Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

IV. Modèles et miroirs

C’est d’armes et d’amours... et d’enjeux politiques.

Le manuscrit T de Cleriadus et Meliadice

Maria Colombo Timelli

Texte intégral

  • 1 Dix manuscrits, un incunable, 4 éditions anciennes (la dernière est datée 1529) ; les informations (...)
  • 2 Voir p. XXII-XXIII et le stemma p. XXV de l’édition citée. La redécouverte du manuscrit de Leipzig (...)
  • 3 Description sommaire dans les catalogues (Albano Sorbelli, Inventari dei manoscritti delle Bibliote (...)
  • 4 « Il lui arrive de fournir la bonne leçon dans des passages partout ailleurs altérés » : G. Zink do (...)
  • 5 Après un premier titre au f. 1v, on constate un « vide » jusqu’au f. 71n : des espaces blancs subsi (...)

1Isolé au sein de la riche tradition, manuscrite et imprimée, de Cleriadus et Meliadice1, le manuscrit conservé aujourd’hui à la Biblioteca Nazionale Universitaria de Turin, sous la cote L. II.2, transmet un texte hybride, qui s’apparente, comme l’a montré Gaston Zink, aux deux familles reconnues2. Ce beau codex en parchemin, de la seconde moitié du XVe siècle3, s’il ne peut être utilisé qu’exceptionnellement pour l’établissement du texte critique4, se signale néanmoins pour deux caractéristiques : la présence de 20 titres de chapitre rubriqués5 et une iconographie somptueuse (92 enluminures au total, de dimensions différentes).

  • 6 Les titres de Vérard sont reproduits en annexe à l’article cité dans la note précédente, p. 116-117
  • 7 Ed. Zink, p. XXX-XXXI. Avec la seule exception du chapitre XV, tous ces débuts en Or sont marqués d (...)

2En effet, aucun des autres manuscrits conservés ne contient des rubriques : si l’on relève des espaces blancs sans doute destinés à cet effet dans les manuscrits de Bruxelles (KBR, IV 1002 : B) et de Chantilly (Musée Condé 650 : C), ce n’est qu’avec l’imprimé d’Antoine Vérard (1495 ; un seul exemplaire connu : New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1531) – dont la parenté avec B et C ne fait pas de doute – que s’établit la division du texte en unités introduites par de brefs intitulés : écrits à la main, en rouge, dans la marge extérieure (à côté des enluminures), ou imprimés en retrait à l’intérieur même de la page, ceux-ci seront repris dans toutes les éditions postérieures, avec de menues variantes et l’introduction d’une numérotation en chiffres romains6. À part T donc, la partition de la matière n’est signalée dans les manuscrits de Cleriadus que par des lettrines ou des grandes capitales, ce qui a amené G. Zink à fonder sa division en 45 chapitres – plutôt que sur ces repères visuels, souvent très voire trop nombreux (91 dans le ms. de Tours, BM 952, manuscrit de base pour l’édition) – sur la présence de formules articulatoires du type : « Atant se taist le compte à parler de... et retourne à parler de... » (fin de chapitre) / « Or dit le compte que... » (début de chapitre)7.

  • 8 On en trouvera une description détaillée dans la thèse de Gaston Zink (Cleriadus et Meliadice. Roma (...)
  • 9 Il s’agit – on l’aura compris – d’un ouvrage somptueux, imprimé sur vélin et décoré à la main ; il (...)

3Outre T, deux seuls témoins de Cleriadus sont illustrés : le manuscrit L (Londres, BL, 20. C. II) contient 28 enluminures, mais ne présente pas de titres8 ; l’incunable de Vérard, quant à lui, est illustré par 35 enluminures rehaussées en or ; elles s’accompagnent d’une décoration marginale à motifs floraux et arabesques, interrompue pour faire place aux intitulés manuscrits dont on vient de parler9.

4Ce que je me propose ici, dans le cadre d’une réflexion sur la catégorie du romanesque à la fin du Moyen Âge, ce n’est pas tant d’examiner les enluminures du manuscrit de Turin – étude de très grand intérêt, mais qui dépasserait mes compétences –, que de vérifier le rapport qui s’instaure entre texte et image (entre texte, image et titre de chapitre, lorsque cela est possible) : dans d’autres termes, j’essaierai de montrer comment des éléments extra-textuels, parmi lesquels un programme iconographique richissime, sont susceptibles d’infléchir la lecture et l’interprétation du roman.

  • 10 Après une contribution de Gaston Zink (« Cleriadus et Meliadice, histoire d’une élévation sociale » (...)

5Un rappel du contenu ne sera sans doute pas superflu : malgré le succès dont il a indubitablement joui aux XVe et XVIe siècles, Cleriadus et Meliadice demeure en effet un roman peu connu et relativement peu étudié aujourd’hui10.

  • 11 La datation s’appuie sur des preuves externes (présence de manuscrits dans les librairies de l’époq (...)
  • 12 Les nombreux motifs communs avec Ponthus et Sidoine, qui constitue certainement une des sources du (...)

6Ce long récit anonyme en prose, composé vraisemblablement vers 144011, a pour sujet l’ascension sociale -j’emprunte l’expression à Gaston Zink – du fils du comte d’Esture (les Asturies) : grâce à une série d’exploits chevaleresques et guerriers, parmi lesquels l’inévitable croisade contre les infidèles, Cleriadus mérite la main de Meliadice, fille du roi d’Angleterre, et succède à son beau-père sur le trône. Le roman se prolonge pourtant bien au-delà du mariage, Cleriadus s’occupant à affermir l’autorité royale sur ses domaines (l’Angleterre et l’Irlande), à assurer la paix à ses sujets et à tisser un réseau d’alliances durables avec les pays voisins12.

  • 13 C’est ce que confirme l’introduction puis l’évolution du titre dans les prologues : le « livre de C (...)
  • 14 « La finalité du roman [est] politique » (édition, p. LI) : voir le paragraphe consacré à Cleriadus (...)

7Ce long développement « politique » a dû paraître superflu voire étranger à la matière d’un roman d’amour et de chevalerie à Antoine Vérard déjà, qui n’a pas hésité à condenser en quelques pages le dernier tiers du récit, sa rédaction constituant, quelques décennies seulement après la date de composition, une première réception du récit, nettement orientée13. À l’inverse, Gaston Zink a beaucoup insisté, à juste titre comme on le verra, sur cette troisième dimension de l’histoire : à ses yeux, l’auteur visait à souligner qu’une gestion éclairée et responsable du pouvoir venait accomplir le portrait du chevalier et monarque idéal14.

