Version classiqueVersion mobile

Châteaux romantiques

III. Des « orages désirés » à la nuit intérieure

Le château chez Alexandre Dumas : de la prison à la renaissance

Angels Santa

Texte intégral

1L’image de Dumas reste liée à celle du château. Dès ses premiers romans elle joue un rôle déterminant et, après le succès de Monte-Cristo, en entreprenant la construction de son manoir à Marly-le-Roi, qui deviendra le château de Monte-Cristo, elle fait partie de sa vie. Avant d’entrer dans le Panthéon, les restes de Dumas passent quelques heures à Monte-Cristo, cette maison-château située en face de la réplique du château d’If l’accueille pour la dernière fois. Mais le château a été restauré et récupéré pour la mémoire de l’écrivain. Demeure-piège comme la plupart de ses châteaux dans la fiction (il devra la vendre ne pouvant pas résister la dépense qu’elle entraîne), mais demeure-renaissance aussi comme les autres dans la fiction car elle lui assure d’une certaine manière la survie. L’ambiguïté est présente. Elle demeure l’une des caractéristiques fondamentales du château dans l’œuvre de Dumas père.

2Comme dans les rêves et dans l’inconscient souvent le château dumasien se trouve situé dans la forêt ou dans la clairière d’une forêt. Il s’agit d’une demeure solide et d’accès difficile. D’ailleurs le roman populaire reproduit de nombreux exemples de cela : le château de Caylus, dans le plus célèbre roman de Paul Féval, Le Bossu, où Aurore est enfermée participe de ces caractéristiques. Cet accès difficile contribue à donner une impression de sécurité, comme le fait la maison. Le château est avant tout un symbole de protection. Mais une protection doublée du manque de liberté. Certainement Edmond Dantès est protégé dans le château d’If des manigances de ses ennemis, mais il n’est pas libre. Aurore de Caylus est protégée, mais elle est en même temps prisonnière. Les rêveries de destruction hantent souvent les habitants du château, destruction qui leur permet de retrouver l’espace extérieur, car si le danger menace à l’extérieur avec la liberté, il est aussi présent dans le château, souvent la trahison se cache derrière des murs qui semblent solides mais qui sont percées de trous, de fausses portes, de pièges en somme.

  • 1 Cette idée se trouve aussi exprimée dans Anne-Marie Callet-Bianco, Préface in Alexandre Du (...)

3Alexandre Dumas a réécrit à sa manière l’histoire de France, il l’a en partie fait à travers les châteaux. Nous pouvons dire qu’il existe après la reconstruction du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, un cycle de l’histoire contemporaine. Ce cycle qui n’est pas aussi reconnu que les autres pourrait englober : Pauline, d’abord, l’un de ses premiers romans publié en 1838, Le Comte de Monte-Cristo, publié en 1844, et Les Mohicans de Paris, publié en 1854.1 Nous allons surtout envisager l’étude du premier roman du cycle, Pauline, pour constater le pouvoir de la fascination de l’image du château sur l’écrivain.

  • 2 Jean Yves Tadié, Le roman d’aventures, Paris, PUF, 1982, p. 46.

4Pauline est un roman peu connu de Dumas ; souvent il a été considéré comme un ouvrage de jeunesse. Il est certain qu’il s’agit de l’un des premiers romans de l’écrivain, tenté d’abord par le théâtre. Il est certain aussi que l’influence du roman noir y est présente ainsi que celle du roman de la fin du XVIIIe siècle et commencements du XXe. Cependant il n’en est pas moins un petit bijou, une petite œuvre d’art. D’une façon très pertinente Jean-Yves Tadié le signale ; il le présente comme : « l’un des meilleurs, sinon des plus connus de Dumas »2 La récente édition en Folio Classique (2002) met désormais ce roman à la portée de tout le monde.

  • 3 En effet, la romancière a consacré un cycle aux châteaux français : Le Roman des châteaux (...)

5Nous pourrions dire que c’est le « roman d’un château de France » en empruntant une partie de son titre à Juliette Benzoni3. La vie de Pauline est rythmée par son séjour dans des châteaux divers, liés surtout à l’existence hors de Paris. La demeure parisienne reste indéterminée. Mais elle séjourne souvent dans des châteaux, surtout en été, dans « son château de Meulien » ou dans celui de sa voisine Mme de Luciennes. Après son mariage, le drame éclate quand elle rejoint son mari dans le château qu’il possède au Burcy. C’est sans doute le château le plus important de l’œuvre qui possède toutes les caractéristiques romantiques, et qui est placé à côté des ruines d’une ancienne abbaye.

