Desktop versionMobile Version

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

III. Mouvances

Un héros de roman au milieu des philosophes : la figure d’Alexandre chez Guillaume de Tignonville

Jean-Marie Fritz

Volltext

  • 1 F. Suard, « Alexandre est-il un personnage de roman ? », Bien dire et bien aprandre, 7, 1989, p. 77 (...)

1Mon exposé est sans doute doublement en porte-à-faux par rapport au thème proposé, puisqu’il a pour objet un texte qui n’a en soi rien de romanesque, les Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville et que le personnage d’Alexandre n’est peut-être pas essentiellement un personnage de roman. « Alexandre est-il un personnage de roman ? », tel est le titre d’un article de François Suard paru en 19891. Je ne reviendrais pas sur cette question. Alexandre est de fait une figure très complexe, figure de la totalité pour reprendre les termes de François Suard, et je considérerai ici qu’il est, entre autres, un personnage de roman. Figure éminemment transversale et œcuménique, Alexandre conjoint le romanesque et l’épique, la fiction et l’histoire, l’Orient et l’Occident, le latin et les langues vernaculaires – et à travers lui le romanesque déborde d’une certaine manière en dehors de son cadre habituel.

  • 2 Voir Michel Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. et trad. L. Bellaguet, 6 vol., Pari (...)
  • 3 Sur Guillaume de Tignonville, voir l’introduction de R. Eder à son édition des Dits des philosophes(...)
  • 4 Voir une liste provisoire de manuscrits dans Eder, « Tignonvillana inedita », p. 876-877 ; à complé (...)
  • 5 Les 9 éditions sont les suivantes (avec localisation entre parenthèses) :
  • 6 Stephen Scrope (v. 1450), The Dicts and Sayings of the Philosophers, éd. Bühler (publié avec la tra (...)
  • 7 Voir C. Brunel, « Une traduction provençale des Dits des philosophes de Guillaume de Tignonville », (...)
  • 8 Cette œuvre est encore inédite ; l’unique manuscrit (Cambridge, Saint-John College, T 14/261) est, (...)

2Guillaume de Tignonville est peut-être davantage connu des historiens que des littéraires. Il a en effet été prévôt de Paris entre 1401 et 1408, dans une période très troublée, on le sait. Ses démêlés avec l’Université sont bien documentés grâce notamment à la Chronique du Religieux de Saint-Denis, qui expose longuement comment l’Université lui a violemment reproché d’avoir, en tant que prévôt, livré à la mort deux étudiants, mort à laquelle ils auraient échappé, si on les avait confiés à une juridiction d’Église2. Mais Tignonville est aussi et surtout un lettré, membre de la Cour amoureuse de Charles VI, en contact étroit avec Eustache Deschamps (avec lequel il échangera des ballades) ou Christine de Pizan, qui lui adresse la deuxième de ses Épîtres sur le Roman de la Rose3. Son œuvre essentielle est la traduction en français d’un texte latin jusqu’alors peu diffusé, les Dicta philosophorum, lui-même traduit de l’espagnol et en amont de l’arabe. Ces moraux des philosophes vont connaître un très large succès tout au long du XVe siècle, et même dans le premier tiers du XVIe. On en possède plus d’une cinquantaine de manuscrits4 ; il a été imprimé à neuf reprises depuis l’édition brugeoise de Colard Mansion (v. 1477) jusqu’à l’imprimé parisien de Pierre Leber de 15335. Il en subsiste plusieurs traductions anglaises6 et l’on en connaît les fragments d’une version provençale conservés dans les Archives du Gard7. Enfin, Jean Baudouin de Rosières, clerc lorrain, a proposé une curieuse adaptation en décasyllabes de ces Dicta, adaptation qui constitue le premier livre de son immense compilation (47 000 vers !) intitulée Instruction de la vie mortelle ou Roman de la vie humaine (après 1431)8.

  • 9 Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V, I, 16, éd. S. Solente (...)
  • 10 Voir par exemple BNF fr. 572, 1164, 19123, Toulouse 824. Autre voisinage fréquent, le Jeu des échec (...)

3Comment expliquer cette large diffusion et ce vif succès pour un texte qui ne suscite plus guère de nos jours d’enthousiasme ? D’abord par l’immense vogue des recueils de dicta, des paroles de sages et de philosophes à la fin du Moyen Âge. Charles V, selon Christine de Pizan, occupait les heures avant le souper à entendre des récits édifiants tirés des saintes écritures, ou bien des Faits des Romains, des Moralités de philosophes ou d’autres livres savants9. Le texte de Tignonville est lu comme un recueil de sentences, de bons mots ; il est souvent associé au Caton de Jean le Fèvre dans les manuscrits10. Mais ce n’est pas la seule explication ; il faut sans doute aussi prendre en compte la place importante qu’y occupe Alexandre le Grand. En effet, le lecteur est, à première vue, surpris de voir figurer le grand conquérant dans cette galerie de philosophes aux côtés d’Aristote ou de Platon. Le texte de Tignonville participe à sa manière au regain de fortune dont jouira la figure d’Alexandre en cette fin du Moyen Âge, notamment à la cour de Bourgogne, et apporte un éclairage nouveau sur le héros macédonien. Cette œuvre soulève ainsi deux types de questionnements :

  • comment se situe ce petit roman d’Alexandre par rapport à ce que j’appellerai la tradition vulgate ou la filiation occidentale, qui conduit du roman d’Alexandre de Paris au récit que Jean Wauquelin réalise au milieu du XVe siècle à la cour de Bourgogne ?

  • comment concevoir la cohérence de l’œuvre de Tignonville ? La continuité l’emporte-t-elle sur la discontinuité ? Quel est en définitive le statut de cette incise romanesque ?

4Le texte de Guillaume de Tignonville intervient au terme d’une série de translations complexes. On peut ainsi distinguer quatre niveaux textuels :

    • 11 Sur Mubashshir, voir F. Rosenthal, « Al-Mubashshir b. Fatik », Encyclopédie de l’Islam, t. VII, Ley (...)

    le traité arabe Mukthar al-hikam wa-mahasin al-kalim (« Choix de sentences et de fins propos ») de Mubashshir ben Fatik, médecin et philosophe né à Damas, mais qui vécut au Caire au milieu du XIe siècle11 ;

    • 12 Il en existe deux éditions : H. Knust, Mittheilungen aus dem Eskurial, Tübingen, 1879 (« Bibliothek (...)

    la traduction espagnole réalisée sous Alphonse le Sage autour de 1260 et intitulée Bocados de oro (« Délicatesses d’or »)12 ;

    • 13 Dicta philosophorum ou Liber philosophorum moralium antiquorum, éd. E. Franceschini, Atti del Reale (...)

    la traduction latine longtemps attribuée à un certain Giovanni da Procida médecin italien mort en 1302 – à l’extrême fin du XIIIe siècle, mais peu diffusé avant le XVe siècle13 ;

    • 14 Voir G. Parussa, Christine de Pizan, Epistre Othea, p. 60-62.

    enfin, la traduction française par Guillaume de Tignonville, antérieure à 1402, date de la copie à Aix du BNF fr. 572, et sans doute même à 1400, puisque dans l’Epistre Othea, élaborée entre 1399 et 1401, Christine de Pizan fait déjà abondamment appel aux Dits moraux14.

5L’œuvre a donc suivi un cheminement linguistique qui est assez fréquent au Moyen Âge ; en effet, plusieurs textes arabes sont connus dans l’Occident médiéval à travers une traduction latine d’une version espagnole, comme le Picatrix, le Livre de l’Échelle de Mahomet ou certains traités de Ptolémée.

  • 15 L’ordre est vaguement chronologique : Sédéchias/Seth ouvre la série ; la liste se clôt sur saint Gr (...)

6Ce qui est important, c’est que ces différentes translations respecteront l’organisation primitive, même si la version de Tignonville a une certaine tendance à l’abrègement ; l’on n’assiste pas à un remodelage en profondeur du matériau premier, alors même que la structure additive ou paratactique offrait beaucoup de libertés. Le texte est divisé en 23 chapitres d’inégales longueurs, consacré chacun à un philosophe ou à un sage : l’identification en est parfois difficile, la liste est hétérogène, des figures légendaires, mythologiques, voire bibliques (Seth, le fils d’Adam, Hermès, Thot, Mercure…) côtoyant les grands philosophes comme Socrate, Platon ou Aristote, ou même des Pères de l’Église comme Grégoire15. Chaque notice est intitulée de la manière suivante : les ditz Sedechias philosophe, les ditz Platon philosophe... Ce titre reflète bien le contenu du chapitre : une série de sentences, de bons mots, d’apophtegmes.

