Version classiqueVersion mobile

Châteaux romantiques

III. Des « orages désirés » à la nuit intérieure

Un « Château Périlleux » : Les Touches dans Béatrix d’Honoré de Balzac

Jeannine Guichardet

Texte intégral

  • 1 Et tout particulièrement dans Notre-Dame de Paris de Victor Hugo en 1831.
  • 2 Ces expressions quelque peu accusatrices figurent dans Les Proscrits, conte de Balzac paru (...)
  • 3 Dont la première partie qui nous intéresse plus particulièrement ici a été publiée en 1839
  • 4 Et notamment l’architecture. Les restaurations de Viollet-le-Duc en témoignent.

1À l’heure où le Moyen-Âge réhabilité par le romantisme favorise l’inscription du « gothique retrouvé » dans les textes littéraires1 Balzac prend ses distances vis-à-vis de ces « poètes modernes » inspirés par tant de « fausses merveilles »2. Néanmoins Béatrix3 participe subtilement de ce grand courant médiéval qui traverse tous les arts4. En effet sa première partie provinciale publiée en 1839 est travaillée en profondeur par la « matière de Bretagne ». Les contemporains de l’écrivain puis, en aval, nombre de lecteurs n’ont pas perçu ce fait, trop sensibles sans doute à la source anecdotique fournie par George Sand à Balzac lors d’un séjour du romancier à Nohant en 1838 ; à savoir les amours coupables et tumultueuses de Liszt et de Marie d’Agoult.

  • 5 Cf. Julien Gracq, Préférences. Paris, José Corti, 1961, chapitre intitulé « Béatrix de Bre (...)

2C’est la « Préférence » affichée de Julien Gracq5 pour ce roman longtemps méconnu (sorte de « roman breton ») qui a largement contribué, lui donnant un tout autre éclairage, à le faire lire dans toutes ses dimensions. Y compris celle d’un « poème sacré ». C’est dans son sillage que nous présenterons ce qu’il fut le premier à nommer le « Château Périlleux », nous efforçant de prolonger sa réflexion et de déchiffrer les symboles inscrits dans ce lieu d’aventures et d’initiation. Nous commencerons par le situer.

Un lieu de mémoire au péril de la mer

  • 6 Balzac connaissait ce paysage depuis le voyage effectué en Bretagne avec Madame de Berny e (...)

3Comme dans les romans du cycle arthurien, il est situé en un lieu difficile d’accès, au sein d’un paysage aride qui tient du désert et de l’île. En effet, « à quelques pas de Guérande » cesse le sol ferme de la Bretagne pour laisser place aux marais salants et aux dunes. Il faut alors descendre dans « le désert des sables que la mer a laissés comme une marge entre elle et la terre » pour atteindre « le petit bras de mer qui sépare du continent l’île du Croisic » (701)6. Ici, insistance particulière de Balzac :

« Quoique géographiquement le Croisic soit une presqu’île, comme elle ne se rattache à la Bretagne que par les grèves qui la lient au bourg de Batz, sables arides et mouvants qui ne sauraient se franchir facilement, elle peut passer pour une île » (701).

  • 7 Voir notamment la préface d’Yvonne Verdier à La légende arthurienne – Le Graal et la table (...)

4Précision importante pour notre propos car les exégètes des légendes celtiques7 rappellent que « les îles ne sont pas forcément des îles, mais des lieux d’accès périlleux et aventureux » où se dressent des « châteaux désolés » qui « disent d’emblée que l’aventure s’y cache ». « Lieux ambigus » susceptibles de receler le meilleur et le pire. Ainsi des Touches comme nous le verrons le moment venu.

5C’est à l’endroit précis où le chemin du Croisic à Guérande s’embranche sur la route de la terre ferme que se trouve une bâtisse qui semble elle aussi frappée de menaçante insularité, elle est entourée d’un grand jardin planté de « pins tortueux et tourmentés » ; victimes des ouragans, ils « préparent l’âme au spectacle triste et bizarre des marais salants et des dunes qui ressemblent à une mer figée » (702). Cette bâtisse, le narrateur la nomme encore « la Chartreuse de Camille » et plus souvent une « maison », « maison de campagne » « sans aucune architecture » aux allures de prison, n’offrant à l’œil qu’une « muraille sèche » régulièrement percée de fenêtres, une croisée ouvrant « son œil de cyclope » à l’ouest sur la mer, à l’est sur Guérande (702). De surcroît maison sans terres, tout au plus quelques métairies disséminées ça et là.

