Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

V. Lectures plurielles

Permanence du romanesque médiéval dans l’imaginaire du xvie siècle

Michel Bideaux

Texte intégral

1Non le moyen âge, mais les XIVe-XVe siècles, et mon entreprise en devient moins démesurée.

2Moins incertaine aussi, car les solidarités du XVIe siècle avec le moyen âge « classique » ne vont pas de soi, pour des raisons de langue comme de civilisation. Plus féconde enfin (il faut l’espérer) car ce siècle, en dépit de quelques éclats de voix, est sans doute moins friand de ruptures que de continuités, et il n’aura pas trop de peine à conserver les traits marquants de ses devanciers immédiats. Retenons aussi que si, dans le présent colloque, notre réflexion s’organise autour du roman, dans sa matérialité même, elle déborde ce genre narratif pour prendre en compte une « sensibilité romanesque » reconnaissable dans d’autres écrits et un « style romanesque » qui se manifeste dans les rituels de la cour et de la ville.

3Si l’on couple ces trois éléments – l’écriture littéraire, les affects vécus ou rêvés, le cérémonial social –, il ne sera pas difficile de voir dans l’élément chevaleresque le trait majeur par lequel le romanesque médiéval colore le romanesque renaissant. Voilà une proposition dont l’originalité ne devrait pas trop déranger. Il restera surtout à en recenser les différentes facettes pour repérer d’éventuelles inégalités dans son application, tout en signalant les renouvellements et les limites. Au cours de cet examen, on aura rencontré, bien sûr, le roman du XVIe siècle.

4On aimerait savoir ensuite ce qu’il en est du récit bref. Sans nier tout ce qu’il doit à la tradition de l’exemplum et du fabliau, on explique volontiers l’éclatante floraison de la nouvelle française du XVIe siècle par l’exemple du Décaméron et la méditation de sa leçon. Or celui-ci passe pour être marqué par l’esprit d’un humanisme et d’une Renaissance qui donneront plus tard le branle à la nôtre. La permanence d’un romanesque médiéval devient alors, dans ce champ, beaucoup plus problématique et mérite donc qu’on s’y attarde.

5Jusque là nous n’aurons, pour l’essentiel, fréquenté la bibliothèque de la fiction narrative que pour observer, probablement, des traces de moins en moins apparentes de la présence du romanesque médiéval dans l’imaginaire renaissant. Faisons un pas de plus : et aventurons nous dans un domaine narratif qui, parce qu’il consigne des découvertes (individuelles ou collectives) et s’intéresse au monde réel plutôt qu’à celui des textes ou des représentations, paraît moins bien disposé encore à garantir cette permanence du romanesque médiéval : le récit de voyage. Aller à la rencontre de l’inédit, de l’inouï, voire de l’impensable (l’anthropophagie) lasse-t-il encore quelque chance de conserver ce qui a nourri la sensibilité et l’imaginaire de l’âge précédent ? Et faudra-t-il ici nous contenter de traces, voire conclure à la brisure radicale ?

L’univers chevaleresque du moyen âge tardif dans le paysage renaissant

6Hiérarchiser les formes ou expliquer les filiations est ici hors de notre prise : contentons nous de classer, sans trop omettre d’aspects majeurs.

  • 1 Voir Don Quichotte, I, 5 et I, 9.

7Après les dépouillements qu’avaient effectué E. Besch, A. Tilley, G. Doutrepont et les travaux plus récents de Nicole Cazauran, Elisabeth Gaucher et quelques autres, il n’apparaît pas indispensable de rappeler que, lorsque les imprimeurs du XVIe siècle publient les romans du vieux fonds chevaleresque, ce sont les versions dérimées et les textes du XVe siècle qu’ils proposent. Ils peuvent, comme le fait Janot en 1540 quand il inaugure la série française des Amadis, commander des caractères romains pour souligner la nouveauté de ce roman par rapport aux impressions gothiques dont il usait jusque là ou, comme Plantin réimprimant vingt ans plus tard ces mêmes Amadis, en un format in-quarto plus modique, les opposer à « un tas de quatre fils Aimont, Fierabras, Ogier le Dannois, et tous tels vieux Romans de langage mal poli ». Mais il n’est pas sûr que leurs lecteurs fassent toujours la distinction. Don Quichotte se repaît d’Amadis et de ses contemporains comme de Fierabras et des neuf preux1. Les détracteurs ne font pas davantage la différence, et lors du mémorable escrutinio, le curé voue également aux flammes la descendance des Amadis et un Miroir de chevalerie où s’illustrent Renaud de Montauban et les douze pairs. Dans l’éloge comme dans la proscription s’affiche donc la permanence littéraire de l’univers chevaleresque.

8Le monde réel confirme cette unité de perception. Déjà le quotidien du XVIe siècle s’entoure de signes et d’objets révélant qu’on n’a pas pris congé d’un romanesque plus ancien. En 1551, l’inventaire après décès d’Herberay des Essarts, commissaire de l’artillerie de François Ier et traducteur des huit premiers livres d’Amadis de Gaule, montre la présence de « 9 tapisseries à haute lisse à personnaiges du temps passé » ; à côté d’elles, trois pièces semblables, qui se rapportent à l’histoire d’Amadis. Étaient-ce les neuf preux dont l’imprimerie a entretenu le souvenir ? Ces figures voisinent ainsi avec un nouveau personnel romanesque, et cette co-présence est hautement significative chez un homme que l’on crédite avec raison d’avoir introduit beaucoup d’aspirations de la Renaissance dans un univers fictionnel espagnol qui, lui-même, signait déjà une nouveauté en regard d’un modèle chevaleresque plus ancien.

