Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’anthropologie appliquée aujourd’hui

 | 
Bernard Traimond

5. L’action

L’ethnologie, l’humanitaire et la mondialisation : le cas de l’Afghanistan

Pierre Centlivres

Texte intégral

1En 1980, un entretien que Micheline Centlivres-Demont et moi-même avions eu avec le regretté Pierre Bourdieu, au lendemain de l’intervention soviétique en Afghanistan, faisait apparaître un contraste entre le silence du spécialiste « qui ne parle que pour ses pairs » et le « discours de l’intellectuel qui met sa compétence présumée au service d’une “ligne” » (Centlivres et Centlivres-Demont 1980). Aujourd’hui, changement total, inversion même ; l’intellectuel de service défendant, en Occident, la ligne du parti justifiant l’intervention soviétique a disparu, alors que l’autre, l’ex-spécialiste trop discret, semble omniprésent dans les médias, ainsi que dans les rapports des agences de l’ONU et des ONG.

2Un quart de siècle après cet entretien, douze années après la chute du régime communiste de Kaboul, après la fin de celui des talibans à la suite de l’intervention américaine enfin, la situation apparaît bien différente. Je tenterai de montrer quelques aspects des conséquences de ce changement de contexte. Mais pour évaluer et en premier lieu appréhender la situation actuelle, un retour à Pierre Bourdieu ne peut qu’être salutaire. Dans son discours prononcé le 6 décembre 2000 lors de la remise de la Huxley Memorial Medal for 2000 au Royal Anthropological Institute de Londres, le sociologue parlait de la nécessaire objectivation participante dans l’exercice de l’observation participante. Il définit la première comme « l’objectivation du sujet de l’objectivation, du sujet analysant, bref du chercheur lui-même » (Bourdieu 2003 : 43). Elle s’applique précisément, dans le cas qui nous occupe, à l’ethnologue et aux rapports complexes qui s’établissent entre lui et ses partenaires, dans le champ même où s’exerce le mandat de l’ethnologue, impliqué dans l’entreprise humanitaire ou de développement. Les problèmes auxquels il est confronté sont inséparables de ce contexte nouveau, avec des interlocuteurs, des commanditaires, liés à des finalités « appliquées », définies par les précédents et explicitées dans le mandat du chercheur. Le contexte de la recherche est nouveau dans la mesure où la finalité était le plus souvent non pas absente, mais occultée dans les mandats académiques de l’ethnologie « classique », articulés autour de valeurs neutres et universelles, comme le savoir, la culture ou l’intelligibilité sociale, considérées comme allant de soi.

3Nous avons connu, Micheline Centlivres-Demont et moi, l’Afghanistan à l’époque où s’y déployait cette ethnologie « classique », dans les années 1960 et 1970, lorsque des anthropologues danois, britanniques, américains ou suisses étudiaient les nomades ou les minorités ethniques, les villageois isolés de l’Hindoukouch ou le bazar préservé de Tâshqurghân, avec comme modèle méthodologique l’observation participante, soit l’immersion dans un univers social étranger, comme le rappelle Bourdieu, et avec l’hypothèse implicite d’avoir affaire à des collectivités relativement stables, vivant en symbiose avec l’environnement naturel et humain, sans grand contact avec le monde extérieur. Du moins feignait-on de le croire !

4Les communautés choisies étaient de préférence « traditionnelles », et comme celles étudiées par les Grands Ancêtres de la discipline, semblaient vivre hors du temps et de l’espace de la modernité extérieure, hors de la grande rumeur du monde, ou peu affectées par elle. Mais Malinowski à Kiriwina lors de la Première Guerre mondiale, et plus tard, dans les années 1930, Evans-Pritchard chez les Nuer, mandaté par le gouvernement du Soudan anglo-égyptien, Marcel Griaule chez les Dogons travaillaient dans un contexte colonial, parfois violent ; Evans-Pritchard dans son introduction attribue une part des difficultés de son enquête à la répression que les Britanniques venaient d’exercer contre les mêmes Nuers, coupables, à leurs yeux, de s’en prendre aux Dinka, leurs voisins ((1937/1968 : 24 et 26). Mais le propos de nos Maîtres était de faire « comme si » ils avaient toujours affaire à des sociétés vivant comme par le passé, un passé immémorial, biblique même ; et Evans-Pritchard de citer le livre d’Isaïe XVIII, 1 à 2 : « ... la peuplade à la taille élancée, à la face basanée [...], la nation redoutée depuis toujours, dont la terre est sillonnée de fleuves » (id. : 9). Les sociétés sont décrites dans leur accord immuable et implicite avec l’ordre de la nature.