  • 15 La plupart des illustrations (54) occupent toute la largeur de la page sur une hauteur de 13 à 24 l (...)
  • 16 L’état lacunaire du manuscrit (cf. note 3 : le texte se termine en correspondance de la ligne XXXVI (...)

8Des 92 enluminures qui émaillent le manuscrit T15, seules seront considérées ici celles dont les dimensions et l’état de conservation permettent une interprétation certaine, soit un peu plus de 80 illustrations. Trois centres d’intérêt se dégagent très nettement : si ce sont les « armes » (exploits chevaleresques et militaires confondus) qui se taillent la part du lion, avec 37 images, les scènes d’amour et de politique se partagent équitablement le reste, avec 24 et 22 images respectivement16. Mais il faut naturellement regarder les choses de plus près.

  • 17 Cet épisode coïncide avec une remarquable concentration de miniatures : quinze dans une douzaine de (...)
  • 18 Au nombre de neuf dans sept feuillets seulement.
  • 19 Sur l’importance de ce motif et sa récurrence dans les romans du XVe siècle, on verra la contributi (...)

91. Les armes, donc, d’abord. Une observation s’impose aussitôt : toutes les aventures, chevaleresques et guerrières, de Cleriadus sont illustrées, au double sens du terme, dans notre manuscrit. Que ce soit l’affrontement contre quatre chevaliers indignes (ch. VIII), le combat contre un lion monstrueux (ch. XII), le duel contre le Felon sans Pitié (ch. XVI), l’ emprise de Cleriadus déguisé en Chevalier Vert (ch. XIX-XX)17, ou encore sa participation aux tournois (celui voulu par le roi de France : ch. XXVIII ; ceux qui suivent les mariages princiers : ch. XXXVIII), l’épreuve de la flèche (ch. XXIX), l’échec mis au rapt de quinze demoiselles (ch. XXXVIII) : toutes les étapes de la carrière chevaleresque du héros sont signalées dans le programme iconographique. De l’autre côté, les miniatures consacrées à la croisade de Chypre (ch. XXI et XXIV)18 célèbrent l’exploit qui consacre définitivement sa grandeur19.

10Je vais m’arrêter sur deux épisodes apparemment secondaires dans l’économie du récit, que la mise en page du manuscrit de Turin contribue cependant à mettre en relief de manière très efficace.

11En revenant d’Espagne, où il a assisté au mariage de sa sœur Maudonnette, Cleriadus apprend qu’un lion monstrueux terrorise le pays de Galles et décide aussitôt de se mesurer contre lui ; le combat, rude et sanglant, se prolonge jusqu’au moment où le héros tire son épée et blesse mortellement l’animal, qui regagne incontinent la forêt :

Ne demeura gueres qu’il [Cleriadus] en vit yssir ung beau chevalier, et n’avoit que ung ciglaton vestu. Si vient a Cleriadus tout droit et l’acolle et le baise en disent... (f. 21rb, éd. ch. XII, 119-122)

  • 20 Voir le glossaire de l’édition Zink, p. 742.
  • 21 Le combat contre le lion est illustré aussi dans l’incunable de Vérard ; située au même endroit (p. (...)

12Le chevalier révèle ainsi avoir été pendant de longues années la victime d’un enchantement dont seul « le meilleur chevalier du monde » (f. 21va ; éd. ch. XII, 156-157 : on retiendra l’expression) aurait pu le libérer. Située juste avant le début de l’épisode (« Or dit le conte que messire Cleriadus chevauche entre lui et son escuier et fait tant que en brief temps fut ou pays de Galles… », f. 20v, édition XII, 1), l’enluminure de T en annonce déjà l’issue heureuse (photo 1) : on y voit en même temps la bête sanglante sur la gauche, l’épée enfoncée dans son ventre, et le chevalier libéré (vêtu, comme le dit le texte, d’un simple manteau sans manches, un ciglaton justement20) à genoux devant Cleriadus encore armé ; l’écuyer, agenouillé et dans une posture admirative, assiste à la scène21.

Photo 1 : ms. T, f. 20v – L’episode du lion monstrueux..
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

13C’est toujours en traversant une forêt, sur la voie qui le ramène de Paris à Londres avec une nombreuse suite, que Cleriadus rencontre une nouvelle aventure. Dans un lit somptueux qu’abrite un pavillon vermeil, repose un chevalier souffrant de manière atroce ; selon les mots que sa sœur adresse au comte d’Esture, un an auparavant un « chevalier robeur »

en fuyent il tira d’un arc qu’il avoit contre mon frere et luy mist une fleche parmy l’espaule… par telle destinee [destinte] qu’il fault que le meilleur chevalier du monde luy ouste, (f. 80vb ; éd. ch. XXIX, 72-74)

  • 22 Le ms. de base de l’édition critique porte la graphie Brunoz de la Haulte Fueillee (ch. XXIX, 238-2 (...)
  • 23 Vérard n’a pas illustré cette épreuve, qui fait l’objet d’une enluminure dans le ms. de Londres : C (...)

14C’est naturellement encore une fois à Cleriadus que reviendra le mérite, après les tentatives infructueuses de ses deux cousins, de libérer Briniez de la Haulte Feuillee (f. 82rb)22, qui ne pourra que lui exprimer son éternelle reconnaissance. Épisode isolé dans un chapitre de longueur moyenne (843 lignes de l’édition critique), l’aventure de la flèche devait revêtir néanmoins une importance remarquable aux yeux de celui qui a conçu le codex turinois, illustrée qu’elle est de deux enluminures accompagnées de titres de chapitre dont l’emplacement appelle à quelques remarques23. Au f. 80rb, une rubrique précède la première illustration et présente les personnages de cette nouvelle aventure :

Cornent Meliadice, le conte d’Esture et leur compaignie, quant ilz furent passez ou roiaume d’Angleterre, trouverent en une plaine ung moult bel et riche paveillon de satin vermeil, ouquel avoit ung chevalier gisant sur ung lit navré en l’espaule d’une fleche, et une damoiselle qui le gardoit, que le conte réconforta doulcement.

15L’illustration (photo 2) correspond parfaitement à l’intitulé, avec la tente rouge sur la droite abritant le chevalier blessé, et la sœur de celui-ci s’adressant au comte d’Esture encore à cheval.