6Alors, tout cet ensemble plutôt modeste justifie-t-il le nom de « château » ? Eh ! bien oui, car ce « fief des Touches » est un lieu de mémoire et dans cette mémoire longue un château est inscrit.

7Si la maison a été construite il y a seulement cent ans elle a « évidemment (…) été bâtie sur les ruines de quelque petit castel perché là comme un anneau qui rattachait le Croisic et le bourg de Batz à Guérande et qui seigneurisait les marais » (703).

8Certes la révolution a retiré au fief des Touches « ses revenus féodaux » et aujourd’hui les Touches sont seulement un « bien »« mais les paludiers continuent à dire le château ; ils diraient le seigneur si le fief n’était tombé en quenouille » (702).

9Ce ne sont pas seulement les paludiers qui ont la mémoire longue mais encore les habitants du vieil hôtel féodal du Guaisnic et leurs commensaux dont « les narrés » enferment Camille Maupin dans un rempart de hautes médisances, peuplant les Touches de démons multiformes, grimaçant envers des merveilles inconnues, inimaginables, que Calyste découvrira bientôt.

Démons et merveilles

  • 8 Dont Camille Maupin est le nom de plume.

10Pour Guérande, ville où le temps s’est arrêté, ville prisonnière de son armure féodale et peuplée d’esprits fossiles, Félicité des Touches8 est une « monstruosité ». Elle « mange sa fortune avec des folliculaires, des peintres, des musiciens, la société du diable, enfin ! » (676). Elle reçoit des « hommes à barbe de bouc » chantant des chansons impies. C’est un « être amphibie », ni homme ni femme qui écrit des livres sous un faux nom. « Monstrueuse créature » oui, qui tient « de la sirène et de l’athée » (687), fume comme un housard. Fille de Baal dont les secrets diaboliques charment les hommes (679), bref un « démon », une sorcière « noire comme un corbeau » qui a ensorcelé Calyste-le-pur pratiquant « sur lui des sortilèges » (687) « Bruits grossis par les commérages bretons, envenimés par l’ignorance publique » précise le narrateur (687). Elle a, dit-on, « décoré les Touches de la plus inconvenante façon pour en faire un paradis de Mahomet où les houris ne sont pas femmes » (676).

11Pénétrons donc – il est temps – dans ce « château » des Touches à la suite du romancier et de Calyste. Ce qu’on y voit tout d’abord c’est la noble simplicité d’un vaste rez-de-chaussée, une salle à manger sobrement meublée mais ornée de magnifiques gravures. Au premier étage l’appartement que s’est réservé Camille « a vue sur les marais, sur la mer, sur les dunes ». Contrastant avec les autres appartements pourvus seulement du « strict nécessaire » on y trouve « le luxe artistique » demandé à Paris car

« elle voulut avoir dans cette sombre et mélancolique habitation, devant ce sombre et mélancolique paysage les créations les plus fantasques de l’art » (704).

12Contiguïté et opposition entre lieux désolés et lieux magnifiques : nous voici dans la tradition des contes, contes médiévaux et contes de fée où s’abreuve plus souvent qu’on ne le pense la Comédie humaine.

13C’est là que Calyste est reçu par Félicité au milieu des « plus beaux meubles gothiques » (704), admirant des curiosités qui lui semblent « commandées par les fées du moyen-âge » en ce lieu animé « par une lumière, un esprit, un air surnaturels, étranges, indéfinissables » (707). Lui-même parmi les belles tapisseries et les magnifiques brocards à doubles reflets semble parfois sorti tout droit d’une vignette romantique aux couleurs médiévales. Le voici, par exemple, assis « sur un banc gothique garni de velours vert (…) sous une fenêtre artistement encadrée de bois sculptés » écoutant Camille improvisant au piano (708). Moyen-âge artificiellement ressuscité auquel s’oppose un cabinet, lui, entièrement moderne dont la bibliothèque est pleine mais qui ressemble à un boudoir encombré des « charmantes futilités de la femme » : livres à secret, boîtes à mouchoirs et à gants, abat-jour en lithophanie, statuettes, chinoiseries, écritoires, albums, presse-papiers, innombrables colifichets » (705).

