Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

IV. Modèles et miroirs

Le Petit Jehan de Saintré : une « Éducation sentimentale » du xve siècle ?

Friedrich Wolfzettel

Texte intégral

  • 1 Dans l’Introduction de l’édition bilingue du Jéhan de Saintré (traduction de Michel Quereuil), Pari (...)
  • 2 Cf., à cet égard, l’article de Marie-Françoise Notz, « La courtoisie et l’imaginaire social au XVe (...)
  • 3 Emma Stojkovic Mazzariol, L’Occhio e il piede. Lettura critica del « Petit Jehan de Saintré » di An (...)
  • 4 Julia Kristeva, Semeiotikè : Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969.
  • 5 À la suite de Julia Kristeva, Emma Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 9, définit le roman comme « un (...)
  • 6 Claudio Galderisi, « “La femme et le pantin” : La statue de cire du Jéhan de Saintré, entre pratiqu (...)

1Le titre délibérément un peu provocant ne vise pas, bien sûr, à une comparaison serrée des deux œuvres en dernière analyse très dissemblables et distantes l’une de l’autre de presque exactement quatre cents ans. Il ne s’agira que de jeter quelque lumière sur certaines analogies historiques, sinon sur une certaine parenté d’esprit concrétisée dans le thème de la désillusion. Le roman, paru en 1456, d’Antoine de La Sale et le roman flaubertien ou plutôt la seconde version définitive de ce roman, de 1869, se situent en fait tous les deux au bout d’une longue tradition générique : pour le premier, celle du roman biographique chevaleresque et des « enfances » médiévales ; dans le cas de Flaubert, celle du roman romantique ou de formation. Mais dans les deux cas, on assiste à un essai conscient de subvertir les bases idéalistes des genres respectifs, de sorte que les deux romans dénotent la crise d’un modèle romanesque jusqu’alors plus ou moins obligatoire. Si, selon Joël Blanchard, le Saintré donne « l’impression d’une contre-épreuve burlesque d’un roman courtois traditionnel, d’une illustration inversée de certaines valeurs que l’auteur chercherait à miner »1, L’Éducation sentimentale de Flaubert désigne la faillite des valeurs prétendument universelles de la bourgeoisie préquarante-huitarde et, sur le plan structurel, la faillite de la biographie comme recherche et son simple remplacement par la surface plane d’une suite temporelle dénuée de sens. Dans les deux cas, ce renversement des valeurs équivaut à l’avènement de l’âge de la raison d’un genre et d’une mentalité, et dans les deux cas, la tradition idéaliste débouche sur le règne de l’argent. Pour Flaubert comme pour Antoine de La Sale, le moule du roman d’apprentissage2 sert à mettre en relief une éducation négative qui démentit les valeurs factices du genre, « simulando », comme le met Emma Stojkovic Mazzariol pour le Saintré, « lo schéma della biografia eroica che lutta la narrazione intermedia smentisce, disattende e distorce ».3 À la lumière de ces analogies historiques, il faudrait insister sur le caractère ouvert, non-conclusif de ce roman, choisi jadis par Julia Kristeva4 comme illustration de sa thèse d’une « structure transformationnelle »5 et définie encore récemment par Claudio Galderisi comme un « roman à thèse sans synthèse »6. La formule vaut parfaitement aussi pour l’Éducation sentimentale.

  • 7 Pour la fonction de ce décalage historique, voir l’article de Florence Bouchet, « “Au temps du roy (...)
  • 8 Georges Duby, Histoire de la France, nouv. éd. Paris, Larousse, 1970, p. 200.
  • 9 Cf. Jane H.M. Taylor, « La fonction de la croisade dans Jehan de Saintré », in Cahiers de Recherche (...)
  • 10 Cf. Alfons Pilorz, « La Salle, grand nostalgique du passé », in Tradition et Modernité, publ. par U (...)
  • 11 E. Stojkovic-Mazzariol, op. cit., p. 79.

2Dans les deux cas, le « roman de l’individu problématique », pour reprendre une formule célèbre de Georges Lukács, se déroule sur un fond historique plus ou moins reculé, comme si la distance historique séparant le début du roman de l’époque de la rédaction semblait vouloir souligner le caractère « démodé », sujet à être dépassé, des conditions initiales. Il est vrai que cette distance, qui ne comprend guère plus d’une vingtaine d’années dans L’Éducation sentimentale, roman débutant vers 1840, couvre un siècle entier dans le Saintré, dans lequel les débuts de la guerre de Cent Ans, remontant « au temps du roy Jehan de France, filz aisné du roy Philipe de Vallois » (p. 36)7, marquent le décalage profond entre cette époque et l’époque de Louis XI, marquée, elle, par la restructuration du royaume de France. Mais si, selon Georges Duby, la guerre de Cent Ans « peut être considérée comme un conflit entre la vieille idée féodale qui plaçait les biens vassaliques au-dessus de toute considération nationale et la naissance précisément des nationalismes modernes »8 et si la revalorisation des valeurs chevaleresques que nous constatons dans la biographie de Jehan de Saintré est justement démentie par les catastrophes de Crécy et de Calais, les valeurs quarante-huitardes du roman semi-historique de Flaubert, sont tout autant vouées à l’échec, voire ridiculisées à la lumière de la nullité des protagonistes. N’oublions pas que la dictature de Louis Napoléon, puis la monarchie de Napoléon III marquent, elles aussi, une époque de restructuration technocratique et de modernisation intense, de sorte que, dans les deux romans, l’ordre moderne donne la mesure d’un projet réaliste qui dénonce la crise des valeurs anciennes. À la différence, cependant, de Flaubert qui fait déboucher l’Histoire sur la désillusion du protagoniste, La Sale, peu soucieux d’ailleurs de vérité historique, cherche à rehausser l’éclat de son héros en lui donnant comme compagnon le fameux Boucicault et en esquissant une carrière chevaleresque édifiante de vainqueur de croisade.9 Le hiatus qui s’ouvre entre la désillusion sentimentale du héros et sa fonction historique positive dénote ici le désir de l’auteur de sauver au moins la valeur de l’histoire10 contre l’inauthenticité de la cour caractérisée par Emma Stojkovic Mazzariol comme une « realtà ormai fittizia », presque carnavalesque11. Historiquement, l’inauthenticité complète thématisée par le roman flaubertien représente donc une radicalisation de la prise de position lasalienne et une étape décisive du roman vers la modernité.

