Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

IV. Modèles et miroirs

L’imaginaire chevaleresque à l’assaut des villes : représentation et organisation des pas d’armes en milieu urbain au xve siècle

Élodie Lecuppre-Desjardin

Texte intégral

  • 1 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, 1993, p. 42.

« Le rêve de la perfection passé ennoblit la vie et ses formes, les emplit de beauté, en fait une œuvre d’art. La vie se trouve réglée comme un noble jeu. Mais cet art de vivre a de hautes exigences qui ne peuvent être satisfaites que par une élite. Imiter le héros ou le sage n’est pas l’affaire de tout le monde ; donner à la vie une couleur épique ou idyllique est un plaisir coûteux. Aussi, ce rêve de beauté porte en soi, comme un vice originel, son exclusivisme aristocratique. Et nous voici arrivés à un point de vue d’où il convient de considérer la civilisation de la fin du Moyen Âge : l’embellissement de la vie aristocratique par des formes idéales, par un romantisme chevaleresque ; le monde déguisé sous la parure de la Table Ronde »1.

1Cette citation de Johan Huizinga, en clin d’œil à la problématique élaborée par les organisatrices de ce colloque, « la vie comme un roman », permet de rappeler d’emblée que toute réflexion sur le développement de l’imaginaire chevaleresque à la cour de Bourgogne, quel qu’en soit son but, se doit de rendre hommage à l’œuvre de cet historien.

  • 2 A. Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », in Théâtre et spect (...)

2L’exclusivisme aristocratique dont parle Huizinga a marqué bon nombre d’historiens qui, à sa suite, ont à leur tour décrit les fastes de la cour de Bourgogne, en isolant les ducs et leur entourage du reste du monde, de leur environnement immédiat, c’est-à-dire de la ville. La littérature concernant les pas d’armes n’a pas échappé à cette appréhension sclérosée et n’a pas tardé à retenir comme axiome immuable l’idée d’un monde clos, bien décidé à se distinguer de la masse à force, entre autres, de référents culturels connus de lui seul. Malcom Vale, par exemple, n’hésite pas à affirmer que les « rituels du tournoi pouvaient donc se prêter à une intégration des attitudes et des préjugés sociaux ». Il précise même que « l’hégémonie bourguignonne dans ces régions du Nord à partir de 1384 encouragea une tendance à la ségrégation ». Par ailleurs, les recherches lancées sur le problème de « l’enromancement de l’existence » ont, elles aussi, retenu presque exclusivement des pas d’armes, leur capacité à théâtraliser la vie aristocratique au XVe siècle, sans prendre en compte les spectateurs devant lesquels ils se déroulaient. Si je suis convaincue aujourd’hui que ces faits d’armes constituent davantage une forme originale de réception de la littérature qu’un simple refuge dans le rêve, pour reprendre les propos d’Armand Strubel, la démonstration d’une communication politique par la force du symbolique reste à mener2.

3Bien consciente du caractère original de cette appréhension du pas d’armes comme spectacle ouvert à tous, j’ai préféré concevoir cette courte présentation en abandonnant la forme académique du discours rhétorique pour lui préférer une approche faite de questions et de réponses permettant de saisir plus directement les arguments en faveur de cette « démocratisation » d’une réjouissance à caractère apparemment élitiste.

4Mais avant toute chose, quelques précisions doivent sans doute être apportées sur les acteurs, les événements et le contexte qui retiennent mon attention.

  • 3 Voir la définition de M. Vale, dans War and Chivalry, Londres, 1981, p. 67-68 : « This combined com (...)
  • 4 E. Van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1 (...)
  • 5 ADN, B1966, fol. 205. Sur les travaux nécessaires à l’élaboration de tels spectacles, voir E. Lecup (...)

5Le pas d’armes est une variante des tournois et joutes traditionnels où la fiction exige des participants qu’ils défendent un passage, un pont, une croisée des chemins contre tout venant. Alliant poésie, cérémonie, musique et art de la guerre, il fait son apparition à la cour de Castille en 1428 et parvient dans le royaume de France en 14353. Le combat est précédé d’une annonce et de chapitres indiquant toutes les règles que les participants devront respecter. Les premiers pas d’armes organisés dans la principauté de Bourgogne se tiennent à l’écart, dans la campagne (Pas de l’ Arbre Charlemagne à Marsannay-la-Côte près de Dijon en 1443, Pas de la Belle Pèlerine près de Saint-Omer en 1449, pas de la Fontaine des Pleurs à Saint-Laurent-les-Chalon entre 1449 et 1450). On comprend aisément le choix de la campagne habituellement préférée par la noblesse pour organiser de telles courses et, dans le cas du pas d’armes, installer de tels décors. La migration vers le centre des villes est donc d’autant plus révélatrice de l’importance politique de ces manifestations, sacrifiant à l’autel de la publicité urbaine le confort apporté par les espaces ouverts. En effet, les principats de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire sont marqués par l’organisation de pas d’armes non plus dans un quelconque champ, mais sur les places publiques de Lille, de Bruges, de Gand, de Bruxelles et d’ailleurs. Le contexte de la ville ne convient d’ailleurs pas toujours à ces joutes de grande ampleur. Même si les cités du Nord s’inscrivent dans un véritable cycle de tournois bourgeois comme l’a montré la thèse d’E. Van den Neste, la participation princière réclame un espace plus vaste entraînant parfois quelques sacrifices4. À Saint-Omer, par exemple, les joutes de 1439 entre ambassadeurs français, anglais et bourguignons, impliquent la destruction d’un hôtel particulier gênant la mise en place des estrades sur la place5.

