Version classiqueVersion mobile

La chanson politique en Europe

 | 
Céline Cecchetto
, 
Michel Prat

II. Figures du créateur (compositeur, chanteur)

Hugues Aufray et la protest song en France

Élodie Nowinski

Texte intégral

1S’il est toujours assez difficile et complexe de mettre au jour les filiations et la logique des origines dans la naissance et l’apparition des productions culturelles, tout particulièrement quand il s’agit de courants musicaux, il est un exemple assez inhabituel autour duquel il semble que la question des origines trouve une réponse assez directe : l’importation en France de la musique et du personnage de Bob Dylan. Si la chose est aujourd’hui assez oubliée, tout particulièrement des jeunes générations qui découvrent le songwriter américain Dylan, continuellement en tournée même après plus de quarante cinq ans de carrière, c’est le chanteur Hugues Aufray qui le « ramène » en France, qui va populariser à la fois le personnage et son œuvre musicale.

  • 1 Voir pour ce point Lester Bangs, pionnier de la critique rock américaine, et plus particulièrement (...)

2Dylan apparaît sur la scène musicale new yorkaise au tout début des années 1960. Il va rapidement enregistrer ses chansons et son ascension en tant que représentant du courant folk est fulgurante. Très vite, il se retrouve à la tête d’un vaste mouvement musical de protestation, reprenant et écrivant un certain nombre de compositions originales ou traditionnelles, relevant presque toutes d’un répertoire puisant ses bases dans la chanson traditionnelle américaine et dans le courant folk incarné par Woodie Guthrie, son maître. Si la réalité d’une volonté personnelle de Dylan d’être ce chef de file est largement contestée, par lui-même tout comme par un certain nombre de critiques rock1, c’est néanmoins comme cela qu’il est présenté et vu en France. De fait, son implication politique et sociale, qu’elle soit réelle ou supposée, rejaillit infailliblement sur son importateur qui va, un moment, être consacré véritablement comme le Dylan français, Hugues Aufray.

  • 2 Pour toutes les questions d’histoire générale ayant trait aux jeunes des années 1960 en France, se (...)

3Cette dénomination est le fait du journal musical jeune phare des années 1960, Salut Les Copains !, de Daniel Filippacchi. Créé d’après l’émission de radio du même nom qui existe sur Europe N° 1 depuis 1959, le magazine paraît chaque mois depuis l’été 1962, et met en place un véritable système intégré de diffusion de la musique, mais aussi de l’image. Cette parution est sans conteste le point névralgique de mise à disposition d’un public constitué des vastes cohortes adolescentes du Baby Boom2, d’une culture faite pour eux, en partie par eux et mettant en scène des artistes jeunes, nouveaux et auxquels ils s’identifient de façon très notable. Ce dernier point est fondamental, si l’on cherche à savoir si oui ou non la protest songà la française créée par Aufray d’après Dylan, a un réel impact politique, social, ou du moins si son impact peut être comparé à celui du mouvement américain dont elle est issue.

4L’enjeu serait alors de comprendre si oui ou non, il existe une forme de protest song française issue de Dylan, si oui ou non on peut finalement y voir les germes d’une contestation politique qui trouverait son apogée bien évidemment dans les évènements de Mai 1968. En somme, l’émergence et le succès de textes protestataires traduits de l’anglais dylannien participent-ils de l’éveil à une conscience politique de la jeunesse française ? Le transfert culturel, patent du point de vue strictement musical, se prolonge-t-il jusque dans les mentalités et les actes politiques ?

Un cas évident de transfert culturel

5Ce que je considère ici comme transfert culturel est le fait qu’une production culturelle, en l’occurrence une chanson ou un moment musical, soit créée en un endroit, les États-Unis, et repris dans un autre, la France, avec une dose de transformation et d’adaptation plus ou moins grande. De fait, si l’on considère la création dylanienne d’un certain nombre de chansons et leur reprise-traduction par Hugues Aufray en France, il est indéniable qu’il s’agit bien d’un cas de transfert culturel.

  • 3 Cover est un mot anglais à l’origine qui qualifie surtout les chansons créées par des noirs américa (...)

6Le fait, dans les années 1960, n’est ni nouveau ni singulier. En effet, depuis la fin des années 1950, les covers3 de chansons américaines traduites pour le marché français sont déjà courants. Mais ce sont bien les sixties qui vont consacrer ce phénomène. L’un des plus grands habitués de la technique est bien entendu Johnny Hallyday, mais chez les jeunes femmes, Sylvie Vartan ou Sheila ne sont pas en reste, loin de là. Ainsi, le paysage musical français des sixties est très largement marqué par ces emprunts aux États-Unis, qui font de grands succès publics. Un phénomène de transfert culturel, au départ marginal, se généralise très vite entre les deux rives de l’Atlantique. Échanges auxquels il faut également ajouter ceux qui relient les Iles Britanniques au continent : en effet, au cours de la décennie 1960, les covers français vont aussi s’exercer sur les titres britanniques, ce qui donnera un certain nombre de chansons des Beatles traduites en français, pour un résultat pas toujours très heureux.

