Version classiqueVersion mobile

Châteaux romantiques

II. Le château et l’inscription de l’histoire

Ordre et désordre au château dans les romans de Gœthe

Irène Tieder

Texte intégral

1Gœthe, issu d’une famille bourgeoise aisée a, dès sa jeunesse, aspiré à pénétrer dans la société aristocratique de son époque. Appelé à Weimar auprès du duc Charles-Auguste, il y passa de nombreuses années, remplissant avec le plus grand succès diverses fonctions administratives importantes. Il partagea les plaisirs du jeune duc aussi bien que ses activités culturelles et fréquenta donc de près la noblesse de la petite cour qui s’opposa souvent aux réformes que voulait promouvoir ce conseiller génial mais roturier.

2Gœthe était en effet tout disposé à accueillir le nouvel esprit de la Révolution française, dont il avait admiré la vaillance à la bataille de Valmy. Il se détacha cependant assez vite des excès sanglants de la Terreur et acquit alors une réputation de conservateur.

3On lui prête depuis le mot célèbre : « Mieux vaut une injustice qu’un désordre ». En réalité, l’attitude sociale et politique de Gœthe a évolué avec le temps, elle n’a cessé d’être ambivalente et doit être examinée comme telle. C’est ce que l’on peut observer dans les deux grands romans de sa maturité, Wilhelm Meister (terminé en 1829) et les Affinités électives (1809), où Gœthe introduit de nombreux représentants d’une noblesse déjà décadente et menacée de disparition, mais vivant encore sur un grand pied dans d’impressionnants châteaux.

  • 1 Goethe, Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister, traduction de J. Ancelet-Hustache. (...)

4À cette époque, et surtout en Allemagne, où la cloison entre les classes était particulièrement étanche, le monde de la noblesse semble être le seul capable d’accéder à la vraie culture car il possède des livres, des instruments de musique, des œuvres d’art, peintures et sculptures, dont son instruction lui permet de jouir. C’est ce que Gœthe fait dire à Wilhelm Meister au livre III des Années d’apprentissage : « Il faisait ses considérations sur le comte, la comtesse, le baron, sur la sûreté, l’aisance, la grâce de leur comportement, et quand il était seul, il s’écriait avec ravissement ; “il convient de féliciter comme trois fois heureux ceux que leur naissance élève d’emblée au-dessus des couches inférieures de l’humanité, qui n’ont pas besoin de traverser les conditions dans lesquelles tant de gens de bien se rongent d’angoisse tout le temps de leur vie... Quelle aisance, quelle facilité procure une fortune héréditaire !...” »1

La culture dégradée

5Wilhelm Meister, qui commence ses années d’apprentissage comme auteur et acteur dans une troupe de théâtre, est donc transporté de joie lorsque les comédiens sont invités par certain baron au château du comte afin de jouer devant le prince, dont la visite est annoncée (notons que tous ces nobles ne sont désignés que par leur titre, ils sont dépourvus de patronyme, ce qui souligne leur caractère emblématique).

6La façade du château apparaît brillamment illuminée, c’est une véritable demeure féerique, dont l’intérieur est tout aussi éblouissant, avec ses grands poêles, ses tapisseries et ses parquets marquetés.

7Wilhelm se promet donc un grand succès auprès de cette société distinguée, dans ce cadre magnifique et harmonieux.

8Malheureusement, la réalité n’est pas du tout à la hauteur des espérances de Wilhelm et de la troupe. Tous sont fort mal reçus dans une vieille bâtisse croulante attenante au château, sans lit, ni table, ni cheminée, ni nourriture.

9Insultés de surcroît par des domestiques grincheux, les acteurs doivent s’accommoder tant bien que mal de ce piètre accueil, jusqu’à l’intervention tardive du baron qui leur fait apporter quelques couvertures et des vivres. Quelle déconvenue devant cette réception indigne !

