Version classiqueVersion mobile

Châteaux romantiques

IV. La citadelle de l’écriture

Combourg / Le Maine-Giraud

Wladimir Troubetzkoy

Texte intégral

1Quoi de plus différent de Combourg que le Maine Giraud ?

2Comment les comparer même ? L’un, puissante forteresse rescapée du Moyen Âge, échouée sur la rive d’un temps qui ne la conçoit plus, énorme, sinistre, menaçante, l’autre, une maison, à peine un château, à peine habitable, bien qu’embellie, exagérée par Vigny : un charme, plus qu’un château.

3De plus, tout sépare l’hôte de Combourg de celui du Maine. Vigny n’aimait point Chateaubriand, qui ne le cite, et l’a ignoré toute sa vie. L’un était poète, l’autre a manqué la lyre, à son grand regret, tandis que Vigny avait les deux instruments, la prose de Cinq-Mars et de Stello, le vers de Moïse et de La Maison du Berger.

4L’un de noblesse authentique, très haute, vraiment immémoriale, remontant à la nuit des temps de la Bretagne, lignée avec laquelle il prend des distances démocratiques, sinon républicaines, l’autre de noblesse au moins aussi exagérée qu’il exagère le panache « féodal » du Maine-Giraud.

5Mais tous deux ont en commun d’être d’une noblesse aussi « irréelle » l’une que l’autre, quoique pour des raisons opposées, celle de Chateaubriand, presque surréaliste à force de grandeur mythique, presque oubliée, celle de Vigny, d’une lignée incertaine avant le XVIe siècle au point d’inspirer le doute : leurs origines s’élèvent au-dessus de la réalité, au-dessus de l’Histoire, pour les terres de la légende, ou pour le royaume de l’imaginaire, dans le second cas.

6Autre point commun, qui rapproche leurs vies : l’honneur et la fidélité quand même aux Bourbons, peut-être de manière plus sourcilleuse et plus hautaine chez Chateaubriand que chez Vigny. Chateaubriand n’aurait point servi dans la garde nationale après juillet 1830 – reconnaissons qu’il était sans doute trop âgé (62 ans) – au contraire de Vigny qui s’en est fait un devoir sinon un plaisir ; Chateaubriand a vomi « Philippe » ; on ne l’a pas vu dîner aux Tuileries chez le Roi-citoyen, on ne l’aurait sans doute jamais vu à Compiègne chez Napoléon le Petit qu’il eût sans doute appelé « Bonaparte », dédaignant de distinguer l’oncle du neveu, le neveu de l’oncle.

7Tous deux, surtout, ont procédé au même acte fondateur, en réinvestissant la vieille demeure, dont ils étaient issus, dont ils s’étaient échappés, en y faisant retour, à certains moments cruciaux de leur vie.

  • 1 Chateaubriand, dans une lettre à Madame de Staël du 5 messidor an X [2 juin 1802] dit avoi (...)

8Chateaubriand qui dit n’avoir pas revu Combourg depuis 1791, s’y est fait installé en pensée à la fin de 1803 pour les quarante-cinq années qui lui restaient à vivre. On a même des raisons de penser qu’il est revenu au moins en vue des tours paternelles en 1802 et peut-être en 1847, quelques mois avant de mourir1 : l’important est que Chateaubriand tait ces retours fortuits, au sens fort du mot insignifiants, et qu’il affecte d’avoir été chassé de Combourg par son père en 1786, en 1791 par l’ombre de celui-ci pesant sur « le perron désert », nous le verrons.

9Vigny est venu pour la première fois au Maine-Giraud en 1823 rendre visite à sa tante, la sœur de sa mère, la chanoinesse Sophie de Baraudin : auprès de sa « seconde mère », il s’y est découvert lui-même ; quitte à prendre toutes distances avec cet héritage oppressif, le Maine sera une mine de découvertes sur lui, sur sa famille, et c’est ici qu’il a opéré par la suite sur lui-même une véritable révolution copernicienne, faisant désormais descendre de lui en « esprit pur » ceux dont les ombres pesaient sur sa vie comme une destinée. Vigny est venu séjourner au Maine plusieurs fois, à chaque fois au creux de la vague de sa vie, quand il a pensé qu’elle allait se briser sur la tyrannie du malheur et de la déréliction, après la rupture avec Marie Dorval, après le festin de couleuvres de son élection à l’Académie française : à chaque fois, au Maine, il a pratiqué une cure salutaire par le désespoir, il en est reparti grandi, renforcé, élevé en poésie pure.

