Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

V. Lectures plurielles

Les lectures « romanesques » des officiers des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520)1

Céline Van Hoorebeeck

Texte intégral

  • 1 Cet article présente les premiers résultats de notre recherche doctorale menée dans le cad (...)
  • 2 Le terme « romanesque » n’est attesté comme adjectif qu’à partir du premier tiers du XVIIe(...)
  • 3 Un nouveau catalogue des manuscrits de la librairie de Bourgogne conservés à la Bibliothèq (...)
  • 4 Prologue de David Aubert dans le Roman de trois fils de Roy (Paris, BNF, ms. fr. 92, fol. (...)
  • 5 Si cette collection a été inventoriée à plusieurs reprises tout au long du XVe siècle le r (...)

1Les romans d’amour et de chevalerie, les épopées et la lyrique courtoise – soit une littérature à coloration « romanesque », pour employer une formule commode quoique partiellement anachronique2 – occupent une place de choix dans les travées de la célèbre librairie des ducs de Bourgogne3. Dans l’inventaire de « la plus riche et noble librairie du monde »4 dressé en 1467-1469 dans la foulée du décès de Philippe le Bon, les deux rubriques intitulées respectivement « Livres de gestes » et « Livres de Ballades et d’Amours » semblent en quelque sorte avoir été réservées aux livres et aux lectures « romanesques »5.

  • 6 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 182-191, n° 1234-1306. Les chiffres proposé (...)
  • 7 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 191-204, n° 1307-1409.

2Les aventures de Lancelot, Tristan et Arthur, de Cipéric de Vignevaux, des Quatre fils Aymon et d’Appolonius de Tyr, mais aussi les pérégrinations de Cleriadus et Meliadice, de Gilles de Chin ou encore d’Ysayc le Triste, sont au cœur de la section consacrée aux « Livres de gestes »6. Renaut de Montauban et Perceforêt, Olivier de Castille et Jean d’Avesnes, Hélène de Constantinople et les seigneurs de Gavre y côtoient Beuve de Hantonne, Huon de Bordeaux ou encore Pierre de Provence. Articulée autour de quelque 73 entrées, cette rubrique des « Livres de gestes » recense et décrit en outre les manuscrits reprenant les Cent nouvelles nouvelles, le Roman de Mélusine, le Roman de Florimont et la version française du Decamerone de Boccace. La seconde catégorie – celle des « Livres de Ballades et d’Amours »– comprend 103 articles qui, pour l’essentiel, concernent la veine lyrique et courtoise7. Aux côtés de l’inévitable Roman de la Rose apparaissent les Cent Ballades, plusieurs pièces de Machaut, le Dit de la Pastoure et le Débat des deux amants de Christine de Pizan, des fables de Marie de France, le Livre de l’Espérance et la Belle dame sans merci de Chartier, la Cour de mai ou encore le Trésor amoureux de Froissart. Relèvent également des « Livres de Ballades et d’Amours »– et donc perçus comme tels par les rédacteurs de l’inventaire – le Triomphe des Dames de Fernand de Lucène, le Livre de Geoffroy de Charny, le Mathéolus, l’Escoufle de Jean Renart, l’Ari d’aimer et les Métamorphoses d’Ovide, le Chevalier au Cygne et Ogier le Danois, sans oublier le Réconfort de Madame de Fresne d’Antoine de la Salle, le Testament de Jean de Meung, les Vœux du Paon de Jacques de Longuyon et les Vœux du Faisan d’Olivier de La Marche.

  • 8 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 205-217, n° 1410-1519.

3Pour autant, on s’empressera de préciser que ces deux rubriques particulières n’ont pas l’apanage des textes considérés comme représentants du genre « romanesque ». Ainsi, il faut chercher ailleurs dans l’inventaire les romans narrant les hauts faits de Girart de Roussillon et Godefroy de Bouillon : les exemplaires intitulés « C’est le livre Gérard de Roucillon, duc de Bourgogne, en ryme » ou « C’est le roman de Godefroy de Bouillon », pour ne citer que ceux-là, sont en effet classés et décrits sous la rubrique « Croniques de France »8 – rappelant une fois de plus qu’entre l’Histoire et les histoires, la frontière des genres est parfois ténue.

  • 9 Cette rubrique propose l’essentiel du bagage intellectuel et moral indispensable à tout bo (...)
  • 10 Comme son intitulé ne l’indique pas, cette rubrique contient bien davantage que des chroni (...)

4Un bref survol quantitatif permet de relever que, si les rubriques des « Livres de gestes » et des « Livres de Ballades et d’Amours » ne sont pas les plus étoffées, elles représentent néanmoins à elles deux près d’un tiers de la librairie de Bourgogne telle qu’elle apparaît dans l’instantané de 1467-1469. Elles sont supplantées – dans l’ordre décroissant – par les livres décrits en début d’inventaire et qui apparaissent sans rubrique, par les « Bonnes meurs, Éthiques et Politiques »9 et par la rubrique « Croniques de France »10. Cette proportion d’environ un tiers place donc la littérature romanesque parmi les thèmes les mieux représentés, venant confirmer, si besoin en est encore, l’engouement marqué de la dynastie bourguignonne pour ce type de lectures. On le sait, ce goût prononcé pour les aventures chevaleresques et courtoises sera amplement partagé par les grandes lignées appartenant à la noblesse d’épée évoluant dans l’entourage curial – qu’il suffise de citer ici les familles Lalaing, Lannoy, Clèves, Croÿ ou Nassau. Leurs collections comportent elles aussi cette forte tonalité romanesque et présentent en outre un véritable air de famille interne, mais aussi externe, avec la librairie ducale.

*

  • 11 Cette problématique était au cœur de notre thèse de doctorat « Livres et lectures des fonc (...)
  • 12 C. Van Hoorebeeck, « Item, ungpetit livre en franchois ». La littérature française dans le (...)