16Au dos de ce même feuillet, en bas de la colonne b (XXIX, 83 de l’édition critique), nouvelle interruption visuelle, avec un nouveau titre rubriqué (photo 3) :

Cornent le conte d’Esture compta a Meliadice la maniere de la maladie du chevalier navré et cornent il convenoit que la fleche fust tiree par le meilleur chevalier du monde. Cornent tous les chevaliers jusques a Cleriadus faillirent a la tirer. Cornent Cleriadus, a la prière de Meliadice, vint au chevalier navré et luy tira du premier cop la fleche de l’espaule. Cornent le chevalier, si toust qu’il fut defferré, vint a grant mesaise tenent sa main sur sa playe hors du paveillon mercier Meliadice et le conte d’Esture. (f. 80vb)

17En haut du f. 81r, une deuxième illustration annonce – tout comme le titre que l’on vient de lire – le résultat positif de l’intervention de Cleriadus et la reconnaissance exprimée par le chevalier, représenté à genoux devant

Photo 2 : ms. T, f. 80r – L’épreuve de la flèche (début).
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministère per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 3 : ms. T, f. 80v- Rubrique en correspondance au ch. XXIX, 83.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 4 : ms. T, f. 81r – L’épreuve de la flèche (fin).
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

  • 24 Un petit détail contraste avec le texte et avec le titre : le chevalier libéré est censé « ten [ir] (...)

Meliadice (photo 4)24. L’emplacement de cette seconde interruption est néanmoins étonnant ; elle se situe en effet au beau milieu de la réplique du comte d’Esture, consolant ainsi la jeune fille :

[80vb] « Ma doulce amye et damoiselle, pour Dieu, ne vous desconfortez point, car, si Dieu plest, vous trouverez allegement de la douleur de vostre frere.
[titre]
[81 r : illustration]
[81ra] Or escoutez, damoiselle, veez cy la fille du roy d’Angleterre, laquelle a moult noble chevallerie avec elle, et pour ce je leur voys dire qu’ilz essayent a defferrer vostre frere et de l’ouster de la paine en quoy il est. »

  • 25 Cf. « Titres, enluminures, lettrines » cit., p. 108.
  • 26 « Certains mots, comme or, attirent les lettrines, fût-ce au milieu d’une réponse », affirme avec r (...)

18Comme je l’ai remarqué ailleurs25, il est bien vrai que le discours du comte s’organise sur deux phrases distinctes : la réaction à ce que la demoiselle lui a révélé et la proposition d’une aide certaine ; il est vrai aussi que, même dans les manuscrits non illustrés, dont le manuscrit base de l’édition, cette reprise (« Or escoutez… ») est marquée par une lettrine26. Mais dans notre cas, c’est sans doute la mise en page du manuscrit qui offre la clé de l’énigme, l’espace resté en bas du f. 80v ne suffisant probablement pas pour illustrer un épisode estimé important : ici comme dans l’aventure du pays de Galles, Cleriadus est l’objet d’une prédiction, la réussite de ses actions le confirmant comme « le meilleur chevalier du monde ».

19Pour ce qui est des « armes », les images concourent en somme pleinement à l’interprétation du roman, dans la mesure où leur nombre (emprise chevaleresque et croisade) ou leur concentration (épreuve de la flèche) signalent au lecteur la portée d’un épisode et en anticipent l’issue.

  • 27 On remarquera que d’autres couples ont aussi droit à une représentation : le mariage de Maudonnette (...)

202. Les amours. Pour cet aspect encore, on ne peut manquer de relever le souci de complétude de notre manuscrit : toutes les rencontres des deux protagonistes fournissent le sujet pour une illustration, et ce dès le début du roman, lorsque Meliadice rend visite à Cleriadus blessé (ch. IV) ou lorsque les deux se séparent, Cleriadus étant rappelé dans son pays (ch. VII) ; plus loin, on admirera la visite secrète de Cleriadus dans la chambre de la jeune fille (ch. XVIII), leurs retrouvailles en Esture (ch. XXVII), jusqu’au retour en grande pompe en Angleterre via la France (ch. XXVIII, XXXI, XXXII) et, bien entendu, au mariage27.

  • 28 Même concentration d’images dans l’imprimé de Vérard, qui ajoute encore une enluminure : Bon Vouloi (...)
  • 29 On se rapportera à l’article de C. Page, « The performance of songs » cit. Pour la danse aux torche (...)

21Dans ce domaine, l’iconographie se concentre en particulier autour de deux épisodes : les noces de Cleriadus et Meliadice, que nous commenterons un peu plus loin, et une sorte de représentation in absentia, lorsqu’un échange de lettres et de poèmes rapproche la jeune fille et son ami sur la voie du retour de l’Espagne vers l’Angleterre (ch. XVII). Trois enluminures en trois feuillets scandent trois moments de l’épisode : l’arrivée de Bon Vouloir, messager de Meliadice et porteur d’une lettre pour Cleriadus (f. 29v), la composition de la mélodie (f. 30ra), puis de la lettre de réponse par Cleriadus (f. 31rb, photo 5 : les détails sont si soignés que les premiers mots de la lettre, « ma tresre//doubtee dame », se lisent sur la feuille que le protagoniste a entre ses mains)28. Ici encore, l’iconographie oriente le lecteur, en marquant l’importance d’un épisode plutôt secondaire sur le plan de l’intrigue, ne fût-ce que la musique (vocale, instrumentale, ainsi que les danses) joue un rôle essentiel dans le roman29.

22La célébration religieuse du mariage, moment culminant de l’intrigue amoureuse, risque de passer inaperçue dans un texte qui privilégie très nettement les aspects rapportés à la fête mondaine : arrivée des invités, préparatifs, habillement de la mariée, cortèges, musique, repas...

Et la fut espousee Meliadice a Cleriadus d’un grant evesque d’Angleterre qui les espousa. Et quant ilz furent espousez... (f. 88rb, éd. ch. XXXV, 187-190)

23Ce sont alors les éléments extra-textuels, image et titre de chapitre, qui permettent la mise en relief d’un moment évidemment capital aux yeux du copiste de T :

Cornent le roy Cleriadus et Meliadice furent menez a grant honneur au moustier pour espouser, et de la grant feste qui fut tenue au jour de leurs esposailles a toutes manieres de gens grans et petis. (f. 87vb)

24Dans l’enluminure (photo 6), Cleriadus accueille Meliadice à l’entrée du « moustier », où prend place le « grant evesque d’Angleterre » ; la fille est en robe d’apparat et, conformément à ce qui est dit dans le texte, la queue de son habit est tenue par une grande dame :

Or ouez corne Meliadice fut ordonnee. Elle fut vestue d’une cocte simple de drap d’or tout blanc, ung mantel de mesmes fourré d’ermines, et si avoit bien longue queue que une contesse d’Angleterre portoit. (f. 87va)

