Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

III. Mouvances

Les figures romanesques dans la littérature des xive et xve siècles

De la réminiscence courtoise à la remotivation satirique

Tania Van Hemelryck

Texte intégral

  • 1 Pour une définition de la figure exemplaire dans l’optique de la base de données Fi-Ex, on se repor (...)

1Les auteurs des XIVe et XVe siècles se plaisent à utiliser des figures exemplaires1, initialement personnages de roman, dans une littérature non narrative et non « romanesque ». Bien plus qu’une coloration anecdotique ou une manifestation intellectuelle, le déplacement des figures romanesques, de leur foyer littéraire originel aux créations de la fin du Moyen Âge, soutient une rhétorique précise mise en œuvre par l’auteur.

2La présente contribution se propose de présenter sommairement ces manifestations, tout en dégageant les stratégies discursives qui sous-tendent l’utilisation des figures romanesques en moyen français.

1. Les résultats

3La récolte des informations a été rendue possible grâce à la base de données Fi-Ex, vaste répertoire qui recensera, à terme, toutes les figures exemplaires présentes dans les textes en langue vernaculaire des XIVe et XVe siècles. Bien que cette base renferme déjà 8 000 entrées récoltées dans des sources très diverses – des œuvres poétiques jusqu’aux chroniques en passant par les farces –, le panorama des figures romanesques que je propose demeure nécessairement limité et ne peut donc prétendre à l’exhaustivité.

  • 2 L’expression est empruntée à Michel Stanesco, qui désigne ainsi « la mise en roman » [M. Stanesco, (...)

4La sélection des occurrences ne pourra pas rendre compte de l’ensemble des personnages que les romans médiévaux ont cristallisés en figures exemplaires ; néanmoins, afin de toucher le plus large spectre de l’enromancement2 de la matière littéraire aux XIVe et XVe siècles, j’ai sélectionné un échantillon de figures romanesques, féminines et masculines, depuis les héros arthuriens primitifs jusqu’aux personnages romanesques périphériques.

2. Analyse

  • 3 Elles représentent 214 occurrences sur 8000, soit 2,66 % des occurrences renseignées par Fi-Ex.

5Quatorze figures romanesques ont été prises en considération3 : Arthur, Tristan, Lancelot, Yseut, Gauvain, Guenièvre, Perceval, Ponthus, Galehaut, Cléomadès, Sidoine, Athis, Yvain et Clémondine.

6J’ai préféré des personnages qui appartenaient univoquement à l’univers du roman courtois, délaissant des occurrences antiques ou mythologiques, qui inspirèrent parfois une création romanesque. Le graphique ci-dessous détaille le nombre d’occurrences pour chaque figure retenue.

7Bien que la base de données Fi-Ex recense déjà une grande partie des genres médiévaux, la sélection des figures exemplaires ne peut pas être absolument représentative du traitement des figures romanesques en littérature française, et il faut donc se méfier de toute tentation surinterprétative. En effet, au-delà du décompte des occurrences, il convient d’examiner ces figures en situation. Car, bien que leur présence ne fonde pas le déploiement du discours, elle n’en constitue pas moins un élément structurant.

8L’analyse de ces figures dégage un potentiel intertextuel étonnant ; ainsi, chaque figure véhicule un sémantisme, un potentiel ontologique, hérité de sa situation littéraire originelle, mais elle entretient également un rapport particulier avec le texte récepteur dans lequel elle se déploie, pour tisser des liens avec un imaginaire plus vaste. L’auteur/narrateur demeure celui qui dirigera l’appareil référentiel sur la voie interprétative, en usant de l’analogie, de la métonymie, de la synecdoque ou de l’antonomase.

  • 4 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 4, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 130), v. 1 (...)

9Les figures exemplaires dépassent le simple ornement rhétorique ou poétique, bien que dans certains cas les exigences de la rime ou la cristallisation sémantique motivent leur présence. Ainsi, Perceval permet souvent une rime avec le substantif cheval4, tandis que la réminiscence courtoise est évidente dans les ballades amoureuses de Christine de Pizan, où elle se plaît à semer çà et là des couples d’amants exemplaires, dont Tristan et Yseut ; mise en abyme d’un couple réel – Christine ou les époux d’Orléans – ou résonance d’une tradition qui flatte ses commanditaires ?

