Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

II. Réécritures

Un nouveau Ségurant Le Brun en prose ?

Le Manuscrit de Paris, Arsenal, Ms 5229, un roman arthurien monté de toutes pièces

Nathalie Koble

Texte intégral

  • 1 On pourra consulter les études d’ensemble portant sur la tradition manuscrite de chacun des romans  (...)
  • 2 Voir Roger S. Loomis, « Arthurian Influence on Sport and Spectacle », Arthurian Literature in the M (...)

1À la fin du Moyen Âge, les grands romans arthuriens en prose continuaient d’être lus, avec un succès que corrobore encore celui des incunables du Lancelot-Graal, du « livre de Merlin », ou encore du Tristan en prose, réimprimés plusieurs fois au XVIe siècle1. Dans les cours du XVe siècle, les grands personnages de ces « sagas » arthuriennes sortaient des imposants volumes manuscrits qui racontaient leurs histoires pour inspirer les costumes des nobles dans les tournois et les fêtes : les armoriaux, qui détaillent pour chaque personnage son blason et son identité, faisaient en quelque sorte office de magasine de prêt-à-porter et servaient de modèles pour ces incarnations d’un monde imaginaire2. Plus de deux siècles après leur invention, les romans du XIIIe siècle étaient donc bien « vivants », assurés qu’ils étaient d’un lectorat fidèle, c’est-à-dire à la fois fin connaisseur de la fiction arthurienne et attentif aux coutumes qui régissent son monde. Mais que lisait-on vraiment de ces formations tentaculaires, travaillées par une poétique de la mise en cycle qui rend leur histoire difficilement accessible par fragments ? Que reste-t-il, dans l’imagination du lecteur, de la force d’invention qui avait présidé à la mise en œuvre de ces textes, marquée par d’incessantes récritures, comme en témoignent les liens poétiques qui unissent les uns aux autres ces romans-fleuves et la diversité de leur tradition manuscrite ? Devenue patrimoine littéraire, la prose arthurienne peut-elle encore être animée de l’esprit de conquête qui justifie ses principes d’écriture et préside à son dynamisme sur plusieurs générations ?

2Les témoins manuscrits de la fin du Moyen Âge mettent en évidence la difficulté d’une étude d’ensemble. S’ils sont copiés en grand nombre et donnent lieu à des exemplaires de luxe richement décorés, les romans arthuriens y sont soumis à d’importantes métamorphoses, qui rendent bien souvent méconnaissables les textes copiés : abrégés ou amplifiés, interpolés ou fractionnés pour être recomposés, les romans du XIIIe siècle semblent être voués à une « renaissance », qui indique combien les derniers siècles du Moyen Âge en avait renouveler la lecture et le sens.

3Ces compilations ambitieuses sont maniées avec par prudence par les philologues, qui ne peuvent se servir de leur témoignage qu’avec précaution pour éditer des textes dont ils faussent la mémoire, mais elles intéressent les études littéraires, en premier lieu pour comprendre les pratiques d’écriture et de lecture dont elles gardent la trace. L’extraordinaire élasticité de la prose romanesque, sa propension à construire un monde fictionnel indéfiniment extensible, expliquent qu’elle se soit prêtée à un art de la combinatoire riche et complexe. L’étude d’un manuscrit particulier, le manuscrit de Paris, Arsenal, 5229, probablement copié à la cour de Bourgogne au XVe siècle pour divertir la famille ducale, permettra ici d’esquisser une poétique de la compilation romanesque pour saisir, sous la plume anonyme du compilateur médiéval, l’étoffe d’un « nouveau » romancier.

I. Merlin versus Arthur : le squelette des Prophéties de Merlin en prose

L’aventure du livre prophétique

  • 3 Trois éditions modernes donnent à lire le texte : Les Prophecies de Merlin, edited from Ms. 593 in (...)
  • 4 Au centre de cette trilogie centrée sur l’« invention » du Graal en terre arthurienne, le Merlin ra (...)
  • 5 La copie est sans lacune : le copiste a signalé la fin de son travail de copie par une ligne ondulé (...)
  • 6 Le tableau proposé ici en annexe permet de suivre dans le détail la construction de la compilation (...)
  • 7 Le manuscrit de Rennes qui a servi de base à l’édition critique proposée par Lucy A. Paton propose (...)
  • 8 Voir l’étude pionnière de Cedric E. Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin d (...)

4Tel qu’il se présente, le manuscrit de Paris, Arsenal, MS 5229 (A) propose un ensemble romanesque cohérent, structurellement et matériellement achevé. Le texte s’ouvre sur le même incipit que la plupart des manuscrits des Prophesies de Merlin, roman en prose du dernier tiers du XIIIe siècle qui entrecroise la matière arthurienne à la veine prophétique attachée à la figure de Merlin3. Conformément au dispositif fictionnel mis en place par le narrateur des Prophesies de Merlin en prose, le récit est d’abord exclusivement centré sur les séances d’écriture de Merlin et de son scribe Antoine, digne continuateur de Biaise, le prototype du transcripteur dans le premier cycle du Graal en prose4. Le manuscrit affiche également une fin préméditée, tant sur le plan narratif que matériel5. Cet achèvement emprunte aussi sa matière aux Prophesies de Merlin : le compilateur a tranché dans le vif cinq séquences, qui occupent exclusivement les vingt derniers feuillets du manuscrit6. Cette fin diffère de celle que propose les versions anciennes des Prophesies, mais elle constitue un dénouement tout à fait cohérent, volontairement tronqué de ce qui leur fait suite dans la version longue de l’avant-texte, représentée par le manuscrit Cologny-Genève, Bodmer, 116 (E) ou, pour la partie prophétique, par le manuscrit de la Bibliothèque municipale de Rennes, 593 (R), copié par Robin Boutemont au début du XIVe siècle7. Conformément à une technique de re-montage propre aux compilateurs de romans arthuriens du Moyen Âge tardif, le texte rassemble ces séquences pour en faire une histoire continue, comme Micheau Gonnot a déjà pu le faire à partir des épisodes consacrés au tournoi de Sorelois ou à Alixandre l’orphelin dans le manuscrit fr. 112 de la Bibliothèque nationale de France8.

5Comme dans les Prophesies de Merlin en prose, l’écriture du livre prophétique est érigée en aventure romanesque à part entière : au fil de l’œuvre, le lecteur en suit la progression de façon discontinue, au rythme de l’entrelacement des épisodes ; l’aventure du livre, centrée sur un Merlin prophète, est ainsi mêlée à quantité d’aventures chevaleresques simultanées, consacrées aux chevaliers qui gravitent dans l’univers arthurien. Elle suit un schéma narratif type, construit autour d’une situation initiale (la mise en écrit des paroles de Merlin), perturbée par un opposant de taille : la mort du protagoniste, Merlin, entombé par la Dame du Lac, comme dans le Lancelot en prose et sa Suite romanesque. Cette perturbation déclenche une série de quêtes du tombeau prophétique. Elles relancent à distance l’écriture du livre grâce à des chevaliers intermédiaires qui délaissent par intermittences l’aventure arthurienne traditionnelle pour transmettre des prophéties posthumes au compilateur : Perceval trouve un livre des enfances de Merlin, et Méliadus, le frère de Tristan et l’amant de la Dame du Lac, inventé ad hoc pour les besoins du récit, visite régulièrement l’espace funéraire. Dans le manuscrit de l’Arsenal, les lettres ornées qui inaugurent les chapitres consacrés à la transcription de l’œuvre prophétique mettent en lumière la dynamique de cette « aventure livresque », que le roman entrecroise à la matière arthurienne sans la subordonner à ses contraintes diégétiques. Le livre et son élaboration, au cœur des images, est traité comme le sujet principal du chapitre qu’elles inaugurent, au même titre que le chevalier dans les épisodes arthuriens plus traditionnels.

Le scriptorium et la cour : deux foyers narratifs concurrents

  • 9 Les références aux croisades on été étudiées par Helen Nicholson, « Echoes ot the past and present (...)
  • 10 La technique de l’entrelacement dans les romans en prose ne devient systématique qu’à partir du Lan (...)
  • 11 Dans la Queste delsaint Graal, le château du roi Pécheur exerce déjà la même force centrifuge et ac (...)