  • 12 Jane H.M. Taylor, « Courtly patronage subverted : Lancelot en prose, Petit Jehan de Saintré », in M (...)
  • 13 Voir la note 6.

3Chez les deux auteurs, le nouveau réalisme romanesque est basé sur ce que Jane H.M. Taylor a appelé « a knowing subversion »12 de l’intertexte en question. Les techniques employées sont, bien sûr, différentes, mais la tendance « anti-romantique » semble être la même. Antoine de La Sale y arrive en exploitant les incongruités des modèles hérités et en faisant ressortir le caractère profondément inadéquat de ces modèles dans la réalité. Flaubert, lui, invente le syndrome « bovaryste » qui consiste, de la part du protagoniste, à adopter une perspective faussée systématiquement par une expérience littéraire dépassée depuis longtemps. Ce réalisme proprement dit, qui hérite de certains thèmes du romantisme social sans en partager l’emphase humaniste chère à ses prédécesseurs – de Chateaubriand jusqu’à Sainte-Beuve et à Fromentin –, sert à approfondir la désillusion romantique, teintée encore de nostalgie du paradis perdu, au moyen d’un diagnostic radicalement désabusé de la vie, tant sur le plan individuel que d’un point de vue historique et social. Cette perspective critique détruit toute intériorité psychologique. Comme l’a bien vu Galderisi13, le protagoniste de La Sale est devenu le « pantin de Madame, la cobaye d’un processus expérimental ». De façon analogue, il n’y a plus, dans le roman flaubertien, de destinée individuelle signifiante. Si, dans Madame Bovary, on découvre encore une forme grimaçante du tragique humain, dans l’Éducation sentimentale, la vie de Frédéric Moreau est conçue comme une suite ininterrompue d’illusions et de désillusions qui marquent autant d’étapes d’une banalisation intense de l’existence bourgeoise. Dans les deux cas, on parlerait d’un fonctionnement à vide du schéma biographique. Dans le roman de La Sale, l’expérience juvénile n’a pas d’impact sur le reste de la vie de Jehan de Saintré ; chez Flaubert, l’expérience juvénile sert à bloquer le reste de la vie de Frédéric. On sait que pour arriver à cet effet semblable aux effets grotesques de Bouvard et Pécuchet, Flaubert s’est servi d’une technique innovatrice de la temporalisation qui conjugue le temps historique et l’écoulement de la vie individuelle, sous l’impact d’une mesure quasi mécanique. Loin de céder aux tentations de la philosophie de l’Histoire de provenance romantique, l’auteur en vient donc à instaurer la catégorie biologique du Temps qui caractérisera l’art naturaliste à venir.

  • 14 Toutes les citations d’après Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme, (...)

4Il est pourtant vrai que les portraits des deux héros se distinguent profondément. La banalisation de la dimension historique va, chez Flaubert, de pair avec la banalisation du protagoniste, « homme de toutes les faiblesses » (p. 300)14, caractérisé par « une lâcheté sans fond » (p. 210). En ceci, il se distingue évidemment du protagoniste médiéval qui se soumet à une série d’épreuves pour prouver son courage et pour illustrer ses vertus chevaleresques. Il n’est pas pour autant immunisé contre la banalité. Mais ce qui rapproche les deux protagonistes, c’est la tension fausse d’un grand amour idéal qui se réduit à rien en laissant un grand vide dans l’existence du héros. Certes, les circonstances particulières diffèrent beaucoup d’un roman à l’autre. Le très jeune « enfant » chevaleresque qu’est le petit Jehan de Saintré a un dévouement sans bornes pour sa dame, préceptrice maternelle et érotique à la fois, et sera cruellement déçu vers la fin. Frédéric Moreau a dix-huit ans quand il fait la connaissance de Madame Arnoux, femme d’un capitaliste vulgaire, et il sera marqué pour toute sa vie par cette rencontre comparée à « une apparition » (p. 4), apparition, toutefois, qui, lui ouvrant un horizon vaguement exotique et rappelant les traits typiques des « femmes des livres romantiques » (p. 9), ne laisse pas d’être faussée et bovarysée dès le début. Autant dire que même cette expérience primordiale et lumineuse semble être ambivalente. Comme l’indique le commentaire en style indirect libre : « L’univers venait tout à coup de s’élargir. Elle était le point lumineux où l’ensemble des choses convergeait ; [...]. » (p. 9) On pourrait parler d’une espèce de bovarysme masculin et inversé qui sera voué à l’échec au moment où le héros, désabusé et énervé par une série d’aventures sexuelles triviales, se trouvera face à l’objet de son amour, vieilli, prêt, semble-t-il, à se donner à lui : « Frédéric soupçonna Mme Arnoux d’être venue pour s’offrir ; et il était repris par une convoitise plus forte que jamais, furieuse, enragée. Cependant, il sentait quelque chose d’inexprimable, une répulsion, et comme l’effroi d’un inceste. Une autre crainte l’arrêta, celle d’en avoir dégoût plus tard. » (p. 422/3) En plus de la dégradation que subit l’image maternelle de l’amour de Jehan de Saintré, celle du grand amour de Frédéric est donc marquée par le tabou de l’inceste et par une ambivalence profonde qui désigne la fin définitive de cette relation idéale. Mais il ne serait certes pas faux d’appliquer le terme de bovarysme également au roman médiéval tardif qui, déjà, fait valoir une espèce de romantisme faux basé sur le code désuet de l’amour courtois élaboré longuement au cours de la première partie du roman. Les parties didactiques y prennent en fait une telle ampleur qu’on ne sait pas trop si l’auteur a voulu montrer la façon dont le jeune homme est trompé par un univers de masques ou bien s’il a voulu tromper lui-même et le lecteur.

  • 15 J. Taylor, art. cit., p. 279.
  • 16 On aimerait renvoyer, dans ce contexte, à l’article déjà cité de Florence Bouchet ; selon elle, « J (...)
  • 17 Cf. Taylor, art.cit., p. 284.
  • 18 E. Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 70.