14Ici encore, juxtapositions contradictoires mais qui peignent bien Félicité en proie à une double postulation simultanée qui ira s’affermissant : l’une vers les arts, voire les mondanités, le luxe ; l’autre vers l’austérité, le dépouillement. Déjà pour elle les vraies merveilles résident surtout dans « les beautés spéciales du paysage » contemplées depuis le château ; beautés qui saisiront « toute grande âme » venue là. « Sauvages harmonies » qui ne conviennent « qu’aux grands esprits et aux grandes douleurs » (705), singulières merveilles dans un « désert plein d’accidents » qui donne « le regret des choses inconnues, entrevues par l’âme à des hauteurs désespérantes » (705). Mais les temps ne sont pas encore venus et les Touches où Calyste satisfait « le goût du merveilleux si puissant à son âge » (707) sont avant tout un lieu d’initiation ménagé par Camille, l’initiatrice.

Un lieu d’initiation

Initiation à l’Histoire

15Pour Calyste d’abord qui découvre aux Touches des merveilles d’un autre ordre : les « merveilles de la civilisation moderne ». Là, il admire « les richesses parisiennes d’un monde nouveau » (706) et c’est désormais de Paris que viennent les « beaux oiseaux bleus de ses rêves » (731) ; c’est là que la musique le touche « de sa baguette divine » lorsqu’il entend le génial Conti, là que s’offrent à ses regards éblouis « les oeuvres de la plus prodigue peinture », là qu’il peut lire à loisir « ces œuvres d’imagination, ces étonnantes créations de la littérature moderne qui produisent tout leur effet sur un cœur neuf » (706).

  • 9 Naguère royaliste, Félicité est subjuguée par cette dernière image de l’Empire qui saisit (...)

16« Initié par Félicité à toutes ces grandeurs » (707) ainsi qu’à « mille secrets sociaux » dont personne ne se doute à Guérande (729) figée dans un autre âge, Calyste élargit considérablement son horizon car ce qui lui apparaît aux Touches ce n’est rien moins que « notre grand dix-neuvième siècle (…) ses efforts de rénovation en tous genres (…) à la mesure du géant qui berça dans ses drapeaux l’enfance de ce siècle » (707). Napoléon lui-même est personnage de légende élevé à la hauteur du mythe par Camille naguère fascinée par le « magique spectacle » de la Grande-Armée au Champ-de-Mars et par « la féerie de cette pièce de théâtre en trois mois que l’histoire a nommée les Cent-jours » (692)9. Calyste habillé pour un autre destin, celui d’une allégeance sans faille à la royauté et au passé est soudain pris ici dans le mouvement d’une histoire en marche. « J’étais aussi loin de mon siècle que Guérande est loin de Paris » dit-il à sa mère dont les yeux s’emplissent de larmes (729). « Château périlleux » donc que ces Touches pour la chevaleresque lignée du Guainic qui a préservé jusqu’ici son plus beau fleuron aussi naïf et pur qu’un aspirant au Saint-Graal.

17Cette naïveté, cette pureté il les a néanmoins conservées dans le domaine de l’amour où d’étranges découvertes l’attendent, toujours ménagées par Camille secrètement fascinée par ce beau et jeune chevalier issu d’un autre âge mais à l’amour duquel elle ne veut pas céder.

Initiation à l’amour

18Calyste a fait de Camille sa dame de cœur et donnerait sa « vie pour elle » alors qu’elle en aime un autre – du moins le lui laisse-t-elle croire – et les épreuves imposées, la distance à respecter ressemblent quelque peu à celles que l’amour courtois imposait jadis aux jeunes chevaliers. Le contexte cependant est tout autre. Camille ne motive pas seulement son refus par l’amour supposé qu’elle porte à Claude Vignon son amant, mais encore par les interdits d’une société auxquels elle s’efforce d’initier son « cher trésor de beauté, de grâce que rien ne doit altérer ni flétrir... » (711) :

« Hélas ! cher enfant, la femme ne peut pas plus aller seule dans la société que dans ce qu’elle appelle l’état primitif. Les affections qui ne sont pas en harmonie avec les lois sociales ou naturelles, les affections qui ne sont pas obligées enfin, nous fuient » (711).