  • 2 Bourciez Édouard, La littérature et les mœurs polies en France au XVIe siècle, Paris, Hachette, 188 (...)

9Mais c’est bien davantage dans les fêtes de cour que s’observe cette fidélité, quand l’appellent tout autant l’expression d’un idéal de vie et de pensée que le désir d’une stylisation esthétique qui lui donne forme prégnante2. Retenons les contributions de Ronsard à ces divertissements, telles qu’il les a lui-même rassemblées dans son recueil des Élégies, Mascarades et Bergeries (1565) pour des spectacles offerts à la Cour en 1564 et 1565, à Paris et pour le Carnaval de Fontainebleau. Si certaines pièces choisissent leurs héros parmi les premiers livres des Amadis et si, dans l’ensemble, elles font la part belle aux figures de la mythologie gréco-latine, d’autres évoquent des divertissements dont on peine à déterminer l’époque de référence. À Fontainebleau, par exemple, pour le mardi-gras de 1564,

Le festin fut dressé devant la porte du chenil, clos de fossés et de barrières. De chaque côté on avait installé deux estrades pour les seigneurs et les dames. Au bout du camp on voit un Ermite dans son Ermitage, qui laisse passer seulement les chevaliers se rendant au combat.

10Le cartel IV évoque une « arche » où il n’est pas trop difficile de reconnaître « l’arc des loyaux amants » du deuxième livre des Amadis. Mais, pour le reste, l’épreuve attendant le héros s’éloigne beaucoup de cet horizon particulier :

Regarde, Chevalier, avant que t’esprouver,
Le moyen d’en sortir, si tu peux en trouver.
Voy le camp plein de sang de tant de forts gens-d’armes,
Piques, haches, poignards ; de toutes tu prendras,
Pour venir au combat, celle que tu voudras,
A cheval et à pied esprouvant ta prouesse [...].

11Indécision significative, comme l’est encore celle qui se lit dans ce « Cartel pour le Roy Charles IX, habillé en forme de Soleil » : si le déguisement manifeste la montée de l’absolutisme royal et préfigure son expression louis-quatorzième, le thème dynamique montre qu’il ne renonce nullement à un idéal plus ancien :

Amour me pousse errant de toutes pars
Pour essayer les fortunes de Mars,
Et de mon nom remplir la terre et l’onde,
Pour avoir place en ceste Table ronde,
Où les vieux Preux autrefois avoient eu
Un lieu d’honneur digne de leur vertu.

12Même ambivalence dans un « Autre Cartel pour l’Amour » quand il fait confluer la valeur guerrière et le service amoureux :

Les Dames sont des hommes les escoles :
Les chastians de leurs jeunesses folles,
Les font courtois, vertueux et vaillants.
Tels ont vescu ces superbes Rolands,
Renauds, Tristans, pleins d’une ame amoureuse...

  • 3 Recueil des choses notables qui ont esté faites à Bayonne, à l’entrevue du Roy Treschrestien Charte (...)

13Il ne fait guère de doute qu’il faille voir derrière les deux premiers les Orlando et Rinaldo de l’Arioste plutôt que les héros des légendes épiques françaises ; mais la permanence des noms et leur association avec celui de Tristan manifestent que la nouvelle courtoisie entend bien célébrer les valeurs de l’ancienne. On trouverait sans peine de semblables exemples dans les fêtes données à Bayonne pour la venue de Catherine de Médicis et de Charles IX3 et, plus encore, dans celles, autrement fastueuses, au dire de Brantôme, qui furent organisées à Binche (1549) en l’honneur de Charles Quint et de Marie de Hongrie.

  • 4 Voir M. Bideaux, « Le roman de chevalerie de la Renaissance : héritage ou innovations ? Pour un éta (...)
  • 5 Second volume ensuyvant Froissant, ch. II. Sur ce vœu, voir notre étude « Le méchant conteur », in (...)