5C’est qu’au-delà des différences notables de forme et de fonction du thème de la désillusion dans le roman médiéval et le roman moderne, la faillite de l’image maternelle d’un grand amour semble suggérer non seulement une analogie secrète, mais aussi la clé même de ces deux romans profondément féminisés. Pour le Petit Jehan de Saintré, Jane Taylor a parlé d’un « peculiarly feminised chivalric world »15, et curieusement, dans le roman flaubertien de même que dans celui de La Sale, cette féminisation a été achetée au prix d’une émasculation complémentaire : la revalorisation de la Mère érotique a eu pour conséquence la suppression de l’instance du Père.16 Et il est clair aussi que, dans les deux romans, la dernière étape menant à la vie adulte a été achetée au prix de la perte d’un amour placé sous le signe de la mère érotique. De même que l’imagerie occidentale de l’amour dit courtois est profondément marquée par l’image tant soit peu œdipienne de la dame, l’imaginaire romantique, lui, semble être caractérisé par la figure rarement avouée de l’amante maternelle. Dans les deux cas, la faillite de cette instance supérieure semble donc vouloir révéler la faillite d’une longue tradition culturelle, en mettant en relief la constellation aporétique de cette fusion du côté érotique et du côté maternel17 de sorte que l’émancipation postérieure équivaut à une désillusion absolue. C’est ce que désigne la clôture célèbre et scandaleuse du roman de Flaubert, la phrase clé lancée par Frédéric et reprise par son ami Deslauriers au moment où les deux amis se souviennent de leurs premières expériences érotiques au bordel : « C’est là ce que nous avons eu de meilleur. » (p. 427) La dégradation de la « Mère » par l’allusion à l’amour vénal désigne ici la vérité psychologique d’un monde dont les valeurs idéales sont en vérité médiatisées par l’argent. Or, Emma Stojkovic Mazzariol a attiré l’attention sur l’importance de l’argent dans le Jehan de Saintré. Depuis l’achat des premiers vêtements somptueux jusqu’au thème récurrent des tournois, elle constate « la perfetta omologia tra qualità morale e quantità venale ».18 L’amour idéal du jeune Saintré se révèle ainsi être, lui aussi, un amour vénalisé et instrumentalisé. En effet, si le mythe chevaleresque est une espèce de romantisme – comme le suggère d’ailleurs Jane Taylor en mettant en regard le Lancelot en prose et le Petit Jehan de Saintré –, l’âge romantique peut être considéré comme l’époque chevaleresque de la modernité. Les deux romans en question ont choisi pour thème le passage d’une époque à une autre, passage lié à un nivellement radical de la dimension idéale de ce « romantisme » des sentiments.

  • 19 Roger Dubuis, « Saintré ou les Illusions perdues de Lancelot », in L’œuvre de Chrétien de Troyes da (...)
  • 20 Voir, à cet égard, F.W., « La découverte du folklore et du merveilleux folklorique au Moyen Âge tar (...)

6En un sens, il s’agit alors d’une éducation sentimentale à rebours ou bien factice. Elle équivaut en effet à une longue illusion, de sorte que le roman d’apprentissage comporte des éléments destinés à être dévalorisés par la suite. Apprentissage ironique dans lequel la dame, scène clé analysée, entre autre, par Jane Taylor, s’arroge un rôle illégitime de préceptrice. Dans le premier entretien entre l’« enfant » et la dame, cette dernière fait elle-même allusion aux « grans vaillances, les grans emprinses et les chevalereux fais de Lancelot, de Gauvain, de Tristram, de Guron le courtois, et des aultres preux de la Table Ronde » (p. 48). Taylor et, après elle, Roger Dubuis19 ont attiré l’attention sur la fonction intertextuelle, dans l’œuvre de La Sale, du Lancelot ainsi que du Lancelot en prose, et il est évident que La Sale ne se contente pas de subvenir un modèle général, mais qu’il se réfère directement à la scène de l’institution chevaleresque du jeune Lancelot dans le Lancelot propre. À la différence du rôle honnête assumé par la fée mère et Dame du Lac dans le Lancelot en prose, Belles Cousines – le pluriel du nom est-il symbolique ? – ne saurait rester fidèle à sa vocation en menant à bonne fin l’institution chevaleresque et les chastoiemenz du jeune protagoniste. La fin brutale servira à faire culbuter la construction édifiante en remplaçant le mythe longtemps chéri des valeurs chevaleresques stimulées par le service d’amour par la conception désillusionnée d’une émancipation indépendante de ce véhicule idéologique de la culture courtoise. De même que le Frédéric Moreau de Flaubert apprend à se défaire de sa conception erronée de l’amour romantique, Jehan de Saintré apprend à se défaire de la conception proprement médiévale des armes revalorisées par le service d’amour. Mais il n’y pas seulement l’aspect psychologique. Indépendamment du rôle assigné à la Dame, la scène sert aussi à transmettre un message objectif. Dorénavant, il s’agira de faire preuve de courage sans la foi. La leçon que Belles Cousines avait inculquée au jeune héros s’avère en fait ressortir à une tradition désuète et livresque, sinon mensongère. Le roman démontre de la sorte le contraire de ce que la dame avait annoncé : « Doncques par ainssy lire, escouter et retenir les nobles histoires, exemples et enseignemens, pourrez acquerir la perdurable joye de paradis, honneur en armes, honneur en sens et honneur en richesse, et vivre honorablement et lyement. » (p. 158) De même que le titre ironique du roman de Flaubert impliquera une mise en abyme de toute la tradition idéaliste, la référence aux « nobles histoires, exemples et enseignements » chez La Sale ne vise rien moins que la déconstruction ironique d’une longue tradition même à la lumière de la réalité. Si les « anciennes histoires » (p. 156) semblent comporter tout un programme humaniste – « pour asoubtillier vostre esprit en toutes nobles et illustres œuvres » (p. 156) –, il suffit que ce programme soit soutenu par la dame pour jeter une lumière ambiguë sur la validité de cette leçon. Le héros saura bien vivre « honorablement », mais « la joye de paradis » promise se fera certainement attendre. Le monde sécularisé dans lequel les Frédéric Moreau et les Jehan de Saintré sont condamnés à vivre, n’est plus celui de la joie, mais un monde caractérisé par le thème de Fortune, et le rire cynique remplacera la joie. Dans le compte rendu de son excursion aux Monts Sibyllins, Antoine de La Sale a détruit le mythe du « Paradis » érotique de la Sibylle20 ; dans son grand roman de formation, il n’hésite pas à mettre en cause la promesse d’une double victoire comportant « honneur en sens et honneur en richesses ».

