Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Tremblay, l’enfant multiple

 | 
Marie-Lyne Piccione

Chapitre V. Les voies de la création

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pourquoi s’entêter à vouloir écrire [...] devant des œuvres comme celles-là, à ce point pleines de vie, brillantes, semblables à ce qu’on voudrait écrire soi-même ? » (Le Cœur éclaté)

« J’fais pas de la peinture pour me faire admirer, François, j’fais de la peinture pour m’empêcher de mourir. » (Quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes)

Seule alternative à un désespoir mortifère, la volonté créatrice échoit aux personnages tremblayens comme une fatalité. Née d’un manque, présumé rédemptrice, l’œuvre est un objet de désir, lieu d’une postulation mystique et d’un irrépressible appel... Mais, quand elle se dérobe, capricieuse, infidèle, sourde aux supplications, elle ne fait qu’aggraver la douleur qu'elle devait soulager.

Ainsi, fondé sur le paradoxe et porteur d’enjeux cruciaux, l’acte créateur n’est ni aimable, ni facile, ni divertissant. Placé sous le signe de l’irrationnel ou, tout au moins, de l’arbitraire, il échappe à l’artiste qui ne peut créer sans être à des degrés d...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540