Version classiqueVersion mobile

L’art et question de la valeur

 | 
Dominique Rabaté

Mises en œuvres

Valeur économique et valeur esthétique : la réflexion de Mallarmé

Eric Benoit

Texte intégral

  • 1 Références : Mallarmé, Divagations, édition établie par Bertrand Marchai, Gallimard, collection « P (...)

1S’opposant à l’esthétique prescriptive du Classicisme, la libération romantique par rapport aux règles pouvait laisser attendre une subversion non seulement des valeurs traditionnelles mais aussi de l’acte d’évaluation esthétique lui-même ; or le xixe siècle a été un siècle de concurrence pour la valorisation esthétique. Dès les années 1820, le système des genres littéraires dans l’esthétique hégélienne et dans la Préface de Cromwell de Hugo s’élabore selon une hiérarchie, où la valeur prééminente est attribuée au genre du drame. Très vite, le modèle économique du capitalisme impose jusque dans le champ littéraire un paradigme concurrentiel dont certains romans de Balzac (Illusions perdues) sont les témoins. A l’autre bout du siècle, L’Evolution des genres de Brunetière (1890) transpose la pensée darwinienne dans les études littéraires en concevant une lutte des genres sur le modèle de la lutte des espèces : même si l’application que fait Brunetière du modèle organiciste darwinien aux études littéraires nous semble aujourd’hui épistémologiquement aberrante, son existence même est l’un des symptômes historiques de l’idéologie concurrentielle qui envahit le champ esthétique à cette époque. Dans les mêmes années, la réflexion de Mallarmé sur la littérature témoigne de la situation de concurrence dans laquelle la poésie est placée par rapport aux autres genres dans le champ esthétique, et de la situation de concurrence dans laquelle toute la littérature est placée par rapport à la sphère économique1.

2Alors que les chiffres de vente montrent l’importance croissante du roman par rapport à la désaffection des lecteurs de poésie à la fin du xixe siècle, la revalorisation de la poésie par Mallarmé tente d’en faire, par une stratégie compensatoire, le genre théoriquement dominant, englobant tous les autres, et qui les annule en les subsumant : « Dans le genre appelé prose, il y a des vers, quelquefois admirables, de tous rythmes. Mais, en vérité, il n’y a pas de prose : il y a l’alphabet et puis des vers plus ou moins serrés. Toutes les fois qu’il y a effort au style il y a versification » (p. 403) ; à tel point « que la forme appelée vers est simplement elle-même la littérature ; que vers il y a sitôt que s’accentue la diction, rythme dès que style » (p. 248). C’est d’ailleurs non seulement à la concurrence du roman que s’affronte la conception mallarméenne de la poésie, mais aussi à la concurrence du théâtre (voir les articles de « Crayonné au théâtre » et notamment « Le genre ou des modernes »), à la concurrence de la musique (comme le montrent l’article sur « Richard Wagner », ou « Crise de vers », ou encore « La Musique et les Lettres »), et à la concurrence de la Presse, du journal (p. 275-276). Mais c’est finalement à toute la sphère économique que la sphère esthétique doit se confronter.

  • 2 Voir à ce sujet l’ouvrage de Pascal Durand intitulé Crises, Mallarmé via Manet, Peeters, Vrin, Leuw (...)