10L’intertextualité que véhiculent ces figures est évidente et elle permet de multiples utilisations littéraires. Je voudrais donc détailler les grandes tendances exemplaires que les auteurs assignent à ces figures romanesques dans leurs écrits avant de conclure brièvement sur les liens entretenus par la littérature avec le réel.

1. La dimension courtoise

11Une large part des témoignages poétiques insèrent des couples courtois dans leurs vers ; ainsi, Tristan et Yseut, mais aussi Lancelot et Guenièvre, incarnent souvent les couples exemplaires des amants. Alors que ces réminiscences courtoises charrient des valeurs positives ou négatives selon le contexte, la figure cristallise une situation ou un attribut archétypal que le poète ne doit pas rappeler au lecteur potentiel de l’œuvre. Ce mode de fonctionnement des figures exemplaires souligne combien elles s’inséraient intimement dans l’imaginaire d’un horizon d’attente donné.

  • 5 Jean Renart, L’escoufle. Roman d’aventure, éd. Fr. Sweester, Genève, Droz, 1974 (TLF, 211) : « Or s (...)
  • 6 Jean Froissart, L’espinette amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, Klincksieck, 1963 (Bibliothèque fran (...)

12Ainsi, dans un système de comparaisons hyperboliques, les figures romanesques courtoises sont les référents auxquels est mesuré l’amour exemplaire des amants loués par le poète, que ceux-ci soient réels ou idéaux, comme dans les personnages de l’Escoufle5 ; notons que Jean Froissart précise, dans son Espinette amoureuse6, que ce ne sont pas là les deux seuls couples auxquels il faut mesurer l’ Amour idéal, sous-entendant que l’imaginaire regorge d’exemples de ce type.

  • 7 Jean Froissart, La prison amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, Klincksieck, 1974 (Bibliothèque frança (...)
  • 8 Jean Froissart, Le joli buisson de Jonece, éd. A. Fourrier, Genève, Droz, 1975 (TLF, 222), w. 3360- (...)
  • 9 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 75 (...)
  • 10 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 21 (...)

13Par ailleurs, ces couples exemplaires n’incarnent pas toujours l’amour absolu idéalisé ; dans bien des exemples, comme dans la Prison amoureuse7 ou le Joli buisson de jonece8 de Froissart, les couples évoqués donnent à voir, à entendre et à lire les complexités de l’amour humain, traversé par les pires épreuves. De même, Christine de Pizan fait-elle allusion à la piteuse fin des deux amants tristaniens dans son Debat de deux amans9 et dans son Dit de la Pastoure10.

  • 11 The Livre de la Cité des Dames of Christine de Pizan, éd. M.C. Curnow, Ann Arbor, Xerox University (...)

14Dès lors, bien que ces figures soient généralement les parangons incontestés de l’amour médiéval, dans le cadre du discours poétique du XVe siècle, moins lyrique et résolument tourné vers un idéal plus altruiste, les figures quittent l’hyperbole et rejoignent les exemples dépréciés pour leur comportement déraisonnable ; le bas Moyen Âge devient plus didactique, du moins certains auteurs utilisent les potentialités des figures romanesques pour servir un discours qui dénonce l’amour déviant et vise une conduite exemplaire. Ainsi, dans son Livre de la cité des dames, Christine de Pizan cite Yseult, qui trop ama Tristan parmi les femmes qui aimèrent par folle amour11.

15Bien sûr, l’idéal courtois ne se limite pas à l’explosion immodérée des sentiments amoureux, généralement en marge de la société, mais prône également la prouesse des armes, suscitée par cet amour. Martin le Franc associe d’ailleurs ces deux facettes de la courtoisie dans le Champion des dames :

  • 12 Martin le Franc, Le Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v (...)