  • 16 Joinville, Vie de saint Louis, § 2, éd. J. Monfrin, Paris, Classiques Garnier, 1995, p. 2.
  • 17 Le texte de la traduction de Jean l’Orfèvre a été traduit pas S. Lefèvre dans Splendeurs de la cour (...)
  • 18 Voir BNF fr. 572, f° 47 r° : « Les ditz Alixandre philosophe » (idem dans BNF fr. 12440, f° 57 r°)  (...)

7Dans les chapitres les plus importants (Homère, Socrate, Platon, Aristote), ces dits sont précédés d’un préambule biographique. L’on retrouve ainsi une structure binaire et dialectique fréquente dans les biographies médiévales : facta et dicta, les faits et les paroles, la vie du philosophe confirmant ses paroles. On pense évidemment à Joinville dans sa Vie de saint Louis qu’il définit comme le livre des saintes paroles et des bons faiz nostre roy saint Looÿs16 ; il faut aussi mentionner les Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime, dont on connaît l’immense fortune en France et dans le reste de l’Europe à la fin du Moyen Âge. Ils seront traduits en français par Simon de Hesdin et Nicolas de Gonesse, tout comme le sera plus tard, sous Charles le Téméraire, le De dictis et fact.is Alphonsi regis d’Antoine Beccadelli et Eneas Piccolomini17. Ce préambule biographique est ainsi composé d’anecdotes souvent proches de l’exemplum et s’achève par un portrait physique du personnage qui obéit aux principes de la physiognomonie. Enfin, notons que cette biographie est toujours beaucoup plus succincte que les dits, à une seule exception près, Les ditz Alixandre philosophe. Ainsi, le BNF fr. 572, témoin le plus ancien, maintient les composantes habituelles du titre : ditz et philosophe (les manuscrits ultérieurs effaceront souvent philosophe18) mais la structure du chapitre est complètement différente : le rapport facta / dicta est inversé, le biographique est très largement dominant, les dits sont réduits à la portion congrue. Alexandre est d’abord un homme d’action, plus qu’un homme de parole. Le second constat concerne l’extension du chapitre ; la notice sur Alexandre est la plus importante du recueil : 17 pages dans l’édition Eder contre 15 à Platon ou 14 à Socrate. Le chapitre sur le conquérant macédonien est donc le seul, avec celui d’Aristote, à développer une véritable biographie et à dépasser la collection d’anecdotes et la simple parataxe.

8Voici les grandes lignes de ce petit roman d’Alexandre :

A. Alexandre et Philippe – l’accession au pouvoir (9761-97821)19 :

    • 19 Nous donnons la page avec le numéro de ligne de l’édition Eder. Pour le Pseudo-Callisthène, nous ci (...)

    vengeance d’Alexandre qui tue Cahus (déformation de Pausanias), le meurtrier de son père (cf. Pseudo-Callisthène, I, 24) ;

  • éducation d’Alexandre par Aristote ;

  • Alexandre est élu roi à la suite de son père après un long discours à ses hommes ;

9Lettre I – Alexandre à toutes les bonnes villes de son royaume (97738-97811) : il faut abandonner les idoles et croire en Dieu.

B. Alexandre et Daire (97821-9815) :

  • Alexandre refuse de payer tribut à Daire (cf. Pseudo-Callisthène, I, 23) ;

    • 20 Trait qui apparaît déjà dans le texte de Mubashshir (trad. Meissner, p. 607) ; chez le Pseudo-Calli (...)

    Alexandre soumet toute la Grèce, puis tous les royaumes d’Occident20 ;

  • fondation d’Alexandrie (cf. Pseudo-Callisthène, I, 32) ;

10Lettre II – Daire au peuple de Tyr (9791-10) : Alexandre est un larron (cf. Pseudo-Callisthène, I, 39 : lettre adressée aux stratèges d’au-delà du Taurus) ;

  • Alexandre fait la conquête de Tyr ;

11Lettre III – Daire à Alexandre (97914-31) : les quatre dons, soit le coffre, la pomme, le sac plein de grains et le fouet (cf. Pseudo-Callisthène, I, 36 et 40) ;

  • Alexandre et les messagers de Daire ;

12Lettre IV – Alexandre à Daire (98016-981’) : réponse ironique à propos des dons (cf. Pseudo-Callisthène, I, 38).

C. La mort de Daire (9815-9834) :

  • prise de Quille (cf. Pseudo-Callisthène, I, 43, où il s’agit, comme chez Mubashshir, de la ville d’Abdère) ;

  • bataille contre Daire : fuite de Daire en une maison de ses ydoles ;

13Lettre V – Daire à Alexandre (98132-35) : Daire se soumet à Alexandre (simple mention) (cf. Pseudo-Callisthène, II, 17) ;

  • Daire frappé traîtreusement par deux de ses barons : ultime dialogue avec Alexandre avant sa mort (cf. Pseudo-Callisthène, II, 20) ;

  • funérailles de Daire ;

  • mariage d’Alexandre avec sa fille (reste anonyme ; = Roxane chez le Pseudo-Callisthène et Mubashshir) ;

  • autodafé des livres païens.

D. Alexandre en Inde (9834-98532) :

  • Alexandre attaque des rois païens ;

14Lettre VI – Mère d’Alexandre à son fils (98 36-12) : demande à son fils son trésor ;

15Lettre VII – Alexandre à sa mère (98315-18) : réponse (simple mention) ;

  • Alexandre en Inde :

16Lettre VIII – Alexandre à Porus (98320-34) : demande à Porus d’abandonner les idoles et de croire en Dieu (cf. Pseudo-Callisthène, III, 2) ;

  • guerre contre Porus : subterfuge des statues enflammées (cf. Pseudo-Callisthène, III, 3) ;

  • combat singulier entre Alexandre et Porus : mort de Porus ;

  • Alexandre et les Berthenis, soit les Brahmanes (cf. Pseudo-Callisthène, III, 5-6) ;

17Lettre IX – Alexandre à Aristote sur les merveilles de l’Inde (simple mention) [98520-23].

    • 21 Le toponyme devient incompréhensible dans les versions occidentales : tierra de Cay (var. Cayn, Cuy(...)

    Alexandre au pays de Tigne (soit la Chine chez Mubashshir)21.

E. La mort d’Alexandre (98532-98926) :

  • retour d’Inde : jugement du possesseur du trésor ;

  • Alexandre frappé par la chaleur : songe à sa mort telle que l’ont prédite les arbres merveilleux ;

18Lettre X – Alexandre à sa mère (98712-98810) : lettre-testament (cf. Pseudo-Callisthène, III, 33) ;

  • mort d’Alexandre et funérailles ;

  • dernières paroles de la mère à son fils.

Conclusion : chronologie et portrait physique (98926-36). Dicta (98936-99322).

  • 22 Telle est aussi la version de Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre, laisse 46-47, éd. citée, p. 80- (...)
  • 23 Pseudo-Callisthène, I, 13, § 3.

19Le texte, on le voit, suit les grandes lignes du Pseudo-Callisthène, auquel ont eu accès les sources syriaques et arabes de Mubashshir : l’accession au pouvoir par le meurtre de Pausanias/Cahus22, le conflit avec Daire, la mort du souverain perse, le conflit avec Porus, enfin sa mort. Le portrait final est également hérité du Pseudo-Callisthène23. Seules les lettres VI et VII entre Alexandre et sa mère sont absentes des différentes recensions grecques, tout comme de la version syriaque.

  • 24 Pour une confrontation commode entre les différentes recensions européennes, voir l’édition synopti (...)
  • 25 Voir, sur ce point, Meissner, « Mubassirs Ahbâr el-Iskender », p. 585, n. 2.
  • 26 Pseudo-Callisthène, I, 36.
  • 27 Chez le Pseudo-Callisthène, Darius use simplement d’une image : ses soldats ne peuvent pas être dav (...)