10Wilhelm a obtenu enfin d’être introduit auprès de la belle comtesse à son lever. Il est persuadé qu’elle se passionnera pour son œuvre dramatique, dont il compte lui lire des extraits. Mais la comtesse est fort occupée par sa toilette du matin et s’intéresse beaucoup plus à l’échafaudage de boucles que réalise justement son coiffeur sur sa jolie tête, à ses robes et à ses bijoux qu’à la littérature ! Le pauvre Wilhelm a beaucoup de mal à se faire entendre au milieu de toute cette agitation.

11Le comte le prie ensuite de composer un éloge du prince, dont on attend l’arrivée imminente.

12Wilhelm devra y inclure le récit détaillé des exploits militaires du prince et suivre toutes les directives imposées par le comte. Il est choqué et révolté qu’on veuille lui dicter le contenu même de sa création poétique. Le prince assistera d’ailleurs très distraitement au spectacle donné en son honneur, renforçant ainsi la cruelle déception de Wilhelm. Celui-ci comprend que l’intérêt des nobles pour la culture n’est que très superficiel, leur vie de luxe et de distraction les détournant de la vraie poésie et de l’intériorité authentique.

13S’ils aiment le théâtre, c’est surtout pour se voir représenter sur scène et y capter le reflet de leur propre condition. Ainsi s’explique la passion du prince pour les nobles héros de Racine, passion du reste partagée par Wilhelm. Cependant, ce dernier ne va pas tarder à découvrir aussi l’œuvre de Shakespeare et à délaisser le classicisme français.

14Wilhelm a réalisé son erreur après la visite au château du comte : il avait caressé l’illusion de s’approcher, par le biais du théâtre, de la société aristocratique et d’acquérir ainsi une culture vaste et universelle. Il pensait que le théâtre et le monde de la bonne société ne faisaient qu’un. Devenu perspicace et critique, Wilhelm se détourne à la fois de la noblesse et du théâtre. En fait, l’attitude de Gœthe reste un dilemme : il prévoit fort bien la décadence inévitable puis l’extinction progressive de la noblesse allemande, mais il continue à voir en elle un élément conservateur de la culture, face aux progrès de la technique, de l’économie et de la science promus par la bourgeoisie. L’occupation dite « culturelle » reste donc encore essentielle au château dans Wilhelm Meister comme dans les Affinités électives, où l’on pratique la poésie, la lecture à haute voix et la musique, mais dans l’imperfection et la superficialité.

  • 2 Goethe, Les Affinités électives (Die Wahlverwandtschaften) Traduction de J.F. Angelloz, Éd (...)
  • 3 Ibid., chap. 2, p. 75.

15Comme de coutume, les nobles sont oisifs, pour la plupart, tout au plus occupés par la gestion de leurs biens et surtout par la chasse. Mais ils sont vaillants et toujours prêts à aller à la guerre lorsqu’il le faut. C’est le cas de Lothario dans Wilhelm Meister, qui s’est battu en Amérique sous les ordres de Lafayette et aussi celui d’Édouard, le héros des Affinités décrit comme « un riche baron dans la pleine force de l’âge »2 Fils unique, gâté par ses riches parents, mais « franc, généreux, brave, courageux. »3

16Malgré ces qualités de la noblesse, Gœthe révèle dans ses deux romans le désordre des mœurs et la faille morale qui minent l’apparente et paisible harmonie de la vie au château, menant parfois ses occupants jusqu’à leur perte.

La morale en déroute

17Nous connaissons déjà le château du comte dans Wilhelm Meister. On s’y amuse beaucoup, on batifole avec les actrices de passage, bref, la frivolité est de règle. Le baron et la baronne ne cessent d’intriguer dans le dessein de dévoyer le comte et la comtesse. Ainsi, on jette pratiquement Wilhelm dans les bras de cette jolie comtesse : la baronne revêt Wilhelm des vêtements du comte en son absence et le cache dans un petit cabinet. Le comte rentre inopinément, découvre presque Wilhelm qui a ainsi risqué de compromettre sérieusement la réputation de la comtesse. Bref, on se croirait en plein Marivaux !