Photo 5 : ms. T, f. 31 r – Cleriadus écrivant à Meliadice.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 6 : ms. T, f . 87v – Le mariage.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

25Le texte est encore interrompu un feuillet plus loin (f. 89r, en correspondance de XXXV, 340 : photo 7), lorsque l’arrivée de Porus le Fayé avec un dernier cadeau pour la mariée offre une nouvelle occasion pour célébrer le faste et la richesse de la fête :

Cornent messire Porus, le chevalier fayé dont avez ouy parler devant, arriva le jour des nopces de Cleriadus a court, et du beau breceul d’or qu’il donna a la royne Meliadice. (f. 89rb)

26L’attention du lecteur est immédiatement capturée par l’or du berceau situé au centre de l’image, indiqué par le Chevalier à genoux et objet de l’admiration des invités présents. Remarquons que l’artiste l’a ramené à des dimensions normales, refusant évidemment de prendre au pied de la lettre l’expression hyperbolique du texte :

C’estoit ung grant bers, tout de fin or, si grant et si large que deux grans hommes eussent bien peu coucher dedens bien a large, (f. 89va)

27Une troisième illustration émaillé encore le fragment textuel consacré au mariage (photo 8) : le jour même de la célébration, après un dernier exploit (il a maîtrisé une bande de chevaliers qui avaient enlevé quinze demoiselles), Cleriadus rentre au palais royal, le bras en écharpe ; à minuit, on procède enfin au cérémoniel du coucher des mariés. L’interruption visuelle se situe entre la fin du ch. XXXVII (combat contre les chevaliers) et le début du ch. XXXVIII (retour du héros) ; par ailleurs, le titre et l’enluminure ne mettent aucunement en relief les mêmes éléments ; si le titre résume, dans trois propositions juxtaposées, le contenu du fragment qui suit :

Comment le roy Cleriadus s’en retourna blecié ou braz senestre de la bataille des . XV. chevaliers, lesquelx il conquist ; cornent le connestable de France, acompaignié de roys et de princes, vint au davant du roy Cleriadus ; et cornent la feste renforça pour sa venue f. 97vb) ;

l’image se concentre sur le moment final de la journée : Meliadice déjà couchée, Cleriadus aidé par Bon Vouloir à se déshabiller, pendant que les gentilshommes de sa suite, vus de dos, quittent la chambre nuptiale :

Cleriadus adonc entre en la chambre, le connestable avecques lui et Bon Vouloir pour lui oster son mantel et ses botes [...] Bon Vouloir recueillit le mantel [...] et yst de la chambre... (XXXVIII, 356-358, 376- 377 : cette partie du texte manque dans T)

  • 30 Les erreurs dans la disposition actuelle empêchent malheureusement une lecture linéaire : il faut e (...)

28En parcourant les feuillets consacrés au mariage30, le lecteur est amené par les enluminures à reconnaître l’une après l’autre les étapes marquantes de la fête ; mais celles-ci ne coïncident pas toujours avec des éléments importants dans le texte : la cérémonie religieuse elle-même surtout reçoit au niveau de l’iconographie un relief qu’elle n’a absolument pas dans la rédaction écrite, nouvelle preuve du pouvoir de l’image pour orienter l’interprétation du roman.

Photo 7 : ms. T, f. 89r – Le cadeau de Porus le Fayé.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 8 : ms. T, f. 97v – La chambre nuptiale.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministère per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

293. La politique. Comme on l’a anticipé, les éléments extra-textuels du manuscrit de Turin confirment le fondement d’une lecture politique du roman. Par exemple, tous les aspects de la vie de cour sont pris en charge dans l’illustration : envoi de messagers, réunion de conseils, festins, danses, accueil d’ambassadeurs ou de cortèges princiers, offre de cadeaux, mais aussi intrigues et exercice de la justice : que ce soit en Angleterre, Esture, Espagne, au pays de Galles, à Chypre, en France, un même luxe se déploie, les mêmes hiérarchies sont exhibées. Certes, dans un roman qui a pour protagonistes la fille d’un roi et le chevalier destiné à lui succéder, il est souvent ardu de faire la part entre motifs politiques, parcours chevaleresque et intrigue amoureuse : il me paraît cependant incontestable que l’iconographie privilégie parfois très nettement ce volet de l’histoire.

  • 31 L’aspect peu vraisemblable de le crédulité du roi d’Angleterre a été souligné par G. Zink (édition, (...)

30Il en est ainsi, entre autres, pour la trahison opérée par Thomas de Lengarde, frère du roi Philippon : profitant de l’absence de Cleriadus, Thomas accuse celui-ci d’avoir projeté l’empoisonnement du roi avec l’appui de Meliadice ; une action toute politique – Thomas redoutant les desseins de son jeune rival – aura des conséquences néfastes et sur Meliadice, condamnée à mort sans procès, et sur Cleriadus, exilé volontaire après la punition du traître31. Cet épisode est illustré dans notre manuscrit par quatre enluminures : deux concernent la trahison elle-même et mettent en scène les entretiens de Thomas avec son frère, rencontre secrète la première (f. 47vb), publique la seconde (f. 48r) ; les deux autres, qui retiendront notre attention, sont centrées, l’une sur l’arrestation de Thomas par les hommes de Cleriadus rentré de Chypre, l’autre sur l’exécution du traître à la présence du roi et d’une foule nombreuse (petite vignette au f. 56rb, et grande illustration au-dessous de celle-ci : photo 9). Situées entre la fin du chapitre XXV (entièrement consacré au retour du Connétable de France à la cour de Paris) et le début du chapitre XXVI (Cleriadus rentre en Angleterre), encore une fois les illustrations jouent d’avance en annonçant l’issue de l’épisode ouvert plus haut, au chapitre XXII). En l’absence d’un titre, c’est l’image qui assume la tâche d’annoncer en résumant : avant même de tourner la page et de reprendre la lecture du texte, c’est par l’intermédiaire d’un message visuel que le lecteur est informé de la conclusion de l’épisode.

31La célébration du pouvoir constitue un sujet privilégié pour l’illustrateur : en particulier, le triple couronnement de Cleriadus roi d’Irlande et de ses deux cousins Amador et Palixés, compagnons de tant d’aventures, devenus respectivement roi de Grenade et de Castille, est introduit par un titre imposant et par une enluminure somptueuse (f. 83r, photo 10) :

Cornent aucuns evesques et barons ambaxadeurs vindrent a Londres, et cornent ilz apporterent a messire Cleriadus la coronne du roy d’Irlande et fut coronné roy dudit royaume a la requeste du roy d’Irlande, Amadour du royaume de Grenade et Palixés aussi fut coronné roy de Castelle [sic], et furent tous . III. coronnez a Londres roys desdiz roiaumes en la grant eglise.

