Version classiqueVersion mobile

La chanson politique en Europe

 | 
Céline Cecchetto
, 
Michel Prat

III. Chanson et construction de l’identité nationale

La chanson politique en Italie entre la fin du xixe et le début du xxe siècle

Elisa Teglia

Texte intégral

  • 1 Cf. Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, Milan, Arnoldo Mondadori Editore, 1978, p. 9.

1Au jour d’aujourd’hui, en Italie, la chanson populaire a une renommée impensable jusqu’au XXe siècle : mais si, pendant les années passées, il y avait peu de chercheurs qui croyaient au signifié de la musique populaire, et qui se dévouaient à sa redécouverte et à son étude, aujourd’hui l’on assiste au contraire à un intérêt presque exagéré pour ce domaine, de la part de la mode et de la consommation de masse. Maintenant la préoccupation des chercheurs est plutôt d’opposer, à la mondialisation aliénante et à la mystification de consommation du « folk », la rigueur d’une intervention refusant les ambiguïtés, les équivoques, les résultats de la logique du profit et du succès1.

2L’importance de ce patrimoine n’est pas pleinement reconnue aujourd’hui non plus : en particulier, les jeunes trouvent beaucoup d’obstacles à la compréhension et à la valorisation de ce répertoire, opposé à celui de la musique de consommation qui se répand beaucoup parmi eux. Et le refus de la jeunesse devient aisément un refus même des traditions, de l’histoire du peuple italien, donc un éloignement pas seulement de la musique, mais aussi de leurs origines, du sens historique, des valeurs qui peuvent définir une société entière. En fait, la chanson populaire contient en Italie aussi un ensemble de connaissances, d’expressions linguistiques, de culture, qui seront tôt perdues, si l’on n’agit pas contre l’oubli et l’incompréhension qui la menacent.

3Pour cette raison, pendant les dernières décennies, différents chercheurs ont consacré des études à la musique populaire, à des œuvres parmi lesquelles on peut remarquer que la section des chants politiques est considérée comme véritablement très importante et significative. Un approfondissement de ces chansons est donc intéressant, soit pour leurs liens avec des aspects historiques-sociaux, soit du point de vue de l’analyse musicale et de l’étude du folklore.

*

  • 2 Cf. ibid., p. 336.

4Normalement, les chants politiques sont recueillis en même temps que les chants sociaux : cette catégorie (habituellement appelée « chants sociaux et politiques », souvent rapprochée des chants de travail) est considérée comme autonome depuis peu d’années seulement ; en fait, dans le passé, ce matériau avait déjà trouvé une reconnaissance, mais toujours et seulement d’une façon qui traitait rigoureusement du contenu. C’est pendant les dernières décennies qu’on a avancé l’hypothèse que ce « répertoire » représente le moment émergent et signifiant de la communication du peuple durant les différentes époques historiques, et que sa configuration, comme sa fonction, sont fort connexes aux modifications de la réalité matérielle introduites par les bouleversements politiques. De cette façon, le chant social-politique est vu aujourd’hui (même si ce n’est pas à l’unanimité)2 comme l’une des manifestations propres de la culture populaire italienne.

5Nous avons choisi d’étudier dans cet article une période historique bien précise ; la motivation qui nous a poussé à considérer exclusivement les chants politiques de la fin du XIXe au début du XXe siècle est surtout de caractère pratique : étant donnée l’énorme quantité de matériau sur ce sujet, il fallait concentrer l’attention sur une période circonscrite, mais significative et riche en œuvres. En Italie, la riche tradition de chant social, politique et de protestation, se forma pendant tout le XVIIIe et le XIXe siècle, devenant expression explicite de communication revendicative et de contestation de masse, surtout après 1880 : en effet, c’est alors que, dans la plaine du Pô, les nouveaux rapports qui s’établirent dans les campagnes poussèrent le prolétariat agricole à la formation d’organismes de défense et à des luttes pour la survivance physique des populations du Nord, près de Mantoue, Crémone, Lodi, Parme, Brescia, Rovigo, Milan, Crema et Varèse, tandis que dans les villes le « Partito Operaio Italiano » tentait le premier d’organiser le prolétariat urbain, en liant les luttes dans les industries à celles dans les campagnes. Dans le Sud aussi, il y avait des mouvements de protestation contre les horaires de travail et le renchérissement des denrées alimentaires, contre le progressif appauvrissement et l’expatriation forcée. En outre, dans toute la péninsule les différents partis et coalitions politiques répandaient leurs idéaux et leurs valeurs avec des hymnes et des chansons de contenu franchement politique.

