Desktop versionMobile Version

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

V. Lectures plurielles

Ivanhoé

Un Moyen Âge exemplaire à l’époque romantique

Michel Pastoureau

Volltext

  • 1 Longtemps les historiens de la littérature ont débattu pour savoir si le « roman » le plus (...)

1Pour terminer ce colloque, je souhaiterais rester dans le monde de la chevalerie mais vous transporter à l’époque romantique et dire quelques mots de l’un des plus grands succès de librairie de tous les temps : Ivanhoé, peut-être le roman qui jusqu’au début du XXe siècle a été le plus lu dans le monde occidental1. La célébrité et la portée de ce livre ont été telles qu’elles nous invitent à nous demander où se situe le « vrai » Moyen Âge : dans les documents médiévaux eux-mêmes ? sous la plume des érudits et des historiens ? ou bien dans les créations littéraires et artistiques post-médiévales, qui certes prennent des libertés avec la prétendue « vérité historique » mais qui, ce faisant, sont peut-être moins soumises aux caprices des modes et des idéologies. Le passé que tentent de reconstituer les chercheurs change tous les jours, au gré de nouvelles découvertes, de nouvelles interrogations, de nouvelles hypothèses. En revanche, celui que certaines œuvres de fiction mettent en scène, acquiert parfois un caractère immuable, archétypal, presque mythologique, autour duquel se construisent non seulement nos rêves et nos sensibilités mais aussi une partie de nos connaissances. Ivanhoé est à ranger au nombre de ces œuvres. Au reste, la frontière est-elle si grande qui sépare les ouvrages de fiction des travaux d’érudition ? Moi qui depuis plus de quarante ans passe plusieurs heures par jour dans la fréquentation des documents médiévaux, je sais bien que cette frontière est perméable, que les travaux savants relèvent eux aussi de la littérature d’évasion et que le « vrai » Moyen Âge n’est à chercher ni dans les documents d’archives, ni dans les témoignages archéologiques, encore moins dans les livres des historiens de profession, mais dans les œuvres de quelques artistes, poètes et romanciers qui ont façonné notre imaginaire de manière inaltérable. Loin de le regretter, je m’en réjouis.

Un immense succès de librairie

  • 2 J’adopte tout au long de cette étude l’orthographe du titre du roman traduit en français : (...)
  • 3 Les biographies de Walter Scott sont nombreuses et inégales. En français, on lira l’excell (...)

2Lorsque paraît Ivanhoé2, au mois de décembre 1819, Walter Scott a déjà 48 ans3. Depuis plusieurs années c’est un écrivain célèbre, aussi bien en Écosse qu’en Angleterre. En 1813 déjà, il avait refusé le prestigieux titre de poète national du Royaume-Uni, charge officielle qui l’aurait contraint de quitter Édimbourg pour Londres et qui l’aurait privé de sa liberté de créateur. L’année suivante, pour la première fois, il avait écrit un roman, Waverley, abandonnant provisoirement le travail poétique et la mise en vers de longs récits, aujourd’hui quelque peu ennuyeux à lire, sur les légendes et les mythologies de l’Écosse. Dès sa parution, Waverley avait rencontré le succès et incité Scott à poursuivre dans le genre romanesque. Six romans historiques furent ainsi publiés entre 1815 et 1818 qui reçurent tous un accueil favorable. Aucun, toutefois, ne situait l’action hors du royaume d’Écosse ni à une époque antérieure au XVIe siècle.

3Avec Ivanhoé Scott se montre plus ambitieux : l’histoire se place désormais au cœur du Moyen Âge, à la fin du XIIe siècle, et se déroule entièrement en Angleterre, pendant l’absence du roi Richard, parti en croisade et fait prisonnier sur le chemin du retour. Alors qu’il est retenu captif en Autriche puis en Allemagne, son frère le prince Jean tente de s’emparer du pouvoir en s’appuyant sur les barons normands contre les derniers seigneurs saxons, restés fidèles à Richard. Dans cette Angleterre divisée, qui attend le retour de son roi, l’auteur introduit différents ressorts dramatiques : le conflit entre un père autoritaire et un fils épris de liberté, l’amour impossible entre une jeune fille juive et un héros chrétien, l’identité cachée d’un mystérieux « chevalier noir », ainsi que plusieurs épisodes spectaculaires : le tournoi, le siège du château, le procès en sorcellerie, le jugement de Dieu. Le public de Scott ne peut qu’être séduit car cela est à la fois nouveau et admirablement mis en scène.