  • 21 Ce type a été étudié par Élisabeth Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIII(...)
  • 22 Roger Dubuis, « Du bon usage de la “nouvelle” dans Saintré », in Mélanges de langue et de littératu (...)

7Le problème de cette démarche démythifiante, c’est que la perte des mythes risque, en un sens, de mettre en cause la raison d’être de la forme même du roman. Après la désillusion, il ne reste plus grand-chose à raconter. Et, en effet, un peu à la manière du fameux « Il voyagea » du roman flaubertien, l’auteur du Saintré se contente à la fin du roman de résumer rapidement ce qui n’a plus d’importance : « Et ay donnay fin au livre de ce tresvaillant chevalier, que, oultre les armes que j’ay dittes, fust en maintes aultres battailles par mer et par terre, et fist corps a corps maintes aultres armes, et voyaga (sic !) tres longuement, que me serait très longue chose a voulloir tout reciter [...]. » (p. 528) Les bases de la notion idéaliste d’apprentissage une fois détruites, l’idéal d’une biographie complète21 a manifestement perdu tout intérêt. Dans l’éducation sentimentale ironique telle que l’a conçue Flaubert, la dernière phrase citée plus haut semble littéralement oblitérer, annuler l’espace temporel situé entre la jeunesse et le moment présent, de sorte que le roman de formation se transforme en un exemple négatif de non-vie, le roman en anti-roman, l’intrigue romanesque ayant été remplacée par une structure foncièrement épisodique et énumérative. On dirait que le roman de La Sale est caractérisé par une espèce de faiblesse congénitale de la structure romanesque. On sait que Roger Dubuis, en parlant du « bon usage de la “nouvelle” dans Saintré », a relevé l’impossibilité de situer dans le temps, en les réunissant dans une synthèse cohérente, les divers épisodes concernant Saintré et Belle Cousine ».22 Par ailleurs, la vie individuelle et unique n’a plus de sens là où elle ne sert qu’à illustrer une leçon d’ordre général. Frédéric Moreau est le type même d’une génération romantique déchue. Le petit Jehan de Saintré, bien que d’une taille beaucoup plus avantageuse et sympathique, semble également représenter un cas typique ou exemplaire, même si l’auteur se plaît à dénigrer plutôt le portrait de la dame. Seulement, la destinée de cette dernière est indissolublement liée à celle du chevalier protagoniste :

Et cy commenceray la fin de ce compte, priant, requerant et suppliant a toutes dames et damoiselles, bourgeoises et aultres, de quelque estat que soient, que toutes pren[d]ent exemple a ceste sy [tres] noble dame oyseuse, qui par druerie se perdit, et veuillent bien penser au dit commun qui dist : « Oncques ne fut feu sans fumee, tant fust il soulz terre parfont », [...] (528).

  • 23 Cf. Gustav Gröber, Geschichte der mittelfranzösischen Literatur II : Vers- und Prosadichtung des 15(...)

8Restons-en au niveau de la forme romanesque. Se définissant lui-même comme « conte », « exemple », illustration d’un « dit commun », jamais comme « roman », le Saintré a changé, pour ainsi dire, de cap. À la différence du roman moderne, il n’a pas encore renoncé à sa fonction moralisatrice, fonction moralisatrice négative, cependant, qui ne se réfère plus vraiment à la biographie du protagoniste ni même au comportement de la dame, mais bien plutôt à un cas de la casuistique amoureuse. La leçon qu’on peut déduire de cet « exemple » négatif, ne s’adresse d’ailleurs plus aux personnes d’état dont fait partie le chevalier, mais à un public général et, par-dessus le marché, féminin. De même que « l’histoire d’un jeune homme » de Flaubert met le lecteur contemporain sur une fausse piste, le roman de La Sale ne correspond nullement à ce que l’auteur annonce au début de son livre où, en guise de préface, il met le lecteur sur la fausse piste du genre du « Schicksalsroman »23, caractéristique du Moyen Âge tardif. En lisant le prologue, on s’attendrait en effet à un roman d’amour et d’aventures, tel qu’il est représenté, par exemple, par le Guillaume de la Barre, rédigé au tournant du XIVe siècle, ou Le Roman du Conte d’Artois, du XVe siècle. Antoine de La Sale prétend en effet avoir voulu écrire « quatre beaux traittiez en deux livres » (p. 34) reliés entre eux par une formule identique : Jehan et Belles Cousines, Floridan et Évide, une histoire tirée des Chroniques de Flandres et le roman de Vienne et Paris... Ce genre de récit romanesque à deux amants rappelle le modèle du roman grec et qui hésite manifestement entre la chronique, voire le roman historique et des formes proprement nouvellesques, et il n’est donc pas surprenant qu’on ait voulu voir dans La Sale, pédagogue et auteur de l’anthologie didactique intitulée La Salade, un des auteurs des Cent Nouvelles Nouvelles. Cette hésitation entre deux tendances structurelles diamétralement opposées semble être révélatrice, en ce sens qu’elle indique une crise plus profonde ou bien une incompatibilité entre le projet romanesque basé sur une conception biographique cohérente et l’éparpillement d’une série de situations épisodiques. Comme nous l’avons déjà indiqué, une constatation analogue s’impose pour le roman de Flaubert. En allant plus loin, on pourrait dire que les deux concepts se détruisent mutuellement, car si l’ampleur romanesque oblitère toute trace d’un message édifiant ou tragique, le récit exemplaire tend à contrecarrer la poétique du devenir romanesque. Le thème de la désillusion, dont il sera encore question, met alors fin à une suite ininterrompue d’épisodes dont le message virtuel va être démenti par la clôture brutale, la scène dans laquelle la dame cruelle et infidèle sera compromise en public par le protagoniste. Moment dramatique, d’ailleurs, qui, loin d’avoir été préparé de longue date et de constituer ainsi l’apogée d’une destinée individuelle, représente, au contraire, un brusque revirement qui marque le point culminant paradoxal et la fin de l’éducation sentimentale du héros.

