Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

IV. Modèles et miroirs

Emprise chevaleresque et projet romanesque : entre réalité et fiction

À propos de Jean de Saintré

Sylvie Lefèvre

Texte intégral

  • 1 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, éd. René Pomeau, Paris, 1990, 2e éd. (Classi (...)

1Voltaire, déjà, faisait d’un chevalier-poète de la fin du Moyen Âge le prototype du héros de Cervantès1 :

Un des plus fameux cartels est celui de Jean de Verchin, chevalier de grande renommée, et sénéchal du Hainaut : il fit afficher dans toutes les grandes villes de l’Europe qu’il se battrait à outrance, seul ou lui sixième, avec l’épée, la lance et la hache, « avec l’aide de Dieu, de la sainte Vierge, de monsieur saint George et de sa dame ». Le combat se devait faire dans un village de Flandre, nommé Conchy [sic] ; mais personne n’ayant comparu pour venir se battre contre ce Flamand, il fit vœu d ’aller chercher des aventures dans tout le royaume de France et en Espagne, toujours armé de pied en cap ; après quoi il alla offrir un bourdon à monseigneur saint Jacques en Galice : on voit par là que l’original de Don Quichotte était de Flandre.

  • 2 M. Zink, Le Roman, dans Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, t. VIII-1, La litté (...)
  • 3 On rappellera, entre autres, les travaux de Johann Huizinga, L’automne du Moyen Âge, éd. originale  (...)

2Faisant l’histoire du roman, Michel Zink voit les origines de Quichotte plutôt du côté des héros littéraires du XVe siècle2. C’est qu’on a pu montrer entre temps la circulation complexe qui a existé entre la réalité et la fiction, l’une comme l’autre servant de modèle3. Mais l’étude de cette perméabilité de la vie réelle et de celle des lettres a conduit à des interrogations récurrentes et abouti à des conclusions divergentes : les critiques littéraires surtout ont parlé de la nostalgie et du passéisme d’une chevalerie décadente, tandis que les historiens ont les premiers pressenti et mis en avant un sens moderne de la mise en scène en faveur de représentations politiques et idéologiques développées au sein de cours aristocratiques.

3Mon propos n’est pas de revenir sur l’ensemble de cette question, mais en partant d’un terrain d’observation, Jean de Saintré, de l’aborder d’un seul point de vue. Existe-t-il dans le domaine de l’écriture des différences entre ce qui relèverait strictement du genre documentaire, de l’archive, ce qui du documentaire passerait dans un récit historique et ce qu’une fiction ferait miroiter de sa documentation ?

Contiguïtés livresques, contiguïtés génériques ?

  • 4 Antoine de La Sale, La fabrique de l’œuvre et de l’écrivain. Suivi de l’édition critique du Traité (...)
  • 5 Voir la notice complète de ce manuscrit à la fin de l’ouvrage cité supra, p. 426-428.

4Il m’a été possible de montrer ailleurs l’importance de l’utilisation de la lettre dans l’intrigue de ce récit d’Antoine de La Sale comme dans la construction de ce que j’appelle le recueil Saintré, constitué de ce texte mais aussi de la nouvelle Floridan et Elvide et d’un Extrait des chroniques de Flandre, le tout étant inséré dans une lettre dédicatoire à Jean de Calabre4. Or il est un volume de ce recueil (le Paris, BnF fr. 1506) qui contient à la suite une série de textes passés jusqu’alors inaperçus parce que le catalogue ne les a pas relevés5.

  • 6 Cette correspondance de Werchin a été éditée par Joan Grenier-Winther (op. cit. supra), qui l’a réo (...)

5Le manuscrit donne en effet un ensemble de quinze textes : treize lettres d’armes adressées par Jean de Werchin (1374-1415) à Henri IV d’Angleterre et Jean de Cornouailles entre 1407 et 1409, une lettre de défi envoyée par Jean de Bourbon, comte de Clermont (1381-1434), à Thomas de Lancastre en 1406 et une lettre d’emprise du même Werchin datée de Pâques 14046. Ces lettres se retrouvent dans le même ordre dans deux autres manuscrits. L’un est conservé à Londres (Additional 21370) et comporte à la suite des lettres des pièces concernant des engagements des années 1438-1449, sans autre précision du catalogueur anglais ; l’autre est à la Bibliothèque nationale de France (n. a. fr. 1167) et il y a fort à parier que les pièces qu’il rassemble, cette fois avant les quinze lettres, sont les mêmes que celles contenues dans le volume précédent :

  • Les faits d’armes de Gonterry Guichade, seigneur de Villegatie et de Villenoeufve et monseigneur de Habourdin (1437-38) (ff. 4-13).

    • 7 Dans son édition du Livre des faits de Jacques de Lalain, Kervyn de Lettenhove fait une note à ce s (...)

    Les faits d’armes de monseigneur de Ternant et de Galiot de Bardaxin, escuyer (ff. 22-26v) [14467].

  • La teneur des lettres faisant mencion comment Galiot de Bardaxin promist délivrer monseigneur de Habourdin des armes déclarées es chapitres cy dessus escrips (ff. 26v-27).

  • Les lettres du pas de la belle Pellerine fait a Saint Omer par monseigneur de Habourdin (ff. 27-40) [1448 ou 1449].

  • Le pas fait a Challon sur la Sone par messire Jacques de Lalaing que l’en nomme le pas de la Fontaine de Plours (ff. 40-48) [Nov. 1449-octobre 1450].

  • 8 A. Black, « Jehan de Saintré and le Livre des faits de Jacques de Lalaing : a Common Source ? », da (...)

6Viennent alors nos quinze lettres, suivies de l’Épître de Jean Lefèvre de Saint-Rémy, roi d’armes de la Toison d’Or sur les faits de Jacques de Lalaing (ff. 68- 111), ouvrage préparatoire avec d’autres mémoires, en particulier ceux que rédigea le héraut Charolais, au Livre des faits rédigé à la mémoire de ce chevalier. Or on sait combien ce dernier récit (achevé entre 1461 et 1468) est proche de Jean de Saintré, jusqu’à lui faire des emprunts8, tandis qu’Antoine de La Sale s’est inspiré de certains éléments de la biographie de Jacques pour construire celle de son héros. Ce que le rapide examen de ces trois volumes suggère, c’est, au-delà de simples contiguïtés, le sentiment d’une continuité au sein du livre entre des textes relevant pour nous de modes d’écriture et de lecture différents. La perméabilité évoquée plus haut est-elle donc ici à l’œuvre ?