32Parfaitement cohérentes, rubrique (la dernière phrase, notamment) et enluminure anticipent encore une fois sur le texte ; ce n’est en effet que quelques colonnes plus loin que le couronnement est décrit :

  • 32 Par ailleurs, le festin qui suit la cérémonie religieuse a également droit à un titre rubrique et à (...)

Messire Cleriadus et ses deux cousins furent assis davant le grant maistre autel en troys chayeres royalles couvertes de moult riche drap d’or, et illec furent couronnez des evesques, et leur bailla on le ceptre en une main et le baston de justice en l’autre... (f. 84rb)32

  • 33 Avec ses 487 lignes dans l’édition Zink, le chapitre XXX n’est certes pas parmi les plus longs du r (...)
  • 34 Une dame embrasse un homme agenouillé devant elle à la présence de quelques seigneurs, des religieu (...)

33Deux autres interruptions visuelles correspondent aux fêtes qui suivent33. Le sujet de la première image (en bas de la colonne b du f. 84v) n’est pas facilement identifiable34 ; par ailleurs le titre qui la précède est étonnant pour plusieurs raisons :

Coment a la grant feste qui fut faicte a Londres au couronnement des trois roys susdiz en la grant salle du pallaix estoient quatre bestes merveilleuses es quatre cornieres de la salle : l’une estoit uns lyon qui giectoit vin par la gueule, l’autre estoit une licorne qui giectoit ypocras par la corne, la tierce estoit une ceraine qui par ses mamelles giectoit eau rose, et la quarte estoit ung tigre qui par la bouche gectoit let. Cornent après disner il entra en salle quarante petis enffans vestuz en guyse de hommes sauvaiges qui tous gectoient fleurs par my la salle, et cornent les ambaxadeurs prindrent congié de leurs roys, de Meliadice et de toute la compaignie. Des beaux et riches dons que les nouveaux roys firent donner aux seigneurs ambaxadeurs. (f. 84vb)

  • 35 On lit au f. 85ra : « Or ouyez qui estoit aux quatre coings de la salle ou estoit le disner. Il y a (...)
  • 36 Selon le texte, quarante enfants, « vestuz en guyse de hommes sauvaiges […], gectoient fleurs parmy (...)

34D’une part il n’entretient aucun rapport avec l’enluminure ; deuxièmement il ne résume guère le fragment textuel qu’il introduit, préférant reprendre très exactement du texte la description des quatre « fontaines » qui décorent la salle du festin35 ; enfin, cette description ne correspond pas non plus à l’illustration qui occupe le haut du feuillet à côté (f. 85r : photo 11), et qui représente un autre aspect de la fête : de jeunes enfants jouant de plusieurs instruments, tous différents, devant les rois et princes de la cour ; sur le sol, les fleurs jetées par d’autres valets pour répandre du parfum36.

Photo 9 : ms. T, f. 56r. – L’exécution du traître.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 10 : ms. T, f. 83r – Le triple couronnement.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

Photo 11 : ms. T, f. 85r – La fête en l’honneur des rois.
Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.

35C’est sans doute la mise en page qui explique – au moins en partie – le déséquilibre entre texte et image : la seconde partie du f. 84vb restée vide ne suffisant pas pour illustrer la grande fête, elle a été occupée par une petite image et par un intitulé que le rubricateur a rallongé par la partie de texte qui prenait place juste à côté, au f. 85ra.

36De toute manière, l’iconographie se fait le reflet des motifs politiques du récit, et elle en arrive à les amplifier par la représentation de toutes les prérogatives du pouvoir royal : dans notre manuscrit, c’est aussi grâce aux images que celui-ci s’impose comme le troisième volet du roman.

37Guide à la lecture, points de repère sur un chemin où les aventures se succèdent, hymne à la beauté et à la richesse, les enluminures du manuscrit de Turin sont tout cela en même temps. Éventuellement associées à d’autres éléments extra-textuels recourant à un code différent (les titres de chapitre), participant à la mise en page et parfois la déterminant (comme on l’a vu, il n’est pas rare qu’un titre rubriqué se développe plus ou moins en fonction de la place restée libre : cf. les photos n. 2, 3, 10), elles fixent parfois l’importance d’un épisode, en mettant en relief certains éléments aux dépens d’autres. Elles anticipent souvent l’issue d’une aventure, soulignent des détails, concourent en somme à plein titre à la réception et à l’interprétation du texte. Quoi qu’il en soit, l’illustrateur de Turin connaît bien le texte du roman ou travaille sur la base de consignes précises : les distorsions sont rares, et on relève en revanche la présence de détails saillants et anecdotiques qui dépassent le contenu de la rubrique et que l’on retrouve beaucoup plus loin dans le texte.

  • 37 C’est la thèse, quelque peu provocatoire bien entendu, de son Codex and Context. Reading Old French (...)

38Faut-il donc conclure, avec Keith Busby37, à la nécessité de revenir aux manuscrits pour apprécier entièrement la littérature des siècles médiévaux ? Ce qui est sûr, c’est que la beauté de certains témoins – non seulement manuscrits : j’espère pouvoir consacrer bientôt une étude à l’incunable d’Antoine Vérard – invite à la lecture, et nous procure aujourd’hui encore un plaisir esthétique que l’on sent privilégié.

Bibliographie

Manuscrits et éditions anciennes cités

Bruxelles, KBR, IV 1002.

Chantilly, Musée Condé, ms. 650.

Leipzig, Universitätsbibliothek, Rep.II.109.

London, BL, Roy. 20 C II

Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2.

Tours, BM, ms. 952.

Antoine Vérard, Livre de Cleriadus et Meliadice, 1495 (New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1531).

Michel Lenoir, Le livre de Cleriadus et de La belle Meliadice, 1514 (Paris, BnF, Rés. Y2.680 ; Chantilly, Musée Condé, III F 105).

Bibliographie critique

Lidia Amor, « El Roman de Cleriadus et Meliadice : transformaciones de un paradigma heroico en su vinculación con el poder », in Poder, justicia y derecho en el Mediterráneo occidental medieval, Buenos Aires, CONICET / CNRS (sous presse).

O.A. Bierstadt, The Library of Robert Hoe, New York, Duprat, 1895.

Danielle Bohler, « Péninsule ibérique et îles de Bretagne : la géopolitique de l’Imaginaire romanesque au XVe siècle », in Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 279-293.

