Version classiqueVersion mobile

La chanson politique en Europe

 | 
Céline Cecchetto
, 
Michel Prat

III. Chanson et construction de l’identité nationale

La chanson politique en Italie dans les années 1950-1960

Sandra Garbarino

Texte intégral

1Malgré le choix de dates couvrant deux décennies, en réalité la période qui nous intéresse débute à la fin des années 1950 et se termine en 1967-1968. Il s’agit d’une quinzaine d’années extrêmement fécondes pour ce qui concerne les liens entre la politique, la société et le monde de la chanson, mais également pour les échanges entre l’Italie et l’Europe en matière de chanson d’auteur, notamment avec la France.

  • 1 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 15.

2Or, comme l’observe G. De Grassi1, les origines de la chanson politique en langue italienne remontent à la fin du 18e siècle. Le premier chant de lutte fut écrit en Sardaigne pour accompagner les masses de paysans en révolte contre les administrateurs piémontais qui considéraient l’île comme une source à exploiter à fond. À partir de cette époque, l’histoire d’Italie fut accompagnée de chants aux contenus politiques et sociaux.

  • 2 Ce terme fut inventé dans les années 1960 par un producteur musical appelé Francesco Micocci et ser (...)

3Cependant, ce fut à la fin des années 1950, et plus précisément en 1958, qu’une nouvelle chanson populaire vit le jour au-delà des Alpes. Cela se fit en correspondance avec l’apparition d’un mouvement qu’on pourrait définir d’avant-garde, celui des Cantacronache – un mouvement qui se développa en parallèle avec la naissance des cantautori2 (des chansonniers qui écrivaient les paroles et la musique de leurs chansons).

Cantacronache – une « aventure politique et musicale des années 1950 »

4Comme le nom du mouvement des Cantacronache l’indique, ses membres étaient des personnes ayant pour objectif de chanter (le préfixe canta provient du verbe cantare = chanter) les événements quotidiens, la cronaca, en italien. Mais si nous nous arrêtions à cette simple définition, choisie par les fondateurs du groupe, cela risquerait d’être très réducteur. Comme le confirme Sergio Liberovici, fondateur de ce mouvement, son but était bien plus ambitieux :

  • 3 « À S. Donaci, un village de la province de Brindisi, les paysans protestèrent pour la baisse du pr (...)

A S. Dònaci, un paesino in provincia di Brindisi, i contadini protes-tarono per la diminuzione del prezzo delle uve [...] : abbandono delle campagne, cortei, comizi, polizia che spara sulla folla, morti per le strade e nei campi, tutto finito. L’episodio mi colpì enormemente e sentii l’esigenza di trasferire quella emozione in una composizione musicale ; [...] un brano agile, scorrevole, in grado magari di ragginngere quelle stesse popolazioni del sud e di acquisire aile loro orecchie e alle loro menti il valore di una testimonianza, di una concreta solidarietà, di una parola d’ordine.3

5Un épisode de lutte sociale dans l’Italie du sud (les Pouilles), et surtout une émotion que S. Liberovici voulait transmettre aux autres dans la manière la plus immédiate, furent donc à l’origine de l’idée qui, petit à petit, amena à la naissance du groupe. Mais les Cantacronache eurent également une sorte de manifeste. Citons quelques passages de la présentation du mouvement parue dans la revue que le groupe fonda pendant l’été 1958, pour mieux comprendre la portée du message des Cantacronache :

  • 4 « Jusqu’à maintenant nous ne nous sommes jamais occupés de cette musique qu’on appelle « légère ». (...)

Non ci siamo mai occupati prima d’ora di musica così detta leggera. Siamo impegnati in campi più specificamente cinturali [...] ; abbiamo collettivamente maturato la volontà d’intervenire in questo campo in cui, in Italia, più appariscente e grossolana è l’apologià dell’evasione. In questo clima sono nate le nostre canzoni e lo spirito di rottura, di polemica, la implicita dichiarazione di guerra a quel mondo estraneo ed evasivo, sono naturalmente uno dei loro aspetti più appariscenti, se non il più tipico. Perché ciò che proponiamo, al di là della polemica o della rottura, è di “evadere dall’evasione”, ritornando a cantare storie, accadimenti, favole che riguardino la gente nella sua realtà terrena e quotidiana, con le sue vicende sentimentali (serie, più che sdolcinate, comuni, più che straordinarie), con le sue lotte, le aspirazioni che la guidano e le ingiustizie che la opprimono, con le cose insomma che la aiutano a vivere o morire.4

6La volonté de ces auteurs était donc de « s’évader de l’évasion », en chantant les événements réels, les luttes des hommes et les injustices qui les oppressent. Mais qui étaient, au fait, ces gens qui se disaient « occupés dans des domaines plus spécifiquement culturels » ? Outre Sergio Liberovici, les promoteurs de l’initiative des Cantacronache furent Fausto Amodei, Emilio Jona et Michele L. Straniero. Leurs collaborateurs (et auteurs) se nommaient Franco Fortini – poète, essayiste, traducteur de Goethe –, Gianni Rodari – poète et auteur de récits pour enfants –, Umberto Eco et Italo Calvino. Ce dernier, déjà engagé dans la composition de textes pour le musicien et compositeur Luciano Berio, fut fasciné par cette initiative :

  • 5 « Calvino se laissa convaincre et il fut même pris par un véritable enthousiasme : le premier texte (...)

