Version classiqueVersion mobile

Châteaux romantiques

IV. La citadelle de l’écriture

Alfred de Vigny et le Maine-Giraud
Relations avec son manoir de 1823 à 1838

Yolande Legrand

Texte intégral

1Le manoir du Maine-Giraud, situé en Angoumois, avait été acquis par les grands-parents maternels d’Alfred de Vigny, le 24 mars 1768. À leur mort, leur fille aînée, Sophie de Baraudin, en hérita. Au décès de cette dernière, le 7 novembre 1827, ce fut sa sœur, Jeanne-Amélie de Baraudin, devenue Madame Léon-Pierre de Vigny, mère du poète, qui en obtint la propriété. À sa disparition, le 20 décembre 1837, le manoir appartint à Alfred de Vigny.

  • 1 Yolande Legrand, « Fonction poétique du Maine-Giraud, manoir charentais d’Alfred de Vigny, (...)

2J’ai publié un article sur « la fonction poétique du Maine-Giraud, perceptible à travers l’œuvre poétique d’Alfred de Vigny, à partir de 1838 »1: c’est, en effet, au cours d’une période qui s’étend de septembre 1838 au 20 novembre 1853, que le propriétaire du manoir y vint le plus fréquemment et y effectua les plus longs séjours, la durée totale de ces séjours mis « bout à bout », n’excédant pas quatre ans.

3J’ai tenté d’établir la contribution de ces séjours en ce manoir à la création littéraire d’Alfred de Vigny, en cette période, au refaçonnement et au remodelage de sa personnalité.

  • 2 « Tu auras le temps, pendant cinq jours, de visiter cette terre... » dit Sophie de Baraudi (...)
  • 3 Coor. PUF, T1, Appendices, p. 463.
  • 4 « Je ne cesse depuis quatre jours que je suis revenu, de passer de votre prose à votre poé (...)

4Je m’intéresse ici à ses deux premiers passages au Maine-Giraud : l’un, de cinq jours2, qu’il y effectua à la mi juin 1823, pour prendre contact avec Sophie de Baraudin, sa tante, qu’il n’avait jamais vue : en route de Strasbourg, où son régiment était en garnison, à Bordeaux, dans l’espoir d’aller guerroyer en Espagne, il eut la permission de bifurquer à Angoulême, l’autre, pour régler la succession de cette tante, décédée le 7 novembre 1827 : parti de Paris dans la matinée du 17 novembre, il arriva en Charente le 19, et en son manoir, le 26. Il note, d’autre part, sur son carnet, à la date du 4 décembre : « Je vais partir »3. En tout état de cause, il est à Paris le 13 décembre 1827.4

  • 5 A. de Vigny, Mémoires inédits, op. cit., pp. 9-38.
  • 6 Coor. PUF, Tl, p. 276.

5Son premier passage, de cinq jours, qui lui a permis de situer et de découvrir le manoir, ses ruines, son environnement, de faire connaissance avec sa « seconde mère », d’évoquer, grâce à elle, les malheurs de la famille, les aïeux, dont le sort fut injuste et tragique, de revivre sa propre enfance, suscita en lui une vive émotion, si l’on en croit les récits que présente le Mémorialiste dans les Mémoires5, ébauchés, semble-t-il, en 1847, dont le permis d’imprimer porte la date de 1862 et dont la publication fut posthume. Quelques esquisses sans suite ont laissé des traces dans le Journal d’un Poète, en 1832. Le second séjour ne souleva pas moins d’émotion en celui qui coucha, dès le soir de son arrivée, dans le lit dans lequel sa tante était morte quelques jours auparavant : fièvre, cauchemar, angoisse, l’assaillent. Il fait part de son chagrin à Victor Hugo : « Il ne fallait pas moins qu’elles [la prose et la poésie de V. Hugo] pour me consoler de mes derniers chagrins ».6

  • 7 C’est en 1862 que Vigny donne le permis d’imprimer. C’est en 1958 que Jean Sanguier publie (...)
  • 8 Carnet rédigé par Alfred de Vigny, au Maine-Giraud, en 1827.