Lettres d’armes et chapitres d’emprise : un scénario narratif minimal relevant d’une rédaction de type contractuel

  • 9 Martin de Riquer, Lletres de batalla, Barcelone, 1963 (Els Nostres Clàssics). Id., Caballeros andan (...)

7Les lettres d’armes et chapitres d’emprise appartiennent à un type documentaire très contraint9. La régularité de leur présentation ménage a priori peu de surprises. La lettre, qu’elle soit distincte ou non de la liste des chapitres, qu’elle les contienne ou les mentionne comme « pièce jointe », est datée, signée et/ou scellée suivant une formule finale dont voici quelques libellés. Leur origine géographique variée montre d’autant mieux la récurrence des mêmes schémas :

  • 10 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 145. Il s’agit de la lettre insérée dans la Chronique de Monstre (...)

Et afin que ceste emprinse soit tenue véritable, j ’ay mis le seel de mes armes a ceste presente lectre pour acomplir ce que dessus est escript de ma main, qui fut [faicte] en l’an de l’Incamacion Nostre Seigneur mil quatre cens et II, le premier jour du mois de juing.
(Jean de Werchin, lettre sans les chapitres traités à part)10

  • 11 Épître de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Remy, éd. François Morand, dans Annuaire-bulletin de la (...)

Le iiij eet darrain chappitre est, affin qu’il appere a tous que les choses dessus-dictes procedent de ma propre volenté et que je les veul de point en point faire et acomplir, je, Jehan dessus nommé, ay seellez ces presens chappitres du seel de mes armes et signez de ma main, le premier jour du mois d’avril, l’an mil IIIIc et [quarante cinq].
(Jean Boniface, chevalier sicilien que va combattre Jacques de Laiaing)11

  • 12 M. de Riquer, « El episodio barcelonés del Jehan de Saintré y Juan de Calabria en Barcelona », dans (...)

E tramet-vos los présents capítols, signats de la mia mà e sagellats ab lo sagell de les mies armes, des quals me aturo copia, partida per ABC, Jets en Çaragoça d’Aragon, diumenge, a IIII de febrer del any de M CCCC XXXI. Anthoni de Mon Apertu.
(Lettre du catalan Anthoni de Mont Aperto à Bernat de Coscón, emprise d’un bracelet porté au bras)12

  • 13 Ainsi pour le Pas de la Fontaine des Pleurs, en dépit de l’anonymat de l’entrepreneur, le programme (...)

8Les programmes des pas d’armes, désignés par les textes comme « lettres et chapitres », sont semblablement terminés13, même si leur ouverture ressortit plutôt à la proclamation d’une annonce qu’à l’épistolaire tel que nous le définissons : « En la loenge et en nom de Dieu et de la glorieuse vierge Marie, de monseigneur saint Jaques, de madame sainte Anne et de monseigneur saint George, conduiseurs de toutes bonnes euvres. Comme il soit ainsin... ». Mais il ne faudrait pas oublier que la lettre d’armes, prise dans un sens strict, revêt elle aussi un caractère officiel : son port et sa délivrance par un officier d’armes (du poursuivant au roi d’armes) en témoigne. Qu’elle s’adresse à un destinataire groupé :

  • 14 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 143.

A tous chevaliers et escuiers gentilz hommes de nom et d’armes, sans reprouche.
Je, Jehan de Verchin, chevalier, seneschal de Hainnau faiz savoir a tous qu ’a l’aide de Dieu, de Nostre Dame, de monseigneur saint George et de ma dame, seray le premier dimanche du mois d’aoust prouchain venant a Coucy, se je n’ay essoine, prest pour faire l’endemain les armes qui cy après sont escriptes...
(Jean de Werchin, lettre de juin 1402)14

ou à un individu nommément désigné :

  • 15 Ibidem, p. 155.

A honouré seigneur messire Jehan de Cornuaille.
Honouré seigneur, je, le senescal de Hynnault, pour ce que par plusieurs fois ay oï parler de la tres grant vaillance qui a esté et est encores en la chevalerie du royaume d’Engleterre et aussy pour ce que scay que vous estez, l’un d’iceulx qui avez souverain desir de avancer vostre honour es honourables faiz d’armes, vous faiz savoir que j’ay eu long temps a et encore ay tres grant et tres parfait desir de me essayer a aucuns de la chevalerie dudit royaume...
(Jean de Werchin, lettre du 7 août 1407)15

  • 16 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1885, L 2, p. 120.
  • 17 Ibidem, p. 144.

9Les acteurs choisis, ce sont les chapitres qui édictent les règles du jeu : lieu, temps, juges, combat à cheval (avec quelles armes défensives et offensives ; le nombre de courses à la lance et le nombre de lances à briser ; le nombre de coups à porter à l’épée ou à la hache, etc.), combat à pied (avec quelles armes défensives et offensives ; le nombre de coups ; les conditions de la défaite), enfin récompenses octroyées au gagnant ou pénalités du perdant. Le scénario est toujours très soigneusement détaillé car il engage les deux parties aussi bien qu’un acte contractuel. Comme celle d’un contrat, si sa lecture est absolument nécessaire, elle peut n’en être pas moins ennuyeuse, surtout pour certains publics indirectement concernés, auxquels les lecteurs modernes appartiennent sans doute bien souvent. Répétitifs, voire répétés, ces textes peuvent donc être omis, même s’ils sont annoncés. Ainsi au moment où Olivier de La Marche écrit : « j’ay cy aprés enregistré les chappitres, l’ordre et les armes dudit pas ainsi qu’il s’ensuyt », le copiste transcrit cette rubrique : « Les chappitres de la Pelerine », mais sans donner d’autre suite à cette promesse que le récit même du pas tenu en 1449 près de Saint-Omer par Hautbourdin, le bâtard de Saint-Pol, avec cinq compagnons. Or le copiste ne fait peut-être que suivre une tendance à laquelle cède l’auteur des Mémoires lui-même16. Plus loin, en effet, Olivier de La Marche ne songe pas même à donner les chapitres du Pas de la Fontaine des Pleurs tenu par Jacques de Lalaing en 1449-145017.