Calvino si lasciò convincere e anzi venne preso da autentico entusiasmo : il primo testo che scrisse e consegnò a Sergio fu Dove vola l’avvoltoio ? Entrambi avevano avuto un’esperienza nella lotta partigiana e la trasfusero nelle prime canzoni, come la bellissima Oltre il ponte. [...] Cantavamo tutti insieme, persino Calvino con la sua voce baritonale [...].5

  • 6 B. Falcetto, « Cantare mentre tutto il resto non canta », p. 248.
  • 7 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 121.

7Comme l’observe Bruno Falcetto6, le corpus des chansons que Calvino composa pour le groupe des Cantacronache est exigu – six textes au total – mais il présente quelque variété. Il est composé de deux chansons sur la vie de couple (Canzone triste et Turin-la-nuit), d’un divertissement ayant pour thème la femme (La tigre), d’une ballade anticapitaliste (Sul verde fiume Po), d’un chant sur l’expérience de la Résistance (Oltre il ponte), et d’une ballade antimilitariste (Dovevola l’avvoltoio). Des deux morceaux les plus « politiques », Dovevola l’avvoltoio devint vite une sorte de chant-symbole du pacifisme7 :

  • 8 « Un jour dans le monde la dernière guerre cessa/ le sombre canon se tut et il ne tira plus/ et, pr (...)

« Un giorno nel mondo finita fu l’ultima guerra/ il cupo cannone si tacque e più non sparò/ e, privo del tristo suo cibo, dall’arida terra/ un branco di neri avvoltoi si levò./ Dove vola l’avvoltoio ?/ Avvoltoio vola via/ vola via dalla terra mia/ che è la terra dell’amor. »8

8Le vautour calvinien (la mort) cherche sa nourriture dans le fleuve, mais le fleuve répond qu’il ne contient plus les corps des soldats, mais des poissons ; il cherche ensuite dans le bois qui ne veut plus entendre les coups des fusils, mais les sons de la nature ; puis il se rend auprès des allemands qui répondent qu’ils ne veulent plus la haine et le plomb des guerres ; ensuite, il vole auprès d’une mère qui le chasse en lui disant qu’elle ne veut donner ses enfants qu’à des fiancées. Le vautour sera également repoussé par l’uranium qui ne donnera sa force nucléaire que pour aller sur la lune.

9Quant à Oltre il ponte, Galvino y esquissait un souvenir de son expérience de la Résistance, maintes fois rappelée dans ses romans (du Sentier des nids d’araignée au Baron perché), et reprise ici pour peindre le côté humain et les espoirs des jeunes partisans :

  • 9 « ... Couvre-feu : la troupe allemande/ dominait la ville. Nous sommes prêts./Celui qui ne veut pas (...)

... Coprifuoco : la truppa tedesca/ la città dominava. Siam pronti./ Chi non vuole chinare la testa/ con noi prenda la strada dei monti/ Avevamo vent’anni e oltre il ponte/ oltre il ponte che è in mano nemica/ vedevam l’altra riva, la vita, / tutto il bene del mondo, oltre il ponte./ Tutto il male avevamo di fronte, / tutto il bene avevamo nel cuore, / a vent’anni la vita è oltre il ponte, / oltre il fuoco comincia l’amore.9

10Mais l’auteur voulait également dénoncer l’affaiblissement de l’élan qui avait autrefois motivé les maquisards, et transmettre son souvenir aux jeunes générations :

  • 10 « Désormais tous ont une famille, des enfants/ qui ne connaissent pas l’histoire d’hier./ Moi je su (...)

Ormai tutti han famiglia, hanno figli/ che non sanno la storia di ieri./ Io son solo e passeggio tra i tigli/ con te cara che allora non c’eri/ E vorrei che quei nostri pensieri, / quelle nostre speranze d’allora, / rivivessero in quel che tu speri/ o ragazza color dell’aurora.10

11Si les six chansons calviniennes sont engagées à la fois dans le domaine social et politique, les trois textes que Umberto Eco a écrits pour les Cantacronache ont un contenu hautement politique et polémique. La Canzone della piazza d’armi (chanson de la place d’armes) critique la hiérarchie militaire : des sergents font taire des caporaux qui font taire et marcher des soldats ; arrivent des lieutenants qui font taire les sergents et les caporaux et marcher les soldats, et ainsi de suite jusqu’au jour où les rôles seront inversés, et le pauvre soldat pourra voir marcher les sergents et les généraux. Le texte intitulé Ventiquattro megatoni (vingt-quatre mégatonnes) – modelé sur la musique d’un air très connu à la fin des années 1950, Ventiquattromila baci (ving-quatre mille baisers) – soulève le problème de la bombe atomique, qu’il ne faudrait pas craindre, car elle serait très « propre », et indispensable pour défendre la liberté, malgré ses conséquences :

  • 11 « Peut-être que ton marmot/ Naîtra aveugle d’un œil : / Mais c’est un risque à courir, / oui, oui, (...)