Ces fêtes d’armes organisées par les villes tissent de véritables liens entre la noblesse de cour et les riches bourgeois qui se rencontrent assez régulièrement dans les lices ou les mêlées. Mais, parmi les rares informations que nous livrent les chroniqueurs concernant les spectateurs, certaines mentions nous laissent croire que les élites urbaines n’étaient pas les seules à profiter de ces réjouissances courtoises. À l’occasion du mariage de Marguerite d’York et de Charles le Téméraire par exemple, Jean de Haynin et Olivier de la Marche s’accordent pour dire l’importance de la foule venue contempler le défilé et les prouesses des chevaliers. Grâce à d’autres témoignages, on imagine aisément la cohue qui, par vagues successives, jetait aux pieds des lices les spectateurs les moins nantis, tandis qu’une assistance privilégiée avait réussi à occuper une fenêtre, un clocher, une estrade, ou tout autre promontoire. Certaines miniatures représentent cette masse pressée contre les barrières comme pour offrir un contre-balancement esthétique à la figuration tout aussi brouillonne du déroulement des tournois. Ainsi, c’est bien évidemment l’aspect ludique qui attire en premier lieu toutes les catégories de la société urbaine. L’organisation d’un quelconque fait d’armes est avant tout une fête, tout aussi populaire que nobiliaire.

6La première objection qui peut alors surgir est la suivante : nous ne sommes pas en présence de n’importe quel fait d’armes, mais bel et bien de pas d’armes, romancés et mis en scène de façon à séduire un public d’initiés. Que peut donc retenir de ces prouesses subtiles une foule ignorante ?

7Il est vrai que, s’il est parfois difficile de cibler précisément l’inspiration romanesque à l’origine de ces divertissements, l’apport de la littérature est indéniable. Pour le Pas de l’Arbre d’Or, organisé à Bruges à l’occasion des noces de Charles le Téméraire et de Marguerite d’York en juillet 1468, le Grand Bâtard de Bourgogne, ordonnateur de ce divertissement, fait parvenir au duc une lettre écrite par la Dame de L’Isle Celée, expliquant sa requête. Olivier de la Marche rapporte :

  • 6 Olivier de la Marche, Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Paris, 1883-1888, t. III, p. 123 (...)

« Et pourestre myeulx adverty de la cause de ceste emprinse, monseigneur le bastard de Bourgoigne fonda son pas sur ung geant que un nain conduisoit prisonnier, enchainé dont la cause de sa prison est declairée en une lettre cy après escripte, laquelle lettre ung poursuyvant nommé arbre d’or, qui se disoit serviteur de la dame de l’Isle Celée, avoit apportée à monseigneur le duc, dont la teneur s’ensuyt, et aussi par ung chappitre baillé à mondit seigneur, qui s’ensuyt après la lectre »6.

  • 7 A. Lindner, « L’influence du roman chevaleresque sur le pas d’armes », Publication du centre europé (...)

8La lettre explique que la dame a requis trois choses : premièrement que le chevalier paraisse à des joutes où seront brisées 101 lances sur lui ou qu’il les brisera lui-même ; deuxièmement qu’il donne où reçoivent 101 coups d’épée, et troisièmement qu’il pende les écus des fameux chevaliers venant à un arbre d’or qu’elle lui donnera. Le pas sera surveillé par un géant et un nain dont le géant est prisonnier. Arlette Lindner a parfaitement reconnu cette fiction et l’a rapproché du Roman de Florimont écrit en 1188 par Aimon de Varennes7. Avant de revenir sur la place publique du spectacle offert à tous, il faut dire quelques mots de cette mise en scène.

9L’inspiration de ce fait d’armes est sans aucun doute à mettre en rapport avec l’adaptation du Florimont d’Aymon de Varennes à la cour de Bourgogne dont témoigne le manuscrit 12566 de la Bibliothèque Nationale de France, intitulé Histoire de quelz gens et de quele maison descendit le treshault empereur Alixandre le Conquérant. Le caractère anonyme de cette œuvre a permis d’élaborer toutes sortes d’extrapolations sur lesquelles je ne m’attarderai pas. Je préfère suivre les interprétations très convaincantes fournies par Charity Willard en 1971. D’après ses travaux, ce manuscrit plus connu des historiens de l’art pour ses illustrations attribuées au Maître de Wavrin, aurait été commandé par la cour, et peut-être par Isabelle de Portugal elle-même, à un atelier lillois dans les années 1440. Le texte qui insiste en effet beaucoup plus largement que la version d’Aymon de Varennes sur la formation du chevalier et la nécessité d’allier courage et vertu morale, aurait été destiné à l’édification des fils légitimes ou non de Philippe le Bon, en leur proposant un modèle de comportement chevaleresque qui, par sa délocalisation en Orient, permettait également de ne pas perdre de vue l’idée de croisade toujours présente dans les esprits de l’époque et plus particulièrement dans celui d’Isabelle de Portugal. Le professeur Willard ne mentionne pas l’influence de ce texte sur le pas de l’ Arbre d’or et plus précisément de l’épisode de l’Île Celée au cours duquel le héros Florimont doit faire preuve d’une vaillance exemplaire. Cependant, l’éclairage porté sur ce manuscrit nous autorise à envisager ce fait d’armes comme une mise en pratique des principes dont furent pétris Charles le Téméraire et ses compagnons durant leur jeunesse.