5Mais qu’en est-il des livres et des lectures « romanesques » des fonctionnaires ducaux, ces légistes et gens de finance au service personnel du prince ou de l’État bourguignon qui administrent, gèrent, jugent, comptent, contrôlent et exécutent au nom du « treshault, tresexcellent et trespuissant seigneur monseigneur le duc de Bourgoigne » ? Les aspects sociaux, institutionnels et politiques des nombreux travaux consacrés à cette élite bureaucratique ne rejoignent hélas que rarement les préoccupations de l’histoire du livre : d’un point de vue historiographique, la réception, la perception ainsi que les usages du livre manuscrit et imprimé auprès de ces officiers restent en effet, aujourd’hui encore, largement terra incognita11. Cette contribution se propose donc d’appréhender, sous l’angle du romanesque, les livres et les lectures de quelques fonctionnaires des ducs de Bourgogne. Les « livres de gestes » et les ouvrages « de ballades et d’amours » si prisés par leurs employeurs et par la haute noblesse ont-ils également reçu leurs faveurs et, le cas échéant, dans quelle mesure ? Nous limiterons notre propos à la présentation chronologique d’une dizaine d’études de cas significatifs, qui permettent d’apporter quelques éléments de réponse et de verser de nouvelles pièces au dossier. La problématique de la littérature « romanesque » renvoie naturellement à la réception de la littérature en français au sein de ce type de collections – un aspect abordé en détail dans une précédente publication12.

  • 13 Certaines mentions sont d’ailleurs presque inutilisables, que ce soit d’un point de vue qu (...)
  • 14 Les ecclésiastiques tendent volontiers à léguer leurs livres à un autre ecclésiastique ou (...)
  • 15 Autres exemples dans C. Van Hoorebeeck, À t’ombre de la librairie de Bourgogne. Les livres (...)

6Il n’est sans doute pas inutile de rappeler, au préalable, quelques observations d’ordre méthodologique. Bibliothèque princière et patrimoniale de premier plan, la librairie de Bourgogne bénéficie d’une excellente documentation : non seulement des inventaires en ont été dressés avec soin, mais, grâce notamment aux indications des mots-repère, de nombreux manuscrits encore conservés aujourd’hui ont pu être identifiés avec un ouvrage mentionné dans les relevés après décès. Mais la richesse organique de cette librairie et la qualité des sources disponibles constituent, on l’oublie parfois, l’exception bien plus que la règle : dans la grande majorité des cas, l’étude d’une bibliothèque privée médiévale ne peut s’appuyer que sur des sources fragmentaires qui décrivent les volumes de manière imparfaite, imprécise ou lacunaire13. Les librairies de Nicolas Rolin, Corneille Haveloes, Richard de Bellengues ou encore Guillaume Hugonet, dont le côté romanesque sera présenté dans les lignes qui suivent, n’échappent pas à cette règle. D’autre part, il est assez rare de pouvoir, sans le moindre doute, mettre en relation un livre ou un imprimé encore conservé avec un ouvrage recensé dans une liste de livres – et ce, d’autant plus s’il s’agit d’un possesseur privé, issu de la bourgeoisie ou de la petite aristocratie et qui n’est pas un homme d’Église14. Pierre de Hauteville, le seul parmi les fonctionnaires bourguignons présentés ici dont on ait retrouvé des manuscrits, constitue une heureuse exception. Par ailleurs, une collection privée peut n’être connue que grâce aux témoins manuscrits ou imprimés existants, dont l’éventuelle recension n’a pas été conservée ou retrouvée – comme viennent l’illustrer ici les livres « romanesques » d’Antoine et Ysentbart Rolin et ceux de Philippe et Claude Bouton. Enfin, comme le montrera notamment l’analyse des bibliothèques de Philippe Wielant et Jean Aubert, on gardera toujours à l’esprit qu’un relevé de livres quel qu’il soit – qu’il s’agisse d’un testament, d’un document stipulant un legs ou un don, d’un inventaire après décès, d’un compte d’exécution testamentaire, de tutelle ou de confiscation, etc. –, n’est pas forcément le reflet fidèle de ce que le propriétaire avait réellement dans sa collection15.

*

  • 16 Les principaux jalons de la carrière des individus repris dans cette contribution ont été (...)
  • 17 Il s’agit d’une traduction abrégée de la Vita Christi de Ludolphe de Saxe conservée, notam (...)
  • 18 Les rédacteurs ont en effet trouvé « [...] une Legende doree escripte de la main dudit J. (...)

7La carrière de son fils David a quelque peu occulté celle de Jean Aubert (ca 1363/1364 -16 août 1444), un des premiers représentants d’une lignée d’officiers exerçant dans l’administration bourguignonne16. Après avoir passé près de quarante ans au service de Philippe le Hardi, Jean sans Peur puis Philippe le Bon, Jean Aubert est nommé en 1433 auditeur à la Chambre des comptes de Lille. Visiblement apprécié des ducs de Bourgogne – malgré sa suspension, en 1404, pour conversions et mutations monétaires opérées à son avantage –, le père de David Aubert s’est en outre essayé à la littérature, en rédigeant les Protestations à dire au lit de la mort contre les ennemis d’enfer et en traduisant la Vie de Jésus Christ17. D’après l’inventaire des biens trouvés le 16 septembre 1413 dans son hôtel de Dijon après la mort de sa femme Guillemotte, cet amateur de belles-lettres et copiste à ses heures18 disposait d’une bibliothèque sise « en la chambre darrier hault » et riche d’une trentaine de titres. Dans la veine lyrique et courtoise, on identifie ainsi le Testament de Jean de Meung, un Tristan, les Lamentations de Matéolus, le Roman de la Rose ainsi que le Livre de Mandevie de Jean Dupin. Cet inventaire ne rend toutefois qu’un instantané de la collection de livres de Jean Aubert telle qu’elle se présentait en 1413 au décès de son épouse. Or, ce féru de littérature lui survécut près de trente ans : il est donc plus que probable qu’il ait continué à enrichir sa bibliothèque en acquérant des ouvrages dont, faute de documentation, nous ignorons et le nombre et le contenu.

  • 19 Édition R. Bidler, La Complainte de l’amant trespassé de dueil. L’inventaire des biens dem (...)
  • 20 Sur ce personnage : D. Vanwijnsberghe, « De fin or et d’azur ». Les commanditaires de livr (...)
  • 21 Édité dans Corpus Catalogorum Belgii. The Medieval Booklists of the Southern Low Countries(...)
  • 22 Bruxelles, KBR, ms. 10394-414. Sur ce codex, voir D. Vanwijnsberghe, Catalogue – Ms. 10394 (...)
  • 23 D’après D. Vanwijnsberghe, le Bruxellensis 10386, qui contient également le Livre du Tréso (...)