Forse può darsi il tuo marmocchio/ Ti nascerà cieco da un occhio : / Ma questo è un rischio da affrontar, / sì, sì, perché.../ Con ventiquattro megatoni/ Risolverem tante questioni, / Con una bomba già sì sa/ Difenderem la libertà.11

12La troisième chanson écrite par Eco, Tuppe tuppe colonnello (toc toc, colonel) – composée, elle aussi, sur la base d’un morceau très connu, Tuppe tuppe marescià – a pour objet la construction de l’aéroport de Rome Fiumicino, et l’argent volé aux contribuables peu informés par une administration fraudeuse :

  • 12 « Toc, toc colonel/ Nous achèterons un petit champ/ D’ici un an il y aura/ Un magnifique aéroport/ (...)

Tuppe tuppe colonnello/ Compreremo un campicello : / Entro un anno sarà sorto/ Un magnifico aeroporto, / Lo faremo a Fiumicin, / Dopo Roma lì vicin./ Ci godremo una cuccagna/ Coi quattrini dei Torlonia/ Tanto infine chi si sogna/ I registri controllar !12

  • 13 E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 44-45

13En plus de ses chansons, Umberto Eco participa à l’aven ture des Cantacronache en écrivant l’introduction d’un recueil intitulé Le canzoni della cattiva coscienza (publié en 1964). Dans sa présentation, il remarquait que ce groupe d’auteurs et musiciens avait « réinventé un folklore partisan », « hasardé des chansons polémiques, intentionnellement outrageuses ». Selon Eco, l’activité des Cantacronache avait permis l’essor de chanteurs qui renonçaient à ce qui était reconnu, comme la mélodie, qui paraissaient refuser le rythme, et faisaient primer la parole et sa signification la plus profonde.13 Ce mouvement avait fait renaître la chanson populaire engagée :

  • 14 « Nous dirons même que ce nouveau courant de la chanson, en partant de la satire politique, de l’ex (...)

Diremo anzi che questo nuovo filone della canzone, partendo dalla satira politica, dalla riesumazione un poco snobistica dei canti della malavita, da un lato è arrivata a restituire al grosso pubblico una canzone civile, intrisa di problemi, a modo proprio di vera e propria coscienza storica [...].14

14Maintenant que nous avons parcouru quelques textes, nous pourrons observer que les faits racontés par les chansons des Cantacronache n’étaient pas décrits d’une manière naturaliste. Comme M. Straniero et les autres l’avaient écrit dans leur manifeste, ils intervenaient sur la réalité pour en mettre en lumière d’une manière ironique ou critique les contradictions :

  • 15 « Sur cette réalité quotidienne nous sommes intervenus non pas en l’acceptant et en la décrivant d’ (...)

Su questa quotidiana realtà siamo intervenuti non già accettandola e descrivendola naturalisticamente, ma operando su di essa in modo critico o ironico, burlesco o commosso, aggressivo o risentito, o persino drammatico, sì da mettere in luce i suoi nodi, le sue contraddizioni, gli aspetti tipici o rivelatori.15

  • 16 Cf. E. Jona, « Prefazione », p. 26.

15À propos de la terminologie utilisée par les Cantacronache, il est intéressant de remarquer que dans l’Italie des années 1960 l’utilisation de mots tels que « vescovo » (évêque) ou « generale » (général) – cf. par exemple les chansons de U. Eco – pouvait représenter une action politique.16 Cela car en 1960 on assiste à une chute du gouvernement et la période qui suit est remarquablement tumultueuse. À Reggio Emilia, le 7 juillet 1960, pendant une manifestation contre le nouveau gouvernement, la police tire sur les manifestants et tue cinq personnes. Cet événement sera transposé dans une chanson de F. Amodei, I morti di Reggio Emilia (les morts de Reggio Emilia) :

  • 17 « Camarade, citoyen, frère partisan, / Serrons-nous la main/ Pendant ces jours tristes : / De nouve (...)

Compagno, cittadino, fratello partigiano/ Teniamoci per mano/ In questi giorni tristi : / di nuovo a Reggio Emilia/ Di nuovo là in Sicilia/ Son morti dei compagni, per mano dei fascisti ;/ di nuovo come un tempo, sopra l’Italia intera/ « Fischia il vento e urla la bufera ».17

16Au-delà de ces chants liés à des épisodes précis, parmi les chansons engagées du point de vue politique et antimilitaire, citons enfin, pour conclure notre excursus, la Canzone della marcia della pace, improvisée par F. Fortini et F. Amodei pendant une marche pour la paix entre Pérouse et Assise en septembre 1961 :

  • 18 « Et si Berlin appelle, dites-lui qu’elle se pende : / crever pour les riches, non ! ça ne nous pla (...)