6Rappelons pour mémoire les événements de la période choisie :

  • 3 La boje, qui en dialecte de la Vénétie signifie « essa bolle », c’est-à-dire « [la révolte] bouillo (...)

1861

Proclamation du Règne d’Italie

1860-1863

Guerre du « brigandage »

1864

Fondation de la Prima Internazionale

1866

Révolte en Sicile. Troisième Guerre d’Indépendance

1868

Droit de mouture

1870

Rome devient capitale

1874-1877

Premières tentatives d’insurrection des anarchistes

1876

Chute de la Droite politique ; la Gauche au gouvernement

1878

Mouvement hérétique-social de Lazzaretti sur le mont Amiata

1882

Souscription de la Triple Alliance. Naissance du « Partito
Operaio Italiano », arrêté par Depretis en 1886

1884-1885

Mouvements de La boje3

1887

Crispi au gouvernement. Politique coloniale

1891

Encyclique Rerum novarum du Pape Léon XIII

1892

Naissance du PSI (« Partito Socialista Italiano »)

1892-1894

Révolte des fascistes italiens

1896

Adua : chute de Crispi

1897-1898

Révoltes et répressions : les « quatres journées de Milan »

1903-1912

Giovanni Giolitti au gouvernement

1906

Naissance de la CGL (« Confederazione Generale del Lavoro »)

1911

Guerre de Libye

1914

La « semaine rouge ». Début de la première Guerre Mondiale : neutralité italienne

1915

L’Italie entre en guerre

1917

Défaite de Caporetto. Révolution de Turin. En Russie, révolution prolétarienne et pouvoir des Soviet

1918

Fin de la première Guerre Mondiale

1919

Expédition de Fiume. Fondation des « Fasci di combattimento »

1919-1920

Les deux « années rouges » : mai 1919, naissance de l’« Ordine
Nuovo » ; septembre 1920, occupation des usines

1921

Fondation du PCd’I (« Partito Comunista d’Italia »)

1922

Les « Arditi » du peuple battent militairement les fascistes à Parme. En octobre : marche sur Rome, Mussolini au gouvernement

1924

Élections-filouterie. Assassinat de Giacomo Matteotti et crise du gouvernement fasciste

1926

Congrès de Lyon du PCd’I : la majorité à Gramsci

1929

Accord entre Église et État italien. Grande crise économique internationale

  • 4 Cf. Leydi, Roberto, « La canzone popolare », dans Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1973, vol. V, t. (...)
  • 5 « [...] comunicazione strumentale che non può prescindere da una funzione diretta e concreta e non (...)

7Développées à une époque de profondes transformations et bouleversements, les chansons politiques italiennes entre XIXe et XXe siècle constituent donc un moment de rencontre de la tradition orale paysanne avec la nouvelle culture prolétarienne urbaine formée pendant les luttes sociales. Dans cette prospective, il serait erroné de prétendre trouver dans la chanson politique de l’époque moderne une situation homogène : en effet, du point de vue musical, le chant social se place en grande partie en dehors des intérêts traditionnels et conventionnels de la science du folklore. Dans le répertoire prolétarien de l’époque capitaliste convergent en fait des contributions différentes, de la provenance la plus variée, et les éléments empruntés de la culture bourgeoise (hymnes, mélodrame) sont quelquefois prépondérants par rapport à ceux de la culture proprement paysanne. En particulier, sur des bases paysannes se développe le répertoire de filature, de rizière, de luttes dans les campagnes ; des hymnes bourgeois est tiré ce qui est plus proprement de parti, et politique ; de la chanson urbaine et de la tradition artisane naît le chant ouvrier4. Ce qui unifie des matériaux si différents est une vision de la réalité qui se reflète dans les objets communicatifs et s’exprime à travers eux – vision qui appartient à la classe et qui est le lien unissant le chant politique à tout le corps de la culture du monde populaire : culture folklorique qui, toujours et indépendamment des thèmes qu’elle aborde et expose, est de caractère social et politique parce qu’il s’agit d’une « [...] communication instrumentale qui ne peut pas faire abstraction d’une fonction directe et concrète et ne peut pas se dispenser de proposer de nouveau, de façon continue, tant les conditions objectives de l’existence matérielle que les contradictions d’une société organisée en classes. »5