8Sans doute plus connu, dans les cercles philologiques, en tant qu’auteur de la Complainte de l’amant trespassé de dueil et de l’Inventaire des biens demourez du décès de l’amant trespassé de dueil19, Pierre de Hauteville (ca 1376 – 10 octobre 1448), seigneur d’Ars-en-Beauvaisis et « Prince d’amour » de la Cour amoureuse de Charles VI, a lui aussi fait une belle carrière au sein de l’administration royale, puis bourguignonne20. En 1426, il est ainsi nommé conseiller et général maître des monnaies ducales – une charge qu’il semble assumer jusqu’en 1443 –, et la comptabilité bourguignonne le cite également en qualité d’écuyer d’écurie, puis d’écuyer panetier. Trente ans avant son décès, Pierre de Hauteville rédige, le 6 août 1418, un premier testament dans lequel sont évoqués plusieurs manuscrits21. Il y déclare souhaiter léguer à Pierre Soris un « grant livre de papier bien espes » qui rassemble, aux côtés de pièces morales et religieuses, plusieurs œuvres à consonance romanesque : le Roman de Mélibée et Prudence de Renaut de Louhans, un Art d’aimer et les Cent ballades. La formule « grant livre de papier bien espes » convient on ne peut mieux à ce volumineux manuscrit sur papier de 442 folios, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Belgique22. Le Prince d’amour cite ensuite le chevalier Jean Braque, à qui il donne un Livre du Trésor de Brunetto Latini ainsi que son Roman de la Rose sur parchemin, relié et « enluminé d’or »23.

  • 24 Informations biographiques : D. Guilardian, L’obituaire des grands chanoines du chapitre S (...)
  • 25 Édition Corpus Catalogorum Belgii…, t. IV, p. 67-69, n° 26.
  • 26 Entre autres fonctions, ce prêtre était recteur de Saint-Willibrod près d’Anvers et chanoi (...)

9Chantre, chapelain puis premier chapelain à la chapelle ducale sous Philippe le Bon après avoir occupé les mêmes fonctions à la Chapelle pontificale, Richard de Bellengues (ca 1380 – 1471), à qui l’on doit également la composition d’un rondeau en français, s’éteint à Bruxelles le 25 février 147124. Quelques jours après son décès est dressé un inventaire qui met au jour une librairie riche d’une cinquantaine de titres qui, pour moitié, relèvent de la littérature française25. Tout ecclésiastique qu’il soit26, Richard de Bellengues semble avoir fait montre d’une certaine sensibilité au romanesque. Le notaire Andries Wijnhove décrit ainsi dans l’inventaire des biens du musicien un exemplaire du Roman de la Rose et deux œuvres lyriques, la Complainte de France de Charles d’Orléans et un Merlin non autrement précisé.

  • 27 Dernière édition en date : V. Flammang, Compte de tutelle de Loyse de Layé, veuve du chanc (...)

10La petite centaine d’ouvrages qui composait la collection du célèbre chancelier Guillaume Hugonet († 3 avril 1477) a été inventoriée et décrite avec plus ou moins de précision dans le compte de tutelle de ses enfants, dressé quelques jours après son décès27. Les témoins de l’esthétique romanesque s’y font plutôt discrets : sous la rubrique « Livres en françois » en fin d’inventaire sont rangés un roman de Ponthus et Sidoine, un exemplaire débutant par le Roman de Paris et Vienne de Pierre de la Cépède et, enfin, un Roman de Pierre de Provence et la Belle Maguelonne. À nouveau, on doit regretter qu’à ce jour aucun livre cité dans ce relevé post mortem n’ait été identifié avec un ouvrage encore conservé.

  • 28 Les informations généalogiques sur Antoine Rolin sont, dans bon nombre de publications, in (...)
  • 29 Paris, BNF, ms. fr. 9197. Ce manuscrit a été reproduit et commenté dans A.-M. Legaré, F. G (...)

11Fils aîné du chancelier Nicolas et de Guigone de Salins, Antoine Rolin (ca 1424 – 4 septembre 1497) sera durant de longues années grand veneur, puis grand bailli du pays de Hainaut28. Familier du jeune comte de Charolais, il entre en qualité de conseiller-chambellan au conseil de Maximilien d’Autriche en 1477, une charge qu’il occupera également dès 1494 auprès de Philippe le Beau. Parmi la dizaine de livres retrouvés portant une marque d’appartenance à Antoine Rolin et/ou à son épouse, Marie d’Ailly († 1498), le seul à véritablement relever du domaine romanesque est l’exemplaire contenant la Glose des Échecs amoureux d’Évrard de Conty et enluminé par le Maître d’Antoine Rolin29. L’exécution de ce superbe manuscrit à la décoration héraldique abondante et variée, remonte vraisemblablement aux années 1490-1495.

  • 30 « Se livre apertien a Ysembert Rolin a présent bailli d’Aymeries » (New York, Pierpont Mor (...)

12Toujours au sein de la famille Rolin, il faut encore signaler cet exemplaire non illustré de l’Histoire du saint Graal abrégée, transcrit sur papier à Bruges en 1479 où le bailli d’Aymeries Ysembart Rolin – fils naturel de Louis Rolin d’Aymeries et de Jacqueline d’Arunda – a apposé un ex-libris autographe30.

  • 31 L’édition (incomplète et partiellement erronée) de 1839 ne mentionnait ni le lieu de conse (...)
  • 32 Bruxelles, AGR, 28584, fol. 60r.

13Le parcours professionnel de Corneille Haveloes († 1505), auditeur à la Chambre des Comptes à Bruxelles depuis au moins 1472, est encore émaillé de larges zones d’ombre. La (re)découverte dans les Archives générales du Royaume à Bruxelles d’un imposant registre de documents dressé à la suite de son décès, en 1505, donne de cet officier de finances brabançon l’image d’un homme non seulement fortuné, mais aussi fort cultivé31. Sa librairie, sise « int contoir beneden aen de zaele », compte une centaine de volumes qui font la part belle aux poèmes, romans et autres chansons de geste. Corneille Haveloes disposait ainsi d’un gros volume « ruerende van den gesten van Cournualle », d’une copie du Joli buisson de Jeunesse de Froissart, d’un livre reprenant une œuvre en rime non précisée – « in rymen int walsche »32 – ainsi que de la Pharsale de Lucain. Des pièces de Boccace non détaillées précèdent dans l’inventaire un exemplaire du Testament de Jean de Meung. Enfin, le poète romain Ovide est représenté par trois œuvres en français : les Métamorphoses, l’Art d’amer et les Épîtres dans la traduction française d’Octavien de Saint-Gelais.