7À ce moment de mon développement, il est utile de préciser que je distingue deux types de transferts culturels : d’une part les transferts culturels que je nommerai « directs », qui sont le fait d’une personne précise et identifiable. Ces transferts directs sont le fruit de la volonté d’un seul homme, ou d’un groupe défini de personnes. Ces individus décident et choisissent d’importer, tout d’abord d’une façon personnelle, un produit culturel, et éventuellement de le mettre à disposition sur le marché récepteur d’importation, en le transformant ou en le gardant brut. Ces importations directes, individuelles, peuvent ensuite donner naissance à un mouvement plus vaste, qui verrait l’importation massive de produits culturels, ou bien la naissance d’un courant inspiré par le produit des transferts, mais autonome et créatif. D’autre part, ce que je nomme transferts culturels non-directs concerne les importations de produits culturels faits massivement par des institutions commerciales (type maisons de disques ou sociétés d’édition de partitions et de paroles) à des fins purement lucratives. La volonté d’importation est donc avant tout commerciale, les flux sont massifs et dirigés essentiellement vers le profit, et non, comme dans le cas des transferts directs, dirigés essentiellement vers la satisfaction esthétique personnelle. Même s’il est évident que cette catégorisation peut être tout à fait artificielle, au sens où l’objectif de commercialisation n’est jamais totalement absent des démarches d’importation, je considère comme très différents un transfert réalisé par un homme rapportant un disque ou des musiques d’ailleurs, et désireux de l’adapter lui-même, et la négociation massive entre maisons de disques et sociétés d’édition de part et d’autre des frontières.

  • 4 Pour tout ce qui concerne les éléments de la vie personnelle de Hugues Aufray, deux sources : Guy D (...)
  • 5 La chanson chouchou est une chanson passée un grand nombre de fois dans l’émission Salut Les Copain (...)

8Cette précision sémantique m’est utile pour décrire quel a été le mode de fonctionnement du transfert culturel qui nous occupe entre Dylan et Aufray. En effet, la volonté d’Aufray de réaliser son album Aufray Chante Dylan en 1965- 1966 fait relever celui-ci tout entier du transfert culturel direct. Cette création est le fruit d’un itinéraire personnel. Hugues Aufray est à ses débuts, dans les années 1950, un chanteur assimilé au courant rive gauche, à Saint Germain des Prés, à Paris. Il fréquente le milieu existentialiste, sans pour autant lire Sartre, ni participer aux discussions d’ordre philosophique. À l’époque, il est un chanteur vagabond, armé de sa guitare et de chansons ramenées essentiellement de son passage en Espagne, où il vit quelques années avec son père. En 1960, neuf titres ont déjà paru, mais le succès n’est pas au rendez-vous, sa voix, trop en discordance avec les modes, ne parvient pas réellement à s’imposer4. Le déclic arrive avec les titres « Tucumcari », en 1960, et « Ses baisers me grisaient ». Le premier est un relatif succès et surtout, le deuxième est une reprise de « Kisses sweater than wine » de Peete Seegers et Leadbelly, deux figures du mouvement folk américain. Les bases semblent déjà jetées, en tout état de cause, l’ouverture aux titres américains ainsi qu’au son folk est déjà présente. Vient ensuite le titre « Santiano », qui n’est qu’un succès d’estime mais, remarqué par Daniel Fillippacchi d’Europe N° 1, devient chanson chouchou5 et bénéficie d’une diffusion importante. Si le titre n’est pas un succès commercial immédiat, il deviendra, comme chacun sait, un très grand succès populaire, et un inévitable des soirées scouts et feu de bois...

9Ces succès mitigés lui apportent tout de même l’attention d’un des tenants de la scène française de l’époque, Maurice Chevalier, qui, partant pour une série de concerts à New York, recherche un jeune chanteur français. Ce sera Hugues Aufray. En septembre 1961, il part donc pour New York. Engagé dans un cabaret de Manhattan, il décide de rester là-bas. Les rencontres qu’il fait vont alors être déterminantes : Peter Paul & Mary, Joan Baez, Bob Shelton et bien sûr, Bob Dylan. De retour à Paris, en 1962, il revient les poches et l’imagination pleines de folk, de nouveauté et... de Dylan. Comme le dit fort justement Guy Delhasse dans la biographie d’Aufray « Au-delà de l’historicité de la rencontre [avec Dylan] se mesurent les dimensions du folkboom de Greenwich Village, qu’Aufray est le seul à avoir rencontré ». En effet, l’ébullition créative, musicale, artistique – et politique – est considérable dans le Manhattan du début des années 1960. Dylan y arrive en 1961, il rencontre les tenants de la scène musicale new yorkaise, et devient très vite une figue de Greenwich village, en même temps que le héraut, de par ses chansons, des combats politiques, que ce soit la cause des noirs américains se battant pour les droits civiques, ou celle des ouvriers, des pauvres, ou des opprimés politiques dans leur ensemble.