10La différence n’est qu’apparente : si l’un est plusieurs fois revenu très concrètement au château de ses pères, ou plutôt de ses mères, y vivre pour y revivre, si l’autre n’a peut-être, en fait, jamais transgressé l’interdit paternel qui barrait pour lui Combourg, ce n’est qu’une question de modalité d’être.

11En effet, depuis exactement le 10 décembre 1803, la part secrète, cachée encore longtemps, mais essentielle, de Chateaubriand, séjourne à Combourg, ce dernier y vit, il écrit à Combourg, il écrit de Combourg, car il écrit Combourg. Il n’a pas voulu déranger, effaroucher le fantasme, le fantôme de Combourg, troubler ce mythe personnel, les heurter à la ruine réelle en déshérence, qui s’abîme, depuis mille ans, au fond de la Bretagne pendant qu’il la rêve, qu’il la repeuple de ses songes, qu’il y revit sans cesse les « deux années de délire » qui l’ont chassé vers la vie, qu’il se laisse prendre aux lacs des sortilèges puissants de Combourg, premier moteur et perpetuum mobile de René aux Mémoires d’outre-tombe.

12Qu’est-ce qu’un château et pourquoi l’Enchanteur comme le Poète s’intéressent-ils tant à ces bâtisses branlantes et quasi-désaffectées, au point de les réinvestir de songes, de poèmes et de pages de rêves ? Le Maine-Giraud, sa tour et sa lanterne, sont mêmes devenus, grâce aux bons soins malveillants de Sainte-Beuve, qui n’aimait point « le gentilhomme », l’allégorie même de la « tour d’ivoire » du Poète.

  • 2 Chateaubriand, Mémoires de ma vie (manuscrit de 1826), Genève, Droz, 1976, p. 140. Cité dé (...)

13« C’est du bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis » déclare Chateaubriand, dans les Mémoires de ma vie, selon la copie de 1826, longtemps inédite2. De 1803 jusqu’à ce que Chateaubriand en fasse la révélation publique dans les Lectures... en 1834, Combourg devient la mère, ou le père, des châteaux romantiques, peut-être pour faire pièce à Newstead Abbey, autre ruine mythologisée que le rival essentiel, Byron, avait su déjà ériger en légende dans les esprits européens.

14Le château a un lourd passé, si l’on peut dire, et, au début du XIXe siècle, après l’ère des révolutions qui en ont fait un monument historique, il présente cependant un intérêt nouveau et inattendu. Lieu de la force du pouvoir, verrou et gardien des passages, puis lieu de haute civilité en pleine ruralité, ornement des bourgs et des provinces, le château moderne, celui du XVIe au XVIIIe siècles, est un décor, une scène, un mur de scène devant lequel le maître s’offre en spectacle vivant, en spectacle permanent, entouré de sa troupe de commedia dell’arte, improvisant sur un canevas convenu, avec famille, commensaux, invités, domestiques. Nous retiendrons de cette liturgie, de cette comédie au château, de ce theatrum mundi, que le public, en fait, déserte peu à peu, que c’est le lieu, aménagé, d’une mise en scène de soi : Vigny, Chateaubriand, au Maine, à Combourg, y composent sciemment leur personnage, y sculptent leur statue, s’y forgent tels que l’art des mots qu’ils maîtrisent les change. Mieux, ils y adviennent à eux-mêmes, ils s’y découvrent, au sens qu’ils s’y inventent et s’y révèlent aux autres. Nul doute que, dans un cas comme dans l’autre, ce ne soit fort apprêté, surtout que c’est par le medium d’une représentation seconde, par le medium, en général, de la représentation : c’est en 1812, 1817, 1821, 1833 que Chateaubriand élabore le personnage des « deux années de délires » de 1784-1786, c’est en 1852 que Vigny peint le jeune capitaine venant au Maine en 1823.