3Bien des textes de Mallarmé, comme les articles réunis sous le titre « Grands faits divers », expriment la façon dont Mallarmé tente de penser l’Histoire, la Société, le politique, la Cité : la réflexion sur la littérature ne peut ignorer l’espace social et politique dans lequel a heu le phénomène littéraire. Par exemple, ce que Mallarmé appelle la « crise de vers » (la crise de la versification, de la métrique, les jeux prosodiques autour du rythme de l’alexandrin, jusqu’à l’avènement du vers libre) est selon Mallarmé hé à une crise sociale : dans sa conférence intitulée « La Musique et les Lettres », Mallarmé précise que cette crise du vers est une « crise idéale qui, autant qu’une autre, sociale, éprouve certains » (p. 373). Il y a un lien entre cette crise littéraire de la versification et la crise ou les crises politico-sociales, historiques. Le xixe siècle est en effet un siècle de ruptures : ruptures politiques inaugurées par la Révolution Française et les guerres napoléoniennes, continuées avec la chute de l’Empire puis les révolutions de 1830 et 1848, poursuivies encore avec le coup d’Etat constitutionnel du 2 décembre 1851 et le rétablissement de l’Empire, puis avec la chute du second Empire, la guerre franco-prussienne, et la Commune du printemps 1871 ; mais aussi ruptures esthétiques, depuis l’avènement du Romantisme (que Hugo avait présenté comme l’équivalent esthétique de la Révolution Française) jusqu’à la crise du vers sur laquelle médite Mallarmé. A la crise de la représentation artistique (postulat antiréférentiel de la poétique de Mallarmé, dissolution du rapport à l’objet réel dans la peinture impressionniste de son ami Manet), correspond une crise de la représentation politique (difficultés dans l’établissement de la démocratie dans les premières années de la iiie République, jusque dans la crise boulangiste de 1888-89). Lors de sa réponse à l’enquête de Jules Huret sur l’évolution littéraire en 1891, Mallarmé revient sur cette corrélation entre la situation politico-sociale et la situation esthétique : « dans une société sans stabilité, sans unité, il ne peut se créer (l’art stable, d’art définitif » (p. 402) ; à quoi on serait tenter d’ajouter : et tant mieux, car c’est ce qui permet à l’Histoire de continuer, dynamiquement, et à l’Art et à la littérature de continuer aussi comme processus infini. Mallarmé poursuit sa réponse à Jules Huret en ces termes : « De cette organisation sociale inachevée […] naît l’inexpliqué besoin d’individualité dont les manifestations littéraires présentes sont le reflet direct » (ibid.) : la crise du vers, la modulation individuelle de la rythmique prosodique, est analysée comme le « reflet direct », l’équivalent esthétique, d’une situation politique dynamiquement mouvante (et notamment de l’individualisation de l’expression politique démocratique).2

  • 3 Le mot « suffrage » évoque les élections de la IIIème République, « faillite » rappelle le scandale (...)

4Le domaine esthétique et le domaine socio-politique ne peuvent donc pas être pensés indépendamment l’un de l’autre. C’est ce qu’indique Mallarmé dans les notes de sa conférence « La Musique et les Lettres » donnée à Oxford et Cambridge en 1894 : « Le titre […] indiqua Music and Letters, moitié de sujet, intacte : sa contre-partie sociale omise » (p. 387) ; il aurait donc fallu présenter « le motif traité d’ensemble (au lieu de scinder et offrir sciemment une fraction) », car « Tout se résume dans l’Esthétique et l’Economie politique » (ibid.), qu’il aurait mieux valu ne pas dissocier intellectuellement l’une de l’autre. L’article intitulé Magie en 1893 indique dans les mêmes termes qu’« il n’existe d’ouvert à la recherche mentale que deux voies […], à savoir l’esthétique d’une part et aussi l’économie politique » (p. 310). Les brouillons du Livre montrent une tentative de réunification du politique et du poétique, en mentionnant la « Cité » (f. 169 par exemple), la « patrie » (f. 4, f. 16), le « journal » (passim), ou encore des lieux de la Cité comme « hôpital marché usine prison école » (f. 169) ou des allusions à des faits politiques comme « décoration suffrage faillite » (ibid.)3. Les brouillons du Livre contiennent aussi, ce qui est plus étonnant, de nombreux calculs dans lesquels Mallarmé prévoit le prix des séances de lectures et le prix de vente des exemplaires du Livre : le Livre est donc censé intégrer aussi une dimension financière, à tel point que Mallarmé écrit : « tout fonder sur une opération financière » (f. 135). Nous verrons bientôt la nature de l’opération financière imaginée par Mallarmé, mais il nous faut d’abord nous poser cette question : pourquoi Mallarmé intègre-t-il à l’élaboration du Livre un tel aspect financier ?

