Version classiqueVersion mobile

L’art et question de la valeur

 | 
Dominique Rabaté

La fabrique des valeurs

Questions de valeur(s) dans la littérature de jeunesse

Lise Chapuis

Texte intégral

1Il faut se féliciter que la littérature de jeunesse puisse figurer comme objet d’étude dans le cadre de cette réflexion universitaire sur la question de la valeur. En France en effet, ce champ particulier de la littérature est encore souvent considéré avec une condescendance bienveillante, comme si la spécialité, par une sorte de contiguïté métonymique, faisait de ceux qui s’y consacrent de grands enfants. À l’autre bout de la chaîne, les écrivains qui publient dans le domaine de la jeunesse ne sont toujours pas tenus pour des auteurs à part entière, leurs œuvres ne figurent pas dans les programmes scolaires ou universitaires, sauf comme appendices à une œuvre authentique, autrement dit pour les adultes.

2Ou plutôt ne figuraient pas, puisque, après avoir progressivement investi les programmes du français dans le second cycle (à travers les « listes d’accompagnement des programmes » des différents niveaux du collège), les ouvrages du domaine « jeunesse » sont maintenant inscrits dans une liste pour l’étude littéraire à l’école élémentaire. Par ailleurs certaines universités commencent à offrir un enseignement en littérature de jeunesse à l’intérieur d’un cursus.

3Il s’agit là d’un passage du signe négatif au signe positif, et donc d’une réévaluation : d’une légitimation institutionnelle, indubitabement. La vivacité même des débats qui ont accompagné la récente scolarisation de la littérature de jeunesse, impliquant à la fois enseignants, auteurs et éditeurs, parents et bibliothécaires, indique assez le climat passionnel qui l’entoure et la nécessité de creuser cette ambivalence du dé-valorisé/re-valorisé qui est sans doute, et encore pour quelque temps, un de ses aspects les plus marquants.

4En ce qui concerne les repères temporels, 1695 est généralement, en France, la date que les historiens s’accordent à considérer comme fondatrice, avec la parution de Les aventures de Télémaque écrites par Fénelon pour l’instruction du jeune Dauphin dont il est le précepteur. D’emblée les prémices d’une littérature de jeunesse présentent des caractéristiques qui contribuent au questionnement sur sa valeur : c’est une littérature que l’on dit « adressée » puisqu’elle est ad usum delphini, une littérature à vocation pédagogique donc, une littérature aussi qui travaille dans le domaine de la récriture. En 1697, les Histoires du temps passé ou Contes de ma mère l’Oye de Charles Perrault, bien que n’étant pas explicitement réservées à un public d’enfants, sont présentées comme écrites par un enfant ou avec sa participation. La valorisation du conte –également sous forme de récriture- et des ses origines orales et populaires s’inscrit dans le cadre de la Querelle des Anciens et des Modernes et met en jeu le rapport aux modèles culturels, ancienneté nationale contre ancienneté classique : le binôme littérature/jeunesse est déjà l’occasion de critiques et polémiques. A l’autre extrémité de l’arc temporel, avec un colloque de Cerisy-la-Salle intitulé « Littérature de jeunesse, incertaines frontières », la littérature de jeunesse, a investi –fini par investir, a-t-on envie de dire- en 2004 un des hauts lieux de la réflexion sur la littérature, et l’on peut désormais considérer qu’il s’agit là d’un signe manifeste d’une reconnaissance pratiquement achevée.

5La question de la valeur semble donc intrinsèque à la notion même de littérature de jeunesse, et elle s’y présente d’une manière particulièrement complexe : les valeurs morales y règnent en effet en maître, entraînant la mise en doute de la valeur esthétique ou justifiant son absence, tandis que la valeur marchande ne cesse de croître, en corrélation avec l’existence d’un public captif dont l’éducation et les plaisirs sont au centre des préoccupations légitimes d’une société soucieuse de son futur. Il est donc nécessaire d’examiner les éléments qui font peser un jugement négatif sur la littérature de jeunesse avant de pouvoir aborder une réflexion sur sa légitimité et son éventuelle valeur artistique.

  • 1 La fiction représenterait 68 % des ventes, selon Claude Combet, « Jeunesse : Harry Potter, et après (...)
  • 2 Ibid. Le chiffre comptabilise l’ensemble des éditions grand format et de poche jusqu’au 5ème tome

6C’est précisément par la valeur marchande que l’on entrera dans le propos. Il est bon de noter d’emblée que ce que l’on appelle le secteur jeunesse est le plus dynamique de l’édition française, en particulier pour ce qui concerne la fiction1. Rappelons à titre indicatif qu’environ seize millions d’exemplaires d’ouvrages de la série Harry Potter ont été vendus par Gallimard2. L’ampleur de ce chiffre ne manque pas, bien entendu, de susciter des interrogations sur la qualité de cet ouvrage dévoré par des jeunes qui rechignent habituellement à la lecture et de réveiller d’âpres autant qu’anciennes discussions sur les relations possibles entre succès et valeur littéraire. En fait, l’exemple d’Harry Potter est significatif, et l’une des raisons pour lesquelles la littérature de jeunesse est frappée du signe négatif quant à la valeur est sans conteste sa parenté, pour un certain nombre de points, avec la littérature de masse ou de consommation.

7Tout d’abord, la littérature de jeunesse se définit par son destinataire, et cette caractéristique la rapproche d’autres domaines - littérature de gare, littérature sentimentale, ou plus largement littérature populaire-condamnés aux limbes d’une paralittérature aspirant à la reconnaissance mais coupable de compromission parce qu’elle désigne son public ou son objet : les enfants, comme les femmes ou le peuple, semblent être des catégories de la société à qui les prescripteurs, se prévalant d’une mission pédagogique, voire de contrôle, ne peuvent consentir à prodiguer les dangereuses ivresses de la littérature pure.