6Ce n’est qu’à la fin de sa vie que Vigny permet à des émotions ressenties dès son premier passage au Maine-Giraud de s’ouvrir au public7, et ce n’est que dans l’intimité d’un carnet8 que l’angoisse s’exprime en 1827, sans que pour autant la responsabilité du manoir soit essentiellement engagée dans la nature du souvenir qui émeut ou du chagrin, lié à la mort, qui terrasse. Le manoir ? Victime, témoin, réceptacle...

7Je me propose d’étudier si ces deux premiers passages en ce lieu, rapides, ponctuels, circonstanciels, n’ont pas suscité un « sentiment complexe du Maine » chez le passager et n’ont pas laissé quelques traces, dans les temps mêmes où se déroulaient les séjours, et, postérieurement, jusqu’en 1838, non seulement dans ce carnet, rédigé en 1827, mais aussi dans la Correspondance, lieu éventuel de confidences, s’ils n’ont pas favorisé son inspiration et quel tour ils ont pu lui donner.

*

I. L’irruption du Maine-Giraud : mi juin 1823 – 13 décembre 1827

  • 9 Corr. PUF, T1, p. 112. Lettre du 20 août 1827.
  • 10 Corr. PUF, T1, Appendices.

8Sans doute, les lettres d’Alfred de Vigny à sa mère, dont il fait état dans sa missive adressée à la Comtesse de Clérambault : « Ma mère […] qui jette les hauts cris quand elle n’a pas de mes nouvelles, a reçu de moi [diverses lettres] sans que je sache seulement où elle est »9 n’ont-elles pas été conservées. Sans doute, la série de lettres envoyées de Blanzac et du Maine-Giraud, du 19 novembre au 4 décembre 1827, adressées à sa mère, à Lydia… attestées par le carnet10, n’ont-elles pas été retrouvées et il se peut que l’expéditeur y ait livré des impressions personnelles.

  • 11 Carnet. Corr. PUF, Tl, p. 467. Note sur la mort de Madame de Baraudin : « elle est morte d (...)

9C’est sous forme de « notes à la mort de Madame de Baraudin, ma tante, morte le 7 novembre 1827 », que le passager du manoir présente, en diariste, un inventaire de ses activités matérielles, financières, exigées par le règlement de la succession, qui ne laisserait aucunement place à la manifestation sensible si n’apparaissait cette relation sur le déroulement de sa première nuit passée en son manoir, sur la mort de sa tante,11 notes jetées, j’oserais dire : comme en vrac : l’indication sur la mort de Sophie de Baraudin se trouve placée entre un inventaire de couverts et un inventaire des bureaux de tabac de la région, ce qui, la rapidité aidant, donne de singulières limites à l’épanchement.

10Ainsi, sans doute, le veut la loi du genre.

11L’irruption du sensible dans la froide énumération des faits et gestes quotidiens, rivés sur le règlement des « affaires », pourrait être révélatrice d’un émoi en profondeur.

12Mais l’épanchement semble comme avorté, fixé sur la disparition de Sophie de Baraudin, sur la mise en mouvement d’une angoisse suscitée par la mort, d’un sentiment de solitude, d’un remords peut-être, sans appels faits à la bâtisse, à l’environnement naturel, en dehors de notations succinctes :

  • 12 Corr. PUF, T1, Appendices, III, p. 481.
  • 13 A. de Vigny. Mémoires inédits, op. cit., p. 16.
  • 14 Ibid.

13Mercredi 28 novembre : « Ma cheminée fume par le vent de mer ».12 Jeudi 29 novembre : « Il commence à pleuvoir aujourd’hui pour la première fois ». Vendredi 30 : « La pluie continue, mais le temps est doux et favorable à l’agriculture »12. Dimanche 2 décembre : « Il a tonné toute la nuit ».13 Mardi 4 : « le thermomètre est à orangers [sic] -6° à l’ombre au nord »14. Autant de remarques sur les conditions atmosphériques, saisies en fonction de leur relation avec l’agriculture.