6Pour privilégiée qu’elle soit (elle occupe ici un bon tiers de l’œuvre), cette aventure du livre en devenir est « conjointe » à d’autres aventures, le roman jouant le jeu de la disjointure en introduisant dans la matière arthurienne des références à d’autres mondes, fictionnels ou historiques9. D’abord immobilisé dans le scriptorium du prophète, partagé entre son activité d’écriture et la réception de ses nombreux visiteurs, le récit bifurque très vite, comme les versions longues du texte compilé, et propose en contrepoint aux épisodes de « clergie » des épisodes de chevalerie interdépendants. En reprenant une partie des Prophesies de Merlin, le compilateur du manuscrit de l’Arsenal ne s’est donc pas contenté d’une copie de surface qui ne retienne de textes récupérés à peu de frais qu’un ensemble de membres épars montés en recueil ; il a percé la structure profonde qui fait la spécificité quasi expérimentale des Prophesies au sein de la production romanesque en prose : à l’entrelacement des aventures arthuriennes, sur le modèle des grands romans en proses du XIIIe siècle10, le récit superpose un autre type de structuration, d’ordre contrapuntique, qui met en concurrence deux types de cheminement narratif possible au sein du monde arthurien : côté d’Arthur et côté de Merlin s’interpénètrent, la chevalerie entretient une relation à distance avec la clergie, centrée autour de la figure du prophète, qui poursuit à l’écart de la cour son œuvre d’écrivain. En d’autres termes, ce roman arthurien de la fin du XIIIe siècle dédouble en deux foyers narratifs concurrents le lieu où convergent les multiples aventures : les lieux d’écriture que sont l’atelier du scribe et le tombeau de Merlin constituent des forces centrifuges qui éloignent le récit de la cour des rois11 – la compilation de l’Arsenal a préservé ce balancement thématique et poétique.

Un « reader digest » des romans arthuriens en prose ?

  • 12 Voir infra. Pour un résumé sommaire de certains épisodes, voir L.A. Paton, Les Prophéties de Merlin (...)

7Si la structure du texte est familière au lecteur des Prophesies de Merlin, une analyse du contenu précis de chaque épisode lui réserve pourtant bien des surprises. Comme l’a montré Lucy A. Paton dans son étude de la tradition manuscrite de l’œuvre, « du côté de Merlin », le compilateur du manuscrit de l’Arsenal a grosso modo coupé, collé et arrangé les épisodes tels qu’il les a trouvés dans la version longue du roman-source. En revanche, « du côté d’Arthur », le texte se présente comme un trompe-l’œil déconcertant, comme le révèle le tableau analytique proposé ici en annexe12.

  • 13 Ségurant apparaît dans la deuxième partie du roman, dans les versions particulières (voir R. Lathui (...)
  • 14 Nous empruntons la notion de « summa brevis » au vocabulaire des encyclopédistes médiévaux, qui déf (...)

8Une lecture rapide du manuscrit montre que le recueil fait feu de tout bois en matière de récit arthurien : sur les soixante-huit chapitres délimités par les formules d’entrelacement et mis en valeur par autant de miniatures, une quarantaine traite d’épisodes qui convoquent les chronotopes et le personnel des trois grandes sommes romanesques du XIIIe siècle, du cycle-vulgate à Guiron le Courtois en passant par le Tristan en prose : au début de son règne, Arthur fait face à la menace saxonne, comme dans les continuations elleptiques qui visent à rattacher le Merlin en prose au Lancelot-Graal ; le géant Galehot s’apprête à attaquer le roi, tandis que Lancelot fait ses premiers pas dans la carrière chevaleresque et que Tristan, maltraité par son oncle, s’introduit dans l’univers arthurien, tout comme Ségurant le Brun, héritier du lignage des Bruns dans certains manuscrits de Guiron13. Fidèle à l’esthétique qui domine la production romanesque en prose du XIIIe siècle, le récit multiplie les épisodes qui traitent simultanément des aventures de plusieurs chevaliers en croisant leurs trajectoires. Mais, pour chacun d’eux, le narrateur ne relate que quelques hauts faits, extraits de la biographie des héros arthuriens les plus célèbres du gotha arthurien. Cette mise en concurrence des grands protagonistes des anciens romans en prose permet au compilateur de faire entrer son lecteur du XVe siècle dans trois univers fictionnels à la fois, ici condensés dans une sorte de reader digest à dimension plus modeste que les gigantesques productions auxquelles chacun de ces protagonistes étaient originellement attachés. Dans l’histoire du roman arthurien, ce procédé de croisement textuel était déjà à l’œuvre dès la fin du XIIIe siècle : dans les Prophesies de Merlin, le prosateur s’était efforcé de conjoindre les chronotopes des grands romans en prose de son siècle pour en faire une « somme brève », sur le modèle des encyclopédies médiévales14.

9Comme bon nombre de compilations romanesques de la fin du Moyen Âge, ce manuscrit tardif se présenterait donc à première vue comme un montage d’extraits, qui propose au lecteur pressé une vision fragmentaire autant que dispersée des grands romans qui ont fait fortune dans les siècles passés et sont devenus les monuments incontournables de la culture chevaleresque à la fin du Moyen Âge : tel un manuel d’histoire littéraire à destination d’un lectorat averti et distant, le livre introduit aux fictions de l’âge d’or du roman arthurien en prose en brossant des portraits en pointillés des grands héros du passé.

Un roman en trompe-l’œil ? Le roman en prose de Ségurant

10Un examen de détail de l’ensemble des épisodes retenus par le compilateur retient pourtant l’attention sur deux points :

    • 15 Il s’agit du chapitre LXIII du manuscrit de l’Arsenal, qui correspond au chapitre XXVIII du manuscr (...)
    • 16 On peut, à l’inverse, imaginer un « archétype » romanesque ancien, bien plus volumineux que les ver (...)

    à l’exception d’un seul épisode, où la Dame du Lac vient au secours du roi Urien pour contrer sa rivale Morgain15, aucune des quarante séquences n’est présente dans les versions des Prophesies de Merlin telles qu’elles nous ont été transmises par la tradition manuscrite. Du principal texte qu’il copie, sur lequel s’ouvre et se ferme son manuscrit, le copiste n’a donc finalement retenu que les passages centrés sur l’aventure du livre ; tout le reste fait place à d’autres aventures, à d’autres cheminements dans le réseau des fictions arthuriennes. Autrement dit, de l’œuvre qui lui sert de support narratif et fictionnel, le compilateur n’aurait pour ainsi dire gardé que la structure, une solide colonne vertébrale à dimension prophétique, autour de laquelle il aurait reformé un corps romanesque entièrement nouveau16, en tout cas tel qu’il se présente dans sa construction finale ;

    • 17 Non seulement les chronotopes, les personnages et les motifs narratifs exploités permettent d’ident (...)
    • 18 Le manuscrit Paris, bnf, fr. 358 propose une rédaction de Guiron le Courtois qui lui est propre (vo (...)
    • 19 La présence incongrue du duc de Bourgogne et de son fils dans les rangs du tournoi de Nohaut contre (...)

    plus surprenant encore : la plupart de ces épisodes ne se retrouve pas non plus dans les autres sommes arthuriennes en prose, qui sont pourtant affichées comme des intertextes massifs d’un bout à l’autre de l’ouvrage17. Seuls quelques manuscrits tardifs, contemporains de celui de l’ Arsenal, présentent des ressemblances, du reste complexes, avec lui18. En examinant la structure de ce manuscrit, le lecteur ne peut donc s’empêcher de soupçonner qu’il est en présence d’un montage tardif intégralement constitué de fragments antérieurs dont ce manuscrit seul garderait la trace, ou bien que le compilateur s’est tout ou partie transformé en vrai romancier. S’il est impossible de ressaisir à sa source la part d’invention à l’œuvre dans la compilation de l’ Arsenal, la comparaison des manuscrits qui nous restent au sein de l’immense tradition manuscrite des romans arthuriens en prose témoigne à elle seule de l’ampleur et de la réalité d’un travail de seconde main, réel ou construit, qui rassemble et réélabore des matériaux pris à plusieurs univers textuels, fait des coupes franches et recompose un ouvrage qui se présente à son tour comme un roman autonome. Le manuscrit, ainsi truffé pour nous d’inédits, se donne à lire comme un « nouveau roman », en quête d’une cohérence qui lui soit propre, aux yeux des lecteurs auxquels il était d’abord destiné19.

  • 20 Le récit montre ses origines, son adoubement, son départ pour la Carmélide, où il éprouve sa valeur (...)

11De fait, d’un épisode à l’autre, le récit paraît se recentrer sur la destinée d’un lignage particulier, celui des Bruns, présenté ici comme de sérieux concurrents des grands héros que sont Lancelot et Tristan, relégués au second plan. Le texte de l’Arsenal fait sortir de l’ombre un jeune héros de leur âge, Ségurant, fils d’Hector le Brun, déjà présent dans les Prophesies de Merlin, la compilation de Rusticien de Pise, et certaines versions de Guiron le Courtois : dans la compilation de l’Arsenal vingt-deux chapitres, soit près d’un tiers du texte, sont consacrés aux origines du chevalier et à ses débuts à la cour d’Arthur20.

12Nonobstant un émiettement narratif de surface, la matière narrative compilée paraît donc se resserrer sur la destinée d’un personnage principal dont on reconstruit l’ascension héroïque : autour de son parcours, le récit traite en pointillés des aventures d’autres personnages plus secondaires, entrelacées aux siennes pour former un maillage narratif complexe, comme l’avait fait pour Lancelot ou Tristan les grandes sommes romanesques du XIIIe siècle. Le roman ainsi fabriqué se présente en quelque sorte comme un Ségurant le Brun en prose. Cette position, unique dans la tradition manuscrite des romans arthuriens, explique qu’aucune des monographies consacrées au Lancelot, au Tristan et à Guiron le Courtois n’aient fait à notre connaissance état de cet étrange manuscrit, resté caché derrière le buisson touffu des Prophesies de Merlin.