  • 4 Walter Scott appartenait à la branche cadette d’une famille d’ancienne et petite noblesse, (...)

4De fait, le succès du livre est immédiat et considérable. Il apporte à Walter Scott la gloire et la fortune. Les universités d’Oxford et de Cambridge lui décernent le doctorat honoris causa ; les milieux intellectuels écossais lui accordent tous les honneurs et lui demandent même de présider la prestigieuse Royal Society of Edimburgh ; le nouveau roi George IV, enfin, le dote d’un titre nobiliaire en le faisant « baronet »4. Tous ces honneurs lui échoient dans les six mois qui suivent la parution du livre. À coup sûr, 1820 est l’année la plus faste de toute la vie de Walter Scott, et c’est à son roman Ivanhoé qu’il le doit. En outre, à la célébrité s’ajoute la richesse : on a pu calculer qu’entre cette date et celle de sa mort (1832), le livre s’était vendu à plus de six millions d’exemplaires, toutes éditions et traductions confondues. Une mine d’or ! malheureusement tarie par de mauvais placements dans des aventures éditoriales imprudentes, suivis d’une immense faillite (1826) et de dettes énormes que l’écrivain mit six ans à éponger, y laissant son art et sa santé. Scott était un écrivain talentueux, certes, mais un homme d’affaires désastreux.

  • 5 Dans Ivanhoé, certains épisodes du long siège de Torquilstone ont sans doute été inspirés (...)
  • 6 Dans Ivanhoé, par exemple, on relève une étonnante infraction à la règle d’emploi des coul (...)

5L’intérêt de Walter Scott pour le Moyen Âge est antérieur à la rédaction dd Ivanhoé. Dès les années 1800-1805, il traduisit en anglais moderne plusieurs textes littéraires des XIIIe et XIVe siècles écrits en ancien français ou en moyen anglais. Parmi eux, le roman Sir Tristram, d’après une version des années 1350, racontant l’histoire de Tristan et Iseult et les aventures de plusieurs chevaliers de la Table ronde. Avocat puis magistrat de profession, poète et romancier de grande renommée, collectionneur et « antiquaire » (au sens noble du XVIIIe siècle), Scott était aussi un véritable érudit, qui entretenait une correspondance avec les plus grands historiens du Royaume-Uni et qui possédait dans son domaine d’Abbotsford, acquis en 1811, une bibliothèque remarquable qu’il ne cessa d’enrichir jusqu’en 1826. Au jugement de ses contemporains, il passait également pour philologue et linguiste, étant excellent latiniste, bon connaisseur des anciens dialectes écossais, traducteur de textes français (sa femme était française) et allemands (jeune encore, il avait traduit en anglais le Goetz von Berlichingen de Goethe)5. À ces qualités reconnues, lui-même rêvait d’ajouter celle de héraut d’armes, l’héraldique constituant à ses yeux la plus noble des sciences et le blason, la plus admirable des langues. Plusieurs de ses romans sont ainsi parsemés de descriptions d’armoiries, au demeurant pas toujours correctes6.

  • 7 Encyclopedia britannica, Supplement, vol. III, part 1, Londres et Édimbourg, 1818, p. 115- (...)

6Cette compétence d’historien, de médiéviste même, lui fut reconnue dès 1813 lorsque les responsables de l’Encyclopedia Britannica lui demandèrent de rédiger l’article « Chivalry » pour la nouvelle édition de l’immense et savante encyclopédie, alors en préparation. Scott s’acquitta parfaitement de sa tâche. Son texte, long et documenté, parut dans le tome III de l’Encyclopedia en 1818 ; il s’articulait autour d’une pertinente distinction entre la notion féodale et militaire de knighthood (terme technique désignant la classe des spécialistes du combat à cheval) et celle, plus sociale et culturelle, de chivalry (notion proche de ce que le français nomme « courtoisie »)7. La rédaction de cet article d’érudition lui permit de réunir différents matériaux qu’il utilisa l’année suivante dans la mise en forme d’Ivanhoé.

  • 8 Cité par Graham Tulloch dans son introduction à l’édition d’Ivanhoe dans la collection des (...)
  • 9 La page de titre porte toutefois la date de 1820.