14Épanchement plus libre auprès de Victor Hugo, dans la lettre du 17 décembre 1827 déjà citée, mais centré sur la souffrance due au deuil et à la solitude sans allusion aux lieux qui eussent pu être endeuillés. Aucune référence, ni dans le carnet ni dans la Correspondance qui nous est parvenue, de 1823 à 1828, à des lieux sur lesquels aurait pu se répandre la tristesse ou qui auraient pu lui donner une tonalité particulière.

15Le « lit de mort », élément du mobilier évoqué, serait-il comme un symbole, diamant noir dans les eaux duquel convergent tous les frémissements du manoir ?

II. Comportement de Vigny à l’égard du Maine-Giraud de 1828 à 1838

16Nous ne sommes pas étonnés de ce que Vigny ne soit pas revenu au Maine-Giraud, après son passage en 1827 et avant les séjours qu’il y effectua, à partir de 1838 : sa mère ne l’y a pas encouragé, si l’on en croit la lettre qu’elle écrit à Jean-Hector de la Croix, le 3 octobre 1832 : « Il me faut autre chose que la vie animale... après moi, mes enfants seraient encore plus embarrassés de cette propriété que je ne le suis. Leur santé à tous deux, comme leurs goûts, ne leur permettant pas même d’habiter ce triste séjour. L’humidité, le froid, l’ennui les rendraient bien vite malades. J’ai toujours plaint ma pauvre sœur d’y être clouée… ». 12

17La « sœur de la ville »13 ne répandait pas autour d’elle l’enthousiasme à l’égard du domaine de la défunte « sœur des champs »14 qui lui était échu.

  • 15 Corr. PUF, T2, p. 250. Madame de Vigny, en effet a été victime d’une attaque, Vigny l’a re (...)
  • 16 Lettre de Vigny à Jean-Hector de la Croix, 11 juillet 1833, Ibid., p. 261.
  • 17 Ibid., p. 344. Lettre du 20 juillet 1834.

18Nous ne sommes pas étonnés de ce que, surtout après mars 1833, Vigny ne puisse voyager. Il en donne l’explication lui-même : « Je ne puis m’y rendre », écrit-il à Jean-Hector de la Croix à propos du Maine-Giraud, « parce que ma mère et ma femme sont malades en même temps et qu’il me faut veiller seul à toute ma maison »15. Il a exprimé cependant l’intention de s’y rendre : « J’espère pouvoir aller au Maine-Giraud avant la fin de la belle saison et j’y serais déjà si la santé de ma mère n’exigeait ma présence continuelle auprès d’elle »16. S’il exprime des regrets de ne pouvoir donner suite à cette intention : arguant de la santé de sa mère, il demande à Jean-Hector de la Croix, le 20 juillet 1834 : « Dans cette situation qui [l’] empêche d’aller veiller aux affaires du Maine-Giraud »17 de le remplacer, c’est, nous le voyons, pour des raisons essentiellement matérielles.

19Mais nous sommes un peu étonnés de ce que cette propriété ne semble pas prise en charge affectivement par quelque propos, par exemple, par quelque élan du cœur dont la Correspondance pourrait faire état.

  • 18 Ibid., p. 50.

20Après la lettre adressée à Victor Hugo, en 1827, que nous avons déjà signalée, ce n’est qu’en 1831 que le Maine-Giraud apparaît dans la Correspondance, dans une lettre adressée à sa mère et il s’agit de l’évocation d’une « conversation agricole », selon l’expéditeur lui-même : « J’ai bien pensé que la conversation agricole d’hier t’ennuierait »18.

  • 19 Ibid., p. 250.

21Or, dans les lettres retrouvées, de cette lettre de février-mars 1831 à celle de septembre 1837, dont nous parlerons, il n’est question que de « règlements d’affaires » pour celui que « le Maine-Giraud et son abandon (occupent) beaucoup »19.

22En effet, les lettres datant de cette période retrouvées ou pour lesquelles une réponse est attestée traitent essentiellement de la meilleure façon d’utiliser cet encombrant héritage.

  • 20 Corr. PUF, T2, Appendices, III, p. 481.
  • 21 Corr. PUF, T2, p. 260.