5C’est que la littérature, en cette fin du xixe siècle, est en quête de légitimation. La littérature se perçoit en effet comme exclue des nouveaux mouvements d’échanges qui prédominent de plus en plus dans le processus historique : échange du travail, de la monnaie, de la valeur marchande, du Capital. C’est ce dont Mallarmé fait avec regret le constat au début de l’important article significativement intitulé « Etalages » et montrant les devantures des librairies encombrées « le livres invendus :

Une nouvelle courut, avec le vent d’automne, le marché […] ; il s’agissait de désastre dans la librairie, on remémora le terme de « krach » […] Les volumes jonchaient le sol, que ne disait-on, invendus ; à cause du public se déshabituant de lire pour contempler à même, sans intermédiaire, les couchers du soleil familiers à la saison et beaux. Triomphe, désespoir, comme à ces ras de ciel, de pair, chez le haut commerce de Lettres ; tant que je soupçonne une réclame jointe à l’effarement, en raison de ceci et je ne saurais pourquoi sinon, que le roman, produit agréé courant, se réclama de l’intérêt comme atteint par la calamité. Personne ne fit d’allusion aux vers (p. 267).

6À la faveur de ces quelques lignes, pleines déjà d’un vocabulaire d’origine économique voire boursière (marché, krach, commerce, produit, intérêt,…), resurgit l’expression de la concurrence des genres, entre la poésie et le roman, lui-même affecté par cette crise des ventes même si ses tirages sont à cette époque incomparablement plus élevés (et de plus en plus) que ceux de la poésie. On perçoit la réticence de la sensibilité mallarméenne à ce que la valeur esthétique soit ravalée au rang de valeur marchande et à ce que la poésie soit ainsi placée, à son corps défendant, dans une situation désagréablement concurrentielle qui l’éloigne de sa vocation spirituelle essentielle : « Rien omis en cette farce […] de ce qui signifiait qu’on allait donc être, à la faveur de l’idéal, assimilé aux banquiers déçus, avoir une situation, sujette aux baisses et aux revirements, sur la place » (ibid.). La poésie devient alors une « mentale denrée » (p. 268), « marchandise » dans « les modernes épiceries ou les cordonneries du livre, […] ces bazars » (ibid.) ; dans ces conditions, elles devient imperceptible face aux gros tirages et à « l’extraordinaire surproduction » (p. 271) de la Presse qui dévoie le langage à des fins dépourvues de visées esthétiques : « Un commerce, résumé d’intérêts énormes et élémentaires, ceux du nombre, emploie l’imprimerie pour la propagande d’opinions, le narré du fait divers et cela devient plausible, dans la Presse, limitée à la publicité, il semble, omettant un art » (p. 270-271). Mallarmé remarque bien que la littérature s’introduit dans la Presse par la présence du « feuilleton en rez-de-chaussée » : « Mieux, la fiction proprement dite ou le récit, imaginatifs, s’ébat au travers de quotidiens achalandés, triomphant à des lieux principaux, jusqu’au sommet ; en déloge l’article de fond, ou d’actualité, apparu secondaire » (p. 271) ; mais de poésie, point : « la situation se maintient quant à ce qui, seul, est précieux et haut, immesurablement et connu du nom de Poésie : elle, toujours restera exclue » (ibid.), et le poète demeure « jamais en rapport avec les combinaisons mercantiles » (p. 273). C’est donc non seulement par rapport aux autres arts dans le champ esthétique, mais aussi par rapport à cet autre usage du langage qu’est celui de la Presse, et finalement par rapport à tout le champ économique du capitalisme et même de l’industrie, que la poésie est dans une situation de concurrence défavorable ; parce que, comme l’exprime Mallarmé à la fin de « Etalages », « parce que n’existe devant les écrits achalandés, de gain littéraire colossal. La métallurgie l’emporte à cet égard. Mis sur le pied de l’ingénieur, je deviens, aussitôt, secondaire » (p. 274). Jugée à l’aune de la valeur économique qui devient le critère dominant dans la société du xixe siècle, la poésie est perdante.