Qui fist Lancelot et Artus,
En armes si aventureux,
Tristan, Percheval et Ponthus
Sy non qu’ilz furent amoureux ?
Amours les fist chevalereux,
Certainement on le peut croire,
Que s’il n’eust esté entour eulx
D’eulx ne fust maintenant memoire12.

16Ces figures masculines se rencontrent aussi sous cette association traditionnelle dans le Blason des faulses amours de Guillaume Alecis, où Yvain, Arthur, Gauvain, Perceval, Tristan, Gallehaut et Lancelot, sont

  • 13 Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, prieur de Bucy, éd. A. Piaget et E. Picot, Paris, Didot, 1896 (...)

(...) gens chevallereux,
Qui ne craignoient ne froit ne chault,
En jouste, en bataille, en assault,
Et tousjours estoient amoureux13.

  • 14 Le songe de la barge de Jean de Werchin, sénéchal de Hainaut (XV s.). Les ballades échangées entre (...)
  • 15 R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Contribution à l’étud (...)

17Hormis quelques exemples isolés chez Deschamps et dans le Songe de la barge de Jean de Werchin14, les figures n’interviennent pas univoquement dans une lyrique personnelle, comme celle des trouvères qu’étudia Roger Dragonetti15 ; le poète compare rarement son propre amour à celui bien moindre des amants du passé, il préfère entrer dans une sphère plus générale, proche du bien commun qui préoccupe de plus en plus les écrivains des XIVe et XVe siècles.

2. Le discours encomiastique

18Outre l’idéal amoureux du couple, que l’on retrouve dans les paires exemplaires des amants, les figures romanesques cristallisent parfois une qualité précise. Celle-ci peut varier d’une œuvre à l’autre, mais elle apparaît irrévocablement dans un système de comparaisons hyperboliques qui vise à louer l’Autre.

  • 16 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. G. Raynaud, Paris, Didot, 1891 (SATF), vol. 7, p. 14, v. (...)
  • 17 Gerbert de Montreuil, Le roman de la Violette ou Gerart de Nevers, éd. D. Labaree Buffum, Paris, Ch (...)
  • 18 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 82 (...)

19Quelques ballades amoureuses d’Eustache Deschamps confinent Yseut et Guenièvre dans l’image d’Épinal du bonheur absolu16, tandis que dans le Roman de la Violette, Gerbert de Montreuil attribue à Yseut la beauté17. Cléomadès est le voyageur parfait que surpasse le dédicataire du Dit de Poissy de Christine de Pizan18.

  • 19 M.-Cl. Deprez-Masson, Poésie et politique. Le songe du Pastourel de Jehan du Prier. Étude et éditio (...)
  • 20 Jean Marot, Le Voyage de Gênes, éd. G. Trisolini, Genève, Droz, 1974 (T.L.F., 205), w. 506-507.

20Outre ces résurgences dans la lyrique courtoise, les figures romanesques apparaissent également dans la littérature encomiastique. L’allusion peut être isolée ou combinée à une litanie héroïque, comme dans le Songe du Pastourel de Jehan du Prier, qui attribue à René II de Lorraine, entre autres, la hardiesse de Lancelot et la renommée de Tristan19. Déjà Watriquet de Couvin, dans son Dis des . IIII. sieges comparait Charles de Valois au noble roi Arthur. Tandis qu’à la fin du XVe siècle, dans son Voyage de Gènes, Jean Marot déclare qu’Antoine de Lorraine était semblant par conjectures / Preux Lancelot, le chevalier errant20.

  • 21 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1936 (SATF), vol. 1, p. 363, w. 17-2 (...)

21Le discours de l’éloge en vers, par sa nécessaire concision, devient le lieu de création d’adjectifs et de substantifs forgés au départ des figures exemplaires. En effet, la condensation extrême du discours poétique motive ces innovations langagières qui évacuent les références comparatives. Le roman prend possession du Verbe et s’exprime sans rhétorique, il se fond dans la lettre. Dans cet horizon créatif, le domaine adjectival apparaît comme le parent pauvre de la néologie romanesque étant donné que je n’ai recensé, jusqu’à présent, que le qualificatif arturin sous la plume de Jean Molinet dans ses Lamentables Regrés pour le trespas de Monseigneur Albert, duc de Zassen21. Par contre, les substantifs sont plus nombreux, peut-être en raison de la relative aisance de dérivation que permet la simple adjonction d’un article indéfini dans l’ancienne langue.