7Scott travailla six mois à la rédaction de son livre, de juin à novembre 1819, alors que sa mère était mourante et que lui-même n’était pas en très bonne santé. Il sortit peu de sa bibliothèque d’Abbotsford pendant cette période, consacrant toutes ses journées à l’écriture et ne prenant guère la peine de se relire ni de vérifier, à Édimbourg ou ailleurs, tel ou tel détail historique. La critique a montré que l’ouvrage s’en ressentait mais le public ne lui en a jamais tenu rigueur. Son premier lecteur, l’éditeur écossais Robert Cadell, fut enthousiaste et annonça à ses associés londoniens qu’ils tenaient là « a most extraordinary book » (un livre tout à fait extraordinaire)8. L’ouvrage parut simultanément à Édimbourg et à Londres dans les tout derniers jours de l’année 18199, dans une édition en trois volumes plus luxueuse que les éditions ordinaires auxquelles Scott avait jusque là habitué ses lecteurs. Il avait pour titre « Ivanhoe » et pour sous-titre « a romance » (une fiction). Comme tous les ouvrages précédents de Scott, la publication s’accompagnait d’un certain mystère : aucun nom d’auteur n’apparaissait sur la page de titre, si ce n’est la mention « by the author of Waverley, etc. » ; le prologue, en revanche, était signé d’un certain Lawrence Templeton qui prétendait avoir écrit le livre en s’inspirant au plus près d’un manuscrit anglo-normand que l’un de ses amis possédait dans un manoir du sud de l’Écosse… Supercherie littéraire à la mode romantique qui ne trompa personne. Tout le monde reconnut le véritable auteur.

De l’Histoire au roman et retour

  • 10 Faite à la hâte, cette traduction comportait de nombreuses exactitudes et omissions. Defau (...)

8Ivanhoe constitue un tournant majeur dans la vie et dans l’œuvre de Walter Scott. Non seulement il lui a apporté la fortune et les honneurs, mais il a étendu sa renommée bien au-delà des frontières de l’Écosse et de l’Angleterre. La première édition de décembre 1819 fut tirée à 10 000 exemplaires, mais il fallut retirer au double au bout de quelques jours, puis encore quatre fois pendant la seule année 1820 et trois fois l’année suivante. Dans tout le Royaume-Uni, le succès littéraire s’accompagnait d’un succès commercial. Bientôt il en fut de même aux États-Unis et dans l’Europe entière. Les premières éditions américaines sortirent des presses, à Boston et à Philadelphie, dès le mois de mars 1820. La première traduction française, due au traducteur attitré des romans de Scott, Auguste Defauconpret, fut publiée à Paris au mois d’avril de cette même année10 ; la première traduction allemande, au mois d’octobre ; puis ce furent, lors des deux années suivantes, les traductions en italien, en espagnol, en néerlandais, en suédois. Toutes furent des succès de librairie. Aux traductions s’ajoutèrent rapidement les adaptations, les versions abrégées, les suites, les plagiats, les pièces de théâtre, les drames musicaux, plus tard les pièces musicales, les opéras et les éditions pour enfants. Ni Scott ni ses éditeurs ne purent endiguer ni contrôler l’océan de publications auxquelles Ivanhoé donna lieu à partir de 1820. Celles-ci se poursuivirent tout au long du XIXe siècle et se prolongèrent, au siècle suivant, par le relais du cinéma, de la bande dessinée puis des feuilletons télévisés. Elles furent en outre accompagnées, au moins jusque dans les années 1850, d’une vague anthroponymique sans précédent dans l’histoire littéraire. Les noms des principaux personnages du livre devinrent des prénoms à la mode, non seulement en Grande-Bretagne et aux États-Unis mais aussi en France, en Allemagne, en Italie : Rowena, Rebecca, Wilfrid, Brian, Cédric, voire Gurth (le porcher !). Même le Werther de Goethe – constituant lui aussi un des plus grands succès de librairie de tous les temps – n’avait pas connu une telle fortune.

  • 11 Le texte de cette recension très instructive sur les goûts du jeune Hugo est reproduit dan (...)