5Dans ces ethnographies exemplaires : structures, mythes et échanges semblent fonctionner selon une logique intangible, qu’il y ait ou non administration coloniale ou marchands européens ou arabes, ou colons européens ! Ainsi le récit de Claude Lévi-Strauss sur son enquête parmi les Nambikwara, si empreint de nostalgie, du sentiment d’un monde primitif désormais voué à la disparition restitue l’image d’une harmonie originelle de la vie des « Naturvölker » avant l’irruption d’une modernité hostile. Les scories de cette modernité sont pourtant visibles sur les photographies de Luiz de Castro Faria, l’anthropologue brésilien accompagnateur du savant français chez les Indiens nambikwara (Perrin 2003 : 231-300).

  • 1 La situation de crise décrite dans les pages qui suivent n’est pas sans ressembler avec celles qui (...)

6Aujourd’hui, dans l’Afghanistan que nous connaissons, ce type d’enquête ou de rapport d’enquêtes est « out of place », en dissonance avec la situation du pays, ses besoins et les attentes des Afghans1. Dans un pays hésitant entre une reconstruction difficile de l’État et des conflits récurrents, quadrillé par les experts des OI et pénétré par les agents de groupes islamistes sans frontières, il est essentiel de prendre en compte les enjeux en présence et tout d’abord le phénomène de la mondialisation avec ses symboles et ses effets, dont je donnerai trois constituants.

  1. Une couverture médiatique étendue aboutissant à la vulgarisation du thème « Afghanistan » dans les médias du monde entier comme dans la littérature scientifique ou populaire et dans l’expression artistique. A partir de ces productions, les Afghans construisent une nouvelle image d’eux-mêmes et de leur pays en réinterprétant l’écho renvoyé par le discours international sur l’Afghanistan. Cette diffusion générale médiatique, scientifique, artistique est particulièrement marquée par l’intérêt des politologues et des spécialistes des gender studies, des peace studies, du développement pour l’Afghanistan. Elle contribue à définir les dimensions de la crise, ses caractéristiques ainsi que les remèdes éventuels à lui apporter en établissant les priorités dans les besoins des Afghans. Ce faisant, la mondialisation du thème Afghanistan oriente les projets des intervenants humanitaires et des spécialistes des « recherches actions ». Elle assure le recrutement et la programmation des ONG ainsi que leur multiplication .
  2. L’omniprésence de ce système international où se mêlent les forces de sécurité, l’aide humanitaire et l’aide à la bonne gouvernance, instauré par les accords de Bonn en décembre 2001, met l’Afghanistan dans une position de pays assisté et de protectorat onusien, en fait américain, assuré par les experts – expatriés – internationaux. Elle assure le recrutement et la programmation des ONG ainsi que leur multiplication : plus de 300 ONG étrangères, la plupart occidentales, enregistrées officiellement (octobre 2004). Ces dernières sont parfois regroupées au sein des PRT (Provincial Reconstructions Teams), un mixte mêlant humanitaire, développement et forces militaires de sécurité. Cette présence foisonnante et enchevêtrée d’intérêts divers leur confère, aux yeux des Afghans, une identité où s’amalgame l’Occident, l’intervention armée et les organisations internationales. Par ailleurs, on assiste à l’entrée en masse de nouveaux spécialistes sur la scène afghane. A côté des experts des OI, ou parmi eux, on relève des spécialistes de l’intervention d’urgence supposée efficace et à rendement immédiat dans les domaines de la logistique, de la « bonne gouvernance », des sciences de la communication, parmi bien d’autres.