22Ainsi, dans le Livre de la Mutacion de Fortune, Christine de Pizan loue un chevalier que l’on considérait comme

  • 22 Christine de Pizan, Le livre de la Mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, 1959 (SATF), (...)

(...), un droit Lancelos
On racontoit de lui, sanz faille,
En fais d’armes et de bataille22.

  • 23 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1936 (SATF), vol. 1, p. 225, v. 7.

Jean Molinet déclare dans son Dictier sus ceux de Gand que Maximilien était hardis comme ung Artus23. Plus tard, dans son Voyage de Venise, Jean Marot dira des Suisses qui précédaient Louis XII :

  • 24 Jean Marot, Le Voyage de Venise, éd. G. Trisolini, Genève, Droz, 1977 (TLF, 241), w. 3842-3843.

De grans plumailz leurs testes fallerent,
Car chascun d’eulx s’estimoit ung Ponthus24.

3. La visée eschatologique

23Outre l’exploitation des figures dans des systèmes de comparaisons variés, de l’amour courtois à l’éloge, les figures exemplaires romanesques servent également le discours moral intimement lié à toutes les manifestations littéraires des XIVe et XVe siècles.

24Ainsi, Eustache Deschamps usa des personnages romanesques pour soutenir son discours eschatologique ; dans certaines de ses pièces, le poète développe un discours moral fortement imprégné de la doctrine du contemptus mundi où il fait évoluer des figures exemplaires précises :

  • 25 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. Marquis de Queux de Saint-Hilaire, Paris, Didot, 1882 (SA (...)

Ou est alez Lancelot au cuer bon
Et Theseus qui la mer a cerchée, etc.
Refrain : Ilz sont tuit mort, ce monde est chose vaine25.

  • 26 « Force nous conteréz les armes de Lancelot du Lac, de Galhaut, ou de Ponthus, la conqueste du sain (...)

25En effet, dans ce contexte, les figures romanesques incarnent certes les destins héroïques convoités26, mais aussi de simples hommes, morts malgré leurs prouesses et leur renommée. Par l’intermédiaire des figures exemplaires, Deschamps parvient à condenser sa pensée morale dans l’espace restreint de la ballade ou du chant royal. Il combine, comme le fera George Chastelain dans son Miroir de Mort, la dénonciation des vanités du monde aux thèmes conjoints de l’Ubi sunt et des Neuf Preux.

26Bien qu’elles soient choisies généralement pour leurs qualités ou leurs défauts exceptionnels, les figurent romanesques n’en demeurent pas moins des étincelles d’humanité incarnées dans le grand roman de la vie.

27Seul Arthur semble échapper au cours du temps ; de fait, le roi légendaire des Bretons incarnent la pérennité d’un âge d’or auquel les auteurs se plaisent à faire référence. Le tenu Artu désigne aussi bien les temps immémoriaux où l’amour et les vertus dominaient le monde que les traces d’un Éden politique disparu où régnait un roi très noble.

  • 27 T. Van Hemelryck, « Où sont les Neuf Preux ? Variations sur un thème médiéval », dans Studi Frances (...)

28D’ailleurs, c’est au titre d’archétype absolu de la Chrétienté, aux côtés de Godefroy de Bouillon et de Charlemagne, qu’Arthur a pu prendre place dans la liste des Neuf Preux. Depuis Guillaume de Machaut jusqu’à George Chastelain, et parfois bien au-delà, les Neuf Preux, auxquels s’adjoindront Neuf Preuses, seront au service du discours moral transcendé par un souci eschatologique27.

4. Remotivation satirique

  • 28 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v. 1 (...)
  • 29 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 4, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 130), w. 1 (...)