  • 18 Épître, op. cit., p. 196. Voir aussi p. 203 : « Or est ainsin que ledit de Lalain avoit envoyé, gra (...)
  • 19 Chastelain, Fragments du livre IV, éd. Jean-Claude Delclos, Droz, 1991, p. 128.

10Ailleurs, on a pu éluder de pareils textes. Jean Lefèvre de Saint-Remy en personne, suivi par le rédacteur du Livre des faits, rapporte qu’« ou mois de juillet mil CCCC XLVIII, messire Jaques de Lalain envoia Charrolois le hérault ou royaume d’Escosse porter lettres a maistre James du Glas, frere du comte du Glas. Et, comme j’entens, les chappitres tielz que ledit messire Jacques avoit acoustumé envoyer par tous les lieux la ou il pensoit a faire armes, il envoya ; et desquelles lettres la teneur s’enssuit ». Suit de fait la lettre d’armes seule, puis le récit de l’affrontement en Écosse : un combat à pied à la lance, la hache et la dague, trois contre trois (aux côtés de Jacques figuraient son oncle Simon de Lalaing et Hervé de Mériadec)18. Le comble de la désinvolture assumée est peut-être atteint par George Chastelain dans sa chronique lorsqu’il rapporte la publication de l’emprise de Guillaume de Meuillon, de la maison du dauphin, à la cour de Bourgogne en 145819 :

Et ledit More, vestu et accompagnié de deux officiers d’armes comme avoit esté [a] Aras, a la contesse de Cliarolois presenta unes lettres humblement dictees, et desquelles besoing n’est d’en faire mention, tant pour la longueur d’elles, tant pour ce que le cas ne touce que as joustes. Mes icelles lettres leues a haulte voix devant chescun, la contesse fit demander par son chevalier lyseur le contenu des chappitres, lesquelz furent bailliéz prestement ; et iceulz leuz....

  • 20 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. Joël Blanchard, trad. Michel Quereuil, Paris, 1995, p. 26 (...)

11Enfin, ces mêmes textes ont pu être résumés. C’est ce qui se produit dans Jean de Saintré, lorsque se présente à la cour de France un chevalier polonais porteur en esclave amoureux de deux cercles d’or, l’un au-dessus du coude gauche, l’autre à la cheville. On remarque que, comme chez Chastelain, c’est le moment de la lecture qui sert de cadre à la mise en scène20 :

Lors par Brunsvich, le herault qui avec lui estait, fist lire sa lettre d’armes et desclairier du langaige poullain en françoiz, que pour abregier disoit ainssy : que cellui qui le deslivrera et luy seront tenus de courre a cheval l’un contre l’autre X coursses de lances d’armes, de la mesure que le prince ordonnerait, et ce en hernoiz et seelles de guerre, sans aultre avantaige nul, sy vraiement que entre les dix coursses ne fussent premier trois lances bien et raisonnablement romppues au dit du prince...

12Il y a bien encore cinq autres conditions énoncées successivement qui prévoient le surlendemain un combat à pied (dix charges à la lance, dix coups de hache, dix coups d’épée puis autant de dague), qui établissent un prix pour chaque affrontement suivant les armes (d’un diamant pour ce qui aura été accompli à cheval à un saphir pour les coups de dague) et prennent en compte les aléas possibles (perte d’une pièce d’armure ; blessure ; défaite par chute du cheval ou par chute à terre lors du combat à pied). Mais le tout donne une impression de rédaction bien plus serrée que de longs chapitres.

  • 21 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864 (SHF), t. I, p. 251.
  • 22 Ibidem, t. I, p. 264-273.
  • 23 Épître, op. rit., p. 192.

13Certains, pourtant, à l’inverse d’Olivier de La Marche citent les pièces dans leur intégralité. Ainsi Matthieu d’Escouchy nous procure-t-il les chapitres du Pas de la Pelerine21 comme ceux du Pas de la Fontaine des Pleurs22, dont le récit pourtant n’est pas présent ensuite. On pourrait expliquer cette différence en imaginant le chroniqueur moins bien placé que le mémorialiste pour obtenir le compte rendu du déroulement réel de faits d’armes dont il aura eu communication des lettres programmatiques grâce à la publicité même donnée à ces pièces. De fait, pour narrer le succès de Lalaing en Espagne lors de son emprise du bracelet, on voit Lefèvre de Saint-Remy s’appuyer sur « la copie d’unes lettres que un gentilhomme de Navarre envoya a mondit seigneur de Bourgoigne, dedens lesquelles lettres estoient encloses les ordonnances desdictes armes par articles »23, c’est-à-dire une relation des différents combats divisée en items (d’où l’usage du mot ordonnances), que Toison d’Or répète à son tour.

  • 24 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. citée, t. 2, p. 109.
  • 25 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. citée, t. I, p. 153.

14L’hypothèse des ressources documentaires est donc bien à prendre en considération. Cependant, à propos du voyage déjà évoqué de Jacques de Lalaing en Écosse, Olivier de La Marche comme Matthieu d’Escouchy ont réussi à apprendre ce qui s’était passé à l’étranger. Le premier écrit : « Et combien que ce soit contre mon ordre commencé et que j’escriptz ceste bataille sans l’avoir personellement veue, je l’escriptz a la verité, par le rapport d’Escossois et de ceulx de nostre party, et si le puis rementevoir sans mesprendre, car je veiz charger audit messire Jaques l’emprinse dont celle belle adventure et aultres sont advenues »24, tandis que le second a eu accès de son côté à une sorte de certificat délivré aux Bourguignons par l’abbé d’Ascuque et James Douglas, constatant que les armes avaient été faites, afin de ne « tollir l’onneur de si vaillans et honnestes gentilhommes »25.