10Il est donc bien question d’une fête entre nobles dont les subtilités sont entendues d’eux seuls et on imagine à première vue difficilement la manière dont les Brugeois pouvaient se montrer sensibles à un tel raffinement fictionnel.

  • 8 H. Pleij, « The Function of Literature in Urban Societies in the Later Middle Ages », Dutch Crossin (...)
  • 9 J.G. Boekenoogen, « Namen uit ridderromans als voornamen in gebruik », Tijdschrift voor Nederlandse (...)
  • 10 H. Pleij, H et Gilds van de Blauwe Schuit. Literatuur, volksfeest en burgermoraal in de late middel (...)

11La réfutation de cette objection, apparemment légitime, doit prendre en compte une distinction des niveaux de lecture du phénomène tout en prenant soin de rappeler que le monde de la ville est lui aussi friand de ces textes romanesques qui bercent les attentes, certes variées, de chacun. Rappelons que les ducs de Bourgogne de la maison de Valois ne cessent de se déplacer. Philippe le Hardi, Jean sans Peur, et surtout Philippe le Bon et son fils Charles le Téméraire, moins préoccupés par les affaires de France, parcourent en tous sens leurs territoires et plus particulièrement leurs terres du Nord (Flandre, Brabant et Hainaut principalement). La cour s’installe par conséquent au cœur des villes, nourrissant avec elles plus qu’une simple promiscuité, une véritable proximité culturelle, qu’il ne faut jamais perdre de vue. D’ailleurs, dès le XIVe siècle, l’artisanat, le commerce, les institutions financières, mais aussi l’administration des églises, le culte, l’art, la science et la vie de cour se concentrent de plus en plus dans la cité, qui devient, à la fin du Moyen Âge, le centre de toute cette animation. Ce phénomène ne fait pas tant de la ville une nouvelle tribune pour des activités déjà connues, mais bien le point de rencontre de formes plus intégrées de comportement social qui, aux siècles précédents, se manifestaient plutôt séparément. Ainsi, comme l’ont parfaitement montré les travaux d’Herman Pleij, la littérature de cour, devenue littérature urbaine, fut bien évidemment adaptée en fonction des attentes proprement citadines, ou tout simplement interprétée différemment.8. C’est bien d’un phénomène d’acculturation réciproque qu’il s’agit ici, car les influences circulent dans les deux sens. Et le monde de la ville ne manque pas d’influencer l’écriture élaborée dans le cadre de la cour. Ainsi l’adaptation du Roman de Florimont, à l’origine de la trame fictionnelle du Pas de l’Arbre d’Or, contient des passages qui rappellent indubitablement le contexte urbain dans lequel elle a été produite. Le rôle du marchand Dulfis chez lequel Florimont loge, déguisé en Pauvre Perdu, est particulièrement développé dans la version bourguignonne. De même, il est précisé que c’est sous le déguisement d’un apprenti tailleur que Florimont parvient à s’introduire dans la chambre de Rommadanapple, etc. Côté ville, je passerai sur les nombreux exemples développés par Herman Pleij, mais la création par exemple du Lancelot du Danemark, montre comment le roman chevaleresque relevant de la culture de cour offre à la bourgeoisie d’attrayants repères d’identification, pour autant qu’il est taillé à la mesure des ambitions et de l’éthique urbaine. Les preuves de cette contamination de l’idéal chevaleresque sont nombreuses. Parmi les plus amusantes, on peut citer l’adoption de prénoms issus du répertoire des chansons de gestes, via leur version romancée. Roland, Renaud mais surtout Lancelot, Perceval, Gauvain, fleurissent dans les villes de Flandre au XVe siècle et constituent un moyen pour l’élite de se distinguer du commun par l’imitation d’une culture chevaleresque9. Dans un même état d’esprit, il faut savoir qu’à Tournai, l’élite urbaine recréait l’ambiance de la Table Ronde en préparant tournois et festins sur la place du marché et en reprenant les noms des chevaliers du roi Arthur10.

12La foule spectatrice n’est donc pas vierge de toute connaissance lorsqu’elle contemple les prouesses des seigneurs locaux. Et la meilleure preuve de cette reconnaissance est sans doute l’adoption des habitudes manifestées d’ordinaire par les membres de la cour. Certes, les tournois sont des phénomènes connus dans les villes de Flandre, mais la féerie qui accompagne certains d’entre eux dépasse le simple mimétisme ludique. Ainsi, à l’occasion du célèbre tournoi de l’Épinette organisé annuellement à Lille, les compagnies valenciennoises répondent à l’invitation de leurs voisins en faisant preuve d’une imagination assez extraordinaire qui n’a rien à envier (ou presque) aux pas d’armes princiers :

  • 11 Bibliothèque Municipale de Valenciennes, ms. 806, fol. 117. Le 27 mai 1438.

« Tous iceulx valenciennois furent tous acoustrez en hommes sauvages portans leurs escus et gros bastons noueulx. Et leurs chevaux furent tous desguisez en beste estrange. Les uns revestus de peaulx houillieux et les aultres de plumes d’oyseaux qui fut chose forte strange a veoir iceulx hommes sauvaiges furent accoustrez et harnassez de flocon de roseaulx. (...) Enytre iceulx gens de cheval y avoit plusieurs hommes sauvages qui marchoient a piet portans atours fort estranges »11.