18Le baron Lothario, dont on a signalé le courage, a une conduite déplorable envers les femmes presque jusqu’à la fin du roman. Il n’a, avec ses diverses amies, que des relations superficielles, uniquement érotiques et éphémères. Il a ainsi abandonné Aurélie qui en est morte de chagrin.

19Si l’on badine beaucoup dans Wilhelm Meister, c’est dans les Affinités électives qu’éclate le vrai scandale moral, ruinant l’institution du mariage à laquelle Gœthe était si attaché. Le riche baron Édouard et sa femme Charlotte, ayant fait un mariage tardif, ont décidé de mener dans leur château une vie paisible et retirée. Mais Édouard invite son ami le capitaine à venir le rejoindre pour l’aider à administrer ses biens, tandis que Charlotte rappelle auprès d’elle sa nièce Odile, jusque là pensionnaire, afin de la faire bénéficier de sa maternelle présence et de parfaire son éducation.

20C’est alors que vont jouer les « affinités électives » fonctionnant sur le modèle de l’attraction de certains corps chimiques entre eux : si l’on met en présence deux couples A+B et C+D, il peut arriver que A se porte vers D, alors que C ira vers B.

21C’est exactement ainsi que les choses se passent dans le roman : Édouard et Odile, les plus jeunes, tombent éperdument amoureux l’un de l’autre, tandis qu’une forte attirance rapproche Charlotte et le capitaine, plus mûrs et pondérés.

  • 4 Ibid., chap. 10, p. 193.

22L’arrivée de certains visiteurs au château va jouer le rôle de catalyseur, voire de signal permissif : en effet, les vieux amis de Charlotte et d’Édouard, le comte et la baronne, forment depuis fort longtemps un couple illégitime. Ils représentent l’amour heureux hors du mariage : « Ainsi ce couple se montrait-il tout à fait à son aise dans le temps présent. La liberté avec laquelle ils acceptaient et traitaient les circonstances de la vie, leur sérénité et leur sans- gêne apparents se communiquaient aussitôt. »4

  • 5 Ibid., chap. XVIII, pp. 299-301. Selon certains, ce général évoque peut-être Napoléon que (...)

23De fait, l’amour ne cesse de croître entre Édouard et Odile, fougueux et passionné. Un soir, l’esprit tout plein d’Odile, Édouard entre chez sa femme et de leur union charnelle va naître un enfant. Apprenant la grossesse de Charlotte, Édouard promet de s’arracher à Odile et de s’éloigner. Il part en effet. « La chasse et la guerre sont pour le gentilhomme une porte de sortie toujours ouverte. Édouard aspirait à un danger extérieur qui ferait équilibre au danger intérieur. Il aspirait à l’anéantissement. La guerre, qui venait de recommencer, favorisa son projet. Des chefs militaires médiocres lui avaient causé beaucoup d’ennuis dans sa jeunesse, c’est pourquoi il avait quitté le service. C’était pour lui maintenant une sensation magnifique de partir en campagne avec un général dont il pouvait se dire : sous ses ordres la mort est probable et la victoire certaine. »5

24La séparation est, pour Odile et Édouard, une indicible souffrance. Peu après, Charlotte met au monde un fils qui – ô stupéfiant miracle ! – a les traits de visage du capitaine et exactement les yeux d’Odile. Cet enfant est la preuve tangible de ce que Gœthe qualifie de véritable « adultère moral ».

25Tout va se terminer en catastrophe : Odile qui promène l’enfant dans ses bras est, un jour, surprise par Édouard et, totalement bouleversée par cette rencontre, elle perd tous ses moyens : devant traverser l’étang en barque pour regagner la maison, elle laisse échapper l’enfant qui tombe à l’eau et ne pourra être ranimé. Odile se laissera mourir de chagrin, Édouard ne lui survivra pas longtemps.