  • 33 Florence, Bibl. Medicea-Laurenziana, Cod. Med.-Pal. 120. Sur ce codex, voir S. Bliggenstor (...)
  • 34 Détails dans C. Van Hoorebeeck, Entre France, Flandre et Bourgogne : mise au point concern (...)

14Les noms des seigneurs bourguignons de Corberon, Philippe (ca 1418-1515) et Claude Bouton (ca 1473/1474 – 30 juin 1556), qui se sont tous deux placés durant de longues années au service personnel de la maison bourgondo-habsbourgeoise, sont associés à plusieurs manuscrits dont quelques-uns peuvent être qualifiés, en tout ou en partie, de « textes romanesques ». Le plus célèbre est sans contredit le fameux Recueil Chastelain conservé à la Laurentienne de Florence33, et dans lequel figure une note précisant l’appartenance de ce volume à Claude Bouton. Sur la base d’éléments internes et externes, S. Bliggenstorfer a, de manière fort convainquante, daté ce codex des années 1473-1477 – une datation qui exclut donc que Claude Bouton en ait été le commanditaire, étant né en 1473 ou 1474. Un faisceau d’éléments qu’il serait trop long d’exposer ici nous incite à suggérer que ce Recueil Chastelain a été commandé par Philippe Bouton qui l’aura, quelques années plus tard, donné à son fils Claude34.

  • 35 Nantes, B.M., ms. 651. Sur ce codex, voir Catalogue des manuscrits des bibliothèques publi (...)
  • 36 Philippe Bouton est l’auteur du poème Régime pour longuement vivre, des Gouges et du Ronde (...)
  • 37 Pierre Champion fait clairement référence à la contribution de Piaget : « [...] voir A Pia (...)
  • 38 Un vitrail ornant la chapelle construite à l’initiative de Claude Bouton dans l’église Not (...)
  • 39 Paris, BNF, ms. fr. 22544. Sur le même folio (fol. 86v), une note (postérieure ?) a été re (...)

15Un deuxième codex contenant des pièces lyriques peut également être mis en relation avec les Bouton. Un manuscrit daté de la fin du XVe siècle ou du début du siècle suivant et reprenant les Vingt-cinq ballades et Lunettes des princes de Jean Meschinot, présente en effet la devise « Souvenir tue » écrite de la main du copiste sur la page de titre originale35. Dans le dernier quart du texte sur le dernier folio, apparaît une nouvelle fois la devise « Souvenir tue. Bouton » d’une écriture contemporaine au codex et qui n’est peut-être pas celle du copiste. Pour l’éminent philologue Pierre Champion, cette devise et cette signature ne pouvaient renvoyer qu’à Philippe Bouton, seul membre de la famille à qui on reconnaît alors une quelconque activité littéraire36 – et qui venait d’ailleurs de faire l’objet d’un article dans la Remania rédigé par un de ses célèbres collègues, Piaget37. Or, la devise « Souvenir tue » paraît bien avoir été portée par Claude Bouton38. À nouveau, certains indices nous laissent penser qu’à l’instar du Recueil Chastelain, ce manuscrit pourrait d’abord avoir fait partie de la collection de Philippe Bouton avant d’appartenir à son fils Claude. Enfin, cette devise « Souvenir tue » ainsi que la mention « Bouton » apparaissent une fois encore à la fin d’un codex sur papier et dépourvu d’illustration contenant le Testament de Jean de Meung39. Cet exemplaire, où se distinguent de nombreuses corrections réalisées par au moins deux mains différentes, pourrait peut-être dater, d’après les filigranes, du début du XVIe siècle.

  • 40 La bibliographie sur Philippe Wielant étant très abondante, nous renvoyons aux données et (...)
  • 41 Édition Corpus Catalogorum Belgii. The Medieval Booklists of the Southern Low Countries, t (...)

16L’historiographie est particulièrement diserte au sujet de Philippe Wielant (1441-1520), cet avocat au Conseil de Flandre qui a progressivement gravi tous les échelons de la hiérarchie judiciaire pour terminer sa carrière, en 1504, au poste de vice-président du Grand Conseil de Malines – une des institutions-phares de la fin de la période bourguignonne40. Au milieu de sa vie, le 20 mai 1483, Philippe Wielant entreprend de rédiger lui-même le catalogue de sa librairie qui compte alors environ 135 volumes41. Il opte pour un classement par matières qui s’aligne sur les quatre disciplines de base de l’enseignement universitaire – théologie, droit (canonique et civil), médecine et arts (poésie, rhétorique et grammaire). Bien que ne relèvant pas du bagage académique, l’histoire fait également l’objet d’une rubrique particulière. À moins d’une erreur de classement, reste à savoir pourquoi Wielant a rangé sous cette rubrique « Historie » son exemplaire des Quinze joies du mariage, la seule œuvre française quelque peu romanesque de toute sa librairie...

*

  • 42 Le constat vaut d’ailleurs pour bon nombre de textes, comme nous l’avons suggéré à propos (...)
  • 43 Roland du Bois, maître de la chambre des Comptes ; Roland de Dixmude/Alaerts, conseiller a (...)
  • 44 Tristan de Stier, maître de la Chambre des Comptes ; Tristan du Bielz, valet de sommier de (...)
  • 45 Arthur de Bourbon, maître des requêtes au Parlement de Malines.
  • 46 Lancelot Savare, secrétaire à la chancellerie de Bourgogne-Flandre.
  • 47 Yvain van Vaernewyc, conseiller au Conseil de Flandre.
  • 48 Olivier de La Marche, naturellement, ou encore Olivier le Maire, huissier d’armes de Phili (...)
  • 49 Perceval de Hocqueron, panetier de Philippe le Bon.
  • 50 Lionel Maupetit, archer remplaçant de Philippe le Bon.
  • 51 Fierabras Boids, maître de la chambre des Comptes de Lille.