9La postérité littéraire et artistique du livre ne fut pas moins importante que sa réussite éditoriale. Il donna au roman historique ses lettres de noblesse et inspira, pendant au moins trois décennies, une bonne part de la création romanesque, dramatique, musicale et picturale. Ce rôle catalyseur joué par Ivanhoé à l’horizon des années 1820-1850 est aujourd’hui quelque peu oublié, voire volontiers passé sous silence par une critique de parti pris, mais il est historiquement indéniable. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire les recensions qui furent consacrées au livre de Scott dans les revues littéraires. Le jeune Victor Hugo, par exemple, manifeste son enthousiasme de lecteur dans une livraison du Conservateur littéraire en 1826 et souligne comment à ses yeux le véritable héros du roman est la belle et triste jeune fille juive, Rebecca, et non pas le fade et discret chevalier Wilfrid d’Ivanhoé11. De même, un peu partout en Europe, dans de nombreuses préfaces ou recensions, des poètes, des dramaturges et des romanciers proclament leur dette envers le livre fondateur de Walter Scott. Les peintres ne sont pas en reste qui jusque fort avant dans le XIXe siècle consacrent plusieurs œuvres à ce court moment de l’histoire de l’Angleterre sous le règne de Richard Cœur de Lion. À commencer par les plus grands : Turner, Ingres, Delacroix, plus tard Rossetti, Burne-Jones. Avec Ivanhoé, c’est toute la création romantique et post-romantique qui se trouve sollicitée et qui puise dans le Moyen Âge féodal une partie de ses thèmes et de son inspiration.

  • 12 Paris, Firmin-Didot, 1825,3 vol.

10Mais la portée du livre ne se limite pas à la création littéraire et artistique. Elle se ressent jusque dans le travail des historiens. Parmi eux, Augustin Thierry, l’un des pères fondateurs de l’École historique française, est le premier à rendre compte d’Ivanhoé dans une revue d’histoire et à attirer l’attention sur la question de fond du roman : l’Angleterre divisée et le conflit qui oppose le peuple saxon au peuple normand depuis la conquête du royaume par le duc Guillaume de Normandie, devenu roi d’Angleterre en 1066. Dès 1825, Augustin Thierry, normalien, universitaire, pionnier de l’histoire savante, publie le premier de ses grands livres, l’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours, en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent12, une somme historique impressionnante à l’origine de laquelle se trouve le roman de Walter Scott. Non seulement l’historien de profession ne remet pas en cause la toile de fond tissée par le romancier (et pourtant en grande partie sortie de son imagination) – l’opposition irréductible entre Saxons vaincus et Normands vainqueurs cent vingt-huit ans après la Conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant ! – mais il confirme, explique, développe et réussit à ancrer dans des documents la plupart des points d’histoire mis en scène par Scott, dont certains ont davantage été peints à partir des chimères du poète que de la documentation de l’érudit. La littérature romantique s’était jusque là constamment inspirée de l’histoire, souvent avec bonheur. Ici c’est l’histoire savante qui s’inspire fortement de la création romanesque.

  • 13 Le premier historien qui remit fortement en cause cette prétendue division ethnique et pol (...)

11Cette admiration unanime pour Ivanhoé dura environ deux générations ; puis, à partir des années 1860, vinrent les premières critiques. Elles furent d’abord le fait des historiens universitaires qui relevèrent dans le roman plusieurs erreurs ou anachronismes, certains superficiels et dus à l’atmosphère « troubadour » qui accompagne toute la première moitié du livre, d’autres plus graves et inexplicables comme la lecture d’un livre de piété imprimé, la rédaction d’une lettre sur une feuille de papier, ou bien la mise en scène d’un frère franciscain. Walter Scott, dont la culture était immense, a probablement rédigé ici son texte avec trop de hâte et oublié que l’action du livre se situait à la fin du XIIe siècle. Toutefois, à ces critiques de détail s’ajoutèrent bientôt des critiques de fond, notamment sur la personnalité de Richard Cœur de Lion, homme et roi controversé, et surtout sur la scission du peuple anglais entre Saxons et Normands. L’histoire positiviste naissante ne trouvait aucune trace de cette prétendue division dans les documents postérieurs aux années 1080- 1100. Elle reprocha à Scott de l’avoir purement et simplement déplacée de plus d’un siècle pour faire de son récit un moment fondateur et fédérateur de la nation anglaise13. Cette critique est justifiée, mais les libertés prises avec l’histoire ou la chronologie se comprennent fort bien de la part d’un auteur écossais anglophile, souffrant de l’hostilité violente qui en son siècle oppose, encore et toujours, les Anglais et les Écossais. Scott est un écossais du Sud, qui vit tout près de la frontière anglaise ; c’est en outre un homme épris d’ordre, partisan d’un gouvernement central fort ; enfin, des liens d’amitié véritable le rapprochent du régent puis roi (1820) George IV. Pour toutes ces raisons, et quelques autres, il rêve d’un Royaume-Uni vraiment uni et d’une Angleterre et d’une Écosse plus étroitement liées en la personne du souverain. À ce titre, Ivanhoé, dont le personnage principal est au fond l’Angleterre – l’Angleterre divisée et que seul le roi Richard, rentré de captivité, pourra réunifier – est un roman militant.