15Le temps écoulé a conféré au château une dimension et une valeur problématiques. Épave, désormais, d’un passé soudain révolu, échouée sur la rive fausse et changeante du fleuve du temps en marche, le château devient un monument qui rappelle et avertit, en ces temps d’errances et d’incertitudes, quand les chemins se sont effacés et que les voies nouvelles ne se dessinent pas encore, quand s’éloigne du nageur la rive ancienne et que la rive nouvelle n’apparaît toujours pas à ses efforts et ses espérances : c’est après le grand choc de 1830 que Chateaubriand, devant l’arche fracassée de ses espérances, révèle Combourg, lequel devient soudain intéressant, Combourg qui s’érigeait masqué dans son œuvre depuis René, sinon depuis l’Essai sur les révélations. C’est au moment des illusions perdues, du krach de sa vie que Vigny pense soudain au Maine-Giraud dont la mort de sa mère le fait hériter. Tous deux se ressourcent, pour se relancer, dans le terreau des ancêtres, ou supposé tels...

16En effet, autre point commun entre Chateaubriand et Vigny : Combourg comme le Maine-Giraud sont des imaginaires, sont imaginaires. Car, si aucun Baraudin n’a vécu au Maine avant le prosaïque achat des années 1760, par le grand-père de Vigny, si aucun Chateaubriand n’a été le maître de Combourg, n’y a même passé, avant que René-Auguste ne l’achète en 1762 avec l’argent de la morue séchée et du « bois d’ébène », les fils ont cru, voulu croire et surtout faire croire que le Maine et Combourg étaient les certae mansiones, les résidences déterminées des lign qui s’éteignaient en eux. Disons que Chateaubriand y est mieux parvenu que Vigny, Combourg est plus impressionnant, plus convaincant que le Maine, mais l’escamotage est encore plus fort dans son cas, si on l’examine de près. Et, nous l’avons dit, dans les deux cas, leur race, leur château presque perdus, retrouvés in extremis par un acte contingent qui frôle l’usurpation, descendent d’eux.

17Enfin, et c’est l’objet de mon doctorat d’État (L’aristocratie et le rôle de l’écrivain dans la littérature européenne de la première moitié du XIXe siècle, 1987), l’écrivain se découvre, à l’orée du règne de la bourgeoisie, le dernier et le nouvel aristocrate : Chateaubriand et surtout Vigny font le don à la corporation des lettres (la « littérature ») de leur privilège de naissance, le mort saisit le vif. Cela explique les exagérations prestigieuses du Maine-Giraud par Vigny et celles de Combourg par Chateaubriand : il faut, en ce siècle de gros sous et de vile bourgeoisie, installer l’écrivain en son château.

18Que s’est-il donc passé au Maine, à Combourg de si important ?

  • 3 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard, Pléiade, 1951, t. I, p. 145. Cité (...)
  • 4 Troubetzkoy Wladimir, « Vigny et sa "seconde mère", la chanoinesse de Baraudin », Associat (...)

19Si Combourg est le château du père – « silence, obscurité et visage de pierre » dit Chateaubriand3 – le Maine est celui de la mère, venu de la mère, mais occupé encore en 1823 par ce double de la mère qu’est Sophie de Baraudin. Le jeune Alfred, qui marchait vers l’Espagne, vers la guerre, vers la gloire, fait le détour du Maine-Giraud pour y découvrir sa « seconde mère », la chanoinesse de Baraudin, et surtout pour s’y découvrir comme en un sanctuaire, comme en un musée (le Maine était du vivant de Vigny un Musée Vigny !) déjà, à travers d’innombrables portraits faits de lui par sa mère, recopiés par sa tante, à travers des liasses de lettres de la sœur à la sœur. C’est « une secrète horreur » qui le saisit et l’éloigne, avant de revenir, l’« ennemi » n’étant plus là, pour reconquérir contre sa destinée un lieu à faire sien : gageons qu’une fois les liasses brûlées, selon le vœu de la chanoinesse, Vigny a décroché les portraits de lui qui couvraient les murs, quoi de plus insupportable que de vivre au milieu de son propre musée ? Toute son œuvre va constituer à réécrire au Maine sa vie contre ce qui en a été écrit et contre ce qui a été peint4.