14De telles fêtes et de tels déguisements, les contemporains de Ronsard pouvaient en trouver le modèle dans les Amadis, sans qu’il leur fût nécessaire de se plonger dans la littérature du moyen âge finissant, pour la bonne raison que le roman de chevalerie ne fait que prolonger et renouveler le roman d’aventures médiéval4. Des apports nouveaux (inspiration ovidienne, platonisante ou pétrarquiste) avaient donné des colorations nouvelles à l’association des armes et de l’amour sans toucher en rien à la cohésion des deux piliers cardinaux du roman. Cependant la permanence de cet imaginaire romanesque peut très bien signifier le recours à des contenus ayant trouvé une forme dont on s’accommode ; on échange une monnaie qui a cours sans trop s’inquiéter de sa valeur fiduciaire : ce pourrait être le cas de Rabelais quand il use de prouesses gigantales en substituant à la matière d’amours une polémique humaniste dont il gonfle les années de formation de ses héros : innovation qui a abusé J. Plattard lorsqu’il a inventé au roman de chevalerie une structure tripartite (enfance-éducation-exploits) pour mieux en faire le moule des deux premiers romans du cycle. Dans le Tiers Livre, en revanche, la présence d’un geste cher au romanesque médiéval ne sert qu’à le dénigrer. Lorsque Panurge, tourmenté par ses inquiétudes de candidat au mariage, fait vœu, au chapitre XXIV, de « porter lunettes au bonnet, ne porter braguettes en chausses » jusqu’à résolution complète de sa « perplexité d’esprit », son compagnon Épistémon brocarde ce vœu d’un autre temps (et peu convenant à un jeune marié) en rappelant celui du « plaisant Hespaignol Michel Doris » qui s’engagea à porter « le tronçon de greve en sa jambe » jusqu’à ce qu’il rencontre un chevalier anglais qui l’en délivre en se mesurant à lui. Comme si l’ineptie de ce vœu ne suffisait pas, Épistémon trouve l’exposition du cas dans le récit plus calamiteux encore à son gré qu’en faisaient les chroniques d’Enguerrant de Monstrelet5.

  • 6 Voir N. Oddo, Jean de Carthenay, Voyage du chevalier errant, Renaissance-Humanisme-Réforme, 54, et (...)

15Le romanesque médiéval ne se réduit pas à celui qui caractérise l’univers chevaleresque. On a rapproché, par exemple, les navigations de Panurge dans les deux derniers romans du cycle, de celles qu’effectua vers le Canada son compatriote Jacques Cartier. On aurait pu, avec plus de profit, peut-être, les rapprocher de celles de Saint Brendan ou de certaines quêtes constituant la trame du roman de conversion6.

  • 7 Le sous-titre est dans l’édition vénitienne de 1543.
  • 8 Voir BnF, Y211012.

16Plus moderne dans son inspiration et ses procédés, le roman sentimental n’ignore pas pour autant l’héritage médiéval. La traduction française d’un roman de Juan de Flores, donné comme tractado en espagnol, se voit imprimée quatre fois entre 1530 et 1533 sous le titre de Jugement d’amour, un titre qu’elle perd en 1546-1547 pour celui d’Histoire d’Aurelio et d’Isabelle7, le sous-titre précisant toutefois « en laquelle est disputé qui baille plus d’occasion d’aimer, l’homme à la femme ou la femme à l’homme », et l’annonce paraîtra encore dans les éditions lyonnaises de B. Rigaud en 15748. La forme médiévale du roman et le romanesque qu’elle véhicule restent donc vivaces, comme on le vérifiera tout à l’heure avec le récit bref.

  • 9 Arcadies malheureuses. Aux origines du roman moderne, Paris, Champion, 1998, p. 372.
  • 10 Voir également notre étude « Le chevalier Filistel chez les bergers de Juliette », in Devis d’amiti (...)

17Les genres nouveaux s’introduisent ainsi en concurrence avec les formes narratives dominantes, mais sans en rejeter absolument les contenus. On le voit bien par l’exemple du roman pastoral, dont Françoise Lavocat a mis en relief la solidarité conflictuelle avec le roman de chevalerie : « L’univers pastoral est à la fois indissociable de l’univers chevaleresque qui le circonscrit et opposé à lui »9. Proposition qu’illustrent de façon exemplaire la présence, chez Nicolas de Montreux, du chevalier Filistel parmi les bergers qui gravitent autour de l’héroïne de ses Bergeries de Juliette10, comme le déguisement pastoral dont use Florisel, au neuvième livre des Amadis français, pour séduire la princesse Niquée.

  • 11 « Le rêve de vie idyllique », in Le Déclin du Moyen Âge, p. 154-163.

18J. Huizinga avait montré, dans un chapitre un peu rapide peut-être11, comment le rêve d’une vie idyllique était vivace aux derniers siècles de la société médiévale. On le voir renaître dans le deuxième moitié du XVIe siècle, par le succès que rencontre le roman pastoral : il se peut, comme l’écrit encore F. Lavocat, que l’Astrée soit « l’Amadis des bourgeois ». Ce ne serait que suggérer à tout prendre que, par ce double relais, le rayonnement du romanesque des XIVe-XVe siècles peut encore s’étendre au-delà de l’époque renaissante.

Le récit bref

19Il lui arrive de mettre en cause directement le romanesque médiéval. Au temps de la reine Anne de Bretagne, Rolandine, une damoiselle pauvre que son père a répugné à marier, s’éprend d’un « gentilhomme bastard d’une grande et bonne maison », mais pauvre : affection sincère et partagée. La reine s’oppose à leur fréquentation. Des amours vertueuses et contrariées : c’est le sujet de la 21e nouvelle de l’Heptaméron, et il n’a rien de spécifiquement médiéval. Mais le gentilhomme profite du passage du jeune roi, dont il insiste pour garder la chambre, pour le plaisir de « lire ung livre des Chevaliers de la Table ronde » qu’y s’y trouvait : prétexte pour communiquer avec Rolandine, qui a accès à la fenêtre d’en face. La reine vient à passer, « et se meist à ceste fenestre où estoit ce gros livre ». Arrive une dame qui, regardant ce gros livre de la Table ronde, dist au varlet de chambre qui en avoit la garde : « Je m’esbahis comme les jeunes gens perdent le temps à lire tant de follyes » Le varlet luy respondit qu’il s’esmermerveilloit encores plus de ce que les gens estimez bien sages et aagez y estoient plus affectionnez que les autres ; et, pour une merveille, luy compta comme le bastard son cousin y demeuroit quatre ou cinq heures tous les jours à lire ce beau livre ». La reine a tôt fait de soupçonner le manège.