7Restant sur ce plan économique, Mallarmé, dans l’article intitulé « Confrontation », va comparer sa situation de poète à celle de l’ouvrier. L’ouvrier est sûr de recevoir son salaire, il échange une quantité de travail contre une quantité monétaire, quand bien même eût-il réalisé un acte obéissant au contrordre d’un ordre préalablement effectué : « Il extrait une brouettée de terrain, pour la vider peu loin, il a produit et refaire l’inverse implique besogne nouvelle, payée » (p. 324). La situation du poète est bien différente :

Un autre, que je veux incarner, serait, dont le labeur ne vaut pas au détail, parce que, peut-être, acceptant l’hésitation. La page, écrite tantôt, va s’évanouir, selon – n’envie pas, camarade – qu’en moi un patron refuse l’ouvrage, quand la clientèle n’y voit de tare.
Anéantir un jour de la vie ou mourir un peu, quels cris jetterais-tu (p. 325).

8Le poète, s’il jette la page sur laquelle il vient de travailler, ne recevra donc aucun salaire. Son « labeur ne vaut pas au détail », échappe à la logique de la valeur marchande : le poème n’est pas de ces choses qu’on puisse vendre au détail. C’est pourquoi « une carrière ne se propose aux lettres […]. Ce métier manque » (p. 328). A tel point que, comme Mallarmé le dit dans sa réponse à l’enquête de Jules Huret, « le cas d’un poète, en cette société qui ne lui permet pas de vivre, c’est le cas d’un homme qui s’isole pour sculpter son propre tombeau » (p. 406). Ce problème des difficultés économiques et sociales des poètes tient à cœur à Mallarmé ; il ira jusqu’à proposer la création d’un « Fonds littéraires » (p. 367) dont il précise « le mécanisme » : une sorte d’« impôt […] minime », une « taxe, légère, prélevée sur les rééditions » des ouvrages anciens et dont le « rendement » permettrait de faire vivre les écrivains débutants (ibid.). On commence à comprendre que Mallarmé ait pu, dans les brouillons du Livre, envisager de « tout fonder sur une opération financière » (f. 135). Mais, dans cette opération financière du Livre, est-ce que la littérature se soumet à la finance ? ou est-ce qu’au contraire la littérature se soumet la finance ? ou bien Mallarmé envisage-t-il une autre solution, plus subtile ? Pour le comprendre, il nous faut passer par l’article intitulé « Or » (p. 303-304), écrit par Mallarmé à propos de la faillite de Ferdinand de Lesseps et du scandale de Panama en 1891-93.

9Au début de cet article, Mallarmé désigne l’Or comme « la très vaine divinité universelle sans extérieur ni pompes » (p. 303) : l’Or a voulu se diviniser, s’absolutiser, et c’est ce qui a provoqué sa faillite, la révélation de sa vanité, de son vide essentiel. L’espace financier a voulu se clore sur lui-même en système autosuffisant, et cela a provoqué son naufrage, l’a rendu pareil « au vaisseau qui enfonce » ou aux « couchers de soleil quand croulent seuls des nuages » (p. 303) ; l’effondrement crépusculaire du soleil couchant est pour Mallarmé l’archétype mythique de la faillite de l’Or pris pour « un dieu » (p. 304) : « une liquéfaction de trésor rampe, rutile à l’horizon » (p. 303). A ceci près que la faillite financière ne garde pas grand chose des somptuosités du spectacle cosmique : « Qu’une banque s’abatte, du vague, du médiocre, du gris » (ibid.), « Fumée le milliard » (p. 404). Dans la faillite de Lesseps, des sommes gigantesques sont effectivement parties en fumée. De cela, Mallarmé voit le symbole graphique dans le fait que plus une somme grandit et plus elle contient de zéros qui révèlent le néant auquel elle équivaut fondamentalement, un néant lisible dans le langage (numérique) : « si un nombre se majore et recule, vers l’improbable, il inscrit plus de zéros : signifiant que son total équivaut spirituellement à rien, presque » (ibid.). Plus grandit la valeur monétaire, plus diminue sa valeur spirituelle : « le numéraire […] perd jusqu’à un sens » (p. 303). L’Or a donc besoin de quelque chose qui lui soit extérieur pour retrouver du sens. L’Or, cela même qui donnait valeur (marchande) aux éléments du monde, a besoin de quelque chose qui lui soit exogène pour retrouver sens et valeur. Ce quelque chose d’extérieur, c’est la littérature. La poésie peut avoir cette fonction de redonner du sens aux processus économiques, qui sinon, livrés anarchiquement à eux-mêmes, livrés à leur tendance à se diviniser, à s’absolutiser, courraient à la faillite et perdraient tout sens comme l’a montré le désastre de Lesseps. D’où ces lignes qui terminent l’article « Or », et dans lesquels Mallarmé, qui ne déplore pas la faillite de l’Or monétaire, assigne au poète cette mission de dégager l’Or symbolique (et non monétaire) des choses :