  • 6 En plus, une influence directe sur le chant politique a été excercé par le chant garibaldien.

8Toujours du point de vue des caractéristiques musicales générales, l’on se pourrait s’interroger sur l’origine des chants politiques nés et employés dès 1861. Vers la fin du XVIIIe siècle, le répertoire jacobin en représente le point de départ, puisque il contient des modes, des thèmes et des textes en provenance directe du Risorgimento : en particulier, pendant les années 1860-80, l’avant-garde politique italienne se joindra à la Prima Internationale / Première Internationale, et adoptera soit le répertoire jacobin propre à la démocratie européenne, soit le répertoire démocratique du Risorgimento. En outre, même les troupes françaises d’occupation ont sûrement exercé une influence, si bien que nous retrouvons la Marseillaise, comme modèle de ton, de symbole, de langage et de métrique, même dans beaucoup d’autres chants composés après 1861, jusqu’à la Résistance6. Voilà un exemple de mélodie influencée par le modèle de l’hymne national français, née pendant la première Guerre Mondiale (Addio padre e madre addio, « Adieu père et mère adieu »), et celle d’une chanson communiste dite « la Marseillaise du travail », directement inspirée par le même hymne (1920 ca. : Noi siarn la classe operaia, « Nous sommes la classe ouvrière ») :

  • 7 Publié dans Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 368-369.

Exemple n° 1 : « Addio padre e madre addio »7

Exemple n° 1 : « Addio padre e madre addio »7
  • 8 Publié dans Manicardi, Nunzia, Storia d’Italia net canto popolare, Sala Bolognese, Arnaldo Forni Ed (...)

Exemple n° 2 : « Noi siam la classe operaia »8

Exemple n° 2 : « Noi siam la classe operaia »8

9Après 1861, les chansons nées dans les réalités communales ou provinciales du Pays étaient portées de contrée en contrée par les chanteurs ambulants, des paysans souvent analphabètes qui répandaient la protestation des multitudes populaires pas seulement contre l’événement ou l’individu (comme la guerre, ou le patron), mais surtout contre l’état unitaire, qui ne semblait pas se former pour eux et avec eux, mais contre leurs familles et leurs besoins. Dans cette situation se développa le mouvement anarchiste, qui fut l’expression et la théorisation de la voix du peuple : il aura beaucoup d’importance jusqu’à la fin du XIXe siècle et inspirera une énorme production de chansons qui sont parmi les plus belles de la tradition italienne. En outre, beaucoup de chants seront dédiés aux auteurs d’attentats et aux régicides, comme Sante Caserio, qui tua à Lyon Marie-François Sadi Carnot (1894), ou Giovanni Passanante, auteur de l’attentat contre Umberto I à Naples (1878).

  • 9 Cette chanson remonte probablement aux années précédant la première Guerre Mondiale.

10La chanson politique italienne est un chant d’usage, donc souvent l’on y trouve des mots nouveaux employés avec des motifs déjà connus, pour faciliter l’apprentissage du chant. C’est la raison pour laquelle une mélodie peut présenter différentes versions et filiations, dues à des modifications qui lui ont permis de s’adapter aux nouvelles situations sociales et politiques, ou encore au fait d’être employée par des partis différents, souvent sous une forme parodique. Par exemple, voici la première strophe du célèbre chant communiste « Bandiera rossa », dans sa version originale9, et puis le texte adapté plus tard, décidément anticlérical (à noter l’abrégement et le remaniement de la partie musicale) :

  • 10 Publié dans Manicardi, Nunzia, op. cit., p. 96-97.