20Il y a lieu de croire que le livre incriminé est, plutôt que quelque manuscrit des XIIe-XIIIe siècles, une des éditions de Lancelot révélées par l’imprimerie ; mais peu importe ici. Il faut plutôt retenir que jeunes et vieux y sont « affectionnés », cependant qu’un homme du peuple en condamne les extravagances, tout comme le fait une reine qui, insensible aux sentiments romanesques qui en font la trame, n’y voit que « folies » entretenant dans leur inadaptation deux jeunes gens qui ne savent pas qu’ils se condamneront, par le mariage dont ils rêvent, à rester pauvres leur vie durant. S’y ajoute, de la part du gentilhomme, de la « dissimulation » : il « feyt semblant » de lire en ce livre et, pour faire bonne mesure, le récit rapporte ensuite que, si Rolandine resta fidèle malgré les obstacles mis à sa passion, l’amant n’eut pas la même constance et devint « amoureux d’une dame d’Allemaigne » : petite tricherie narrative appendiculaire pour achever de le discréditer. Personne, dans le débat qui suit, ne prenant la défense des livres vilipendés par une narratrice (Parlamente), derrière laquelle on croit reconnaître Marguerite de Navarre elle-même, on peut penser que son point de vue est partagé par la communauté des conteurs-devisants de l’Heptaméron.

21Il n’en va pas de même d’un chapitre des Contes et discours d’Eutrapel (1585) dans lequel Noël du Fail dresse un ample tableau, à coloration nostalgique, du mode de vie nobiliaire d’antan. Peu importe que ce passé soit situé « du temps du grand Roy François » plutôt que de celui de Louis XII, voire de quelques décennies plus tôt. Peu importe encore que le propos soit placé, plutôt que dans la bouche du vieux gentilhomme passéiste Polygame, dans celle du procureur Lupolde, représentant de ces gens de loi que Du Fail tient pour responsables de la dégradation des mœurs : le recueil est marqué par une grande incertitude de la régie dialogale. Dans la grande salle du logis, on trouve

sur le dressouër ou buffet à deux estages, la Saincte bible de la traduction commandée par le roi Charles le Quint, il y a plus de deux cens ans ; les Quatre Fils Aymon, Ogier le Danois, Melusine, le Calendrier des Bergers ou le Romant de la Rose ». (ch. XIX)

22On voit que la bibliothèque du gentilhomme (ou, du moins, sa vitrine) fait la part belle aux inventions plus tardives du romanesque médiéval (Mélusine) ou aux versions dérimées des textes anciens, les unissant à une littérature sapientielle de tonalités variées, mais bien contemporaine.

23Mais ce choix ne reçoit pas l’adhésion du troisième devisant, Eutrapel, représentant (parfois intermittent) d’une nouveauté plus frivole : « D’où vient cela [...] que ces coquins de vieillards sont tousjours en leur histoire sur les triomphes et magnificences de leur temps passé ? »

  • 12 Voir Frank Grenier, « La juridiction des sentiments : tribunaux et cours d’amour dans trois romans (...)
  • 13 Voir François Bérier, « La force d’Elvide : à propos de la Declamatio Lucretie de Coluccio Salutati (...)