Aucune plainte de ma badauderie déçue par l’effacement de l’or dans les circonstances théâtrales de paraître aveuglant, clair, cynique : à part moi songeant que, sans doute, en raison du défaut de la monnaie à briller abstraitement, le don se produit, chez l’écrivain, d’amonceler la clarté radieuse avec des mots qu’il profère comme ceux de Vérité et de Beauté, (p. 304)

  • 4 J’ai analysé la stratégie que Mallarmé met en l’œuvre dans ce journal, dans l’article intitulé « Fo (...)

10L’Or (monétaire) étant incapable de dégager la valeur spirituelle des choses (« défaut de la monnaie à briller abstraitement »), le seul Or qui vaille est la littérature, est l’Or des mots : la littérature est l’équivalent symbolique de l’Or en ce qu’elle donne valeur essentielle aux choses, et relie l’Or financier à son équivalent cosmique : le soleil, archétype de toute mythologie (comme Mallarmé l’a développé dans sa traduction des Dieux antiques). Le véritable détenteur et donateur de valeur dans notre société, ce n’est pas le Banquier, mais le Poète. Le journal La Dernière Mode, dont Mallarmé a rédigé les huit numéros en 1874, est une bonne illustration de cette tentative du poète de donner aux objets (ici les objets de mode) une valeur qui soit non pas leur valeur marchande mais leur valeur symbolique4.

  • 5 La valeur fiduciaire (relevant d’une foi, fides en latin) d’une pièce ou d’un billet est indiquée p (...)
  • 6 J’ai précisé la conception mallarméenne de la « fiction » dans « Le monde virtuel des Poésies de Ma (...)

11Mais en quoi la littérature est-elle particulièrement autorisée à redonner sens à l’Or ? C’est que, comme Mallarmé le remarque dans son article intitulé « Magie », la finance est fondée sur le « crédit » (p. 311), c’est-à-dire sur la croyance, c’est-à-dire sur la fiction, c’est-à-dire sur la littérature, comme d’ailleurs tout élément de l’espace social, fondé sur l’adhésion à un pacte : « le rapport social […] étant une fiction, laquelle relève des belles-lettres » (p. 340), comme aussi « l’Etat, […] relevant d’une foi » (p. 299)5. La sphère de la littérature et la sphère politique et financière ne sont donc pas si étrangères l’une à l’autre, si le phénomène politique et financier ressortit au langage symbolique, et plus exactement à la « fiction » qui est pour Mallarmé non seulement « le procédé même de l’esprit humain » en général (p. 66) mais plus précisément celui du « mécanisme littéraire » en particulier (p. 375)6.

12Dans la note de « La Musique et les Lettres » où il écrit que « Tout se résume dans l’Esthétique et l’Economie politique » (p. 387), Mallarmé précise la logique de cette communauté de fiction qui réunit les deux domaines : « Industrie aboutissant à Finance, comme Musique à Lettres, pour circonscrire un domaine de Fiction, parfait terme compréhensif » (ibid.). La Finance est à l’Industrie ce que les Lettres sont à la Musique dans leur fonction d’essentialisation du monde, – la Fiction subsumant le tout.

  • 7 Lettre du 14 mai 1867.
  • 8 De semblables métaphores alchimiques étaient présentes dans la lettre à Verlaine où, le 16 novembre (...)
  • 9 Mallarmé, Œuvres Complètes, volume 2, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2003, p. 366 (dans le (...)