8De cette relation manifeste au destinataire, il découle que le champ de la littérature de jeunesse est extrêmement dépendant de la conception qu’une société a de cette jeunesse et, de fait, son évolution est historiquement liée au regard porté sur l’enfant : être humain incomplet, il n’est pendant longtemps qu’un adulte miniature jusqu’à ce que, avec les théories de Rousseau puis l’avènement de la famille bourgeoise à noyau réduit, il prenne de plus en plus de valeur comme centre d’attention de la société industrielle. C’est précisément au xixe siècle que l’on passe du livre éducatif à la littérature enfantine. Par ailleurs la période de la vie que recouvre cette notion de « jeunesse » varie selon les époques et contribue à un brouillage nuisant à l’ensemble des productions qui lui sont destinées : pendant longtemps, si le bébé existe à peine (la mortalité infantile étant telle qu’elle fait de lui un être extrêmement périssable, si l’on peut dire), l’adolescence est également un concept ignoré aussi bien dans les classes aristocratiques que dans les classes populaires où les enfants travaillent très jeunes. De nos jours au contraire, le public « jeune » semble se découper à vitesse vertigineuse en tranches d’âge de plus en plus fines : du bébé lecteur encore au berceau jusqu’au « jeune adulte » sur le point d’entrer dans la vie active, le monde économique vise des cibles aussi multiples que précises de consommateurs potentiels, dûment mentionnées en quatrième de couverture à l’attention des prescripteurs (qui sont souvent des acheteurs).

9L’hétérogénéité même de ce destinataire à la fois unique et divers se retrouve dans celle des productions qui lui sont offertes, ce qui contribue de nouveau au brouillage, et donc à la dévalorisation, du secteur : des formes littéraires attestées comme le conte ou le roman y côtoient l’album et le documentaire, tandis que l’écrit, l’oral et l’image y nouent des relations complexes. Nul doute que ce foisonnement ne jette le discrédit sur la notion de littérature prise dans un sens aussi large, alors même qu’il pourrait être appréhendé comme porteur d’échanges esthétiques féconds.

  • 3 Le tirage moyen pour la jeunesse est actuellement d’environ 10.000 exemplaires

10Un autre facteur contribuant à faire peser un signe négatif sur la littérature de jeunesse est lié à ce que l’on pourrait appeler les conditions matérielles de sa production qui, sur divers plans, présentent des analogies avec les paralittératures. La production en quantité est l’un de ces éléments significatifs : si les chiffres de Harry Potter sont exceptionnels, l’existence d’un public captif soumis aux bonnes intentions éducatives d’un ensemble de prescripteurs qui va des parents aux enseignants est à l’origine de tirages3 généralement supérieurs (en moyenne) à ceux des ouvrages pour les adultes.

  • 4 Yves Reuter, « Les paralittératures : problèmes théoriques et pédagogiques », Pratiques no 50, juin (...)

11Par ailleurs l’on constate souvent dans la littérature de jeunesse une forte présence des collections et des séries (qui ne se rappelle le fameux « Club des cinq » ? Mais Harry Potter fonctionne aussi sur ce modèle), une prédominance de l’éditeur ou du directeur de collection sur l’auteur lui-même : ainsi les conditions économiques semblent primer plus qu’ailleurs sur la liberté supposée du créateur, entraînant du même coup la dévalorisation de celui-ci et de son œuvre. Cependant, selon Yves Reuter4, « on ne saurait sans le justifier, transformer des critères descriptifs en jugement de valeur » et surtout, ajoute-t-il, « les dimensions matérielles (économiques, commerciales..) pèsent aussi sur les textes et les auteurs littéraires légitimés, elles sont simplement euphémisées, voire purement et simplement occultées. Il reste donc à établir à partir de quel moment, ou selon quelles modalités elles deviennent rédhibitoires quant à la valeur ».

  • 5 Fabiani, Jean-Louis et Chamboredon, Jean-Claude, « Le champ de L’édition et les définitions sociale (...)
  • 6 Françoise Ballanger, rédactrice en chef de La Revue du livre pour enfants, dans une intervention in (...)

12Ainsi, un certain nombre d’éléments externes de la littérature de jeunesse, qu’il s’agisse de son public, mais aussi de ses conditions de production économiques pèsent négativement dans le jugement qui est porté sur elle. Cependant, comme l’ont montré Fabiani et Chamborédon dans une étude déjà ancienne5 dont les résultats ne semblent pas devoir être remis en cause aujourd’hui, la littérature de jeunesse n’est évidemment pas un bloc homogène et l’on peut y distinguer, selon ces auteurs, une édition de masse, un courant pédagogique et enfin une avant-garde qui se place sur le plan de l’art pour ce qui concerne le texte aussi bien que pour l’image. Et sans doute Françoise Ballanger6, posant la question « La littérature de jeunesse est-elle populaire ? », a-t-elle raison de considérer qu’il y a de fait un véritable continuum entre les catégories adulte et jeunesse : il existe dans l’une comme dans l’autre une littérature populaire et une littérature noble, une littérature de consommation et une littérature « littéraire ». L’amalgame commode sous le titre générique de « littérature de jeunesse » a le plus souvent subordonné l’ensemble du secteur aux productions les plus dépréciées, et cela ne va pas sans poser des problèmes d’ordre patrimonial. En vertu du peu de valeur accordé aux productions pour la jeunesse, des pans entiers des collections ont en effet disparu, rendant l’étude scientifique difficile, aussi bien sur le plan littéraire que sur le plan historique, ce qui ne contribue pas à légitimer le secteur en tant qu’objet de recherche.