20La translation est relativement fidèle pour la partie biographique, à la différence des dicta, plus variants. On y relève peu d’ajouts, peu de suppressions de l’arabe à l’espagnol, de l’espagnol au latin, puis du latin au français24. La lettre-testament d’Alexandre à sa mère n’est pas développée dans le texte de Mubashshir et l’auteur des Bocados a eu recours à d’autres sources25. Quelques variantes méritent cependant d’être notées, et en premier lieu les fameux dons symboliques que Daire transmet à Alexandre pour lui faire comprendre à la fois l’étendue de sa richesse et le mépris dans lequel il tient le jeune souverain. Chez le Pseudo-Callisthène, ils sont au nombre de trois : une lanière (pour rappeler à Alexandre qu’il doit être encore dressé), une balle (pour qu’il joue avec les enfants de son âge), une cassette remplie d’or, signe de sa richesse26. Mubasshshir ajoute un quatrième don, un sac rempli de grains de sésame, qui figure également dans la tradition occidentale (chez Alexandre de Paris, il s’agit de pavot) pour signifier à Alexandre la multitude innombrable des soldats perses27. Les différentes versions présentent les séries suivantes :

  • 28 Julius Valerius, Res gestae Alexandri Macedmiis, éd. M. Rosellini, Stuttgart-Leipzig, 1993.

Pseudo-Callisthène
i, 36

cassette remplie d’or
(kibôtion chrusiou)

balle
(sphaira)

/

fouet
(skutos)

Julius Valerius
Éd. Rosellini28, p. 54

loculi cum aureis

pila

/

habena scythica

Version syriaque
Trad. Budge, p. 46

cassette remplie d’or

balle

/

fouet

Mubashshir
Trad. Meissner, p. 608

coffre rempli d’or

balle

sac de sésame

fouet

Bocados de oro
Éd. Knust, p. 283
Éd. Crombach, p. 121

arca llena de oro

espada
(var.
espera)

saco de ajonjuli
soit
« de sésame »

sorriaga

Dicta philosophorum
Éd. Franceschini, p. 513

archa auro plena

spera

saccurn de semine zizanii

fustigatorium

Tignonville
Éd. Eder, p. 979

coffre plain d’or

pomme ronde

sach plain de graine menue

unes escorgies

  • 29 Voir Mubashshir, trad. Meissner, p. 609. On a parfois déjà interprété la balle chez le Pseudo-Calli (...)
  • 30 La pomme ronde devient une pomme rouge dans le manuscrit Chalon-sur-Saône 34 (f° 80 r° ; manuscrit (...)

21Seul le second objet de la série, la balle, a été diversement interprété. Chez le Pseudo-Callisthène, elle est signe qu’Alexandre doit encore être un enfant (la balle est envoyée, nous dit la lettre, « pour que tu t’amuses avec les enfants de ton âge et cesses de débaucher une bande insolente de jeunes garçons en si grand nombre, comme un chef de brigands que tu es »). Chez Mubashshir, la balle a aux yeux de Daire valeur de dérision (« je t’envoie une balle pour que tu saches que tu as à mes yeux autant de valeur qu’elle ») et Alexandre s’amusera à inverser la signification : elle signifie pour lui l’espoir que « Dieu me confiera le pouvoir sur toute la terre, comme je tiens cette balle dans ma main »29. Dans les versions occidentales, l’on ne retiendra que cette dernière valorisation, comme si Darius s’était approprié par anticipation les senefiances positives de son adversaire ; la balle ou ses différents avatars devient ainsi un insigne du pouvoir pour le souverain perse : épée (ou parfois sphère) dans les Bocados, sphère dans la version latine, enfin « pomme ronde en signifiance que tout le monde est en ma main » chez Tignonville30. Ce glissement de la sphère à la pomme s’explique par la forte charge symbolique de ce fruit, insigne fréquent de l’autorité impériale. On la retrouve notamment dans la Danse macabré attribuée à Gerson dans les propos du mort à l’empereur :

  • 31 Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, t. VII, Paris, 1966, p. 287.

Et vous, le non pareil du monde,
Prince et seigneur, grant emperiere,
Laissier fault la pomme d’or ronde,
Armes, sceptre, timbre, baniere31.

  • 32 Mubashshir, trad. Meissner, p. 609 ; Bocados, éd. Knust, p. 285 ; Dicta philosophorum, p. 514 ; Ale (...)

22Tignonville supprime curieusement le contre-don d’Alexandre : un pot de moutarde dans les versions arabes, les Bocados et les Dicta (sinapis grandem mesuram), un gant de poivre chez Alexandre de Paris32.

  • 33 Dicta philosophorum, p. 523. Dans les Bocados de oro, il est question de las mesas de la rreyna (éd (...)
  • 34 Éd. Eder, p. 988 : leçon avec article dans BNF fr. 572 et 19124 (et dans les Imprimés), sans articl (...)

23L’autre innovation de Guillaume de Tignonville nous rapproche davantage du roman du Moyen Âge. Dans sa lettre-testament, Alexandre demande à sa mère de réunir après sa mort les hommes de toute la terre – de Libye comme d’Europe, de Macédoine comme d’Asie – à la table de la reine (ad mensam reginae dans le texte latin33) pour y boire et y manger. Ad mensam reginae est traduit par Tignonville par a la table ronde ou a table ronde34. Même s’il ne faut peut-être pas accorder une importance excessive à cette mention, le lecteur des Dits moraux ne pouvait manquer d’y voir un clin d’œil aux romans arthuriens. La table ronde qu’appelle de ses vœux Alexandre est ici un symbole d’universalité, puisqu’elle réunit les hommes des trois continents, Europe, Asie, Libye/ Afrique autour de la Macédoine et de la mère d’Alexandre.

  • 35 Éd. Eder, p. 985.
  • 36 Éd. Eder, p. 983-984. Cf. Pseudo-Callisthène, III, 3, § 1 ; Mubashshir, p. 613-614 ; Bocados, p. 29 (...)
  • 37 Éd. Eder, p. 985. Voir ci-dessus, note 21.

24Par sa grande fidélité aux antécédents latin, espagnol et arabe, cette biographie d’Alexandre offre aux lecteurs du XVe siècle un éclairage nouveau sur la figure du conquérant ; elle ouvre sur une autre tradition que celle qui conduit des textes médio-latins (Épitomé de Julius Valerius, Historia de preliis) aux romans français (d’Alexandre de Paris à Jean Wauquelin), même si l’hypotexte commun à toute la tradition est le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène. Plusieurs écarts sont à noter, écarts fondamentaux qui ne résultent pas simplement de la condensation des matériaux et des contraintes de la forme brève. Le premier est le refus de la merveille. La Vie d’Alexandre ne comporte curieusement aucun développement sur l’Inde et, si l’on mentionne la lettre qu’Alexandre envoie à Aristote, lettre « des merveilles qu’il avoir veues en Inde », le contenu en est totalement passé sous silence35. Seule ouverture vers les merveilles de l’Orient : les éléphants que Porus a dressés au combat (aux côtés de loups) pour affronter Alexandre. Le souverain macédonien triomphe de ces animaux redoutables en plaçant sur des chariots de fer des images de guerriers de bronze transformés en brasiers grâce au bois qui se trouvait entassé à l’intérieur, ce qui provoquera leur effroi et leur fuite36. Tout se passe, comme si, dans cette vision orientale, l’Orient ne représentait plus l’altérité merveilleuse. Il est significatif que le seul développement hyperbolique concerne un au-delà de l’Inde, la Chine, dont le toponyme est, il est vrai, devenu méconnaissable dans les versions occidentales : le souverain de ce pays fait don à Alexandre de richesses innombrables en chevaux, pierres précieuses, ambre et bois d’aloès37.

  • 38 Éd. Eder, p. 976. Rappelons que chez Alexandre de Paris, le soupçon de bâtardise est simplement men (...)
  • 39 Éd. Eder, p. 988. Ajoutons que les versions occidentales issues des Bocados ne mentionnent pas la m (...)

25Autre écart par rapport à la tradition, la naissance et la mort du héros sont éludées. La naissance d’Alexandre ne donne pas lieu à un récit merveilleux comme dans les récits français du XIIe siècle, qui multiplient les signes cosmiques et les prodiges ; et sa généalogie n’a rien de problématique, nulle trace de Nectanabus, le soupçon de bâtardise est inexistant, comme le souligne l’incipit de la Vita : « Alexandre le Grant fut filz de Phelippe, roy de Macedoine »38. De même, la mort du conquérant est curieusement une mort sans histoires ; il n’est pas fait mention d’un quelconque complot. Sa mort s’enchaîne directement sur la fin de la lettre-testament : « Ce fu la fin de ces lettres. Et tantost après mourut, si fut mis en une arche d’or et menez en Alexandre »39. La mort est parallèle à la fin de l’écriture, l’existence semble coextensive à son pouvoir scripturaire. On pourrait presque parler du côté Madame de Sévigné d’Alexandre chez Guillaume de Tignonville : le souverain écrit des lettres et accessoirement fait des conquêtes.