20Chateaubriand découvre le sens de sa vie et de son œuvre quand, en décembre 1803, il retrouve Combourg : plus exactement, Combourg est revenu à lui une froide nuit de tempête en Italie, à travers les voiles d’une existence qui ressemblait par trop jusque-là à une incompréhensible série de pertes et de deuils, et à laquelle Chateaubriand assistait sans en percevoir le sens ; lui, qui, en 1803, à trente-cinq ans, est aux portes de la gloire et de la carrière, il décide soudain d’adopter sur sa vie un point de vue mémorialiste : sa vie passée, sa vie présente et sa vie future ne seront plus dorénavant autre chose que des retours à Combourg, lieu à partir duquel il écrira désormais les mémoires de son avenir.

21Chaque fois que Combourg revient – et avec quelle force !

  • 5 Didier Béatrice, « Thématique du château dans les premiers livres des Mémoires d’outre-tom (...)

« "J’ai été obligé de m’arrêter" » écrit-il en 1812 quand, pour la première fois, il fait entrer Combourg dans le texte des Mémoires, pour évoquer l’apparition de Combourg dans sa vie d’enfant (« les tours d’un château féodal montaient dans les arbres d’une futaie éclairée par le soleil couchant ») « mon cœur battait au point de repousser la table sur laquelle j’écris. Les souvenirs qui se réveillent dans ma mémoire m’accablent de leur force et de leur multitude. » (mot i, 43)
Le récit qui se tarissait, qui semblait déboussolé, peut repartir5.
« Mes souvenirs se font écho » (mot i, 61).

22Combourg commande la reprise, après 1803, en 1812, en 1817, en 1821, en 1833, etc. de l’entreprise mémorialiste, et l’ordonne en un long retour vers « le vieux château ».

23Combourg, en effet, est, depuis 1791, interdit à Chateaubriand : il va passer sa vie, son œuvre à y rentrer, par le seul moyen qui lui reste, l’écriture.

« Depuis cette époque [août 1786 : Chateaubriand vient d’être chassé par son père vers la vie, c’est le départ irrémédiable de Combourg, celui sur lequel il lui sera impossible de revenir], je n’ai revu Combourg que trois fois : après la mort de mon père, nous nous y trouvâmes en deuil, pour partager notre héritage et nous dire adieu. Une autre fois j’accompagnai ma mère à Combourg : elle s’occupait de l’ameublement du château ; elle attendait mon frère, qui devait amener ma belle-sœur en Bretagne […] Enfin je traversai une troisième fois Combourg, en allant m’embarquer à Saint-Malo pour l’Amérique. Le château était abandonné, je fus obligé de descendre chez le régisseur. Lorsque, errant dans le grand Mail, j’aperçus du fond d’une allée obscure le perron désert, la portes et les fenêtres fermées, je me trouvai mal. Je regagnai avec peine le village ; j’envoyai chercher mes chevaux et je partis au milieu de la nuit. » (mot i, 105)

24Apercevant de loin « le perron désert », Chateaubriand se trouve mal : contrairement à mai 1777, quand, lors de l’arrivée au château, tout devenait possible, le père n’est plus là pour accueillir la famille qu’il rassemblait alors, elle s’est dispersée, il est trop tard pour que se passe désormais quoi que ce soit à Combourg, et le fils, éternel prodigue, s’enfuit comme un coupable. L’ombre du père désolé reste à jamais seule sur le perron et Chateaubriand, la mort dans l’âme, réitère le mouvement de dispersion qui a rendu Combourg au désert. Le perron haut et roide, sur lequel, à peine cinq ans auparavant, se tenait assis le père guettant le retour de son fils qui battait les bruyères à l’époque des « deux années de délire », est maintenant lourd de l’absence de celui avec qui Chateaubriand ne peut plus se mesurer, outre-tombe, que par l’écriture, en un combat dans lequel il ne doit pas s’avouer vaincu s’il veut vivre, mais qu’il ne peut plus remporter, l’adversaire s’étant retranché dans l’éternité du néant : l’œuvre, nacelle de songes et de fantasmes, est le prix que Chateaubriand a payé pour la perte de Lucile que le regard du père interdisait.