  • 6 Le Skiffle est un type de musique à l’origine pauvre et surtout noire, faite sur des instruments de (...)
  • 7 Chanson interprétée avec plus de succès par Richard Anthony.
  • 8 Guy Delhasse, op. cit.
  • 9 Pierre Delanoë, (1918-2006), a écrit pour de nombreux artistes parmi lesquels Gilbert Bécaud (Natha (...)

10Aufray donc, de retour à Paris après ce qu’il appelle « un coup de foudre amoureux » pour Dylan, commence par faire du Skiffle6, et sort en juin 1962 « J’entends siffler le train »,7 dont l’orchestration comprend un harmonica, instrument favori de Dylan. « En pleine bourrasque twist, Hugues Aufray propose des choses complètement inconnues. Il s’agit bel et bien de la première tentative folksong »8. Ainsi quand, en 1963, Peete Yarrow de Peter Paul & Mary lui envoie le dernier Dylan « The Freewheelin’Bob Dylan », conquis, Aufray décide de commencer à traduire les textes et à les adapter pour la France. Ne parlant pas l’anglais, il s’adjoint la collaboration d’un traducteur mais également du parolier Pierre Delanoé9.

Les chansons : traduire, transmettre... trahir ?

  • 10 Interview du 05/06/07.
  • 11 Coffee house folk new yorkais ouvert en 1952 par Mark Porco, immigré italien.

11La volonté de traduire les textes de Dylan apparaît très tôt. Peut-être même dès 1961, à New York. Comme Aufray le dit lui-même10 « C’est une conviction que j’ai, d’abord que c’est ce genre de musique que j’ai envie de faire, ce genre de guitare sur lequel j’ai envie dejouer... ». En plus de l’intérêt qu’il porte aux chansons de Dylan, il faut préciser que Aufray apparaît réellement fasciné par le personnage : « Quand je vais le voir à Gerde’s Folk City11, c’est un coup de foudre, comme on peut éprouver pour une femme, je me trouve en face d’une révélation (...). Je dis ah ! C’est extraordinaire, cette façon de chanter, de jouer de la guitare, (...) dès cet instant, c’est vraiment cette musique-là qui m’intéresse. » Même s’ils n’échangent presque rien, handicapés par la barrière de la langue, le premier contact est fondamental.

12Reste que la volonté de traduire n’est pas suffisante : les droits d’auteur et d’adaptation vont être très difficiles à obtenir. Même après la visite de Dylan à Paris en 1963, et son accord de principe, il faut parvenir à convaincre à la fois la maison de disque américaine et les détenteurs français des droits d’adaptation. C’est la maison Paul Beuscher qui détient en France les droits sur les titres de Dylan et elle a déjà engagé un traducteur officiel. De fait, les traductions des titres « Don’t think twice it’s allright » et « Blowin’ in the wind » sont déjà écrites. Aufray enregistre une version en 1964, tandis que Richard Anthony fait de même et remporte un succès supérieur à Aufray, dû pour partie à sa célébrité bien plus grande. Ces versions constituent une grande frustration pour Aufray, qui les trouve assez mal écrites. Dans le même temps, il engage des procédures pour obtenir les droits avec Albert Grossman, le producteur de Dylan aux États-Unis.

13Ce qu’il faut retenir de la complexité de ces démarches, c’est que, finalement, la distinction entre transfert direct et non direct peut être effacée par les aspects juridiques des importations culturelles. La nécessité de recourir au soutien et à la machine administrative des maisons de disques entame l’aspect strictement personnel de la démarche. Néanmoins, le résultat final des traductions de Dylan, reste, lui, le fait de deux hommes, Aufray et Delanoé. En effet, si les premières traductions sont faites par la maison Beuscher, la traduction de tout un album de Dylan va être réalisée par le tandem.

  • 12 Guy Delhasse, op. cit.
  • 13 Chanson de Dylan.

14Les demandes d’Aufray commencent en 1964, les autorisations arrivent en 1965 et, le temps d’enregistrer, l’album Aufray Chante Dylan sort en 1966. Le concept de folk music est alors très nouveau dans le paysage musical français ; même avec la sortie du titre « N’y pense plus tout est bien », traduction de « Don ’t think twice » de Dylan, « Hugues Aufray réussit à crevasser le béton lisse et propre de ses collègues yéyé. »12 Il n’est d’ailleurs pas le seul à adopter le style folksong en France. En 1964, Marie Laforêt reprend les titres de Joan Baez « House of Rising Sun », « Blowin’ in The Wind »13, ou encore « Lily of the West ». Joe Dassin, aux origines américaines, propose également des thèmes folks, et assume un côté plus populaire et plus commercial, avec des textes plus édulcorés.

  • 14 Jean-Pierre Sabar est connu notamment pour ses collaborations avec Serge Gainsbourg.