6Dumas situe ce château en Normandie à quelques Kms de Trouville où il avait séjourné comme nous l’apprenons par ses Mémoires. Il lui donne le nom de Burcy qui est le nom d’un village situé près de Viré et qui eut sans doute au Moyen Âge un seigneur rallié à un château. A côté de ce château Dumas place l’abbaye de Grand Pré qui se trouve en réalité en Ardenne près de Faux-les-Tombes. La localisation géographique et l’existence réelle du château n’ont pas une grande importance. Dumas tient à la vraisemblance historique car il cite de nombreux endroits de la côte normande, mais le plus important est qu’il donne à ce château toutes les caractéristiques nécessaires pour en faire le décor d’un roman qui véhicule les mythes romantiques du commencement du XIXe siècle.

7Nous avons dit que Pauline passe l’été dans le château de ses parents, château près de Paris qui ne se trouve pas localisé précisément, c’est le château de Meulien, du nom du père de Pauline, comme celui de ses voisins c’est le château de Luciennes.

  • 4 Alexandre Dumas, op. cit., p. 91.
  • 5 Ibid., p. 95.
  • 6 Ibid., p. 103.
  • 7 Ibid., p. 102.
  • 8 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 1982, p. 21 (...)

8Loin de la protection du château familial, Pauline rencontre pour la première fois le comte Horace dans le château de Luciennes. Ce château extérieur à son espace propre est un château lumineux, où tout est encore possible. Dans ce château se situe la rencontre ; donc, avant tout, pour Pauline, le château est le lieu de la rencontre avec son destin représenté par le comte Horace. Dans le livre le motif du château est uni à un autre motif, le motif de la chasse. Les nobles se réunissent dans le château pour chasser, et c’est l’excuse qu’on donne pour s’y rendre ; plus tard, son mari ira à Burcy pour y chasser aussi. La chasse a une grande importance dans le roman, car elle est présentée de façon ambivalente. Derrière la chasse, se cachent plusieurs choses. Mais dans la première rencontre la chasse sert à émouvoir Pauline, elle est l’affirmation des qualités viriles du comte Horace, affirmation nécessaire qui met autour du personnage une auréole mythique. Pauline assiste au sauvetage du fils de la maison par Horace. Son courage lui donne un prestige supérieur. Cette chasse dont il est sorti vainqueur, qui lui permet, en plus de tuer un sanglier, de sauver la vie d’un homme lui ouvre les portes du cœur de Pauline et affirme sa virilité en même temps qu’ouvre le passage vers une quête spirituelle. Ce courage, cette virilité ne se lisent pas dans les traits d’Horace, il appartient au type de l’androgyne et Dumas insiste sur cette caractéristique de son personnage : « C’était un jeune homme pâle, et plutôt petit que grand, avec les yeux noirs et des cheveux blonds. Au premier aspect, il paraissait à peine avoir vingt ans... »4 ou encore : « Il était plus jeune de quatre ans à cette époque, et en paraissait à peine dix-huit, quoiqu’il en eût réellement vingt-cinq ; sa taille élégante, son teint pâle, la blancheur de ses mains, lui donnaient l’apparence d’une femme déguisée en homme »5. Mais cela, comme beaucoup de données dans le roman, est une apparence trompeuse ; en réalité, cache la cruauté qui se dégage et anime le jeune homme : « Je lui retrouvai la même figure impassible, le même regard fixe et profond qui m’avait tant impressionnée et de plus une voix douce, qui comme ses mains et ses pieds paraissait bien plus appartenir à une femme qu’à un homme ; cependant, lorsqu’il s’animait, cette voix prenait une puissance qui semblait incompatible avec les premiers sons qu’elle avait proférés »6. Horace utilise la chasse comme un motif de séduction, elle a lieu d’abord devant les yeux de Pauline mais elle s’exerce aussi à travers la parole racontée, car on va lui expliquer une chasse dans un pays lointain, à Bombay, à laquelle Horace a participé et qui met en valeur son courage. En réalité, ces scènes sont destinées à séduire la jeune fille ; c’est sa manière à lui de lui faire la cour ; dans ces deux moments si culminants le gibier (sanglier et tigre) n’est pas le plus important, le plus important est la possibilité qu’ils lui donnent de manifester l’exploit, la prouesse, de s’affirmer en tant qu’homme qui part à la chasse d’une femme. La gêne que Pauline ressent face à Horace s’explique ainsi, la jeune fille intuitivement sent qu’elle est la proie, qu’elle va remplacer d’une certaine manière ce sanglier ou ce tigre et que le bonheur ne pourra pas s’en suivre. Il est significatif que la chasse racontée soit celle d’une tigresse, tigresse qui es le symbole de la puissance et de la férocité ; ces deux caractéristiques reviendront au vainqueur ; nous pouvons signaler en même temps que le tigre peut symboliser l’obscurcissement de la conscience, submergée par le flot des désirs élémentaires déchaînés, ce qui correspond parfaitement au comte Horace. Mais la tigresse tuée par Horace est apprivoisée par la culture et par le luxe, ses amis la lui offrent avec des « dents en perles, des yeux en rubis et des ongles en or »7, éléments chers à la matière et à la terre. Peut-être Horace courtise-t-il Pauline parce qu’elle signifie pour lui le spirituel, le moyen de trouver un salut, mais elle n’en demeure pas moins en même temps un gibier. Plus tard, dans le château de Burgy Horace reprendra la chasse, chasse qui n’est plus spirituelle – Pauline ne se trouve pas au bout – mais très matérielle. Elle révèle son désir insatiable de jouissances sensibles, la répétition indéfinie des mêmes gestes et des mêmes plaisirs.8