7Participent à l’entreprise commune des Afghans formés en Europe et aux Etats Unis, qui contribuent ainsi à la problématisation de la société afghane en crise. Les politologues, économistes, anthropologues afghans, aux côtés des nouveaux écrivains et cinéastes afghans, dont les compétences et l’afghanité assurent la légitimité, prennent part ainsi, comme experts ou partenaires d’organisations internationales, à la redéfinition scientifico-politico-culturelle de l’Afghanistan. Les ethnologues occidentaux ne sont donc plus les seuls interprètes légitimes de la culture et de la société afghanes aux yeux de la communauté scientifique internationale et des médias, loin delà, et ne sont plus les seuls sur le terrain, un terrain d’ailleurs bien différent de ce qu’il était avant le conflit.

8Des écrasantes priorités en termes de besoins, d’assistance et de reconstruction, dus à un quart de siècle de guerre découle un non moins écrasant impératif humanitaire, pris en charge par les Organisations Internationales (OI). Ces OI, agences de l’ONU ou ONG, sont ou se donnent comme les structures d’accueil ou d’intervention obligées pour les chercheurs et autres scientifiques. Sans ces organismes, l’accès même à la société afghane, et la justification morale de cet accès pour les ethnologues et autres chercheurs sont sujets à caution.

9Ce qui précède a une implication évidente : la fin de l’ethnographie « pure » de terrain, c’est-à-dire d’une ethnographie orientée vers les objectifs de l’ethnographie classique et ses thèmes : parenté, univers symbolique, technologie culturelle, etc. Ces objectifs en tant que tels, c’est-à-dire visant à l’acquisition d’un savoir universitaire à rendement différé sous forme de publications, thèses, diplômes, postes, entre autres, sont largement obsolètes, voire décriés.

10En revanche, ces mêmes thèmes sont jugés pertinents, par les nouveaux mandants, dans la mesure où ils sont intégrés dans les « recherches actions » à optimalisation rapide, aboutissant par exemple à un « impact sur les programmes humanitaires et de développement » pour reprendre les termes d’AREU (Afghanistan Research and Evaluation Unit), une ONG financée par la Communauté Européenne, dans un document de décembre 2002. Ce dernier bénéficie d’une image de couverture offerte par l’UNICEF, et est imprimé par the Army Press (Pakistan), indice parmi d’autres de l’étroite imbrication, ou de non distinction, aux yeux des Afghans, des forces militaires de la Coalition formée sous l’égide des USA et des ONG. Les Provincial Reconstruction Teams n’en sont que la concrétisation sur le terrain.

11Un autre aspect du patronage onusien et de l’omniprésence humanitaire est décelable dans l’appropriation et le réemploi du vocabulaire humanitaire et des droits humains par les Afghans eux-mêmes, qui les utilisent dans leurs relations avec les organisations internationales, afin de se faire entendre d’elles. Le bon usage du discours humanitaire occupe une place notable dans l’économie induite par la présence des OI. Qu’ils le veuillent ou non, les ethnologues ne sauraient échapper aux types de relations et de représentation que cette économie implique, vu qu’ils sont eux-mêmes assimilés à telle ou telle catégorie d’experts internationaux.

12Nous avons montré ailleurs (Centlivres et Centlivres-Demont 1999 : 945-965) les ambiguïtés, voire l’inintelligibilité pour les Afghans d’une aide internationale abstraite et déclarée sans contrepartie, alors que domine chez les Afghans le sentiment d’une contrepartie implicite qu’ils ne peuvent que soupçonner, cette aide se situant hors des règles coutumières de solidarité et d’assistance aux proches. Face à la difficulté de discerner les motifs d’une assistance donnée comme désintéressée, les bénéficiaires en sont réduits à la considérer comme une entreprise favorisant sans doute les intérêts des donateurs, donc de l’Occident en général, mais dont eux, les bénéficiaires, peuvent tirer un profit immédiat, sans doute passager mais somme toute bon à prendre, et cela sans illusion sur la finalité proclamée : une sorte d’aubaine donc !