  • 7 Le « Magasin d’éducation et de récréation » était un journal, fondé en 1862, la « Bibliothèque d’éd (...)

13Si la littérature de jeunesse semble disqualifiée par sa valeur marchande, cette situation est encore aggravée par le poids des valeurs morales qui l’investissent depuis les origines, quels que soient les groupes sociaux détenteurs du pouvoir capables d’influer sur sa création et sa diffusion. La relation étroite de la littérature de jeunesse avec les valeurs morales est fonction du rôle fondamental qu’on lui attribue, et tout se passe comme si la place prise par ces mêmes valeurs morales excluait la possibilité de toute autre valeur, c’est-à-dire de la valeur que nous nommerons ici esthétique. Depuis ses origines, la littérature destinée à la jeunesse est soumise au double dogme du « plaire et instruire », du divertissement et de l’instruction, intellectuelle mais surtout morale, des enfants à qui elle est destinée, nous le voyons dès les Aventures de Télémaque ou les Contes de ma mère l’Oye précédemment cités. Pierre-Jules Hetzel, le grand éditeur du xixe, mettra en exergue cette double visée en créant un « Magasin » puis une « Bibliothèque »7 d’« Education et de récréation » auxquels sera d’ailleurs associé Jules Verne.

14Il s’ensuit que le « bon » texte pour la jeunesse est celui qui, pour un groupe donné, est porteur des valeurs morales, politiques, religieuses qui lui conviennent. Le « bon » texte pour la jeunesse est donc, dans un certain sens, éminemment idéologique et pris entre les positions de ceux que l’on peut appeler ses producteurs –l’éditeur, l’auteur, l’illustrateur- et celles de ses récepteurs, l’enfant mais plus encore les prescripteurs adultes, qu’il s’agisse des parents ou des enseignants. Le texte pour la jeunesse a en effet cette particularité qu’étant destiné à des enfants, il n’est pas écrit par eux mais par des adultes, et encore moins jugé par eux –du moins en première instance- puisque l’achat, le choix même, se fait presque toujours par le filtre d’un adulte. Créateur et récepteur adultes sont donc face à face pour un enjeu qui est l’avenir d’une société à travers la formation intellectuelle et morale donnée à la jeunesse. On comprend dès lors à quel point la littérature de jeunesse peut être le lieu de combats idéologiques et combien la question des valeurs y joue un rôle primordial capable d’occulter toute autre préoccupation, notamment artistique.

  • 8 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : (...)
  • 9 Voir Jean-Yves Mollier, « Aux origines de la loi du 16 juillet 1949, la croisade de l’Abbé Bethléem (...)

15L’histoire de la littérature de jeunesse nous confirme l’importance de ces enjeux, puisque le xixe siècle, qui est celui de son avènement à grande échelle, voit s’affronter en elle les partis catholique et laïque lancés dans le combat qui mènera à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Que la célèbre Bécassine se retrouve « mobilisée » vers 1914 n’étonnera guère dans ce contexte, et Annie Renonciat évoque également les « enjeux idéologiques qui traversent la littérature enfantine des années 20 alors que », dit-elle, « l’univers de l’édition pour la jeunesse se trouve encore majoritairement aux mains d’acteurs –auteurs, éditeurs, responsables de collections et illustrateurs- attachés aux valeurs de la droite catholique, et souvent même de l’extrême-droite »8. À cette époque-là un censeur acharné des mœurs déviantes, l’abbé Bethléem, établit une liste-type de « Romans à lire et romans à proscrire » diffusée dans les paroisses et, convaincu que « la littérature enfantine ne tue pas moins d’âmes que l’école sans Dieu », il n’hésite pas à déchirer aux devantures des kiosques les journaux qui offensent la vue des passants. Son activisme conduira les surréalistes, bien décidés à le boxer, à organiser une contre-manifestation9.

  • 10 La loi du 29 novembre 1954 ajoutera ici « ou entretenir des préjugés ethniques ».
  • 11 Loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse

16Si la littérature de jeunesse de l’entre-deux guerres se fait l’écho des affrontements politiques de l’époque, dans l’après-guerre c’est un consensus moralisateur à la fois laïque et catholique qui concourra au vote, le 16 juillet 1949, de la loi sur les publications destinées à la jeunesse. Cette loi concerne « toutes les publications périodiques ou non qui, par leur caractère, leur présentation ou leur objet, apparaissent comme principalement destinées aux enfants et adolescents », à l’exception des publications officielles et scolaires. L’article 2 prescrit que « les publications visées à l’article 1er ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune rubrique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse10 ». L’article 14 ajouté en 1958 en élargit le champ d’application : « Le ministre de l’intérieur est habilité à interdire de proposer, de donner ou de vendre à des mineurs de dix-huit ans les publications de toute nature présentant un danger pour la jeunesse en raison de leur caractère licencieux ou pornographique, ou de la place faite au crime ou à la violence… »11.

  • 12 La loi a été appliquée à l’encontre de l’Hebdo Hara-Kiri, notamment pour le numéro 93 relatif à la (...)
  • 13 Patrick Wachsmann : « La loi du 16 juillet 1949 et la liberté d’expression », On tue à chaque page,(...)

17Ainsi la défense des valeurs morales dans le domaine de la jeunesse et de la littérature qui lui est destinée est à l’origine d’une loi qui instaure en France ce que l’on peut considérer comme une véritable censure. Bien que cette loi ait été à l’origine essentiellement dirigée contre la presse et surtout les bandes dessinées venues des Etats-Unis et censées pervertir l’esprit des jeunes Français, elle est toujours en vigueur et reste discutable par ses applications possibles, quoique rares12. En effet, poussant la logique, ne pourrait-on « envisager la condamnation de l’éditeur des aventures de Robin des Bois pour avoir donné du vol une image flatteuse et celui des exploits de Gaston Lagaffe pour l’apologie de la paresse », comme le suggère Patrick Wachsman13 ?