  • 9 Alexandre Dumas, op. cit., p. 105.
  • 10 Ibid., p. 88.

9Pauline avait rencontré Horace pour la première fois dans le château de Luciennes, la deuxième fois il va s’introduire dans le château familial. D’une certaine manière il la poursuit jusqu’à dans sa maison, il y pénètre, il la force à l’écouter. La première fois il avait exercé la séduction à travers l’affirmation virile montrée par le chasseur. Maintenant il utilise le regard et la parole, regard qui trouble Pauline et parole qui lui découvre des mondes merveilleux et inquiétants car il raconte ses voyages, les lieux exotiques qu’il a visités, le charme de la nature luxuriante et généreuse... Mais la gêne continue dans l’âme de Pauline, elle est mystérieusement attirée mais sa première réaction est la fuite, comme la biche, comme le gibier fuit devant le chasseur. Et la comparaison qui lui vient immédiatement à l’esprit est celle de Méphistophélès et Marguerite9. Néanmoins la jeune fille est incapable d’échapper à la fascination du mal et tombe dans les griffes du comte Horace. Finis les châteaux blancs de la jeunesse et de l’adolescence, les châteaux protecteurs de ses étés de jeune fille : « j’ai été heureuse pendant trois ans ; pendant trois ans ce fut à peine si ce soleil brillant de mes jeunes années s’obscurcit un jour, et si une de ces émotions innocentes que les jeunes filles prennent pour de l’amour y passa comme un nuage »10.

  • 11 Ibid., p. 124.
  • 12 Ibid., p. 128.
  • 13 Ibid., p. 129.

10Pauline demeure à Paris dans un hôtel du faubourg Saint-Germain. Désormais l’évocation du château dans le roman est liée à la chasse. Le comte Horace avait un ami « qui s’était tué au mois d’octobre de l’année précédente en chassant dans les Pyrénées où il avait un château »11. Il lui reste trois autres amis, ses compagnons d’aventures. Chaque année ils se réunissent dans un endroit différent. Le comte Horace doit les recevoir, à son tour, à la première saison de chasse après son mariage. Ils se rendront au château qu’il possède à Burcy, en Normandie. Pauline est aussitôt laissée à l’extérieur de ce château. Le refus du comte nous offre une première description de l’endroit : « Le comte me répondit que le château n’était qu’un rendez-vous de chasse, mal tenu, mal meublé, bon pour des chasseurs habitués à vivre tant bien que mal, mais non pour une femme accoutumée à tout le confortable et a tout le luxe de la vie. Il donnerait, au reste, des ordres pendant son prochain séjour afin que toutes les réparations fussent faites, et pour que désormais, quand son année viendrait, je pusse l’accompagner et faire en noble châtelaine les honneurs de son manoir »12. On insiste à plusieurs reprises sur le délabrement du château : « il avait trouvé le château qu’il n’avait pas visité depuis trois ans dans un délabrement affreux : à peine s’il y avait une chambre où le vent et la pluie ne pénétrassent point ; il était en conséquence inutile que je songeasse pour cette année à aller le rejoindre »13.