13Nous avons indiqué également, dans l’article précité, comment les ONG qui ont trouvé dans la structure sociale afghane segmentaire un espace où elles pouvaient se déployer dans un climat de concurrence et de clientélisme, mettent par ailleurs en péril la reconstruction de l’État. Là encore, les spécialistes des sciences sociales, les ethnologues en particulier, davantage que sur leurs terrains classiques, se trouvent devant la tâche difficile, dans leur relation avec les collectivités indigènes, de devoir expliquer et justifier, autant que cela est possible, leur projet spécifique, comme distinct de l’entreprise humanitaire ou développementale des O.I. En effet, tout projet de recherche aussi indépendant soit-il, est sans retard intégré par les interlocuteurs afghans, dans le cadre général de cette entreprise.

143. Le troisième constituant lié à la mondialisation abordé ici concerne aussi bien l’Afghanistan comme entité nationale géographique que les 4 ou 5 millions d’Afghans vivant hors de leur pays. Il consiste dans les réseaux que forment ces Afghans de l’extérieur entre eux et avec leurs compatriotes restés au pays. Ces réseaux impliquent la circulation de personnes, d’informations et de biens, sous forme de transferts financiers. La nature des flux, leur ampleur, le nombre de personnes impliquées fluctuent au gré des circonstances politiques, des crises et de l’insécurité.

  • 2 Étudié en particulier pour les Hazaras originaires du centre de l’Afghanistan et travaillant en Ira (...)

15Sans m’attarder ici sur le phénomène considérable des migrations et de la diaspora afghanes (Centlivres et Centlivres-Demont 2000 : 150-172), je me contenterai de mentionner l’extraordinaire système clandestin de transferts de fonds2 qui permet d’acheminer de toutes les parties du globe abritant les exilés afghans de petites sommes à destination des proches restés au pays, pour un montant annuel estimé à près d’un milliard de dollars, ce qui a contribué et contribue toujours à la survie de la population afghane. On comprend que l’existence de ces réseaux transnationaux a de profondes implications sur la notion même d’appartenance et d’identité, et qu’elle contribue à rendre obsolète le principe même des « communities studies », basé sur les collectivités géographiquement enracinées dans un habitat ancestral.

16La prise de conscience d’un changement de paradigme dans l’activité ethnologique à laquelle nous nous sommes vus contraints, M.C.-D. et moi-même, naît de nos enquêtes au Pakistan parmi les réfugiés afghans dans la NWFP. Elle amène à remettre en question les principes et les pratiques de l’enquête ethnographique classique.

17Dans une situation de crise, en l’occurrence parmi les réfugiés afghans au Pakistan, il existe une incertitude pour le chercheur quant à la qualité et la pertinence des interlocuteurs prioritaires ; les AR sont à la fois les hôtes d’un pays d’accueil et les protégés du HCR et de ses sous-traitants dans les camps ; ils sont regroupés en « partis », selon des affinités idéologiques, régionales ou ethniques. Il existe une situation de concurrence dans les camps entre les groupes et les personnes qui se présentent comme les porte-parole légitimes des réfugiés afghans auprès des agences des Nations Unies et spécialement du HCR, coordinateur de l’aide internationale, ainsi qu’auprès des médias... et des chercheurs. Les ethnologues mandatés par le HCR ou les grandes ONG pour des enquêtes qualitatives sur la vie dans les camps (attitude face aux maladies, condition des femmes, comportement nutritionnel...), sont pris dans un réseau de revendications contradictoires avec parfois, comme enjeu, l’accès aux informateurs et aux informations. C’est que les intérêts des interlocuteurs dont j’ai parlé ci-dessus peuvent être divergents, voire opposés : représentants de l’État d’accueil, de la bureaucratie onusienne, cadres des divers partis islamistes présents dans les camps, notables traditionnels...