15L’album de 1966 comporte donc 11 titres, tous écrits et composés par Dylan, repris et traduits en français par Aufray et Delanoé. À la direction musicale et aux arrangements, on retrouve Christian Chevallier et Jean-Pierre Sabar14. Voici les titres et leur correspondance en français :

1. La fille du Nord

The Girl From The North Country

2. Ce que je veux surtout

All I really want to do

3. Ce n’était pas moi

It Ain’t me Babe

4. Oxford Town

Oxford Town

5. Corrina Corrina

Corrina Corrina

6. Cauchemar Psychomoteur

Motorpsycho nightmare

7. Les Temps Changent

The Times They Are a Changin’

8. La ballade de Hollis Brown

The Ballad of Hollis Brown

9. La mort solitaire de Hattie Carrol
Carrol

The Lonesome Death of Hattie

10. Dieu est à nos côtés

With God On Our Side

11. Le jour où le bateau viendra

Une dimension politique réelle ?

16Les chansons sont tirées des trois premiers albums de Dylan : The FreeWheelin Bob Dylan en 1963, The Times They Are a-Changin’en 1964, et Another Side of Bob Dylan en 1965. On peut considérer que les traductions sont assez fidèles dans l’ensemble. Elles ne sont jamais véritablement littérales, et quelques adaptations à la France sont à noter : un étudiant en médecine deviendra chez Aufray un étudiant en droit... Mais, pour la plupart, l’esprit des textes est assez bien conservé, même si l’on peut voir des éléments disparaître, comme dans « It ain’t Me Babe », où le « Babe » répétitif de Dylan, assez slang, disparaît. Ainsi, la dénonciation des inégalités sociales et raciales est-elle conservée dans « La ballade de Hollis Brown » et « La mort Solitaire de Hattie Carrol ». Quelle réflexion quant à la dimension proprement politique des chansons de Dylan reprises par Aufray peut-on fournir ?

17La question se pose, dès lors que Dylan, à l’époque, est considéré par le public, comme par les professionnels de la chanson, comme le porte drapeau de la cause folk, c’est-à-dire de la chanson protestataire aux États-Unis. Lorsqu’il adapte le répertoire de Dylan, en va-t-il de même de Hugues Aufray ? Un premier élément de réponse réside dans le choix et le nombre de chansons adaptées par le chanteur français : sur un peu plus de trente morceaux de Dylan, Aufray en choisit onze, parmi lesquelles un certain nombre ne sont clairement pas à mettre au crédit de la chanson contestaire : « Corrina Corrina » est une bluette sentimentale, en anglais, comme en français :

Corrina Corrina

Corrina Corrina

Que deviens-tu si loin

Gal, Where you been so long

Corrina Corrina

Corrina Corrina

Que deviens-tu si loin

Gal where you been so long

Je me fais du souci pour toi

I been worr’in’ ‘bout you baby

Et je m’ennuie de toi

Baby, please come home

18On note quelques transformations : le langage familier de Dylan est abandonné en français, au profit d’un vocabulaire plus lisse, tout comme le « revient à la maison » devient « je m’ennuie de toi ». Reste que le contenu est très banal. De même, la chanson « La fille du Nord », adaptation du morceau « The Girl from The North Country », ne comporte aucun propos novateur :

Si tu passes là-bas vers le Nord
Où les vents soufflent sur la frontière
N’oublie pas de donner le bonjour
À la fille, qui fut mon amour
(...)
A-t-elle encore ses blonds cheveux si long
Qui dansaient jusqu’au creux de ses reins
(...)

19La simplicité des paroles, ici, n’est guère le fait d’Aufray, mais bien celui de Dylan, et l’on peut donc conclure que Dylan n’est tout simplement pas toujours contestataire. Toutefois, le qualificatif de Protest song ne lui est pas attribué par hasard et certains morceaux comportent bien un contenu à dimension contestataire. C’est le cas, dans l’album français, des morceaux « Oxford Town », « Cauchemar Psychomoteur », « Les Temps Changent », « La ballade de Hollis Brown », « La Mort Solitaire de Hattie Carrol » et « Dieu est à nos Côtés ». On peut classer les types de contestation en plusieurs groupes. Tout d’abord, les chansons qui dénoncent le racisme (« Cauchemar Psychomoteur », « Oxford Town » et « La Mort Solitaire de Hattie Carrol »), puis celle qui dénonce la justice corrompue par l’argent (« La Mort Solitaire de Hattie Carrol »), un morceau qui condamne la guerre et la haine en général (« Dieu est à nos côtés »), et un morceau ayant trait à la pauvreté extrême (« La Ballade de Hollis Brown »). Dans le morceau intitulé « Les Temps Changent », il s’agit surtout de montrer combien le monde évolue inéluctablement, et comment chacun doit apprendre à reconnaître ces changements, sous peine de sombrer dans le chaos. Ainsi, on retrouve ici les grandes contestations très générales qui animent à l’époque la scène folk américaine, engagée aussi bien dans la lutte pour les droits civiques que dans le combat contre la guerre du Vietnam. Rien d’extrêmement novateur ni d’adapté au contexte français. Si la traduction respecte généralement le texte d’origine, l’adaptation proposée n’ajoute rien au contenu. De plus, on peut mentionner le fait que nombre de chansons de Dylan figurant dans les trois albums cités ne sont pas reprises, alors que leur contenu est beaucoup plus provocateur.