19« Cœur aveugle » mais « esprit clairvoyant » souffrant et « analysant » sa souffrance, (710) Camille sait que « tôt ou tard » l’âge la séparerait de son adorateur et sait ce qu’il ignore encore : « Dans le brûlant désert de ses désirs infinis et sans objet la jeunesse (envoie) toutes ses forces sur la première femme qui s’y présente » (737).

20Alors, enivrée de sacrifice, Camille accueille au château des Touches sa blonde rivale, Béatrix, la coquette marquise de Rochefide dont elle brosse à l’avance un si séduisant tableau que voici déjà notre jeune chevalier, son image au cœur, partant à sa rencontre le jour même de son arrivée, en gagnant les sables, en suivant « les détours du chemin à travers le dédale des marais salants » (736) : labyrinthe tout aussi symbolique que réel et dont il émerge dans l’éblouissement d’une révélation soigneusement préparée. Découvrant la pleine mer Calyste est « charmé » à la vue d’une « caisse sur laquelle on lisait Madame la marquise de Rochefide » et « ce nom brille à ses yeux comme un talisman » (737). Scène auréolée des prestiges d’un lointain Moyen-Âge pour celui qui, désormais, se veut le Dante de cette Béatrix-là qui tout soudain hérite de l’amour en apparence dédaigné par Camille. Étape initiatique dans la connaissance de soi... Aussi sûrement enfantômé que Lancelot le fut par Guenièvre, il confesse :

« J’aimais Félicité de toutes les puissances de mon cœur ; je l’ai oubliée en un jour, en un moment en vous voyant. Elle était l’erreur, vous êtes la vérité. J’étais idolâtre, je suis chrétien voilà tout (…) Je puis vous aimer sur la terre et dans les cieux comme on aime Dieu » (782).

21Péril de la mer et péril de l’amour vont bientôt se rejoindre lors d’une autre initiation, inattendue celle-là, celle de Béatrix. La parisienne blasée et perfide, le faux ange, la femme tombée se découvre soudain autre dans le miroir candide des yeux de son adorateur. Là, aux Touches, elle se régénère et prend « conscience de sa désolation intérieure », reflet du paysage qui l’environne :

« Je n’ai rien vu qui peigne mieux l’ardente aridité de ma vie que cette petite plaine desséchée par les vents de mer (...) je reste attachée où je suis, je serai le désert sablonneux et sans végétation, sans fleurs ni verdure que voici » (809).

  • 10 Comme en témoigne éloquemment la troisième partie de Béatrix qui se déroule à Paris (où Ca (...)

22Miracle d’une métamorphose impensable à Paris10. Elle a lieu lors d’une promenade au Croisic dans un décor naturel qui évoque certains dessins de Victor Hugo hantés d’étranges châteaux. Nous voici en effet entourés de rochers granitiques aux formes singulières et capricieuses, aux effets « grandioses et terribles » :

« La fantaisie s’est amusée à composer là d’interminables arabesques où les figures les plus fantastiques s’enroulent et se déroulent. Toutes les formes y sont. L’imagination est peut-être fatiguée de cette immense galerie de monstruosités où par les temps de fureur, la mer se glisse et a fini par polir toutes les aspérités » (806).

23L’un des promontoires, sorte de « sentinelle gigantesque »« ressemble à ces lanternes des vieux châteaux d’où l’on pouvait prévoir les attaques en embrassant tout le pays » et « quelques vieillards prétendent que, dans des temps forts reculés, il se trouvait un château fort à cet endroit » (807). L’ombre portée de ces châteaux naturels ou disparus plane semble-t-il sur les Touches, contribuant à entretenir la légende et à métamorphoser les êtres et les choses.

24Adorée « comme une madone » par Calyste, Béatrix lui confie être redevenue « petite fille, enfant » telle qu’elle était « à quatorze ou seize ans » et alors « digne » de lui : « l’amour que j’ai eu le bonheur de vous inspirer m’a relevée à mes propres yeux. Entendez ce mot dans toute sa magie » (819). Apparaissent à ce moment, au loin, « les îles d’or » de la Bretagne, ses « tours féodales » et ses bouquets d’ajoncs formant « le plus beau théâtre » qui soit « pour un si grand aveu » (819).