15Dès lors il est légitime de se demander si n’est pas aussi à l’œuvre chez ces historiens une conception variée de l’écriture, où l’autorité du pur document peut ou non être éclipsée par le souci de la narration, une narration des faits qui se fera plus ou moins littéraire. Il est temps de revenir au traitement qu’Antoine de La Sale fait de ces documents et récits d’armes.

Des contraintes rappelées à la liberté de la fiction

16Il convient de rappeler les différents épisodes où Jean de Saintré s’illustre par ses entreprises et faits d’armes :

  1. L’emprise du bracelet d’or à partir du 1er mai et pour un an, qui emmène Jean dans les royaumes d’Espagne ; il combat contre un Aragonais à Barcelone.
    À comparer au fait d’armes n° 2 de Lalaing (le bracelet d’or).

  2. L’année suivante, Jean relève le défi d’un Polonais, le seigneur de Loisellench.
    À comparer au fait d’armes n° 1 de Lalaing contre le sicilien Jean Boniface.

  3. L’année d’après, Jean tient un pas pendant le mois de mai (3 jours par semaine) entre Calais et Gravelines contre des Anglais.
    À comparer au fait d’armes n° 3 de Lalaing en Écosse ou au n° 5, le Pas de la Fontaine des Pleurs.

  4. Quinze mois plus tard, Saintré et Boucicaut relèvent le défi de deux Lombards porteurs d’une emprise.

  5. Un jeune Anglais entend profiter de la possibilité offerte par les lettres d’armes du pas (3) pour affronter Saintré à Paris.
    À comparer au fait d’armes n° 4 de Lalaing qui combat contre l’Anglais passé en France suivant les règles du fait d’armes n° 2.

  6. Quinze mois après le retour de la croisade de Prusse, l’emprise des dix imaginée par Saintré et dont dix Allemands les délivrent devant l’empereur.

17Nombreuses sont les ressemblances qui existent entre les faits d’armes de Saintré et ceux de Lalaing. La plus apparente, en dépit de l’écart supposé entre les époques où les deux personnages ont vécu, est qu’ils partagent le périple espagnol (Werchin le fit aussi), le défi lancé aux Anglais et/ou aux Écossais, l’affrontement avec des Italiens. Quant au lien le plus subtil, il repose sur la venue d’un jeune chevalier du royaume anglais (respectivement en 5 et 4) qui vient pour combattre Saintré suivant les conditions du pas tenu près de Calais (n° 3) et pour combattre Lalaing suivant celles de son emprise du bracelet d’or (n° 2). Mais Antoine de La Sale semble avoir presque systématiquement fait alterner dans la carrière de son héros un fait d’armes de son initiative (1, 3, 6) et un fait d’armes où il se prête seul ou avec un compagnon au désir d’un étranger (2, 4). Lalaing, au contraire, ne s’est prêté qu’une seule fois, la première, au jeu d’un autre chevalier, le sicilen Jean Boniface. On sent ainsi combien le Livre, même s’il tente parfois de prendre des allures romanesques, reste avant tout une stricte biographie.

  • 26 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. citée, p. 220, puis p. 238.

18Dans Jean de Saintré, les lettres et chapitres d’armes demeurent pourtant des règles contraignantes, mais la démonstration même de leur existence et de leur autorité sert la dramatisation de la mise en récit du programme qu’elles prévoyaient. Ainsi lors des combats à Barcelone au cours de l’emprise au bracelet d’or, à cheval d’abord26 :

A la iiij ecourse, messire Enguerran prist ou milieu de la piece et rompist tresbien sa lance, et Saintré le fiert au bas du demi heaume et clinssa entre la piece et la rondelle de la lance, sy entra le fer entre la main et le ganttellet, lequel lui emporta sans prendre a la char, dont la main fut endormie tellement que jusques au iiij ejour aprés ne poeurent leurs armes parfaire. Et au trespasser qu’il fist sa lance rompist auprés de la douille, qui ne fut point comptee. Alors le roy fist lire les lettres qui portoient l’un attendre l’autre, et par l’espasse de viij jours, et par ce il ordonna que chascun s’en allast par sa porte descendre en son logis.

19Puis à pied :

A ces parolles, le roy, par le mareschal, les fist devant lui venir et puis leur fist dire : (...) selon le contenu de la lettre de voz armes, Jehan de Saintré, qui concluent : « combatre tant de voz haches que l’un soit porté a terre, ou sa hache perdue des deux mains », dont, par le compris d’icelles, Jehan de Saintré, le seigneur roy qui cy est vous a jugié le pris.

  • 27 Ibidem, p. 284.

20Et plus loin, lors de l’affrontement à Paris contre le chevalier de Pologne27 :

Et quant le seigneur de Loissellench fut ainssy desarmé, le roy voult reveoir la lettre des armes pour bien veoir comment elle contenoit, sy trouva sur ce troiz clauses, dont la premiere estoit que « s ’il advenoit, dont Dieux deffende ! que en faisant lesdittes armes, a cheval ou a piet, que l’un de eulx fust tellement enssonnyé que pour ce jour parfaire ne les peust, ou que il fust hors de ses archons, ou de ses piez portez a terre, ou que il fust de teste, de corps ou de bras tellement desarmé qu’il reffusast a parfaire lesdittes armes en cel estat, cestes et celles qui seroient a faire seront tenues pour faittes, et sera tenu cellui de payer tous les pris, ainssy que se l’un aprés l’autre il les avoit tous perdus. » Et pour celle cause le roy fist cesser la jouste, et au seigneur de Loissellench fist recorder et signiffier le contenu de sa lettre...

  • 28 Ibidem, p. 322-324.

21Contenu qui autrement ne figure jamais dans l’œuvre par le biais d’une inscription documentaire des lettres d’armes, à la différence de ce que l’on voit dans le Livre. Antoine de La Sale use d’autres moyens. Soit il suppose une lecture avec traduction, comme on l’a vu dans le cas de l’entrepreneur polonais ; soit Saintré et Boucicaut dépêchent un roi d’armes auprès des deux chevaliers lombards28 « pour soy bien informer de tout, lequel rapporta que (...) tous deux portoient aux coudes de leurs bras senestres une grande garde de bracellet, tous d’or et aornez de fines pierreries, lesquelz portoient par les cours de vj rois crestiens () se premier ne trouvoient deux aultres chevaliers ou escuiers de nom et d’armes, et sans reproche, comme ilz estoient, qui a piet les eussent combatus de haches d’armes et d’espees de corps seullement, tant que l’un parti ou l’autre fust porté a terre ou fait perdre leurs bastons. » Soit enfin, les programmes sont présentés directement en discours par celui qui mène l’intrigue ; au début donc, et par deux fois, la Dame des Belles Cousines, puis à la fin, par Saintré lui-même lorsqu’il élabore seul sa dernière emprise, celle qui lui vaudra la perte de la femme aimée.