26Ainsi, l’harmonie qui régnait au château en début de récit a-t-elle été totalement anéantie par les « affinités électives » et la passion, le mariage légitime, implanté dans son code ancestral, détruit.

Les lieux

27Parallèlement et assez curieusement, les lieux où se déroulent les intrigues des deux romans, aussi bien Wilhelm Meister que les Affinités électives, subissent aussi de notables changements.

  • 6 Ibid., 1ère partie, chap. IV, p. 109.

28Le château, où Édouard et Charlotte se sont retirés après leur mariage, est un lieu de solitude et de vieille tradition, solidement bâti par les ancêtres. Les peupliers et les platanes plantés jadis par Édouard sont le symbole de cette tradition et du passé et c’est pourquoi il surveille si jalousement leur croissance. Mais le jeune baron n’est pas très doué pour gérer son domaine. Il est trop dispersé, trop fantasque. Son ami, le capitaine, vient précisément pour l’aider à améliorer l’exploitation de son bien et mettre de l’ordre dans ses papiers. Il réalise un relevé topographique de la région afin de tirer meilleur parti des terres et voudrait persuader Édouard que jouissance et travail sont incompatibles : « Séparez toujours les affaires de la vie », dit-il, « celles-là veulent du sérieux et de la rigueur, celle-ci de la fantaisie ; une affaire exige la continuité la plus stricte, la vie a souvent besoin d’une inconséquence. »6

29Mais avant même l’intervention du capitaine, Charlotte avait introduit une innovation dans la structure des lieux. Face au château, elle avait fait construire une cabane de mousse, située au sommet d’une colline à laquelle menait un sentier ardu. Elle s’y tenait souvent, respirant plus librement et jouissant du paysage.

30L’étape suivante est la décision des quatre amis de tracer un chemin plus commode et surtout de bâtir une maison nouvelle. Celle-ci sera encore plus éloignée du château que l’on n’apercevra même plus, la vue du village et des champs productifs étant, elle aussi, dissimulée. Cette maison dominera les étangs et deviendra le domaine de la passion, où le couple Édouard-Odile se réfugiera. On quitte donc le château, îlot tranquille incarnant l’ordre et la tradition, pour un lieu sauvage et rocheux. Les institutions et les règles sociales font place au désordre moral et à la passion libérée, dont la nouvelle maison est comme le symbole.

31Et, finalement, tout tourne court : le capitaine échoue dans sa tâche de réorganisation, l’étang et la nouvelle maison deviennent lieux de tragédie et de mort.

  • 7 Ibid., 1ère partie, chap. VI, p. 119.

32Le capitaine sachant que son activité n’est que pseudo-productive et que les changements et innovations resteront illusoires, s’empresse d’accepter une meilleure situation et s’éloigne du château. Édouard, enfermé dans son immobilisme féodal, s’enfuit à l’armée mais finit, on l’a vu, par succomber à sa passion pour Odile. Son esprit de caste le rend hostile à tout changement et l’isole de son entourage : « Je ne désire pas avoir à faire aux bourgeois et aux paysans, quand je ne peux pas leur commander réellement »7 disait-il, et même lorsqu’il fait la charité, c’est avec hauteur et condescendance.

33Par antithèse, le capitaine et l’architecte comprennent mieux les problèmes sociaux et savent que le futur est aux hommes courageux et actifs, à ceux qui ont un métier et travaillent.

34Les affinités électives n’ont pas seulement fait éclore la passion amoureuse dans le roman, elles y ont aussi introduit un souffle réformateur.

35Le monde d’Édouard et de Charlotte est voué à disparaître, leur château aussi. Charlotte l’explique fort bien :

  • 8 Ibid., 2e partie, chap. VIII, p. 133.