18Dans un contexte de crise, il peut y avoir tension entre la neutralité scientifique à laquelle est censé se tenir le chercheur et des choix éthiques contredisant cette neutralité. Dans quelle mesure, par exemple, est-il souhaitable d’aider des réfugiés désirant utiliser les filières de passage vers l’Occident, de procurer des avantages matériels aux informateurs, d’informer l’administration des camps des irrégularités graves qu’il a pu constater.

19A l’intérieur du pays qui aujourd’hui se débat dans des difficultés liées à la sécurité et à la faiblesse de l’État, l’ethnologue « appliqué » peut être porté à partager l’option humanitaire « pure » de l’ONG qui l’emploie, ou l’option de la priorité donnée à la reconstruction de l’État. Il sera peut-être amené à consentir, ou à refuser, de collaborer avec les équipes mixtes civiles et militaires de reconstruction et de sécurité, de travailler avec des partenaires jugés illégitimes par le gouvernement du pays. Il lui arrive d’être l’objet de tentatives d’instrumentalisation par les Autorités de l’État, ou par des minorités, qui tentent de l’utiliser comme une référence savante, donc douée d’une autorité « scientifique », pour des sujets tels qu’identité ethnique ou droits du sol.

20J’ai parlé, dans le cas de l’Afghanistan aujourd’hui, de situation de crise, et des contraintes de l’ethnologie de crise. Il faut la distinguer de l’ethnologie d’urgence. Dans la seconde, il s’agit de rassembler rapidement des informations sur une population menacée dans sa culture et sa structure sociale, comme on sauverait, en l’enregistrant d’une façon ou d’une autre, un monument ou un site en péril.

21Dans la première, la destructuration sociale est déjà là ; les relations entre cette population et l’environnement, entre elle et l’État, ainsi que le cycle de production et de reproduction, le lien social sont déjà détruits, ou du moins bouleversés. Ce bouleversement même peut être l’objet de l’étude, comme peuvent l’être les moyens mis en œuvre pour réhabiliter, ou secourir, peuple et société.

22Ces situations ont plusieurs implications pour le chercheur. J’en mentionnerai trois, dont nous avons fait l’expérience lors de notre activité ethnologique dans les camps de réfugiés comme à l’intérieur du pays.

  1. le changement dans la construction du rôle et statut du chercheur parmi la population étudiée.
  2. la nature de l’échange entre le chercheur et ses interlocuteurs.
  3. les conditions matérielles de l’enquête de terrain.
  4. Les Afghans, qu’ils soient réfugiés ou non, sont en contact avec divers types d’intervenants : « expatriés » humanitaires, gardes de sécurité, journalistes, personnel médical, experts d’agences de l’ONU, sous le regard desquels ils se trouvent, qu’ils le veuillent ou non. Pas plus que celle des autres expatriés, ces Afghans n’ont la possibilité d’accepter ou de refuser leur présence. Cette dernière dépend d’une autorité extérieure, parfois étrangère ou internationale : pays hôte, HCR, FAO, etc. Il est clair que dans ces conditions les populations sous enquête assimilent le chercheur à l’une ou à l’autre catégorie des intervenants extérieurs. Ayant des besoins liés à la précarité de leur vie et à leur dépendance, les Afghans, qu’ils soient réfugiés ou victimes de l’intérieur, ont de fortes attentes vis-à-vis de ces intervenants – ethnologues y compris –, aussi bien que de fortes appréhensions.

23Comme toutes populations dépendantes et dominées, ils ont développé des tactiques d’ évitement d’une part et de prise d’avantage de l’autre. Évitement des questions « hors de propos », de tout ce qui apparaît comme une transgression d’un fragile espace privé (domaine des femmes), de tout ce qui pourrait ressembler à un recensement (viol de l’espace privé plus réévaluation à la baisse des besoins) ; prise d’avantages ensuite afin d’obtenir le maximum de bénéfices de la présence de représentants de l’aide internationale (voir l’économie d’aubaine à laquelle j’ai fait allusion plus haut).