Exemple n° 3 : « Bandiera rossa »10

Exemple n° 3 : « Bandiera rossa »10

Avanti popolo, alla riscossa

Peuple en avant, à la rescousse

bandiera rossa, bandiera rossa

drapeau rouge, drapeau rouge

avanti popolo, alla riscossa

Peuple en avant, à la rescousse

bandiera rossa trionferà.

le drapeau rouge triomphera.

Bandiera rossa la trionferà

Le drapeau rouge triomphera

bandiera rossa la trionferà

le drapeau rouge triomphera

bandiera rossa la trionferà

le drapeau rouge triomphera

evviva il comunismo e la libertà !

vive le communisme et la liberté !

Avanti popolo, fuori la rete

Peuple en avant, dehors le filet

abbasso il prete, abbasso il prete

à bas le curé, à bas le curé

abbasso il prete, non si vuole più

à bas le curé, l’on ne veut plus

si mangia le bistecche alla barba di Gesù.

l’on mange les biftecks à la barbe de Jésu.

  • 11 Publié dans ibid., p. 88.

Exemple n° 4 : « Avanti popolo »11

Exemple n° 4 : « Avanti popolo »11
  • 12 À ce propos, une autre caractéristique du chant politique italien est que, souvent, l’on peut illus (...)

11En particulier, le mouvement anarchiste trouvera en Pietro Gori (Messine, 1865-Portoferraio, 1911) l’auteur des textes de plus d’une dizaine de chants qui employaient des motifs déjà connus et qui devaient devenir très populaires12. À propos des chants des militants, il est intéressant de remarquer que les mélodies conçues par certains (comme Carlo Monticelli, Filippo Turati, Raffaele Offidani...) ne se prêtaient pas trop aux transformations, si bien que les chansons créées entièrement par eux présentent presque toujours une forme mélodique-textuelle inchangée.

  • 13 En fait, Nunzia Manicardi subdivise les chants politiques dans les typologies suivantes : anarchist (...)

12Après 1861, au-delà des chanteurs ambulants, les principaux canaux de communication populaire furent le service militaire, la prison et la relégation, les migrations internes et étrangères ; mais surtout la première Guerre Mondiale fut un canal qui eut une importance beaucoup plus marquée : la guerre de tranchée fut un énorme creuset de cultures, et offrit une possibilité de communication à des habitants de régions très différentes. Enfin, les recueils sociaux (« canzonieri ») furent le véhicule majeur de circulation de ces chants ; on y publiait dans les mêmes pages des chants anarchistes et des chants socialistes, soit pour avoir un éventail plus large de clients, soit probablement parce que tous ces chants étaient une expression idéologique et de lutte politique qui représentait un fait cultural unitaire, même si très diversifié dans ses expressions. En particulier le mouvement socialiste, qui allait élaborer des nouvelles formes d’organisation et de lutte du monde des travailleurs, hérita en grande partie du courant lyrique de l’anarchisme, et réélabora d’autres chants de protestation et de poésie politique-militaire. Les mouvements communiste, anticlérical (cf. exemple n° 4), antigouvernemental et antimilitariste, seront d’autres canaux qui développeront une énorme quantité de chansons13.

  • 14 On pourrait même considérer l’aire centrale, mais elle est plus difficile à cerner puisqu’elle prés (...)

13Une subdivision qui suit les mouvements politiques peut être rattachée à une conception géographique de l’Italie, pour obtenir d’autres possibilités d’analyse concernant les aspects strictement linguistiques-musicaux de la musique populaire de notre répertoire. En général, comme on peut le déduire de tout ce qu’on vient d’exposer, le Pays italien ne présente pas une situation homogène et, en principe, il est organisable selon des aires territoriales : en effet, après une histoire qui a vu son unification se réaliser tardivement par rapport aux autres Pays européens, cette nation présente, même aujourd’hui, une situation très diversifiée, avec beaucoup de différences linguistiques, de comportement, et sociologiques, parmi ses régions. Évidemment, l’on ne peut pas proposer une analyse trop détaillée, mais nous pouvons considérer avec certitude que la macro-subdivision en deux parties (Nord et Sud) peut aider notre recherche14.