13Les « deux voies » que sont « l’esthétique » et « l’économie politique » (p. 310), et qu’on aurait pu croire radicalement étrangères l’une à l’autre, ont d’ailleurs selon Mallarmé une origine commune dans l’alchimie, comme l’indique l’article « Magie » : « La pierre nulle, qui rêve l’or, dite philosophale : mais elle annonce, dans la finance, le futur crédit, précédant le capital ou le réduisant à l’humilité de monnaie ! » (p. 311). L’alchimie, qui cherche la transmutation de la pierre philosophale en or, est donc l’ancêtre de la finance, qui cherche la transformation de la matière brute du monde en valeur monétaire : « c’est, de cette visée dernière, principalement, que l’alchimie fut le glorieux, hâtif et trouble précurseur » (p. 310). Mais Mallarmé voit aussi dans les « alchimistes, nos ancêtres »7, car comme l’alchimiste le poète cherche la quintessence du monde : « Notre occupation le dosage subtil d’essences » (p. 312) : « Je dis qu’existe entre les vieux procédés et le sortilège, que restera la poésie, une parité secrète » (p. 311) ; c’est alors aux poètes de réalimenter par le langage « le laboratoire éteint du grand œuvre » (p. 310) pour « reprendre, sans fourneau, les manipulations » et « continuer par la simple intelligence » (ibid.)8. Ces deux voie de « l’Esthétique » et de « l’Economie politique » (p. 310 et p. 387) étant liées par une origine commune, pourront être réunifiées dans le Livre total rêvé par Mallarmé : Livre qui donnerait « un aboutissement à l’ère moderne, esthétique et industrielle » (p. 246), et qui serait « une tentative, vraiment celle de l’âge moderne tout entier - d’une fusion de l’art et de l’industrie »9. La « modernité » (l’adjectif « moderne » est commun à ces deux citations) consisterait à sortir de l’opposition entre l’Esthétique et l’Economie politique qui ont tendance à s’exclure mutuellement : sortir d’une logique de l’incompatibilité pour ouvrir l’un sur l’autre ces deux domaines. Il s’agirait non pas d’intégrer l’un des deux domaines à l’autre, ni de sacrifier l’un des deux domaines à l’autre, mais de les penser à la fois dans leur dualité de fait (dans leur tension) et dans leur unité fondamentale : c’est-à-dire dans leur complémentarité. Chacun des deux domaines a besoin de l’autre pour être légitimé, se légitime du fait de légitimer l’autre : y trouve sa fonction, sa vocation, sa mission, son sens, sa raison d’être. La littérature éviterait ainsi à l’Economie politique de se refermer totalitairement en système clos, et le Livre lui non plus ne se referme pas en système clos mais s’ouvre ainsi à son autre.

14Il ne s’agit donc pas de soumettre le Livre à la finance : « Nulle vente ni qu’homme trafique, avec l’âme ou, sinon, il ne comprend pas », écrit Mallarmé à la fin de « Confrontation » (p. 328). Il ne s’agit pas d’attribuer aux ouvrages de l’esprit une valeur marchande qui prétendrait en indiquer la valeur réelle (ce serait ne pas comprendre la dimension spirituelle des œuvres d’art). Par exemple, est-ce que la valeur réelle des poèmes de Mallarmé correspond à la valeur des pièces de monnaie que j’ai échangées contre ce volume ? Non : c’est bien plutôt les poèmes de Mallarmé qui donnent à mes pièces de monnaie une valeur qui est bien au-delà de la simple valeur monétaire. Tel le message des lignes qui suivent la citation précédente à la fin de « Confrontation » : « La poignée indispensable du métal commun lui sert [à l’homme], avant qu’il ne pense d’en vivre, à accomplir son tour, jongleur sacré, ou éprouver l’intelligence de l’or » (ibid.). C’est donc bien l’œuvre littéraire qui va donner une valeur d’intelligence, et un sens supérieur, au métal servant à l’échange. C’est l’œuvre qui donne valeur à l’or, et non l’inverse. C’est l’œuvre, non l’or, qui est détentrice et donatrice de la valeur. La poésie est alors en position de force par rapport à l’or, et peut « le forcer de reconnaître la pensée, essence, par le résidu, monnaie » (p. 326, où l’on retrouve la métaphore alchimique).