Keith Busby, Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, 2 volumes, Amsterdam – New York, NY, Rodopi, 2002.

Catalogue of the Library of Robert Hoe, New York, 1911.

Maria Colombo Timelli, « Un manuscrit inconnu de Cleriadus et Meliadice : Leipzig, Universitätsbibliothek, Rep. II.109 », in L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2006, p. 67-85.

– , « Titres, enluminures, lettrines : L’organisation du texte dans quelques témoins de Cleriadus et Meliadice », in Tra Italia e Francia. Entre France et Italie. In honorent Elina Suomela Härmä, Helsinki, Société Néophilologique, 2006, p. 99-118.

Paul Durrieu, « Les manuscrits à peintures de la Bibliothèque incendiée de Turin », La Chronique des Arts et de la Curiosité, 6 février 1904, p. 43-46 ; 13 février 1904, p. 56-58 ; 20 février 1904, p. 63-65.

Claudio Galderisi, « Cleriadus et Meliadice : une chronique de motifs littéraires du Moyen Âge », Vives Lettres, 8, 1999, p. 85-97.

Catherine Gaullier-Bougassas, « La croisade dans le roman chevaleresque », in Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004 p. 295-307.

Christopher Page, « The performance of songs in late médiéval France », Early music, 10, 1982/4, p. 441-450.

Giuseppe Pasini, Codices manuscripti bibliothecae regii Taurinensis Athenaei, Taurini, 1749, II, p. 468.

Catherine Rollier-Paulian, « L’errance du couple noble : évolution d’un outil didactique dans le roman du XIVe au XVe siècle (l’exemple de Cleriadus et Meliadice) », in Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 267-277.

Albano Sorbelli, Inventari dei manoscritti dette Biblioteche d’Italia, vol. XXVIII, Torino-Firenze, 1922.

Michelle Szkilnik, « A Pacifist Utopia, Cleriadus et Meliadice », in Inscribing the Hundred Years’War in French and English Cultures, Albany, State University of New York Press, 2000, p. 221-235.

Hermann Suchier, Œuvres poétiques de Philippe de Remi, Sire de Beaumanoir, Paris, SATF, 1884, 2 tomes.

Gaston Zink, Cleriadus et Meliadice. Roman français du XVe siècle. Première édition critique (thèse complémentaire de Doctorat d’État, Paris-Sorbonne, 1981), 2 tomes.

– , Cleriadus et Meliadice. Roman en prose du XVe siècle, Éd. critique par G.Z., Genève, Droz, 1984, TLÆ328 (compte rendu par Pierre Cockshaw in Scriptorium, XL, 1, 1986, p. 17*-18*).

– –, « Cleriadus et Meliadice, histoire d’une élévation sociale », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Alice Planche, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 497-504.

Notes

1 Dix manuscrits, un incunable, 4 éditions anciennes (la dernière est datée 1529) ; les informations données par Gaston Zink, éditeur du roman (Genève, Droz, 1984, TLF 328), p. IX-XIV, sont maintenant à compléter par ma contribution, « Un manuscrit inconnu de Cleriadus et Meliadice : Leipzig, Universitätsbibliothek, Rep. II.109 », in L’écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 2006, p. 67-85.

2 Voir p. XXII-XXIII et le stemma p. XXV de l’édition citée. La redécouverte du manuscrit de Leipzig n’a pas infirmé les deux regroupements, tout en modifiant en partie les liens de parenté au sein de la famille b : cf. Colombo Timelli « Un manuscrit inconnu » cit., p. 85.

3 Description sommaire dans les catalogues (Albano Sorbelli, Inventari dei manoscritti delle Biblioteche d’Italia, vol. XXVIII, Torino-Firenze, 1922, n. 1628 ; Giuseppe Pasini, Codices manuscripti bibliothecae regii Taurinensis Athenaei, Taurini, 1749, II, p. 468 ; le ms. est répertorié aussi dans les fiches manuscrites de Bernardino Peyron conservées au Département des Manuscrits de la Bibliothèque de Turin) et dans l’édition Zink, p. XII. Il s’agit d’un ms. sur parchemin, de 99 ff., déjà lacunaire à date ancienne et détérioré par l’incendie de 1904 ; la reliure a été refaite après la restauration (1953-1965). Les feuillets ont été en partie déplacés : le f. 4 est à renverser, les ff. 94-99 sont à replacer entre les ff. 89 et 90, où ils comblent en partie la lacune du texte (mq les fragments ch. XXXV, 439-560, et XXXVIII, 345-473 éd. Zink). Outre la perte de la fin du roman (à partir de XXXVIII, 1025), on constate une ultérieure lacune entre les ff. 86 et 87 (ch. XXXII, 1 – XXXIV, 608). Dimensions : mm. 365 X 270 ; écrit sur deux colonnes (41 à 45 lignes), dans une écriture gothique bâtarde, avec une décoration importante en style flamand (enluminures, grandes lettres initiales enluminées et dorées, ornementation dans les marges). Sur le f. de garde, fortement endommagé, on reconnaît quelques signes qui pourraient constituer une marque de provenance : Paul Durrieu espérait pouvoir la reconnaître « un jour » (notre manuscrit appartient selon lui à la « catégorie des superbes volumes sortis des ateliers de librairie établis en Flandre et spécialement à Bruges, Lille, Gand, à l’époque des derniers ducs de Bourgogne » : cf. La Chronique des Arts et de la Curiosité, 6 février 1904, p. 43-46 ; 13 février 1904, p. 56-58 ; 20 février 1904, p. 63-65 ; p. 64).

4 « Il lui arrive de fournir la bonne leçon dans des passages partout ailleurs altérés » : G. Zink donne deux exemples p. XXII de son édition.

5 Après un premier titre au f. 1v, on constate un « vide » jusqu’au f. 71n : des espaces blancs subsistent néanmoins aux ff. 9r, 11v, 13v, 17r, 19r, 23v, 27v, 46v. Je me permets de renvoyer à mon étude « Titres, enluminures, lettrines : L’organisation du texte dans quelques témoins de Cleriadus et Meliadice », in Tra Italia e Francia. Entre France et Italie. In honarem Elina Sumnela Härmä, Helsinki, Société Néophilologique, 2006, p. 99-118.

6 Les titres de Vérard sont reproduits en annexe à l’article cité dans la note précédente, p. 116-117.

7 Ed. Zink, p. XXX-XXXI. Avec la seule exception du chapitre XV, tous ces débuts en Or sont marqués dans le ms. de Tours par une lettrine. J’ai étudié la fragmentation et organisation de la matière dans le manuscrit de Turin et dans l’incunable de Vérard dans « Titres, enluminures, lettrines » cit.