24En tant que chercheurs formés selon une conception classique de la discipline, nous nous sentions peu à l’aise dans les camps du Pakistan, puis dans les villages en ruines du nord de Kaboul, lorsque nous posions des questions « académiques », concernant la parenté ou les cérémonies du cycle de vie, face à la détresse de nos interlocuteurs, et embarrassés lorsque nous tentions d’expliquer les vertus d’un savoir désintéressé acquis au cours d’un long séjour d’observation participante. Nous étions encore moins à l’aise lorsque nous nous voyions attribuer des gardes ou une escorte – conditions imposées à tout étranger dans les zones tribales de la NWFP – ou conduits par notre « counterpart » au bureau de l’administrateur du camp, censé être notre seul ou principal informateur. Nous avons d’ailleurs refusé toute enquête dans ces conditions.

25b. Les chercheurs dans ce type de situation font face à ce que l’on pourrait appeler le théâtre des performances obligées de la part de leurs interlocuteurs : les réfugiés ou autres victimes. Ces derniers, vis-à-vis des représentants des médias, des OI, des visiteurs de marque, ont à prouver qu’ils sont des victimes sans appuis ni ressources. Ils ont à incarner ce que le visiteur s’attend à constater : la précarité générale, l’innocence des victimes, mais aussi la reconnaissance envers les représentants de la communauté internationale.

26Comme ethnologues, Micheline et moi-même, tout comme les autres expatriés, avons souvent dû écouter ces discours stéréotypés, d’autant plus convaincants qu’ils étaient, et sont, proches de la réalité.

27Dans les camps de réfugiés, mais également dans l’Afghanistan post-taliban, nous avions l’impression d’être les témoins, voire les acteurs d’un échange pervers suggéré par les victimes : « Nous jouons le rôle que vous escomptez nous voir jouer en échange de l’aide que vous nous apportez ».

28Et pour développer : « Nous sommes – étions – les victimes de vos – ex-ennemis (les Russes, les communistes, les talibans), nous sommes donc vos alliés objectifs ; davantage, nous sommes sur la ligne de front, nous souffrons, ou avons souffert, pour vous. Vous nous devez donc la compensation que vous nous apportez sous la forme d’une aide que vous dites désintéressée. »

29Il est clair que dans ce malentendu programmé, l’anthropologue éprouve les plus grandes difficultés à établir une relation non fondée sur cet illusoire jeu de rôle, lui-même surdéterminé par le contexte de dépendance, qui était et qui continue à être celui des Afghans, qu’ils soient ou non exilés.

30Cette dépendance, et le malentendu résultant de l’attribution de statut et de rôle au chercheur sont accentués – c’était le cas dans les débuts de nos enquêtes au Pakistan, dans les zones tribales – par la présence d’agents de sécurité, d’escortes, de personnages officiels, à la fois accompagnateurs, guides et surveillants qui, par leur seule présence, verrouillaient l’enquête par l’édification d’un écran entre les réfugiés et nous. Ce n’est que lorsque barrières et écrans sont levés, ou lorsque l’on peut passer outre, que l’enquête peut commencer.

31c. Toutes ces contraintes, surveillances, pressions, dépendances, mais aussi l’urgence des besoins et la réalité de la détresse font que l’enquête dans des situations de crise dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées par exemple, ou de « returnees » campant aujourd’hui dans les ruines de Kaboul, ont peu à voir avec nos « terrains » anciens, avant la crise, parmi les mêmes populations.

32L’impression d’anachronisme, ou d’inadéquation, des formes classiques d’enquête est encore accentuée par le constat évident d’une autre contrainte pesant sur l’interlocuteur : le manque d’espace privé habituel, d’intimité. Les tentes ou les ruines ne sont pas des lieux propices à la préservation de la vie privée et à la protection des femmes. Le mur qui sépare l’intimité familiale du monde extérieur est essentiel pour le sentiment de l’honneur et de sécurité des Afghans. Dans les situation de crise ou de grande précarité, nos interlocuteurs sont ainsi mal protégés de la curiosité, de contraintes, d’intrusions de toutes sortes, d’où un sentiment de frustration chez les hommes qui ne peuvent jouer honorablement leur rôle de chef de famille ou d’hôte vis-à-vis de l’enquêteur ou d’interlocuteur dans une relation d’homme à homme, mais aussi de femme à femme. Un peu comme un maître de maison réduit au rôle de client des services sociaux.