  • 40 Dans la recension B (manuscrit de Leyde), traduite par G. Bounoure et B. Serret aux Belles Lettres. (...)

26La seconde spécificité de la tradition dont Tignonville est le témoin et l’héritier est bien cette grande place de l’épistolaire. Les lettres jouent, il est vrai, un rôle important dans toute la littérature consacrée à Alexandre, à commencer par les 37 lettres du Pseudo-Callisthène40 ; et on en retrouverait une grande partie dans les romans français du XIIe siècle. Mais, dans la version de Guillaume de Tignonville, elles occupent une place considérable au point de constituer l’armature du récit. Dans cette drastique cure d’amaigrissement que subit le Pseudo-Callisthène chez Mubashshir, le registre épistolaire est le seul à être préservé. Les lettres sont au nombre de dix ; Alexandre a naturellement la prééminence : six lettres sont écrites par lui (à ses vassaux, à Daire, à sa mère à deux reprises, à Porus, à Aristote), trois par Daire, une par sa mère. La plupart sont présentées in extenso, d’autres comme la Lettre à sa mère (Lettre VII) ou à Aristote (Lettre IX) sont simplement mentionnées. Par cette place du registre épistolaire, qui crée un effet de réel, la Vie d’Alexandre rejoint un trait important du romanesque de la fin du Moyen Âge. Le récit de Tignonville se présente en définitive comme la mise en ordre d’un dossier épistolaire avec des jeux de dialogues et d’échanges. La Lettre IV d’Alexandre à Daire va inverser la senefiance des dons remis par Daire, telle qu’elle apparaît dans la Lettre III de Daire à Alexandre ; les Lettres I et II dessinent un fort contraste : au bon souverain de la première lettre (Alexandre à toutes les villes du royaume) s’oppose le tyran de la seconde (Daire au peuple de Tyr).

  • 41 BNF fr. 812, f° 266 r° :

27Ajoutons que certains copistes insistent lourdement sur ce registre épistolaire par une mise en page spécifique, comme dans le BNF fr. 812, où, contexte original, les Dits font suite à une copie du Roman de la Rose. La table des chapitres qui y ouvre les Dits moraux est déjà significative : à la différence des vingt autres chapitres où l’on se contente de donner le nom du sage ou philosophe (les dis de Platon philosophe, les dis de Aristotes philosophe), l’on détaille le contenu du chapitre à partir des différentes epistres41. Dans le corps même de la biographie, chaque lettre est introduite par une grande initiale et précédée d’une formule d’introduction du registre épistolaire (ici en italiques), créant un effet de redondance, comme pour la première lettre :

  • 42 BNF fr. 812, f° 299 v° b. Cf. éd. Eder, p. 977, 1. 39.

Et tantost envoya lettres par toutes les bonnes villes de son royaume et a tous les princes, dont la teneur se ensuit :
Ceste epistre envoia Alixandre parrny les bonnes villes de son royaume et a ses princes au commencement de son regne.
« Alexandre de Macedoine a tel et a tel salut (...) »42.

  • 43 Dispositif voisin dans les BNF fr. 1105 et 1694. Dans le BNF fr. 19124, de grandes initiales qui oc (...)

28Les différentes incises épistolaires se détachent ainsi très nettement sur la page du manuscrit43.

  • 44 « (Je) vous conseille et prie que vous craignez Dieu et lui obeissez comme au souverain. Et cellui (...)

29Le troisième trait original concerne l’image même du conquérant : Alexandre devient un héros de la mesure, une figure univoque et exemplaire. Souverain soumis à Dieu, il accomplit sa volonté. Dès son premier discours, discours d’investiture d’une certaine manière, il demande à ses hommes de craindre Dieu et de lui obéir comme au souverain suprême44. Et ce point de vue est développé dans la première lettre envoyée « par toutes les bonnes villes de son royaume » :

  • 45 Éd. Eder, p. 978.

Et vous scavez que voz peres et les nostres ont aouré les ydoles qui ne peuvent nuire ne aidier, veoir ne oÿr et qui n’ont raison ne entendement. Si deussiez avoir grant honte d’aourer les ymages que vous avez faictes de vos propres mains, pour quoy je vueil que de cy en avant vous aiez ferme creance au vray Dieu et le servez et aourez45.

  • 46 « Ton orgueil te fait reputer estre dieu, si est a toy si grant oultrage, car un homme mortel ne pe (...)
  • 47 Éd. Eder, p. 981 ; Mubashshir, p. 610 ; Dicta, p. 515. L’évolution du sens du possessif est intéres (...)
  • 48 Éd. Eder, p. 982-983.
  • 49 Le texte arabe est dans cet endroit tout à fait explicite : Alexandre « fit saccager les temples du (...)
  • 50 Éd. Eder, p. 985. Cf. p. 983 : « Mon Dieu (...) m’a ordonné en ce monde pour le vengier des mescrea (...)
  • 51 Voir F. de Polignac, « Alexandre maître des seuils et des passages : de la légende antique au mythe (...)
  • 52 Voir C. Gaullier-Bougassas, Les romans d’Alexandre. Aux frontières de l’épique et du romanesque, Pa (...)
  • 53 Du moins dans le manuscrit de Durham : voir Thomas de Kent, éd. citée, laisses 187-195. Cette visit (...)

30Daire et Poros se caractérisent par le culte des idoles. Alexandre reproche plus précisément au souverain perse de se prendre pour un dieu46. Les hypotextes de Tignonville sont plus explicites : la maison de ses ydoles où se réfugie Daire, poursuivi par Alexandre, est chez Mubashshir le « temple de sa propre personne divinisée » et, en latin, une « maison de sa propre idole » (ad quandam domum ydoli sui)47. Le sens du possessif s’est, on le voit, considérablement affaibli dans le texte français. Plus tard, Alexandre fera brûler tous les livres de payens, détruire les maisons des sacrifices et tuer les prestres et prevostz de la loy48. On peut aisément y voir une allusion au remplacement des cultes zoroastriens par l’islam49. Le conquérant macédonien apparaît en définitive comme un souverain messianique, appelé à imposer au monde le culte du Dieu unique : « Mon Dieu m’a envoyé par le monde, dit-il aux Brahmanes, pour essaucier sa loy et pour destruire les mescreans »50. Cette vision est celle du monde arabo-musulman, celle de la sourate de la Caverne du Coran, où Alexandre/Dhû’l Qarnayn – « l’homme aux deux cornes » – édifie une muraille infranchissable aux confins nord du monde habité pour contenir les peuples impurs de Gog et Magog. Alexandre y est sans ambiguïté du côté du Dieu unique, du monothéisme et le transfert s’opérera sans difficulté de l’Islam au Christianisme51. Certes, dans les Romans d’Alexandre du XIIe siècle, Alexandre est souvent proche d’un souverain chrétien en lutte contre les infidèles et l’image des croisades y est présente en filigrane52 ; Thomas de Kent ne se prive pas de relater la fameuse visite du conquérant à Jérusalem et son allégeance au Dieu d’Israël53. Mais l’ambiguïté subsiste toujours : le souverain n’est jamais explicitement du côté du dieu unique. On se trouve toujours dans une sorte d’incertitude, d’entre-deux qu’ignore le texte de Tignonville.

  • 54 Éd. Eder, p. 982-983. Le texte latin parle de libros astronomie, phisice et philosophie (Dicta, p.  (...)
  • 55 Éd. Eder, p. 985-986 ; sur cet exemplum, voir P.-Y. Badel, « Alexandre dans le Roman de la Rose et (...)
  • 56 Éd. Eder, p. 990.
  • 57 Éd. Eder, p. 991, 1. 16.