25Le soir du 25 septembre 1833, d’« épaisses volées » de corneilles criant dans les airs et se préparant à nicher pour la nuit provoquent chez Chateaubriand qui, venant de Venise et en route vers Prague pour se rendre auprès de Charles X détrôné, a tout juste franchi le Danube, de puissantes associations :

« Voilà que je retournai à ma première jeunesse : je revis les corneilles du mail de Combourg ; je crus reprendre ma vie de famille dans le vieux château : ô souvenirs, vous traversez le cœur comme un glaive ! Ô ma Lucile, bien des années nous ont séparés ! Maintenant la foule de mes jours a passé, et, en se dissipant, me laisse mieux voir ton image. » (mot ii, 847)

26C’est poignant et c’est clair : tout Combourg, cinquante ans après, son grand Mail, ses nuages de corneilles le soir, les habitants du château, les heures du jour et de la nuit, la vie d’antan, tout est sorti d’un incident fortuit, d’un vol de corneilles, quelque part dans les forêts autrichiennes, quand le voyageur dans la vie, l’éternel errant chemine vers le dernier émigré, le roi en exil Charles X, ce même comte d’Artois que Chateaubriand enfant avait vu célébrer à Saint-Malo en mai 1777 juste avant de partir pour la première fois vers Combourg.

27Crucifié sur le souvenir, navré de joie, Chateaubriand, étranger en ce siècle qu’il feint d’habiter, qu’il fait mine d’agir, rentre en un instant dans ce « monde composé de tout ce que [chaque homme] a vu et aimé » dont il a eu la révélation, avec la première palingénésie de Combourg, trente années auparavant, en 1803.

28Le 10 décembre 1803, en effet, Chateaubriand, en poste à Rome, auteur désormais fameux du Génie du christianisme, Virgile ou Horace que la Providence restaurée sur ses autels terrestres semble préposer à l’éloge du siècle nouveau et du nouvel Auguste, se rend à Tivoli. Pauline de Beaumont est morte dans ses bras un mois plus tôt à Rome, et désormais, Chateaubriand ne va plus faire que passer dans les ruines de sa vie. Cette nuit-là, sur la terrasse de sa villa au-dessus de la cascade de Tibur – 101 mètres de haut ! –, est la nuit obscure du désespoir, mais la consolation va monter du gouffre même où tout se rue pour s’engloutir : c’est Combourg qui remonte, alors, pour la première fois, et sauve Chateaubriand du nihilisme, non seulement l’aide à reprendre vie, mais donne à sa plume un texte à écrire :

  • 6 Chateaubriand, Voyage en Italie, in Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, Pléia (...)

« À une heure du matin, le vent soufflant avec violence, je me suis levé, et j’ai passé le reste de la nuit sur la terrasse. Le ciel était chargé de nuages ; la tempête mêlait ses gémissements, dans les colonnes du temple, au bruit de la cascade ; on eût cru entendre des voix tristes sortir des soupiraux de la Sibylle. La vapeur de la chute d’eau remontait vers moi du fond du gouffre comme une ombre blanche : c’était une véritable apparition. Je me croyais transporté au bord des grèves ou dans les bruyères de mon Armorique, au milieu d’une nuit d’automne ; les souvenirs du toit paternel effaçaient pour moi ceux des foyers de César : chaque homme porte en lui un monde composé de tout ce qu’il a vu et aimé, et où il rentre sans cesse, alors même qu’il parcourt et semble habiter un monde étranger. »6

  • 7 Sur le sujet des rapports de Chateaubriand à Byron, voir :

29Combourg revient et Chateaubriand revient à Combourg, selon un véritable mécanisme de répétition : Combourg est le glas, ou la note obsédante, le diapason de l’écriture de Chateaubriand à partir de ce moment. En 1812, en 1817, Combourg réapparaît, mais, en 1821- 1822, c’est d’une manière nouvelle et décisive : Chateaubriand, en effet, le repeuple de la figure de Lucile. Car 1821-1822 est le moment où Chateaubriand, avec la traduction en français, à partir de 1820, des Œuvres complètes de Byron, commence à prendre ombrage de celui en qui il voit un double, un insupportable Doppelgänger dont il ne se débarrassera de sa vie, le Prince des poètes anglais, Lord Byron, qui a eu aussi son château enchanté, Newstead Abbey, dépositaire, on le soupçonne, de certains des troubles secrets du génie romantique : Augusta, la demi-sœur, dont Byron a, dès avant 1816, voué la personne et le nom, sans trop de scrupules, au plus douteux des scandales, aura pour pendant obligé Lucile, dont Chateaubriand commence à parler avec une insistance croissante dans ses Mémoires, et dont il sculpte la figure de vierge interdite, de muse et de madone. Sœur contre sœur, château contre château, Lucile et Combourg se dessinent en traits de plus en plus marqués pour répondre à l’invention byronienne d’Augusta et de Newstead Abbey7.