13L’acculturation semble totale, si l’on veut bien considérer cet événement rapporté par Jean Germain en 1449, dans le contexte houleux marqué par les débuts de la guerre civile opposant la ville de Gand à son duc Philippe de Bourgogne. Jean Germain assiste à une joute dont le déroulement atteste une connaissance et une maîtrise exemplaire des habitudes chevaleresques. La dimension dramatique fait irruption dans ce divertissement et implique, de la même manière que dans les joutes nobles, la gent féminine. Cette dernière se comporte comme les Dames qui décident de l’issue des combats. Elles encouragent de leurs cris leur champion et capturent leur parole par l’intermédiaire d’emprises :

  • 12 Jean Germain, Liber de virtutibus Philippi, in Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sou (...)

« Assises avec leurs enfants aux fenêtres, les dames de Gand, se comportant en femmes devant ces simulacres nouvellement importés par les leurs, se réjouissent des triomphes de leurs maris, les estiment dignes de louanges, et les excitent à bien combattre par des sourires, des bravos et lancent à certains des œillades ; de leurs demeures, par des intermédiaires secrets, elles font parvenir à leurs servants des bijoux, des bracelets ou des brassards de toile finement travaillés, et les prient en soupirant de se souvenir d’elles dans l’ardeur du combat. Elles les poussent à attaquer audacieusement la puissance des nobles : revenus victorieux, grâce à leur courage, ils rendront leurs douces épouses des femmes libres au lieu des servantes, et en feront des dames nobles au lieu de roturières ; elles décident de ne pas reprendre leurs maris s’ils ne deviennent enfin barons. Elles les excitent à soutenir de toute façon le comte de Flandre, que leurs chefs avaient choisi parmi la plèbe ; puis à amener, menottes aux poings, leur ennemi le duc de Bourgogne et de Lotharingie, et pour tant de belles actions leur promettent de la reconnaissance ».12

  • 13 Sur les limites de l’usage de la dérision dans cet espace et à cette époque, voir E. Lecuppre-Desja (...)
  • 14 J.-P. Jourdan, « Le thème du Pas et de l’Emprise. Espaces symboliques et rituels d’alliance au Moye (...)
  • 15 J.-P. Jourdan, « Le langage amoureux dans le combat de chevalerie à la fin du Moyen Âge (France, Bo (...)

14Le contexte particulièrement tendu de la guerre gantoise définit les objectifs du combat. Ces « Dames d’un jour » demandent à leur héros tout aussi éphémère de soutenir le nouveau comte de Flandre et de ramener le duc de Bourgogne menotté. L’implication du jeu chevaleresque dans de tels enjeux politiques aurait très bien pu faire basculer la parodie du côté de la raillerie et transformer le prince, sa cour et ses idéaux en objets de dérision13. Il n’en est rien. Si l’atmosphère est à la plaisanterie et à la fantaisie, le comportement mimétique montre que la population gantoise a su récupérer et adapter à ses propres intérêts un langage courtois – répétons-le – parfaitement assimilé. C’est avec les instruments de communication propres à la noblesse que la bourgeoisie s’exprime à son tour pour affirmer son identité et ses ambitions. La captation culturelle est exemplaire. Le don de devises, assimilables dans ce cas à de véritables emprises, est sans doute l’élément le plus raffiné de ce processus d’imitation. Au sens d’« emprendre », l’emprise désigne l’action promise. Le symbole permet par conséquent de créer ou de resserrer des liens de dépendance personnelle14. Remarquons immédiatement que dans la fiction des pas d’armes, la dame à l’origine de tels engagements se confond avec une entité mystérieuse, voire abstraite. « Secrete », « Fae », « Inconnue », « Celée », « Sauvage », la Dame engage la foi et l’honneur des chevaliers pour un amour désincarné, absolu et souverain. Ce qui fait dire, à juste titre, à J.-P. Jourdan que cet amour de la Dame est de même nature que l’amour du prince : « L’Aventure née dans la fiction se dénoue dans le réel, à la cour du prince (...) le service de la Dame, comme celui du Prince, commande la sujétion (...) l’Hommage à l’Amour est une forme renouvelée de l’hommage dû au Prince »15. Dans le cas des joutes gantoises, les dames en question, accoudées à leurs fenêtres, n’ont rien d’onirique. Mais les devises qu’elles dispensent signifient de la même manière leur assujettissement au nouveau comte de Flandre, aussi fantoche soit-il, et donc, plus sérieusement, leur rejet du duc de Bourgogne. La culture aristocratique, soumise à de nouvelles fins, cautionne en quelque sorte, par les garanties qu’elle apporte, le sérieux des revendications émises. Ainsi, la proximité, voire la familiarité de ces deux univers, a peut-être invité la cour à faire correspondre les épicentres fictifs de leurs divertissements avec les épicentres politiques de leur domaine.

  • 16 Sur ce thème, voir en général E. Leccupre-Desjardin, La ville des cérémonies…, op. cit.

15C’est pourquoi la représentation des pas d’armes au plein cœur des villes devant un public plus ou moins averti n’a rien de fortuit quand on connaît par ailleurs l’ampleur de la communication politique bourguignonne16. La multiplicité des niveaux de lecture que le symbolisme, quel que soit son moyen d’expression, propose, permet de reconsidérer le pas d’armes sous l’angle d’un imaginaire chevaleresque accessible à tous.

  • 17 O. de la Marche, Mémoires, op. cil., t. III, chap. IV, p. 124.