17Si l’on en juge par ces quelques exemples, les intrigues amoureuses de l’Amant et de la Rose, les aventures de Merlin et les pérégrinations de Tristan semblent donc avoir séduit les fonctionnaires ducaux, au même titre qu’elles ont séduit leurs illustres « employeurs ». Le champ de réception de la littérature romanesque semble en réalité bien plus large que ce qu’induisent les clivages traditionnels qui opposent, de manière parfois artificielle, la culture des gentilshommes à celle des hommes de robe. Or, cette littérature romanesque paraît bien avoir participé à la constitution d’un patrimoine et d’un héritage culturels communs aux ducs de Bourgogne et à leurs officiers42. À l’appui de cette thèse, on fera d’ailleurs observer – même si le sujet est sans doute plus anecdotique pour notre propos – que l’empreinte laissée par les héros romanesques dans les librairies de certains fonctionnaires ducaux se traduit également parfois dans leur prénom, qu’ils soient de naissance noble ou d’origine roturière et quel que soit leur domaine d’activité (finances, administration, justice, hôtel). On repère ainsi, pour ne citer que ceux-là, des Roland43, Tristan44, Arthur45, Lancelot46, Yvain47, Olivier48, Perceval49, Lionel50 ou encore Fierabras51.

  • 52 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. IV, Paris, 1888, p. 16
  • 53 Il parle en effet d’« écritures apocryphes, suspectes, remplies de bourdes et de rumeurs q (...)
  • 54 F. Kervyn de Lettenhove, Œuvres de Georges Chastellain, t. I, Chronique, 1419-1422, Bruxel (...)

18Reste naturellement la question de la représentativité du corpus de fonctionnaire repris dans cet article. La dizaine de cas mis ici en exergue constitue-t-elle un échantillon réellement significatif des goûts littéraires d’un milieu hétérogène, où se côtoient des possesseurs aussi bien laïcs qu’hommes d’Église, titulaires de poste de premier plan et officiers à la « vacature » moins en vue, arisrocrates bien nés et hommes venus « de petit lieu », juristes, gens de finance et titulaires, à titre divers, d’offices à l’hôtel ducal ? La réponse ne peut être que nuancée. Nos investiguations menées à plus grande échelle tendent en effet à démontrer qu’à côté de ces librairies où apparaissent – fût-ce de manière discrète – des textes « romanesques », il existe aussi quantité de bibliothèques d’officiers bourguignons où le genre brille par son absence. On n’en sera d’ailleurs pas autrement surpris. Les « livres de gestes, de ballades et d’amours » ont été en effet conçus pour divertir le lecteur ou l’auditeur – dans son Estat de la maison du duc Charles de Bourgogne, Olivier de La Marche précise d’ailleurs que pour délasser Charles le Téméraire qui avait « tout le jour labouré en ses affaires et donné audience à ung chascun », ses écuyers lui lisaient alors « romans et nouvelletez »52. Or, l’horizon d’attente de bon nombre de fonctionnaires ducaux envers le livre et la lecture semble avoir été fort différent. Pour eux, le livre semble surtout perçu et utilisé en tant qu’instrument de travail privilégié, tandis que la lecture reste avant tout le vecteur par excellence de la connaissance et du savoir. En simplifiant, on pourrait en quelque sorte dire d’eux qu’ils attendent d’un livre qu’il les instruisent, pas qu’il les divertissent. Même s’ils n’ont pas forcément partagé l’opinion de Philippe de Mézières à l’égard des textes romanesques53, certains officiers ducaux semblent avoir privilégié au sein de leur bibliothèque les « livres utiles et louables », selon l’expression de Georges Chastelain. L’indiciaire – lui même fonctionnaire ducal...– n’écrit-il pas que tout le « miel et le sucre » réside dans ces ouvrages qui « parfont l’homme et le mènent à la connaissance de Dieu, qui le font sage et clairvoyant, éloquent et subtil et prompt pour discerner le mal et le bien, entre la vérité et le mensonge »54 ?

Notes

1 Cet article présente les premiers résultats de notre recherche doctorale menée dans le cadre du projet « Pôle d’Attraction Internniversitaire » (projet 6.32) financé par la Politique scientifique fédérale belge et qui, au moment du présent colloque en 2003, était alors en cours. Intitulée « Livres et lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520) », cette thèse a depuis été soutenue aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur en 2007 (à paraître dans la collection « Textes, codex & contexte » aux éditions Brepols).

2 Le terme « romanesque » n’est attesté comme adjectif qu’à partir du premier tiers du XVIIe siècle (Trésor de la langue française, t. XIV, Paris, 1990, spéc. p. 1222 ; Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, t. II, Paris, 1995, p. 1823).

3 Un nouveau catalogue des manuscrits de la librairie de Bourgogne conservés à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) est actuellement en cours. Trois tomes ont déjà paru : La librairie des ducs de Bourgogne. Manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique, t. I, Textes liturgiques, ascétiques, théologiques, philosophiques et moraux, éd. B. Bousmanne et C. Van Hoorebeeck, Turnhout, 2000 ; t. II, Textes didactiques, éd. B. Bousmanne, F. Johan et C. Van Hoorebeeck, Turnhout, 2003 ; t. III, Textes littéraires, éd. B. Bousmanne, T. Van Hemelryck et C. Van Hoorebeeck, Turnhout, 2006 ; consacré aux textes historiques, le tome IV est actuellement en préparation (éd. B. Bousmanne, T. Van Hemelryck et C. Van Hoorebeeck).

4 Prologue de David Aubert dans le Roman de trois fils de Roy (Paris, BNF, ms. fr. 92, fol. lv ; cité d’après G. Palumbo, Les trois fils de rois (Classiques français du moyen âge, n° 139), Paris, 2002, p. 82).

5 Si cette collection a été inventoriée à plusieurs reprises tout au long du XVe siècle le relevé de 1467-1469 offre en effet la particularité, parmi les autres inventaires, de proposer un classement thématique en huit rubriques des quelque 908 entrées que compte alors la librairie – raison pour laquelle il a seul retenu notre attention dans cette contribution. On fera observer en incise que pas une seule de ces rubriques ne comprend le terme « roman », bien qu’il soit attesté dans le sens d’un récit (rédigé en vers dès 1160, puis en prose au XIVe siècle) mettant en scène les aventures de héros imaginaires ou idéalisés (Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, t. II, Paris, 1995, p. 1823). La seule édition actuellement disponible de l’inventaire de 1467-1469 reste celle de J. Barrois, Bibliothèque protypographique ou Librairies des fils du roi Jean, Charles V, Jean de Berri, Philippe de Bourgogne et les siens, Paris, 1830. Elle comprend malheureusement nombre d’erreurs – mauvaises lectures, omission de certaines entrées ou rubriques, etc. – qui, comme le jugeait sévèrement le comte de Laborde en 1849, rendent « impossible le recollement des manuscrits » et « dénaturent l’orthographe et la rédaction originale » (Comte de Laborde, Les ducs de Bourgogne. Études sur les lettres, les arts et l’industrie pendant le XVe siècle et plus particulièrement dans les Pays-Bas et le duché de Bourgogne, t. I, Preuves, Paris, 1849, p. XLVI, note 1). Une nouvelle édition de l’ensemble des inventaires « bourguignons » est actuellement en préparation par A. Derolez, T. Falmagne, B. Van den Abeele et W. Bracke (à paraître dans la collection Corpus Catalogorum Belgii. The Medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. V).