33Ce qui précède rend évidente l’ambiguïté des recherches de terrain à prétention participatrice, qui veulent que l’ethnographe vive au plus près des conditions d’existence de la communauté étudiée, devienne « l’un d’entre eux », ou « l’une d’entre elles ». Comment partager la vie dans les camps, vivre la vie de réfugiés chassés de leurs villages et vivant dans des tentes ou entassés dans des baraquements provisoires, ou encore partageant eux-mêmes, hôtes mal venus, les pauvres quartiers de compatriotes ou de parents démunis ? Les privations, le déni de dignité, l’impossibilité d’une existence à laquelle les informateurs aspirent ne peuvent faire l’objet d’une participation. Une participation rendue d’autant plus illusoire que le quadrillage humanitaire du pays en crise souligne la distance existant entre les expatriés, les intervenants des Organisations internationales auxquels les ethnologues sont assimilés, et la population que les premiers se proposent précisément d’aider à sortir des conditions misérables dans lesquelles ils se trouvent.

34Si les ethnologues d’autrefois, désormais proches de la retraite, et les nouveaux, se trouvent ou retournent sur leurs terrains afghans, c’est donc comme conseillers d’organisations à qui ils apportent leur expérience et leur savoir ; ou, ce qui n’est pas la même chose, la caution de leur expérience et de leur savoir. Mais les anciennes catégories du savoir constituées sur l’Afghanistan : structure tribale, lignages, code tribal, islam confrérique, sont-elles encore pertinentes pour le « suivi » d’un projet ou pour son impact possible ? Ou bien peuvent-elles permettre une prise de distance bienvenue par rapport à la logique interventionniste de telles organisations ?

35A la réflexion cependant, je me demande si la pratique ethnologique dans un contexte de crise est vraiment un exercice tout à fait nouveau et exceptionnel, hors norme en un mot. La différence réside peut-être davantage dans une approche modifiée du donné que dans des changements jugés radicaux de ce donné lui-même.

36La « normalité » postulée des situations antérieures supposée être celle des « terrains classiques » ne correspond-elle pas, en partie du moins, à une illusion, à une quête passée et dépassée de structures et cultures essentialisées ?

37Justement, l’anthropologue des situations de crise peut contribuer à faire apparaître la « vérité » de « terrains » étudiés jadis comme étant le lieu de sociétés immuables, la vérité occultée des lignes de fracture existant de longue date, avec leurs contradictions et leurs conflits potentiels.

38Ni l’enquête d’ethnologie appliquée, au service d’un organisme caritatif ou de développement, ni celle de type « classique », n’ont de légitimité évidente dans les contextes de crise que j’ai décrits. La mondialisation de l’intervention humanitaire suit la dissémination des turbulences que cette mondialisation contribue à provoquer, et dont elle multiplie les images et diffuse l’information. Il n’y a plus de « remote corners of the world », comme disait le National Geographic Magazine, ni d’île heureuse à l’abri des tempêtes. Ainsi, l’anthropologie des situations de crise, appliquée ou non, est de plus en plus une anthropologie d’une nouvelle [?] « normalité ».

