Version classiqueVersion mobile

L’Héritage de Bakhtine

 | 
Catherine Depretto

L’énonciation chez Bakhtine : une explication restrictive

Nicolas Zavialoff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin des années vingt, Bakhtine (/Volochinov) livre(nt) quelques réflexions1 au sujet de l’énonciation. Le produit de l’énonciation – l’énoncé – est considéré comme un signe au sens où l’entend, à la même époque, Vygotsky dans la définition et l’explication qu’il donne des fonctions psychiques supérieures2 : un instrument de médiation. Mais pour Vygotsky ce signe qu’il assimile au mot (d’un point de vue purement sémiotique), ne semble pas répondre suffisamment à la question relative au fonctionnement du langage et de la pensée. Aussi en 1931-1933, il entreprend (sans pouvoir l’achever) la rédaction d’un ouvrage sur la théorie des émotions3, convaincu depuis le début des années vingt que dans chaque idée est contenu sous une forme élaborée le rapport affectif/émotif de l’homme à la réalité, représentée dans cette idée4. À cette interrogation fait écho la dimension qu’attribue Bakhtine à l’énoncé : l’énonciation porte en elle le reflet, sinon plus, de l’interaction interpersonnell...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search