31Le chapitre sur Alexandre au milieu des philosophes n’est alors pas aussi incongru qu’il n’y paraît. Le héros macédonien apparaît bien tout au long de ce récit comme un sage, un souverain éclairé qui cultive la clergie et assure la translatio studii : en même temps qu’il procède à un autodafé de tous les livres de payens, il fait « translater en grec les livres d’astronomie et de philosophie » pour les envoyer en Grèce avant de brûler à leur tour les originaux (perses ?)54. La science perse est préservée, mais dans la langue de Platon et d’Aristote. Un autre trait souligne la continuité avec le reste du recueil : l’importance de la parole, des dicta dans le cadre même de cette partie proprement biographique. Le discours direct est en effet très présent ; Alexandre est toujours en dialogue : avec ses hommes lors de son accession au pouvoir, avec les messagers de Daire, avec Daire lui-même ou Poros, avec le juge dans le procès du possesseur de trésor55 ou les Brahmanes. L’écriture épistolaire relève aussi du discours, et non du récit. Inversement, la partie consacrée aux paroles contient des micro-récits, proches de l’exemplum, comme celui du fils d’un roi qu’Alexandre croise dans un cimetière à la recherche des ossements paternels, quête vaine puisque la mort nivelle toutes les conditions56, ou des dialogues avec des philosophes comme Platon57.

  • 58 Éd. Eder, p. 932.

32Autre signe de continuité et d’osmose, Alexandre joue un rôle non négligeable dans d’autres vies de philosophes du recueil. Ainsi, le chapitre consacré à Diogène contient plusieurs dialogues plus ou moins développés entre Alexandre et le Cynique. Au souverain qui s’étonne du peu de considération que lui manifeste Diogène, ce dernier lui répond : « Je n’ay qu’a faire du serf de mon serf (...), car je suis seigneur et maistre de toute convoitise et je tiens soubz mes piez ma serve, mais convoitise est ta maitresse et tu es son serviteur et donc sers tu ce qui me sert. »58 Ce face-à-face du philosophe et du souverain, de l’homme de savoir et de l’homme de pouvoir est encore plus marqué dans le long chapitre consacré à Aristote, qui précède immédiatement celui d’Alexandre. Ainsi, de nombreux dits d’Aristote sont en fait adressés à Alexandre ; la transmission s’opère parfois par l’écrit et donc sur le registre épistolaire :

  • 59 Éd. Eder, p. 971 et 972-973. Ajoutons que le manuscrit Lille 316 fait suivre les Dits moraux d’une (...)

Et dist en une epistre envoyee a Alexandre que les roys sont honnourez par troys causes (...).
Et escript a Alexandre en disant : « Vous semblez estre noble et puissant roy et encores l’estes vous plus maintenant et serez, se vous adreciez bien et gouvernez votre peuple ».59

  • 60 C. Gaullier-Bougassas, Les romans d’Alexandre…, p. 370 sq.

33D’un chapitre à l’autre, des ditz Aristote aux ditz Alixandre, la continuité est ainsi assurée avec élégance : d’allocutaire Alexandre devient locuteur ; et la sagesse dont fait preuve Alexandre durant sa vie est comme l’effet de l’enseignement d’Aristote. Aristote, C. Gaullier-Bougassas l’a bien noté60, est un des pères symboliques du héros macédonien aux côtés de Nectanabus et de Philippe : le chapitre Aristote engendre et génère sans hiatus le chapitre Alexandre. Une petite anecdote assure encore plus méticuleusement le lien : Aristote fait venir Alexandre pour le questionner sur le gouvernement du peuple et des seigneurs ; malgré les réponses pertinentes de son élève, le maître le bat avec des verges ; on lui demande les raisons de cette brimade et le philosophe de répondre :

  • 61 Éd. Eder, p. 975-976.

« Cest enfant est habileté d’estre un grant roy ; si l’ay batu seulement pour le tenir en humilité, car trop tost sera il orgueilloux »61.

  • 62 Autre signe de cette continuité : la seconde rédaction des Vite philosophorum du Pseudo-Burley, éla (...)

34Ainsi, une lecture attentive permet de montrer que le chapitre sur Alexandre n’est pas un développement exogène, qu’Alexandre n’est finalement pas un intrus dans cette galerie de philosophes, même si les lecteurs des XVe et XVIe siècles ne le percevront pas toujours de cette manière62.

  • 63 P. Meyer avait noté le côté disparate de la figure d’Alexandre dans cette compilation encore inédit (...)
  • 64 Voir ci-dessous, n. 8.
  • 65 Mais aucun manuscrit ne semble présenter un tel abrègement. Le BNF fr. 1164 abrège considérablement (...)

35Il convient donc d’aborder dans un dernier temps la question de la réception de l’œuvre et des différents types de lectures qu’elle a suscités, à partir, entre autres, des remaniements et ajustements dont elle a été l’objet. Les Dits moraux, on l’a dit, connaîtront un grand succès ; Christine de Pizan les citera abondamment, notamment dans l’Epistre Othéa. Le dossier épistolaire de la Vie d’Alexandre sera en partie intégré par Jean de Courcy dans sa vaste compilation historique de la Bouquechardière dont le livre V est presque entièrement consacré à Alexandre : l’auteur fait ainsi tant bien que mal la synthèse entre la Vulgate occidentale et l’héritage arabo-musulman63. La réception de la traduction de Tignonville trahit surtout la double lecture possible de l’œuvre et c’est autour du chapitre sur Alexandre que se dessine une ligne de partage. Certains auteurs chercheront à écarter le développement sur Alexandre qu’ils jugent embarrassant. Ainsi, dans son premier livre du Roman de la vie humaine, Jean Baudouin de la Rosière adapte en décasyllabes tous les chapitres des Dits moraux à l’exception des dits d’Alexandre64. Colard Mansion, dans l’édition princeps des Dits moraux (Bruges, v. 1477), écourte considérablement le chapitre sur le conquérant macédonien ; il l’interrompt au moment où commence la première insertion épistolaire pour introduire (lui ou le modèle manuscrit65) une formule de conclusion abrupte, qui ramène le lecteur à l’image triviale du héros démesuré :

  • 66 Voir Dicts moraulz, Bruges, Colard Mansion, v. 1477, f° 64 r° ; cette phrase fait suite au discours (...)

Pluisieurs bons enseignemens et doctrines donna Alexandre, mais en fin il fu deceu par vaine et mondaine gloire, car il se souffri adorer comme dieu et filz de Jupiter Haymon66.

36Alexandre commet l’erreur de Daire : il se fait adorer comme une divinité ; il est bien un anti-philosophe. Suivent les chapitres habituels de Ptolémée à Galien, mais l’éditeur brugeois élimine également la notice consacrée à Grégoire et ajoute in fine des dicta de Sénèque, Horace et Caton. Colard Mansion, qui était tout à la fois copiste, traducteur et imprimeur, cherche donc à gommer toutes les aspérités du texte originel et à présenter au lecteur une œuvre homogène. Sa solution apparaît comme un compromis : il respecte suffisamment le modèle pour maintenir le chapitre sur Alexandre, mais se refuse à le transcrire intégralement.

  • 67 Éd. Michel Lenoir, Paris, entre 1506 et 1520. Même titre dans les éditions de Jean Trepperel et Le (...)
  • 68 Éd. Pierre Leber, Paris, 1532 (il en existe trois impressions, 1529, 1532, 1533 ; Brunet, Manuel du (...)

37D’autres éditeurs, au contraire, profiteront du long développement consacré à Alexandre pour le mettre en exergue, comme l’éditeur parisien Michel Lenoir. Le titre de l’imprimé est en lui-même déjà significatif : Les ditz moraulx des philosophes et les proesses du vaillant roy Alexandre67 ; significatif aussi de la double perspective de l’œuvre à la fois gnomique et narrative. La dernière édition humaniste, celle de Pierre Leber, est encore plus imaginative, qui s’intitule La Forest. et description des grands et sages philosophes du temps passé. Ce titre met en avant l’image de l’arbre, l’arbre des philosophes qui est représenté sur un feuillet à déplier au début de l’imprimé. À la racine apparaît une nouvelle figure, Denys l’Aréopagite, avec cette inscription « Sainct Denys lumière de la foy grant philosophe », puis sur le tronc apparaît Sedechias, Hermès, Tad... Alexandre figure bien sur un rameau à proximité d’Aristote68.

  • 69 Voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre héros païen ou héros pré-chrétien ? Deux stratégies opposée (...)
  • 70 Voir Antoine de la Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard et trad. M. Quereuil, Paris, Le Livre d (...)