  • 29 Ibidem, p. 162.
  • 30 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 148.

22Il y a certainement un effet de décalage recherché lorsqu’on trouve dans la bouche de la dame s’adressant à Jean les termes mêmes d’une lettre d’armes, avec ses tournures attendues29 : « vous le porterez par l’espace d’un an, se en cellui temps vous n’avez trouvé aucum chevalier ou escuier de nom et d’armes sans reproche qui, pour acomplir vostre emprinse, a cheval ou a pié, le vous ait osté, par convenent. de le vous rendre, jusques ad ce que par les armes a piet qu’il fera a vous, s’il l’a du meilleur, il le ait gaignié », et jusqu’aux détails techniques : « et premier- de coulre a cheval l’un contre l’autre, en hernoiz et seelles de guerre, tant que l’un ait premier bien rompu trois lances, c’est assavoir : demi pié au dessoubz de la douille du fer, et un piet au devant de la rondelle ». Que des femmes écrivent des lettres d’armes est, en effet, inhabituel. Une lettre reçue d’une dame espagnole par Jean de Werchin en témoigne30 :

Et si aucunement vous esbahisiez de mes lectres pour ce que l’on trouve peu de dames et damoisselles que rescripvent lectres d’armes, ce me fait faire le dessus dit chevalier, pansant que vous ferez plus pour mes lectres que pour les siennes.

  • 31 Au moins clans la rédaction du Livre des faits, car on trouve dans un recueil bourguignon de pièces (...)

23Le rôle directeur assumé par la Dame des Belles Cousines s’en trouve donc encore mis en évidence : elle fournit aussi bien l’argent nécessaire que le texte de ce qu’il convient que réalise son élève. Sa présence dans le récit a un tout autre sens que celui du couple des deux cousines rivales, Marie de Clèves et Marie de Calabre, dans le Livre des faits de Jacques de Lalaing. Dans ce dernier texte l’impression domine, en effet, qu’on a voulu, à partir du nom mystérieux de Dame des Belles Cousines, élaborer une intrigue amoureuse double entre Jacques et les deux femmes dont la présence est historiquement attestée lors des joutes de Nancy. Mais cette liaison n’est que très épisodique puisqu’il n’en est très vite plus question et que même la mention attendue de la dame dont la grâce est poursuivie au même titre que l’honneur chevaleresque n’apparaît ni dans ses lettres d’armes, ni dans le programme du Pas de la Fontaine des Pleurs31.

  • 32 Voir l’organisation par Jean de Saintré du départ de son cortège de la cour de France vers l’Espagn (...)
  • 33 Livre des faits de Jacques de Lalaing, éd. citée, chap. XII, p. 51-52. Jehan de Saintré, éd. citée, (...)

24Ce qui d’un texte à l’autre se retrouve, en revanche, c’est l’attention minutieuse portée aux parades, au cérémonial des cortèges, tels qu’on les rencontre à la même époque chez les chroniqueurs ou dans le Livre des tournois de René d’Anjou32. Et les deux œuvres se rejoignent véritablement pour décrire les entrées solennelles des combattants dans les lices33 :

Et quant est de son heaume, il avoit au-dessus une très-riche guimple, toute bordée et garnie de perles, à franges d’or battans jusques en terre, laquelle luy avoit esté envoyée par l’une des deux dames. (...) ceux qui là estoient, ne se pouvoient saouler de le regarder, pour le plaisir qu ’ils y prenoient. (…) Jacquet de Lalain, à qui il tardoit moult de partir, n’attendoit. fors la venue de messeigneurs les contes du Maine et de Saint-Pol (…) et ainsi adextré des deux contes du Maine et de Saint-Pol, se partit grandement accompagné de chevaliers et d’escuyers, et chevauchèrent parmi la ville de Nancy jusqu’à ce qu’ils vinrent en la place où les joustes se devoient faire.
(...) son heaumet, qui au dessus avoit une grant flour de chardon a quatre grans fueilles d ’or, qui toutes couvroient le chief du heaume ; et au pié de la flour pendoit une longue touaillette de Plaisance voullant, moult richement frangee de fil d’or et de grosses perles, et le surplus semees de lettres d’or branllans. Aprés le heaume venoit Saintré sur un tresbel et fringant destrier (…) Après Saintré venoit messire Françoiz de Moncade et messire Arnaut de Pereillos, chascun sur son tresbel coursier, per a per, et aprés eulx tous les aultres chevaliers et escuiers a grant nombre, que par l’ordonnance du roy le estoient venus acompaignier.

  • 34 Jean de Saintré, p. 316.

25Mais ce qui sépare profondément Jean de Saintré du Livre des faits de Jacques de Lalaing, c’est que le second ne nous épargne rien, ni de ces entrées en lice, ni du compte-rendu des combats, tandis que le premier connaît une déflation progressive non des descriptions d’apparat, mais du récit des affrontements. La volonté d’abregier est de plus en plus marquée. Lors du pas tenu entre Calais et Gravelines, c’est une sorte d’armorial miniature qui livre la liste, jour par jour (trois jours de quatre semaines successives), des seigneurs anglais venus jouter contre Saintré, avec « le résultat des courses »34 :

Le. iij.e jour vint le seigneur de Gobehen en moult bel estat, qui porte de geulles au cheveron d’or, a .iij. lyons de sable sur le cheveron, et crioit : « Saint George ! Gobehen ! », et sa baniere sur le pignon, qui de la .vij.e course, lui et son destrier furent portez a terre, dont par ainssy il paya le ruby.