II. chemins de traverse : l’ascension manquée de Ségurant

  • 21 Voir tableau comparatif infra.

13Comme dans les versions romanesques des Prophesies de Merlin, les épisodes consacrés aux grands héros de la geste arthuriennes sont foisonnants. La première traversée du « côté de Merlin » au « côté d’Arthur » est cependant ménagée plus tôt dans le manuscrit de l’Arsenal que dans les versions romanesques des Prophesies21, et le récit s’engage immédiatement dans une voie nouvelle, qui entend exploiter les silences des romans antérieurs pour s’introduire dans l’histoire des cycles arthuriens. Conçu comme une parenthèse digressive au sein de l’aventure du livre, Merlin quittant momentanément son activité scripturaire pour venir en aide au monde chevaleresque, comme dans le Merlin en prose et ses Suites, ce déplacement narratif joue dans le manuscrit un rôle de catalyseur et décide de la thématique centrale des épisodes chevaleresques qui vont suivre.

L’origine du lignage des Bruns : une robinsonnade dans le monde arthurien

14Cette première incursion du côté d’Arthur intervient au vingt-et-unième feuillet du manuscrit. Merlin interrompt de lui même son travail d’écriture et déclare à Antoine, comme dans le manuscrit Bodmer, qu’il doit s’absenter pour venir en aide à sa créature, Arthur, nouveau roi de Logres, qu’il sait en danger :

  • 22 Les Prophesies de Merlin, codex Bodmer 116, VI/42 (la numérotation renvoie à notre édition critique (...)

« (...) jou feroie moût que mauvais, se jou ne li aidoie a estre preudom et que sa renommee s’en aille par tout le monde que de prouece que de deboinaireté que de cortoisie que de largesche que de honnourer tous preudommes. »22

  • 23 Sur les fonctions du personnages dans les continuations du Merlin en prose, voir Paul Zumthor, Merl (...)
  • 24 J. Taylor, « The Fourteenth Century : Contex, Text and Intertext », The Legacy of Chretien de Troye (...)

15Tout lecteur averti reconnaît là un scénario et une temporalité bien particuliers aux suites du Merlin en prose : Merlin, omniscient, vole au secours d’Arthur, son protégé, dès qu’il le sait menacé, et contribue à asseoir une légitimité politique encore balbutiante à ce stade de l’histoire23. Comme dans le Merlin en prose, la fonction de conseiller royal efface parfois la figure de l’écrivain et justifie les allées et venues du prophète entre la cour et l’atelier d’écriture. Cette réminiscence intertextuelle, qui satisfait à l’exigence de multiplicité et de cohérence d’un récit qui cherche à s’inscrire dans une matière cyclique préexistante, permet au narrateur de s’introduire dans la temporalité arthurienne à ses débuts. Cette technique d’intégration est, comme l’a montré Jane Taylor, caractéristique de romans arthuriens tardifs comme le Chevalier au Papegau ou le Méliador de Froissard24. Mais contrairement à ces deux romans, le manuscrit de l’Arsenal ne se contente pas d’exploiter un vide narratif creusé par les cycles arthuriens pour inscrire le nouveau roman dans une parenthèse de l’histoire, sans suite et sans faille. La compilation superpose au contraire tous les événements arthuriens qui caractérisent les débuts des grands romans en prose, pour suivre le sens de l’histoire selon une perspective inédite, pointée sur un lignage spécifique.

16C’est ainsi que l’entrée en scène du jeune Arthur qui vient d’être annoncée est retardée de deux chapitres, au profit d’une autre entrée en matière, avec laquelle elle va s’entrelacer tout au long du roman. Cet épisode est un récit des origines, celui du lignage des Bruns :

  • 25 A, chapitre VI, f. 21c.

« Voir fu, ainsi com la vraye hystoire le tesmoigne, que au tens Vertigier, qui jadis avoit esté couronné du royaume de Logres par si grant desloyauté, com mestre Biaises le devise appertement en son livre, que quant celui Vertigier ot fait mettre a mort les . XII. barons qui pourcachié avoient son couronement, Galehot li Bruns et si freres Hector (…) manderent a leurs femmes et emportassent ambdeux leurs enfanz, qui ja estoient duy moult biaux variez, avec elles (...). »25

17Le narrateur profite de son intrusion dans la chronologie du Merlin pour raconter l’origine du lignage des Bruns, mis au jour par le Lancelot en prose, repris par le Tristan et célébré par Guiron le courtois et ses héritiers. On le voit, ce premier prolongement rétrospectif permet déjà de conjoindre plusieurs univers intertextuels distincts. Il se déploie dans le chapitre en trois moments, qui rejouent des scénarios topiques du roman arthurien :

  1. Vertigier s’empare du pouvoir ; Hector et Galehot prennent la fuite avec femme et enfants pour échapper à la mort.

  2. Traversée périlleuse en mer de Galehot le vieux et d’Hector, son frère : une tempête rejette l’embarcation des fugitifs sur une île sauvage : « cette ysle estait moult loing des autres isles et si ne la savoit nuli. » (A, fol. 22b)

    • 26 R. Lathuillère, op. cit., § 223-224, p. 447-449.

    Reconstitution ex nihilo d’une micro-société féodale autour de l’ancêtre Galehot le Brun sur l’île, pacifiée et baptisée « l’Ile non Sachant », espace insulaire que l’on retrouve dans certaines versions tardives de Guiron le Courtois, ainsi que dans la compilation de Rusticien de Pise26.

  • 27 R. Lathuillère, op. cit., p. 181-183. Le manuscrit de Turin a été fortement endommagé dans l’incend (...)
  • 28 Rappelons que cet inachèvement, qui donnait lieu à des textes visant à combler les lacunes des text (...)

18Ce récit d’origine présente un double intérêt : sur le plan de la tradition manuscrite, il s’agit d’une « chausse-trape » philologique, puisque cet épisode n’existe dans aucun autre manuscrit arthurien connu à ce jour, bien qu’il en soit question dans le prologue de deux versions tardives de Guiron le Courtois27. Ce type de mirage textuel, fondé sur des effets de reprises, non plus au sein de la tradition manuscrite d’un texte, mais entre des manuscrits contemporains les uns des autres, témoignent de la vitalité et de la particularité des échanges d’un atelier de copie à l’autre, et de la faculté de renouvellement à laquelle la matière arthurienne, élastique, se prête encore : les compilateurs de la fin du Moyen Âge semblent bien s’être spécialisés dans un jeu vertigineux de combinaison de fragments, manipulés de façon à donner à lire autant de romans différents, toujours sujets à de nouvelles amplifications : la compétence dont ces compilateurs font état en matière de cycles arthuriens, tant sur le plan de l’histoire racontée que sur leurs procédés d’écriture, laissent entendre que chacun d’entre eux cache un romancier potentiel, capable de couper, coller et combiner des épisodes anciens, mais aussi d’amplifier, de prolonger et de finir une histoire jugée inachevée28.

  • 29 Merlin en prose, éd. Micha, Genève, Droz, 1980, p. 80-82.
  • 30 Le même procédé se trouvait dans la Suite du roman de Merlin pour expliquer la disparition de Mordr (...)

19Dans son amplification, le narrateur du manuscrit de l’Arsenal (ou son modèle) cumule plusieurs stratégies. En premier lieu, le début de la séquence repose sur une usurpation de motif par simple substitution de personnages : le narrateur s’est contenté de récupérer dans le Merlin en prose l’histoire de l’exil d’Uter et de Pandragon, les ancêtres d’Arthur, ici remplacés par Hector et Galehot29. Dans un deuxième temps, pour justifier les silences des romans antérieurs sur cet épisode et satisfaire à l’exigence de cohérence inhérente à tout univers cyclique, le récit les fait disparaître en réutilisant un topos de la littérature romanesque : la navigation périlleuse30. La narration s’attarde sur la tempête qui bouleverse leur voyage et le narrateur souligne la fonction de la digression par un commentaire :

« La barge s’en aloit par haute mer a plaine voille o tot les . II. freres qui dedans estoient, mais il leur avint un destourbier si grant et si merveilleux que jusque a celui temps que fu ferus le tournoiement et plain de Salibiers ne sçot l’en rien de leur mort ne de leur vie, et cuidoit on partout communément qu’ilz feussent andui mort. » (A, fol. 22a-b)

  • 31 A, chapitre VI.

20Une fois cette concession à l’histoire ménagée, le narrateur peut développer son amplification proprement dite, traitée comme une « robinsonnade ». Dans l’échappée qu’il a su se frayer au sein du monde arthurien, il choisit de montrer en accéléré les mécanismes de survie imaginés par les naufragés : ces Robinson d’un monde romanesque ancien entreprennent de conquérir leur espace pour transformer une « ile de mer ou il n’avoit se bestes non » en « bonne ville », c’est-à-dire en espace social « a merveille delittable de boiz et de rivière, de plains et de montaignes, et de toutes autres choses plenierement que a bonne ville appartient »31.