  • 14 Ibid., p. 132.

11Malgré tout, Pauline va fatalement vers son destin et rejoint son mari dans « ce château solitaire »14, caractéristique qui s’ajoute à l’état ruineux, qui servait à Horace pour justifier l’éloignement de sa femme. Solitaire, ruines... le château noir est déjà en place.

  • 15 Ibid., p. 132.
  • 16 Ibid., p. 135.

12L’angoisse domine la protagoniste quand elle approche de ce château et le trouve fermé. Alfred, lui, prend connaissance, comme il se doit dans ce type de roman, des ruines et du château une nuit d’orage. La solitude, les bruits problématiques font naître la peur et l’angoisse. Mais le bon sens de Pauline, son sens du réel lui fait regarder la demeure assez objectivement : « Au premier coup d’œil, il me parut en assez bon état »15. Mais cette remarque en apparence rassurante ajoute un nouvel élément de frayeur, car cela signifie que le comte a menti ; frayeur qu’arrive à son comble quand elle reçoit le glacial accueil de son mari. Malgré tout, il essaye de la rassurer en lui promettant qu’« il tâcherait de lui rendre le séjour du château le moins désagréable qu’il serait possible »16.

  • 17 Ibid., p. 136.

13Le lendemain de son arrivée, grâce à une promenade avec son mari, Pauline découvre la mer et aussi les ruines de l’abbaye qui se trouvent près du château. Elle prend connaissance du décor fantastique qui va être à la naissance du drame. Mais elle en rend compte avec naturalité, sans accentuer le côté ténébreux de la découverte : « je gravis la montagne, j’entrai dans l’abbaye, je vis le cloître et son petit cimetière, je suivis le corridor, et de l’autre côté d’un massif d’arbres je me retrouvai dans le parc du château »17.

14À nouveau une chasse à courre éloigne son mari et ses amis du château et Pauline reste seule. Solitaire, angoissée, car elle est seule avec un serviteur, elle sent la gêne, le doute vis-à-vis de son mari la gagner. Horace et ses compagnons ont toujours des pistolets à la portée de la main. Pauline ne comprend pas cela. Ce détail l’avait déjà étonnée dans les premiers jours de son mariage et elle constate que les amis de son mari ont la même habitude ; les armes les accompagnent pendant le repas, dans leur chambre. Et elle est restée toute seule au château avec une faible protection.

  • 18 Ibid., p. 139.

15Elle va profiter de cette solitude pour visiter le château et ses environs. La demeure mystérieuse est offerte au regard de Pauline, les ruines de l’abbaye et les bois environnants. Bois touffus, protecteurs mais menaçants en même temps. Elle fait une découverte agréable, elle découvre un pavillon caché dans le bois : « Là, au milieu d’une véritable forêt de chênes s’élevait un pavillon isolé et parfaitement fermé : j’en fis le tour ; mais portes et volets étaient si habilement joints que je ne pus, malgré ma curiosité, rien en voir que l’extérieur. Je me promis, la première fois que je sortirais avec Horace, de diriger la promenade de ce côté, car j’avais déjà, si le comte ne s’y opposait pas, jeté mon dévolu sur ce pavillon pour en faire mon cabinet de travail, sa position le rendant parfaitement apte à cette situation »18.

16Le motif du pavillon protecteur, face au château plus grand et plus froid, se dresse dans le roman. Dans Valentine George Sand présente aussi un pavillon qui s’oppose au château où Valentine trouve un refuge et en fait un endroit charmant pour son bonheur. Il représente la subversion des valeurs en opposition au château. Mais le pavillon ne se révèle pas aussi protecteur qu’il peut paraître au premier abord. Le drame se déclenche dans son intérieur. Il en sera ainsi pour Valentine surprise là avec Benedict par son mari. Le pavillon de Pauline cache les secrets du comte Horace. Dumas refera cette structure dans sa propriété de Marly, face au château de Monte-Cristo, il fera construire un pavillon, le château d’If, pour travailler, en suivant le même désir que son héroïne.