38L’Alexandre de Guillaume de Tignonville occupe donc une place originale dans l’abondante littérature que la fin du Moyen Âge a consacrée au héros macédonien. L’on note d’un côté un effacement de l’épique (suppression presque complète de tout récit de bataille) et surtout du romanesque par le refus de la merveille et de l’exotisme ; l’Orient est pour ainsi dire absent, l’espace du récit ignore toute profondeur, toute opposition entre un proche et un lointain, un ici et un ailleurs. Le romanesque s’efface aussi dans la mesure où le héros n’est plus problématique : il cesse d’être une figure de l’hybris. Alexandre perd toute l’ambiguïté qui était la sienne dans les romans du XIIe siècle et qui sera encore en partie celle de l’Alexandre de Jean Wauquelin, même si l’image du héros y est bien plus consensuelle et lisse que chez Thomas de Kent ou Alexandre de Paris, puisqu’il s’agit manifestement de conformer le conquérant grec à Philippe le Bon, le commanditaire de l’œuvre69. C’est pourtant moins le romanesque en tant que tel qui est banni de la Vie d’Alexandre de Tignonville qu’une de ses formes ; l’éviction du merveilleux païen et oriental est compensée par l’expansion d’autres modes d’écriture romanesques, comme le récit exemplaire ou le registre épistolaire, particulièrement prégnant dans les Dits, à l’image de sa place dans le roman (et le lyrisme) de la fin du Moyen Âge. Notons que les mouvements peuvent se faire en sens inverse : le roman du XVe s. sera très friand de propos de philosophes. On pense notamment aux longs chapitres initiaux du Jehan de Saintré, où la dame des Belles cousines émaillé ses discours au jeune homme de propos de philosophes de l’Antiquité, empruntés notamment à Valère-Maxime70.

Anmerkungen

1 F. Suard, « Alexandre est-il un personnage de roman ? », Bien dire et bien aprandre, 7, 1989, p. 77-87.

2 Voir Michel Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denis, éd. et trad. L. Bellaguet, 6 vol., Paris, 1839-1852, t. 3, p. 722-729. Tignonvile sera excommunié par l’évêque de Paris et cité en justice pour parjure par l’Université.

3 Sur Guillaume de Tignonville, voir l’introduction de R. Eder à son édition des Dits des philosophes (« Tignonvillana inedita », Romanische Forschungen, 33, 1915, p. 851-1021) ; C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse dite de Charles VI, t. I, Paris, 1982, p. 61 ; G. Tyl-Labory, « Guillaume de Tignonville », dans Dictionnaire des Lettres Françaises. Le Moyen Âge, éd. G. Hasenohr et M. Zink, Paris, Le Livre de Poche (« La Pochothèque »), 1992, p. 647 ; B. Bousmanne, « Notice du KBR 9545-9546 », La Librairie des ducs de Bourgogne, t. I, éd. B. Bousmanne et C. Van Hoorebeeck, Turnhout, 2000, p. 168-170. Sur les rapports avec Christine de Pizan, voir l’introduction de G. Parussa à son édition de Christine de Pizan, Epistre Othea, Genève, Droz (« TLF », 517), 1999, p. 60-62.

4 Voir une liste provisoire de manuscrits dans Eder, « Tignonvillana inedita », p. 876-877 ; à compléter par C.F. Bühler, The Dicts and Sayings of the Philosophers. The Translations made by Stephen Scrope (William Worcerster) and. an Anonymous Translator, Londres (« EETS », 211), 1941, p. XIII-XVII et C. Gilly, Notice du ms. Amsterdam, Bibliotheca Philosophica Hermetica, 203, dans Marsilio Ficino e ilritomo di Ermete Trismegisto, éd. S. Gentile et C. Gilly, Florence, 2001, p. 191-194. Nous remercions Jean Letrouit pour cette dernière référence.

5 Les 9 éditions sont les suivantes (avec localisation entre parenthèses) :

1) Les dicts moraulz des philosophes, Bruges, Colard Mansion, v. 1477 (BNF, Lille, Anvers, Copenhague).

2) Les ditz moraulx des philosophes, Paris, Vérard, 1486 (Amiens).

3) Les ditz moraulx des philosophes et les proesses du vaillant roy Alexandre, Paris, Michel Lenoir, entre 1506 et 1520 (BNF, Aix).

4) Les ditz moraulx des philozophes et les proesses du vaillant Alexandre, Paris, Jean Trepperel, s.d. (Tours).

5) Les ditz moraulx des philosophes et les proesses du vaillant roy Alexandre, Paris, Le Petit Laurens pour François Régnault, s.d. (Poitiers).

6) La Forest et description des grans et sages philosophes du temps passé, Paris, Pierre Leber, 1529 (BNF Rothschild, BNF Ars., Maz.).

7) Les dictz moraulx des philosophes, Paris, Pierre Vidoue pour Galliot du Pré, 1531 (BNF, BEPHE, BU Toulouse) ; édition suivie du chapitre physiognomonique du Secret des secrets.

8) La Forest et description des grans et sages philosophes du temps passé, Paris, Pierre Leber, 1532 (BNF, Maz., Sorbonne / Victor Cousin).

9) La Forest et description des grans et sages philosophes du temps passé, Paris, Pierre Leber, 1533 (Aix, Besançon, Dôle).

6 Stephen Scrope (v. 1450), The Dicts and Sayings of the Philosophers, éd. Bühler (publié avec la traduction anonyme du manuscrit Helmingham Hall). Anthony Wydville, comte Rivers (entre 1474 et 1477), The dyctes or sayengis of the philosophers, éd. W. Caxton, Londres, 1477 (premier imprimé daté d’Angleterre). Voir J.R. Goodman, « William Caxton and Anthony Woodville, Translators : the Case of The Dictes and Sayengis of the Philosophres », New Comparison, 12, 1991, p. 7-22.

7 Voir C. Brunel, « Une traduction provençale des Dits des philosophes de Guillaume de Tignonville », Bibliothèque de l’École des Chartes, 100, 1939, p. 309-328.

8 Cette œuvre est encore inédite ; l’unique manuscrit (Cambridge, Saint-John College, T 14/261) est, G. Hasenohr l’a montré, autographe ; voir P. Meyer, Rmnania, 35, 1906, p. 531- 554 et G. Hasenohr, Romania, 104, 1983, p. 257-260.

9 Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes mœurs du sage roi Charles V, I, 16, éd. S. Solente, 2 vol., Paris, 1936-1941, t. I, p. 47.

10 Voir par exemple BNF fr. 572, 1164, 19123, Toulouse 824. Autre voisinage fréquent, le Jeu des échecs moralises de Jacques de Cessoles dans la traduction de Jean de Vignay (BNF 572, 812, 1164, 12440). Ajoutons qu’un autre recueil de Vies de philosophes connaîtra une surprenante diffusion à la fin du Moyen Âge, le Liber de vita et moribus philosophorum du Pseudo-Burley (270 manuscrits et 12 incunables), qui sera traduit en espagnol et en allemand ; de nombreuses notices seront traduites en français et intégrées dans la Mer des Histoires, publiée à la fin du XVe siècle ; voir l’éd. d’H. Knust, Gualteri Burlaei Liber de vita et moribus philosophorum, Tübingen, 1886 (« Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart », 177).

11 Sur Mubashshir, voir F. Rosenthal, « Al-Mubashshir b. Fatik », Encyclopédie de l’Islam, t. VII, Leyde-Paris, 1993, p. 284-285. La partie concernant Alexandre a été éditée et traduite en allemand par B. Meissner, « Mubassirs Ahbâr el-Iskender », Zeitschrift der deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 49, 1895, p. 583-627. B. Meissner a montré que Mubashshir a eu accès au Pseudo-Callisthène par le filtre de la recension syriaque (VIIe siècle ?) : voir l’édition et la traduction anglaise de E.A.W. Budge, The History of Alexander the Great, being the syriac version of the Pseudo-Callisthenes, Cambridge, 1889.

12 Il en existe deux éditions : H. Knust, Mittheilungen aus dem Eskurial, Tübingen, 1879 (« Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart », 141) ; M. Crombach, Bocados de oro. Kritische Ausgabe des altspanischen Textes, Bonn, 1971.