21Avec la précision d’un anthropologue, le narrateur s’applique à décrire les étapes qui paraissent essentielles à la préservation du monde féodal. L’amplification laisse deviner des partis pris stylistiques propres au continuateur : pour donner à voir la naissance progressive à la civilisation de cet espace marginal, le narrateur multiplie les détails pittoresques. Les naufragés commencent par construire une habitation en utilisant les fragments du bateau échoué près d’une source d’eau ; en explorant l’île, ils s’y découvrent seuls au milieu des bêtes sauvages : comme par réflexe de survie sociale, les quatre marins se mettent spontanément au service des deux chevaliers « comme s’ilz feussent leur lige seignour ». Le récit nous montre alors la pacification progressive de l’île par la petite communauté : construction d’arc et de flèches avec les clous arrachés à l’épave, conquête de la nourriture suivant une répartition des tâches qui, pour rudimentaire qu’elle soit, ne contrevient pas à l’ordre féodal – les chevaliers chassent les oiseaux et les bêtes sauvages, les marins cueillent les fruits, préparent et servent les repas. Une fois ce nouvel ordre social instauré, une chasse, motif féerique à vocation identitaire dans la littéraire arthurienne, les amène à découvrir une enceinte et un port : la nature sauvage s’est transformée, comme par « enchantement », en espace civilisé, l’île, inconnue et inaccessible, se voit soudain reliée au réseau central de la carte arthurienne et dotée d’un nom, « l’Île non Sachant », qui emblématise à la fois son intégration dans la géographie romanesque et son incongruité marginale. Le continuateur ne pouvait mieux afficher sa maîtrise des procédés d’écriture du roman en prose et l’importance de l’épisode au regard de la nouvelle histoire commencée.

22Cette première digression a en effet dans le manuscrit de l’Arsenal une fonction narrative capitale. À l’écart du mainstream arthurien, les Bruns attendent que leur descendance retrouve l’honneur qui leur est dû aux côtés de l’héritier d’Uter et de Pandragon. On ne s’étonnera donc pas que cette île nouvelle soit le berceau du protagoniste de la compilation : Ségurant le Brun, de la génération de Lancelot et de Tristan. Comme on l’a dit, ses exploits et sa naissance au monde chevaleresque occupent dans le manuscrit de l’Arsenal la première place, en volume comme en prestige.

Un centre et un leurre : le tournoi de Winchester

  • 32 Le roi Pellés envoie une messagère à Arthur pour lui dire que ce chevalier n’est pas celui qui achè (...)
  • 33 Dans la Suite du roman de Merlin, Balaain, protagoniste de la première partie du roman, inventé pou (...)

23Dans l’écheveau touffu des aventures, le destin de Ségurant est marqué d’un fil rouge, qui le suit de son adoubement sur l’Ile non Sachant à ses premiers pas dans le royaume d’Arthur. Mais le parcours de ce héros tardif est loin de monter en flèche de façon aussi fulgurante que celui de ses prédécesseurs, Lancelot ou Tristan. Lancé dans une carrière chevaleresque prometteuse, au point qu’Arthur se demande s’il n’est pas le futur chevalier du Graal32, Ségurant est bien vite victime d’un mécanisme infernal, un enchantement d’origine morganienne qui l’oblige à tourner en rond en quête d’un leurre, un dragon féerique. Ce parcours de héros manqué est une des nombreuses stratégies qu’utilisent les romanciers pour inventer de nouveaux personnages, capables d’égaler, sinon de faire de l’ombre aux plus connus, sans pour autant contrevenir à l’ordre d’un univers pré-formaté, où les premières places sont depuis longtemps occupées33.

  • 34 Certains de ces exploits se trouvent également dans le manuscrit de Paris, BNF, fr. 358 (voir R. La (...)

24Après s’être distingué, à la manière d’un Lancelot, par des exploits parfaitement conventionnels34, le Ségurant du manuscrit de l’Arsenal lance aux chevaliers arthuriens un curieux défi. Au cours d’un tournoi organisé par Arthur pour l’attirer à la cour, il se propose d’être une cible vivante : il se mettra lui-même sur le champ de bataille à la place de la quintaine, ce mannequin qui servait de cible dans les joutes, et s’engage à faire la démonstration de son invincibilité en résistant aux coups de lance de tout attaquant. Cet orgueilleux défi ne manque pas d’intriguer tous les grands héros de la fiction, qui veulent se mesurer à la vaillance du mystérieux nouveau venu (Tristan, que Marc veut envoyer contre Hoel, préfèrerait se rendre au tournoi, Lancelot s’essaiera une fois à la lance contre lui) : c’est donc autour de l’événement, qui occupe les feuillets centraux du manuscrit, que se déploient quasiment tous les chapitres du « côté d’Arthur » dans l’œuvre compilée.

  • 35 Sur le motif du tournoi dans les romans en prose, voir les remarques de P.E. Benett, « The Tourname (...)
  • 36 Voir Maria Colombo Timelli, « Banquets, disners, soupers dans le cycle de Jehan d’Avennes : suspens (...)

25En reprenant aux romans arthuriens le motif traditionnel du récit de tournoi, le prosateur s’est ménagé quelques espaces de renouvellement bien visibles35. Malgré l’enjeu de l’épisode, la narration s’intéresse autant sinon plus aux coulisses du tournoi qu’à son déroulement sur le champ de bataille, comme dans d’autres récits du XVe siècle qui lui sont contemporains36. Deux éléments sont mis en valeur : la tente merveilleuse de Ségurant, que tous les spectateurs vont visiter pour en admirer la splendeur, et les plaisanteries de Dinadan, le « chevalier sans qualités » importé de l’univers tristanien, qui gagne en verve satirique ce qu’il perd en ferveur chevaleresque, comme le révèle la description que fait de lui du narrateur :

  • 37 A, fol. 85d.

« (…) bon chevalier preux et hardiz et plain de grant gaboys, et sachent tuit que les . X. gardes qu’il menoit avec luy estoient . X. vilains, et les menoit ainsi o lui par gaberie et por ce qu’ilz le gardassent quant ilz trouverroit chevaliers qui li crioient « Gardés vous de moy ! », ainsi com estoit coustume de chevaliers errans, qui ainsi s’entrecrioient, quant ainsi s’entrecontroient (…) »37

  • 38 Dans les versions anciennes des Prophesies de Merlin, Dinadan joue le même rôle au tournoi de Sorel (...)
  • 39 Tristan est encore à la cour de Marc et Lancelot est un jeune chevalier au tournoi de Winchester.

26Au moment du tournoi, Dinadan revient d’une errance burlesque et se faufile dans le pavillon de Ségurant en suivant ses jongleurs. À l’instar du protagoniste du Tristan en prose, Ségurant est séduit par le discours anti-courtois de Dinadan et fait de lui son principal compagnon, à table comme au champ de bataille38. Cette substitution, dans une compilation où Tristan est également présent, suffit à marquer le changement de rapport entre les héros ; elle établit une hiérarchie bien visible entre les personnages en inversant les données transmises par la tradition : de même que le Tristan en prose s’efforçait de construire son personnage principal en mesurant constamment sa valeur au protagoniste du Lancelot, de même, le texte de l’Arsenal donne à Ségurant l’étoffe d’un héros par le biais d’insistantes comparaisons avec les grands du monde, qui n’en sont dans la diégèse qu’au commencement de leur carrière héroïque39.

27La présence de Dinadan, « l’enfant terrible » de la somme tristanienne, auprès de Ségurant, permet aussi de préciser les choix esthétiques du nouveau récit compilé, qui affectionne les changements de registre et le traitement parodique de la matière arthurienne, auquel Dinadan sert de support. Au cours du tournoi de Winchester, le narrateur s’attarde sur les conversations et les comportements de table des deux compagnons. Véritable parasite qui se revendique tel, Dinadan est l’incarnation du plaisir de table, échangeant ses qualités de beau parleur contre un bon repas. Devant les mets qu’on lui sert en quantité exorbitante, il se compare volontiers à un animal de bestiaire, et voit dans les scènes de la vie courtoise matière à inspiration pour improviser une fable satirique sur le modèle du Roman de Renart :

  • 40 A, ff. 109d-110a.

« Quant li varlet virent que devant Segurant n’avoit plus de char, ilz apportent l’autre[s] mez, qui estoient gelines moult bien appareillées, qu’ilz mistrent devant Seguranz, et devant Dynadan en mistrent deux autres. Et quant Dynadan vit ce, il dit aux varlez :
“Dieux aÿe ! Seignours varletz, que est ce que vous faites ? Or avant cuidiez que je fusse un lion, et orendroit cuidiez que je soye tournez un goupil, que tant de gelines m’avez aportees devant ? Se Dieux vous sault, ostez l’une, au meins !”
Et quant Seguranz ot ceste parole, il commence a rire moult durement, si dit : “Sire chevalier, mengiez ainsi corn je fais, car se vous me devez demein suivre au tournoyement, vous en serez assez plus aspres.
– Sire, fait Dynadan, li lions et li goupil nous sivent, qui semblance vous faites. (...) certes, se vous estes si preux aus armes com estes a mengier, je loeroie a tous ceulx qui cy sont venuz qu’ilz s’en retournent arriere et vous lessent tout quicte le champ.”
Et lors commencent tuit a rire. Aprés ce regarde Dynadan et voit deux varlez qui apportoient deux tailloirs d’argent ou avoit sur chascun un paon a rostir et mistrent l’un devant Segurant et l’autre devant Dynadan, et Dynadan dit adonc :
“Ha ! Dieux, (...) vous cuidiez ores que je soye une aigle !”
Et lors en trenche une cuisse et commence a mengier et regarde devant Segurant et voit que l’en ne li ostoit devant de tout ce qui estoit mis fors que les os tant seulement. »40

  • 41 Sur le rituel des tournois à la fin du Moyen Âge, voir Juliet Barber et Richard Barber, Tournaments (...)