25Las ! le démon guette au Château Périlleux. Finies ces merveilles lorsque Conti l’homme responsable de la chute de Béatrix, surgit brusquement à ses yeux au tournant d’une allée :

« Béatrix éprouva le plus horrible saisissement, cet effroi communicatif que cause la vue d’un reptile et qui glaça Calyste avant qu’il n’en vît la cause » (820).

  • 11 Ainsi que le remarque Pierre Citron dans le volet parisien de Béatrix écrit en 1844 : « Ce (...)

26Immolant l’amour aux convenances, la femme du monde choisit alors le retour avec Conti dans l’enfer parisien où Calyste anéanti la rejoindra bientôt non pour le meilleur mais pour le pire11.

27Et Camille-Félicité, qu’en est-il ? Camille, artisan de son propre malheur, Camille initiatrice et souvent instigatrice. Le moment est venu d’assister à son assomption à partir de ce lieu de haute révélation que sont pour elle Les Touches.

Un lieu de révélation

28Révélation progressive. Les Touches furent d’abord pour Félicité lieu de méditation, d’insularité spirituelle. C’est là, dans sa « chartreuse » loin de la fièvre et du divertissement parisiens qu’elle se ressource, faisant le point après chaque illusion perdue. De 1817 à 1834 elle est « venue cinq ou six fois aux Touches », son premier voyage ayant eu « lieu après sa première déception » amoureuse en 1818. Triste et sans aucun soupçon de sa gloire à venir elle veut seulement « se contempler elle-même après ce grand désastre » (700), « méditer là sur les événements de la vie ». Deux ans plus tard, en 1820, elle y revient au retour de Rome où elle fut abandonnée pour la seconde fois, trahie pour une italienne. Mais cet abandon-là, ce « malheur » est à l’origine d’une seconde naissance : « Félicité mourut et Camille naquit » (698). Promise à la célébrité, elle envisage cependant sa « métamorphose littéraire » avec une certaine distance d’ironie :

« Aussi loin du fracas de madame de Staël que des luttes politiques, elle se moque très bien de Camille Maupin, ce cadet de George Sand qu’elle appelle son frère Caïn, car cette gloire récente a fait oublier la sienne. Mademoiselle des Touches admire son heureuse rivale avec un angélique laisser-aller, sans éprouver de jalousie ni garder d’arrière pensée » (699-700).

  • 12 Voir à cet égard George Sand, Histoire de ma vie.

29C’est peut-être que déjà, obscurément, elle se sent promise à de plus hautes destinées, appelée à réaliser le rêve monastique de cette heureuse rivale…12

  • 13 Goût et « vertige de l’absolu » sont prêtés par Aragon à Bérénice, l’héroïne d’Aurélien, e (...)

30Dès son apparition dans le roman, son portrait inaugural semble témoigner d’une sorte d’élection, insistant sur « les yeux dont la flamme scintille par moments comme celle d’une étoile fixe » (694). La profondeur de sa prunelle « a son infini, de même que l’éclat des yeux à miroir a son absolu. Ainsi son visage même, comme « poli par le feu des déserts » (693) est-il marqué du double sceau annonciateur de son aspiration à l’infini et de son goût de l’absolu. Ce goût de l’absolu qui ne va pas sans « le vertige de l’absolu »13. Sa figure mélancolique est « frappée par la tristesse d’une méditation constante » et son silence, son regard profond effraient. Car « ne brise-t-elle pas un sentiment quand il ne répond pas à l’infini qu’elle embrasse et contemple ? Qui peut combler les deux précipices de ses yeux ? » (696).

  • 14 Voir Baudelaire, Les Fleurs du mal, poème intitulé « L’Homme et la Mer », première strophe (...)

31Sans le savoir encore la voici sur le chemin initiatique où se perdront bientôt ses pas déconcertés quand elle découvrira « en elle, jeune et frais, le premier amour, au moment où les femmes sont sommées par la nature de renoncer à l’amour » (698). La mer qui cerne les Touches lui offre « alors une image de l’infini » (808) reflet de celui qu’elle porte en elle. Miroir aux étranges pouvoirs. Dans le déroulement infini de sa lame sans doute contemple-t-elle son âme, et son « esprit alors n’est pas un gouffre moins amer »14 car cet enfer dont les médisances de Guérande font son royaume c’est en elle qu’il brûle la faisant souffrir « d’horribles douleurs inconnues » bien devinées cependant par le cruel Claude Vignon son amant, sorte de démon attisant le feu par de « terribles paroles » de vengeance proférées en ce château que Camille a voulu lui faire aimer afin d’y passer ses jours dans l’adoration secrète de (son) dieu : Calyste, mais « l’homme d’esprit » a déjoué ce plan « à la fois ignoble et sublime » :