  • 19 Gaston Bachelard, La terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1948, p. 100.

17Certainement cette opposition entre le château et le pavillon correspondent à la dialectique de l’opposition entre le grand et le petit, ou pour employer des termes de Bachelard entre le château et la chaumière : « La chaumière a un sens humain beaucoup plus profond que tous les châteaux en Espagne. Le château est inconsistant, la chaumière est enracinée »19. C’est pour cela que Pauline, Valentine et Dumas lui-même préfèrent le pavillon, pour ne pas évoquer Lamartine qui, dans son château de Monceau, se retirait pour écrire dans le petit pavillon des Girondins, aujourd’hui malheureusement disparu. De toutes façons la réalité est plus complexe et Bachelard reviendra sur son jugement dans La poétique de l’espace, allant plus loin dans l’interprétation.

  • 20 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, Presses Universitaires de France, 1957, (...)

18« George Sand dit qu’on peut classer les hommes suivant qu’ils aspirent à vivre dans une chaumière ou dans un palais. Mais la question est plus complexe : qui a château rêve chaumière, qui a chaumière rêve palais. Mieux encore, nous avons chacun nos heures de chaumière et nos heures de palais. Nous descendons habiter près de la terre, sur le sol de la chaumière et puis, en quelques châteaux en Espagne, nous voudrions dominer l’horizon »20. Dumas, installé à Marly, dans le château-manoir de Monte-Cristo, mais rêvant de travailleur au château-pavillon-chaumière d’If est un exemple de cela.

  • 21 Alexandre Dumas, op.cit., p. 141.
  • 22 Ibid., p. 141.
  • 23 Ibid., p. 141.
  • 24 Ibid., p. 141.
  • 25 Ibid., p. 142.

19Dans la solitude les terreurs et les frayeurs de Pauline augmentent : « comme les enfants qui n’osent pas crier dans les ténèbres, j’avais peur d’entendre le son de ma propre voix »21 ; à l’approche du soir sa résistance s’ébranle : « je me sentais une terreur à laquelle je n’avais pas songé pendant la journée, et qui était venue avec les ténèbres »22, et tout contribue à mettre ses nerfs à vif : « lorsque je me trouvai seule dans cette grande salle à manger, ma terreur augmenta : il me semblait voir s’agiter les rideaux blancs qui pendaient devant les fenêtres, pareils à des linceuls »23. Dumas dose le supense avec main de maître ; nous suivons toutes les phases de la terreur de Pauline et nous sentons comme cela la gagne : « je tressaillais au moindre bruit »24. De toute façon, avec son bon sens, avec ce sens du réalisme qui la caractérise et que nous avons déjà signalé à plusieurs reprises, elle essaie de raisonner sa terreur : « Le seul (bruit) qu’on entendît cependant était le frémissement des feuilles, le murmure lointain de la mer, et ce bruit monotone et mélancolique du vent qui se brise aux angles des grands édifices et s’abat dans les cheminées, comme une volée d’oiseaux de nuit »25. Néanmoins, peut-être à son insu, elle véhicule tous les topos romantiques, et même si elle essaie de surmonter la peur, celle-là s’empare d’elle ; raisonner avec l’irraisonnable n’est pas facile et Pauline en est la preuve.

20Mais son calvaire n’a fait que commencer ; elle va se trouver toute seule dans sa chambre, elle va partir à la découverte de l’inconnu. Tous les éléments de l’imaginaire de la peur sont réunis dans ces pages : le feu qui flambe et qui donne une certaine sécurité, mais qui cache, quand il s’éteint, la frayeur et l’inconnu, la fenêtre de laquelle on peut regarder à l’extérieur et voir ce qui se passe ailleurs, la bibliothèque à des parois et des coins secrets. Tout a sans doute une explication normale, mais Pauline se doute que ce n’est pas ainsi que les choses se passent et elle en rend compte d’une manière admirable.

  • 26 Ibid., p. 144.