9Il a déjà été question de la temporalité aplanie et neutre qui, dans L’Éducation sentimentale, sert à banaliser l’histoire ainsi que la vie individuelle. On sait que la critique littéraire est allée jusqu’à voir dans ce « livre sur rien » un précurseur lointain du Nouveau Roman. Or, quand il s’agit de créer cet effet d’indifférence, l’un des facteurs les plus puissants consiste à assigner un rôle particulier au hasard. À l’opposé du culte romantique de la fatalité, englobant, bien sûr, aussi le hasard significatif ou fatal, Flaubert se plaît, en effet, à décrire l’existence comme un tissu de contingences dénuées de finalité. Mais ce qui est interprété, en général, comme un signe distinctif de modernité s’applique aussi au Moyen Âge tardif. Dans le roman de Flaubert, l’inanité du processus de formation est mise en relief par le fait que sexualité et érotisme d’un côté et sphère publique et historique de l’autre sont strictement homologues ; le but de La Sale, par contre, aurait consisté justement, comme l’a remarqué Jane Taylor, à séparer les deux sphères l’une de l’autre, à rendre autonome la vertu chevaleresque du service amoureux. Dans ces conditions, le manque de fortune dans le domaine érotique n’aurait guère de conséquences pour la carrière du soldat. Mais il n’en est pas ainsi. Le roman entier de La Sale est placé sous le signe de Fortune, et il n’y a pas de doute que la Dame de Belles Cousines est aussi une incarnation dégradée de Fortune. Dans ces conditions, le jeune héros n’aurait guère réussi sa vie chevaleresque sans l’aide efficace de cette Fortune. À première vue, on serait tenté de mettre cette caractéristique en regard d’autres œuvres de l’époque qui tendent à revaloriser ce thème ancien en vue d’en faire un terme clé de la nouvelle vision ouverte de la vie. Il suffit de penser à Machaut, à Christine de Pizan, au roman de Mélusine ou au livre allemand sur Fortunat. La Sale va pourtant plus loin, en ne se bornant nullement à souligner les richesses virtuelles de Fortune. Passe encore si, dans l’interminable chastoiement amoureux administré par la dame à Jehan, il est question d’un mot de saint Bernard : « Vidi stultos se excusantes sub fortuna… » (J’ai vu des sots se disculper en invoquant Fortune) (p. 72). Invoquer Fortune, c’est ici le propre des sots et des paresseux. Passe aussi si la dame peint au héros le tableau d’une ascension sociale « par les dons de fortune » (p. 106). Mais outre que le début des rapports entre le petit Jehan de Saintré et la dame apparaît comme le fruit d’une lubie ou d’une gageure, la fin sera également amenée par une velléité mise sur le compte de Fortune : « Et par ainssy demoura ceste amour ainssy secrete jusques ad ce que Fortune, par la variableté de Madame, l’en voult le don tourner, ainssy que après s’enssieut » (p. 136). Loin de désigner une fatalité extérieure, Fortune apparaît ici comme enracinée au cœur même de la psychologie individuelle, celle liée à la société de cour, mais aussi la psychologie comme fonction du monde moderne.

10C’est cette tendance qui nous invite à rester sur nos gardes quand, dans la seconde grande leçon sur l’utilité de la culture littéraire, la dame invoque une fois de plus la fonction bienfaisante de Fortune : « Et se par le plaisir de Dieu, Fortune venoit en vostre ayde, emploiez vostre temps, soit en conquestes d’armes, soit en services de seigneurs ou en estre servy. » (p. 154) – non sans exhorter Jehan à la persévérance au cas où Fortune lui serait contraire, (p. 164) Le plaisir de Dieu et la bonne fortune s’avéreront d’ailleurs par la suite pratiquement identiques, (cf. p. 206) Au moins jusqu’à la nuit d’amour qui, pareille à une scène comparable du Lancelot propre va sceller le pacte entre Belles Cousines et le héros et marquer la première grande étape de l’ascension sociale de ce dernier, (cf. p. 258) « Dieux et Fortune » (p. 226) seront aussi favorables à Saintré par la suite. Comme le roi le constate à l’issue d’un tournoi : « Dieu estoit pour cest enfant »– à la différence de la « malle fortune » qui s’est attachée à l’adversaire (p. 296). Ou bien, comme le dit la dame peu après en renchérissant même sur des propos pareils et en insistant que « Dieux, Nostre Dame et Fortune sont pour vous » (p. 308). Que Jehan de Saintré se trouve du bon côté, que la bonne fortune de son amour, de son ascension sociale et du service rendu à la cause de Dieu soient reconnus par l’auteur comme étant homologues, c’est ce que démontre le « tressaint voyaige de Prusse » (p. 332). La croisade équivaut en effet à une consécration de cette poétique apparemment heureuse et qui ne semble dénoter aucune scission intérieure. Le côté privé de la vie chevaleresque (amour et tournoi) et le côté historique semblent se conjuguer à la perfection. Combattre pour la dame et aller au service de « nostre vray Dieu, JhesuCrist » (p. 354) sont deux activités qui s’enchaînent tout naturellement, comme le démontre Jehan de Saintré « fait chevalier par la main du roy Jehan de Behaigne » (p. 374), lié par des amours « qui furent sy tresloyalles et secretes que oncques plus loyalles ne mieulx conduittes en le monde ne fust » (p. 396).

  • 24 J. Taylor, art. cit., p. 290.
  • 25 Belles Cousines essaie de façonner le héros à sa façon, « penssant que se elle povoit par bonne faç (...)

11Cette conjonction idéale va changer brusquement au moment où Madame, lors d’une visite à la campagne, se prend d’affection pour l’abbé de l’abbaye. Comme on l’a maintes fois remarqué, les épisodes qui s’ensuivent donnent lieu à une mise à nu brutale de la façade courtoise jusque là soigneusement gardée intacte. L’intrusion du « almost aggressively masculine Damp Abbé », dont les cuisses velues sont comparées par l’auteur à celles d’un ours, a été interprétée par Jane Taylor comme l’irruption du principe masculin refoulé dans le monde féminin de la cour.24 Peut-être serait-il plus correct de parler d’un principe d’animalité et, de façon plus générale, du thème du corps. Comme le bordel dans l’Éducation sentimentale représente le revers de l’amour romantique, la liaison subséquente de la Dame de Belles Cousines avec le Damp Abbé sera marquée par le triomphe de la sexualité animale. Le registre accoutumé des hautes valeurs courtoises le cède brusquement à celui de la bonne chère et de la sensualité ordinaire. Les « desordonnances de vins et et de viandes » (p. 438) que la dame reproche à l’abbé dénotent cette chute qui équivalaut aussi à une perversion du langage courtois que la dame n’hésitera pas à employer envers l’abbé : « Mon cuer, ma seulle pensee et mon vray desir, pour mon tout seul ami je vous espouse huy de cest anel. » (p. 442) La scène en question manque de vraisemblance psychologique, mais en déplaçant ainsi son amour et sa fidélité sur l’homme de Dieu, la dame fait apparaître la formule de Dieu et de bonne fortune sous un jour ironique. C’est qu’elle avait joué elle-même à dispenser les biens de Fortune, et de même que la scène où elle passe l’anneau au doigt de l’abbé est une parodie de la situation initiale, le combat qui s’ensuit entre le chevalier outragé et l’abbé est une parodie des exploits chevaleresques. La dame a remplacé la déesse Fortune. Le renversement de la fortune du héros constitue un cas exemplaire, non pas de la virtualité tragique que revêtait le rôle de Fortune tout au long du Moyen Âge classique, mais des ravages à la fois pathétiques et ridicules opérés par une féminité dominatrice qui se révèle de façon emblématique dans la curieuse scène de la statue de cire.25