« Vous êtes arrivée à Paris éperdument amoureuse de Calyste (...) mais vous étiez épouvantée des suites d’une semblable passion à votre âge, elle vous menait dans un abîme, dans un enfer, au suicide peut-être (...) vous aperceviez à quelques pas dans votre vie une séparation horrible : le dégoût et la vieillesse terminant bientôt un poème sublime (...) Vous n’avez jamais aimé ma pauvre Maupin et vous ne le serez jamais après vous être refusé le beau fruit que le hasard vous a offert aux portes de l’enfer des femmes et qui tournent sur leurs gonds poussées par le chiffre 50 ! » (750).

32« Suis-je une monstruosité » ? s’exclame alors la malheureuse, écho intériorisé de la monstruosité dont l’accuse ses détracteurs...

33C’est pourtant ce refus du beau fruit qui progressivement la conduit vers son vrai destin et Claude Vignon lui-même est, à son insu, un jalon sur le chemin de la révélation :

« Pendant que Claude parlait (...) j’ai conçu la beauté, la grandeur d’un amour sans espoir, n’est-ce pas le seul sentiment qui nous rapproche de Dieu ? » (753) confie-t-elle à Calyste qui désormais sera son intercesseur et son guide au labyrinthe dont il lui enseigne – sans le savoir – les détours et l’issue.

34La grande révélation a lieu dans le sauvage décor du Croisic déjà évoqué à propos de Béatrix. Après avoir « voltigé »« sur les cimes ou sur les abîmes comme un feu follet, essayant de donner le change à ses souffrances en affrontant le péril » de la mer (807) pour conjurer celui de l’amour, voici Camille assise dans l’ombreuse anfractuosité d’une roche, « occupée à méditer » et soudain

« elle sentit mourir la femme en elle, et se dégager la noble et angélique créature voilée jusqu’alors par la chair (…) Elle jeta les yeux sur les détours que Calyste lui avait fait faire et les comparaît aux chemins tortueux de ces rochers. Calyste était toujours à ses yeux le beau messager du ciel, un divin conducteur. Elle étouffa l’amour terrestre par l’amour divin » (808).

35Aussi à partir de cet instant Calyste sera-t-il « toujours debout devant elle comme une image céleste ».

36J’aimerais maintenant dans une dernière étape de notre parcours, envisager les éléments du paysage où s’inscrit le château des Touches et, bien sûr, le château lui-même sous l’angle symbolique afin de suggérer une autre lecture possible allant dans le sens d’une sorte d’intériorisation des lieux.

D’un château l’autre

  • 15 Jean Chevalier et Alain Gherbrant, Dictionnaire des symboles. Seghers, Paris, 1973, 4 volu (...)

37– L’Île tout d’abord. Elle est « par excellence » dit le dictionnaire des symboles15, le symbole d’un centre spirituel. Pensons à Montsalvat, île centrale de la quête du Graal. C’est sous forme d’îles que les celtes se représentent l’autre monde. Centre primordial et sacré, sa couleur fondamentale est le blanc tout comme dans notre roman où le blanc aveuglant des marais salants, les « chemins blancs sur lesquels se promène le paludier vêtu tout en blanc » (705) invitent à en faire la couleur emblématique de Camille fascinée par ce désert plein d’accidents où le soleil réfléchi par les eaux et les sables ruisselle, blanchissant tout alentour (706).

  • 16 Cf. Corneille, Les stances de Polyeucte.
    « Honteux attachements de la chair et du (...)