15Nous sommes maintenant mieux à même de comprendre en quoi Mallarmé, dans ses projets du livre, veut « tout fonder sur une opération financière » (f. 135), et plus exactement sur une « opération financière pure » (f. 139), qui serait, selon l’expression de tout à l’heure, comme un « tour » (f. 32 et p. 328), tour de jongleur ou de passe-passe. L’opération financière à laquelle pense Mallarmé dans les brouillons du Livre serait « pure » dans la mesure où elle resterait fictive, fondée sur le mécanisme de la « fiction ». En effet, imaginant les modalités des séances de Lecture du Livre, Mallarmé parle du « prix fictif de l’Invitation » (f. 170) ; ou encore : « tout repose comme tirage et prix sur le prix non payé de séances gratuites » (f. 182). Cette dernière formulation est paradoxale ; mais l’ensemble des brouillons du Livre nous permet de reconstituer la procédure financière fictive imaginée par Mallarmé. En effet, chaque place des assistants des séances de Lecture est cotée à « 1000 francs » que les assistants seront prêts à payer, comme pour une souscription ; la foule, préalablement persuadée de la valeur du Livre par le fait même que les assistants ont été prêts à payer 1000 francs la place, achètera les volumes ; Mallarmé prévoit alors (1e « tirer à 1000 » exemplaires (f. 66), et que chaque exemplaire coûte 1 franc (f. 114, f. 167), ce qui, multiplié par 1000 exemplaires, remboursera les 1000 francs de chaque place : les assistants n’auront alors pas besoin de payer, la souscription sera restée latente, fictive. D’où : « remise est faite par moi aux assistants » (f. 113). La Fiction (à la fois monétaire et littéraire) fonctionne : la souscription est restée fictive grâce à la confiance de la foule, grâce à la croyance de la foule en la valeur du Livre. D’où encore : « Le fait que : la foule achètera – preuve réciproque » (f. 114), preuve à la fois du fait que la Fiction a bien fonctionné, et de la valeur reconnue du Livre.

16Bien sûr, la valeur esthétique du Livre n’a rien à voir avec cette valeur financière (1 franc, 1000 francs), d’ailleurs arbitraire et purement fictive. La valeur esthétique du Livre reste immesurable, inquantifiable : « un livre […] sa valeur – idéale – sans chiffre – soit qu’elle soit plus ou moins que ce qui est – le vendre c’est trop cher et pas assez – peut-être n’y en a-t-il pas d’assez haut ou bas – sans val. – d’où infini – idéale – mais valeur (pure, diamant) » (f. 39). Attribuer une valeur quantifiable au Livre, ce serait à la fois « trop cher », parce que la valeur idéale du Livre dépasserait toute somme payable (d’où « nulle vente »), et « pas assez » parce qu’aucune somme quantifiable ne saurait atteindre la valeur infinie de l’œuvre esthétique.

17La littérature, échappant à la conversion de là valeur esthétique à la valeur marchande, échappe à un usage commercial du langage. On se souvient que c’était d’ailleurs une métaphore monétaire que Mallarmé avait utilisée dans « Crise de vers » pour présenter l’usage courant du langage par opposition à son usage poétique : « Narrer, enseigner, même décrire, cela va et encore qu’à chacun suffirait pour échanger la pensée humaine, de prendre ou de mettre dans la main d’autrui en silence une pièce de monnaie » (p. 259) : on croit ainsi échanger un signifiant contre un signifié ou un référent ; c’est pourquoi : « Parler n’a trait à la réalité des choses que commercialement » (p. 257). La littérature échappe à cet usage référentiel, représentatif (commercial) du langage : « Au contraire d’une fonction de numéraire facile et représentatif, comme le traite d’abord la foule, le dire, avant tout, rêve et chant, retrouve chez le Poëte, par nécessité constitutive d’un art consacré aux fictions, sa virtualité » (p. 259). Loin que la littérature se soumette à cet usage commercial du langage, c’est au contraire la valeur monétaire qui a été reconnue comme fonctionnant sur le modèle littéraire de la fiction, comme d’ailleurs tout élément de l’espace politico-social : « le rapport social […] étant une fiction, laquelle relève des belles-lettres » (p. 340), et même « l’Etat […] relevant d’une foi » (p. 299). Les fondements du politique ne doivent pas s’affirmer comme des réalités, mais comme des fictions conscientes d’être des fictions : en effet la société ne doit pas « indiquer le mirage brutal, la Cité, ses gouvernements, le code, autrement que comme emblèmes » (p. 384), c’est-à-dire, comme signes, comme fictions. Mallarmé perçoit donc dans l’espace politique un fonctionnement d’essence linguistique, poétique. Il ouvre ainsi à un siècle où la linguistique sera le paradigme épistémologique dominant dans les sciences humaines et l’interprétation des phénomènes de société.