  • 26 Cf. Élisabeth Caron, « Le Petit Jehan de Saintré dans la tradition des fabliaux », in Fifteenth Cen (...)

12Le fait que ce long roman chevaleresque finisse par virer au fabliau, tient à la perversion du service d’amour. Tout se passe comme si l’auteur avait découvert une dimension passionnelle qui n’a que faire de l’imaginaire traditionnel de Fortune. Dans sa didascalie, l’auteur se contente de se plaindre des « amours tres faulces, malvaises et traistresses » (p. 316) qui ne se lasseraient d’engloutir les âmes. Mais en réalité, il ne s’agit pas du pouvoir diabolique de l’amour ; il s’agit, bien plutôt, de tout un amalgame de sentiments contradictoires et inexplicables qui ne sont plus compatibles avec le monde idéal et chevaleresque. Si le chevalier dédaigne l’abbé, ce dernier n’hésite pas à parler avec mépris « de ces tringans et routtiers de court » (p. 496) dont il faudrait se garder. Les deux protagonistes représentent deux visions du monde diamétralement opposées, mais il semble que celle de l’abbé, c’est-à-dire la dimension du fabliau, ait provisoirement le dernier mot, de sorte que le roman entier baigne dans une lumière de fabliau.26 Il est significatif, par exemple, qu’après avoir été puni par le héros, l’abbé n’en continue pas moins à jouir pleinement de l’intimité amoureuse de la dame. La « vraie nouvelle et merveilleuse ystoire » (p. 520) que Jehan de Saintré racontera plus tard à la cour pour se venger de sa dame infidèle, recourt encore une fois à la terminologie usitée en parlant de la « voullenté de Fortune » (p. 522) et l’auteur lui-même va jusqu’à citer la déesse Fortune de Boèce. Mais la « vraie nouvelle » consiste en fait à faire valoir les hasards de la psychologie qui n’a rien à voir ni avec Dieu ni avec la déesse antique. Le « pantin » de la dame a réussi à s’émanciper en laissant derrière lui son idéal de jeunesse. Comme le Frédéric Moreau de l’Éducation sentimentale, il a compris qu’au fond de la Fortune il y a la banalité.

  • 27 Manfred Tietz, « Die Belle dame sans mercy und die Dame des belles cousines », in ZRP-Sonderband : (...)
  • 28 Daniel Poirion, « Lectures de La Belle Dame sans mercy », in Mélanges de langue et de littérature m (...)
  • 29 E. Caron, art. cit., p. 78.

13Il a déjà été question du motif de la vénalité et du rôle de l’argent. Il est évident que le thème de Fortune implique toujours celui des richesses matérielles. En fait, dans ce roman courtois, le triomphe du fabliau n’a rien ou très peu à voir avec la parodie et la subversion des valeurs courtoises telle que nous la connaissons dans un certain nombre d’œuvres narratives du XIIIe siècle. De même que le réalisme dont Flaubert fait preuve dans L’Éducation sentimentale indique l’avènement de la bourgeoisie triomphante et du règne de l’argent, le rapprochement avec le fabliau sert ici d’indice stylistique d’un changement de paradigme historique : le registre de la bonne chère, loin de dénoter une veine populaire et rustique, doit être interprété comme l’équivalent de la fortune au sens matériel. Dans un article datant déjà de 1977, mais peu connu, le romaniste allemand Manfred Tietz27 avait fait une comparaison entre la Dame des Belles Cousines, de La Sale, et la Belle Dame sans mercy, de Chartier. Pour ce qui est de cette œuvre tardive, Daniel Poirion avait interprété le manque de pitié de la Dame cruelle comme le signe d’« une autre mentalité, peut-être celle de la bourgeoisie commerciale [...] : monde du contrat écrit, de l’échange monnayé, du marché »28. Le poème narratif apparaît, sous ce jour, comme une mise en cause ironique des structures féodales du service amoureux. Dans le Saintré, où rien ne dépasse le monde ritualisé de la cour et où toute psychologie est soumise à la force de l’étiquette courtoise, le monde de la fortune en tant qu’argent ne semble avoir aucune raison d’être. Et pourtant cette dernière connotation se dessine en filigrane derrière le comportement scandaleux de la dame. Le mépris dont l’abbé fait preuve à l’égard du chevalier de Saintré reflète alors, pour un moment, une vue non-courtoise sur le monde chevaleresque et courtois. Si la dame est donc « par certains côtés moderne » en révélant les traces de l’esprit bourgeois dans la société de cour même, le protagoniste ne laissera pas d’être pris à son tour dans la trame fabliesque et bourgeoise qui lui assigne un rôle tant soit peu de bouffon.29

  • 30 Voir mon article « Der Körper der Fee. Melusine und der Trifunktionalismus », in Klaus Ridder /Otto (...)