24Ainsi le romanesque de l’âge précédent a beau se trouver inscrit dans une vaste fresque « du temps présent et passé », dont on a souvent souligné la charge émotive et la coloration autobiographique, il ne s’en trouve pas moins problématisé : c’est la loi, dira-t-on, de l’échange dialogué. En va-t-il de même lorsque la controverse se développe à travers plusieurs ouvrages qui, pour certains d’entre eux, sont des dialogues, littéraires ou philosophiques ? À cet égard, la « Querelle des amyes », déclenchée par l’Amye de court de Bertrand de la Boderie, réponse cynique et antiféministe à l’idéal du Cortegiano, a pu paraître comme une résurgence d’un débat du XVe siècle, la Querelle du Roman de la Rose. Filiation très partielle, sans doute : la coloration mondaine dominant, la voix des clercs s’y fait moins entendre et le mariage n’y est pas remis en cause. On pourrait ajouter que les vives discussions qui, dans les recueils à histoire-cadre, dressent les hommes contre les femmes, sur de semblables sujets, peuvent apparaître comme des mises en accusation globales ou des divergences sur des applications locales : nos devisants-divisés rejouent à leur manière les débats qui animaient les cours d’amour médiévales12. Ce qui paraît plus intéressant ici, c’est la reprise, à l’occasion de ce débat et, plus largement, dès que se trouve mise en cause la vertu féminine, de tout un corpus de figures et de situations déjà présentes dans le Roman des sept Sages et les compilations semblables et qui, par le jeu de la traduction, se retrouvent, disséminées, dans les recueils narratifs du XVIe siècle. Ceux-ci font parade de leur diversité : « il y en ha de tous boys, de toutes tailles, de tous estocz, à tous pris et à toutes mesures, fors que pour ploret », proclame le préambule des Nouvelles récréations de Des Périers. « Nostre bouquet sera plus bon, tant plus il sera remply de differentes choses », fait écho Ennasuite, une des devisantes de l’Heptaméron (48e nv), le sage Géburon assurant plus loin que les hommes lui assurent une perpétuelle fraîcheur : « Tant que malice et bonté regneront sur la terre, ilz la rempliront tousjours de nouveaulx actes » (fin 50e nv). Mais si cette variété divertit, elle peut aussi déconcerter : moins par la bigarrure des tons que par le discours de l’histoire, aussi contradictoire dans les récits eux-mêmes que dans les propos dialogués des devisants, lorsqu’il s’agit d’un recueil à histoire-cadre. De ce point de vue, les dissonances perceptibles dans les études relatives aux trois grands conteurs du siècle (Marguerite de Navarre, Des Périers, Du Fail) n’ont rien à envier à celles qu’ont suscitées le Petit Jehan de Saintré, quand il fait suivre l’éducation chevaleresque de son héros d’une mésaventure digne d’un fabliau. Je me garderai de dire si le débat est tranché, ou désuet, et plus encore de parler d’un pont aux ânes, tant il aura été fréquenté. Si je l’évoque ici, c’est en raison d’une articulation d’autant plus problématique qu’elle concerne le même couple héroïque (Jehan et sa dame) et le compagnonnage littéraire qui, dans les manuscrits du XVe siècle, unit le roman à un récit de Rasse de Brunhamel dont le XVIe siècle a prolongé le succès : l’histoire de Floridan et Elvide. Les amours contrariées de deux jeunes gens les font échouer dans un repaire de brigands ; on tue le jeune homme par trahison, elle échappe au déshonneur en se poignardant. Voilà une trame qui paraît convenir à l’exaltation de la vertu féminine aussi bien qu’à une mise en garde contre les affections désapprouvées par le corps social. Pourquoi faut-il que, dès l’origine (un conte latin de Nicolas de Clamanges), elle se trouve versée, dans les années où éclate la Querelle du Roman de la Rose, au dossier déjà ancien de la vertu de Lucrèce violée par Tarquin ? C’est pour répondre à son ami l’humaniste florentin Coluccio Salutati, qui reprenait à son compte les réserves exprimées par saint Augustin13, que Clamanges choisit d’exalter la vertu de la Lucrèce française. Ce sera aussi le pari généralement adopté par les conteurs qui, à la suite du Napolitain Masuccio ou des Cent Nouvelles nouvelles, reprendront ce récit. Ici encore, le destin de l’héroïne est problématique, les Comptes du monde adventureux (1555) lui permettant, par une intervention divine, de préserver à la fois sa vie et son honneur, cependant que, dans la première de ses Nouvelles histoires tragiques (1586), Bénigne Poissenot la fait rejoindre aux enfers de Virgile les grandes amoureuses de l’Antiquité : Augustin et Salutati auraient peut-être approuvé sa présence auprès de Phèdre et de Didon...

25La figure du mari jaloux et sournois, lozengier des chansons ou coux des fabliaux, est fréquente dans les recueils narratifs du XVe siècle, où elle a pour complément obligé l’image de la femme perfide, sensuelle et vénale dont certains conteurs ont pu trouver le modèle dans les Lamentations de Matheolus, les Cent Nouvelles nouvelles ou les Quinze joyes de mariage. Il y aurait lieu enfin de marquer comment la célébration et l’illustration d’un corps de doctrine partagé requiert l’invention d’un anti-modèle qui s’en trouve exclu : sarrasin de la chanson de geste, homme sauvage du roman médiéval. Mais il faut faire observer ici une diversification de la fonction, l’altérité pouvant aussi bien être trouvée dans une appartenance sociale que dans une disqualification culturelle (pédant, ignorant, provincial, etc.). Le rejet d’inspiration xénophobe ne vise pas dans ces recueils une cible constante : l’Italien y est moins souvent brocardé ou vilipendé que dans les pamphlets ou les traités contemporains, et cède à l’occasion sa place au représentant des îles britanniques : milord de l’Heptaméron (57e nv), Écossais de Des Périers (39e), gentilhomme anglais des Facétieuses Journées (VII, 7), où Chappuys prend soin, en 1584, de rappeler les guerres qui ont si souvent opposé les deux royaumes.

26Au total, il apparaît que la fidélité au romanesque des XVe-XVIe siècles se manifeste dans la reprise de sujets beaucoup plus anciens comme dans les affinités ou les désaveux que trahit leur mise en forme. Peu importe ici leur présence dans les univers fictionnels orientaux ou anciens, dont on s’est attaché, surtout depuis le XIXe siècle, à repérer les filiations. Ce qui est intéressant, c’est que Marguerite de Navarre ait trouvé le conte du mari borgne dans les Cent Nouvelles nouvelles et, qu’au lieu d’illustrer une fois de plus la présence d’esprit et la malice féminines, elle ait mis en scène un de ses vieux serviteurs que son infirmité exposait sans doute à être victime de ce tour, mais sans en être dupe toutefois, et en le faisant payer bien cher à l’infidèle, et sans violence inutile. On trouverait encore – comme dans le roman d’ailleurs – à signaler l’emploi qui est fait dans la gestion des aventures de l’image de la Fortune : sommes-nous toujours en présence de la figure qui, sur les gravures de la Nef des fous, dans les déplorations des amants ou dans les transitions des romanciers (Amadis I) rappellent que les destinées humaines sont dans la main de Dieu ? N’est-elle pas davantage ce hasard aveugle avec lequel l’ingegno doit savoir composer ? L’exemple de Boccace montre que la réponse est malaisée, les rois déchus du De casibus pouvant avoir sur le sujet un avis bien éloigné de celui des jeunes héros du Décaméron.

