Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Tremblay, l’enfant multiple

 | 
Marie-Lyne Piccione

Chapitre II. La toile et le tricot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« T’as mal tissé ta toile, Maurice. »
(Sainte Carmen de la Main)

« Pis j’ tricoterais... sans arrêter... jusqu’à la fin de mes jours... J’tricoterais. »
(À toi, pour toujours, ta Marie-Lou)

Comme deux pôles antithétiques d'une même entité, le tricot et la toile figurent les deux versants de l’inspiration tremblayenne.

Le tricot est un jeu, un jeu aérien dont l’inutilité fait la force et la grâce. Sans autre finalité que son accomplissement, il chemine à petits pas, une maille à l’envers, une maille à l’endroit, insoucieux de son terme et de sa raison d’être. À l’égal d’un métronome qui scanderait son propre temps, le tricotage s’affranchit des repères chronologiques pour fabriquer, point après point, le lieu « d’à côté », lieu fantasmatique exempté de la pesanteur, le lieu par excellence de l’onirisme comblé.

Inséparable de la tentaculaire araignée, la toile, en revanche, se construit, se structure, s’ourdit en fonction d’une cible à abattre. Ses cercles concentriques qu’entraîne une inc...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540