14Historiquement parlant, l’infidélité nonchalante de la Dame des Belles Cousines suffit à démontrer le triomphe des valeurs matérielles au sein même de la société de cour. De même qu’un ensemble de valeurs romantiques va être démenti au cours de l’Éducation sentimentale, roman dépourvu d’action romanesque et d’intrigue, le sens de l’étiquette chevaleresque liée à tout un système de valeurs est mise en cause par le roman de La Sale, roman d’éducation sans but et roman biographique sans centre idéologique, dans lequel il suffit d’un seul épisode pour détruire les fruits d’une existence vouée à l’idéal. Le roman de Mélusine, datant à peu près de la même époque, avait encore réussi à suggérer une harmonie préétablie entre les richesses matérielles et la vision de la classe nobiliaire en crise, celle de la fée Mélusine, déesse folklorique et fille de roi représentant l’alliance de la tradition aristocratique et du pouvoir financier de la bourgeoisie commerçante30. La désillusion de Jehan de Saintré, cependant, révèle la dichotomie croissante entre courtoisie et fortune. L’abbé peut bien avoir le dessous dans un combat chevaleresque, d’ailleurs ridiculisé ; il peut bien subir le châtiment symbolique de la langue percée ; mais s’il ne dispose plus du pouvoir de la parole représenté par l’écrivain de la cour qu’est La Sale, et, bien sûr, par le héros lui-même dans l’épisode final, il n’en bénéficie pas moins du pouvoir matériel nécessaire à démontrer le peu fondé des valeurs courtoises.

  • 31 Pour cet aspect nouvellesqtie intradiégétique, voir Roger Dubuis, « Du bon usage de la "nouvelle” d (...)
  • 32 Monique Santucci, « Rire et ire dans Jean de Saintré », in Le Rire au Moyen Âge dans la littérature (...)
  • 33 Daniel Poirion, « Valeurs du rire dans Jean de Saintré », in D.P., Écriture poétique et composition (...)
  • 34 Roger Dubuis, « La notion de joie et son expression dans Saintré », in Recherches et Travaux (Unive (...)
  • 35 E. Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 73 s.

15Cette perspective implicitement cynique31 – et ceci nous amène à un dernier aspect – semble se donner libre cours dans le rire, dernière arme de l’aristocratie face à la réalité, de même que des intellectuels face à la bourgeoisie triomphante. On s’est accoutumé, dans la critique flaubertienne, à recourir au terme bakhtinien de carnavalisation pour caractériser la technique subversive de l’auteur aux prises avec le monde bourgeois de la bêtise. Le roman médiéval tant soit peu tragique, qui se clôt par un conte à rire, une « plaisant nouvelle » (p. 334), n’est pas loin de cette technique carnavalesque. Le rire qui désigne en fait une espèce de leitmotiv du récit tout entier, subvertit le côté sérieux de l’éducation sentimentale en nous mettant en garde contre la tentation de prendre tout cela au sérieux. Il ne s’agit pas, bien sûr, du rire de l’auteur, mais le rire de la cour se découvre lui-même. Monique Santucci32 et Daniel Poirion33 ont déjà fait remarquer ce phénomène diamétralement opposé au registre de la joie relevé par Roger Dubuis34. Emma Stojkovic Mazzariol a interprété le rire comme un « concetto di simulazione » lié à « questa commedia della parola ».35 En un sens, le héros finira par intervertir les rôles en faisant rire toute la compagnie au dépens de la dame qui, elle, avait ri de lui dès le début et qui croit jusqu’au dernier moment pouvoir se payer le luxe de rire de ce conte cocasse. Rappelons seulement l’épisode dans lequel la dame réussit à inspirer au jeune Jehan une peur irraisonnable et ridicule :

Et quant il fut hors de la chambre, lors commencha tant qu’il poeut à fouir, comme se il fust de cinquante loupz chassiez. Madame et ses aultres dames, qui sur jour dormir devoient, ne cesserent toute jour de rire et raisonner du grant effroy qu’il avait eu en son logis ; et tant en rirent que vespres sonnerent, et sans dormir les convint lever, (p. 50)

  • 36 Poirion, art. cit., p. 420.

16Il s’agit en fait d’un véritable stratagème qui promet de l’amusement : « Mais que soyons a la chambre, nous rirons ! » (p. 44) Ou encore : « Alors commença le ris de l’une a l’aultre » (p. 52). Et ce n’est nullement un petit épisode anodin, car plus loin nous lirons que Madame « dist a ses femmes en riant : « Je croy que nous perdons bien nostre temps [...] mais au moins nous en avons ris, et encores ryons. » (p. 112) Il y a une scène analogue quelque temps plus tard quand il s’agit de rire du petit Jehan de Saintré (p. 136). Naturellement, rira bien qui rira le dernier. Victime du rire de Madame, le jeune Saintré se servira à la fin des armes de la cour, et en faisant rire toute l’assemblée courtoise aux dépens de Madame, il fait bien valoir sa nouvelle supériorité morale. Mais c’est là un triomphe ambigu, car si le héros arrive à intervertir les rôles et à faire siennes les armes de la cour, si, donc, l’éducation sentimentale s’avère être achevée, il fait s’écrouler en même temps l’édifice idéologique sur lequel avait été échafaudée cette éducation chevaleresque. En un sens on dirait même que le rire courtois est ridiculisé par ce que Poirion a appelé « une progression de l’ironie »36 – progression de la subversion sinon progression menant à l’auto-révélation de cette technique dans un monde courtois carnavalisé. La victoire équivaut donc à une banqueroute. De même que Flaubert racontera une éducation sentimentale bourgeoise pour détruire la base même de son récit par le rire, Antoine de la Sale raconte un roman courtois en en sapant de l’intérieur les fondements génériques et idéologiques. Dans les deux cas, il s’agit de miner une tradition en en suivant apparemment les règles, et de même que le rire cruel de Flaubert n’a plus grand chose à voir avec le burlesque romantique, l’allure de fabliau affichée par La Sale n’est que le masque d’une crise courtoise plus profonde et qui prépare déjà la modernité.

Notes

1 Dans l’Introduction de l’édition bilingue du Jéhan de Saintré (traduction de Michel Quereuil), Paris, Livre de Poche, 1995 (« Lettres gothiques »), p. 8. Toutes nos citations suivront d’ailleurs cette édition.

2 Cf., à cet égard, l’article de Marie-Françoise Notz, « La courtoisie et l’imaginaire social au XVe siècle : Jehan de Saintré, roman d’éducation ? », in Éducation, apprentissage, initiation au Moyen Âge : Les Cahiers du C.R.I.S.I.M.A., 1 (1993), p. 349-358.

3 Emma Stojkovic Mazzariol, L’Occhio e il piede. Lettura critica del « Petit Jehan de Saintré » di Antoine de La Sale, Vicenza, Neri Pozza Editore, 1979, p. 117.