23Si Madame de Vigny parlait de « s’en défaire »,20 son fils paraît assez hésitant sur ce point : il affirme à Jean-Hector de la Croix : « Je ne puis entrer à présent dans aucuns arrangements de vente », dans une lettre du 11 juillet 183321, n’engageant pas sa position pour l’avenir. Et, dans la même lettre, il écrit : « S’il se présentait un acquéreur qui pût élever ses offres jusqu’à la somme de 35000 F, je pense qu’il se trouverait d’accord avec les derniers calculs de ma mère et l’estimation rigoureuse qu’elle faisait de son bien ».

  • 22 Ibid., p. 344.
  • 23 Proposition d’acquisition :
    – de la part d’Ogier-Desgatin, ibid., p. 369.
    (...)
  • 24 Corr. PUF, T3, pp. 4243 et note « a ».

24Sans doute, précise-t-il à ce même destinataire, le 20 juillet 1834 : « Mon intention est de conserver cette propriété »22. Mais d’autres propositions d’acquisition lui sont transmises23 et lorsque Bernard Michaud lui signale, dans une lettre du 16 octobre 1835 : « le plus tort acquéreur de votre domaine est de trente et trente deux mille francs ». Vigny note, en tête de la lettre : 32 000 F, ce qui prouve qu’il ne rejetait pas tout à fait l’idée de la vente.24

  • 25 Corr. PUF, T2, p. 250.
  • 26 Corr. PUF, T2, p. 250.

25Il reste qu’il tente de louer cette propriété « plutôt à un fermier (général dans la terre et la cultivant entièrement) » qu’à des métayers « que l’on ne peut surveiller de si loin »25. Mais il préférerait « affermer au terme de trois ans »26, c’est-à-dire, au terme d’une durée insuffisante, selon l’usage. Ce qui prouve encore l’hésitation de celui qui répugne à s’engager pour une trop longue durée, dans la crainte de ne pas saisir telle autre occasion qui se présenterait, peut-être même, une occasion de vente.

  • 27 Ibid.

26En tout état de cause, la location est à envisager « sauf à conserver libres les appartements du château pour moi »27 précise Vigny. Si, dans la correspondance considérée, d’autres sujets apparaissent, il s’agit de réparations, de récoltes, de questions financières.

  • 28 Corr. PUF, T3, p. 258.
  • 29 Ibid., p. 319.

27En un mot, Vigny ne sait trop quoi faire de cette propriété. Il temporise, cherchant la solution qui lui permette de réduire les frais, de limiter les occupations de gestion, de ménager la possibilité de l’habiter, mais sans exclure la solution de facilité que constituerait la vente. Ce n’est qu’en 1837, que tout projet de vente est complètement écarté : « Il n’y a rien de fondé dans l’intention que l’on me suppose de vendre le Maine-Giraud... Je désire garder cette propriété » écrit A. de Vigny à un correspondant non identifié, le 5 septembre 1837. Il ajoute : « J’ai le projet d’y aller achever de longs ouvrages... pour lesquels il me faut le recueillement de la campagne »28. L’état des lieux, dressé par Olivier Sicard,29 consécutif à cette décision, la confirme et la conforte.

III. Le Maine-Giraud, ressort de l’inspiration

  • 30 Corr. PUF, Appendices, p. 461.
  • 31 Ibid.

28Dès le passage de Vigny, en 1827, en son manoir, alors que son esprit est préoccupé par la succession de sa tante, que l’angoisse l’assaille, l’écrivain note dans le carnet rédigé au Maine-Giraud, à la date du 27 novembre : « Faire demander à Madame Léger Cinq-mars30. Il boit « de la limonade et du thé en lisant Shakespeare »31. Cette lecture pourrait contribuer à stimuler l’adaptateur en vers (avec la collaboration d’Émile Deschamps) de Roméo et Juliette, de Shakespeare, pièce reçue le 15 avril 1828 à la Comédie Française, et le futur adaptateur en vers d’Othello, reçu à ce même théâtre, le 21 juillet 1829, et du Marchand de Venise dont la traduction fut terminée à la fin de 1829 et au début de 1830.

29D’autre part, sur les pages de garde de ce carnet apparaissent d’autres projets, écrits au crayon :

– « Un franc maître d’une famille gauloise en 1000. cette même famille révoltée contre le franc en 1789 ».