  • 14 Cité, ici encore, par Graham Tulloch dans son introduction à l’édition d’Ivanhoe dans la c (...)

12Dans les années 1870, l’influence littéraire d ’Ivanhoé commença à décliner. Le Moyen Âge romantique s’essoufflait, du moins en littérature, et le roman historique n’était plus vraiment considéré comme un genre majeur. À la fin du XIXe siècle, plusieurs historiens de la littérature anglaise ne considéraient déjà plus Walter Scott comme un auteur de premier plan, et parmi les spécialistes de son œuvre, nombreux étaient désormais ceux qui voyaient dans Ivanhoé un ouvrage mineur, inférieur à Waverley et même aux poèmes de la jeunesse. Le récit leur semblait mal construit ; le caractère des personnages, simpliste ; les dialogues, grandiloquents ; le style, ampoulé et négligé ; les incessantes comparaisons avec l’époque moderne, démodées ou malvenues. Aux louanges excessives succédaient désormais les attaques outrancières. L’une des plus féroces fut prononcée par un critique qui ne comprenait pas la célébrité du livre, Joseph E. Duncan, et qui estimait que l’ouvrage relevait de la seule littérature enfantine : « a romantic tale for boys »14. Phrase terrible, demeurée plus fameuse que celui qui l’a écrite, et phrase qui fit un tort considérable au roman de Scott.

Un Moyen Âge archétypal

  • 15 Parmi les maigres travaux consacrés à Ivanhoé, le moins décevant est le petit livre de Pau (...)
  • 16 Paris, Éd. du Delta, 1970 (Introduction et notes – excellentes – par Raymonde Robert).
  • 17 Au moment où j’écris ces lignes (octobre 2005), j’apprends que plusieurs romans de Walter (...)

13De fait, à partir des années 1900, les éditions abrégées destinées aux adolescents se multiplièrent, tant en anglais qu’en traductions, et contribuèrent ainsi à déconsidérer un peu plus l’ouvrage aux yeux de la critique littéraire et universitaire. Nombreux sont encore aujourd’hui les témoignages de ce discrédit. Ainsi la bibliographie scientifique très limitée dont a fait l’objet Ivanhoé : l’écart est inouï entre la célébrité du livre et le tout petit nombre des études savantes qui lui ont été consacrées ; il y a là comme une sorte de scandale, ou du moins un document sur le divorce entre la réception populaire d’une œuvre et sa fortune critique15. Ainsi également la difficulté qu’il y a aujourd’hui, dans certains pays, à trouver en librairie une édition ou une traduction complète du texte d’Ivanhoé. C’est notamment le cas en France, où seules sont proposées des versions abrégées, destinées au jeune public. La dernière édition complète du texte français est parue en 197016 et a rapidement été épuisée. Elle n’a jamais été rééditée, et l’ouvrage n’est à ce jour jamais paru en livre de poche17.

14Ici encore le contraste est donc grand entre le mépris des historiens de la littérature et l’amour que le public porte à ce livre, à l’histoire qu’il raconte, aux personnages qu’il met en scène. Ces derniers sont presque devenus des figures mythologiques, au même titre que Don Quichotte et Sancho Pança, que les héros des Trois Mousquetaires ou que certains personnages de Hugo, Dostoievski, Proust ou Nabokov. Tout le monde connaît l’histoire d’Ivanhoé, de Rebecca, de Bois-Guilbert, mais qui parmi nous a vraiment lu leurs aventures dans le texte original de Scott ? L’ouvrage était encore le plus demandé de tous les romans dans les bibliothèques américaines pendant les années 1880-1890. Était-ce encore vrai dans les années 1920 ? Probablement pas. Et sans doute encore moins dans les années 1950. Quant à aujourd’hui, qui lit encore Ivanhoé ? Personne, ou presque. Mais soyons juste : mis à part ceux qui les ont déjà lus et qui, l’âge venant, les relisent, qui lit encore vraiment Don Quichotte ou Les Trois Mousquetaires ?