4 Julia Kristeva, Semeiotikè : Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969.

5 À la suite de Julia Kristeva, Emma Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 9, définit le roman comme « un incrocio e rimaneggiamento di vari tipi di discorso (epico, cortese, didattico, carnavalesco) confluenti in un corpo testuale inteso corne struttura polimorfa ».

6 Claudio Galderisi, « “La femme et le pantin” : La statue de cire du Jéhan de Saintré, entre pratique pieuse et réification magique », in Magie et illusion au Moyen Âge : Senefiance, 42 (1999), p. 161-172, ici p. 169.

7 Pour la fonction de ce décalage historique, voir l’article de Florence Bouchet, « “Au temps du roy Jehan...”, entre histoire et roman : le personnage de Jean le Bon dans Jehan de Saintré », in Bien dire et bien aprendre, 17 (1999), p. 23-33.

8 Georges Duby, Histoire de la France, nouv. éd. Paris, Larousse, 1970, p. 200.

9 Cf. Jane H.M. Taylor, « La fonction de la croisade dans Jehan de Saintré », in Cahiers de Recherches médiévales (XIIIe-XVe s.), 1 (1996), p. 193-206.

10 Cf. Alfons Pilorz, « La Salle, grand nostalgique du passé », in Tradition et Modernité, publ. par Urzula Dambska-Prokop et Anna Drzewicka, Krákow, Universitas, 1993, p. 231-236.

11 E. Stojkovic-Mazzariol, op. cit., p. 79.

12 Jane H.M. Taylor, « Courtly patronage subverted : Lancelot en prose, Petit Jehan de Saintré », in Medioevo Romanzo, 19 (1995), p. 277-292, ici p. 287.

13 Voir la note 6.

14 Toutes les citations d’après Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale. Histoire d’un jeune homme, éd. par Édouard Maynial, Paris, Garnier Frères, 1963.

15 J. Taylor, art. cit., p. 279.

16 On aimerait renvoyer, dans ce contexte, à l’article déjà cité de Florence Bouchet ; selon elle, « Jean II emblématise l’autorité royale mais dans une sphère courtoise qui peut passer pour futile » (p. 27).

17 Cf. Taylor, art.cit., p. 284.

18 E. Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 70.

19 Roger Dubuis, « Saintré ou les Illusions perdues de Lancelot », in L’œuvre de Chrétien de Troyes dans la littérature françise. Réminiscences, résurgences et réécriture, publ. par Claude Lachet, Lyon, C.E.D.I., 1998, p. 187-196.

20 Voir, à cet égard, F.W., « La découverte du folklore et du merveilleux folklorique au Moyen Âge tardif », in Le Moyen Français, 51-53 (2003), p. 627-640.

21 Ce type a été étudié par Élisabeth Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Champion, 1994 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge).

22 Roger Dubuis, « Du bon usage de la “nouvelle” dans Saintré », in Mélanges de langue et de littérature française du Moyen Âge offerts à Pierre Demarolle, publ. par Charles Brucker, Paris, Champion, 1998, p. 325-338, ici p. 335.

23 Cf. Gustav Gröber, Geschichte der mittelfranzösischen Literatur II : Vers- und Prosadichtung des 15. Jahrhunderts, zweite Auflage bearbeitet von Stefan Hofer, Berlin et Leipzig, Walter de Gruyter, 1937, p. 159 ss. Pour ce problème de titre, voir Allison J. Kelly, « Jehan de Saintré and The Dame des Belles Cousines. Problems of a medieval title », in French Forum (Lexington), XIV (1989), p. 447-457.

24 J. Taylor, art. cit., p. 290.

25 Belles Cousines essaie de façonner le héros à sa façon, « penssant que se elle povoit par bonne façon en son service le conquerre, que elle le metteroit bien à son ploy et le feroit tel que elle vouldroit. » (p. 54) Ce qui rappelle vaguement le thème du Tannhäuser traité dans Le Paradis de la Reine Sibylle, a été interprété par Clifton Cherpack comme une forme pervertie du mythe de Pygmalion : « Le Petit Jéhan de Saintré : the archetypal background », in Journal of Medieval and Renaissance Studies, 5 (1975), p. 243-252. Cf. aussi l’article de Claudio Galderisi (comme la note 6).

26 Cf. Élisabeth Caron, « Le Petit Jehan de Saintré dans la tradition des fabliaux », in Fifteenth Century Studies, 15 (1989), p. 67-88.

27 Manfred Tietz, « Die Belle dame sans mercy und die Dame des belles cousines », in ZRP-Sonderband : Beiträge zum romanischen Mittelalter, Tübingen, Niemeyer, 1977, p. 358-376.

28 Daniel Poirion, « Lectures de La Belle Dame sans mercy », in Mélanges de langue et de littérature médiévale offert à Pierre Le Gentil, Paris, S.E.D.E.S., 1973, p. 691-705, ici p. 703.

29 E. Caron, art. cit., p. 78.

30 Voir mon article « Der Körper der Fee. Melusine und der Trifunktionalismus », in Klaus Ridder /Otto Langer (éds.), Körperinszenierungen in mittelalterlicher Literatur, Berlin, Weidler Buchverlag, 2002, p. 353-383. Le rôle de Fortune a été étudié par Anna Mühlherr, ,,Melusine" und „Fortunatus”. Verrätselter und verweigerter Sinn, Tübingen, Niemeyer, 1993 (Fortuna Vitraea, 10).

31 Pour cet aspect nouvellesqtie intradiégétique, voir Roger Dubuis, « Du bon usage de la "nouvelle” dans Saintré », in Mélanges de langue et de littérature française du Moyen Âge offerts à Pierre Demarolle, publ. par Charles Brucker, Paris, Champion, 1998, p. 325-338.

32 Monique Santucci, « Rire et ire dans Jean de Saintré », in Le Rire au Moyen Âge dans la littérature et dans les arts, publ. par Thérèse Bouché et Hélène Charpentier, Bordeaux, Presses Universitaires, 1990, p. 301-307.

33 Daniel Poirion, « Valeurs du rire dans Jean de Saintré », in D.P., Écriture poétique et composition romanesque, Orléans, Éditions Paradigme, 1994, p. 413-426.

34 Roger Dubuis, « La notion de joie et son expression dans Saintré », in Recherches et Travaux (Université Stendhal-Grenoble III), Bulletin. 55 (1998), p. 113-123.

35 E. Stojkovic Mazzariol, op. cit., p. 73 s.

36 Poirion, art. cit., p. 420.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search