28Il est évident qu’en retenant ces intermèdes qui agrémentent les jours de tournois, le compilateur a tenu compte des goûts prononcés de ses lecteurs du XVe siècle, amateurs de pas d’armes et de spectacles chevaleresques. La présence incongrue de Bourguignons dans les rangs des chevaliers tournoyeurs de Winchester permet d’ailleurs de supposer que la copie était destinée à la cour de Bourgogne, au XVe siècle tout autant friande de faits d’armes que de littérature romanesque, comme on le sait41. Le choix de ces épisodes d’intermèdes, qui n’apportent aucune information nouvelle à la narration et sont dominés par des joutes oratoires destinées à faire rire le public en parodiant son image enromancée, révèle un type de lecture du roman arthurien plus récréatif qu’exemplaire.

Le tournoi de Winchester : un leurre

29Dans le tissu narratif ainsi raccommodé, l’épisode du tournoi fait l’objet d’une péripétie inattendue, qui met brutalement fin à la fête en neutralisant le protagoniste. Grâce à la technique de l’entrelacement, le récit se déplace dans les arcanes des châteaux enchantés de Morgain, la fée maléfique du monde arthurien depuis le Lancelot-Graal. Assistée de Sybille l’enchanteresse, sa principale acolyte depuis les Prophesies de Merlin, la sœur d’Arthur entreprend d’enchanter le chevalier en projetant Lucifer « en personne » sur le champ de bataille sous l’apparence d’un dragon monstrueux. D’un chapitre à l’autre, le lecteur entend la conversation de Morgain et de Lucifer, « li sire », voit les préparatifs du sortilège, avant d’assister à la réussite du complot in situ, au cours du tournoi ainsi saboté :

« Or dit li contes que la desloyal Morgain, qui tout adés fu ennuieuse de porchacier mal a tous les bons chevaliers en quelque part qu’elle les sceust, se conseilla a Sebille l’anchanterriz d’enchanter le bon chevalier, si qu’il fust perduz a tousjours mez, dont elles conjurerent tant un ennemy d’enfer qu’il vint a elles. Et Morgain li demanda comment il avoit nom et cil li dist “Lucifer, li sires”, et les autres d’enfer l’appelloient dragon pour ce que entre lui et ceulx de sa région avoit a trangloutir les ames des pecheurs qui estoient en enfer. “Certes, fait Morgain, tel n’avoies tu mestier.” Lors le conjure tant qu’il lui convint estre obeissant du tout coin elle veult commander. Aprés ce, conjure tant des ennemis de l’air qu’une grant contpaignie l’en fu obeissant, et vous avez oÿ ça en arriere, et maistre Biaises le tesmoigne ausi en son livre, que li ennemiz qui conversent en l’air ont poesté de changier leurs forme en quelque semblance qu’ilz vuellent, dont elle leur commande qu’ilz changassent leur semblance en chevaliers armez et montez sur riches destriers. » (A, fol. 118b-c).

  • 42 Au chapitre LI, une demoiselle de Morgain dit à Arthur qu’il passe pour fou : Morgain lui fait croi (...)
  • 43 Sur le rapport que la féerie entretient avec la figure de l’auteur et sur leur statut au sein du ré (...)

30Il y aurait beaucoup à dire sur cet épisode, qui résoud bien des énigmes sur la chasse enchantée de Ségurant et l’origine de sa boulimie pathologique dans les romans antérieurs, en particulier dans les Prophesies de Merlin. Retenons ici que le prosateur a fait des choix susceptibles de renouveler les attentes d’un public difficile à surprendre. La dimension comique qui caractérise le traitement de l’épisode renouvelle l’écriture d’un genre dont le public de cour raffole, mais qui répond à un code d’écriture profondément usé par deux siècles de consommation et de récriture. De plus, l’enchantement morganien agit sur le récit et sur le lecteur comme une péripétie anesthésiante, qui prive le héros de son avenir héroïque et le lecteur d’un dénouement satisfaisant ; le « bon chevalier » est pris en otage : nulle victoire, nulle prison, nulle mort ne vient sanctionner son parcours42 – nul désenchantement (dans tous les sens du termes) non plus, puisqu’il reste, comme son lecteur, indéfiniment suspendu. Le compilateur joue donc là avec la fonction du merveilleux arthurien, qui servait dans le Lancelot en prose à célébrer le caractère d’élection du protagoniste : bénéfiques ou maléfiques, les interventions féeriques contribuaient, on le sait, à construire l’identité du héros43. Pour Ségurant, l’élection féerique est loin d’avoir les couleurs de l’épreuve qualifiante, dans un récit qui lui préparerait un brillant avenir. Dans les chapitres qui suivent, le narrateur prendra au contraire un malin plaisir à laisser là la cour arthurienne en attente d’un héros qui ne revient pas, tandis que le personnage continue à réaliser des prouesses sur le modèle des chevaliers errants tout en étant sous le coup d’une illusion monstrueuse dont il n’a pas même conscience. La chasse à l’animal fabuleux est présentée au lecteur comme un leurre pathétique, puisque ce dragon qui crache du feu n’est qu’une illusion d’optique, qui s’éloigne dès qu’on tente de l’approcher. Le scénario, on l’aura remarqué, repose sur une inversion comique : le diable, sous l’influence des mauvaises fées (et non l’inverse !), se contente de promener le long des chemins sa victime, comme accrochée à une laisse invisible, sous les yeux ahuris d’un lecteur malgré lui complice du démon :

« Or sachiez, seignours tuit qui cestui compte escoutent que tout celluy jour s’en ala Seguranz aprés le dragon et veoit tout adés apertement le feu aller aprés luy, dont il cuidoit vraiement qu’il yssist. Et quant la nuit commença approcher et li souleil estoit ja tournez a declin, Seguranz s’arresta delez un arbre por veoir se li dragon se reposoit ou non. Et quant li dragon vit que Seguranz oÿ soner une petite cloche tres devant le lieu ou li dragon estoit couchiez, dont il se dreça maintenant celle part. Et quant le dragon le senti, il s’en commença a fouir devant luy tout cellui sentier qui conduisoit a l’eglise ou la cloche sonoit sur un petit clocher. » (A, fol. 127 a-b)

31Dans le manuscrit de l’Arsenal, le sabotage inattendu du tournoi de Winchester permet à la mauvaise féerie de règner sur les aventures « du côté d’Arthur ». Cette victoire provisoire de la féerie sert explicitement de contrepoint à la ligne prophétique qui s’aventure « du côté de Merlin » dans l’ensemble de l’œuvre :

« Or dit li contes que aprés ce que Segurans fut lancié ou feu aprés le dragon ainsi com vous avez oÿ ça en arriere, que li dragon se mist en un sentier qui conduisoit en la Forest as Pitiés et Segurans s’en aloit aprés tout espoantez, car il cuidoit vrayement mectre le a la mort, ainsi com il avoit jadiz mis les lions en l’Isle non Sachant. Mez sa pensee li failly, car ce dragon ne pourroit il occire en nulle maniere du monde, car il estoit chose esperituele, et li esperiz, bon ou mavez qui soit, ne muert jamez, la char meurt seulement, ainsi com Merlins le tesmoigne appertement ça en arriere, quant il dist que, combien que sa char fust morte et pourrie, son esperit estoit vif et parleroit a tous jours mez a chascun qui de rien le demandast » (A, fol. 126c)

32Comme Merlin, Ségurant est un personnage « failli », un demi-héros qui a été privé d’une partie de sa personnalité héroïque par les malversions puissantes d’une fée. Par le biais de ces deux protagonistes qui se partagent les deux grands chemins empruntés par le récit, le compilateur met en lumière l’importance du « montage », au sens presque cinématographique du texte, dans la construction et la compréhension du texte qu’il a (re)construit.

III. Lignes brisées : montage romanesque et effets rythmiques

33Sur le plan littéraire, que le texte soit intégralement dû à l’imagination d’un copiste ou qu’il soit monté de toutes pièces, en une ou plusieurs étapes, comme il est probable, a finalement peu d’importance. Le texte tel que nous l’avons sous les yeux porte des traces visibles de montage, valorisant le rôle d’un compilateur qui se met au service d’un lectorat exigeant et réactualise pour lui des textes vieux de plus de deux siècles. Ce lecteur du XVe siècle est fin connaisseur de la geste arthurienne, dans laquelle, on l’a vu, il n’hésite pas à se faire introduire.