Il s’agirait sans doute d’une suite donnée à Cinq-Mars.

30Autre projet :

– « Le cheval de Louis vient dans le désert sentir et hennir pour qu’on lui porte du secours. Nous aurons un beau Nil cette année ».

  • 32 A. de Vigny. Lettres à Ph. Soulet, texte de René Pomeau et J. A. Catala : « Vigny au Maine (...)

Nous sommes orientés vers l’Alméh, roman égyptien inachevé, commencé en 1826 dont quatre chapitres paraîtront en 1831. Et comment ne pas remarquer que le prénom est celui de Louis de Baraudin, tué à Quiberon. Vigny... Aurait-il créé d’après lui le personnage de l’interprète émigré qui, dans les parties imprimées de l’Alméh, portera le nom de Joseph ? ».32

– « L’odeur des bois ».

Serait-ce une sensation émanant des bois du Maine ?

31Les spéculations du passager du Maine en 1827, se portent sur des centres d’intérêt familiers, qu’il s’agisse de lectures ou de projets d’œuvres, ravivés mais non réorientés par l’apport des trésors du Maine, impénétrés alors par les lecteurs de Vigny. Il serait intéressant de savoir si l’œuvre postérieure à 1823 et antérieure à 1838 se ressent d’une inspiration suscitée par le manoir.

  • 33 Voir Alfred de Vigny, Mémoires inédits, op. cit., p. 31.
    lors de sa première visit (...)
  • 34 Voir Christiane Lefranc : « L’ombre d’une prison », R.H.L.F., avril-juin 1964, pp. 197-207

32Le poème « La Frégate » relève indiscutablement de la contemplation « des dessins tracés et coloriés par une main assez habile et laissés au Maine »33 et tente de déculpabiliser tel oncle maternel, capitaine de la Frégate l’Hébé, qui avait dû se rendre, le 3 septembre 1787, à un vaisseau anglais34 et dont le souvenir a été ravivé en son neveu. Ce poème est peut-être le vestige, en sa représentation d’un épisode de la bataille d’Aboukir, des Français au Égypte, oeuvre à laquelle travaille Vigny entre 1826 et 1828 et qui apparaît peut-être dans l’inscription que nous avons relevée sur le carnet : « Nous aurons un beau Nil cette année ».

  • 35 A. de Vigny. Mémoires inédits, op. cit. :
    – Le Maine au centre d’un cercle : « De (...)
  • 36 Ibid., pp. 11-30.

33La situation même du manoir, les cercles concentriques qui l’entourent, les sinuosités que l’environnement ménage, cette perception d’une élévation « des flèches et des aiguilles qui surmontent les tours de cette habitation »35 se retrouvent dans un poème tel que « Paris » ; les scènes de chasse qu’évoquent les rendez-vous de chasse, tel La Casse36, que recèle le domaine, se retrouvent dans un poème tel qu’« Éloa », même sous une forme métaphorique et résultant d’une imitation, les jeux avec la transparence qu’implique « la fontaine noire » s’étudient dans le Bain d’une dame romaine, que je date de 1827.

  • 37 « Héléna » III :
  • 38 Ibid., chant III, v. 188-189.

34Mais il faut reconnaître que les cercles concentriques cernent le site du Trappiste, avant 1823, qu’escaliers et structures sinueuses façonnent la Prison, que les scènes de chasse, métaphoriques et empruntées apparaissent déjà dans « Héléna »37 et que l’onde des Thermopyles est souillée puisque « Mahomet / se baigne dans les Thermopyles / Chaudes encore d’un sang pieux »38, dans « Héléna », avant que la Seine ne « dévoile / Ses flots rougis » dans « Madame de Soubise ».

35Des thèmes identiques sont traités dans les poèmes antérieurs à 1823 et dans ceux postérieurs : thème de l’innocence injustement punie, traité dans « la Prison » ou « La fille de Jephté » aussi bien que dans « le Déluge », « les Amants de Montmorency ».