38– Le désert ensuite dont le nom revient si souvent ponctuer les descriptions. Symbole parmi les plus fertiles – si l’on ose dire – de la Bible, il est ambivalent. C’est la stérilité sans Dieu, c’est la fécondité avec Dieu. Terre aride, désolée, il fut lieu de tentation pour Jésus y subissant l’assaut des démons contre lesquels lutteront aussi les ermites tel Saint-Antoine. Le dictionnaire des symboles évoque à ce propos les « ermites du désert du cœur » parmi lesquels on pourrait ranger Camille car leur désert est celui des « désirs exorcisés. » Rappelons aussi que le désert est propice aux révélations de la grâce, et que selon Marc (1, 13) Jésus victorieux du tentateur est servi au désert par les anges. Or, notre héroïne ayant rompu dans la souffrance les « attachements de la chair et du monde »16 est conduite par « l’ange » Calyste « aussi bon qu’il est beau » (777) vers le royaume idéal car elle trouve « Dieu dans le sublime désert du ciel » (794). Son âme, dit-elle, se repose dans le cœur de Calyste « de toutes les corruptions, de toutes les idées de la science, de la littérature » (778). Oui, décidément les amarres sont rompues et Camille trouve « une espèce d’absolution de ses erreurs passées « dans l’infini même de la passion » qu’elle souffre (771).

39L’omniprésence du sel qui a désertifié les alentours des Touches invite aussi semble-t-il, à rappeler les symboles auquel il est lié.

40– Le sel. Là encore symbole ambivalent. Le sel corrode, érode mais préserve aussi de la corruption et tout porte-parole du Christ est « Sel de la terre ». N’oublions pas le sel de la liturgie baptismale ; sel de la sagesse il devient symbole de nourriture spirituelle. Or, Camille entourée de la lumineuse blancheur des marais salants, reçoit aux Touches une sorte de baptême pour une nouvelle naissance.

41Reste le symbole qui s’impose ici par excellence à savoir le château dont l’espace progressivement s’intériorise.

  • 17 Les expressions entre guillemets sont extraites de l’article château du dictionnaire des s (...)

42– Le Château. Toujours selon le dictionnaire des symboles, il est aussi inaccessible que désirable. Isolé par sa situation il figure parmi les symboles de la transcendance et souvent, dans les œuvres d’art, la Jérusalem céleste prend la forme d’un château fort. Dans les étapes initiatiques qui conduisent Camille vers un infini qu’elle aime et n’a jamais connu, sans doute lui faut-il d’abord rencontrer le Château noir car c’est le « château définitivement perdu », « le désir condamné à rester toujours inassouvi ». Ainsi de son amour pour Calyste. C’est, nous précise-t-on encore, « l’image de l’enfer », du « destin fixé sans espoir de retour », le château « où l’âme solitaire erre sans fin entre les murs sombres ».17

43Voilà qui correspond bien à l’enfer, au désert aride que traverse Camille en proie à l’amour humain avant d’être éclairée et de trouver « la porte par laquelle on s’élance dans l’infini » de l’amour divin (751).

44Ayant accepté de renoncer à Calyste, la voici enfin parvenue dans le Château blanc cher aux mystiques. Celui-ci est, au contraire du château noir, un symbole « d’accomplissement de soi », d’une « destinée parfaitement remplie », d’une perfection spirituelle.

  • 18 Cf. Béatrix, pp. 709-710 : « Sterne a raison : les noms signifient quelque chose, et le mi (...)

45Le Château Périlleux fait alors place au Château Radieux et Camille Maupin – nom de plume – disparaît pour laisser place entière à Félicité, nom sans doute prédestiné pour celle qui voyait un signe dans les noms18 puisqu’il signifie bonheur suprême.

  • 19 En lui léguant sa fortune.

46Une dernière étape reste à franchir : après avoir préparé à Calyste ce qu’elle pense être un bel avenir terrestre19, Félicité s’enferme à Nantes dans une cellule de postulante ; bienheureuse clôture où l’espace intérieur s’élargit aux dimensions de ce château de l’âme où l’attend pour toujours le fiancé « qui ne trompe et ne trahit personne » (840).

47Le pauvre Camille n’est plus ; lui a fait place « un enfant plein d’innocence » vivant dans une tranquillité sublime » (841) loin des périls de l’amour humain et après avoir désavoué ses livres (p. 841).

  • 20 Voir Œuvres diverses, édition Pléïade, tome 1, pp. 601-610.
  • 21 La fille aux yeux d’or, édition Pléïade, tome 5, p. 1109.