16Laissons de côté la trame narrative connue des seuls acteurs et adoptons maintenant le point de vue du spectateur. C’est la dimension spatiale qui au premier coup d’œil attire l’attention. Métamorphosées à force de hourts, de tentures et d’autres accessoires annonciateurs de la féerie à venir, les places de marché deviennent des univers clos dont les seules ouvertures sont soumises à un rite de passage. Habituellement parcourues en tous sens et abritant une certaine liberté d’expression, les places du marché répondent, pour l’occasion, à des normes précises. Deux entrées, à l’opposé l’une de l’autre, sont créées pour laisser passer les chevaliers étrangers d’une part et le chevalier entrepreneur d’autre part. Ces portes concentrent une partie du matériel dramatique de ces divertissements. Pour l’Arbre d’Or, l’une d’elles est couverte de l’effigie de l’Arbre d’Or et rehaussée de tourelles abritant les musiciens du Grand Bâtard de Bourgogne, portant sa livrée, tandis que deux bannières blanches à deux arbres d’or surplombent l’ensemble17.

  • 18 M. d’Escouchy, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, 1843-1853, p. 125 : « apprez aloi (...)
  • 19 O. de la Marche, Mémoires, op. cit., t. III, chap. IV, p. 124.
  • 20 Voir l’article de J.-P. Jourdan, « Le perron de chevalerie à la fin du Moyen Âge : aspect d’un symb (...)

17Les éléments du décor contribuent bien entendu à fasciner le spectateur au même titre que le passage d’un nain accompagné d’un géant, tous deux revêtus à la mode orientale18. Mais n’oublions pas que les barrières délimitent un champ clos et que la porte marque le seuil d’un espace concret (la place du marché) doublé pour l’occasion d’un espace symbolique (le lieu du pas). Dans ce nouvel univers, l’histoire qui anime les combats n’a rien de réel, mais les règles qui l’organisent ont encore une fois une valeur exemplaire. Le pas ne fait pas seulement rêver, il exprime, comme le précise Olivier de la Marche, un idéal de justice et de raison19. Reprenons les différents éléments mis en valeur par toutes sortes d’artifices et donc susceptibles de frapper les observateurs. Tout d’abord, l’utilisation d’un perron dans ce pas d’armes, comme dans d’autres, ressortit tout autant du domaine du politique que du féerique. Le mot « perron » désigne en effet un promontoire à l’extérieur d’un palais où le seigneur accueille ses hôtes. Signe de noblesse et de puissance, il est également le symbole de la justice, puisqu’on y rendait des sentences, et celui des libertés communales dans le cas liégeois20. Multiforme, il peut être assimilé à un arbre, à une croix, à une colonne, ou à un roc. Ainsi, Bruges, avant de recevoir le vrai perron de Liège confisqué par Charles le Téméraire en 1468, accueille le perron-roc du pas du Perron Fée, en 1463, et le perron-arbre du pas de l’Arbre d’Or, en 1468. Jean de Haynin nous donne une description de ce dernier, plus complète que celle d’Olivier de la Marche :

  • 21 Mémoires de Jean, sire de Haynin et de Louvignies, D. Brouwers (ed.), 2 tomes, Liège, 1933, t. II, (...)

« III coulonbes de bois paintes a maniere et façon de coulonbes de pierre, l’eune verde, une gaune et une violette qui estoite les couleurs de mondit sieur le bastard ; et par-dessus ces dittes coulonbes, ung petit planchié d’aselles, sur lequel il y avoit une chaiere, et en cheste caierre estoit asis mestre Pierre, le petit nain de monsieur le duc »21.

  • 22 J.-P. Jourdan, « Le perron de chevalerie... », art. cit.

18Le nain qui semble présider la cérémonie appartient au duc de Bourgogne, premier indice d’une connexion intime entre mythe et réalité. À ce perron sont appendus les écus des chevaliers sur le point de s’opposer, ce qui signifie en langage héraldique les armes et conditions du combat. Les chapitres de la joute ou du tournoi étant respectés, la lutte se veut équitable et revêt la forme d’un jugement public22. Il faut souligner néanmoins qu’à côté de ce perron, des juges nommés par le duc sont installés sur une estrade sublimement décorée, pour vérifier et ordonner le bon déroulement des combats. Et si le public ignorant n’est pas censé connaître l’identité du nain qui trône au beau milieu de la fête de Bruges en 1468, le poids politique de ces derniers ne peut lui échapper. Pas une arme n’évite leur contrôle, et dans une chorégraphie parfaite, leur probité est, elle aussi, mise en scène :

  • 23 Pas du Perron Fée, in Splendeurs de la cour..., op. cit., p. 1173. Les juges sont Philippe Pot, sei (...)

« Au milieu des lices, il y avait un beau pavillon bien grand, couvert et garni de coussins de velours cramoisi ou de tapisseries. Y étaient assis le seigneur de La Roche, le seigneur de Moreuil et Toison d’Or, tous conseillers de Monseigneur le duc de Bourgogne. Ils avaient été nommés juges pour ce Pas ; il leur appartenait d’ordonner toutes choses comme font les juges des pas d’armes ou de divertissement, à savoir mesurer les lances et les épées, recevoir la présentation de tous ceux qui combattraient. Les juges étaient accompagnés de plusieurs officiers d’armes : messire Arnoul de Créquy, seigneur d’Ambremont et Ivergny, accompagné des deux rois d’armes, Flandre et Artois. Tous trois étaient les serviteurs de la dame du Perron Fée. Ils portaient les épées et les lances aux juges pour les examiner et les mesurer, et ils les portaient ensuite aux combattants pour qu’ils choisissent, puis ils rapportaient au chevalier les lances et les épées restantes »23.