6 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 182-191, n° 1234-1306. Les chiffres proposés se fondent sur l’édition de Barrois, dont on a rappelé plus haut les imperfections.

7 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 191-204, n° 1307-1409.

8 J. Barrois, Bibliothèque protypographique…, p. 205-217, n° 1410-1519.

9 Cette rubrique propose l’essentiel du bagage intellectuel et moral indispensable à tout bon prince dans l’exercice de son gouvernement : une poignée d’ouvrages de droit, des œuvres évoquant l’art de la guerre, des textes d’édification morale et politique, quelques manuscrits hagiographiques et religieux et quantité de « miroirs », « enseignements » et autres « instructions » où foisonnent conseils, recommandations et mises en garde pour, comme le dit Guibert (ou Hugues) de Lannoy dans l’Instruction d’un jeune prince, « se bien gouverner envers Dieu et le monde » (Bruxelles, KBR, ms. 10976,fol. lr ; sur ce codex, voir C. Lemaire, Catalogue – Ms. 10976, dans La librairie des ducs de Bourgogne..., t. II, p. 197-201 ; voir aussi B. Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel. Normative Adelsliteratur und politische Kommunikation im burgundischen Hofadel, 1430-1506 (Burgundica, n° 10), Turnhout, 2005, spéc. p. 72-74).

10 Comme son intitulé ne l’indique pas, cette rubrique contient bien davantage que des chroniques relatives au royaume de France. On y trouve également de nombreux récits historiques, des généalogies et des chroniques universelles, nationales ou régionales.

11 Cette problématique était au cœur de notre thèse de doctorat « Livres et lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520) », 2 vols., Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur, 2007, et constitue l’un des axes de nos recherches post-doctorales menées actuellement dans le cadre du projet « Pôle d’Attraction Interuniversitaire » (projet 6.32) financé par la Politique scientifique fédérale belge.

12 C. Van Hoorebeeck, « Item, ungpetit livre en franchois ». La littérature française dans les librairies des fonctionnaires des ducs de Bourgogne, dans La littérature à la cour des ducs de Bourgogne. Actualités et perspectives de recherche. Actes du 1er Colloque International du Groupe de recherche sur le moyen français, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 8-9-10 mai (Le Moyen français, n° 57-58), éd. C. Thiry et T. Van Hemelryck, Montréal, 2005, p. 381-413.

13 Certaines mentions sont d’ailleurs presque inutilisables, que ce soit d’un point de vue quantitatif (pour estimer la taille de la collection, évaluer le poids respectif du manuscrit et de l’imprimé, etc.) ou qualitatif (afin de déterminer le nom de l’auteur, le titre de l’œuvre, sa langue de rédaction, le type de reliure ou la présence d’illustration, etc.). A titre d’exemple, citons l’inventaire de Corneille Haveloes qui évoque « diverse boecken van bladeren papiers ende half bladeren, sont geprent ende ongeprent, ende onge-bonden, die welcke alle tsamen over een gepact zyn om der cortheyt van den tyde » (Bruxelles, Archives générales du Royaume, Chambre des comptes, 28584, fol. 63r).

14 Les ecclésiastiques tendent volontiers à léguer leurs livres à un autre ecclésiastique ou à un établissement religieux, leur assurant ainsi une place dans une librairie institutionnelle et patrimoniale et, par là-même, leur offrant théoriquement davantage de chances de survie que s’ils étaient passés en mains privées. Il est toutefois bien entendu que cette pratique n’est pas l’apanage des hommes d’Église.

15 Autres exemples dans C. Van Hoorebeeck, À t’ombre de la librairie de Bourgogne. Les livres de Martin Steenberch, secrétaire ducal (1491), dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. 84, 2006, p. 307-362.

16 Les principaux jalons de la carrière des individus repris dans cette contribution ont été présentés dans le Répertoire bio-bibliographique de notre thèse de doctorat (voir note 1). Nous nous permettons d’y renvoyer le lecteur.

17 Il s’agit d’une traduction abrégée de la Vita Christi de Ludolphe de Saxe conservée, notamment, dans le Bruxellensis, IV 106, transcrit par son fils David pour Philippe le Bon en 1461 (description, commentaire et bibliographie sur ce codex : A. Kelders, Catalogue – Ms. IV 106, dans La librairie des ducs de Bourgogne…, t. I, p. 314-317).

18 Les rédacteurs ont en effet trouvé « [...] une Legende doree escripte de la main dudit J. Aubert [...] » (P. Cockshaw, La famille du copiste David Aubert, Scriptorium, n° 22, 1968, p. 287). L’autre copie de ce texte recensée dans l’inventaire et qui présentait sous forme de cahiers, était-elle le modèle suivi par Aubert ? (« Item, dix kayers de la Legende doree qui demeurent aux hoirs pour ce que ledit Jehan Aubert en a autant par devers lui » ; P. Cockshaw, La famille..., p. 287) ; voir C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., spéc. t. I, p. 162-163 et t. II, p. 54-56.

19 Édition R. Bidler, La Complainte de l’amant trespassé de dueil. L’inventaire des biens demourez du décès de l’amant trespassé de dueil de Pierre de Hauteville (Le Moyen français, n° 18), Montréal, 1986.

20 Sur ce personnage : D. Vanwijnsberghe, « De fin or et d’azur ». Les commanditaires de livres et le métier de l’enluminure à Tournai à la fin du Moyen Âge (XIV-XV siècles) (Corpus of illuminated manuscripts, n° 10. Low Countries Sériés, n° 7), Louvain, 2001, spéc. p. 52-54 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 28-29.