20De plus, si l’on replace les éléments dans le contexte général, on peut se poser la question de savoir quelle pouvait être la réception de textes comme « Hattie Carrol » ou « Oxford Town » en France. Voici quelques extraits des textes d’Aufray :

« La mort Solitaire de Hattie Carroll »
William Zanzinger a tué Hattie Carroll
Il l’a tué sans raison d’un coup de canne en or
Au cours d’une soirée donnée à Baltimore
(...)
William Zanzinger tout juste vingt quatre ans
Possédait un domaine d’au moins trois cents hectares
Héritier, protégé par de riches parents,
Des soutiens politiques et des murs de dollars.
Il haussa les épaules, poussa quelques jurons
Et fut presque aussitôt libéré sous caution.
(...)
Hattie Carroll était plutôt noire de couleur
Elle avait 50 ans et dix enfants mineurs
(...)
Elle fut tué sur le coup, pauvre femme de misère
Elle qui n’avait rien fait à William Zanzinger.
« Oxford Town »
(...)
Il alla à Oxford Town
Par la haine il fut suivi
Seul’ment parc’qu’il était noir
Il aurait mieux fait d’rester chez lui
(...)
Oxford Town dans l’après-midi
Chantait des chansons tristes à l’infini
Deux homm’s morts c’est vraiment trop bête
Y aurait intérêt à faire une enquête.

  • 15 Salut Les Copains !, revue mensuelle publiée à partir de 1962, créée d’après l’émission de radio à (...)
  • 16 À ce sujet, voir l’ouvrage de Ludovic Tournès, New Orléans Sur Seine, Une histoire du jazz en Franc (...)

21Si les faits et les lieux américains à l’origine des textes de Dylan sont alors connus aux États-Unis, ils ne le sont absolument pas en France. De plus, les allusions au contexte historique de la lutte pour les droits civiques des noirs ne sont pas comprises de tous, loin de là. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire la rubrique du courrier des lecteurs de la revue pour jeunes la plus célèbre en France, Salut Les Copains ! Dans ce mensuel, on peut lire l’étonnement de lecteurs partis passer quelques temps aux États-Unis et revenus très profondément marqués par les mesures ségrégationnistes. Ils confient alors leur surprise aux autres lecteurs, et surtout se réjouissent très souvent que la situation française soit nettement meilleure15. De même, on peut mentionner l’étonnement des jazzmen et autres musiciens noirs américains chantant en France devant l’accueil qui leur est fait en France16. Ainsi, je pense que l’on peut émettre de sérieux doutes quant à la réception en tant que chansons politiques de ces textes, du moins en France, puisqu’aux États-Unis, nous savons très bien quelle est la position publique de Dylan.

  • 17 Voir, outre les travaux de Jean-François Sirinelli, ceux d’Anne-Marie Sohn, Âge Tendre et Têtes de (...)
  • 18 On pense naturellement aux travaux d’Edgar Morin.

22Quant aux autres chansons, qui dénoncent la guerre en général, ou se font annonciatrices de changements, il semble en revanche que l’identification des jeunes puisse être plus forte, du fait de la proximité des faits dénoncés et du public. Pour autant, toutes les études sur la jeunesse17, ainsi que les enquêtes sociales de l’époque18 montrent une jeunesse qui veut réellement en finir avec les problématiques des années de guerre, qui sont le fait des générations précédentes. La dénonciation de la guerre au Vietnam et la prise de conscience du danger nucléaire est bien réelle cependant parmi cette jeunesse, pas si insouciante que cela. Ainsi, on peut raisonnablement penser que des textes comme « Dieu est à nos côtés » peuvent avoir alors un impact réel sur la jeunesse :

« Dieu est à nos côtés »
(...)
Nous avons les bombes
Les plus perfectionnées
Que saute le monde,
S’il faut le faire sauter !
Un levier qu’on bascule
Un bouton à pousser
N’ayons plus de scrupules
Dieu est à nos côtés
(...)