  • 10 Biaise Cendrars, Du monde entier, Gallimard, collection « Poésie », 1967, p. 133.

18Encore cette domination du poétique demeurera-t-elle seulement symbolique : efficiente dans l’ordre théorique, épistémologique, mais inefficiente dans l’ordre des realia où la logique strictement économique et financière continuera à prévaloir aux dépens de la poésie. C’est ce dont témoigne par exemple l’aventure arrivée à Biaise Cendrars à la parution de Kodak en 1943, la firme propriétaire de ce nom demandant à l’éditeur que soit changé le titre du volume ; Cendrars s’exécute, et commente l’épisode : « A la réception de cette lettre j’avais bien pensé débaptiser mes poèmes et intituler Kodak par exemple Pathé-Baby, mais j’ai craint que la puissante “Kodak C° Ltd”, au capital de je ne sais combien de millions de dollars, m’accuse cette fois-ci de concurrence déloyale. Pauvres poètes, travaillons »10.

  • 11 Pierre Reverdy, Œuvres complètes, Ecrits sur la poésie (1932-1960), Flammarion, 1974, p. 135.

19Travaillons… Alors, dit Reverdy à propos du poète : « ce qui se trouvera de bon à prendre en lui, on le lui prendra plus tard, et sans payer »11.

Notes

1 Références : Mallarmé, Divagations, édition établie par Bertrand Marchai, Gallimard, collection « Poésie », 2003 (nous indiquerons le numéro de la page précédé de la lettre « p »). Le Livre de Mallarmé, édition établie par Jacques Schérer, Gallimard, 1957 (le numéro du feuillet sera précédé par la lettre « f »).

2 Voir à ce sujet l’ouvrage de Pascal Durand intitulé Crises, Mallarmé via Manet, Peeters, Vrin, Leuwen, 1998 ; on y trouve d’intéressantes analyses sur la situation de Mallarmé dans la concurrence entre les différents arts et entre les différents genres littéraires, en relation avec le contexte socio-économique de l’époque.

3 Le mot « suffrage » évoque les élections de la IIIème République, « faillite » rappelle le scandale de Panama et la faillite de Lesseps en 1891-93, et « décoration » fait sans doute allusion au scandale des décorations dans lequel fut impliqué le gendre du Président de la République Jules Grévy en 1887.

4 J’ai analysé la stratégie que Mallarmé met en l’œuvre dans ce journal, dans l’article intitulé « Fonction symbolique de l’objet dans La Dernière Mode de Mallarmé », Modernités no 9, 1997, p. 99-123.

5 La valeur fiduciaire (relevant d’une foi, fides en latin) d’une pièce ou d’un billet est indiquée par le signe graphique qui y est inscrit ; la pièce ou le billet n’est que le signe de la valeur financière qui lui est attribuée : la monnaie fonctionne sur un modèle linguistique.

6 J’ai précisé la conception mallarméenne de la « fiction » dans « Le monde virtuel des Poésies de Mallarmé : une poétique de la fiction », Romantisme-Colloques, Les Poésies de Mallarmé, S.E.D.E.S., 1999, article repris dans Néant sonore. Mallarmé ou la traversée des paradoxes, Droz, 2007.

7 Lettre du 14 mai 1867.

8 De semblables métaphores alchimiques étaient présentes dans la lettre à Verlaine où, le 16 novembre 1885, Mallarmé présentait ses projets du Livre (p. 392).

9 Mallarmé, Œuvres Complètes, volume 2, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2003, p. 366 (dans le compte rendu, par Mallarmé, de l’Exposition Internationale de Londres de 1871).

10 Biaise Cendrars, Du monde entier, Gallimard, collection « Poésie », 1967, p. 133.

11 Pierre Reverdy, Œuvres complètes, Ecrits sur la poésie (1932-1960), Flammarion, 1974, p. 135.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search