  • 15 Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 15-18.

14L’aire méditerranéenne, ou méridionale, est un espace assez homogène et caractérisé par quelques éléments stables ; Roberto Leydi15 donne une liste des données typiques des chants du Sud :

  • conception mélodique

  • base modale de type oriental (ou solutions tonales modernes avec prévalence du mineur)

  • forte tendance au développement mélismatique

  • prévalence de l’exécution soliste

  • émission à gorge fermée et à voix forte, haute, « lacérée »

  • structures rythmiques généralement libres

  • formes rigoureusement strophiques

  • prédominance de textes de caractère « lyrique »

  • prédominance de l’hendécasyllabe, dans des combinaisons structurales variées, avec des rimes et des assonances paroxytones

15Le chant suivant, qui prend son nom de la prison de Palerme (« carcere della Vicaria »), est un bon exemple de toutes les caractéristiques susmentionnées ; il est écrit en dialecte sicilien, et il représente la protestation de tous ceux qui étaient emprisonnés :

  • 16 Publié dans ibid., p. 358-360.

Exemple n° 5 : « Vicariote »16

Ent ’a Vicaria e ci su’ li guai e massimamenti a cui e’un avi a cui pi tutti vennu amici e pi mia mai

Dans la Vicaria il y a les malheurs et surtout pour qui n’a pas de protecteurs pour tous [les autres] viennent des amis, et jamais pour moi

e li gradi mi l’afferru a traraddui

et aux grillages je m’agrippe à deux mains

Sulu suliddu mi cuntu li guai la notti un dormu no ca pensu a vùi chianciu dda sfurtunata e di me’matrì ma quannu la persi nun la vitti chiùi

Tout seul, je compte mes malheurs la nuit je ne dors plus, non, je pense à vous je pleure ma mère malheureuse depuis je la perdis je ne la vis plus

16L’aire septentrionale présente en général des caractéristiques tout à fait différentes ; les influences étrangères (surtout venues de France, Allemagne et Slovénie) et un emploi différent des instruments ont créé un répertoire qui se peut résumer comme suit :

  • conception mélodique avec possibilité d’harmonisation

  • base modale de type nord-européen, avec prédisposition aux versions tonales (prédominance du majeur)

  • tendance à la décoration, mais très limitée dans les mélismes

  • forte présence d’exécution chorale

  • variété de types d’émission, en tout cas différentes de celles dominantes dans le Sud

  • structures rythmiques peu libres et souvent rigides

  • prédominance absolue des structures strophiques, quelquefois avec un refrain

  • énorme présence du répertoire « narratif »

  • base sur des mètres épiques – lyriques : heptasyllabes, octosyllabes, ou vers de neuf syllabes ; rimes et assonances oxytones et paroxytones ; hendécasyllabe employé dans le répertoire lyrique (de probable importation)

  • 17 Nunzia Manicardi le date de 1919-1921 : cf. Manicardi, Nunzia, op. cit., p. 50. Selon quelques sour (...)

17Par exemple, Guarda là ’n culapianüra (en dialecte piémontais : « Regarde dans cette plaine là-bas ») est un chant ouvrier des alentours de Turin (Perosa Canavese), qui remonte probablement aux luttes pour l’horaire de travail de dix heures en Valsesia, en 1897 ; il résume les aspects des chants du Nord17 :

  • 18 Publié dans Leydi, Roberto, Icanti popolari italiani, op. cit., p. 344-346.

Exemple n° 6 : « Guarda là ’n cula pianüra »18

Exemple n° 6 : « Guarda là ’n cula pianüra »18
  • 19 Le fabbricone (à la lettre « grande usine ») était le tissage Mazzonis, une usine près de Turin, ac (...)