La mémoire d’un « lecteur actif »44 : montage narratif et accélération temporelle

  • 44 L’expression est empruntée au vocabulaire du montage cinématographique, qui parle de « spectacteur (...)

34Le compilateur en demande en retour beaucoup à son lecteur, sommé de participer activement à la construction du texte pour en saisir la progression. D’une séquence à l’autre, le récit peut pénétrer dans plusieurs univers arthuriens à la fois, et ces entrées multiples, in medias res, se font souvent par des chemins de traverse, en suivant des personnages dont l’identité est parfois camouflée, comme ce chevalier au comportement étrange, accompagné de gardes du corps, que le récit surnomme dans un premier temps « le chevalier aux dix gardes » pour préserver son anonymat. Le compilateur fait des coupes franches dans ses sources, le narrateur accélère la marche de l’histoire et prend rarement la peine de contextualiser son récit : pour tout lecteur compétent, un chevalier qui erre dans les forêts arthuriennes entouré de vilains censés assurer sa protection, qui parle plus qu’il n’agit tout en faisant la preuve de sa vaillance en cas d’extrême nécessité, et qui accompagne un héros prometteur, ne peut être que Dinadan ; le narrateur pourra donc tenir en haleine son lecteur en ne révélant le nom de son personnage que bien plus tard dans le récit, satisfaisant à la fois au goût de la reconnaissance et à l’exigence de la suspension dramatique dans la révélation de l’identité héroïque.

35Ces caractéristiques de certaines copies du XVe siècle, souvent considérées comme lacunaires, peuvent résulter d’un véritable parti pris esthétique, comme ici. Le montage obtenu permet en effet au compilateur de donner à son récit un rythme étonnamment rapide, qui joue de l’ellipse pour éviter d’ennuyer un lecteur omniscient, qui anticipe trop. Dans le manuscrit de l’Arsenal, une séquence propose par exemple un rapide résumé de la célèbre arrivée à la cour du jeune Lancelot. On ne retrouvera le héros que plus tard, et le texte fera rapidement allusion à ses premières conquêtes, reléguées dans l’ombre, pour lui en prêter d’autres, inédites : de son coup de foudre pour Guenièvre, de ses premiers exploits à la Douloureuse Garde, de la découverte de son nom au cimetière, il ne sera pas question ; au lecteur de puiser dans ses souvenirs littéraires, le récit ne fait que lui donner quelques indices pour activer ses réminiscences, et l’incite à solliciter ses connaissances intertextuelles :

« Or dist li contes que quant la Dame du Lac se fut partie de la roine Genevre a ce point qu’elle se prist garde de Lancelot, quant il fut forsenez pour la prison de la Roche aus Sesnes et qui fu guery de sa maladie, elle s’en ala droitement en Gale ou elle trouva Melyadus son amy, qui atendoit la venue du Sage Clerc, qui s’en était venu sur la pierre ainsi com vous avez oÿ. » (A, fol. 152c)

36De même Arthur, tout jeune roi, est d’abord montré dans sa puissance guerrière, au premier rang de la bataille qui l’oppose à ses ennemis saxons. Quelques séquences plus loin, Dinadan plaisante pourtant sur son immobilisme :

« “Dynadan, fait li roys Artus, puis que si bons parliers estes devenuz, je vueil que des or mez en avant soiéz juges de ma court. – Certes fait Dynadan, seje fussejuge de ta court, saches vraiement, et tu fusses amenéz devant moy, je te feroie la teste copper, car tu en es bien digne, car tu vas tousjours mettant tes chevaliers es tournoyement et les fais tousjours combatre ensemble com s’il fussent mortel ennemi, et tu te gardes moult bien de mettre les piez la ou ilz se combatent des espees et des glaives et abatent l’un l’autre et se font sentir les fers des gleves et le trenchant des espees jusqu’a la char nue, et tu te sejornes ainsi com un abbez !” Se li roys Artus et ly autres qui o lui estoient rioient forment, ce ne fait pas a demander ! » (A, fol. 88d)

  • 45 La généalogie des Bruns varie d’un manuscrit à l’autre. Dans l’Arsenal, Ségurant est fils d’Hector, (...)

37En quelques feuillets, le récit est donc passé des premiers temps de la conquête au temps de l’apogée du règne, qui rayonne en effet autour d’une figure royale en majesté, centre dynamique des aventures. Quand au lignage des Bruns, nul ne sait comment les grands-pères ont cessé d’être des exilés, et d’une séquence à l’autre, le compilateur nous fait parfois sauter des générations, entretenant un brouillage encore renforcé par la confusion onomastique, des anciens aux plus jeunes45.

  • 46 Cf. E. Baumgartner, Le « Tristan » en prose, op. cit., p. 269-270 et E. Kennedy, « Les structures n (...)

38Dans la compilation, la ligne narrative n’est donc pas seulement complexe parce qu’elle est enchevêtrée, comme dans le Lancelot en prose, ou parce qu’elle est multipliée, comme dans le Tristan46. La temporalité du récit repose ici sur un ensemble de lignes brisées, qui retracent en pointillés les histoires des uns et des autres en proposant de nouvelles combinaisons, de nouveaux détails, et de nouveaux points de vue. Ce procédé me paraît procéder d’un travail réfléchi, érigé en esthétique : il joue à la fois de la fragmentation de la temporalité cyclique et des matériaux recyclés, palliée par la compétence d’un lecteur capable de replacer les épisodes dans un cadre plus vaste, dont le décor est simplement esquissé.

Effets de ralenti : digressions savantes et traitements de détails

39D’un chapitre à l’autre, le montage joue essentiellement sur la vitesse du déroulement temporel. En retour, à l’intérieur de chaque séquence, les brusques ralentissements du récit n’en sont que plus manifestes. Dans le manuscrit de l’Arsenal, le narrateur exploite en particulier deux procédés pour ralentir la vitesse de son récit : l’attention au détail pittoresque dans les scènes de la vie chevaleresque et la digression savante, qui interrompt pour un temps la progression narrative et joue un rôle non seulement didactique, mais aussi réflexif. Deux exemples pris parmi d’autres permettront pour finir de saisir la particularité de ces interventions.

  • 47 Cf. E. Löseth, op. cit., p. 432.
  • 48 Voir R. Lathuillère, op. cit., §223, p. 447-8. Le manuscrit de l’Arsenal fait débuter la légendaire (...)
  • 49 Sur le motif du chevalier boulimique, voir l’étude anthropologique proposée par Danielle Regnier-Bo (...)

40On l’a vu, le récit s’attarde complaisamment sur les détails pittoresques qui donnent à voir, souvent par le jeu d’hyperboles ou d’amplifications spectaculaires, la richesse de l’univers arthurien. La tente de Ségurant, surmontée d’une gigantesque pierre précieuse qui lui sert de pommeau, attire les visiteurs, comme un musée improvisé. Dans le parcours de Ségurant le Brun, c’est le régime alimentaire excessif du chevalier qui donne lieu à l’énumération « succulente » des mets dont il se régale. Le recours aux adjectifs qualificatifs contribue à renforcer l’effet de réel que provoque l’évocation des plats. Au cours d’un épisode qui suit l’errance de Ségurant, le narrateur décrit par le menu, si j’ose dire, le copieux petit-déjeuner qu’un hôte offre au chevalier boulimique, avant son départ. Le repas est servi par quatre serviteurs : l’un lui apporte un « paon rosi », l’autre une miche de pain frais, « une pasteque moult belle et chaude et blanche comme neige », le troisième une « huiste pleine de moult bon vin » et le quatrième « un bassin d’argent plain d’eau pour laver mains et une touaille blanche ». Cette démonstration de courtoisie se trouvait déjà dans la compilation de Rusticien de Pise47, qui permet de reconnaître un emprunt réel pratiqué par le compilateur tardif. L’épisode a cependant beaucoup plu aux lecteurs du XVe siècle, puisqu’on le retrouve dans au moins quatre autres manuscrits tardifs de la tradition manuscrite de Guiron le Courtois48. Loin d’être simplement motivé par des contraintes diététiques (la boulimie du chevalier enchanté49), le régime alimentaire de Ségurant vaut au XVe siècle aussi pour lui-même, par les multiples détails qui donnent une vraisemblance réactualisée au récit. Il trahit, sans doute, la gourmandise des lecteurs, leur propension à chercher dans l’univers arthurien une image de leur propre art de la fête. Pour le dire autrement, les jeux de ralentis pratiqués par le prosateur contribuent de façon efficace à mettre le lecteur en appétit : ils prouvent l’efficacité de la prose romanesque et sa capacité à traduire et à susciter un désir (de lecture/ de représentation), valorisé par les remaniements.