13 Dicta philosophorum ou Liber philosophorum moralium antiquorum, éd. E. Franceschini, Atti del Reale Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 91/2, 1931-1932, p. 393-597. L’attribution à Jean de Procida figure dans l’incipit du manuscrit BNF lat. 6069 V. Tout se passe comme si la traduction de Tignonville avait favorisé la circulation de l’hypotexte latin. Sur sa diffusion en Italie, voir G. Billanovich, « La Tradizione del Liber de dictis philosophorum antiquorume la cultura di Dante, del Petrarca e del Boccaccio », Studi Petrarchesi, 1, 1948, p. 111-123.

14 Voir G. Parussa, Christine de Pizan, Epistre Othea, p. 60-62.

15 L’ordre est vaguement chronologique : Sédéchias/Seth ouvre la série ; la liste se clôt sur saint Grégoire et Galien. Les copistes font parfois appel à la notion de chronique : « Che sont cronicqnes de pluiseurs saiges philozophes, et qui enseignent moult de pluiseurs et belles doctrines, lesquelles s’ensievent » (Bruxelles 10812-10816, v. 1460, f° 1 r°) ; « Cy commencent les croniques de plusieurs saiges philosophes, lesquelx enseignent plusieurs belles et notables doctrines, lesquelles s’ensuivent » (BNF fr. 19039, daté de 1514, f° 1 r°).

16 Joinville, Vie de saint Louis, § 2, éd. J. Monfrin, Paris, Classiques Garnier, 1995, p. 2.

17 Le texte de la traduction de Jean l’Orfèvre a été traduit pas S. Lefèvre dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, éd. D. Régnier-Bohler, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 629-736.

18 Voir BNF fr. 572, f° 47 r° : « Les ditz Alixandre philosophe » (idem dans BNF fr. 12440, f° 57 r°) ; cf. BNF fr. 812, f° 266 r° : « Les dis de Alixandre philosophe » (dans la table des matières), mais au début du texte lui-même seulement « Les dis de Alixandre » (f° 299 r°).

19 Nous donnons la page avec le numéro de ligne de l’édition Eder. Pour le Pseudo-Callisthène, nous citons Le Roman d’Alexandre, trad. fr. de G. Bounoure et B. Serret (texte L – manuscrit de Leyde – de la recension B), Paris, Les Belles Lettres, 1992.

20 Trait qui apparaît déjà dans le texte de Mubashshir (trad. Meissner, p. 607) ; chez le Pseudo-Callisthène, Alexandre ne devient que le roi des Romains (I, 29 ; idem dans la version syriaque, I, 28, éd. Budge, p. 35-36). Sur les conquêtes occidentales d’Alexandre, voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre et la conquête de l’Ouest dans les Romans d’Alexandre du XIIe siècle, leurs mises en prose au XVe siècle et le Perceforest », Remania, 118, 2000, p. 83-104 et 394-430.

21 Le toponyme devient incompréhensible dans les versions occidentales : tierra de Cay (var. Cayn, Cuy) dans les Bocados (éd. Knust, p. 296 ; éd. Crombach, p. 128), terrain Cijm (var. Tyri) dans les Dicta (éd. Franceschini, p. 520), terre de Tigne chez Tignonville (BNF fr. 572, 812, 12440… ; var. Tigue, Lyon 949, Impr. Paris / Michel Lenoir, Impr. Paris / Galliot du Pré...). La traduction anglaise anonyme parle de lande of the Swanne, traduction sans doute d’une leçon française terre de Cigne (éd. C.F. Bühler, p. 203) ! Il est justement question du roy de Signe dans une compilation d’histoire universelle qui remanie l’ Histoire ancienne jusqu’à César et interpole des passages de Tignonville pour l’histoire d’Alexandre (Le premier volume de Orose, Paris, Antoine Vérard, 1491, t. I, f° 220 r° a). La fin de la Lettre d’Alexandre à Aristote parle déjà de l’expédition d’Alexandre jusqu’au pays des Sères, traditionnellement identifié avec la Chine (voir Le Roman d’Alexandre, trad. Bounoure et Serret, p. 145 ; idem dans la version syriaque du Pseudo-Callisthène, III, 7, éd. Budge, p. 109 sq.), repris dans le seul manuscrit de Cambridge de Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre ou le Roman de toute chevalerie, C 132, éd. B. Foster et I. Short / trad. C. Gaullier-Bougassas et L. Harf-Lancner, Paris, Champion Classiques, 2003, p. 570.

22 Telle est aussi la version de Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre, laisse 46-47, éd. citée, p. 80-84.

23 Pseudo-Callisthène, I, 13, § 3.

24 Pour une confrontation commode entre les différentes recensions européennes, voir l’édition synoptique de Knust, dans Mittheilungen aus dem Eskurial, p. 415-497 (présentation sur quatre colonnes des versions espagnole, latine, française et anglaise de S. Scrope).

25 Voir, sur ce point, Meissner, « Mubassirs Ahbâr el-Iskender », p. 585, n. 2.

26 Pseudo-Callisthène, I, 36.

27 Chez le Pseudo-Callisthène, Darius use simplement d’une image : ses soldats ne peuvent pas être davantage dénombrés que du sable (I, 36, § 4). Chez Alexandre de Paris (Le Roman d’Alexandre, éd. E.C. Armstrong et trad. L. Harf-Lancner, Paris, Le Livre de Poche / « Lettres Gothiques », 1994), la scène des dons est dupliquée : une première série consiste en quatre objets symboliques (frain, pelote, soit « balle », verge de lis, escrin d’argent renfermant de l’or ; br. I, v. 1907-1908, p. 192) ; plus tard, le souverain perse envoie un mulet chargé de grains de pavot (br. Il, v. 2469, p. 250). À comparer au Roman d’Alexandre de Thomas de Kent, où ne figurent que trois objets – resne, pellote d’or, deux aumeneres contenant deux drachmes d’or (éd. citée, v. 1403-1405) –, et à l’Alexandreis de Gautier de Châtillon, proche de la trilogie initiale avec le fouet (lora), la balle ronde (teretem pilam) et la bourse-fourreau (forulos capaces / In sumptus) : voir Alexandreis, II, 27, éd. M.L. Colker, Padoue, 1978, p. 38.

28 Julius Valerius, Res gestae Alexandri Macedmiis, éd. M. Rosellini, Stuttgart-Leipzig, 1993.

29 Voir Mubashshir, trad. Meissner, p. 609. On a parfois déjà interprété la balle chez le Pseudo-Callisthène comme le signe d’une imprégnation du Roman d’Alexandre par l’idéologie de la Rome impériale (cf. G. Bounoure, introd. à Pseudo-Callisthène, Le Roman d Alexandre, p. XVIII).

30 La pomme ronde devient une pomme rouge dans le manuscrit Chalon-sur-Saône 34 (f° 80 r° ; manuscrit daté de 1454).

31 Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, t. VII, Paris, 1966, p. 287.

32 Mubashshir, trad. Meissner, p. 609 ; Bocados, éd. Knust, p. 285 ; Dicta philosophorum, p. 514 ; Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, br. III, v. 2518, éd. citée, p. 252.

33 Dicta philosophorum, p. 523. Dans les Bocados de oro, il est question de las mesas de la rreyna (éd. Knust, p. 301 ; éd. Crombach, p. 170). Passage absent du texte arabe de Mubashshir, trad. Meissner, p. 617. Voir Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, III, 33, § 2-3 : dans sa lettre, Alexandre demande à sa mère de réunir tous les hommes, petits et grands, riches et indigents, à un grand banquet.

34 Éd. Eder, p. 988 : leçon avec article dans BNF fr. 572 et 19124 (et dans les Imprimés), sans article dans BNF fr. 812, 1105, 1694, Lyon 949... Dans la version anglaise de Stephen Scrope, on trouve at the rounde table (éd. Bühler, p. 208).

35 Éd. Eder, p. 985.

36 Éd. Eder, p. 983-984. Cf. Pseudo-Callisthène, III, 3, § 1 ; Mubashshir, p. 613-614 ; Bocados, p. 292 ; Dicta, p. 518. Les bêtes féroces du texte grec et de la version arabe deviennent en espagnol, latin et français des loups.

37 Éd. Eder, p. 985. Voir ci-dessus, note 21.

38 Éd. Eder, p. 976. Rappelons que chez Alexandre de Paris, le soupçon de bâtardise est simplement mentionné, mais n’est pas accepté par le narrateur (Br. I, 1. 16, p. 94), alors que chez Thomas de Kent, il est avéré : Alexandre est bien le fils de Nectanabus (1. 10-13, p. 26-30).