Le récit de voyage

27Royaume par excellence de l’incertain, la mer aventureuse est aussi le théâtre de toutes ces entreprises par lesquelles se dilate, à la Renaissance, l’univers connu de l’homme. La conquête et l’exploitation de ces terres neufves permet-elle de se soustraire à l’image fantasmée et floue que l’on pouvait se faire de certaines d’entre elles, et dans quelle mesure le romanesque de l’âge précédent reste-t-il actif au siècle des grandes découvertes océaniques ?

28Pour parvenir à ces terres inconnues, il faut traverser d’abord la mer, s’exposer à ses colères, s’en remettre à la Providence. Il est significatif que la description topique de tempête sur laquelle s’ouvre le premier chant de l’Énéide se rencontre indifféremment dans d’authentiques récits de voyage, dans le roman de chevalerie (Amadis, I, ch. 17) et le roman baroque, dans la première nouvelle de Firenzuola et ses traducteurs français, chez Belleforest contant au livre V de ses Histoires tragiques (1570) l’histoire de la Damoiselle exilée par Roberval au Canada. Ce sont encore, sans quitter ce registre, des tempêtes soudaines qui frappent les vaisseaux revenant trop lourdement chargés par la route que vient d’ouvrir Vasco de Gama : la Providence signifie par là le châtiment qui frappe un appétit désordonné du lucre, comme il apparaît dans le genre (créé par la littérature portugaise) de l’histoire tragico-maritime, relation de naufrages réellement advenus.

  • 14 Le Crépuscule du Grand Voyage. Les pèlerins de la Renaissance à Jérusalem (1458-1612), Champion, 19 (...)
  • 15 Nouveaux horizons de la Renaissance française, Genève, Droz, 1935.

29Face à ces chemins de perdition spirituelle, une route qui assure le salut : celle du pèlerinage aux Lieux Saints. Le XVIe siècle marque bien le « crépuscule du grand voyage », tel que l’a montré Marie-Christine Gomez-Géraud14. Celui qui l’accomplit est cet homo viator indifférent aux beautés ou aux simples curiosités du chemin, aux anecdotes qui jalonnent le parcours. Tout entier tendu vers le terme de son pèlerinage, il en vit les épisodes comme autant d’étapes vers un approfondissement intérieur et une purification de soi qui reproduisent le parcours romanesque de nombreux héros, qu’il s’agisse de fictions ou d’entreprises militaires. L’effondrement de l’empire chrétien d’Orient au milieu du XVe siècle confère un tour plus urgent à ce désir de rédemption et développe sur le mode d’une compensation fantasmatique des schémas de reconquête que l’on voit à l’œuvre dans Tirant le Blanc, par exemple, ou dans le succès qui accueille des récritures de fictions des XIIe-XIIIe siècles : le Fierabras de Bagnyon, vers 1460, ou l’expédition de Huon de Bordeaux à Babylone. Ce ne sont probablement pas de tels livres qui accompagnent les pèlerins vers Jérusalem. Mais les récits de pèlerinages proprement dits comme le récits de voyage en Orient sont loin d’être aussi disjoints de cet imaginaire romanesque qu’on pourrait le croire. Geoffroy Atkinson avait relevé, il y a quelque temps déjà15, que le XVIe siècle s’était beaucoup moins intéressé à la découverte de l’Amérique qu’on pourrait le croire aujourd’hui, et que la littérature géographique de ce temps était bien davantage intéressée par les livres sur les Turcs, autrement plus nombreux. Il est vrai, mais la statistique brute ne suffit pas. D’une part, ces livres sur l’Orient musulman apportent souvent peu d’informations neuves ; ni découvertes ni réévaluations, à quelques exceptions près, bien sûr : Christophe Richer, Guillaume Postel ou, dans un ordre scientifique plus spécialisé, Pierre Belon. D’autre part, l’intérêt manifesté pour ces horizons procède moins de la curiosité touristique ou politique que d’une nécessité intérieure : pèlerinage pour accomplir un vœu ou mériter le salut, expression d’une inquiétude devant la « menace turque » et désir de la conjurer. Se rendre aux Lieux Saints, écrire ou lire un livre sur les Turcs, ce n’est évidemment pas reprendre Constantinople aux Infidèles, mais c’est manifester d’une certaine manière la permanence d’un imaginaire qui a engendré et qu’ont enrichi nombre de fictions romanesques. Georgiewitz annonce la fin prochaine des persécutions dont souffrent les chrétiens soumis au joug des Turcs comme les Amadis espagnols racontent la défaite des flottes turques dans le Bosphore ; ou comme leur traducteur français, dans la dédicace de leur cinquième livre, exhorte François Ier, qui vient de faire la paix avec Charles Quint, à unir ses efforts à ceux de l’Empereur pour abattre l’infidèle.