41La digression savante renvoie à d’autres usages du livre et du roman à la fin du Moyen Âge. Elle constitue l’essentiel de la matière copiée dans les épisodes consacrés à l’écriture du livre de Merlin. Mais la science du clerc déteint aussi sur l’ethos du narrateur, qui n’hésite pas à s’engager dans des explications scientifiques lorsque son récit l’exige, quitte à recourir au savoir du prophète. Au moment où Ségurant se met en chasse du dragon diabolique, le narrateur suspend sa narration pour expliquer longuement au lecteur la nature « espirituelle » de la bête, les diverses espèces de diables, la différence entre la chair et l’esprit ; le livre de Merlin, abondamment cité, sert d’autorité scripturaire pour authentifier la digression, tandis que les lectures qu’en font ses compilateurs personnels, au sein de la fiction, font figure d’autorité exégétique, incitant à la lecture studieuse :

« (…) nulz esperiz ne pourroit mourir jaméz par nulle maniere, se Dieux mesmes, li Tous Puissanz, ne le fait, car sil qui les fist les pourroit aneantir, et non autre. Mais bien fu voirs que Salemons, qui fut le plus sages homs qui onques naquist au siecle de science, se mist a soubtiller par force d’esperimanz et d’ars pour mectre a la mort une compaignie d’ennemiz d’enfer, et le porchaça de tout son povoir et en toutes manieres qu’il peut, et autant y fist de mal com s’il y eust porschacé tout le bien du monde, dont il s’accorda a ce au derrain qu’il les enclost tous en un vessel de voirre, et fist ainsi par un esperiment qu’il ne se peut ne brisier ne ouvryr ; et puis le fist gicter en mer et y sont encor et seront jusqu’au jour du Joïse. Et de ces ennemis parla Merlins li sages en une de ses profecies que maistre Tholomer mist en escript au temps qu’il vint en Hirlande avec l’appostolle Clement por le secours qui a cellui temps estoit mestier : “Je vueil, fait Merlins a maistre Tholomer, que tu mectes en escript, si que bien chascuns le sache, que celuy vessel plain d’enemiz que li sages Salemons gicta en mer court par la terre qui est dessoubz l’eve de la mer et fait courroucer si durement la mer qu’elle defloutist les nefs et les barges et sachent tuit que celui vessiaus n’est jamez en repos, ains court tout adés parmi le fondement de la mer par tous les lieux ou est la Mer salee, or en une province et ores en une autre. Li sages Salemons les cuida occirre mais je vueil bien que un et autre le sache, fait Merlins, que nul ne leur peut faire ne bien ne mal la ou ilz sont en enfer, car ou qu’ilz soient est tout adés li enfer avec eulx, ce est la part de leur paine, car toujours sont en feu et ardent.”
Sur ceste parolle que Merlins dist regardèrent puis assés rnaistre Antoine et mestre Tholomer et molt estudierent por savoir l’estre des ennemiz d’enfer et trouverent que Merlin en avoit dit toute la verité, et que la sainte Escripture tesmoignoit appertement que li saint angelez du ciel sont toutesvoiez en la sainte joye de Paradis et li ennemiz d’enfer sont es poines d’enfer, et je vous ay mis ceste parolle avant pour deviser la vie du dragon qui uns des ennemiz d’enfer estoit. » (A, fol. 126c-127a).

42La digression justifie à elle seule le parti pris structurel sur lequel repose la compilation : le livre du prophète, en cours d’élaboration dans les chapitres entrelacés aux épisodes chevaleresques, sert ici à suspendre la matière narrative pour l’enrichir, en soulignant le rapport que la fiction entend désormais entretenir avec les savoirs du monde. Côté de Merlin et côté d’Arthur n e fonctionnent pas simplement, dans la compilation comme dans les versions anciennes des Prophesies de Merlin, comme deux foyers concurrents, entraînant le lecteur sur des voies divergentes et incompatibles. En introduisant dans le roman les figures de lecteurs et d’interprètes du livre du maître, le compilateur restitue une image de sa propre activité et témoigne des usages multiples, récréatifs mais aussi didactiques, de la littérature romanesque chez les lecteurs profanes contemporains.

Annexes

Annexe

La composition du manuscrit de Paris, Arsenal, 5229 (A)

Le tableau ci-après propose une analyse sommaire de la structure du manuscrit de l’Arsenal, comparée aux versions les plus anciennes des Prophesies de Merlin en prose, représentées par le manuscrit Genève-Cologny, Bodmer 116 (E), et le manuscrit de Rennes, Bibliothèque municipale, 593 (R)50. Les numéros de chapitre respectent la structuration du manuscrit, divisé en soixante-huit séquences délimitées par des formules d’entrelacement initiales et finales, ainsi que par des initiales ornées hautes de neuf à douze unités de réglure51.

A :
chapitres52

A : foliotation

A : contenu

Les Prophesies de Merlin
(manuscrit Bodmer)

Les Prophesies de Merlin
(manuscrit de Rennes)

I

*1a-4d53

Prophéties

I

i-xi

II

*5a-7b

Prophéties

II

xii-xvii

III

*7b-d

Richard d’Irlande

III

-

IV

*7d-10d

Prophéties

IV

xviii-xxxviii

V

*10d-13c

les envoyés du pape visitent Merlin

V

xxix-xxxviii

13c-21c54

(ibidem)

VI

xxxix-liv

VI

*21c-23a

épisode romanesque : le lignage des Bruns à l’Ile non Sachant

-

-

VII

*23b-23d55

ibidem : Galehot le jeune se rend à l’atelier de maître Antoine

-

-

VIII

24a-25b56

ibidem : un tournoi à Salesbières

IX

*25b-27a

ibidem : le lignage des Bruns fait allégeance à Arthur dans l’atelier de Merlin et Antoine

-

-

X

27b-30a

prophéties57

VII

lv-lxiv

30a-32b

prophéties

VIII

lxv-lxx

32b-34a

prophéties

IX

lxxi-lxxv

34a-35d58

prophéties

X

lxxvi-lxxxiii

XI

*36a-37d

prophéties

XI

lxxxiv-xci

XII

*38a-39d

Prophéties

XII

xcii-ci

40a-43d59

Prophéties

XIII

cii-cxx

XIII

*44a-48a

entombement de Merlin par la dame du Lac

XIV

cxxi-cxxxi

XIV

*48a-49d60

le recueil prophétique

XV

cxxxii-cxxxiv

XV

*49-52d

épisode, romanesque61 : Ségurant le Brun chevalier62

-

-

XVI

*52d-55c

après la mort du prophète

XVI

cxxxiv

XVII

*55c-58a

épisode romanesque63 : Ségurant le Brun en Garmélide au Pas Bertelais64

-

-

XVIII

*58b-58d

le recueil prophétique

XVII

cxxxv-cxxxvi

XIX

*59a65-61c

épisode romanesque : Ségurant le Brun contre Tarans, fils de Bertelais

-

XVIII

-

-

XIX (voir infra)

cxxxvii-cxlii

-

XX (voir infra)

cxliii-cxlix

XX

*61d-62d

le recueil prophétique : Antoine lit le livre de Blaise et des prophéties posthumes de Merlin66

XXI

cxllx-cli

XXI

*63a67-67d

épisode romanesque : Ségurant le Brun retrouve Galehot

-

-

XXII

*67d-70b68

le recueil prophétique : Méliadus ct la Dame du Lac au tombeau de Merlin

(XIX)

XXIII

*70b69-72d70

épisode romanesque : Galehot, le haut prince, chez Baudemagu de Gorre

-

-

XXIV

*72d-75d

épisode romanesque : joute de Galehot le Brun et de Ségurant (suite de XX)

-

-

XXV

*75d71-78a

le recueil prophétique : Méliadus ct la Dame du Lac au tombeau de Merlin

(XX)

XXVI

*78a-80c72

épisode romanesque : le « chevalier aux dix gardes »

-

XXVII

*80c73-83a74

le recueil prophétique (suite)

(XX, fin)

XXVIII

*83a-85c

épisode romanesque : un tournoi en Garmélide en l’honneur de Ségurant (suite de XXIV)

-

XXIX

*85c-89c

épisode romanesque : Blio et le « chevalier aux dix gardes » (suite de XXV)

-

XXX

*89c-92d

épisode romanesque : un tournoi à Camaalot

-

XXXI

*92d-94b

épisode romanesque : Ségurant annonce qu’il défie tous les chevaliers à Winchester

-

XXXII

*94b-95d75

le recueil prophétique

XXII

clii-clxxiii

XXXIII

*96a-97d

épisode romanesque : au château de Morgain (la chambre aux images)76

-

XXXIV

*97d-99b

épisode romanesque : Dinadan cherche Palamède

-

XXXV

*99b-100b

épisode romanesque : Ségurant dans l’Ile non Sachant prépare son arrivée à Winchester

-

XXXVI

*100c-102b

épisode romanesque : Galehot le Brun en Sorclois.