  • 8 Byron est sans doute le premier fautif de la rumeur d’inceste entre lui et sa demi-sœur, c (...)

30Lucile, « solitaire avantagée de beauté, de génie et de malheur » (mot i, 87) a détournée Chateaubriand vers la littérature. Jamais Chateaubriand n’a laissé entendre, comme Byron, qu’il était un élu romantique portant les stigmates de « l’inceste absolu »8, mais, bien avant les Mémoires d’outre-tombe, déjà René (1802), puis Les Martyrs (1804-1809) ont constitué la sœur jamais désaimée en l’être le plus proche de l’Enchanteur : les Mémoires ne font que lui donner un nom, Lucile, et un lieu, Combourg.

31René, inclus dans Le génie du christianisme pour montrer, par le plus déplorable des exemples, les méfaits du « vague des passions », est en réalité une habile expression des fantasmes les plus chers de son auteur. Tout d’abord, le héros porte le nom du père de Chateaubriand, René-Auguste – Chateaubriand ne savait pas qu’il portait le premier nom de son père, il croyait encore s’appeler François-Auguste – et Chateaubriand inaugure ce qui sera son projet toute sa vie : se donner en littérature la réalisation et la gratification, sur le plan du symbolique, de ses fantasmes. C’est ainsi que Combourg, Lucile et le père font leur entrée, d’abord masqués, dans le drame essentiel de l’auteur. René, poursuivant Amélie dont il n’a pas compris la fuite, se rend en passant dans le château paternel – Chateaubriand s’est donné aussi, dans René, la satisfaction compensatrice de faire mourir le père de son héros dans les bras de celui-ci, lui qui a, en fait, dans la vie, manqué la mort de son père en septembre 1786 – château fermé qui est désert, démeublé et vide, mais dans lequel le frère comme la sœur se rendent l’un sur les traces de l’autre, comme s’ils en attendaient ils ne savent quelle révélation, ou quelle mise en garde. Alors que c’est Chateaubriand qui, en 1791, a défailli en voyant du fond d’une allée obscure le perron désert de Combourg, il fait défaillir et refuser d’entrer non pas René, présenté comme incroyablement innocent de tout fantasme incestueux, ne soupçonnant rien des sentiments de sa sœur, mais cette dernière, qui recule devant elle et part se barricader contre elle-même dans un couvent.

32Chateaubriand a évoqué la naissance, dans le voisinage de Lucile et par la grâce de Lucile, de sa fatalité littéraire :

« Ce fut dans une de ces promenades [dans le grand Mail de Combourg], que Lucile, m’entendant parler avec enthousiasme de la solitude, me dit : « Tu devrais peindre tout cela ». Ce mot me révéla la muse ; un souffle divin passa sur moi. Je me mis à bégayer des vers, comme si c’eût été ma langue naturelle. » (mot i, 33)

33« Hormis pour nous aimer, nous étions inutiles l’un à l’autre » (mmv, 119). En fait, Lucile patronne ce que nous pourrions appeler le « chimérique » de Chateaubriand, lequel ressemble fort à une sublimation : le chevalier buissonnier de Combourg s’élance au même moment à la fois dans l’imaginaire poétique et les champs du délire amoureux, « sylphide » et création littéraire sont les deux aspects d’une même activité irréalisante et enchanteresse.

34Mais, en littérature, Chateaubriand réussit à rejoindre celle qui était, dans la vie, inaccessible et interdite. Voici les accents que la mort de Lucile en novembre 1804 lui arrache en 1838 :

« Elle m’a quitté, cette sainte génie. Je n’ai pas été un seul jour sans la pleurer […] Ce sont là les vrais, les seuls évènements de ma vie réelle ! Que m’importaient, au moment où je perdais ma sœur, les milliers de soldats qui tombaient sur les champs de bataille, l’écroulement des trônes et le changement de la face du monde ? La mort de Lucile atteignit aux sources de mon âme : c’était mon enfance au milieu de ma famille, c’étaient les premiers vestiges de mon existence qui disparaissaient. » (mot i, 599)