15Toutefois, même si on ne lit plus Ivanhoé, son influence – comme celle de tous les chefs-d’œuvre – n’a pas cessé de s’exercer pour autant, notamment sur la vocation des futurs médiévistes. À cet égard je voudrais apporter deux témoignages, l’un historiographique, l’autre personnel.

  • 18 J. Baschet, C. Lapostolle, M. Pastoureau, Y. Régis-Cazal, « Profession médiéviste », dans (...)
  • 19 Jacques Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Paris, Éd. Audibert, 2003, p. 11-12.

16Dans une enquête conduite en 1983-1984 par la revue Médiévales auprès de jeunes chercheurs et d’historiens confirmés, figurait la question suivante : d’où vous vient le goût du Moyen Âge ? Sur les quelque trois cents personnes interrogées, un tiers de celles qui répondirent affirmèrent qu’elles devaient leur précoce vocation à Ivanhoé, soit connu sous forme de livre, en général dans une version pour adolescent, soit vu au cinéma grâce au film de Richard Thorpe, Ivanhoe, sorti sur les écrans en 1952, avec Robert Taylor, Joan Fontaine et Elisabeth Taylor dans les rôles principaux18. Ce film hollywoodien, peu prisé des historiens du cinéma, a eu en salles une carrière internationale exceptionnelle, et je le considère pour ma part comme l’un des meilleurs films jamais réalisés sur l’époque médiévale. Paysages, châteaux-forts, costumes, armoiries, décors et ambiance générale sont fidèles à la réalité historique, ou du moins à l’image que nous avons de cette réalité. Et, par cette fidélité même, ils plongent le spectateur dans un univers tout à la fois familier et fabuleux. Je déplore que les dictionnaires et les histoires du cinéma américain soient si méprisants à l’égard de ce film. D’autant qu’il a été pour moi, comme pour bien d’autres médiévistes de ma génération, à l’origine de ma fascination pour le Moyen Âge. Dans les années 1950, en effet, je passais chaque été dans une petite ville bretonne où j’avais un camarade dont la grand-mère tenait le cinéma paroissial. Grâce à lui, à l’âge de huit ans, j’ai pu voir quatre ou cinq fois en une semaine le film de Richard Thorpe, et c’est certainement ce film qui décida de ma vocation. Cet exemple est certes anecdotique mais il n’est en rien isolé, comme le montre pleinement l’enquête de la revue Médiévales citée plus haut. Il en va du reste de même pour la génération née avant la guerre : c’est souvent la lecture du livre de Scott qui, plus que tout autre, a constitué l’éveil au Moyen Âge et semé les premiers grains de ce qui est devenu plus tard une profession, voire une passion. Nos plus grands historiens eux-mêmes sont passés par un tel cheminement. Ainsi Jacques Le Goff, qui récemment encore, dans un livre d’entretiens avec Jean-Maurice de Montrémy, raconte comment, à l’âge de douze ans, il a découvert le Moyen Âge sous la plume de Walter Scott « dans la vaste forêt qui couvre la plus grande partie des pittoresques collines situées entre Sheffield et la riante ville de Doncaster »19. D’où vient ce rôle de ferment ? D’où vient qu’Ivanhoé, depuis 1820, ait séduit des générations de lecteurs, grands et petits, hommes et femmes, britanniques, américains, européens et même asiatiques ?

17Cette séduction vient peut-être de ce que le chef-d’œuvre de Walter Scott n’est ni un véritable livre d’histoire, ni un véritable roman. L’auteur, du reste, l’a voulu ainsi. Sur la page de titre de la première édition, nous l’avons vu, il a pris bien soin d’écrire « a romance » et non pas « a novel », c’est à dire « une fiction » et non pas un « roman ». Pour lui, Ivanhoé est une œuvre de fiction ; mais une œuvre de fiction s’inscrivant dans un moment précis de l’histoire anglaise – toute l’action se déroule en dix jours – et ayant pour sujet le destin de quelques individus face à cette histoire en train de se faire et de cette nation en train de se construire. Son propos n’est pas seulement récréatif ; il se veut aussi instructif, toute fiction historique ayant aux yeux de Scott des vertus pédagogiques.