  • 24 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, op. cit., p. 19.

Le pas d’armes est à ce titre un véritable creuset fantastique où tout doit concourir à l’impression de justice, de droiture et de loyauté : régularité des armes, mesurées précisément par les juges ducaux, régularité du temps accordé pour chaque combat au grain de sable près, perfection des costumes, conformité des coups portés au contrat passé préalablement, etc. Cet ordre admirable se répète ainsi pour chacune des luttes, inscrivant à l’infini et au centre de la ville le motif d’une union parfaite et équitable qui culmine avec l’arrivée du duc en fin de spectacle. Celui-ci se livre à un tour de piste, puis vient se ranger auprès des autres combattants, comme Arthur aurait pris place au sein de la Table Ronde, sans faire de différence avec ses semblables. Le combat est alors enseignement. Huizinga rappelle fort heureusement que : « Bien qu’en réalité le mécanisme de gouvernement eût assumé déjà des formes compliquées, l’imagination populaire se le présente en quelques figures fixes et simples. Les idées politiques courantes sont celles de la ballade et du roman de chevalerie. On divise, pour ainsi dire, les rois en un certain nombre de types, chacun de ceux-ci répondant plus ou moins à un motif littéraire : le prince noble et juste, le prince mal conseillé, le prince vengeur de l’honneur de sa race, le prince malheureux soutenu par la fidélité des siens »24.

  • 25 O. de la Marche, Mémoires, op. cit., t. III, livre II, chap. IV, p. 189. Voir également le compte d (...)

19Ainsi, troisième terme d’un dialogue où la noblesse s’adresse à la noblesse, la foule des spectateurs absorbe ce qu’elle peut comprendre du jeu chevaleresque, à savoir : la supériorité des participants et la prouesse guerrière. L’arrivée de Charles le Téméraire dans les lices de l’Arbre d’Or à Bruges en 1468 ne laisse aucun doute sur les intentions du prince. Pas question de signifier par des allégories particulièrement alambiquées la complexité d’un sentiment, l’appartenance à tel ou tel groupe, la dépendance amoureuse ou même l’immersion dans la fiction représentée. Non, l’accent est mis sur l’extraordinaire richesse du prince et de son aréopage composé de près de neuf montures toutes recouvertes d’or et d’orfèvrerie et suivis, comme si cette débauche de matières précieuses ne suffisait pas, d’un « pallefrenier, monté sur un cheval couvert de velours brodé des lettres de mondit seigneur » menant par la main un cheval nain « chargé d’orfavrerie d’or branlant moult riche »25.

  • 26 Olivier de la Marche définit en ces termes les armes de plaisance : « Les armes de plaisance se fon (...)
  • 27 Voir sur ce point les analyses de J.-P. Jourdan, « Le symbolisme du pas dans le royaume de France ( (...)

20Annoncée par des trompettes, précédée de hérauts et de nobles chevaliers qui accomplissent un tour complet de la place des combats, l’arrivée du prince apparaît comme une cérémonie d’entrée en miniature, où le duc prend possession de son territoire, en l’occurrence ici la place principale de Bruges. L’émotion esthétique qui suscite l’émerveillement parmi la foule est un moyen de communication efficace qui, au même titre que les allégories, provoque des « courts-circuits de la pensée ». Le beau, le scintillant est synonyme d’extraordinaire est donc d’admiration et de respect. Le nombre impressionnant de participants qui rivalisent de somptuosité (Arbre d’Or, en 1468, change de costumes plus de 20 fois) accentue ce sentiment de richesse et de supériorité. Mais l’impression directe ne se limite pas à une simple fascination liée au faste des nobles. Les chevaliers sont des combattants qui font démonstration de leur puissance guerrière. Certes, les tournois qui nous concernent entrent dans la catégorie des armes de plaisance où les professionnels du combat à cheval ou à pied sont amenés à prouver leur savoir-faire sans aucun risque pour leur intégrité physique26. Néanmoins, les combats ne sont pas simulés et comportent d’ailleurs quelques risques. Intimement liés aux idéaux véhiculés par la littérature arthurienne, ces combats extériorisent avant tout une profonde énergie qui montre la vitalité et la puissance de la source dont elle émane. Les chevaliers sont des hommes valeureux qui attirent la confiance et qui activent parallèlement une dimension clanique forçant l’admiration. Car seules transparaissent aux yeux de tous les règles d’égalité, de générosité, de bravoure et de droiture qui fondent l’idéal chevaleresque. Le spectateur ignorant des rivalités internes à la cour ne retient de ce spectacle que la dignité d’un combat qui initie. D’une part, il révèle et exalte les valeurs de la noblesse, et, d’autre part, il contribue à établir une fraternité d’armes, si éphémère soit-elle27. Le public apparaît comme le témoin privilégié de cette quintessence de la lutte guerrière, le sceau de l’honneur et de la foi jurés. Ce spectacle n’est donc pas aussi futile que certains ont pu le croire, l’assimilant à un caprice de nobles, dangereux et coûteux. Ces combats opposent pour mieux réunir et les liens créés par les promesses et le don de soi allant parfois jusqu’au don du sang établissent un puissant réseau de relations contractuelles où toutes les querelles se soldent par un accord. L’image de cette solidarité fraternelle, sur fond de puissance et d’ordre, qui s’impose à des communautés urbaines dont les rivalités internes et externes contrastent passablement avec cette harmonie idyllique, conduit naturellement à la mise en scène d’une justice équitable et universelle. La propagande accompagne ainsi ces démonstrations festives.