21« Les événements inattendus acquièrent ou perdent de leur gravité selon les dispositions d’esprit tristes ou gaies, ou selon les circonstances plus ou moins critiques dans lesquelles on se trouve. Certes, rien de plus naturel qu’une porte cachée dans une bibliothèque et qu’un escalier tournant pratiqué dans l’épaisseur d’un mur ; mais si l’on découvre cette porte et cet escalier de nuit, dans un château isolé, qu’on habite seule et sans défense ; si ce château s’élève au milieu d’une contrée qui retentit chaque jour du bruit d’un vol ou d’un assassinat nouveau, si toute une mystérieuse destinée vous enveloppe depuis quelque temps, si des pressentiments sinistres vous ont, vingt fois, fait passer, au milieu d’un bal, un frisson mortel dans le cœur, tout alors devient, sinon réalité, du moins spectre et fantôme ; et personne n’ignore par expérience que le danger inconnu est mille fois plus saisissant et plus terrible que le péril visible ou matérialisé »26. En mettant ces paroles dans la bouche de son héroïne, Dumas retrace très bien le sentiment de la peur, mais en même temps il brosse le portrait du courage, car Pauline ne va pas se laisser intimider et elle poursuivra jusqu’au bout son enquête, quoique cela puisse entraîner un danger de mort. Le désir de voir, le désir de savoir est le plus fort chez Pauline ; elle aurait pu rester à Paris auprès de sa mère, elle aurait pu se coucher tranquillement dans sa chambre dans le château de Burcy, mais, en réalité, si elle quitte Paris à la recherche de son mari, si elle se maintient éveillée au château de Burcy, attentive aux moindres bruits et aux moindres mouvements, c’est qu’elle est possédée par le désir de savoir, par le désir de la connaissance... Pauline se révolte contre le rôle qui lui échoit d’un point de vue sociale : celui d’une femme aimante et obéissante. Elle veut savoir. Et de cette manière elle incarne une certaine révolte. La révolte de celui qui veut savoir ce qu’on lui cache. Elle aurait le complexe de la vérité. Car Pauline fuit tout le temps le mensonge, les choses arrangées. Elle désire savoir, même si ce savoir peut lui faire mal. Elle valorise la connaissance avant tout. Ce désir de connaissance la porte à regarder, à voir, à assumer ce qu’elle a vu, et à demeurer passive, tandis que les parois de sa chambre s’ouvrent, tandis que la demeure mystérieuse révèle tous ses sortilèges. Elle a sans doute le complexe de Prométhée. Sa chambre est une chambre à pièges, les murs sont mobiles et, comme dans la bibliothèque, il y a des ressorts qui permettent de se déplacer à l’intérieur du souterrain du château, devenu labyrinthe. Il faut signaler que les frayeurs de la nuit se correspondent toujours à des gaies matinées, à des jours embaumés de parfums et qui devraient apaiser les angoisses de l’héroïne. Une fois de plus, il faut constater que Dumas connaît très bien son métier, et sait nous amener, de la main de Pauline, vers le dénouement ténébreux de son séjour au château.

  • 27 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Corti, Paris, 1978, p. 400.

22Le désir de la connaissance mène à l’héroïne à surprendre son mari dans un rôle proche à celui de Barbe-Bleue. Le romantisme agit sur elle, et son courage disparaît, car devant cette scène à laquelle elle pouvait s’attendre, elle s’évanouit. Elle est incapable de supporter la torture endurée par une autre femme. Cet évanouissement, correspondant au caractère de l’héroïne romantique est un peu éloigné de l’attitude réaliste soutenue maintes fois par la protagoniste, amène le dénouement. Pauline est condamnée par son mari à mourir, loin des siens, loin de tout. Elle est la victime du complexe de Prométhée, si cher au XIXe siècle. C’est pourquoi il sera si douloureux pour elle d’être condamnée à mourir dans les ténèbres, « des ténèbres de l’eau profonde et des ténèbres du feu souterrain »27, selon Bachelard. Alfred lui apporte la délivrance, mais il lui apporte avant tout la lumière, ce qu’elle désire c’est cette lumière, qui est le symbole du jour, le symbole du salut.