23Néanmoins, on ne peut ici que supposer. En effet, dans le mensuel précédemment cité, Salut Les Copains !, toutes les présentations – très nombreuses à partir de 1965 – qui concernent Hugues Aufray, ne le font pas du tout apparaître comme un chanteur contestataire. De même, Dylan, lui, est présenté, non pas comme la figure de proue du mouvement contestataire aux États-Unis, mais bien comme le chef de file de la folksong américaine. Son héritier en France étant Aufray, celui-ci devient avant tout un folksinger, bien plus qu’un pourfendeur d’injustices. De plus, dans cette publication, Aufray est un personnage parmi d’autres de la galaxie Salut Les Copains !, au même titre que les Johnny Hallyday et autres Françoise Hardy. Les portraits qui en sont faits le décrivent comme un bon garçon, un bon père, amoureux de la nature bien plus que de la révolte. De fait, on a beaucoup de mal à évaluer la portée politique de textes qui sont avant tout le reflet de la pensée de Dylan, et bien éloignés des thèmes favoris des teenagers français ainsi que de leurs éventuelles préoccupations socio-politiques.

  • 19 Bob Dylan, Chroniques, vol. 1, Paris, Fayard, 2005.
  • 20 Lester Bangs, Fêtes sanglantes & mauvais goût, Auch, Tristram, 2005.
  • 21 Voir à ce sujet toute la bibliographie de Greil Marcus, cité en bibliographie indicative.

24On peut alors avancer que les textes chantés par Aufray ne peuvent être réellement mis au crédit d’une éventuelle protest song à la française ; on préférera le terme moins engagé de folksong, duquel se réclame d’ailleurs Aufray. Ainsi, bien plus qu’une éventuelle posture révolutionnaire, il faut davantage voir un goût très fort d’Aufray pour la poésie dylanienne, ainsi que le laissent entendre les propos du français quand il parle de Dylan. Mais une remarque reste à faire : Dylan lui-même, malgré son étiquette de protest singer, se défend de représenter qui que ce soit, de vouloir être le héraut d’aucune cause. Son attitude, très claire dans ses mémoires19, laisse voir une plus grande attirance pour la poésie et les mots que pour le combat et les causes. Cela d’ailleurs lui vaut les foudres des autres membres de la scène folk, cette fois très protestataire, comme Joan Baez notamment, lorsqu’il se défait petit à petit, dès 1965, de ses liens avec les mouvements de protestation. Ce désengagement progressif lui vaut aussi les foudres de la critique rock américaine, en particulier en la personne de Lester Bangs, qui remet en cause jusqu’à sa sincérité d’artiste.20 Peu nous importe ici la véritable personnalité de Dylan et son éventuel manque de sincérité, d’autres auteurs ont largement glosé sur le personnage et sur son œuvre21. Ce qui compte ici, c’est bien la suite française de l’œuvre de Dylan.

  • 22 Pour les détails biographiques et les étapes de la carrière d’Antoine, se reporter à Antoine, Oh Ye (...)

25Hugues Aufray, on l’a compris, est bien celui qui a apporté Dylan en France, et même s’il n’a pas créé un courant de musique contestataire puissant à l’image du courant de la protest song américaine, une vague de chanteurs folk y a tout de même pris pied. Celui que la femme d’Aufray qualifie de « Comique troupier », Antoine de son nom de scène, va être très rapidement consacré comme le Bob Dylan français, presque davantage que ne le sera Aufray. À la différence de ce dernier, Antoine va créer une forme strictement hexagonale de folksong, et y imprimer un esprit de contestation, grâce notamment à son titre « Les Elucubrations d’Antoine », sorti en 1966.22 En voici quelques extraits :

« Les élucubrations d’Antoine »
(...)
L’autre jour, j’écoute la radio en me réveillant,
C’était Yvette Horner qui jouait de l’accordéon,
Ton accordéon me fatigue Yvette,
Si tu jouais plutôt de la clarinette.
(...)
Tout devrait changer tout le temps,
Le monde serait bien plus amusant,
On verrait des avions dans les couloirs du métro,
Et Johnny Hallyday en cage à Médrano.
(...)
J’ai reçu une lettre de la Présidence
Me demandant, Antoine, vous avez du bon sens,
Comment faire pour enrichir le pays ?
Mettez la pilule en vente dans les Monoprix.

26Cette chanson, si elle comporte le fameux camouflet envers Johnny Hallyday, et le couplet sur la pilule, ne peut, bien entendu, pas être comparée, dans la logique contestataire, avec les textes de Dylan. Pourtant, elle fait son petit scandale et suscite une série de parodies et de réponses en chansons ; et le titre se vend très bien. Les réactions sont donc beaucoup plus grandes que celles qu’ont pu susciter les textes de Dylan traduits. Ce qui semble par conséquent confirmer l’hypothèse selon laquelle les textes d’Aufray restent largement, sinon incompris, du moins très loin de l’univers des préoccupations adolescentes françaises de l’époque. La question des cheveux longs et des chemises à fleurs soulevée par un Antoine aurait donc plus de poids que celle de la mort injuste d’une mère noire de dix enfants tuée par un blanc en toute impunité.

  • 23 Interview du 05/06/07.