39 Éd. Eder, p. 988. Ajoutons que les versions occidentales issues des Bocados ne mentionnent pas la mort par maladie qui figurait chez Mubashshir, p. 618.

40 Dans la recension B (manuscrit de Leyde), traduite par G. Bounoure et B. Serret aux Belles Lettres. Le noyau primitif du récit grec était peut-être constitué d’un dossier de lettres échangées entre Alexandre, Darius, sa mère et Aristote, comme le suggère le papyrus de Hambourg (voir G. Bounoure, introd. à Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, p. XVII-XVIII).

41 BNF fr. 812, f° 266 r° :

« Les dis de Alixandre philosophe :

La teneur de une epistre que envoia Alixandre parmy des bonnes villes de son royaume au commencement de son regne.

La teneur d’une epistre que envoia Daire, roy de Perse, au peuple de Tir pour résister contre le roy Alixandre. La response que fist Alixandre a Daire, roy de Perse, des lettres dessus dits.

La teneur d’une epistre envoiee a Alixandre de par sa mere.

La teneur d’une epistre envoye par Alixandre a Porrus, roy d’Ynde.

La teneur d’une epistre envoie par Alixandre a sa mere pour la reconforter ».

42 BNF fr. 812, f° 299 v° b. Cf. éd. Eder, p. 977, 1. 39.

43 Dispositif voisin dans les BNF fr. 1105 et 1694. Dans le BNF fr. 19124, de grandes initiales qui occupent un module de 8 à 10 unités de réglure en hauteur et un tiers de page en largeur, ouvrent les différentes epistres. D’autres manuscrits, comme le BNF fr. 572, le plus ancien témoin, le BNF fr. 1107 ou Lyon 949, n’ont pas cette mise en page appuyée.

44 « (Je) vous conseille et prie que vous craignez Dieu et lui obeissez comme au souverain. Et cellui eslisez a roy que vous verrez estre plus obeissant a Dieu » (éd. Ecler, p. 977).

45 Éd. Eder, p. 978.

46 « Ton orgueil te fait reputer estre dieu, si est a toy si grant oultrage, car un homme mortel ne peut estre dieu » (Lettre IV, éd. Eder, p. 980).

47 Éd. Eder, p. 981 ; Mubashshir, p. 610 ; Dicta, p. 515. L’évolution du sens du possessif est intéressante depuis le Pseudo-Callisthène, où Daire se réfugie simplement « dans son palais » (II, 16, § 9 ; eis to palation autou).

48 Éd. Eder, p. 982-983.

49 Le texte arabe est dans cet endroit tout à fait explicite : Alexandre « fit saccager les temples du feu et mettre à mort les Herbed et Mobed, soit les sages de la religion des mages et les gardiens du feu » (Mubashshir, p. 612). Sur Herbed et Mobed, voir M. Guidi, « Mobadh », Encyclopédie de l’Islam, t. VII, Leyde-Paris, 1993, p. 215-218.

50 Éd. Eder, p. 985. Cf. p. 983 : « Mon Dieu (...) m’a ordonné en ce monde pour le vengier des mescreanz qui le renyent ».

51 Voir F. de Polignac, « Alexandre maître des seuils et des passages : de la légende antique au mythe arabe », dans Alexandre le Grand dans les littératures occidentales et proche-orientales, éd. L. Harf-Lancner, C. Kappler et F. Suard, Nanterre, 1999 (« Littérales Hors Série »), p. 215-225. La recension C du Pseudo-Callistliène insistait déjà sur la conversion d’Alexandre au Dieu d’Israël. Pour l’historien arabe Tabari (Xe siècle), Alexandre est même un descendant d’Abraham ! Voir A. Abel, Le Roman d’Alexandre. Légendaire médiéval Bruxelles, 1955, p. 61.

52 Voir C. Gaullier-Bougassas, Les romans d’Alexandre. Aux frontières de l’épique et du romanesque, Paris, Champion, 1998, p. 293-297.

53 Du moins dans le manuscrit de Durham : voir Thomas de Kent, éd. citée, laisses 187-195. Cette visite est déjà relatée par Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XI, 317-345.

54 Éd. Eder, p. 982-983. Le texte latin parle de libros astronomie, phisice et philosophie (Dicta, p. 517). À comparer aux considérations de l’Histoire de Tabari, citée par Abel, Le roman d’Alexandre, p. 62 (Alexandre « recueillit les livres qui renfermaient les sciences propres aux gens de Perse, dans le domaine de l’astrologie et de la sagesse, après les avoir fait traduire en langue syrienne, puis en langue de Rûm »). Cf. Tabari, Les prophètes et les rois. De Salomon à la chute des Sassanides, trad. de la version persane de Bal’ami par H. Zotenberg, Paris, 1984, p. 77.

55 Éd. Eder, p. 985-986 ; sur cet exemplum, voir P.-Y. Badel, « Alexandre dans le Roman de la Rose et le Songe du Vieil Pèlerin », Romania, 121, 2003, p. 415-429.

56 Éd. Eder, p. 990.

57 Éd. Eder, p. 991, 1. 16.

58 Éd. Eder, p. 932.

59 Éd. Eder, p. 971 et 972-973. Ajoutons que le manuscrit Lille 316 fait suivre les Dits moraux d’une version des Enseignements d’Aristote à Alexandre, alors que l’imprimé de Paris, 1531 (Galliot du Pré) prolonge les Dits moraux par le chapitre physiognomonique du Secret des secrets.

60 C. Gaullier-Bougassas, Les romans d’Alexandre…, p. 370 sq.

61 Éd. Eder, p. 975-976.

62 Autre signe de cette continuité : la seconde rédaction des Vite philosophorum du Pseudo-Burley, élaborée avant 1378, alors même qu’elle privilégie l’abrègement, prend la peine d’intégrer un chapitre sur Alexandre qui est emprunté aux Dicta philosophorum, l’hypotexte de Tignonville ; voir A. Vidmanova, « La formation de la seconde rédaction des Vitephilosophorum et sa relation à l’œuvre originale », Medioevo, 16, 1990, p. 253-272 (p. 260-262 pour Alexandre).

63 P. Meyer avait noté le côté disparate de la figure d’Alexandre dans cette compilation encore inédite (voir Alexandre le Grand dans la littérature française du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1886, t. II, p. 348-355). Voir aussi la compilation déjà mentionnée, éditée sous le titre Le premier volume de Orose et dédiée à Charles VIII, qui imagine une lettre du roy de Signe à Alexandre à partir du texte de Tignonville (éd. citée, f° 220 r°).

64 Voir ci-dessous, n. 8.

65 Mais aucun manuscrit ne semble présenter un tel abrègement. Le BNF fr. 1164 abrège considérablement sa notice sur Alexandre, mais ce procédé concerne l’ensemble du recueil ; pour la Vie d’Alexandre, le copiste s’arrête au milieu de la première lettre et se contente d’ajouter l’exemplum du jugement du possesseur du trésor.

66 Voir Dicts moraulz, Bruges, Colard Mansion, v. 1477, f° 64 r° ; cette phrase fait suite au discours d’Alexandre à ses hommes (« il ne me seuffre faire chose qui ne soit a vous prouffitable et a moy honnourable [= éd. Eder, p. 977, 1. 37]. Pluisieurs bons enseignemens [...] »). Jupiter Haymon est un souvenir du dieu égyptien Ammon, identifié ensuite à Zeus et père mythique du conquérant : voir Pseudo-Callisthène, I, 30 et Thomas de Kent, Le Roman d’Alexandre, v. 214...

67 Éd. Michel Lenoir, Paris, entre 1506 et 1520. Même titre dans les éditions de Jean Trepperel et Le Petit Laurens.

68 Éd. Pierre Leber, Paris, 1532 (il en existe trois impressions, 1529, 1532, 1533 ; Brunet, Manuel du Libraire, II, 1340, mentionne une édition de 1527, que nous n’avons pas pu localiser).

69 Voir C. Gaullier-Bougassas, « Alexandre héros païen ou héros pré-chrétien ? Deux stratégies opposées de réécritures à la fin du Moyen Âge », Le Moyen Français, 51-53, 2002-2003, p. 305-326.

70 Voir Antoine de la Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard et trad. M. Quereuil, Paris, Le Livre de Poche (« Lettres Gothiques »), 1995, § 10-18.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search