18La littérature de jeunesse se trouve donc matériellement définie par une loi de défense morale qui ligure sur toutes les publications : la question de la valeur est ici institutionnalisée. Et la littérature de jeunesse continue à être le lieu de la défense idéologique des valeurs morales. Un des épisodes relativement récents et significatifs de ces combats larvés et toujours à l’œuvre est la publication, dans les années 80, d’un livre intitulé Ecrits pour nuire – Littérature enfantine et subversion. Dans un style proche de l’invective, une rhétorique sans fioritures, l’auteur y accuse écrivains et éditeurs d’avoir « un programme subversif : démolir l’enfant pour démolir la société ». Dans cette théorie du complot s’attaquant au faible (le plus faible même, l’enfant) on reconnaît une fantasmatique propre à certain parti d’extrême-droite :

  • 14 Marie-Claude Monehaux, Ecrits pour nuire. Littérature enfantine et subversion, UNI, 1987, p. 8

19« Mon propos sera de montrer comment cette littérature à part entière, qui enveloppe de sa magie un âge si vulnérable, des âmes encore si vagues, et dont les structures morales sont encore vacillantes- car on a beau jeu d’envoûter un enfant par le talent, par la brillance, par l’émotion, par l’autorité péremptoire de la chose écrite et de le convaincre que le blanc est noir et que le noir est blanc- est devenue depuis une décennie environ l’instrument d’une véritable révolution anarchique silencieuse. Un travail de termites ronge en secret les livres et les cœurs. Les adultes les plus attentifs n’y voient la plupart du temps que du feu, convaincus qu’ils sont, par naïveté, qu’un album qui s’appelle La fugue du petit Poucet ou Un cambriolage pour rire ne peut recéler que d’inoffensives bleuettes ».14

  • 15 Par exemple, à la mairie d’Orange, la bibliothécaire se voit qualifier d’« acharnée de la littératu (...)

20On pourrait sourire de cet acharnement contre des fictions prises au premier degré si cet ouvrage n’avait en quelque sorte servi de manuel de base pour l’épuration des fonds menée dans les sections jeunesse des bibliothèques municipales par certaines mairies du sud de la France dans les années 90. On pourrait encore sourire de cette censure presque trop grossière pour être vraie15 s’il n’y avait un glissement possible, souvent réel mais imperceptible, vers des formes d’autocensure. Pour éviter critiques et polémiques, mais aussi pour toucher le plus large public, l’éditeur sera consensuel, le prescripteur prudent, et l’on peut également se demander quelle est la part de l’intériorisation de cette contrainte morale au niveau de l’auteur et des enjeux de l’écriture, quel poids elle peut avoir dans le processus même de la création.

  • 16 Giorgio Manganelli, Pinocchio : un livre parallèle, traduit de l’italien par Philippe Di Meo, Chris (...)
  • 17 Il s’agit bien sûr de l’héroïne des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur.

21Cependant, si l’on en croit Giorgio Manganelli, « l’obéissance et la sagesse de Pinocchio sont incompatibles avec son histoire, ses aventures ». En effet, dit-il, « en termes littéraires, l’histoire est toujours ’l’histoire d’une désobéissance’ ; elle présuppose une erreur, une désertion de la norme, un état pathologique »16. D’une certaine manière la pédagogie morale a besoin de mauvais exemples – Pinocchio, Sophie17 – pour désigner la voie du bien, mais plus encore, si morale et valeurs il y a, elles s’incarnent dans des fictions qui suivent heureusement leurs propres chemins d’invention et de création.

22Il est donc temps d’envisager la question de la valeur de la littérature de jeunesse sous l’angle du littéraire et de la littérarité. Laissant de côté ce qui, dans ce que l’on appelle « littérature de jeunesse », appartient au pur divertissement commercial, on s’interrogera ici essentiellement sur la fiction créative, sur des œuvres relevant d’une démarche artistique de la part d’auteurs et de plasticiens. En questionnant les passages et les échanges avec la littérature générale, on cherchera à mettre en évidence quelques éléments montrant que la littérature de jeunesse, ou du moins une partie de ses productions, relève des mêmes procédures d’analyse et de recherche que la littérature pour les adultes, c’est-à-dire la littérature tout court.

  • 18 « Proses du fils pour l’enfant barbare », propos recueillis par Thierry Guichard, Le Matricule des (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Marie-Aude Murail, « Pauvre Robinson », ou pourquoi et comment on adapte les romans classiques au p (...)
  • 21 Marie-Aude Murail, Auteur jeunesse. Comment le suis-je devenue, pourquoi le suis-je restée, Edition (...)