27Il serait alors facile de conclure sur l’absence d’une protest song à la française. (D’autant qu’Hugues Aufray lui-même ne va pas perdurer longtemps dans la veine folk éventuellement protestataire. Il se dirige ensuite vers un répertoire tourné vers les questions du terroir, de la vie campagnarde, et du retour à une vie simple, de marin, de fermier). Tout comme il était facile et tentant d’utiliser l’apparition d’un répertoire considéré comme protestataire comme preuve de la révolte en gestation qui devait culminer en Mai 1968. L’une et l’autre conclusions semblent simplistes. S’il est évident, après cette étude (dont il faudrait bien entendu élargir l’optique pour aller plus loin), qu’Aufray ne représente pas une force politique, qu’il ne contribue pas directement à la naissance de la future révolution de Mai, qu’il qualifie lui-même volontiers de farce23, il faut néanmoins prendre en considération le fait que son coup de butoir dans le monde yéyé reste patent. Tout comme il semble être à l’origine des aspirations artistiques du jeune Antoine, qui, malgré des textes relativement peu engagés, soulève quelques questions qui feront leur chemin.

28Ainsi, on peut analyser le transfert culturel qui s’opère entre l’Amérique de Dylan et la France d’Aufray comme un élément parmi d’autres participant à un éveil de conscience des jeunes français. En quelque sorte, ces tentatives contestataires s’impriment en filigrane dans la galaxie sensible des jeunes. Et le mérite d’Aufray, s’il ne se place dans sa démarche très personnelle de traduction de Dylan, peut être considéré comme patent dans le fait d’avoir fait connaître au public français la figure de Dylan, et avec lui, une bonne partie de ce que l’on appelle la scène folk américaine. Car il faut ajouter, par souci de contextualisation générale, que la deuxième moitié de la décennie 1960 voit la disparition progressive des covers, au profit des chansons originales. C’est notamment le cas Beatles qui accélère le processus. On peut lire à cet effet, dans Salut Les Copains !, que la demande de chansons et de textes originaux est de plus en plus grande. Effet de l’apprentissage de l’anglais en classe ou pas, les jeunes français commencent de préférer les originaux à ce qu’ils nomment les pâles copies françaises. Dès lors, Hugues Aufray, en prouvant que la folksong et plus particulièrement l’œuvre de Dylan peut connaître le succès en France, a sans doute accéléré la mise en circulation à grande échelle des albums de Dylan et, dans une certaine mesure, a contribué à démocratiser son approche. La grande exposition médiatique d’Aufray a participé très certainement à l’accès du grand public à la personne de Dylan et à ses chansons. De ce fait, les nombreux articles paraissant sur Dylan dans les parutions jeunesse françaises sont pour partie le résultat de cette volonté d’Aufray de « ramener » le chanteur en France.

29Comme bilan, du point de vue strict du transfert culturel, on assiste donc à un transfert culturel direct réalisé par Hugues Aufray après son voyage à New York, à une assimilation de la part du public français des apports musicaux nouveaux, avec la création d’un mouvement autour de la folksong et de la chanson de contestation (c’est le cas Antoine). Enfin se produit la dernière phase de ce mouvement d’acculturation : l’introduction définitive du modèle original, Dylan lui-même et ses albums originaux, pour un public français assez large, comme l’attestent et les ventes de disques et la couverture médiatique populaire dont il est l’objet. S’il n’y a pas, dans les années 1960 de naissance d’un courant protestataire fort dans la chanson populaire des jeunes, la relation Aufray / Dylan témoigne néanmoins de la manière dont peut s’opérer une acculturation, du moins dans le monde de la musique.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Histoire générale

Serge Berstein, Pierre Milza, Histoire de la France au XXe siècle. Tome IV, 1958-1974 Bruxelles, Éd. Complexe, 2006.

Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers : une génération, 1945-1969, Paris : Hachette Littératures, 2007.

Jean-François Sirinelli, Les vingt décisives, 1965-1985 : le passé proche de notre avenir, Paris, Fayard, 2007.

Musique : Histoire et documents

• Rock critique et analyse

Lester Bangs, Fêtes sanglantes & mauvais goût, Auch, Tristram, 2005.

Lester Bangs, Psychotic reactions & Autres carburateurs flingués, Auch, Tristam, 1996.

Lester Bangs, Psychotic reactions and carburetor dung, New York, Vintage Books, 1988.

Jim De Rogatis, Jean-Paul Mourlon, Lester Bangs : mégatonnique rock critic, Auch, Tristram, 2006.

Greil Marcus, Lipstick traces : une histoire secrète du vingtième siècle, Paris, Gallimard, 2000.

• Bob Dylan

Bob Dylan, Chroniques, vol. 1, Paris, Fayard, 2005.

Greil Marcus, Nick Kent, Andy Gill, Dylan : portraits, Paris, Tounon, 2006.

Greil Marcus, "Like a Rolling Stone" : Bob Dylan at the crossroads, New York, Public Affaire, 2005.

Greil Marcus, La république invisible : Bob Dylan et l’Amérique clandestine, Paris, Denoël, 2001.