  • 16 « Le lendemain, de bon matin, nous arrivâmes à la grande chaussée de la route d’Iztapa-lapa. Nous r (...)
  • 17 Voir Historia, ch. 158. Dans le cinquième livre d’Amadis, Calafie, reine de Californie, y est une A (...)

30On évoquera ici avec prudence la confusion de l’imaginaire romanesque et du récit de voyage telle qu’on la voit à l’œuvre dans le récit que fait Bernal Diaz del Castillo de la conquête de Mexico16 par Cortès ou dans l’inscription de toponymes américains17, qui sont de claire source romanesque : il s’agit en effet de romans espagnols publiés dans les premières années du XVIe siècle, mais on connaît leur solidarité avec le romanesque du siècle précédent.

  • 18 De Orbe novo, décade VII, éd. P. Gaffarel, p. 620-621.
  • 19 Historia general de las Indias, Séville, 1535, t. 2, 1. 16, ch. 11, p. 102.

31On a moins de scrupules à le faire en présence des résurgences (si l’on peut dire) de la fontaine de Jouvence qui, des merveilles d’Ogier le Danois et Huon de Bordeaux nous conduisent aux effets miraculeux d’une fontaine d’Hispanolia (Saint-Domingue) dont Pierre Martyr entretient – avec prudence, il est vrai – le pape Léon X18. Quelques années plus tard, l’historien Oviedo ne verra qu’une mystification19 dans les récits que font les Indiens de cette fontaine de Bimini. Ce n’est pas le cas de Ponce de Leon quand, en mars 1513, il se lance à la recherche de la fameuse fontaine : il ne la trouvera pas, mais rencontrera la Floride.

  • 20 Voyage édité à Paris, Vve Pissot, 1745. Voir J.-P. Sanchez, Mythes et légendes de la conquête des A (...)

32D’autres manifestations existent, certes, de cette confusion entre le récit de voyage du XVIe siècle et des représentations romanesques plus anciennes (autour de la lettre de Prêtre Jean, par exemple). Ce qu’il importait de souligner ici, c’est que quitter le vieux monde, s’embarquer, arpenter des terres nouvelles, ajouter au monde connu, ne dépouille pas pour autant le voyageur ou le découvreur d’une charge ancienne d’imaginaire puisée dans ses lectures, partagée avec sa communauté culturelle, revivifiée au besoin par l’apport de thèmes humanistes : ainsi de cette terre des Amazones, dont il est question dans les récits de Colomb dès le 6 janvier 1493, puis dans celui d’Orellana qui découvre et nomme le fleuve, et jusqu’à La Condamine qui, en 1743, se contente d’une éviction temporelle : « il y a eu des Amazones Amériquaines, mais il y a toute apparence[…] qu’elles n’existent plus. »20

33Si les Amazones, aventureusement transplantées sur le sol américain, ont pu s’y maintenir si longtemps, on ne voit pas pourquoi un romanesque médiéval autochtone aurait déserté la littérature française après 1500. Nul séisme ne s’abat alors sur elle, et si l’humanisme en a profondément modifié les thématiques et les formes, ce renouvellement a, pour de multiples raisons, tardé à produire ses effets dans le champ du roman.

  • 21 Michèle Clément et Pascale Mounier éd., Le roman français au XVIe siècle, Presses Universitaires de (...)

34Y a-t-il d’ailleurs, un roman du XVIe siècle ? Si la question a pu susciter la tenue récente d’un colloque à Lyon21, c’est que ce siècle, s’il a connu une floraison de romans (qui consternait d’ailleurs ses humanistes et ses moralistes), a peiné à définir un roman qui ne fût pas lourdement tributaire de l’ancien ou de l’étranger, ou qui n’ait pas dû attendre quelque peu son plein épanouissement. À cet égard, si l’on croit trouver dans le roman rabelaisien l’expression d’aspirations et de débats d’idées qui traversent le siècle, il reste encore trop atypique pour qu’on puisse y reconnaître une expression caractéristique de son imaginaire romanesque. Ce dernier, sans s’éloigner trop de l’âge précédent, se transmettra, par le roman de chevalerie et les formes plus « sensibles » qui lui succèdent, au roman baroque et à l’Astrée ; il suffira de leur ajouter la dimension critique apportée par « l’anti-roman » des « histoires comiques » pour composer la production romanesque de la première moitié du siècle qui suivra.

Notes

1 Voir Don Quichotte, I, 5 et I, 9.

2 Bourciez Édouard, La littérature et les mœurs polies en France au XVIe siècle, Paris, Hachette, 1886, p. 60-100.

3 Recueil des choses notables qui ont esté faites à Bayonne, à l’entrevue du Roy Treschrestien Chartes Neufuiesme de ce nom, et la Roine sa treshonorable mere, avec la Raine Catholique sa sœur. Paris, Vascosan, 1566, BNF Rés Lb23 et Rés Lb23 178A (même texte, tirage différent) ; Abel Jouan, Recueil et discours du voyage […], 1566 (BNF Rés 8° Lb33 156).