35Lucile meurt un an presque jour pour jour après Pauline de Beaumont, qui était son amie, onze mois après que Combourg soit revenu dicter à Chateaubriand ce que doit être sa vie, son œuvre : le coup reçu par Chateaubriand qui, en perdant Lucile, perd sa dernière amarre avec le temps de Combourg, ajoute au désir d’écrire Combourg la stimulation de l’urgence, Combourg ne dépend plus pour sa survie que de la plume de Chateaubriand, et ce n’est plus seulement la vie du château qu’il faut ressusciter et pérenniser, c’est Lucile, « cette sainte de génie », ombre tutélaire et auctor du génie de Chateaubriand, qu’il faut rappeler, sauver du néant qui vient de la dévorer :

« Lucile aimait à se cacher ; je lui ai fait une solitude dans mon cœur : elle n’en sortira que quand j’aurai cessé de vivre. » (mot i, 599)

36S’il est une figure qui détient, dans les Mémoires, la clé de l’« inexplicable cœur » de Chateaubriand, c’est Lucile :

« Ô ma Lucile, bien des années nous ont séparés ! Maintenant la foule de mes jours a passé et, en se dissipant, me laisse mieux voir ton image. » (mot ii, 847)

37Une fois de plus, c’est très simple : accablé de bonheur, le vieux Vicomte – il écrit en 1833, il a soixante-cinq ans – reprend, aux pieds de ses parents, le temps d’un éclair d’éternité, sa vie d’adolescent dans le vieux château, aux côtés de la dilecta, la parèdre de son écriture.

38Lucile désormais en son tombeau, en son château...

Notes

1 Chateaubriand, dans une lettre à Madame de Staël du 5 messidor an X [2 juin 1802] dit avoir revu récemment Combourg. Revenant de rendre visite à son vieil ami Hyde de Neuville, il aurait fait, en 1847, un détour pour se rendre à Combourg (Mémoires d’outre-tombe, "Éd. du Centenaire", Paris, Flammarion, 1982 (1ère éd., 1948), t. II, p. 147, note 17.

2 Chateaubriand, Mémoires de ma vie (manuscrit de 1826), Genève, Droz, 1976, p. 140. Cité désormais dans le corps du texte : mmv.

3 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard, Pléiade, 1951, t. I, p. 145. Cité désormais dans le corps de texte : MOT.

4 Troubetzkoy Wladimir, « Vigny et sa "seconde mère", la chanoinesse de Baraudin », Association des Amis d’Alfred de Vigny, Bulletin n° 17, année 1987-1988, pp. 46-56.

5 Didier Béatrice, « Thématique du château dans les premiers livres des Mémoires d’outre-tombe », in Relire les Mémoires d’outre-tombe, journées d’études organisées par la Société des études romantiques (15-16 janvier 1977) à l’École Normale Supérieure, 1977, pp. 82-91.

6 Chateaubriand, Voyage en Italie, in Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, Pléiade, t. II, 1969, p. 1443. Les italiques sont de moi.

7 Sur le sujet des rapports de Chateaubriand à Byron, voir :

Maréchal-Trudel Michèle, Chateaubriand, Byron et Venise : un mythe contesté, Paris, Nizet, 1978 ; Troubetzkoy Wladimir, « Chateaubriand, Byron », Cahier textuel, Paris 7, n° 6, fév. 1990, pp. 4-21 ; Troubetzkoy Wladimir, « Chateaubriand et Byron ou le père refusé », Revue de Littérature Comparée, 253, LXIV, n° 2, avril-juin 1990, pp. 327-336. En se donnant, à l’instar de Byron avec Augusta et de Manfred, dans le poème byronien du même nom, avec la figure d’Astarté, un alter ego féminin, dans la personne de Lucile, Chateaubriand a failli connaître jusque dans sa proche famille les déboires qui ont fait de Byron un paria : ses neveux, dans les années 1840, sont respectueusement intervenus auprès de lui pour qu’il estompe un peu davantage ses relations avec leur tante Lucile.

8 Byron est sans doute le premier fautif de la rumeur d’inceste entre lui et sa demi-sœur, comme il en est la première victime : l’inceste frère-sœur est un mythe obsédant du romantisme (Thorslev Peter L., « Incest as Romantic Symbol », Comparative Literature Studies, II, 1965, pp. 41-58).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search