E se Berlino chiama, ditele che s’impicchi : / crepare per i ricchi, no ! non ci garba più./ E se la Nato chiama, ditele che ripassi : / lo sanno pure i sassi : non ci si crede più. [...]/ E se la patria chiama, lasciatela chiamare : / oltre le Alpi e il mare, un’altra patria c’è./ E se la patria chiede di offrirgli la tua vita/ Rispondi che la vita per ora serve a te.18

  • 19 Franco Fortini, « Risposte su canzone e poesia », p. 55.

17Il s’agit d’une composition qui exhorte les hommes à refuser de « crever pour les riches » et de jeter leur vie dans des guerres. Pour cette composition, F. Fortini fut même dénoncé au Tribunal militaire de Turin19. Il est impossible de ne pas y reconnaître des échos du Déserteur de Boris Vian : « et je dirai aux gens : / refusez d’obéir/ refusez de le faire/ n’allez pas à la guerre » ou encore : « s’il faut donner son sang/ allez donner le vôtre ».

  • 20 Fausto Amodei, « Ridiamo fuoco aile polveri », p. 61 [notre trad.)
  • 21 « Un grand amour visceral, encore très vif : je l’ai traduit, interprété. J’ai appris le français p (...)

18En effet, les membres du groupe de Cantacronache avaient bien sûr écouté et apprécié le chanteur français qui les avait en quelque sorte inspirés. Cela au point que, comme l’avoue F. Amodei « Boris Vian et son Déserteur ont représenté la fulguration sur la chemin de Damas. »20 Certes, pour F. Amodei, ce fut également la découverte de Brassens qui le poussa à entreprendre une carrière de chanteur, en parallèle avec sa profession d’architecte : « Un innamoramento viscerale, tuttora vivissimo : l’ho tradotto, interpretato. Ho imparato il francese per riuscire a capirlo e cantarlo. »21

  • 22 E. Jona, « Prefazione », p. 42. Comme l’observe d’ailleurs P. Jachia, (La canzone d’autore italiana(...)

19Boris Vian fut une source d’inspiration pour de nombreux chanteurs, poètes et auteurs italiens, à un tel point que, entre 1958 et 1964, l’histoire de son déserteur fut traduite cinq fois. C’est là que l’aventure des Cantacronache – qui commencèrent à avoir le sentiment d’avoir achevé leur parcours entre 1962 et 196422 – se croise avec celle des cantautori, qui, eux, commencèrent à se produire en même temps que leurs confrères, mais s’imposèrent vers le début des années 1960. Parmi les cantautori les plus connus, nous observerons les chansons de deux confrères et amis dont le travail fut orienté vers la lutte politique et sociale : Luigi Tenco et Fabrizio De André.

Les « cantautori » et la politique – l’exemple de L. Tenco et F. De André

  • 23 M.L. Straniero, « Memoria di Cantacronache », p. 77.

20Comme Michele Straniero l’affirmait, l’exemple de F. Amodei ainsi que d’autres chanteurs faisant partie du groupe des Cantacronache, qui écrivaient les textes et la musique des chansons qu’ils chantaient, fut sans doute important pour les cantautori.23 Parmi ceux-ci, Luigi Tenco et Fabrizio De André prirent la relève en écrivant des textes pour protester contre les injustices sociales et politiques. Comme pour leurs prédécesseurs, ils furent à leur tour influencés par les chansonniers français, parmi d’autres Brel, Brassens et Boris Vian.

  • 24 C’est grâce au journaliste E. De Angelis qu’elle put être diffusée en 1979.
  • 25 A. Fegatelli, Luigi Tenco, p. 98.
  • 26 « Et je les convaincrai qu’il y a un seul ennemi, la famine qu’ont les gens comme nous dans le mond (...)
  • 27 « S’il faut verser du sang, versez seulement le vôtre ; messieurs, voici ma place : je ne vous suis (...)

21À titre d’exemple, L. Tenco enregistra une version italienne du Déserteur qui est encore actuelle de nos jours. En réalité, cette traduction fut enregistrée mais elle ne fut jamais publiée et sa diffusion fut posthume24. Le titre, dans la version de L. Tenco, devint Padroni della Terra (patrons de la terre). Mais ce ne fut pas la seule variante par rapport au texte d’origine. Comme l’observe E. de Angelis dans le livre de A. Fegatelli25, la traduction de Tenco est fidèle et courageuse, mais elle a les limites du texte censuré. L’invitation à déserter est remplacée par des considérations plus théoriques et générales : « la guerra è un’idiozia » – qui fait un peu penser à « quelle connerie la guerre » de Prévert – et là où Vian exhorte à déserter avec quatre impératifs qui se suivent (refusez d’obéir, refusez de la faire, n’allez pas à la guerre, refusez de partir), le texte italien parle de misère, de fraternité, et soulève le problème de la famine : « E li convincerò/ che c’è un nemico solo/ la fame che nel mondo/ ha gente come noi »26. Les deux couplets de la fin cependant restent assez fidèles à la deuxième version du Déserteur : « Se c’è da versar sangue/ versate solo il vostro ;/ signori, ecco il mio posto : / io non vi seguo più./ E se mi troverete, / con me non porto armi : / coraggio, su, gendarmi, / sparate su di me. »27

  • 28 Cf. à ce propos G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 168 et suivantes.