48Si cette symbolique peut laisser perplexe ou incrédule rappelons que le jeune Balzac, auteur méconnu d’un Traité de la prière, y rend dès 1823 un vibrant hommage à Thérèse d’Avila20. Rappelons aussi que d’autres héroïnes balzaciennes éprises d’absolu trouvent refuge au couvent après l’épreuve : ainsi de la duchesse de Langeais et plus inattendu de la marquise de San Real après le meurtre de la fille aux yeux d’or car, dit-elle, « rien ne console d’avoir perdu de ce qui nous a paru être l’infini. »21

49Au terme de cette étude, un doute nous saisit qui risque d’invalider tout ce qui précède ! Ces Touches qui ne doivent leur nom de « Château » qu’à une tradition orale, cette demeure campagnarde bâtie sur les ruines d’un petit Castel est-elle digne de figurer parmi les châteaux romantiques dont nous célébrons ici les prestiges ? Eh ! Bien oui, décidément oui.

50Inscrit dans un paysage romantique et symbolique dont il est inséparable, le château des Touches nimbé des sortilèges d’un Moyen-Âge redécouvert par le romantisme, lieu d’initiation et de métamorphoses ouvrant les chemins de la connaissance et de l’infini n’est pas moins intéressant que ses voisins au front audacieux. Plus secret seulement, car il abrite l’histoire d’une âme.

Notes

1 Et tout particulièrement dans Notre-Dame de Paris de Victor Hugo en 1831.

2 Ces expressions quelque peu accusatrices figurent dans Les Proscrits, conte de Balzac paru dans La Revue de Paris le 1er mai 1831, trois mois après le grand roman de Victor Hugo... (l’action des Proscrits se situe au début du quatorzième siècle).

3 Dont la première partie qui nous intéresse plus particulièrement ici a été publiée en 1839.

4 Et notamment l’architecture. Les restaurations de Viollet-le-Duc en témoignent.

5 Cf. Julien Gracq, Préférences. Paris, José Corti, 1961, chapitre intitulé « Béatrix de Bretagne », pp.203- 217 (daté de 1951).

6 Balzac connaissait ce paysage depuis le voyage effectué en Bretagne avec Madame de Berny en 1830. Ce sont ses souvenirs visuels qui sont ici convoqués. La pagination entre parenthèses renvoie à l’édition de Béatrix dans La Pléiade, tome 2.

7 Voir notamment la préface d’Yvonne Verdier à La légende arthurienne – Le Graal et la table ronde. Collection Bouquins, Laffont 1989. (Les citations qui suivent sont extraites de cette préface.)

8 Dont Camille Maupin est le nom de plume.

9 Naguère royaliste, Félicité est subjuguée par cette dernière image de l’Empire qui saisit son « âme grande et noble » et la préserve de « toute passion au milieu d’un bouleversement qui dispersa la société royaliste où elle avait débuté » (p. 692).

10 Comme en témoigne éloquemment la troisième partie de Béatrix qui se déroule à Paris (où Calyste marié à Sabine de Grandlieu mais amant de Béatrix s’enlise dans l’adultère avant de retourner aux joies de sa famille légitime...).

11 Ainsi que le remarque Pierre Citron dans le volet parisien de Béatrix écrit en 1844 : « Ce n’est plus du Racine, c’est du Feydau » ! (voir préface à Béatrix, édition du Seuil, 1965, tome 2, p. 8).

12 Voir à cet égard George Sand, Histoire de ma vie.

13 Goût et « vertige de l’absolu » sont prêtés par Aragon à Bérénice, l’héroïne d’Aurélien, et analysées dans de très belles pages (voir Aurélien, volume I, collection Folio, pp. 304-305).

14 Voir Baudelaire, Les Fleurs du mal, poème intitulé « L’Homme et la Mer », première strophe :
Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

15 Jean Chevalier et Alain Gherbrant, Dictionnaire des symboles. Seghers, Paris, 1973, 4 volumes.

16 Cf. Corneille, Les stances de Polyeucte.
« Honteux attachements de la chair et du monde
que ne me quittez-vous quand je vous ai quittés ».

17 Les expressions entre guillemets sont extraites de l’article château du dictionnaire des symboles.

18 Cf. Béatrix, pp. 709-710 : « Sterne a raison : les noms signifient quelque chose, et le mien est la plus sauvage raillerie. Je mourrai sans trouver chez un homme l’amour que j’ai dans le cœur... ».

19 En lui léguant sa fortune.

20 Voir Œuvres diverses, édition Pléïade, tome 1, pp. 601-610.

21 La fille aux yeux d’or, édition Pléïade, tome 5, p. 1109.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search