  • 28 Sur les implications du pas d’armes gantois de 1470, voir E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérém (...)

21Véritables divertissements populaires dont les échos dépassent largement les limites qui leur ont été fixées, ces fêtes des armes peuvent aussi être manipulées pour rétablir la concorde, comme c’est le cas à Gand pour le pas de Claude de Vaudret en 1470, ou tout simplement propager des messages d’ordre et de respect au sein de villes toujours prêtes à se rebeller – l’admiration des armes rejaillissant sur ceux qui les portent28.

Bibliographie

Liste bibliographique

Boekenoogen J.G., « Namen uit ridderromans als voornamen in gebruik », Tijdschrifl voor Nederlandse taal en letterkunde, 36, 1917, p. 67-96.

Escouchy M. d’, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, 1843-1853.

Germain J., Liber de virtutibus Philippi, in Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, K. de Lettenhove (éd.), Bruxelles, 1870, t. III.

Greve H. et E. Lebailly, Comptes de l’argentier de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, vol. 1, 1468, Paris, 2001.

Huizinga J., L’automne du Moyen Âge, Paris, 1993.

Jourdan J.-P., « Le thème du Pas et de l’Emprise. Espaces symboliques et rituels d’alliance au Moyen Âge », Éthnologie française, 1992, n° 2, p. 172-184.

– ., « Le symbolisme du pas dans le royaume de France (Bourgogne et Anjou) à la fin du Moyen Âge », Journal of Medieval History, vol. 18, n° 2, 1992, p. 161-181.

– ., « Le langage amoureux dans le combat de chevalerie à la fin du Moyen Âge (France, Bourgogne, Anjou) », Le Moyen Âge, 1993, t. XCIX, n° 1, p. 83-106, p. 93-94.

– ., « Le perron de chevalerie à la fin du Moyen Âge : aspect d’un symbole », in Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, 117e colloque national des sociétés savantes, Paris, 1993, p. 581-598.

La Marche O. de, Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Paris, 1883-1888.

Lecuppre-Desjardin E., La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, SEUH 4, Turnhout, 2004, p. 103 sq.

Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, D. Régnier-Bohler dir., Paris, 1995.

Lindner A., « L’influence du roman chevaleresque sur le pas d’armes », Publication du centre européen d’études bourguignonnes, n° 33, 1993, p. 67-77.

Mémoires de Jean, sire de Haynin et de Louvignies, D. Brouwers (éd.), 2 tomes, Liège, 1933.

Livre de l’advis de gaige de bataille, in Traitez du duel judiciaire, relations de Pas d’Armes et tournois par Olovier de la Marche, Jean de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam, …, B. Prost (éd.), Paris, 1872.

Pleij H., Het Gilds van de Blauwe Schuit. Literatuur, volksfeest en burgermoraal in de late middeleeuwen, Amsterdam, 1983.

– ., « The Function of Literature in Urban Societies in the Later Micldle Ages », Dutch Crossing, 1986, t. 29, p. 3-22.

Strubel A., « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », in Théâtre et spectacle hier et aujourd ’hui. Moyen Âge et Renaissance. Actes du 115e congrès national des sociétés savantes (Avignon, 1990). Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, 1991, p. 273-284.

Vale M., War and Chivalry, Londres, 1981.

Van den Neste E., Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Paris, 1996.

Notes

1 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, 1993, p. 42.

2 A. Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », in Théâtre et spectacle hier et aujourd’hui. Moyen Âge et Renaissance. Actes du 115e congrès national des sociétés savantes (Avignon, 1990). Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, 1991, p. 273-284.

3 Voir la définition de M. Vale, dans War and Chivalry, Londres, 1981, p. 67-68 : « This combined combat with theatrical display, where the participants acted out the fiction of defending a passage, bridge, or crossroacls against all challengers. The pas d’armes was a later medieval Gesamtkunstwerk binding together the arts of war and peace, and employing allegory, poetry, ceremonial and music to achieve its dramatic effects », et les precisions apportées par C. Beaune, dans l’introduction du pas du Perron Fée, in Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, D. Régnier-Bohler dir., Paris, 1995, p. 1164-1166.

4 E. Van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Paris, 1996.

5 ADN, B1966, fol. 205. Sur les travaux nécessaires à l’élaboration de tels spectacles, voir E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, SEUH 4, Turnhout, 2004, p. 103 sq.

6 Olivier de la Marche, Mémoires, H. Beaune et J. d’Arbaumont (éd.), Paris, 1883-1888, t. III, p. 123. Pour la lettre voir du même « Traictié des nopces de Monseigneur le duc », in Mémoires, op. cit., t. IV, p. 111.

7 A. Lindner, « L’influence du roman chevaleresque sur le pas d’armes », Publication du centre européen d’études bourguignonnes, n° 33, 1993, p. 67-77.

8 H. Pleij, « The Function of Literature in Urban Societies in the Later Middle Ages », Dutch Crossing, 1986, t. 29, p. 3-22.

9 J.G. Boekenoogen, « Namen uit ridderromans als voornamen in gebruik », Tijdschrift voor Nederlandse taal en letterkunde, 36, 1917, p. 67-96.

10 H. Pleij, H et Gilds van de Blauwe Schuit. Literatuur, volksfeest en burgermoraal in de late middeleeuwen, Amsterdam, 1983, p. 31.