39La raison d’être d’une telle anthropologie a plusieurs faces, plusieurs implications ; j’en mentionnerai deux :

  1. L’attention portée aux situations de crise et de violence révèle des structures et des failles profondes à l’œuvre dans les sociétés que nous étudions, et l’action de forces sur lesquelles ces sociétés n’ont nul contrôle. Elle révèle aussi, note plus optimiste, les ressources culturelles mises en œuvre dans des conditions extrêmes par les populations concernées. Grâce à elles, ces populations peuvent entamer un processus de reconstruction sociale et de reformulation de leur identité.
  2. La « ligne du parti », dont parlait Bourdieu, n’existe plus. Elle est remplacée par la « ligne du bien », « l’axe du bien », qu’incarnent l’action humanitaire et ses mille organisations d’aide, de secours et de reconstruction, bénévoles ou non. Elles représentent aujourd’hui un des modes de l’intervention de l’Occident – et pas seulement de l’Occident – dans les relations nord-sud.

40Dans une anthropologie du temps présent, la distinction appliqué-non appliqué perd de sa force, comme la légitimité de l’univers académique est remise en question comme seul horizon du chercheur. Des phénomènes comme les diasporas, l’exil, les crises et désastres de toutes sortes, ainsi que les interventions que ces phénomènes provoquent ne sauraient appartenir au seul domaine éthéré d’une scientificité pure. En revanche, leur examen peut nous en apprendre beaucoup sur les relations de l’Occident avec ses Autres, par exemple, et sur les constructions idéologiques liées à ces relations.

41Neuchâtel, mars 2004

Bibliographie

Références

AGIER, Michel (sous la dir.). Anthropologues en dangers. L’engagement sur le terrain. Paris, Jean-Michel Place, 1997.

BOURDIEU, Pierre. « L’objectivation participante », Actes de la Recherche en Sciences sociales (Paris), 150, 2003. pp. 43-57.

CENTLIVRES, Pierre et Micheline CENTLIVRES-DEMONT. « Et si on parlait de l’Afghanistan ? entretien avec Pierre Bourdieu ». Actes de la Recherche en Sciences sociales (Paris), 34, 1980. pp. 3-16.

CENTLIVRES, Pierre et Micheline CENTLIVRES-DEMONT. « État, islam et tribus face aux organisations internationales. Le cas de l’Afghanistan, 1978-1998 », Annales HSS (Paris), juillet-août 1999. pp. 945-965.

CENTLIVRES, Pierre et Micheline CENTLIVRES-DEMONT. « Exil et diaspora afghane en Suisse et en Europe ». CEMOTI (Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien) (Paris), no 30, 2000. pp. 150-172.

EVANS-PRITCHARD, E. E. 1937/1968 Les Nuer. Description des modes de vie et des institutions politiques d’un peuple nilote. Paris, Éditions Gallimard, 1968. (1937)

MONSUTTI, Alessandro : Guerres et migrations. Réseaux sociaux et stratégies économiques des Hazaras d’Afghanistan. Neuchâtel, Éditions de l’institut d’ethnologie ; Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

PERRIN, Michel. « Regards croisés. La photographie, entre donnée et emblème. » L’Homme, 165, 2003. pp. 291-300.

Notes

1 La situation de crise décrite dans les pages qui suivent n’est pas sans ressembler avec celles qui sont l’objet des contributions réunies par Michel Agier sous le titre Anthropologues en dangers (1997).

2 Étudié en particulier pour les Hazaras originaires du centre de l’Afghanistan et travaillant en Iran par A. Monsutti (2004).

Auteur

Professeur honoraire de l’Université de Neuchâtel, ancien directeur de l’Institut d’Ethnologie (1974-1998). Ses recherches le conduisent en Afghanistan depuis 1964 ; il a en outre travaillé parmi les réfugiés afghans au Pakistan et en Iran dès 1986. Il est l’auteur de plus de 140 articles et de Un bazar d’Asie centrale, forme et organisation du bazar de Tâshqurhhân, Wiesbaden, 1972, Et si on parlait de l’Afghanistan ? avec Micheline Centlivres-Demont, Genève, 1997, de Chroniques afghanes 1965-1993, Amsterdam, Editions des archives contemporaines, 1998, des Bouddhas d’Afghanistan, Lausanne, Favre, 2001 et de Portraits d’Afghanistan, avec Micheline Centlivres-Demont, Paris, 2002, avec Micheline Centlivres-Demont.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.