18En outre, pour les lecteurs de Scott, du moins pour ceux qui n’ont pas lu l’ouvrage dans les années 1820 mais plus tard, parfois bien plus tard, il semble qu’Ivanhoé soit devenu au fil du temps un récit possédant tous les ressorts et tous les archétypes d’un conte traditionnel : une situation initiale conflictuelle, remplie d’interdits et opposant des bons et des méchants ; puis une évolution dramatique liée à la transgression de ces interdits (le fils désobéissant au père, le frère cadet usurpant le trône de son aîné, les amours impossibles entre des jeunes gens que tout sépare) ; enfin le châtiment des traîtres, la justice de Dieu, le retour du vrai roi sur son trône et le mariage du héros. Tout y est, et tout s’organise autour de quelques invariants, comme dans un conte-type. En respectant ces quelques schèmes de base, chacun d’entre nous pourrait raconter Ivanhoé à sa façon, sans le trahir : cela est bien le propre des contes.

19De même, tous les thèmes et tous les motifs qui font que le Moyen Âge est le Moyen Âge sont déjà présents dans le livre : non seulement le tournoi, la croisade et le siège du château-fort, mais aussi le roi prisonnier, la rançon, les chevaliers, les templiers, les hors-la-loi, le procès en sorcellerie, le tout peint et mis en scène avec une accumulation de détails (armes et armures, vêtements, couleurs, armoiries, châteaux, mobilier) correspondant exactement aux images du Moyen Âge que chaque lecteur porte en lui, images à la fois vues, apprises, déformées et rêvées. La question reste de savoir si cet imaginaire médiéval, plus ou moins partagé par tous, trouve son origine dans l’Ivanhoé de Walter Scott ou bien s’il est déjà en place plus anciennement, le grand écrivain et son livre n’ayant joué qu’un rôle de catalyse et de diffusion. Des études à venir devraient tenter de répondre à cette question difficile.

20Pour ma part, cependant, j’ai l’impression que la plupart des schèmes et des thèmes autour desquels Scott organise son récit sont déjà en place dans l’imaginaire collectif bien avant lui. Il y ajoute certes quelques matériaux mais il n’en modifie aucunement les structures. Il s’agit d’un Moyen Âge archétypal, indélébile, venu de loin, en partie de l’époque médiévale elle-même, en partie des XVIIe et XVIIIe siècles. Certes, les travaux récents des historiens ont modifié ce Moyen Âge sur plusieurs points (par exemple la mise en place du système féodal, ou bien les origines de la noblesse) mais ils ne l’ont jamais fondamentalement remis en cause. Et, quelles que soient leurs avancées, il est probable que les travaux des historiens à venir ne parviendront pas à le faire non plus. Faut-il le regretter ? Faut-il se scandaliser que ce Moyen Âge archétypal fasse parfois le grand écart avec la vérité historique (ou supposée telle) ? Certainement pas. D’une part parce que l’imaginaire fait toujours partie de la réalité, et que cet imaginaire du Moyen Âge que nous portons en nous, tout affectif ou onirique qu’il soit, est une réalité : il existe, nous le sentons, nous le vivons. De l’autre, parce que la vérité historique est mouvante et que le but de la recherche n’est pas de la fixer une fois pour toutes mais d’en cerner et d’en comprendre les évolutions. Je voudrais à ce sujet citer pour terminer une phrase de Marc Bloch, une phrase qui devrait accompagner le chercheur tout au long de ses enquêtes et de ses réflexions :

  • 20 Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire, ou métier d’historien, 7e éd., Paris, Armand-Colin, (...)

« L’Histoire, ce n’est pas seulement ce qui a été, c’est aussi ce que l’on en a fait »20.