4 Voir M. Bideaux, « Le roman de chevalerie de la Renaissance : héritage ou innovations ? Pour un état présent de la question », in Du roman courtois au roman baroque, Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines, juillet 2002, réunis par Emmanuel Bury et Francine Mora, Paris, Les Belles-Lettres, 2004. p. 25-34. Dans une étude thématique plus ancienne et beaucoup plus argumentée (« D’armes et d’amours : la fortune d’une devise médiévale », Travaux de linguistique et de littérature, II, 1989, p. 37-54), Michel Stanesco avait manifesté la présence constante, depuis nos premiers textes romanesques, de cette « liaison admirable » d’armes et d’amours à laquelle Bénigne Poissenot attribuera, à la fin du XVIe siècle, le succès des livres d’Amadis (L’Esté, 1583, éd. G.-A. Pérouse et M. Simonin, Genève, Droz, 1987, p. 213).

5 Second volume ensuyvant Froissant, ch. II. Sur ce vœu, voir notre étude « Le méchant conteur », in Conteurs et romanciers de la Renaissance (Mélanges G.-A. Pérouse), Paris, Champion, 1997, p. 61-63.

6 Voir N. Oddo, Jean de Carthenay, Voyage du chevalier errant, Renaissance-Humanisme-Réforme, 54, et « Rémanence littéraire et propagande catholique : les pieux enjeux du Voyage du chevalier errant Jean de Carthenay (1557) », in Du roman courtois au roman baroque, p. 309-322.

7 Le sous-titre est dans l’édition vénitienne de 1543.

8 Voir BnF, Y211012.

9 Arcadies malheureuses. Aux origines du roman moderne, Paris, Champion, 1998, p. 372.

10 Voir également notre étude « Le chevalier Filistel chez les bergers de Juliette », in Devis d’amitié. Mélanges en l’honneur de Nicole Cazauran, Champion, 2002, p. 265-277.

11 « Le rêve de vie idyllique », in Le Déclin du Moyen Âge, p. 154-163.

12 Voir Frank Grenier, « La juridiction des sentiments : tribunaux et cours d’amour dans trois romans de l’âge baroque », in Du roman courtois au roman baroque, p. 181-194.

13 Voir François Bérier, « La force d’Elvide : à propos de la Declamatio Lucretie de Coluccio Salutati et de l’Historia Floridani et Elvidis de Nicolas de Clamanges », Recherches et travaux. Morales du XVIe siècle (Hommage à Denis Baril), Grenoble, Université Stendhal, n° 50, 1996, p. 133-149.

14 Le Crépuscule du Grand Voyage. Les pèlerins de la Renaissance à Jérusalem (1458-1612), Champion, 1999.

15 Nouveaux horizons de la Renaissance française, Genève, Droz, 1935.

16 « Le lendemain, de bon matin, nous arrivâmes à la grande chaussée de la route d’Iztapa-lapa. Nous restâmes saisis d’admiration en voyant tant de villes et de bourgs construits au milieu de l’eau, d’autres grands villages s’élevant sur le sol, et cette belle chaussée parfaitement nivelée jusqu’à Mexico. Nous disions entre nous que c’était comparable aux maisons enchantées décrites dans l’Amadis, à cause des tours élevées, des temples et de toutes sortes d’édifices bâtis à chaux et à sable dans l’eau même de la lagune. Quelques-uns d’entre nous se demandaient si tout ce que nous voyions là n’était pas un rêve : et i ne faut pas être surpris que je l’écrive de cette façon, car il y a trop de choses à dire au-delà de ce que je pourrais raconter sur ces choses que nous n’avions ni jamais vues, ni jamais entendu décrire, ni jamais aperçues dans nos rêves, aussi grandioses qu’elles apparaissaient maintenant à nos regards. » (Bernai Diaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, traduction D. Jourdanet, Paris, 1877, 2e éd., ch. 87, p. 225-226). L’auteur se réfère précisément au chapitre xi du premier livre de l’Amadis espagnol (trad. fr., ch. xii, 38r°).

17 Voir Historia, ch. 158. Dans le cinquième livre d’Amadis, Calafie, reine de Californie, y est une Amazone, dont les sujettes se dressent contre le héros. Si la légende des guerrières antiques a pu inspirer la nomination de l’Amazonie, il n’est pas exclu que celle-ci doive quelque chose à cette présence romanesque contemporaine. Magellan nomma « terre des Patagons » la région où il avait rencontré des autochtones de grande taille et à l’abord sauvage, comme le géant « Patagon », personnage de ce roman publié en 1512. La figure médiévale de l’homme sauvage n’est pas loin.

18 De Orbe novo, décade VII, éd. P. Gaffarel, p. 620-621.

19 Historia general de las Indias, Séville, 1535, t. 2, 1. 16, ch. 11, p. 102.

20 Voyage édité à Paris, Vve Pissot, 1745. Voir J.-P. Sanchez, Mythes et légendes de la conquête des Amériques, PU Rennes, 1996, et plus particulièrement, sur la fontaine de Jouvence et les Amazones, M. Bideaux, « Sources, fleuves et fontaines : merveilles de l’âge des découvertes », in Sources et fontaines, actes du colloque de Montpellier, novembre 1996, Champion, 1998.

21 Michèle Clément et Pascale Mounier éd., Le roman français au XVIe siècle, Presses Universitaires de Strasbourg, 2005 (actes du colloque de Lyon II, 11-12 octobre 2002).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search