29Dans un registre différent, certaines œuvres, comme le Champion des dames, tentent l’utilisation satirique des personnages romanesques. Ainsi, Martin le Franc déprécie les amants fourbes et menteurs, qu’il compare à Galehaut28 ; et, afin de servir la supériorité des femmes, il transforme Galehaut, Lancelot et Gauvain en chevaliers de pacotilles face à Panthasilée29, reine des Amazones.

30Dans le même contexte, l’évêque de Lausanne vajusqu’à la création proverbiale affirmant que ces amants de paille :

  • 30 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v. 1 (...)

Lancelot muent en Michault.30

  • 31 François Villon, Le Testament, éd. J. Rychneret A. Henry, Genève, Droz, 1974 (TLF, 207), w. 922-923 (...)

31Michault incarne le bonfouterre, que l’on retrouve d’ailleurs dans le Testament de François Villon31 ; loin de remplacer l’un par l’autre, par leurs attitudes condamnables les amants transforment l’archétype du bon chevalier loyal en amour en un sordide obsédé sexuel. L’ordre du monde est renversé par le langage que l’homme pervertit, et l’auteur se sert à son tour des ressources langagières – ici la création parémiologique – pour soutenir sa lecture inversée des traditions.

32Un parfum érotique et licencieux se rencontre dans d’autres pièces poétiques engagées à ridiculiser les personnages romanesques, soit pour soutenir une lecture décalée du réel et susciter le rire, soit pour s’insurger contre les valeurs chevaleresques ; outre l’association courante des exploits amoureux aux prouesses guerrières, les noms de certaines figures romanesques permettent des équivoques érotiques, comme Lancelot ou encore Perceval.

33Ainsi, le Debat du gendarme et de l’amoureux de Jean Molinet pourrait fonctionner sur ce mode satirique lorsque l’homme armé déclare :

  • 32 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1937 (SATF), vol. 2, p. 617, w. 15-2 (...)

« A cheval, tout homme, a cheval ! »
Pouvres amans, plains de maleur,
Soit par ce mont ou par ce val,
Hutin, Butin et Percheval,
Mettés vous sus, c’est le meilleur ;
Guerre est en bruyt et en valeur,
Amours se passe et nul n’y vise32.

  • 33 Voir : R.M. Bidler, Dictionnaire érotique : ancien français, moyen français, Renaissance, Montréal, (...)

L’équivoque lexicale servirait donc l’isotopie sexuelle, étant donné que le hutin peut désigner « la lutte amoureuse », le butin est parfois associé au contexte charnel et Percheval porte en lui, comme Lancelot, les éléments d’une équivoque facile33.

Conclusion

  • 34 R. Dubuis, La nouvelle et l’art du récit au XVe siècle en France. Recueil d’articles offert par ses (...)

34Alors que Roger Dubuis34 estima que les genres narratifs étaient indifférents aux problèmes historiques, il intéressant de relever cette troublante présence des personnages romanesques dans la littérature des XIVe et XVe siècles, que celle-ci soit d’inspiration courtoise ou d’actualité. Les figures romanesques se confinent certes à leur « univers », mais leur présence est d’autant plus porteuse de sens. Les figures romanesques emboîtent le pas à la prise de conscience par l’écrivain de son rôle public et politique. La matière littéraire devient perméable au temps et au point de vue d’un auteur.

35Les figures romanesques permettraient une double lecture inconsciente de l’Histoire ; grâce à leur concision et leur caractère archétypal, elles incarnent un moment, passé, présent ou futur, de la vie du lecteur, qu’elles instruisent, et de l’auteur qui les créent. L’imaginaire romanesque est donc à la fois le modèle et le reflet de la réalité humaine.

36Loin de se confiner dans une monosémie courtoise, par le biais d’une intertextualité élargie et du processus illocutoire inhérent à l’entreprise littéraire, l’auteur réinvestit la figure romanesque d’une dimension nouvelle. Toute figure est donc bonne à écrire, pour autant que l’auteur donne aux lecteurs les clés de lecture du monde. Les figures romanesques deviennent dès lors les doubles à lire des contemporains.