« De l’état des choses qui existait au temps où chaque petite ville devait avoir ses remparts et ses fossés, ... où les moindres châteaux n’étaient accessibles que par un pont-levis, nous pouvons à peine nous faire une idée. Maintenant, les grandes villes elles-mêmes jettent bas leurs remparts : on comble les fossés des châteaux princiers eux-mêmes… rien ne doit rappeler l’art, la contrainte, nous voulons respirer en toute liberté et sans gêne. »8

  • 9 Voir à ce propos ce que dit Hans Jürgen Geerdts dans Goethes Roman : Die Wahlvewandtschaft (...)

36Charlotte comprend que le maintien du domaine féodal sépare la vieille génération du monde nouveau.9

37On observe une semblable transformation des lieux dans Wilhelm Meister. Alors que Wilhelm avait découvert au début du roman toutes les splendeurs aristocratiques dans le château du comte, c’est avec stupeur qu’il aborde plus tard celui du jeune baron Lothario. Ce château est, en effet, d’aspect étrange et hétéroclite ; le bâtiment, compliqué et biscornu, comporte plusieurs passages secrets. Il est dominé par un donjon médiéval, la Tour, qui paraît rester fermée en permanence, mais abrite en réalité une grande salle où siège la fameuse société dite « de la Tour » dont un abbé, un médecin, Lothario et d’autres jeunes nobles font partie. Cette société réformatrice, philanthrope et strictement secrète ressemble à une loge maçonnique. Elle a des disciples dont elle dirige la vie, elle se veut didactique et protectrice. C’est dans la grande salle de la Tour que Wilhelm recevra sa « lettre d’apprentissage » lorsque sa formation sera terminée. La Société de la Tour, abandonnant les faibles – comme Mignon ou le harpiste – à leur triste sort, n’envisage encore aucune réforme sociale et collective, elle pratique une sorte de dirigisme autoritaire, protégeant et soutenant seulement quelques privilégiés.

  • 10 Voir à ce propos Dieter Borchmeyer, Höfische Gesellschaft und französische Revolution bei (...)
  • 11 Cité par Pietro Citati, Goethe. L’Arpenteur, Gallimard, Paris, 1992, chap. VIII, p. 162.

38Lothario, jeune aristocrate courageux, actif, lucide et ambitieux se démarque de cette Société de la Tour, dont il fait pourtant partie. Revenu des État-Unis, il veut entreprendre des réformes dans son domaine, tout en restant fermement attaché à son statut de propriétaire terrien. Ainsi, il fait ajouter à son château médiéval des bâtiments modernes reliés au corps principal par des galeries et des passages couverts. Il modifie sa demeure en fonction de ses nouveaux besoins. Moins de représentation et davantage de commodité. Au lieu de jardins artificiels et de grandes allées, il fait planter des arbres fruitiers et un jardin potager. Il transforme sa résidence noble selon l’esprit bourgeois. Marqué par l’esprit français et le désir de réformes, Lothario est en faveur de l’abolition du système féodal, sans vouloir cependant perdre son bien ou renoncer à ses prérogatives. Il se conduit en agriculteur moderne et rationnel10, il défend les paysans opprimés, désirant même les faire participer à ses bénéfices. Abandonnant la vie plutôt légère qu’il avait menée jusqu’ici, Lothario épouse Thérèse, bonne administratrice et excellente maîtresse de maison. Il se stabilise dans ce mariage de raison. Lothario, noble actif et réformateur, représente le noyau d’une nouvelle société en Allemagne. Mais nul ne songe encore à faire une véritable Révolution, loin de là. Le noble Jarno se fait le porte-parole des craintes de Lothario à la fin du roman : « De grands changements nous menacent et les biens désormais ne sont presque nulle part en sécurité. »11

39L’ombre de la Révolution française plane naturellement sur l’Allemagne, mais celle-ci continue à mener une vie patriarcale, les privilèges et les châteaux de la noblesse incarnant encore, aux yeux des jeunes intellectuels, les valeurs suprêmes de la civilisation.