  • 35 Ibidem, p. 318.
  • 36 Ibidem, p. 330.

26Le narrateur conclut donc35 : « Desquelles armes et copz que y furent fais, je me passe, car treslongue chose serait, fors que tous firent tresbien et mieulz les uns que les aultres, et, Dieux mercy ! sans aucune mort ne tresgrant effusion de sang (...) » Plus loin, après les combats vite expédiés contre les deux Italiens puis contre le jeune Anglais, on trouve la même notation finale36 : « Et atant laisseray cy a parler de toutes ces armes et des aultres que depuis il fist, car treslongue chose serait, et parleray du surplus. »

  • 37 Ibidem, p. 460-462.
  • 38 Ibidem, p. 478-480.

27L’ultime emprise de Jean de Saintré, celle qu’il partage avec neuf compagnons chevaliers ou écuyers, se trouve menée à bien devant l’empereur en un combat qui tient en seulement un peu plus d’une page37, alors qu’il en a fallu quatre au héros pour concevoir son projet puis l’exposer à ceux qu’il a choisis, sans même compter les passages consacrés à la publication du programme d’armes auprès du roi, au rassemblement de l’argent nécessaire grâce aux grands seigneurs de la cour, etc. Ce traitement contrasté des préparatifs de l’emprise et de son déroulement dans la narration répond peut-être à un goût pour le spectaculaire plus tourné vers le costume, les paremens et la représentation idéale du combat qui transparaît dans les lettres d’armes, que vers l’action réelle elle-même. Il sert surtout un projet du texte ; se trouvent, en effet, ainsi justifiées par avance les moqueries de l’abbé contre les chevaliers entrepreneurs38 :

« Madame, dist damps Abbés, voullez vous dont que je dye ? C’est dont de vostre congiet ; je ne say se monseigneur de Saintré m’en saura nul maulvais gré, mais puis que le voullez, Madame, mon penser est tel : ilz sont pluiseurs chevaliers et escuiers en la court du roy (...) qui disent estre de vous, dames, sy loyaux amoureux et, pour acquérir voz graces, s’ilz ne les ont, pleurent devant vous, souppirent et gemissent (…) ; et puis s’en vont de l’un[e] en l’aultre. Lors prendent une emprinse d’une jarretière, d’un brachellet, d’une rondelle ou d’un navet – que say je, Madame ? – et puis vous disent, ung tout seul a X ou XII : « Hé ! Madame, je porte ceste emprinse pour l’amour de vous ! » Hé ! povres dames, comment estes vous abusees de voz amoureux ! Alors le roy, la royne et tous messeigneurs les loent et les prisent et leur donnent largement de leurs biens, dont ilz se mettent bien en point. Et ne est il pas vray, Madame ? qu ’en dittes vous ? »
(...)
« Encores, Madame, vous dy je plus : quant ces chevaliers ou escuiers vont faire leurs armes (…), se il fait froid, ilz s’en vont a ces pailles d’Allemaigne, se rigollent avec ces fillettes tout l’iver (...) ; puis ont ung viel mesnestrel ou trompette, quy porte ung viel esmail, et lui donnent une de leurs vielles robes, et crient a la court : « Mon seigneur a gaignié ! »« Mon seigneur a gaignié ! »« Mon seigneur a gaignié ! » Et povres dames, qu’estes vous abusées ! »

  • 39 Sur ce point, je suis en désaccord avec Michelle Szkilnik qui rapproche sarcasmes de l’un et critiq (...)

28À suivre la démonstration de l’amant en titre de Madame, parce qu’ils sont inconstants et fanfarons, mais aussi pleins de convoitise et de paresse, les faux chevaliers et faux amoureux méritent de voir tourner en dérision les symboles de leurs emprises. Du noble bracelet, on glisse à la rondelle, qui fait encore partie du monde des armes (pièce de protection de l’armure ou de la lance), avant de tomber très bas avec le navet, soit l’intrusion grotesque de l’univers de la cuisine avec un légume réputé sans valeur. Mais l’ironie de l’attaque, pour violente qu’elle soit, est doublement disqualifiée : elle vient d’un personnage intéréssé à dégrader le parfait courtisan et ancien amant de la dame qu’est Saintré et elle est portée par un bourgeois, devenu mauvais clerc et abbé par simple faveur. Je ne pense pas qu’on puisse lire cela comme la subversion voulue par l’auteur du modèle sur lequel sa narration a brodé auparavant. Tout au plus sent-on ici la capacité du texte à intégrer le bruit d’opinions divergentes. Mais rien à voir avec les critiques portées contre certains chevaliers trop délicats par Geoffroi de Charny en personne dans son Livre de chevalerie39.

  • 40 Jean de Saintré, p. 314, 318.
  • 41 Hugh E.L. Collins, The order of the Garter, 1348-1461 : Chivalry and politics in late médiéval Engl (...)

29Avant le bracelet, l’abbé mentionne une jarretière. Dans un récit placé à la cour de Jean le Bon, l’allusion à l’ordre fondé vers 1348 par son adversaire Édouard III est évidente. Lors de l’épisode du pas tenu par Saintré près de Calais, le roi d’armes Jarretiere est d’ailleurs présent40. Or, il convient de remarquer que cet ordre chevaleresque, par l’objet qui le symbolise (puisque le collier ne sera institué qu’au début du XVIe siècle41) et par l’histoire légendaire qui lui donne pour origine l’amour du roi d’Angleterre pour la comtesse de Salisbury, la perte par cette dernière du ruban qui fixait un de ses bas et que le roi aurait passé à sa propre jambe, fonctionne comme une emprise amoureuse personnelle qui s’est trouvée distribuée ensuite à tout un groupe. L’institution royale repose ainsi sur le lien entre service d’amour et compagnonnage, si bien illustré par ailleurs dans la littérature et repris exemplairement dans sa dernière emprise par Saintré.

  • 42 Joan Grenier-Winther, op. cil., p. 164.