8 On en trouvera une description détaillée dans la thèse de Gaston Zink (Cleriadus et Meliadice. Roman français du XV siècle. Première édition critique, thèse complémentaire de Doctorat d’État, Paris-Sorbonne, 1981), t. I, appendice III, p. 404-411. Le manuscrit de Londres a suscité l’attention du musicologue Christopher Page (« The performance of songs in late médiéval France », Early music, 10, 1982/4, p. 441-450), en tant que témoignage des pratiques vocales et instrumentales à la fin du Moyen Âge.

9 Il s’agit – on l’aura compris – d’un ouvrage somptueux, imprimé sur vélin et décoré à la main ; il est décrit par O.A. Bierstadt, The Library of Robert Hoe, New York, Duprat, 1895, p. 59 ; et dans le Catalogue of the Library of Robert Hoe, New York, 1911, n. 758, p. 135. Description des illustrations dans la thèse citée de G. Zink, tome I, appendice V, p. 431-436.

10 Après une contribution de Gaston Zink (« Cleriadus et Meliadice, histoire d’une élévation sociale », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Alice Planche, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 497-504) et l’article de C. Page cité, on enregistre un regain d’intérêt au cours des dix dernières années : Claudio Galderisi, « Cleriadus et Meliadice : une chronique de motifs littéraires du Moyen Âge », Vives Lettres, 8, 1999, p. 85-97 ; Flor M.a Bango de la Campa, « El conector or en Cleriadus et Meliadice », in Corona Spicea. In memoriam Cristóbal Rodríguez Alonso, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1999, p. 365-382 ; Michelle Szkilnik, « A Pacifist Utopia, Cleriadus et Meliadice », in Inscribing the Hundred Years’ War in French and English Cultures, Albany, State University of New York Press, 2000, p. 221-235 ; Catherine Rollier-Paulian, « L’errance du couple noble : évolution d’un outil didactique dans le roman du XIVe au XVe siècle (l’exemple de Cleriadus et Meliadice) », in Du roman courtois au roman baroque, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 267-277 ; Danielle Bohler, « Péninsule ibérique et îles de Bretagne : la géopolitique de l’imaginaire romanesque au XVe siècle », ibidem, p. 279-293 ; Catherine Gaullier-Bougassas, « La croisade dans le roman chevaleresque », ibidem, p. 295-307. Lidia Amor, qui a soutenu en mars 2008 une thèse de Doctorat à l’Université de Buenos Aires (‘Un songe sans dormir’. Textualización del poder y funcionalidad social del roman de « Cleriadus et Meliadice »), a aussi publié deux articles sur ce roman : « El Roman de Cleriadus et Meliadice : transformaciones de un paradigma heroico y sy vinculación con el poder », in Derecho y justicia : el poder en la Europa médiéval. Droit et justice : le pouvoir dans l’Europe médiévale, Buenos Aires, conicet / cnrs, 2008, p. 215-246 ; « Diálogos textuales : una comparación entre Clériadus et Méliadice y Ponthus et Sidoine », Fifteenth-Century Studies, 33, 2008, p. 55-73. On trouvera un résumé synthétique du roman dans l’article de Gaston Zink cité, p. 497-498, et une analyse détaillée dans l’édition, pp. XXXVI-XLVI.

11 La datation s’appuie sur des preuves externes (présence de manuscrits dans les librairies de l’époque), des éléments de bibliographie matérielle (filigranes, écritures) et des indices textuels (vocabulaire de la mode, aspect des plus soignés par l’auteur, climat d’entente franco-anglaise) : cf. Zink, édition, p. XXXII-XXXV. Remarquons que l’identification du ms. P1 avec le volume appartenu à Marie de Clèves, identification qui aurait permis de reculer encore la composition du roman, a été contestée par Pierre Cockshaw dans son compte rendu de l’édition Zink in Scriptorium, XL, 1, 1986, p. 17*-18*. Le manuscrit de Leipzig, appartenu à Gabrielle de La Tour (morte en 1474) fournit un terminus ante quem trop tardif pour être utile à la datation du texte.

12 Les nombreux motifs communs avec Ponthus et Sidoine, qui constitue certainement une des sources du roman, ont été mis en relief par G. Zink (édition, p. LXIV-LXIX). Par ailleurs, le motif du voyage entrepris après le mariage afin d’établir le pouvoir royal sur des régions récemment acquises se retrouve dans la Manequine, mise en prose par Jean Wauquelin dans les mêmes années (1440-1450) : cf. l’édition de Hermann Suchier, Œuvres poétiques de Philippe de Remi, Sire de Beaumanoir, Paris, SATF, 1884, tome I, ch. LXIII-LXIV, p. 361-364.

13 C’est ce que confirme l’introduction puis l’évolution du titre dans les prologues : le « livre de Cleriadus et Meliadice » de Vérard (tiré de l’explicit des manuscrits) devient dès l’édition de 1514 de Michel Lenoir, « le livre de Cleriadus et de la belle Meliadice » (c’est moi qui souligne).

14 « La finalité du roman [est] politique » (édition, p. LI) : voir le paragraphe consacré à Cleriadus souverain, p. LI-LII, et l’article du même Zink (« Cleriadus et Meliadice, histoire d’une élévation sociale » cit.), p. 503-504.

15 La plupart des illustrations (54) occupent toute la largeur de la page sur une hauteur de 13 à 24 lignes de texte (seule la première, qui illustre le début du roman, avec le roi d’Angleterre dictant à son secrétaire une lettre, et toute la cour réunie autour de lui, prend une bonne trentaine de lignes, soit plus de la moitié de la page) ; 29 autres occupent une seule colonne (hauteur : de quelques lignes à une demi-colonne) ; d’autres enfin (9 au total) prennent place en dehors du texte, dans la décoration marginale. La distribution des images mériterait aussi d’être étudiée de près : on ne peut manquer de remarquer, par exemple, le manque d’illustrations dans les ff. 65-70, ni d’observer que les petites enluminures marginales apparaissent à partir du f. 48 seulement.

16 L’état lacunaire du manuscrit (cf. note 3 : le texte se termine en correspondance de la ligne XXXVIII, 1025 de l’édition) ne permet malheureusement pas de mesurer l’importance éventuelle de l’illustration dans la dernière partie du roman.

17 Cet épisode coïncide avec une remarquable concentration de miniatures : quinze dans une douzaine de feuillets à peine.

18 Au nombre de neuf dans sept feuillets seulement.

19 Sur l’importance de ce motif et sa récurrence dans les romans du XVe siècle, on verra la contribution de C. Gaullier-Bougassas, « La croisade dans le roman chevaleresque », cit.