21 Édité dans Corpus Catalogorum Belgii. The Medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. IV, Provinces of Brabant and Hainault, éd. A. Derolez, B. Victor, W. Bracke et J.W. Klein, Bruxelles, 2001, p. 341, n° 165 ; D. Vanwijnsberghe, « Definoretd’azur »…, p. 179, n° 95.

22 Bruxelles, KBR, ms. 10394-414. Sur ce codex, voir D. Vanwijnsberghe, Catalogue – Ms. 10394-414, dans La librairie des ducs de Bourgogne…, t. I, p. 179-186 (avec bibliographie).

23 D’après D. Vanwijnsberghe, le Bruxellensis 10386, qui contient également le Livre du Trésor et qui porte une marque d’appartenance à Pierre de Hauteville, pourrait être la copie de l’exemplaire cité dans son testament (voir D. Vanwijnsberghe, Catalogue – Ms. 10386, dans La librairie des ducs de Bourgogne…, 1.1, p. 175-178).

24 Informations biographiques : D. Guilardian, L’obituaire des grands chanoines du chapitre Sainte-Gudule de Bruxelles (1506), Bruxelles, 2002, notice n° 183, p. 34, note 199 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 8-9.

25 Édition Corpus Catalogorum Belgii…, t. IV, p. 67-69, n° 26.

26 Entre autres fonctions, ce prêtre était recteur de Saint-Willibrod près d’Anvers et chanoine à Notre-Dame de Ligny et à la collégiale Sainte-Gudule à Bruxelles.

27 Dernière édition en date : V. Flammang, Compte de tutelle de Loyse de Layé, veuve du chancelier Hugonet – 1479, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. CLXIX, 2003, p. 51-162. Voir également : Corpus Catalogorum Belgii…, t. IV, p. 376-382, n° 210 ; A. et W. Paravicini, L’arsenal intellectuel d’un homme de pouvoir. Les livres de Guillaume Hugonet, chancelier de Bourgogne, dans Penser le pouvoir au moyen âge (VIIIe-XVe siècle). Études d’histoire et de littérature offertes à Françoise Autrand, éd. D. Boutet et J. Verger, Paris, 2000, p. 261- 325 (édition et commentaires). Données bio-bibliographiques dans C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. Il, p. 29.

28 Les informations généalogiques sur Antoine Rolin sont, dans bon nombre de publications, incomplètes, voire contradictoires. On consultera donc en priorité les travaux suivants : J.-B. de Vaivre, La famille de Nicolas Rolin, dans sa splendeur des Rolin…, p. 24- 25. À compléter par : H. Cools, Mannen met macht. Edellieden en de moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen (1475-1530), Zutphen, 2001, p. 284-285, n° 217 ; H. Kruse et W. Paravicini, Die Hofordnungen der Herzöge von Burgund, t. I, Herzog Philipp der Gute (1407-1467) (Instrumenta, n° 15), Ostfildern, 2005, n° 16, § 168a-b et §181 ; n° 18, § 5 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 39-40.

29 Paris, BNF, ms. fr. 9197. Ce manuscrit a été reproduit et commenté dans A.-M. Legaré, F. Guichard-Tesson et B. Roy, Le livre des échecs amoureux, Paris, 1991. Voir aussi : M.– J. Perrat, Le livre au siècle des Rolin, cat. exp8 juin-28 septembre 1985, Autun, Bibliothèque municipale, Autun, 1985, p. 43, n° R 30 ; A.-M. Legaré, The Master of Antoine Rolin. A Hainaut illuminator working in the orbit of Simon Marmion, dans Margaret of York, Simon Marmion, and. The Visions of Tondal, éd. T. Kren, Malibu, 1992, p. 209-222 ; A.-M. Legaré, L’héritage de Simon Marmion en Hainaut (1490-1520), dans Valenciennes aux XIVe et XVe siècles. Art et Histoire, sous la dir. de L. Nys et A. Salamagne, Valenciennes, 1996, p. 201-224 ; voir aussi C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 239.

30 « Se livre apertien a Ysembert Rolin a présent bailli d’Aymeries » (New York, Pierpont Morgan Library, MS 38. Sur ce codex, voir notamment A.-M. Legaré, L’héritage de Simon Marmion..., p. 204-205 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 251-252.

31 L’édition (incomplète et partiellement erronée) de 1839 ne mentionnait ni le lieu de conservation, ni la cote de ce document (A. Schayes, Compte-rendu des séances de la Commission royale d’histoire ou Recueil de ses bulletins, n° 2, 1839, Bruxelles, p. 150-166). De patientes recherches et un heureux hasard nous ont permis de le localiser aux Archives générales du Royaume, à Bruxelles, Registre 28584 de la Chambre des Comptes. Nouvelle édition avec commentaires dans C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 94-101.

32 Bruxelles, AGR, 28584, fol. 60r.

33 Florence, Bibl. Medicea-Laurenziana, Cod. Med.-Pal. 120. Sur ce codex, voir S. Bliggenstorfer, Castellani Georgii Opera Poetica Gallice. Le recueil Chastelain de la Bibliothèque Laurentienne à Florence : description du manuscrit mediceo-palatino 120, Vox romanica, n° 43, 1984, p. 123-153. À compléter par : G. Smal, Qui a lu la chronique de Georges Chastelain ?, dans À la cour de Bourgogne. Le duc, son entourage, son train (Burgundica, n° 1), éd. J.-M. Cauchies, Turnhout, 1998, p. 121, note 27 ; Idem, George Chastelain and the shaping of Valois Burgundy, St Edmunds, 1997, passim ; Georges Chastellain, Jean Robertet, Jean de Montferrant. Les Douze dames de rhétorique, éd. D. Cowling (Textes littéraires français, n° 549), Genève, 2002, p. 42-44 ; C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures..., t. II, p. 195-196.

34 Détails dans C. Van Hoorebeeck, Entre France, Flandre et Bourgogne : mise au point concernant les manuscrits de Philippe (ca 1418-1515) et de Claude Bouton (ca 1473-1556), seigneurs de Corberon (en préparation).

35 Nantes, B.M., ms. 651. Sur ce codex, voir Catalogue des manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. XXII, Paris, 1893, p. 94-95, n° 651 (anc. français, 485) ; P. Champion, Histoire poétique du Quinzième siècle, t. II, Paris, 1923, p. 224, note 1 ; C. Martineau-Geneys, Éditions des lunettes des princes de Jean Meschinot, Genève, 1972, p. lxxiii-lxxv ; voir aussi Scriptorium 1962, B977 ; et C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures…, t. II, p. 197.