30Jean de Werchin, lorsqu’il s’adresse en 1408 à Henri IV d’Angleterre, ne se trompe pas pourtant sur la dimension politique et culturelle de l’ordre. Il réclame de pouvoir jouter contre ses membres parce qu’il « entresuist la très noble et puissante ordre de la Table Ronde, que aussi les chevaliers qui a presant la portent doivent ensuir les très nobles chevaliers qui adonc se appelloient de la Table Ronde lesquelz estoient toujours tres desirans de avancer les jeunes chevaliers peu aprins du mestier d’armes42 ». Même si la continuité symbolique entre Table Ronde et Jarretière échappe au premier abord, Werchin a saisi le sens politique de cette refondation du pouvoir arthurien.

  • 43 Ibidem, p. 153-154.

31Quatre ans avant sa lettre au roi Henri, il en rédige une autre, adressée à tous chevaliers et écuyers. Décidant de porter pendant sept ans au bras gauche « une divise en laquelle a escript “Pour ce que ne viel” », il agit « par telle condicion que je la puis donner a tant de chevaliers et escuyers, gentilzhommes de pere et de mere nez en loyal mariage, quant il me plaira, quant par eulx en seray requis43. » Ceux qui deviendraient ainsi compagnons auraient à respecter les mêmes règles pendant sept ans et à se soutenir mutuellement. L’enjeu social, voire politique, des emprises d’armes, leur virtuelle métamorphose en un ordre plus ou moins durable se trouvent ainsi mis en lumière, quelle que soit la modalité d’écriture des textes pris en compte : lettres documentaires, récit d’Antoine de La Sale.

  • 44 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 149-153.

32Si la perméabilité entre vie et fiction s’observe parfaitement, le sens littéraire des différents textes pris en compte peut aussi être pris en défaut. On a autrefois eu beaucoup de mal à ne pas prendre comme des digressions ou du remplissage laborieux certaines pages de Jean de Saintré. Pourtant le « jeu d’écritures » y est évident qui, partant d’éléments proprement empruntés à des styles documentaires parvient à les mettre en scène, en perspective et parfois même en question. Dans le Livre des faits de Jacques de Lalaing, si on retrouve comme l’indique Colette Beaune des modèles successivement romanesque, héraldique (emprises d’armes) et historique, il me semble que l’uniformité du ton n’atteint pas une véritable unité. De cette biographie réelle, le réalisme ne prend pas vraiment vie. Au contraire, au moins à nos yeux de modernes, le décousu d’une intrigue épistolaire peut être plus palpitant et romanesque. Après la lettre d’armes rédigée par l’Espagnole dont j’ai parlé, se dessine de lettre en compte-rendu une intrigue à propos d’une veuve portugaise poursuivie par un prétendant trop pressant dont Werchin est le champion vainqueur44. Ainsi un simple recueil de lettres d’armes, textes dont on a vu pour commencer les aspects figés et répétitifs, prend-il les allures d’une fiction. Rassemblement, disposition, mais aussi inspiration peuvent suffire à métamorphoser un document. La présence de pareilles pièces dans le même manuscrit que le recueil construit par Antoine de La Sale dès lors ne peut plus nous étonner. La vie comme un roman s’inscrit avec bonheur dans le même espace livresque que le Jean de Saintré dont l’auteur renouvelle l’art du récit par l’usage d’écritures du réel.

Notes

1 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, éd. René Pomeau, Paris, 1990, 2e éd. (Classiques Garnier), t. II, chap. C « Des duels » (chap. absent de la première éd. de 1756, ajouté à la seconde en 1761).

Pour Arthur Dinaux, ce serait « dans la bibliothèque impériale, un manuscrit curieux contenant les lettres de défi du sénéchal de Hainaut au roi d’Angleterre Henri de Lancastre, au comte Jehan de Cornouailles, à messire Richard Aston et à une foule d’autres » qui a sans doute « fait dire à Voltaire », dans son Essai sur les Mœurs, que le sire de Werchin peut être regardé comme étant le modèle de Don Quichotte (Les trouvères brabançons, hainuyers, liégeois et namurois, Paris-Bruxelles, 1863, reprint Genève, 1969, p. 705). Plus récemment et vraisemblablement, Joan Grenier-Winther a relié le jugement de Voltaire à la « publication » par Enguerrand de Monstrelet dans sa Chronique d’une autre lettre de défi de Jean de Werchin (Le Songe de la barge de Jean de Werchin, sénéchal de Hainaut (XVe s.). Les Ballades échangées entre Guillebert de Lannoy et Jean de Werchin. La Correspondance de Jean de Werchin, édités par J. Grenier-Winther, 1996 [Inedita et rara, 12], p. xv-xvi). Certes, le texte de Monstrelet fut édité encore au début du XVIIe après les publications du XVIe siècle. Mais René Pomeau indique la véritable source de Voltaire : l’énorme compilation due à Marc Vulson de la Colombière, Le Vray Théâtre d’honneur et de chevalerie. L’écrivain possédait un exemplaire de la seconde édition de 1648 ; au t. II, p. 240-241 où figure le « Cartel de Verchins défi à tous chevaliers », il a laissé une annotation de sa main. Sur ces sujets, il a également utilisé les Dissertations de Du Cange.

2 M. Zink, Le Roman, dans Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, t. VIII-1, La littérature française aux XIVe et XVe siècles, 1988, p. 211-213.

3 On rappellera, entre autres, les travaux de Johann Huizinga, L’automne du Moyen Âge, éd. originale 1919, trad. fr. 1932 (en particulier les chap. 4 à 7) ; Michel Stanesco, Jeux d’errance du chevalier médiéval. Aspects ludiques de la fonction guerrière dans la littérature du Moyen Âge flamboyant, Leiden, 1988.

4 Antoine de La Sale, La fabrique de l’œuvre et de l’écrivain. Suivi de l’édition critique du Traité des anciens et des nouveaux tournois, Genève, Droz, 2006, chap. II et III (Publications romanes et françaises, 238).

5 Voir la notice complète de ce manuscrit à la fin de l’ouvrage cité supra, p. 426-428.

6 Cette correspondance de Werchin a été éditée par Joan Grenier-Winther (op. cit. supra), qui l’a réordonnée chronologiquement. Elle ne connaît pas le BnF, fr. 1506.