Guarda là ’n cula pianura le ciminéie fan pí nèn füm fan pi nèn füm sa l’è ’na cosa straurdinaria i lavurié i lavurié i la fan tüt l’an

Regarde dans cette plaine là-bas les cheminées ne font plus de fumée ne font plus de fumée c’est une chose extraordinaire les travailleurs les travailleurs la font fumer toute l’année

tüt l’an i la fan

la font fumer toute l’année

Ant’l’officina ai manca l’aria ant’ le süffiette ant’ le süffiette ai manca ’l pan ai manca ’l pan sa l’è ’na cosa straurdinaria i lavurié i lavurié i la fan tüt l’an

Dans l’usine l’air manque dans les greniers dans les greniers le pain manque le pain manque c’est une chose extraordinaire les travailleurs les travailleurs la font toute l’année

tüt l’an i la fan

la font fumer toute l’année

E cute fìe cal travàiu e cal travàiu cal travàiu alfabricùn

Et ces filles-là qui travaillent qui travaillent qui travaillent dans le « fabbricone »19

al fabricùn

dans le « fabbricone »

e cule béle e ben turnìe

et celles belles et bien faites

a sun le gioie sun le gioie di padrùn cui lasarùn

sont la joie sont la joie des patrons les canailles

18L’habitude d’harmoniser les chants, dans le Nord, vient probablement de l’absence d’instruments d’accompagnement qui, au contraire, étaient présents et employés dans le Sud.

  • 20 Il est vrai que beaucoup de chansons sont en italien, mais en tout cas celles qui sont en dialecte (...)

19L’on peut remarquer les nombreuses différences entre les deux chants présentés ci-dessus, tant au niveau musical que linguistique : en effet, il est certain qu’une difficulté pour les chercheurs d’aujourd’hui est de trouver des personnes qui connaissent encore ces musiques et ces textes, et qui les puissent chanter, de façon à ne pas interrompre la tradition et la connaissance de ce patrimoine ethno-musical qui en grande partie, se répandait oralement, et qui est très lié à la connaissance des expressions dialectales20.

*

  • 21 Guichard, Jean, La chanson dans la culture italienne. Des origines populaires aux débuts du rock, P (...)

20Il est évident qu’ici l’on ne peut pas proposer une analyse de tous les chants politiques italiens majeurs, ni avancer la prétention d’avoir approfondi tous les aspects du sujet : en tout cas, nous espérons avoir donné un aperçu des caractéristiques principales de la chanson politique italienne entre le XIXe et le XXe siècle, et l’avoir située dans son contexte historique et musical. Forme artistique qui peut bien aisément être « politique », la chanson traduit le mieux les rapports de pouvoir économiques et politiques, les inégalités sociales, les grands problèmes qu’a dû affronter la société italienne : comme l’affirme Jean Guichard, « dès sa naissance, la chanson italienne est conçue comme un “produit culturel”, créé par une industrie [...] qui se donne pour but de vendre sur un marché. »21

21Aujourd’hui, si d’un côté la musicologie ne méprise plus la chanson, d’un autre ce patrimoine risque de se perdre dans la population italienne. Le devoir des chercheurs devrait donc être concentré sur la nécessité de transmettre aux nouvelles générations les contenus et les valeurs d’un patrimoine qui fait partie de leur histoire, de leurs origines, et qui pourrait les aider, d’une certaine façon, dans leur chemin vers une meilleure compréhension des phénomènes sociologiques, politiques, musicaux et culturels d’antan et de nos jours.

Bibliographie

bibliographie

Bermani, Cesare, « I canti sociali italiani », Musica/Realtà, Milan, Unicopli, n° 71, juillet 2003, p. 79-102.

Guichard, Jean, La chanson dans la culture italienne. Des origines populaires aux débuts du rock, Paris, Honoré Champion éditeur, 1999, 456 p.

Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, Milan, Arnoldo Mondadori Editore, 1978, 384 p.

Leydi, Roberto, « La canzone popolare », dans Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1973, vol. V, tome II, p. 1181-1249.

Manicardi, Nunzia, Storia d’Italia nel canto popolare, Sala Bolognese, Arnaldo Forni Editore, 1996, 495 p.