36Alfred de Vigny, avant son premier contact avec le Maine-Giraud, révèle par ses poèmes certaines tendances de son imagination structurante, certaine emprise de l’ordre de l’image, certaine intrusion de situations, certaines conjonctures, certains schèmes qui semblent se mettre au service d’émotions diverses, d’aspiration à la pureté susceptibles d’être contrariées, d’un sentiment d’abandon, de trahison, de dépendance, de culpabilité, indissolublement lié à la nécessité de punition, ou les alimenter.

37En prenant contact avec le Maine-Giraud, il se trouve en présence d’une structure générale, particulière et environnante, d’éclats, de formes en tous points semblables à ceux prédessinés dans son imaginaire.

38L’évocation des guerres dont s’est ressentie la région, de ses aïeux injustement punis, des scènes de chasse qui s’y sont déroulées, la vue des ruines qu’il foulait, tout cela a fait du Maine un reflet réel du schème qui hantait son imaginaire. Le Maine a témoigné, confirmé, animé. Il a fécondé, créé un ressort.

39En effet, si les thèmes identiques sont traités dans les poèmes antérieurs à 1823 et les poèmes postérieurs à cette date, si la punition, apparemment injuste, a raison de l’hôte de « La Prison », de « la Fille de Jephté » qui représentent des cas individuels, antérieurement à 1823, les jeunes victimes du Déluge sont accompagnées par un engloutissement général, comme les victimes pressenties dans « Paris », les agents d’exécution se font forces universelles, se livrent à l’engloutissement, disloquent, incendient.

40D’autre part, Moïse, (pour autant que le poème soit antérieur à 1823) implore un Dieu ingrat, la Fille de Jepthé se soumet à un Dieu implacable, le « Masque de fer » lance un défi à huis-clos. Après 1823, Les Amants de Montmorency ignorent Dieu et Paris se fait Dieu.

41Il y a donc, par rapport aux poèmes antérieurs à 1823, envergure accrue de la mise en scène de la punition dans « Le Déluge » ou dans « Paris », représentation infernale du supplice, et d’autre part atteinte d’une phase extrême dans le procès intenté à Dieu.

42Les deux premiers contacts d’Alfred de Vigny avec le Maine-Giraud n’ont pas créé de solution de continuité de son travail littéraire.

43Ce lieu n’a pas été seulement favorable à l’inspiration. Il y a eu, entre le passager du manoir et le manoir, rencontre, esquisse de complicité, le Maine-Giraud reflétant les méandres et les contraintes de la conscience profonde de son visiteur, et le visiteur l’appréhendant en fonction des frémissements de cette conscience.

*

44Sans doute avons-nous été étonnés de cette sorte de réserve, de la part de Vigny, d’exspectative, voire de circonspection à l’égard du Maine-Giraud, qui, à peine entrevu, à peine révélé à lui-même, tombait en la possession de sa mère, dont il devint tuteur en 1833. nous avons cru pouvoir déceler ce comportement, notamment, à partir de la Correspondance qui nous est parvenue, relative aux temps de sa rencontre avec le manoir et à ceux qui le suivirent jusqu’en 1837.

45Nous ne doutons pas de la sincérité du Mémorialiste qui décida de nous rendre compte, en sa fin de vie, de l’émotion qu’il avait ressentie lors de ses premières visites au manoir.

46C’est que la relation qui s’était établie entre Vigny et le Maine-Giraud était de l’ordre de l’intimité. Une pudeur l’inhibait. Une décantation devait se produire dans la durée.

47Ajoutons à cela qu’une sorte d’hésitation sur le sort réservé au domaine résultait d’un écartèlement entre l’influence de sa tante, devenue influence posthume : elle avait gardé le domaine pour lui, et celle de sa mère.

48Il est assuré que la décision de garder ce domaine et d’aller s’y installer était prise en ce 5 septembre 1837, par Vigny, avant donc la mort de sa mère et la rupture définitive avec marie Dorval.

49Il est curieux de noter que celui qui refusait de se déplacer parce qu’il ne pouvait quitter sa mère malade ait pris cette décision trois mois et quinze jours avant la mort de cette dernière. En pressentait-il l’imminence ? Il est à remarquer également que la décision a été prise avant la rupture définitive avec Marie Dorval, qui date du 17 août 1838.