23En premier lieu, si la nature même de la littérature de jeunesse est d’être une littérature « adressée », c’est-à-dire orientée vers un destinataire identifié, on peut se demander s’il y a une spécificité de l’écriture pour les jeunes et comment la prendre en compte sans en faire une donnée dépréciative. Par exemple, la création se trouve-t-elle limitée par la nature du destinataire quant au choix des sujets ou des thèmes abordés ? Chacun sait combien les contes traditionnels peuvent offrir de situations scabreuses sans que cela les empêche d’être consensuels et proposés aux enfants avec l’ornement d’une morale plus ou moins factice. Et Christophe Honoré, auteur contemporain pour la jeunesse en même temps que pour adultes, affirme s’être rendu compte à travers son expérience que « la littérature de jeunesse n’avait pas de tabou, qu’on pouvait parler d’inceste, d’homosexualité »18. Même si Marie-Aude Murail se refuse aux scènes osées ou scabreuses par respect, dit-elle, de son jeune lecteur qu’elle ne veut pas désespérer, il n’est pas certain que les histoires que racontent les romans pour les enfants soient fondamentalement différentes de celles qui sont écrites pour les adultes. La prise en compte du destinataire enfantin se situe peut-être alors à un autre niveau, à savoir la mise en place de stratégies textuelles particulières telles que la distanciation ou la polyphonie ? Ainsi, par exemple, selon Christophe Honoré, « le vrai tabou en littérature de jeunesse, c’est de parler de soi »19. Plus généralement, Marie-Aude Murail, qui est également auteur d’une thèse sur l’adaptation des classiques pour la jeunesse20, parle de facilitations stylistiques, des « mille petites choses qu’un écrivain peut faire pour un enfant »21 -ce que la critique anglo-saxonne nomme « writing down »- sans mépriser son lecteur ni s’abaisser soi-même.

  • 22 Roberto Piumini, La Verluisette, traduit par Armand Monjo, Le livre de poche Jeunesse, 1998

24Dans tous les cas, au lieu d’être considérés négativement comme des impératifs de fabrication, ces enjeux d’écriture peuvent être étudiés par la critique comme de véritables stratégies textuelles : on peut par exemple concevoir l’écriture pour la jeunesse comme une forme particulière d’écriture à contraintes telle que la pratique l’Oulipo, avec des consignes formelles (une forme, un nombre réduit de lignes ou de pages, etc), ou encore lexicales (un certain nombre de mots, un lexique particulier, etc). Notons d’ailleurs que parmi les projets formulés dans son livre Je suis né, Perec mentionne dans sa liste : « Ecrire pour de tout petits enfants ». On pourrait également envisager d’étudier une partie de la littérature de jeunesse comme un ensemble de formes morales (de formes de la morale ?) plus ou moins brèves, au même titre qu’on étudie par exemple les formes morales de la littérature classique, dont les visées édificatrices sont toujours affichées sans que cela constitue en soi un élément dépréciatif. Dans ce domaine, le conte moral, mais aussi philosophique autant que poétique, est un genre particulièrement travaillé avec des réussites de très haut niveau parfois : La Verluisette de Roberto Piumini22 a par exemple toutes qualités littéraires d’une « Nouvelle orientale » de Marguerite Yourcenar, et il est difficile d’admettre que le fait que le héros central est un enfant puisse être un motif de dépréciation du texte.

  • 23 Gérard Genette, Palimpsestes, Editions du Seuil, 1982, collection « Points Essais »
  • 24 Palimpsestes, op.cit., p. 324
  • 25 Ibid., p. 324
  • 26 Ibid., p. 523
  • 27 Le titre français de La Verluisette de Roberto Piumini, par exemple ajoute en français une note « e (...)

25La référence générique, l’éventualité d’une imitation dans l’exemple qui précède nous conduisent à l’intertextualité. S’il est bien évident que cette notion trop invoquée ne suffit pas à définir la littérarité, il faut admettre qu’un certain nombre des relations hypertextuelles décrites par Gérard Genette dans Palimpsestes23 permettent une réflexion sur certains modes opératoires particuliers de l’écriture pour la jeunesse. L’une des toutes premières est la « transformation quantitative », et plus précisément l’« amputation » qui caractérise un bon nombre de pratiques de récriture pour la jeunesse, sans pour autant être limitées à ce domaine de la création puisque, selon l’auteur de Palimpsestes, toute lecture est en soi sélective : « Il faudrait toute une vie pour seulement parcourir le champ de ces « éditions » -en fait, versions- ad usum delphini dont se composent fort couramment (quoique non toujours ou vertement) les collections de littérature pour la jeunesse.. »24. Cette pratique d’élagage à destination des enfants serait à l’origine même du roman d’aventures, donc de créations génériques novatrices et d’ailleurs non nécessairement limitées au secteur jeunesse. Dans la catégorie de la réduction textuelle, l’« expurgation » ou « réduction à fonction moralisante ou édifiante, généralement encore ad asum delphini »25 est à étudier, quant à elle, comme procédé scriptural de la censure. Toute la pratique, classique et ancienne, de l’adaptation est donc ici en jeu, avec les infinies variations textuelles qu’elle peut comporter, comme cette « transvalorisation » qui conduit G. Genette à porter un jugement négatif sur Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier, « transposition de transposition » et texte qui « louche »26, justement en raison de sa double « réception » déjà évoquée plus haut. Il serait également intéressant d’approfondir le rôle de la traduction dans ces opérations hypertextuelles, qu’il s’agisse de traductions anciennes, s’accommodant sans problèmes d’arrangements sur le texte source, mais aussi de traductions contemporaines, encore souvent orientées par une conception protectrice de l’enfance27. L’analyse précise des mécanismes textuels qui permettent à la primauté des valeurs –souci moral ou prétexte de l’utile- de menacer dans la littérature de jeunesse ce qui est littéraire renvoie à l’étude plus large des relations texte-idéologie.

  • 28 Jean-Claude Mourlevat, L’Enfant Océan, Pocket Jeunesse, 1999
  • 29 Eric Chevillard, Le vaillant petit tailleur, Editions de Minuit, 2003

26Mais la littérature de jeunesse ne se limite pas à l’adaptation et d’une manière générale, dans son ensemble elle travaille sur tous les types de transformations textuelles. Ainsi L’Enfant Océan de Jean-Claude Mourlevat28 est-il un excellent exemple de transformation transgénérique fondée sur une transposition romanesque du Petit Poucet avec multiplication des points de vue. Sans aucune niaiserie, ce roman à la construction complexe souffre tout à fait la comparaison avec des créations telles que Le vaillant petit tailleur d’Eric Chevillard29, qui prend également un conte pour point de départ.