36 Philippe Bouton est l’auteur du poème Régime pour longuement vivre, des Gouges et du Rondeau Bouton. Lui sont également attribués le Dialogue de l’homme et de la femme et le Poème sur la Toison d’or. Quant au Miroir des Dames, la critique actuelle considère qu’il n’a pas été composé par son père Claude Bouton, comme l’affirmait Beauvois, mais bien par Philippe lui-même. On consultera notamment : E. Beauvois, Un agent politique de Charles-Quint. Le Bourguignon Claude Bouton, seigneur de Corberon, Paris, 1882 (réimpression Genève, 1971) ; L. Mourin, Le Dialogue de l’homme et de la femme attribuable à Philippe Bouton, Scriptorium, n° 1, 1946-1947, p. 145-151 ; J. de La Croix, Un poème à Philippe le Bon sur la Toison d’or, Annales de Bourgogne, n° 42, 1970, p. 5-29 ; Dictionnaire des lettres françaises, Paris, 1992, p. 1137-1138 ; M. Debae, La bibliothèque de Marguerite d’Autriche. Essai de reconstitution d’après l’inventaire de 1523-1524, Louvain – Paris, 1995, p. 477-478, n° 342.

37 Pierre Champion fait clairement référence à la contribution de Piaget : « [...] voir A Piaget, Romania, 1921, p. 170-179 » (P. Champion, Histoire poétique du Quinzième siècle, t. II, Paris, 1923, p. 224, note 1).

38 Un vitrail ornant la chapelle construite à l’initiative de Claude Bouton dans l’église Notre-Dame du Sablon (Bruxelles), le représente avec son épouse et leurs enfants ; entre les deux époux figure un cartouche peint portant la devise « Souvenir tue » et la date « 1553 » (P. Palliot, Histoire généalogique de la famille des comtes de Chamilly de la Maison de Bouton, Dijon – Paris, 1671, p. 321 et suiv.).

39 Paris, BNF, ms. fr. 22544. Sur le même folio (fol. 86v), une note (postérieure ?) a été retranscrite : « 1557. Au fort allé. Bouton ». Nous remercions T. Van Hemelryck et H. Wijsman pour ces informations.

40 La bibliographie sur Philippe Wielant étant très abondante, nous renvoyons aux données et à la bibliographie renseignée dans C. Van Hoorebeeck, Livres et lectures…, t. II, p. 50.

41 Édition Corpus Catalogorum Belgii. The Medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. III, Counts of Flanders, Provinces of East Flanders, Antwerp and Limburg, éd. A. Derolez et B. Victor, Bruxelles, 1999, p. 120-125, n° 29 ; D. Van den Auweele, G. Tournoy et J. Monballyu, De bibliotheek van Mr. Filips Wielant (1483), Lias, n° 8, 1981, p. 145-185 (analyse et commentaires). Voir aussi J. Monballyu, Een autograaf van Phelips Wielant met zijn voorbereidende aantekeningen voor zijn, , Recueil des antiquités de Flandre", Lias, n° 10, 1983, p. 165-175 ; C. Van Hoorebeeck, Les bibliothèques de Philippe de Clèves († 1528), Thomas de Plaine († 1507) et Philippe Wielant († 1520). Essai de mise en perspective, dans Entre la ville, la noblesse et l’État : Philippe de Clèves (1456-128), homme politique et bibliophile, éd. J. Haemers, C. Van Hoorebeeck et H. Wijsman (Burgundica, n° 13, Turnhout, 2007, p. 223-245.

42 Le constat vaut d’ailleurs pour bon nombre de textes, comme nous l’avons suggéré à propos de la littérature française dans « Item, ung petit livre en franchois ». La littérature française dans les librairies des fonctionnaires des ducs de Bourgogne, dans La littérature à la cour des ducs de Bourgogne. Actualités et perspectives de recherche. Actes du 1er Colloque International du Groupe de recherche sur le moyen français, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 8-9-10 mai (Le Moyen français, n° 57-58), éd. C. Thiry et T. Van Hemelryck, Montréal, 2005, p. 381-413.

43 Roland du Bois, maître de la chambre des Comptes ; Roland de Dixmude/Alaerts, conseiller au Conseil de Flandre ; Roland Mont, procureur-général au Conseil de Flandre ; Roland de la Croix, chauffe-cire à la chancellerie de Bourgogne-Flandre ; Roland Brau, procureur au Conseil de Brabant ; Roland de Moerkerke, conseiller au Grand Conseil ; Roland Pippe, secrétaire à la chancellerie de Bourgogne-Flandre ; Roland Lescrivain, médecin de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire ; Roland Le Chable, conseiller de Philippe le Beau ; Roeland Le Fèvre, receveur général de Flandre sous Maximilien d’Autriche, etc.

44 Tristan de Stier, maître de la Chambre des Comptes ; Tristan du Bielz, valet de sommier de Philippe le Bon.

45 Arthur de Bourbon, maître des requêtes au Parlement de Malines.

46 Lancelot Savare, secrétaire à la chancellerie de Bourgogne-Flandre.

47 Yvain van Vaernewyc, conseiller au Conseil de Flandre.

48 Olivier de La Marche, naturellement, ou encore Olivier le Maire, huissier d’armes de Philippe le Bon.

49 Perceval de Hocqueron, panetier de Philippe le Bon.

50 Lionel Maupetit, archer remplaçant de Philippe le Bon.

51 Fierabras Boids, maître de la chambre des Comptes de Lille.

52 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. IV, Paris, 1888, p. 16.

53 Il parle en effet d’« écritures apocryphes, suspectes, remplies de bourdes et de rumeurs qui, immanquablement, mènent le lecteur à la folie, à la vanité et au péché » (G.W. Coopland, Philippe de Mézières. Le Songe du Vieil Pèlerin, t. II, Cambridge, 1969, p. 221).

54 F. Kervyn de Lettenhove, Œuvres de Georges Chastellain, t. I, Chronique, 1419-1422, Bruxelles, 1863, p. xi.

Auteur

Bibliothèque royale de Belgique (Section des Manuscrits)
Post-doctorante Pôle d’Attraction Interuniversitaire
(PAI-VI. 32)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search