23La demeure mystérieuse avec ses couloirs secrets, avec les murs qui s’ouvrent sur une simple pression, les bibliothèques qui cèdent quand on presse un bouton, les caveaux oubliés, les tombeaux à jamais fermés trouve toute la réalisation dans le roman de Dumas. Pauline est la victime du château de Burcy, mais elle est surtout la victime du romantisme, de ce homme fatal qui est le comte Horace, préfiguration de Monte-Cristo, qui l’apprivoise comme si elle était une colombe.

24Burcy, tombeau, prison et délivrance, comme If est prison et après délivrance. Pauline refait d’une manière éblouissante le roman de la victime, de la femme maltraitée et malmenée par son mari. On entend tellement parler ces derniers jours des violences adressées aux femmes au XXIe siècle. Pauline est un clair exemple, laissant de côte les caractéristiques romantiques, de cette emprise de l’homme sur la femme, de cette violence masculine envers le sexe féminin ; en ce sens, ce texte pourrait être recommandé aux femmes en déroute et à ceux qui se chargent de leur trouver un gîte et une protection ; rien n’est nouveau sous le soleil.

25Homme fatal, le comte Horace, l’est surtout pour sa femme, Pauline, victime toute désignée. Le roman de ce château de la Normandie française pose de nombreux problèmes : le problème de la vie au château d’abord, avec ses contraintes et ses servitudes, mais cela est le moins important. L’homme fatal, maître incontestable des lieux, s’impose, homme fatal qui trouve son origine dans tous les mythes romantiques. Nous avons dit qu’Horace est une préfiguration de Monte-Cristo ; nous pouvons ajouter que, de la même manière, Pauline est une préfiguration de Constance, l’héroïne des Trois Mousquetaires. Ces deux femmes sont les victimes. Les victimes vouées depuis longtemps à la méchanceté masculine ou tout simplement au hasard.

  • 28 Alexandre Dumas, op.cit., p. 102.
  • 29 Juliette Benzoni, Les Joyaux de la sorcière, Paris, Plon, 2004.

26Dans ce premier roman, Dumas a su créer un mythe du château qui correspond exactement à celui du château noir et du château romantique même si des percées de réalisme se glissent dans le personnage de Pauline : « Le grand malheur de notre époque est la recherche du romanesque et le mépris du simple »28. Horace c’est Barbe-Bleue et c’est aussi un peu Monte-Cristo. Dumas sera source d’inspiration au-delà du XIXe siècle, ainsi Juliette Benzoni, grande admiratrice de Dumas, dans son dernier roman Les Joyaux de la sorcière29, récrée le mythe de Barbe-Bleue ou si l’on veut du comte Horace. Un château italien a été reconstruit de toutes pièces en Amérique et là s’organisent les mêmes orgies qu’à Burcy. Le temps passe, mais les fantasmes de l’imaginaire demeurent.

Notes

1 Cette idée se trouve aussi exprimée dans Anne-Marie Callet-Bianco, Préface in Alexandre Dumas, Pauline, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 2002.

2 Jean Yves Tadié, Le roman d’aventures, Paris, PUF, 1982, p. 46.

3 En effet, la romancière a consacré un cycle aux châteaux français : Le Roman des châteaux de France, 3 volumes publiés en 1985,1986 et 1987 par Plon.

4 Alexandre Dumas, op. cit., p. 91.

5 Ibid., p. 95.

6 Ibid., p. 103.

7 Ibid., p. 102.

8 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Laffont, 1982, p. 214.

9 Alexandre Dumas, op. cit., p. 105.

10 Ibid., p. 88.

11 Ibid., p. 124.

12 Ibid., p. 128.

13 Ibid., p. 129.

14 Ibid., p. 132.

15 Ibid., p. 132.

16 Ibid., p. 135.

17 Ibid., p. 136.

18 Ibid., p. 139.

19 Gaston Bachelard, La terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1948, p. 100.

20 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, Presses Universitaires de France, 1957, p. 70.

21 Alexandre Dumas, op.cit., p. 141.

22 Ibid., p. 141.

23 Ibid., p. 141.

24 Ibid., p. 141.

25 Ibid., p. 142.

26 Ibid., p. 144.

27 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries de la volonté, Corti, Paris, 1978, p. 400.

28 Alexandre Dumas, op.cit., p. 102.

29 Juliette Benzoni, Les Joyaux de la sorcière, Paris, Plon, 2004.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search