout au contraire. « Le citoyen purifié met en œuvre une démocratie sans cesse meilleure. La transparence n’exerce qu’un despotisme doux, insinuant, qui progresse peu à peu, sans jamais ressembler à une dictature. »33 À travers les progrès de la transparence, c’est moins le triomphe de l’individu qui se profile que celui d’un modèle social qui lui fait croire qu’il est le seul maître à bord.

Notes

1 Jean-Denis Bredin, « secret, transparence et démocratie », Pouvoirs, n° 97, 2001.

2 Sur ce point, Lynn Hunt, « Révolution française et vie privée » dans Ariès Philippe, Duby Georges (sous la dir.) Histoire de la vie privée, Tome 4, Paris, Le Seuil, 1987.

3 François Rigaux, « Les paradoxes de la protection de la vie privée », La vie privée dans la société de l’information, Paris, PUF, 2000.

4 Cf. sa contribution dans cet ouvrage.

5 Alexandre Adler, « Généalogie de la vie privée », Courrier international, N° 474, décembre 1999.

6 Sur ce point, Alain Corbin, « Le secret de l’individu » dans Ariès Philippe, Duby Georges (sous la dir.) Histoire de la vie privée, Tome 4, Paris, Le Seuil, 1987.

7 Titre d’un de ses livres publiés aux Editions du Seuil en 1979.

8 Le complexe de narcisse, Paris, R. Laffont, 1980.

9 Pour Jeremy Rifkin, nos existences sont désormais entre les mains des professionnels du marketing qui traquent nos habitudes et nos modes de vie. L’âge de l’accès. La révolution de la nouvelle économie, Paris, La Découverte, 2000.

10 Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961 et 1983.

11 Ouvr. cité, p. 75.

12 La guerre du faux, Paris, Grasset, 1985.

13 Sur ce point, Michelle Perrot, « Figures et rôles dans la famille dans Ariès Philippe, Duby Georges (sous la dir.) Histoire de la vie privée, Tome 4, Paris, Le Seuil, 1987.

14 Les deux gouvernements. La famille et la cité, Paris, Gallimard, 2000.

15 Ouvr. cité, p. 179.

16 Cette pratique est rapportée par Le Monde du 8 mars 2000.

17 La télévision de l’intimité, Le Seuil, 1996.

18 « Big Brother » dans Le Monde diplomatique, juin 2001.

19 Sur ce point, Albert du Roy, Le carnaval des hypocrites, Le Seuil, 1997.

20 François Rigaux, ouvr. cité, p. 44.

21 La fatigue d’être soi, Odile Jacob, 1999, p. 14.

22 Ego. Pour une sociologie de l’individu, Nathan, 2001, p. 95.

23 Ouvr. cité, p. 236.

24 Secret et sociétés secrètes, Strasbourg, Circé, 1991.

25 Sur ce point, Dominique Rabaté (dir), Dire le secret, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001.

26 Voir le dernier livre de Jean Baudrillard, Télémorphoses, Paris, Sens & Tonka, 2001.

27 Reg Whitaker, The end of privacy, Nex Press, Nueva York, 1999. Voir également mon article, « La remise en cause de l’anonymat », Figures de l’anonymat. Médias et société, Paris, L’Harmattan, 2001.

28 Jean-Claude Kaufmann, ouvr. cité, p. 236.

29 À titre d’exemples : Noël Mamère, Patrick Farbiaz, La vie rêvée du loft, Ramsay, 2001 ; Vincent Cespedes, I loft y ou, Mille et une nuits, 2001.

30 Les testaments trahis, Gallimard, 1993.

31 Jean-Claude Kaufman, « Voyeurisme ou mutation anthropologique ? » dans Le Monde du 11 mai 2001.

32 La barbarie douce, La Découverte, 1999.

33 Jean-Denis Bredin, ouvr. cité.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search