7 Dans son édition du Livre des faits de Jacques de Lalain, Kervyn de Lettenhove fait une note à ce sujet (p. 92). Il renvoie à Matthieu d’Escouchy (I, 94) : Jacques prêta un cheval à Galiot de Baltazin lorsqu’il jouta contre le seigneur de Ternant à Arras vers la fin août 1446.

8 A. Black, « Jehan de Saintré and le Livre des faits de Jacques de Lalaing : a Common Source ? », dans Notes and Queries, t. 34 (1987), p. 353-355. Voir aussi l’introduction très documentée et précise de Colette Beaune à sa traduction du Livre des faits dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, sous la dir. de Danielle Régnier-Bohler, Paris, 1995, p. 1195- 1203 (Bouquins).

9 Martin de Riquer, Lletres de batalla, Barcelone, 1963 (Els Nostres Clàssics). Id., Caballeros andantes españoles, Madrid, 1967 (Colección Austral).

10 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 145. Il s’agit de la lettre insérée dans la Chronique de Monstrelet (voir notre note 1) et éditée d’après le BnF fr. 2683, f. 17.

11 Épître de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Remy, éd. François Morand, dans Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, t. 21 (1884), p. 186. Même texte dans le Livre des faits de Jacques de Laiaing, éd. Kervyn de Lettenhove dans les Œuvres de Chastelain, t. VIII, p. 81-82.

12 M. de Riquer, « El episodio barcelonés del Jehan de Saintré y Juan de Calabria en Barcelona », dans Mélanges Jean Frappier, Genève, 1970, t. II, p. 957-967 ; p. 960 d’après le ms. Biblioteca Nacional de Madrid, 7811, ff. 127v-128.

13 Ainsi pour le Pas de la Fontaine des Pleurs, en dépit de l’anonymat de l’entrepreneur, le programme est bien endossé par Jacques de Lalaing. Voir le texte dans l’Épître de Lefèvre de Saint-Remy, p. 213 et dans le Livre des faits, p. 197.

14 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 143.

15 Ibidem, p. 155.

16 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1885, L 2, p. 120.

17 Ibidem, p. 144.

18 Épître, op. cit., p. 196. Voir aussi p. 203 : « Or est ainsin que ledit de Lalain avoit envoyé, grant temps devant, ledit Charrolois devers le roy d’Engleterre pour avoir sauf conduit pour ledit de Lalain et pour avoir congié de porter sadite emprinse a la court du roy d’Engleterre et en son roiaume. Et porta ledit Charrolois les chappitres, qui estoient tielz que ceulz dont a esté parlé et qui furent portez en Castille, ou ledit de Lalain avoit fait armes a l’encontre de messire Jaques Gosmen. »

19 Chastelain, Fragments du livre IV, éd. Jean-Claude Delclos, Droz, 1991, p. 128.

20 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. Joël Blanchard, trad. Michel Quereuil, Paris, 1995, p. 264 (Lettres gothiques).

21 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864 (SHF), t. I, p. 251.

22 Ibidem, t. I, p. 264-273.

23 Épître, op. rit., p. 192.

24 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. citée, t. 2, p. 109.

25 Mathieu d’Escouchy, Chronique, éd. citée, t. I, p. 153.

26 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. citée, p. 220, puis p. 238.

27 Ibidem, p. 284.

28 Ibidem, p. 322-324.

29 Ibidem, p. 162.

30 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 148.

31 Au moins clans la rédaction du Livre des faits, car on trouve dans un recueil bourguignon de pièces originales ou de copies une autre rédaction du prologue où il est bien question de « acquerir la grace et bienvoellance de celle qui par dessus toutes dames terriennes est la non pareille » (BnF, fr. 1278, ff. 140-141). Kervyn de Lettenhove, éditeur du Livre, est persuadé de tenir dans ce document « la minute même de ce programme, écrite de la main de Jacques de Lalaing », éd. p. 197, note 1 et p. XVI (voir aussi : Beaune et d’Arbaumont, éditeurs d’Olivier de La Marche, p. 144, note 1). Colette Beaune dans la traduction qu’elle fournit du texte (dans Splendeurs de la cour de Bourgogne, op. cit., p. 1317, note 4) tend à suivre cette interprétation lorsqu’elle parle d’une « version de ce prologue, plus explicite, où Jacques dit tenter ce Pas pour l’amour de la “Non Pareille” ». Avant de trancher, il faudrait prendre en considération les raccourcis de cette autre rédaction pour décider s’il s’agit d’un premier jet ou d’un résumé. Le titre qui figure au début « Narracion pour encommenchier et faire une letres d’armes » inviterait à prendre ce texte plutôt comme un modèle ; partant, la mention classique de la dame pourrait bien être un ajout pour aller dans ce sens.

32 Voir l’organisation par Jean de Saintré du départ de son cortège de la cour de France vers l’Espagne, éd. citée, p. 194-196, et le commentaire élogieux lors de son entrée à Barcelone, p. 204 : « Et a l’entrer qu’il fist en la cité (...) furent tresesmerveilliez de deux choses : l’une du tres josne aaige de Saintré, et l’autre de la tresbelle ordonnance ou luy et ses gens venoient, tout ainssy que au partir de Paris. »

33 Livre des faits de Jacques de Lalaing, éd. citée, chap. XII, p. 51-52. Jehan de Saintré, éd. citée, p. 214.

34 Jean de Saintré, p. 316.

35 Ibidem, p. 318.

36 Ibidem, p. 330.

37 Ibidem, p. 460-462.

38 Ibidem, p. 478-480.

39 Sur ce point, je suis en désaccord avec Michelle Szkilnik qui rapproche sarcasmes de l’un et critiques de l’autre dans son Jean de Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz, 2003 (Publications romanes et françaises, 232), p. 146, alors même que cette étude renouvelle si souvent et si bien l’approche de l’œuvre.

40 Jean de Saintré, p. 314, 318.

41 Hugh E.L. Collins, The order of the Garter, 1348-1461 : Chivalry and politics in late médiéval England, Oxford, Clarendon Press, 2000 (Oxford historical monographs).

42 Joan Grenier-Winther, op. cil., p. 164.

43 Ibidem, p. 153-154.

44 Joan Grenier-Winther, op. cit., p. 149-153.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search