11 Bibliothèque Municipale de Valenciennes, ms. 806, fol. 117. Le 27 mai 1438.

12 Jean Germain, Liber de virtutibus Philippi, in Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, K. de Lettenhove (éd.), Bruxelles, 1870, t. III, chap. LX, p. 101 : « ... adfenestras de Gandavo matronae cum adolescentulis consident, novis adinventis suorum praeludiis muliebria agentes, suis irrident triumphis, celebrari hos dignos censent, aliquando risu et applausu, quosadam occultatis signis ad bene pugnandum sollicitant ; clinodia, perichillides aut decisas lineorum brachiolas suis propugnatoribus a cassalibus per secretos nuncios demittunt, quod, in acrimonia pugnae sui meminerint suspirantes precantur ; adversus nobilium potentiam audacter irrumpere suggerunt, cum victoria ad suos deducti de ancillis liberas et de rustica prole suis fortibus dextris ingenuas placidas suscepturi conthorales, sed neque suos si non barones aliquando consumere maritos. Comitem Flandriae, quem de plebeis sui majores erexerant, omni jure fovendum ; Burgundiae et Austrasiorum ducem suorum hostem manicis astrictum deducere ac pro tantis bene actis suam gratiam confidant se merituros. ».

13 Sur les limites de l’usage de la dérision dans cet espace et à cette époque, voir E. Lecuppre-Desjardin, « L’ennemi introuvable ou la dérision impossible : les villes et leur seigneur dans les terres du Nord », La dérision au Moyen Âge. De la pratique sociale au rituel politique, 2007, p. 143-162, E. Crouzet-Pavan et J. Verger (éd.), Presses de l’université Paris-Sorbonne. Collection : Cultures et civilisations médiévales.

14 J.-P. Jourdan, « Le thème du Pas et de l’Emprise. Espaces symboliques et rituels d’alliance au Moyen Âge », Éthnologie française, 1992, n° 2, p. 172-184.

15 J.-P. Jourdan, « Le langage amoureux dans le combat de chevalerie à la fin du Moyen Âge (France, Bourgogne, Anjou) », Le Moyen Âge, 1993, t. XCIX, n° 1, p. 83-106, p. 93-94.

16 Sur ce thème, voir en général E. Leccupre-Desjardin, La ville des cérémonies…, op. cit.

17 O. de la Marche, Mémoires, op. cil., t. III, chap. IV, p. 124.

18 M. d’Escouchy, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt (éd.), Paris, 1843-1853, p. 125 : « apprez aloit un grant chine merveilleusement et soubtiment fait, qui avoit une couronne d ’or au col, à laquelle pendoit un escu des plainnes armes de Clèues ; et à celle couronne, qui faisoit audit chine colier, pendoit une chaine d’or, laquelle tenoit à la tresse de l’escu du chevallier, ledit chine estoit adextrez de deux sagitaires, moult bien fais, qui tenoient ars et flesches en leurs mains, et faisoient manière de tirer à l’encontre de ceulx qui voloient approchier ledit chine ; qui estoit belle chose et plaisant à veoir ».

19 O. de la Marche, Mémoires, op. cit., t. III, chap. IV, p. 124.

20 Voir l’article de J.-P. Jourdan, « Le perron de chevalerie à la fin du Moyen Âge : aspect d’un symbole », in Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, 117e colloque national des sociétés savantes, Paris, 1993, p. 581-598. L’auteur fournit une des plus anciennes allusions au perron, tirée de La chanson de Roland, dans laquelle Roland, mortellement blessé, est hissé sur un tertre : « ... desuz un arbre bele / Quatre perruns i ad de marbreferiz/Sur l’erbe verte si est caiet envers / La s’est pasmet kar la mort li est pres ».

21 Mémoires de Jean, sire de Haynin et de Louvignies, D. Brouwers (ed.), 2 tomes, Liège, 1933, t. II, p. 36.

22 J.-P. Jourdan, « Le perron de chevalerie... », art. cit.

23 Pas du Perron Fée, in Splendeurs de la cour..., op. cit., p. 1173. Les juges sont Philippe Pot, seigneur de la Roche (1428-1494), Waleran de Soissons, seigneur de Moreuil et Jean Lefèvre de Saint-Remy, roi d’armes de la Toison d’Or.

24 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, op. cit., p. 19.

25 O. de la Marche, Mémoires, op. cit., t. III, livre II, chap. IV, p. 189. Voir également le compte de 1468 du grand argentier édité récemment par Anke Greve et Émilie Lebailly : A. Greve et E. Lebailly, Comptes de l’argentier de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, vol. 1, 1468, Paris, 2001, p. 194, 241, 253, 255, etc.

26 Olivier de la Marche définit en ces termes les armes de plaisance : « Les armes de plaisance se font pour exercer les armes et pour continuer le mestier, pour habiliter les corps et apprendre a valloir pour la deffense du bien publique. Et pour ces causes appreuvmt les loix les armes de plaisance et reboutent le gaige de bataille », Livre de l’advis de gaige de bataille, in Traitez du duel judiciaire, relations de Pas d’Armes et tournois par Olovier de la Marche, Jean de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam, …, B. Prost (éd.), Paris, 1872, p. 23-24.

27 Voir sur ce point les analyses de J.-P. Jourdan, « Le symbolisme du pas dans le royaume de France (Bourgogne et Anjou) à la fin du Moyen Âge », Journal of Medieval History, vol. 18, n° 2, 1992, p. 161-181.

28 Sur les implications du pas d’armes gantois de 1470, voir E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies…, op. cit, p. 209-210.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search