22L. Tenco – qui fut à l’origine d’une version italienne de Blowing in the wind – composa d’autres textes engagés qui sont à classer parmi les chansons de lutte sociale, même si d’après certains elles seraient encore très imbibées de populisme28. Parmi ces chansons, nous citerons E se ci diranno (Si on nous dit), Ognuno è libero (Chacun est libre), et Ciao, amore ciao » chantée en duo avec Dalida au Festival de Sanremo de 1967, juste avant de se suicider.

  • 29 « Si on nous dit que dans le monde ou bien les gens pensent d’une certaine manière ou bien ne valen (...)

23La première des trois chansons incite à s’opposer aux préjugés et aux idées préconçues : « e se ci diranno/ che nel mondo la gente/ o la pensa in un modo/ o non vale niente/ [...] che è un gran traditore/ chi difende la gente/ di un altro colore/ [...] che è un destino della Terra/ selezionare i migliori/ attraverso la guerra/ [...] noi risponderemo/ no no no... »29

24Ognuno è libero est, elle aussi, une exhortation à ce que les gens ne se laissent pas influencer par les apparences : ils ont le droit de s’habiller ou de se coiffer ou de penser différemment des autres – ce qui, pour l’Italie des années 1960, n’était pas si évident que cela. D’autres chansons de L. Tenco ont pour objet la critique du conformisme et des fausses apparences, mais celle qui nous semble la plus intéressante du point de vue politique, c’est la première version de Ciao amore, ciao, intitulée Li vidi tornare. C’est une image de son enfance que le cantautore peint dans cette chanson : le passage des soldats qui partent pour la guerre. Mais le souvenir se superpose aux vers d’un poème italien très connu, La spigolatrice di Sapri « La glaneuse de Sapri » (Eran trecento/ eran giovani e forti/ e sono morti) :

  • 30 « Je les vis passer/ à côté de mon champ/ j’étais un jeune garçon/ j’étais en train de jouer/ ils é (...)

Li vidi passare/ vicino al mio campo/ ero un ragazzino/ stavo lì a giocare/ Erano trecento/ erano giovani e forti/ andavano al fronte/ col sole negli occhi/ E cantavano cantavano/ tutti in coro/ ciao amore ciao amore [...]30

  • 31 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 169.

25Le jeune enfant continue à attendre les soldats, mais ils ne reviennent pas et, quand il parle d’eux, les gens pleurent ; une nuit, dans ses rêves, il les voit revenir. Dans la version suivante, celle qu’il amena au Festival de Sanremo, le texte se transforme en une « ballade sur l’immigration », en une « constatation amère que le monde change trop vite ».31

26Certes, dans ces chansons, la guerre et les problèmes sociaux ne sont pas abordés de la même manière que par les Cantacronache : le style des chansons de Luigi Tenco est beaucoup plus châtié, et leur contenu sûrement moins protestataire que celui des chants d’Amodei, Fortini, Calvino et Eco. Des deux confrères cantautori, ce fut sans doute F. De André à récupérer la veine critique et de contestation des cantacronache italiens et des chansonniers français. Trois de ses chansons, écrites avant le milieu des années 1960, en témoignent : La ballata dell’eroe, La guerra di Piero « La guerre de Piero » et le Testamento « Le Testament ». Composée en 1961, La ballata dell’eroe (la ballade du héros), peint le triste sort d’un soldat, mort à cause de son courage et qui n’est pour sa patrie que l’énième héros :

  • 32 « Il était parti pour faire la guerre/ pour donner son aide à sa terre [...]/ Et quand on lui dit d (...)

Era partito per fare la guerra/ Per dare il suo aiuto alla sua terra [...]/ E quando gli dissero di andare avanti/ troppo lontano si spinse a cercare la verità/ Ora che è morto la patria si gloria/ di un altro eroe alla memoria...32

27Pour faire comprendre toute la douleur et l’inutilité du sacrifice humain qui a lieu lors de la guerre, en parallèle avec la gloire de la patrie, De André peint la souffrance d’une femme qui attendait à la maison le retour de son homme vivant, et qui se retrouve, dans son lit, avec le souvenir d’un héros mort et une médaille :

  • 33 « Qui attendait le retour d’un soldat vivant/ d’un héros mort qu’en fera-t-elle ?/ si dans son lit, (...)

... che aspettava il ritorno d’un soldato vivo, / d’un eroe morto che ne farà/ se accanto nel letto le è rimasta la gloria/ di una medaglia alla memoria.33

  • 34 « Tire sur lui, Piero, tire sur lui maintenant/ et après un coup, tire encore/ jusqu’au moment où t (...)

28Trois ans plus tard, dans une autre chanson nettement antimilitariste, la figure de l’épouse est remplacée par un autre soldat, un ennemi qui doit être tué pour que Piero puisse se sauver : « Sparagli Piero sparagli ora/ E dopo un colpo sparagli ancora/ Fino a che tu non lo vedrai esangue/ Cadere a terra a coprire il suo sangue... »34 Mais Piero hésite et son ennemi en profite et le tue sans se faire trop de soucis :

  • 35 « Et si je lui tire dans le front ou dans le cœur/ il n’aura que le temps de mourir/ mais moi j’aur (...)