Anmerkungen

1 Longtemps les historiens de la littérature ont débattu pour savoir si le « roman » le plus lu depuis l’apparition du livre imprimé avait été Don Quichotte, Ivanhoé ou Guerre et Paix. Aujourd’hui ce débat n’est plus de mise : on sait, chiffres à l’appui, que le roman le plus lu n’est pas dû à Cervantès, ni à Scott et encore moins à Tolstoï, mais à Agatha Christie. Et ce n’est pas Dix petits nègres mais Le meurtre de Roger Ackroyd.

2 J’adopte tout au long de cette étude l’orthographe du titre du roman traduit en français : Ivanhoé, avec un accent aigu sur le e qui n’existe évidemment pas dans l’orthographe anglaise.

3 Les biographies de Walter Scott sont nombreuses et inégales. En français, on lira l’excellente « biographie littéraire » de Henri Suhamy, Sir Walter Scott, Paris, Éd. de Fallois, 1993.

4 Walter Scott appartenait à la branche cadette d’une famille d’ancienne et petite noblesse, non titrée et peu fortunée. Le titre de « baronet » l’éleva au dessus de tous ses parents et cousins, et Scott en usa jusqu’à sa mort avec une indéniable vanité.

5 Dans Ivanhoé, certains épisodes du long siège de Torquilstone ont sans doute été inspirés par les passages de la prise du château de Goetz dans la pièce de Goethe.

6 Dans Ivanhoé, par exemple, on relève une étonnante infraction à la règle d’emploi des couleurs héraldiques : dans la description des armoiries du mystérieux Chevalier Noir, de sable à la chaîne d’azur, Scott place une figure bleue sur un fond noir, ce qui est interdit. Sur l’intérêt de Walter Scott pour le blason et la place de l’héraldique dans son œuvre, voir Yvan Loskoutoff, « I an, you know, a Herald. L’héraldique de Walter Scott », dans Revue française d’héraldique et de sigillographie, t. 66, 1996, p. 25-52.

7 Encyclopedia britannica, Supplement, vol. III, part 1, Londres et Édimbourg, 1818, p. 115-140.

8 Cité par Graham Tulloch dans son introduction à l’édition d’Ivanhoe dans la collection des Penguin Classics, Londres, 2000, p. XII.

9 La page de titre porte toutefois la date de 1820.

10 Faite à la hâte, cette traduction comportait de nombreuses exactitudes et omissions. Defauconpret la reprit et, aidé de son fils, en fit paraître une version plus satisfaisante en 1827. Mais entre-temps d’autres traductions en français avaient été publiées.

11 Le texte de cette recension très instructive sur les goûts du jeune Hugo est reproduit dans l’édition française d’Ivanhoé par Raymonde Robert, Paris, Éd. du Delta, 1970, p. 493-494.

12 Paris, Firmin-Didot, 1825,3 vol.

13 Le premier historien qui remit fortement en cause cette prétendue division ethnique et politique de l’Angleterre entre Saxons et Normands fut Edward Freeman dans son volumineux ouvrage The History of the Norman Conquest of England, its Causes and its Results, Oxford, 1875-1879, 6 vol. Sur les enjeux de l’historiographie de la conquête de 1066 et de ses prolongements en Angleterre et en Écosse au XIXe siècle, voir la belle étude de Clare A. Simmons, Reversing the Conquest. History and Myth in nineteenth Century Literature, Londres, 1990.

14 Cité, ici encore, par Graham Tulloch dans son introduction à l’édition d’Ivanhoe dans la collection des Penguin Classics, Londres, 2000, p. XII.

15 Parmi les maigres travaux consacrés à Ivanhoé, le moins décevant est le petit livre de Paul J. de Gategno, Ivanhoe The Mask of Chivalry, New York, 1994. Il ne dépasse pas 120 pages.

16 Paris, Éd. du Delta, 1970 (Introduction et notes – excellentes – par Raymonde Robert).

17 Au moment où j’écris ces lignes (octobre 2005), j’apprends que plusieurs romans de Walter ScotT viennent de paraître aux éditions Gallimard dans la célèbre collection La Pléiade.

18 J. Baschet, C. Lapostolle, M. Pastoureau, Y. Régis-Cazal, « Profession médiéviste », dans Médiévales, vol. 7, 1984, p. 7-64, ici p. 27-28.

19 Jacques Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Paris, Éd. Audibert, 2003, p. 11-12.

20 Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire, ou métier d’historien, 7e éd., Paris, Armand-Colin, 1974, p. 2.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search