  • 30 Valérie Dayre, Retour en Afrique, L’école des loisirs, 2004
  • 31 Valérie Dayre, C’est la vie, Lili, L’école des loisirs, 2002
  • 32 Vincent Jouve, « Littérature pour adultes, littérature pour enfants : à chacun son jeu », Dossier « (...)
  • 33 Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, traduit de l’italien par Myriem B (...)

27D’une manière plus générale encore, la littérature de jeunesse propose dans ses réalisations les plus abouties, la même capacité à innover, à subvertir ou déformer les modèles, que la meilleure littérature pour les adultes. On ne citera ici que Valérie Dayre, auteur de textes aux structures très élaborées, à fin multiple ou à double niveau dont Retour en Afrique30 ou C’est la vie, Lili31 sont fort loin d’une prétendue « simplicité » enfantine. Vincent Jouve, cependant, s’il reconnaît qu’il n’y a guère de différences, en ce qui concerne le système des personnages et les structures narratives, entre le récit pour adultes et le récit pour enfants, objecte qu’il s’agit là d’une « trompeuse universalité du récit »32 : il met en effet en doute la compétence du jeune lecteur à apprécier ces variations et jeux narratifs. Mais, outre que le récepteur adulte n’a pas nécessairement plus que le lecteur enfant les compétences intellectuelles ou culturelles lui permettant de percevoir les effets, il semble ici utile de mettre à profit tout l’apport des théories de la réception et de revenir à ce double jeu de la littérature de jeunesse sur lequel « se fonde une bonne part de ce grand petit livre » qu’est Pinocchio dont Umberto Eco33 montre qu’il s’adresse aux enfants en même temps qu’aux adultes et peut devenir ainsi un classique de la littérature générale.

  • 34 Thierry Dedieu, Coupry, Kathy, Cocottes perchées, Le sourire qui mord, 1992

28Si l’on a délibérément insisté jusqu’ici sur les œuvres de fiction, il serait également nécessaire de prendre en compte tous les jeux créatifs et ré-créatifs dans le domaine poétique et verbal, la multiplicité des formes sonores et rythmiques qui constituent un pan important et original de cette littérature pour la jeunesse, aux frontières de la poésie savante et de la tradition orale vivante. Que les Cocottes perchées34 de Thierry Dedieu et Kathy Coupry amusent un enfant qui y reconnaît la comptine « Une poule sur un mur » n’empêche pas l’adulte lecteur d’y discerner une variation à partir des Exercices de style de Queneau. Sous la niaiserie apparente se cachent des jeux de langue auxquels la tradition anglaise, par exemple, a donné une place importante que l’on retrouve souvent dans la littérature lettrée, comme les « limericks » ou les « nursery rhymes », mais que l’on pourrait tout aussi bien apparenter à certaines performances de « poésie sonore » contemporaines.

  • 35 Arthur Rimbaud, Poésies. Une saison en enfer. Illuminations et autres textes, Le Livre de poche, 19 (...)

29Mais ne trouve-t-on pas déjà ces comptines et ritournelles dans les « Conneries »35 de L’Album zutique que Rimbaud s’amuse à égrener ? Avec Rimbaud en effet, la revendication de l’enfance et de ses niaiseries devient le symbole du refus des valeurs esthétiques officielles : le choix du « sans-valeur » est le choix d’une « anti-valeur », le texte programmatique de L’Alchimie du verbe le proclame clairement :

  • 36 op.cit., p. 120

« Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne.
J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d’église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs »36.

  • 37 André Breton, Anthologie de l’humour noir, Le livre de poche, 1970, p. 141
  • 38 André Breton, « Manifeste du surréalisme » (1924), Manifestes du surréalisme, Gallimard, 1999 (Foli (...)

30Ce retournement des valeurs esthétiques, qui déplace la marge, c’est-à-dire les productions populaires et enfantines, entre autres, au cœur du dispositif poétique, trouve sans aucun doute ses racines dans le romantisme –allemand en particulier-, et il trouve surtout ses prolongements dans le surréalisme. Dans l’Anthologie de l’humour noir, c’est justement à propos d’Alice au pays des merveilles et de Lewis Carroll que Breton écrit : « La complaisance envers l’absurde rouvre à l’homme le royaume mystérieux qu’habitent les enfants »37, et à partir du premier Manifeste du surréalisme il ne cessera de proclamer les valeurs enfantines comme fondatrices du surréalisme : « L’esprit qui plonge dans le surréalisme revit avec exaltation la meilleure part de son enfance (…) C’est peut-être l’enfance qui approche le plus de la « vraie vie ». »38 Le goût pour l’art naïf, l’association du texte et de l’image dans des pratiques esthétiques ludiques -« cadavres exquis », collages entre autres- constitueront une véritable révolution artistique qui n’a cessé jusqu’à aujourd’hui d’irriguer, en une sorte de curieux retour, la création pour la jeunesse elle-même, notamment dans le domaine de l’album.

31Il est d’ailleurs à noter que, si le texte est associé à l’image tout au long de l’histoire de la littérature de jeunesse au point d’en constituer l’une des spécificités, celle-ci a parcouru plus que tout autre champ de la création les multiples possibles de la relation texte/image si prégnante dans l’art contemporain : des calligrammes aux allures enfantines inspirés d’Apollinaire jusqu’à l’iconotexte le plus récent, la littérature pour la jeunesse a intégré, par sa nature même, l’iconicité généralisée qui semble caractériser les sociétés modernes et a commencé à opérer, avant d’autres secteurs créatifs, un certain décloisonnement des pratiques artistiques.