20 Voir le glossaire de l’édition Zink, p. 742.

21 Le combat contre le lion est illustré aussi dans l’incunable de Vérard ; située au même endroit (p. 45 du texte imprimé), l’enluminure n’anticipe cependant pas le résultat, et montre Cleriadus se battant à cheval (ce qui ne correspond pas au texte) contre l’animal. Le titre de chapitre qui accompagne l’image ne permet par ailleurs pas de faire le lien entre le chevalier libéré et le lion : « Comment messire Cleriadus rencontre ung chevalier de Portingal aprés qu’il eut combatu avecquez le lyon en la forest, et comment ledit chevalier le mena reposer ».

22 Le ms. de base de l’édition critique porte la graphie Brunoz de la Haulte Fueillee (ch. XXIX, 238-239).

23 Vérard n’a pas illustré cette épreuve, qui fait l’objet d’une enluminure dans le ms. de Londres : Cleriadus tirant la flèche de l’épaule d’un chevalier alité sous un pavillon, en présence de la sœur de celui-ci (f. 136rb).

24 Un petit détail contraste avec le texte et avec le titre : le chevalier libéré est censé « ten [ir] sa main à sa playe », alors que dans la vignette la blessure saigne abondamment, et le chevalier est représenté les mains jointes.

25 Cf. « Titres, enluminures, lettrines » cit., p. 108.

26 « Certains mots, comme or, attirent les lettrines, fût-ce au milieu d’une réponse », affirme avec raison G. Zink (édition, p. XXX).

27 On remarquera que d’autres couples ont aussi droit à une représentation : le mariage de Maudonnette et du roi d’Espagne (f. 17r, ch. X), les fiançailles de Cadore et Palixés (f. 23v, ch. XIV).

28 Même concentration d’images dans l’imprimé de Vérard, qui ajoute encore une enluminure : Bon Vouloir remettant à Meliadice la lettre de réponse. Trois titres de chapitre sont rapportés à cet épisode : « Comment messire Cleriadus receust unes lettres que Meliadice lui avoit envoie par Bon Vouloir son messagier » (p. 65, voir ch. XVII, 1), « Comment messire Cleriadus rescript a Meliadice sa dame » (p. 70, ch. XVII, 272) ; « Comment le serviteur Bon Vouloir revient devers Meliadice sa dame, et comment il la trouva en sa chambre » (p. 72, XVIII, 1). Le manuscrit de Londres introduit une seule miniature (f. 51v) : Cleriadus compose sur la harpe un air sur les paroles de Meliadice (ch. XVII, 310).

29 On se rapportera à l’article de C. Page, « The performance of songs » cit. Pour la danse aux torches en particulier, voir ma contribution, « Un manuscrit inconnu » cit., p. 81 et la reproduction sur la couverture de ce même volume.

30 Les erreurs dans la disposition actuelle empêchent malheureusement une lecture linéaire : il faut en effet passer du f. 89 aux ff. 94,95,96, 97, puis revenir au f. 90 (voir plus haut, note 3).

31 L’aspect peu vraisemblable de le crédulité du roi d’Angleterre a été souligné par G. Zink (édition, p. LX), puis par C. Galderisi (« Cleriadus et Meliadice » cit., p. 90) ; Catherine Rollier-Paulian a mis en rapport le motif de la séparation du couple dans Cleriadus et dans le Roman du Comte d’Anjou (« L’errance du couple noble » cit.).

32 Par ailleurs, le festin qui suit la cérémonie religieuse a également droit à un titre rubrique et à une illustration, qui se situent juste après le passage cité : « Cornent, aprés le couronnement de messire Cleriadus et de ses deux cousins, le conte d’Esture fist feste planteureuse aux [sic] pallaix de Londres, et cornent ilz furent assis au disner. » L’image représente une longue table : Meliadice et la comtesse d’Esture y prennent place entre les trois nouveaux rois ; aux deux bouts, de grands seigneurs et un évêque sont assis ; de jeunes personnages assurent le service.

33 Avec ses 487 lignes dans l’édition Zink, le chapitre XXX n’est certes pas parmi les plus longs du roman : il comprend néanmoins quatre titres et autant d’illustrations dans notre manuscrit.

34 Une dame embrasse un homme agenouillé devant elle à la présence de quelques seigneurs, des religieux, et de deux autres dames (selon Zink, il pourrait s’agir d’une remise de cadeaux aux ambassadeurs à leur départ : cf. sa thèse, t. I, p. 428).

35 On lit au f. 85ra : « Or ouyez qui estoit aux quatre coings de la salle ou estoit le disner. Il y avoit quatre manieres de bestes : l’une estoit .i. lyon qui giectoit vin par la bouche ; l’autre estoit une licorne qui giectoit ypocras par la corne ; la tierce estoit une ceraine qui giectoit eau rose [rose dans la marge gauche] par ses deux mamelles ; la quarte beste estoit ung tigre qui giectoit let par la bouche. »

36 Selon le texte, quarante enfants, « vestuz en guyse de hommes sauvaiges […], gectoient fleurs parmy la salle, qui sentoient si bonne odeur qu’il sembloit que toute la salle fust plaine de basme » (f. 85ra).

37 C’est la thèse, quelque peu provocatoire bien entendu, de son Codex and Context. Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, 2 volumes, Amsterdam – New York, NY, Rodopi, 2002.

Table des illustrations

Légende Photo 1 : ms. T, f. 20v – L’episode du lion monstrueux..Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Photo 2 : ms. T, f. 80r – L’épreuve de la flèche (début).Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministère per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Photo 3 : ms. T, f. 80v- Rubrique en correspondance au ch. XXIX, 83.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo 4 : ms. T, f. 81r – L’épreuve de la flèche (fin).Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Légende Photo 5 : ms. T, f. 31 r – Cleriadus écrivant à Meliadice.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Photo 6 : ms. T, f . 87v – Le mariage.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Photo 7 : ms. T, f. 89r – Le cadeau de Porus le Fayé.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Photo 8 : ms. T, f. 97v – La chambre nuptiale.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministère per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Photo 9 : ms. T, f. 56r. – L’exécution du traître.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Photo 10 : ms. T, f. 83r – Le triple couronnement.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministero per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Photo 11 : ms. T, f. 85r – La fête en l’honneur des rois.Torino, Biblioteca Nazionale Universitaria, L. II.2. Ministere per i Beni e le Attività Culturali, B.N.U. Torino. Divieto di riproduzione.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25276/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search