E se gli sparo in fronte o nel cuore/ soltanto il tempo avrà per morire/ ma il tempo a me resterà di vedere/ vedere gli occhi di un uomo che muore.// E mentre gli usi questa premura/ quello si volta, ti vede, ha paura/ ed imbracciata l’artiglieria/ non ti ricambia la cortesia.35

29L’absurdité de la guerre est reprise dans d’autres textes, d’une manière plus ou moins évidente, mais c’est un autre sujet qui mérite notre attention maintenant. La tristesse désenchantée des ‘anti-héros’ de De André fait écho aux personnages de G. Brassens qui – avec Brel, Villon, Proust, Rimbaud – fut pour le cantautore une immense source d’inspiration. De G. Brassens, De André traduisit Le testament (1963), L’assassinat (1965), La marche nuptiale (1967), Dans l’eau de la claire fontaine (1968), Le gorille (1968), Les passantes (1974) et Mourir pour des idées (1974). C’est sur une de ces chansons, témoin des échanges entre les chansonniers français et les cantautori italiens, que nous souhaitons achever notre parcours dans la chanson engagée en Italie entre 1958 et 1968, le Gorille :

  • 36 « Je dirai seulement qu’au moment le plus beau/ de ce désagréable et sombre drame/ le juge pleurait (...)

Dirò soltanto che sul più bello/ dello spiacevole cupo dramma/ piangeva il giudice come un vitello/ negli intervalli gridava : « Mamma ! »/ Gridava mamma come quel tale/ cui il giorno prima come ad un pollo/ con una sentenza un po’ originale/ aveva fatto tirare il collo...36

30La date de la traduction du Gorille, 1968, marque le passage d’une époque pendant laquelle la musique italienne s’occupait rarement de critique sociale et politique, à une saison de luttes sociales et politiques qui deviennent l’objet principal de la chanson d’auteur.

  • 37 S. Quasimodo, Il Tempo, vendredi 10 février 1967 [notre trad.)

31Mais un autre moment nous paraît mériter notre attention, il s’agit de janvier 1967. A cette date, L. Tenco se suicida au Festival de Sanremo, temple de la musique légère et non engagée. Ce geste, comme l’écrivit le poète S. Quasimodo, « frappa le sommeil mental de l’italien moyen. »37 Cette date, à notre avis, changea brusquement la situation de la musique en Italie, en révélant la nécessité d’une plus ample diffusion de la chanson engagée, ce qui devint effectivement possible après mai 1968.

Bibliographie

bibliographie

Fausto Amodei, « Ridiamo fuoco aille polveri », L’Isola che non c’era, n° 39, Milano, marzo/ maggio 2006, p. 60-61.

Mirella Conenna, « Dissolvenze incrociate : canzoni e traduzioni di Brassens », Ginliano Garzone, Leandro Schena (par), Tradurre la canzone d’autore, Bologna, clueb, 2000, p. 153-165.

Lorenzo Coveri (a cura di), Parole in musica, Novara, Interlinea edizioni, 1996.

Giandomenico Curi, Io vorrei essere là, Roma, Studium, 1997.

Enrico De Angelis, Luigi Tenco. Io sono uno, Baldini e Castoldi, 2002.

Giuseppe De Grassi, Mille papaveri rossi, Bologna, Thema editore, 1991.

Bruno Falcetto, « Cantare mentre tutto il resto non canta », Riga, n° 9, Milano, Marcos y Marcos, 1995, p. 246-252.

Aldo Fegatelli Colonna, Tenco, Franco Muzzio, 1987.

Aldo Fegatelli Colonna, Luigi Tenco, Milano, Mondadori, 2003.

Franco Fortini, « Risposte su canzone e poesia », in Lorenzo Coveri, Parole in musica, Novara, Interlinea edizioni, 1996, p. 55-66.

Ginliano Garzone, Leandro Schena (par), Tradurre la canzone d’autore, Bologna, clueb, 2000.

Paolo Jachia, La canzone d’autore italiana 1958-1997, Milano, Feltrinelli, 1998.

Emilio Jona, Michele L. Straniero, Cantacronache. Un’avventura politico-musicale degli anni Cinquanta, Torino, Crel-Scriptorium, 1995.

Felice Liperi, Storia della canzone italiana, Roma, Rai-Eri, 1999.

Giangilberto Monti, Veronica Di Pietro, Dizionario dei cantautori, Milano, Garzanti, 2003.

A. Virgilio Savona, Michele L. Straniero, Canti della resistenza, Milano, Bur, 1985.

Michele Straniero, « Calvino e Fortini vecchi parolieri », Corriere della sera, 2 luglio 1986.

Giuseppe Vettori, Canti popolari italiani, Roma, Newton Compton editori, 1974.

Notes

1 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 15.

2 Ce terme fut inventé dans les années 1960 par un producteur musical appelé Francesco Micocci et sert encore aujourd’hui à indiquer ces chanteurs qui composent leurs propres chansons.