40Tel est le dilemme dans lequel semble se débattre Gœthe. Dans ses deux romans, il juge sévèrement certains nobles oisifs, frivoles, immoraux ou rétrogrades, en admire d’autres, travailleurs et ouverts aux idées nouvelles. Ayant cru trouver, tout comme Wilhelm Meister, l’harmonie spirituelle et la richesse culturelle auprès des nobles dans leurs châteaux, Gœthe a bien vite déchanté devant la futilité de leur existence et l’immobilisme paralysant de la cour de Weimar.

41En fait, deux conceptions du monde s’affrontent donc selon lui, et pas seulement sur le plan social et politique. La « Weltanschauung » du noble diffère de celle du bourgeois, comme on le voit clairement au début de Wilhelm Meister. Pour le jeune Wilhelm, les nobles doivent cultiver leur personnalité afin de l’exhiber à l’extérieur et prouver ainsi leur valeur. Les bourgeois, par contre, n’attirent guère l’intérêt sur leur personne, car on ne considère que les choses qu’ils accomplissent, l’argent qu’ils gagnent et leurs capacités productives. Le noble représente et dépense, le bourgeois travaille et épargne. Wilhelm en conclut que le bourgeois ne peut vraiment s’épanouir, car il vit dans la catégorie de l’Avoir. C’est pourquoi il se tourne d’abord vers le théâtre qui correspond pour lui au monde de la noblesse, de la bonne société et de l’apparence. Il cherche un style de vie conforme à la tradition aristocratique. Pour Wilhelm, comme pour Goethe, la noblesse reste un élément conservateur de la culture menacée par les bouleversements politiques. Mais on a vu comment, peu à peu, Wilhelm déçu s’est détourné du théâtre et de la noblesse désuète. Il a évolué sous l’influence de la société de la Tour et de Lothario, s’orientant vers une vie active et utile.

42Les valeurs bourgeoises sont donc admises et appréciées à la fin des deux romans goethéens. Le baron Édouard meurt tandis que le capitaine et l’architecte développent leur activité dans les Affinités électives et Wilhelm Meister choisit de devenir chirurgien. Cependant, il n’exercera pas sa profession à son seul profit, il se mettra au service de toute la société, se distinguant ainsi du bourgeois traditionnel, comme son beau-frère Werner, qui ne pense qu’à augmenter sa fortune.

43Le nouveau bourgeois se doit d’être d’abord un citoyen conscient de ses devoirs envers la communauté.

44Gœthe, encore si attaché aux valeurs de la noblesse en ce début de XIXe siècle, tout en réalisant clairement l’impact de la Révolution française sur l’Europe, semble finalement admettre la supériorité du mode de vie bourgeois, devenu à la fois inévitable et indispensable, mais lui fait subir une remarquable sublimation.

Notes

1 Goethe, Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister, traduction de J. Ancelet-Hustache. Aubier-Montaigne-Paris, 1983 (livre III, pp. 158-159).

2 Goethe, Les Affinités électives (Die Wahlverwandtschaften) Traduction de J.F. Angelloz, Éd. Aubier-Flammarion. Paris, 1968, chap. 1, p. 59.

3 Ibid., chap. 2, p. 75.

4 Ibid., chap. 10, p. 193.

5 Ibid., chap. XVIII, pp. 299-301. Selon certains, ce général évoque peut-être Napoléon que Gœthe admirait beaucoup.

6 Ibid., 1ère partie, chap. IV, p. 109.

7 Ibid., 1ère partie, chap. VI, p. 119.

8 Ibid., 2e partie, chap. VIII, p. 133.

9 Voir à ce propos ce que dit Hans Jürgen Geerdts dans Goethes Roman : Die Wahlvewandtschaften. Aufbau Verlag, Berlin und Weimar, 1974.

10 Voir à ce propos Dieter Borchmeyer, Höfische Gesellschaft und französische Revolution bei Goethe. Athenäum Verlag, Kronberg, 1977.

11 Cité par Pietro Citati, Goethe. L’Arpenteur, Gallimard, Paris, 1992, chap. VIII, p. 162.

Auteur

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search