  • 39 Michel Butor, « Lectures de l’enfance », Répertoire III, Les Editions de Minuit, 1968, p. 260

32Finalement, par les pratiques d’écriture, les innovations formelles et l’histoire même des mouvements a distiques, la littérature de jeunesse se trouve constamment imbriquée dans la littérature générale, et elle mérite pour cela d’être considérée et étudiée avec les mêmes outils critiques puisque nombreux sont aussi les écrivains « reconnus » par l’institution qui ont fait des incursions dans le domaine de la jeunesse et de plus en plus nombreux les auteurs contemporains qui récusent la segmentation du champ littéraire. Mais la littérature de jeunesse tire aussi valeur et dignité de la place qu’elle occupe dans la vie, les souvenirs, parfois même la vocation de ces grands écrivains : « Fondamentale pour l’étude de tout écrivain, de tout lecteur, donc de nous tous, la constellation des livres de son enfance »39, affirme Michel Butor dans un texte de Répertoire III consacré aux « Lectures de l’enfance ». Parmi tant d’exemples célèbres, citons Sartre qui montre dans Les mots l’importance de ses lectures enfantines, lectures souvent fort « ordinaires » au regard de l’institution, dans la naissance de sa vocation d’écrivain.

33À travers ces livres lus dans leur enfance, les écrivains, comme bien d’autres lecteurs mais encore [dus intensément, accèdent au récit, à l’alchimie des interconnexions entre le texte et l’image, à l’identification mimétique et la distanciation réflexive : c’est en vertu de cette valeur fondatrice que Calvino attribue aux lectures de jeunesse le titre de classiques, et que la critique a à les étudier comme tels.

  • 40 Italo Calvino, Défi aux labyrinthes II –Textes et lectures critiques, « Pourquoi lire les classiq (...)

34« Les classiques sont des livres qui exercent une influence particulière aussi bien en s’imposant comme inoubliables qu’en se dissimulant dans les replis de la mémoire par assimilation à l’inconscient collectif ou individuel. C’est pour quoi l’on devrait consacrer, à l’âge adulte, un temps à la redécouverte des plus importantes lectures de sa jeunesse. »40

Bibliographie

Bibliographie

- Breton, André, Anthologie de l’humour noir, Le Livre de poche, 1970

- Breton, André, Manifestes du surréalisme, Gallimard, 1999 (Folio Essais)

- Butor, Michel, Répertoire III, Les Editions de Minuit, 1968

- Calvino, Italo, « Pourquoi lire les classiques », Défi aux labyrinthes II- textes et lectures critiques, traduit par Jean-Paul Manganaro et Michel Orcel, Editions du Seuil, 2003

- Chamboredon, Jean-Claude et Fabiani, Jean-Louis, « Les albums pour enfants-Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance-1 », Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, no 13, p. 60-79

- Chamboredon, Jean-Claude et Fabiani, Jean-Louis, « Les albums pour enfants-Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance 2 », Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, no 14, p. 55-74

- Chevillard, Eric, Le vaillant petit tailleur, Les Editions de Minuit, 2003

- Dayre, Valérie, C’est la vie, Lili, L’école des loisirs, 2002

- Dayre, Valérie, Les nouveaux malheurs de Sophie, L’école des loisirs, 2001

- Dayre, Valérie, Retour d’Afrique, L’école des loisirs, 2004

- Dayre, Vendredi, Gaspard dans la nuit, L’école des loisirs, 2002

- Dedieu, Thierry, Couprie, Katy, Cocottes perchées, Le sourire qui mord, 1992

- Eco, Umberto, Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, Le livre de poche (Biblio Essais), 1998

- Genette, Gérard, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Editions du Seuil, 1982 (collection Points Essais)

- Lenain, Thierry « La littérature de jeunesse sous haute surveillance », revue Citrouille, no 15, mars 199

- Manganelli, Giorgio, Pinocchio : un livre parallèle, traduit de l’italien par Philippe Di Meo, Christian Bourgois Editeur, 1997

- Mondiaux, Marie-Claude, Ecrits pour nuire. Littérature enfantine et subversion, UNI, 1987

- Mourlevat, Jean-Claude, L’enfant-Océan, Pocket Jeunesse, 1999

- Murail, Marie-Aude. Auteur jeunesse : comment le suis-je devenue, pourquoi le suis-je restée, Editions du Sorbier, 2003

-Murail, Marie-Aude, « Pauvre Robinson », ou pourquoi et comment on adapte les romans classiques au public enfantin, Thèse de 3e cycle Littérature et civilisation, Paris 4, 1982

- On tue à chaque page : la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, coordonné par Thierry Crépin et Thierry Groensteen, Editions du temps, Paris, 1999

- Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1930, Presses de l’ENSSIB, 2004

- Piumini, Roberto, La Verluisette, traduit de l’italien par Armand Monjo, Le Livre de poche Jeunesse, 1999

- Annie Renonciat : Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : Années charnières, années pionnières. Thèse de doctorat en histoire et sémiologie du texte et de l’image, sous la dir. d’Anne-Marie Christin, Université Paris 7, UFR Sciences des textes et documents, 1997

- Reuter, Yves, « Les paralittératures : problèmes théoriques et pédagogiques », Pratiques, no 50, juin, 1986

- Rimbaud, Arthur, Poésies. Une saison en enfer. Illuminations et autres textes, Le Livre de poche, 1963

Notes

1 La fiction représenterait 68 % des ventes, selon Claude Combet, « Jeunesse : Harry Potter, et après ? », Livres Hebdo no 578, vendredi 19 novembre 2004, p. 65