37En effet, je crois qu’au-delà de l’intérêt rhétorique et poétique, les figures romanesques participent activement de l’enromancement de la société médiévale. Cette observation rencontre l’article fondateur de Michel Stanesco qui pointait que le roman et le romanesque, notamment dans leurs manifestations médiévales, font partie intégrante des concepts clés de la civilisation occidentale, bien qu’une « bonne conscience méthodologique moderne » les confine dans la sphère de l’irréel non structurant.

  • 35 Chr. de Mérindol, Les fêtes de chevalerie à la cour du roi René : emblématique, art et histoire : ( (...)
  • 36 M. Pastoureau, « Arthur, Lancelot, Perceval et les autres », dans M. Pastoureau, Figures et couleur (...)

38Alors que dans le monde réel une multitude de princes, de bourgeois ou d’anonymes réinvestissait chacun à l’unisson une figure romanesque par le biais de pas d’armes35 voire de l’anthroponymie36, dans l’espace littéraire, l’auteur, grâce au rapport sémantique privilégié qu’il entretient avec son lecteur, démultiplie et fractionne un idéal en une multitude de facettes littéraires. En définitive, au départ d’un support imaginaire identique les exploitations demeurent différentes : à jamais la présence des figures romanesques souligne combien l’homme doit se mirer dans des artefacts sublimés d’humanité afin d’entrevoir la voie de la Vérité.

Notes

1 Pour une définition de la figure exemplaire dans l’optique de la base de données Fi-Ex, on se reportera aux publications suivantes : T. Van Hemelryck, « Où sont les Neuf Preux ? Variations sur un thème médiéval », dans Studi francesi, 124 (1998), p. 1-8 ; Ead., « Marmoria, Totille et les autres. L’identification des figures dans les textes médiévaux : apports de la base de données Fi-Ex pour les XIVe et XVe siècles », dans Cl. Buridant (éd. sc.), Le moyen français. Le traitement du texte (édition, apparat critique, glossaire, traitement électronique). Actes du IXe colloque international sur le moyen français (Strasbourg, 29-31 mai 1997), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 133-148 ; Ead., « Les figures exemplaires au secours du héros bourguignon : exemples de chroniqueurs », dans Publication, du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe – XVIe) /Rencontres d’Édimbourg-Glasgcrw (28 septembre au 1er octobre 2000), Jean-Marie Cauchies (éd. sc.), Bruxelles, Centre européen d’études bourguignonnes, n° 41 (2001), p. 39-51 ; Ead., « Rhétorique et pouvoir des figures exemplaires. La base de données Fi-Ex », dans Cahiers électroniques de l’imaginaire. Héroïsation et questionnement identitaire en Occident : Héroïsation/antihéroïsation – civilisation / barbarie, n° 2 (2005), p. 73-82. Signalons que, contrairement à Jacques Berlioz, nous n’opposons pas les figures exemplaires à des figures répulsives (J. Berlioz, « Héros païen et prédication chrétienne : Jules César dans le recueil d’exempla du dominicain Étienne de Bourbon (mort v. 1261) », dans W.J. Aerts et M. Gosman, Exemplum et Similitude. Alexander the Creat and other heroes as points of reference in medieval literature, Groningen, Egbert Forsten, 1988 (Mediaevalia Groningana, VIII).

2 L’expression est empruntée à Michel Stanesco, qui désigne ainsi « la mise en roman » [M. Stanesco, « Sous le masque de Lancelot. Du comportement romanesque au Moyen Âge », dans Poétique, 61 (1985), p. 23-33]. Bien que l’auteur estime utiliser « un terme médiéval », notons que, dans la langue ancienne, le terme enromancement fait référence à la « traduction en langue romane » ou dans une acception plus large à la mise « par écrit en langue vulgaire ».

3 Elles représentent 214 occurrences sur 8000, soit 2,66 % des occurrences renseignées par Fi-Ex.

4 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 4, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 130), v. 16512 : « Prestes a pié et a cheval, / Par tout le monde aventureuses, / Plus que Gauvain ne Percheval ».