3 « À S. Donaci, un village de la province de Brindisi, les paysans protestèrent pour la baisse du prix du raisin [...] : l’abandon des campagnes, des défilés de manifestants, des meetings, la police qui tire sur la foule, des morts dans les rues et dans les champs, et c’était fini. Cet épisode me frappa énormément et je sentis le besoin de transférer cette émotion dans une composition musicale ; [...] un morceau agile, fluide, capable d’arriver à ces populations du sud et d’acquérir, à leurs oreilles et à leurs esprits, la valeur d’un témoignage, d’une solidarité concrète, d’un mot de passe. » E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 14-15 [notre traduction].

4 « Jusqu’à maintenant nous ne nous sommes jamais occupés de cette musique qu’on appelle « légère ». Nous sommes engagés dans des domaines plus spécifiquement culturels [...] ; ensemble nous avons mûri la volonté d’intervenir dans ce domaine où, en Italie, l’apologie de l’évasion est plus voyante et grossière. Dans ce climat sont nées nos chanson et l’esprit de rupture, de polémique, la déclaration implicite de guerre à ce monde étranger et évasif, sont naturellement l’un de leurs aspects le plus voyants, si ce n’est le plus typique. Parce que ce que nous proposons, au-delà de la polémique ou de la rupture, c’est de s’« évader de l’évasion », en recommençant à chanter des histoires, des événements, des contes qui concernent les gens dans leur réalité terrestre et quotidienne, avec leurs vicissitudes sentimentales (sérieuses plus que doucereuses, communes plus que extraordinaires), avec leurs luttes, les aspirations qui les guident et les injustices qui les oppriment, en somme avec les choses qui les aident à vivre ou à mourir. » E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 21-22. [notre trad.]

5 « Calvino se laissa convaincre et il fut même pris par un véritable enthousiasme : le premier texte qu’il écrivit et qu’il donna à Sergio fut Dove vola l’avvoltoio [Où vole le vautour ?] Ils avaient eu tous les deux une expérience dans la lutte partisane et il la transposèrent dans leurs premières chansons, comme la très belle Oltre il ponte [Au-delà du pont]. [...]. Nous chantions tous ensemble, même Calvino avec sa voix de baryton [...]. » Michèle L. Straniero, « Memoria di Cantacronache », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 64. [notre trad.]

6 B. Falcetto, « Cantare mentre tutto il resto non canta », p. 248.

7 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 121.

8 « Un jour dans le monde la dernière guerre cessa/ le sombre canon se tut et il ne tira plus/ et, privé de sa triste nourriture, de la terre aride/ un vol de noirs vautours se leva./ Où vole le vautour ?/ Vautour vole ailleurs/ va-t-en de ma terre/ qui est la terre de l’amour. » E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 131-132 .[notre trad.]

9 « ... Couvre-feu : la troupe allemande/ dominait la ville. Nous sommes prêts./Celui qui ne veut pas baisser la tête/ qu’il prenne avec nous le chemin des monts./ Nous avions vingt ans et au-delà du pont/ au-delà du pont qui est en mains ennemies/ nous voyions l’autre rive, la vie/ tout le bien du monde, au-delà du pont./ Tout le mal était devant nous, / tout le bien nous avions dans nos cœurs, / à vingt ans la vie est au-delà du pont, / au-delà du feu commence l’amour. » [notre trad.]

10 « Désormais tous ont une famille, des enfants/ qui ne connaissent pas l’histoire d’hier./ Moi je suis seul et je me promène sous les tilleuls/ avec toi, ma chérie, qui n’étais pas là à l’époque./ Et je voudrais que nos pensées/ nos espoirs d’autrefois/ revivent dans ce que tu espères/ oh jeune fille de la couleur de l’aurore. » [notre trad.]

11 « Peut-être que ton marmot/ Naîtra aveugle d’un œil : / Mais c’est un risque à courir, / oui, oui, parce que.../ Avec vingt-quatre mégatonnes/ Nous résoudrons beaucoup de problèmes/ Avec une bombe, cela se sait/ Nous défendrons la liberté. » [notre trad.]

12 « Toc, toc colonel/ Nous achèterons un petit champ/ D’ici un an il y aura/ Un magnifique aéroport/ Nous le ferons à Fiumicino/ Après Rome, là à côté/ On jouira de l’aubaine/ Avec les sous des Torlonia/ Parce qu’au fond qui est-ce qui pense/ De vérifier les registres ! » [notre trad.]

13 E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 44-45

14 « Nous dirons même que ce nouveau courant de la chanson, en partant de la satire politique, de l’exhumation un peu snob des chants du milieu, est arrivée d’une part à rendre au grand public une chanson civile, imbibée de problèmes, comme une véritable conscience historique. » U. Eco cité par E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 45 [notre trad.]

15 « Sur cette réalité quotidienne nous sommes intervenus non pas en l’acceptant et en la décrivant d’une manière naturaliste, mais en opérant sur celle-ci d’une manière critique ou ironique, burlesque ou émue, agressive ou fâchée, ou même dramatique, afin de mettre en lumière ses nœuds, ses contradictions, ses aspects typiques ou révélateurs. » E. Jona, « Prefazione », E. Jona, M.L. Straniero, Cantacronache, p. 22 [notre trad.]