2 Ibid. Le chiffre comptabilise l’ensemble des éditions grand format et de poche jusqu’au 5ème tome

3 Le tirage moyen pour la jeunesse est actuellement d’environ 10.000 exemplaires

4 Yves Reuter, « Les paralittératures : problèmes théoriques et pédagogiques », Pratiques no 50, juin 1986, p. 6

5 Fabiani, Jean-Louis et Chamboredon, Jean-Claude, « Le champ de L’édition et les définitions sociales de l’enfance, 1 et 2 », Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, no 13, p. 60-70 et no 14, p. 55-74

6 Françoise Ballanger, rédactrice en chef de La Revue du livre pour enfants, dans une intervention intitulée « La littérature de jeunesse est-elle populaire ? » lors d’une journée des Ateliers du Livre de la BNF consacrée aux littératures populaires, le 1er décembre 2004

7 Le « Magasin d’éducation et de récréation » était un journal, fondé en 1862, la « Bibliothèque d’éducation et de récréation », une collection.

8 Annie Renonciat, Les livres d’enfance et de jeunesse en France dans les années vingt (1919-1931) : Années charnières années pionnières. Thèse de doctorat en histoire et sémiologie du texte et de l’image, sous la dir. d’Anne-Marie Christin, Université Paris 7, 1997, p. 632

9 Voir Jean-Yves Mollier, « Aux origines de la loi du 16 juillet 1949, la croisade de l’Abbé Bethléem contre les illustrés étrangers », On tue à chaque page : la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Editions du temps, Paris, 1999, p. 17-32.

10 La loi du 29 novembre 1954 ajoutera ici « ou entretenir des préjugés ethniques ».

11 Loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse

12 La loi a été appliquée à l’encontre de l’Hebdo Hara-Kiri, notamment pour le numéro 93 relatif à la mort du Général de Gaulle, comme l’indique Christophe Chavdia, « Il était une fois Hara Kiri, ‘journal bête et méchant’ et ses interdictions », On tue à chaque page, op. cit., p. 145

13 Patrick Wachsmann : « La loi du 16 juillet 1949 et la liberté d’expression », On tue à chaque page, op. cit., p. 10

14 Marie-Claude Monehaux, Ecrits pour nuire. Littérature enfantine et subversion, UNI, 1987, p. 8

15 Par exemple, à la mairie d’Orange, la bibliothécaire se voit qualifier d’« acharnée de la littérature tropicale ». Voir à ce sujet « La littérature de jeunesse sous haute surveillance », revue Citrouille no 15, mars 1997, p. 6

16 Giorgio Manganelli, Pinocchio : un livre parallèle, traduit de l’italien par Philippe Di Meo, Christian Bourgois Editeur, 1997, p. 189

17 Il s’agit bien sûr de l’héroïne des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur.

18 « Proses du fils pour l’enfant barbare », propos recueillis par Thierry Guichard, Le Matricule des anges no 40, septembre-octobre 2002, p. 22

19 Ibid.

20 Marie-Aude Murail, « Pauvre Robinson », ou pourquoi et comment on adapte les romans classiques au public enfantin, Thèse de 3ème cycle Littérature et civilisation, Paris 4, 1982

21 Marie-Aude Murail, Auteur jeunesse. Comment le suis-je devenue, pourquoi le suis-je restée, Editions du Sorbier, 2003 (Collection La littérature de jeunesse, pour qui, pour quoi), p. 55

22 Roberto Piumini, La Verluisette, traduit par Armand Monjo, Le livre de poche Jeunesse, 1998

23 Gérard Genette, Palimpsestes, Editions du Seuil, 1982, collection « Points Essais »

24 Palimpsestes, op.cit., p. 324

25 Ibid., p. 324

26 Ibid., p. 523

27 Le titre français de La Verluisette de Roberto Piumini, par exemple ajoute en français une note « enfantine », par sa référence à un animal précis et son diminutif, qui tire le texte vers le lectorat jeune, ce qui n’est pas le cas du titre italien (Lo stralisco).

28 Jean-Claude Mourlevat, L’Enfant Océan, Pocket Jeunesse, 1999

29 Eric Chevillard, Le vaillant petit tailleur, Editions de Minuit, 2003

30 Valérie Dayre, Retour en Afrique, L’école des loisirs, 2004

31 Valérie Dayre, C’est la vie, Lili, L’école des loisirs, 2002

32 Vincent Jouve, « Littérature pour adultes, littérature pour enfants : à chacun son jeu », Dossier « Le littéraire en questions », La revue du livre pour enfants no 206, septembre 2002, p. 70

33 Umberto Eco, Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs, traduit de l’italien par Myriem Bouzaher, Le livre de poche (Biblio Essais), 1998, p. 17

34 Thierry Dedieu, Coupry, Kathy, Cocottes perchées, Le sourire qui mord, 1992

35 Arthur Rimbaud, Poésies. Une saison en enfer. Illuminations et autres textes, Le Livre de poche, 1963, p. 78 et sq. Voir par exemple : « Jeune goinfre ».

36 op.cit., p. 120

37 André Breton, Anthologie de l’humour noir, Le livre de poche, 1970, p. 141

38 André Breton, « Manifeste du surréalisme » (1924), Manifestes du surréalisme, Gallimard, 1999 (Folio Essais), p. 52

39 Michel Butor, « Lectures de l’enfance », Répertoire III, Les Editions de Minuit, 1968, p. 260

40 Italo Calvino, Défi aux labyrinthes II –Textes et lectures critiques, « Pourquoi lire les classiques », traduit par Michel Orcel et Jean-Paul Manganaro, Editions du Seuil, 2003 {Bibliothèque Calvino), p. 126

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search