5 Jean Renart, L’escoufle. Roman d’aventure, éd. Fr. Sweester, Genève, Droz, 1974 (TLF, 211) : « Or saciés, la joie fu mendre / D’Isout quant Tristans l’enmena » (w. 8774-8775) ; « Lor regart ont entrelardé / Parmi les fenestres des eus / L’un cuer de l’autre : onques Yseus / Ne Tristans n’orent mais tel vie. » (w. 7820-7823)

6 Jean Froissart, L’espinette amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, Klincksieck, 1963 (Bibliothèque française et romane. Série B : Textes et documents, 2), w. 2767-2770 : « Car loiiés est d’amours, d’ossi drois neus / Que pour Tristan en fu la belle Yseus / Et Genevre pour Lanscelot le preus, / Et tout aultre, non pas seul de ces deux ».

7 Jean Froissart, La prison amoureuse, éd. A. Fourrier, Paris, Klincksieck, 1974 (Bibliothèque française et romane. Série B : Textes et documents, 13), w. 217-218 : « Qu’en avint Tristran et Yseus, / Qui furent si vrais amoureus ? ».

8 Jean Froissart, Le joli buisson de Jonece, éd. A. Fourrier, Genève, Droz, 1975 (TLF, 222), w. 3360-3365 : « Tristrans ossi sus tele fourme, / Si coin sa vie nous enfourme, / Qui bien justement l’examine, / Dou feu d’amour qui maint coer mine / Telement fu examinés / Que jusques en le fin menés ».

9 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 753-754 : « Mais celle amour Yseut si ordenna / Qu’entre les bras de son ami fina ».

10 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 2158-2161 : « Qu’oncques Tristan, qui destrains / D’amours fu oultre mesure, / Yseut, par qui ot mort seure, / Gaires plus fort n’estraigny ».

11 The Livre de la Cité des Dames of Christine de Pizan, éd. M.C. Curnow, Ann Arbor, Xerox University microfilms international, 1996, vol. 2, p. 951.

12 Martin le Franc, Le Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v. 14137-14144.

13 Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, prieur de Bucy, éd. A. Piaget et E. Picot, Paris, Didot, 1896 (SATF), vol. 1, p. 200, w. 357-360.

14 Le songe de la barge de Jean de Werchin, sénéchal de Hainaut (XV s.). Les ballades échangées entre Guillebert de Lannoy et Jean de Werchin. La correspondance de Jean de Werchin, éd. J. Grenier-Winther, Montréal, CERES, 1996 (Inedita & Rara, 12), w. 2757-2761 : « Et je sçay bien Tristrans et Lanceloz, / Qui d’amer fort eurent de maint le loz, / Oncques nulz d’eulx n’ama sa mestresse / Que celle amye, qui m’a mis en l’adresse / De vous servir, pour les biens dont est plaine ».

15 R. Dragonetti, La technique poétique des trouvères dans la chanson courtoise. Contribution à l’étude de la rhétorique médiévale, Bruges, De Tempel, 1960 (Rijksuniversiteit te Gent. Werken uitgegeven door de faculteit van de Letteren en Wijsbegeerte, 127), p. 196-205

16 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. G. Raynaud, Paris, Didot, 1891 (SATF), vol. 7, p. 14, v. 8.

17 Gerbert de Montreuil, Le roman de la Violette ou Gerart de Nevers, éd. D. Labaree Buffum, Paris, Champion, 1928 (SATF), w. 875-880 : « Gaïte, qui fu femme Atis, / Polisena ne dame Helainne, / Dydo la roïne n’Ismaine, / Antigone n’Iseus la blonde, / Ne Galïenne n’Esclarmonde / N’orent pas la dime biauté ».

18 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, Paris, Firmin Didot, 1891 (SATF), vol. 2, w. 821-826 : « Et adonc vous, Sire, que je semons / Du jugement jugier, entre les bons / Fustes nommé, pour tant s’oultre les mons / Estes adès / Car voiagier plus que Cleomadès, / Vray fin amant comme Palamadès/ etc. ».