Mercuri, Lamberto, Tuzzi, Carlo, Canti politici italiani 1793-1945, Rome, Editori Riuniti, 1973, 399 p.

Saffioti, Tito, Enciclopedia della canzone popolare e delle nuova canzone politica, Milan, Teti editore, 1978, 226 p.

Settimelli, Leoncarlo, Falavolti, Laura, Canti socialisti e comunisti, Rome, Edizioni Savelli, 1973, 174 p.

Straniero, Michele Luciano, Cento canti politici e sociali da “Addio Lugano bella” a “Contessa”, Milan, Gammalibri, 1984, 238 p.

Notes

1 Cf. Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, Milan, Arnoldo Mondadori Editore, 1978, p. 9.

2 Cf. ibid., p. 336.

3 La boje, qui en dialecte de la Vénétie signifie « essa bolle », c’est-à-dire « [la révolte] bouillonne », est le nom d’un mouvement qui souleva une grève agricole très importante dans les alentours de Mantoue et Venise.

4 Cf. Leydi, Roberto, « La canzone popolare », dans Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1973, vol. V, t. II, p. 1232.

5 « [...] comunicazione strumentale che non può prescindere da una funzione diretta e concreta e non può esimersi dal riproporre, continuamente, e le condizioni oggettive dell’esistenza materiale e le contraddizioni di una società organizzata in classi » : Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 337.

6 En plus, une influence directe sur le chant politique a été excercé par le chant garibaldien.

7 Publié dans Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 368-369.

8 Publié dans Manicardi, Nunzia, Storia d’Italia net canto popolare, Sala Bolognese, Arnaldo Forni Editore, 1996, p. 306-307.

9 Cette chanson remonte probablement aux années précédant la première Guerre Mondiale.

10 Publié dans Manicardi, Nunzia, op. cit., p. 96-97.

11 Publié dans ibid., p. 88.

12 À ce propos, une autre caractéristique du chant politique italien est que, souvent, l’on peut illustrer les procès de formation, transformation, diffusion et dissolution, grâce à des auteurs connus.

13 En fait, Nunzia Manicardi subdivise les chants politiques dans les typologies suivantes : anarchistes, socialistes, communistes, de protestation, antimilitaristes et anticléricaux. Cf. Manicardi, Nunzia, op. cit., p. 36.

14 On pourrait même considérer l’aire centrale, mais elle est plus difficile à cerner puisqu’elle présente des caractères provenant soit du Sud soit du Nord. Roberto Leydi (Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 19-26) a signalé même l’existence de différentes sub-aires, parmi lesquelles la Sardaigne qui est une région tout à fait autonome et particulière pour la musique populaire.

15 Leydi, Roberto, I canti popolari italiani, op. cit., p. 15-18.

16 Publié dans ibid., p. 358-360.

17 Nunzia Manicardi le date de 1919-1921 : cf. Manicardi, Nunzia, op. cit., p. 50. Selon quelques sources, ce chant est attribué à Antonio Mazzucato, militant socialiste de Turin qui composa différentes chansons soit en dialecte soit en italien (cf. Bermani, Cesare, « I canti sociali italiani », Musica/Realtà, Milan, Unicopli, n° 71, juillet 2003, p. 91).

18 Publié dans Leydi, Roberto, Icanti popolari italiani, op. cit., p. 344-346.

19 Le fabbricone (à la lettre « grande usine ») était le tissage Mazzonis, une usine près de Turin, active avant la première Guerre Mondiale.

20 Il est vrai que beaucoup de chansons sont en italien, mais en tout cas celles qui sont en dialecte forment une énorme quantité de matériau.

21 Guichard, Jean, La chanson dans la culture italienne. Des origines populaires aux débuts du rock, Paris, Honoré Champion éditeur, 1999, p. 14.

Table des illustrations

Titre Exemple n° 1 : « Addio padre e madre addio »7
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Exemple n° 2 : « Noi siam la classe operaia »8
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Exemple n° 3 : « Bandiera rossa »10
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Exemple n° 4 : « Avanti popolo »11
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Exemple n° 6 : « Guarda là ’n cula pianüra »18
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25536/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Université de Bologne

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search