  • 39 Voir Corr. PUF, T3, p. 93.

50La longue séparation entre les amants, due à la tournée dans le Midi de la France commencée par Marie Dorval le 14 juin 1836 et terminée le 20 juin 1837, date de son retour à Paris, a créé quelques difficultés entre eux. Vigny pressentait-il la rupture ? Ou envisageait-il de revitaliser la passion, en recréant des instants de bonheur connus à Villeneuve St Georges, et en conduisant son amante au port au moyen d’une « petite charrette roulante » ?39

51L’évolution orageuse de la passion coupe court, en ce 17 août 1838, à cette tentative, pour autant qu’elle eût été – même si, dans l’Imaginaire, Dorval peut contribuer à créer la « figure d’Éva ».

52Quoi qu’il en soit, si la décision d’aller se recueillir au Maine-Giraud était prise par le poète, dès le 5 septembre 1837, la mort de Madame Léon de Vigny et la rupture avec Marie Dorval, eurent sans doute une influence décisive sur la réalisation de cette décision.

53Alfred de Vigny, enrichi de l’esquisse d’un « certain sentiment du Maine-Giraud », émanant des deux premiers séjours qu’il y a effectués, la maturité atteinte, l’expérience douloureuse vécue, va vers le refuge, prêt à se mirer dans ses fontaines, prêt à ouvrir un dialogue avec le miroir qu’il lui tend, prêt à l’élucidation...

Notes

1 Yolande Legrand, « Fonction poétique du Maine-Giraud, manoir charentais d’Alfred de Vigny, a partir de 1838 », dans Ouest et Romantisme, Presses de l’Université d’Angers, 1992, pp. 523-538.

2 « Tu auras le temps, pendant cinq jours, de visiter cette terre... » dit Sophie de Baraudin à son neveu : Alfred de Vigny, Mémoires inédits, fragments et projets, éd. par Jean Sanguier, Paris, Gallimard 1958, p. 14.

3 Coor. PUF, T1, Appendices, p. 463.

4 « Je ne cesse depuis quatre jours que je suis revenu, de passer de votre prose à votre poésie... » Lettre de Vigny à Hugo, du 17 décembre 1827, dans Corr. PUF, Tl, p. 276.

5 A. de Vigny, Mémoires inédits, op. cit., pp. 9-38.

6 Coor. PUF, Tl, p. 276.

7 C’est en 1862 que Vigny donne le permis d’imprimer. C’est en 1958 que Jean Sanguier publie Alfred de Vigny : mémoires inédits (Gallimard).

8 Carnet rédigé par Alfred de Vigny, au Maine-Giraud, en 1827.

Au sujet de ce carnet, voir l’article de J. A. Catala et René Pomeau : « Vigny au Maine-Giraud en 1827 » dans Alfred de Vigny. Lettres à Philippe Souet et à Eugène Paignon, suivies de Vigny au Maine-Giraud en 1827 d’après un carnet inédit par J.A. Catala et René Pomeau, éd. Société Anonyme des Journaux et Imprimerie de la Charente, à Angoulême, janvier 1965, pp. 147-168.

Voir également : Corr. P.Ú.F. T1, Appendices pp. 460-470.

Nous lirons dans ce carnet, à la date du 26 novembre 1827 : « Je viens m’établir au Maine-Giraud. En me couchant à minuit, après avoir passé la soirée à débrouiller et classer des papiers, la fièvre me prend et l’insomnie. [Dans le lit même où ma tante est morte, un cauchemar affreux m’agite, j’appelle tout haut ma Lydia et ma mère… ».

Corr. PUF, Tl, Appendices, p. 461.

9 Corr. PUF, T1, p. 112. Lettre du 20 août 1827.

10 Corr. PUF, T1, Appendices.

Dimanche 25 novembre : « J’écris à Lydia sans l’adresse de maman et à maman », p. 461.

Mercredi 28 : « je reçois trois lettres à la fois du 24, 26, 27. Je réponds de suite à Lydia », p. 463.