19 M.-Cl. Deprez-Masson, Poésie et politique. Le songe du Pastourel de Jehan du Prier. Étude et édition, Montréal, CERES, Le Moyen français, 23 (1989), w. 1-7 : « Chief des Lorrains, membre du lis de France, / Duc compillé en seve de noblesse, / Rollant en cuer, Olivier en vaillance, / Hector en fait, Lancelot en prouesse, /Paris en corps, Ponthus en hardiesse, / Tristan en bruyt, David en vérité, / Vray Salomon, Alixandre en largesse ».

20 Jean Marot, Le Voyage de Gênes, éd. G. Trisolini, Genève, Droz, 1974 (T.L.F., 205), w. 506-507.

21 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1936 (SATF), vol. 1, p. 363, w. 17-24 : « Digne est d’avoir, pour guerdon magnificque, / Des preux l’afficque et couronne aureÿne, / Car sapience avoit salomonicque, / Dart dardanicque, escut hanibalicque, / Don daviticque, amictié cesarine, / Glore arturine, audace alexandrine, / Force hectorine et triumphe romain : / Toute vertus florissoit en sa main ». Ce qui concorde avec l’étude d’Anna Slerca sur les néologismes : A. Slerca, « À propos des néologismes des Rhétoriqueurs », dans Les Grands Rhétoriqueurs. Actes du V colloque international sur le Moyen Français, Milan, 6-8 mai 1985, vol. 1, Milan, Vita e Pensiero, 1985 (Scienze filologiche e letteratura, 29), p. 61-82.

22 Christine de Pizan, Le livre de la Mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, 1959 (SATF), vol. 2, w. 4546-4548.

23 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1936 (SATF), vol. 1, p. 225, v. 7.

24 Jean Marot, Le Voyage de Venise, éd. G. Trisolini, Genève, Droz, 1977 (TLF, 241), w. 3842-3843.

25 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, éd. Marquis de Queux de Saint-Hilaire, Paris, Didot, 1882 (SATF), vol. 3, p. 114, w. 17-18.

26 « Force nous conteréz les armes de Lancelot du Lac, de Galhaut, ou de Ponthus, la conqueste du saint Greal, les horions d’Olivier et Roland, joieux a ouir difficiles a croire » ; Martin le Franc, L’estrif de fortune et vertu, éd. P.F. Dembowski, Genève, Droz, 1999 (TLF, 513), p. 265-266.

27 T. Van Hemelryck, « Où sont les Neuf Preux ? Variations sur un thème médiéval », dans Studi Francesi, n° 124, fasc. 1 (1998), p. 1-8.

28 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v. 12185.

29 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 4, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 130), w. 16514-16552.

30 Martin le Franc, Champion des dames, éd. R. Deschaux, t. 3, Paris, Champion, 1999 (CFMA, 129), v. 12189.

31 François Villon, Le Testament, éd. J. Rychneret A. Henry, Genève, Droz, 1974 (TLF, 207), w. 922-923 : « Si m’en desmez aux hoirs Michault, / Qui fut nommé le Bon Fouterre ».

32 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, SATF, 1937 (SATF), vol. 2, p. 617, w. 15-21.

33 Voir : R.M. Bidler, Dictionnaire érotique : ancien français, moyen français, Renaissance, Montréal, CERES, 2002 (Erotica vetera : à la recherche d’un langage perdu).

34 R. Dubuis, La nouvelle et l’art du récit au XVe siècle en France. Recueil d’articles offert par ses amis, ses collègues et ses disciples, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998 (XI-XVII. Littérature), p. 209-223.

35 Chr. de Mérindol, Les fêtes de chevalerie à la cour du roi René : emblématique, art et histoire : (les joutes de Nancy, le Pas de Saumur et le Pas de Tarascon), Paris, Éd. du CTHS, 1993 (Mémoires et documents d’histoire médiévale et de philologie, 6).

36 M. Pastoureau, « Arthur, Lancelot, Perceval et les autres », dans M. Pastoureau, Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévale, Paris, Le Léopard d’Or, 1986, p. 177-182.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/25226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Université catholique de Louvain
Fonds de la Recherche Scientifique – fnrs

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search