Musique française et Hugues Aufray

Antoine, Oh Yeah .’souvenirs, 1944-1974, Paris, Arthaud, 2007.

Jacques Barsamian, L’Âge d’or du yéyé : le rock, le twist et la variété française des années 60... Paris, Ramsay, 1983.

Adrien Bostmambrun, Brève histoire politique de la chanson française des sixties aux années 2000, Lyon, Aléas, 2007.

Guy Delasse, Hugues Aufray, Chansographie 1959-1997, Paris, Quorum, 1998.

Francis Girod, Manuel de la pensée yé-yé, Paris, Julliard, 1966.

Dominique Venner, La Chienlit. Petit guide de la contestation en politique, à l’université, au théâtre, au cinéma, dans la chanson, dans l’église, etc..., Paris, Crapouillot, 1969.

• Articles, parutions sur Hugues Aufray

Une Autre Chanson, n° 7, mars 1982, p. 15.

Juke box Magazine, Discographie, n° 57, mars 1992, p. 60-66.

Libération, 29 février 1996, p. 31.

Télérama, n° 2620, 29 mars 2000, p. 84-85.

Chorus, n° 31, avril-juin 2000, p. 18-20.

Notes

1 Voir pour ce point Lester Bangs, pionnier de la critique rock américaine, et plus particulièrement dans le recueil paru en français sous le titre Fêtes Sanglantes Et Mauvais Goût, l’article « Dylan badine avec le mafia chic : c’est pas un délinquant, juste un incompris ». Références complètes en bibliographie.

2 Pour toutes les questions d’histoire générale ayant trait aux jeunes des années 1960 en France, se reporter aux travaux de Jean-François Sirinelli, cités en bibliographie.

3 Cover est un mot anglais à l’origine qui qualifie surtout les chansons créées par des noirs américains, et repris par des blancs, très souvent en édulcorant le contenu des paroles de façon à les rendre acceptables par le plus grand nombre aux États-Unis. Cette pratique est rendue possible par une législation en matière de droit d’auteur qui permet à quiconque, une fois la chanson publiée, de faire sa propre version.

4 Pour tout ce qui concerne les éléments de la vie personnelle de Hugues Aufray, deux sources : Guy Delasse, Hugues Aufray, Chansographie 1959-1997, Paris, Quorum, 1998 et l’interview réalisée par l’auteur le 05/06/07 à Paris. Transcription disponible sur demande.

5 La chanson chouchou est une chanson passée un grand nombre de fois dans l’émission Salut Les Copains !, sur Europe N° 1, et dont les paroles sont reprises dans le mensuel du même nom, offrant alors une exposition médiatique très forte.

6 Le Skiffle est un type de musique à l’origine pauvre et surtout noire, faite sur des instruments de fortune, fabriqués par les musiciens. Un groupe de skiffle nommé The Quarrymen vit les débuts d’un certain John Lennon et de son compère Paul Mac Cartney...

7 Chanson interprétée avec plus de succès par Richard Anthony.

8 Guy Delhasse, op. cit.

9 Pierre Delanoë, (1918-2006), a écrit pour de nombreux artistes parmi lesquels Gilbert Bécaud (Nathalie, Et maintenant, L’Orange) Édith Piaf, Michel Fugain (Une belle histoire...), Michel Polnareff (Le bal des Laze), Joe Dassin (L’Été indien, Champs-Élysées...), Michel Sardou (Le France, Les lacs du Connemara...), Charles Aznavour, Claude François...

10 Interview du 05/06/07.

11 Coffee house folk new yorkais ouvert en 1952 par Mark Porco, immigré italien.

12 Guy Delhasse, op. cit.

13 Chanson de Dylan.

14 Jean-Pierre Sabar est connu notamment pour ses collaborations avec Serge Gainsbourg.

15 Salut Les Copains !, revue mensuelle publiée à partir de 1962, créée d’après l’émission de radio à succès du même nom sur Europe N° 1 depuis 1959.

16 À ce sujet, voir l’ouvrage de Ludovic Tournès, New Orléans Sur Seine, Une histoire du jazz en France, Paris, Fayard, 1999.

17 Voir, outre les travaux de Jean-François Sirinelli, ceux d’Anne-Marie Sohn, Âge Tendre et Têtes de Bois. Une histoire de la jeunesse dans les années 1960, Paris, Hachette Littérature, 2001.

18 On pense naturellement aux travaux d’Edgar Morin.

19 Bob Dylan, Chroniques, vol. 1, Paris, Fayard, 2005.

20 Lester Bangs, Fêtes sanglantes & mauvais goût, Auch, Tristram, 2005.

21 Voir à ce sujet toute la bibliographie de Greil Marcus, cité en bibliographie indicative.

22 Pour les détails biographiques et les étapes de la carrière d’Antoine, se reporter à Antoine, Oh Yeah .’souvenirs, 1944-1974, Paris, Arthaud, 2007.

23 Interview du 05/06/07.

Auteur

École des Sciences Politiques Paris

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search