16 Cf. E. Jona, « Prefazione », p. 26.

17 « Camarade, citoyen, frère partisan, / Serrons-nous la main/ Pendant ces jours tristes : / De nouveau à Reggio Emilia/ De nouveau là-bas en Sicile/ Des camarades sont morts, tués par des fascistes ;/ De nouveau, comme autrefois, sur toute l’Italie/ “Soffia il vento, urla la bufera” » [notre trad.] (« Souffle le vent, hurle la bourrasque » est un chant de la résistance italienne, composé par Felice Cascione, un médecin ligurien tué en 1944 par un fasciste. Une curiosité : le lendemain de la mort de Cascione, I. Calvino s’unit aux résistants et adhère à la division qui porte le nom du médecin décédé.)

18 « Et si Berlin appelle, dites-lui qu’elle se pende : / crever pour les riches, non ! ça ne nous plaît plus./ Et si l’otan appelle, dites-lui qu’elle revienne : / tout le monde le sait : on n’y croit plus [...]/ Et si la patrie appelle, laissez-la appeler/ Au-delà des Alpes et de la mer il y a une autre patrie./ Et si la patrie te demande de lui offrir ta vie./ Réponds que la vie pour l’instant elle sert à toi. » [notre trad.]

19 Franco Fortini, « Risposte su canzone e poesia », p. 55.

20 Fausto Amodei, « Ridiamo fuoco aile polveri », p. 61 [notre trad.)

21 « Un grand amour visceral, encore très vif : je l’ai traduit, interprété. J’ai appris le français pour pouvoir le comprendre et le chanter. » Fausto Amodei, « Ridiamo fuoco aile polveri », p. 61 [notre trad.]

22 E. Jona, « Prefazione », p. 42. Comme l’observe d’ailleurs P. Jachia, (La canzone d’autore italiana, p. 34), par rapport aux confrères français, les Cantacronache italiens ne furent pas capables de s’imposer en tant qu’artistes indépendants, ce qui fut causé par leur incapacité à sortir de la contingence politique et à se libérer de la rhétorique et de l’intellectualisme qui les caractérisait.

23 M.L. Straniero, « Memoria di Cantacronache », p. 77.

24 C’est grâce au journaliste E. De Angelis qu’elle put être diffusée en 1979.

25 A. Fegatelli, Luigi Tenco, p. 98.

26 « Et je les convaincrai qu’il y a un seul ennemi, la famine qu’ont les gens comme nous dans le monde. »

27 « S’il faut verser du sang, versez seulement le vôtre ; messieurs, voici ma place : je ne vous suis plus. Et si vous me trouverez, avec moi je n’ai pas d’armes : courage, allez, gendarmes, tirez sur moi. » [notre trad.)

28 Cf. à ce propos G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 168 et suivantes.

29 « Si on nous dit que dans le monde ou bien les gens pensent d’une certaine manière ou bien ne valent rien [...] que celui qui défend les gens d’une autre couleur est un grand traitre [...] que c’est la destinée de la terre de sélectionner les meilleurs à travers la guerre, nous répondrons non, non, non... » [notre trad.]

30 « Je les vis passer/ à côté de mon champ/ j’étais un jeune garçon/ j’étais en train de jouer/ ils étaient trois cents/ ils étaient jeunes et forts/ ils allaient au front/ avec le soleil dans les yeux./ Et ils chantaient, ils chantaient tous ensemble : ciao amore, ciao amore... » [notre trad.]

31 G. De Grassi, Mille papaveri rossi, p. 169.

32 « Il était parti pour faire la guerre/ pour donner son aide à sa terre [...]/ Et quand on lui dit de s’avancer/ il alla chercher la vérité trop loin./ Maintenant qu’il est mort, sa patrie se glorifie/ de la mémoire d’un autre héros. »

33 « Qui attendait le retour d’un soldat vivant/ d’un héros mort qu’en fera-t-elle ?/ si dans son lit, à son côté elle n’a que la gloire/ d’une médaille à sa mémoire. »

34 « Tire sur lui, Piero, tire sur lui maintenant/ et après un coup, tire encore/ jusqu’au moment où tu le verras exsangue/ tomber par terre et couvrir son sang ».

35 « Et si je lui tire dans le front ou dans le cœur/ il n’aura que le temps de mourir/ mais moi j’aurai le temps de voir/ de voir un homme qui meurt.// Et pendant que tu es si courtois/ il se tourne, il te voit et il a peur/ et son artillerie dans ses bras/ il ne te rend pas ta gentillesse ».

36 « Je dirai seulement qu’au moment le plus beau/ de ce désagréable et sombre drame/ le juge pleurait comme un veau/ dans les intervalles il criait “Maman !”/ Il criait maman comme ce type/ à qui la veille comme à un poulet/ avec un jugement un peu original/ il avait fait couper le cou... »

37 S. Quasimodo, Il Tempo, vendredi 10 février 1967 [notre trad.)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search