11 Carnet. Corr. PUF, Tl, p. 467. Note sur la mort de Madame de Baraudin : « elle est morte d’un anévrisme. Déjà elle avait eu un accident. M. Charlet l’avait soignée. Quand on lui proposait de nous appeler, elle était choquée et faisait taire ».

12 Corr. PUF, T1, Appendices, III, p. 481.

13 A. de Vigny. Mémoires inédits, op. cit., p. 16.

14 Ibid.

15 Corr. PUF, T2, p. 250. Madame de Vigny, en effet a été victime d’une attaque, Vigny l’a recueillie chez lui. Il est devenu son représentant légal.

16 Lettre de Vigny à Jean-Hector de la Croix, 11 juillet 1833, Ibid., p. 261.

17 Ibid., p. 344. Lettre du 20 juillet 1834.

18 Ibid., p. 50.

19 Ibid., p. 250.

20 Corr. PUF, T2, Appendices, III, p. 481.

21 Corr. PUF, T2, p. 260.

22 Ibid., p. 344.

23 Proposition d’acquisition :
– de la part d’Ogier-Desgatin, ibid., p. 369.
– de Monsieur Verdier, ibid., p. 406.
– d’Alexandre-Edmée Hubert Fils, ibid., p. 440.
– d’Albert Durand, ibid., p. 443.
(sorte d’agent immobilier).

24 Corr. PUF, T3, pp. 4243 et note « a ».

25 Corr. PUF, T2, p. 250.

26 Corr. PUF, T2, p. 250.

27 Ibid.

28 Corr. PUF, T3, p. 258.

29 Ibid., p. 319.

30 Corr. PUF, Appendices, p. 461.

31 Ibid.

32 A. de Vigny. Lettres à Ph. Soulet, texte de René Pomeau et J. A. Catala : « Vigny au Maine-Giraud en 1827 », op. cit., p. 167.

33 Voir Alfred de Vigny, Mémoires inédits, op. cit., p. 31.
lors de sa première visite au manoir Vigny voit représenté sur ces dessins un des exploits de l’un de ses grands-oncles, commandeur de Malte, ramenant huit galères turques dans la rade de Malte. Si les galères de l’Ordre, victorieuses, ont « la légèreté et la grâce de ces insectes fluviatiles qui volent, glissent et nagent à la fois sur les eaux... », c’est-à-dire, si elles présentent des points communs avec la « Frégate la Sérieuse », décrite avant le combat : avec « sa figure gracieuse », « Elle glisse et prend le vent », les galères turques, vaincues, suscitent la pitié : « Leur pavillon humilié prend tristement derrière la poupe et traîne dans l’eau son croissant éclipsé », comme « la Frégate La Sérieuse », en situation de vaincue suscite la plainte du Capitaine : « Mon pavillon noyé se montrait sous les eaux ». Ainsi Vigny admire sans doute son grand-oncle vainqueur, mais, implicitement, le récit fixe l’attention émue sur l’oncle vaincu.

34 Voir Christiane Lefranc : « L’ombre d’une prison », R.H.L.F., avril-juin 1964, pp. 197-207.

35 A. de Vigny. Mémoires inédits, op. cit. :
– Le Maine au centre d’un cercle : « De cette élévation, on peut alors découvrir un cercle de collines au milieu duquel cette demeure est placée. Cette circonférence parfaite semble avoir été tracée au compas », p. 10.
– Les sinuosités : « Une chaîne de collines... forme des sinuosités », p. 9.
– La perception d’en haut des « flèches et des aiguilles », p. 10.

36 Ibid., pp. 11-30.

37 « Héléna » III :

v. 669 : « Quand le tigre indolent sorti de sa mollesse

A saisi dans ses bonds le chevreuil innocent... ».

v. 741 : « Si de grands bœufs errants sur le bord des marais

Combattent le loup noir sorti de ses forêts... ».

38 Ibid., chant III, v. 188-189.

39 Voir Corr. PUF, T3, p. 93.

Marie Dorval écrit à Vigny : « Ma petite charrette roulante me déplaît moins parce qu’elle a été visitée par toi. Je vois la même campagne que nous voyions hier ensemble... je cherche une petite maison de berger... ».

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search