-

Mort de sa femme et d’un enfant à la naissance

XXXVII

*102b-103d

épisode romanesque : Arthur prépare le tournoi de Winchester : visite des tentes

-

XXXVIII

*103d-105c

le recueil prophétique

XXII (suite)

XXXIX

*105c-106d

épisode romanesque : au port de Winchester

-

XL

*107a-107c

épisode romanesque : Marc veut que Tristan combatte contre Hoel ; Tristan veut aller au tournoi de Winchester

-

XLI

*107d-110c

épisode romanesque : Ségurant se rend au tournoi de Winchester

-

XLII

*110d-113b

épisode romanesque : le tournoi de Winchester (suite du précédent)

-

XLIII

*113b-d

épisode romanesque : Méléagant enchanté77

-

XLIV

*113d-118a

épisode romanesque : le tournoi de Winchester : Lancelot se bat une fois contre Ségurant et fuit le tournoi

-

XLV

*118b-120b

épisode romanesque : Morgain et Sebile l’enchanteresse décident d’enchanter Ségurant

-

XLVI

*120c78-122b

le recueil prophétique : Méliadus chez le Sage Clerc de Gales

XXII (suite)

XLVII

*122b-123c

épisode romanesque : Dinadan cherche Ségurant, enchanté

XLVIII

*123c-126c

épisode romanesque : aventures de Lancelot après le tournoi

XLIX

*126c-128a

épisode romanesque : Ségurant le Brun chasse le dragon enchanté

L

*128a-129d

le recueil prophétique

XIII79

LI

*129d-131d

épisode romanesque : le roi Arthur est incité à oublier Ségurant après le tournoi

LII

*131d-134a

épisode romanesque : aventures de Palamède

LIII

*134a-135d

épisode romanesque : le roi Marc veut déclencher la guerre à Hoel

LIV

*135d-137c

épisode romanesque : Galehot

LV

*137c-138d

le recueil prophétique : lecture d’une charte prophétique rapportée par Méliadus

XXIII80

clxxiv-clxxviii

LVI

*138d-140a

épisode romanesque : Tristan demande à Marc d’organiser un tournoi à Nohaut pour attirer Lancelot

-

-

LVII

*140a-142c

épisode romanesque : conversation entre la Dame du Lac et Bohort

-

-

LVIII

* 142c-144a

épisode romanesque : aventures de Palamède

-

-

LIX

*144a-146d

épisode romanesque : les chevaliers de l’Ile non Sachant en quête de Ségurant

-

-

LX

*146d-151c

épisode romanesque : Marc organise le tournoi de Nohaut ; la reine est remplacée par une statue de bois

-

-

LXI

*151c-153a

épisode romanesque : Ségurant affronte un géant dans la Forêt périlleuse

-

-

LXII

*153b-154c81

le recueil prophétique

XXIV

clxxix-clxxxvi

-

XXV

clxxxvii-cxciv

-

XXVI

cxcv-ccxi

-

XXVII82

ccxii-ccxx

LXIII

*154c-157a

après la mort du prophète : la Dame du Lac sauve le roi Urien d’un enchantement

XXVIII83

LXIV

*157a-159a

l’aventure du livre (le livre d’Hélias) : Perceval chez l’ermite Hélias

(LVII)84

LXV

*159a-164a85

l’aventure du livre (le livre d’Hélias) : Perceval chez l’ermite Hélias (suite)

(LXII et LXVI)

LXVI

*164a-167d

l’aventure du livre (le livre d’Hélias) : Perceval chez l’ermite Hélias (suite)

LXXV

LXVII

167d-171c

l’aventure du livre (le livre d’Hélias) : Perceval chez l’ermite Hélias (suite et fin)

(LXXXII et LXXXIX)86

LXVIII

171c-173b

L’aventure du livre : le Sage Clerc veut aller visiter le tombeau du prophète

XCI87

Notes

1 On pourra consulter les études d’ensemble portant sur la tradition manuscrite de chacun des romans : Alexandre Micha, « Les manuscrits du Merlin en prose de Robert de Boron », Remania, 79, 1958, p. 78-94 et 145-174 et « Les manuscrits du Lancelot en prose », Romania, 81, 1960, p. 145-187, et 84, 1963, p. 28-60 et 478-99 ; E. Baumgartner, Le « Tristan » en prose. Essai d’interprétation, d’un mman médiéval, Genève, Droz, 1975 ; Roger Lathuillère, Guiron le Courtois : étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966 ; Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien. Étude et textes, Genève, Droz, 1996 et « Pour une nouvelle édition de la Suite-Vulgate du Merlin », Vox Romanica 60, 2001, p. 128-148 ; La Suite du roman de Merlin, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1996 ; Les Prophecies de Merlin, edited front Ms. 593 in the Bibliothèque municipale of Rennes, Lucy A. Paton, 2 vol., New-York-London, D.C. Heath and Compagny-Oxford University Press, 1926-1927. Voir aussi The Lancelot-Grail Cycle. Text and Transformations, éd. W. Kibler, Austin, University of Texas Press, 1994. Sur les imprimés, voir Mary Beth Winn, Anthoine Vérard parisian publisher, 1485-1512. Prologues, poems, and presentation, Genève, Droz, 1997.

2 Voir Roger S. Loomis, « Arthurian Influence on Sport and Spectacle », Arthurian Literature in the Middle Ages. A Collaborative history, Oxford, 1959 (repr. 2001), p. 553-559 et Michel Pastoureau, Armorial des chevaliers de la Table Ronde, Paris, Le Léopard d’Or, 1983. À la fin du XVIe siècle circulaient encore des albums à colorier décrivant les blasons et devises des chevaliers de la Table Ronde ; certains exemplaires portent les traces de coloriages d’enfant. Voir La Devise des armes des chevaliers de la. table ronde, lesquels estoyent du tres-renommé et vertueux Artus, Roy de la grand Bretaigne, avec la description de leurs Armoiries, Lyon, Benoit Rigaud, 1590 (repr. Phénix Éditions, Ivry, 2000).

3 Trois éditions modernes donnent à lire le texte : Les Prophecies de Merlin, edited from Ms. 593 in the Bibliothèque municipale of Rennes, by Lucy A. Paton, 2 vol., New-York-London, D.C. Heath and Compagny-Oxford University Press, 1926-1927 ; Les Prophesies de Merlin, édité par Anne Berdielot, Cologny-Genève, Fondation Martin Bodmer, 1992 ; Nathalie Koble, « Les Prophesies de Merlin, roman en prose du XIIIe siècle », Positions des thèses de l’École nationale des chartes, Paris, École des chartes, 1997, p. 194-197.

4 Au centre de cette trilogie centrée sur l’« invention » du Graal en terre arthurienne, le Merlin raconte les origines d’Arthur et celles du dispositif d’écriture qui prend en charge l’ensemble du cycle (voir Robert de Boron, Merlin. Roman du XIIIe siècle, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 1980). Cette branche centrale, fondatrice à plusieurs niveaux, a été plusieurs fois « reprise » et continuée pour être intégrée dans les grandes productions cycliques postérieures (voir Jeunesse et genèse du royaume arthurien : les Suites du Merlin en prose, N. Koble (éd.), Orléans, Paradigme, 2007, qui propose une mise au point bibliographique sur les cycles en prose). Dernière continuation du Merlin, les Prophesies prennent en compte l’ensemble de la carrière littéraire du prophète et reprennent le pacte d’écriture instauré par le roman continué en multipliant la figure de Biaise, le scripteur-compilateur.

5 La copie est sans lacune : le copiste a signalé la fin de son travail de copie par une ligne ondulée à la suite du dernier mot du texte, le verso du feuillet, resté blanc, a servi de support pour inscrire les mentions et des devises de différents possesseurs.

6 Le tableau proposé ici en annexe permet de suivre dans le détail la construction de la compilation au regard des autres témoins de la tradition manuscrite des Prophesies de Merlin. Dans la compilation, la matière prophétique peut être répartie en trois parties, qui tiennent compte des conditions fictionnelles de transmission auxquelles sont soumis les énoncés du prophète : les premiers chapitres montrent Merlin dictant à son scribe Antoine des prophéties copiées en direct (chapitres I, II, IV, X-XII) ; après la mort du prophète, le compilateur trouve d’autres moyens de continuer l’œuvre posthume du maître et le chevalier Meliadus sert de figure principale de transmission entre le tombeau, lieu où s’énoncent les prophéties, et l’atelier, où elles sont retranscrites (chapitres XIV, XVI, XVIII, XX, XXII, XXV, XXXII, XXXVIII, XLVI, LV, LXII) ; le dernier moment de la compilation prophétique est consacré à l’ermite Helias, détenteur d’un livret autographe et témoin de l’enfance du prophète, dont il raconte des épisodes édifiants à Perceval (chapitre LXIV-LXVIII). Le manuscrit de l’Arsenal a copié in extenso les épisodes à l’ermitage, entrelacés à d’autres aventures romanesques dans les versions anciennes : une fois le livre d’Helias achevé, le manuscrit revient une dernière fois à l’atelier d’écriture, sur lequel s’ouvrait le texte. Dans les versions anciennes, courtes ou longues, des Prophesies de Merlin, l’atelier sert de support à d’autres énonces prophétiques.

7 Le manuscrit de Rennes qui a servi de base à l’édition critique proposée par Lucy A. Paton propose une version des épisodes prophétiques proche de la version du manuscrit Bodmer, expurgée de ses extensions romanesques. Sur les procédés d’abrègement de ce compilateur, voir notre étude, Les « Prophéties de Merlin » en prose : le roman arthurien en éclats, Paris, Champion, à paraître en 2008.

8 Voir l’étude pionnière de Cedric E. Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le- manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque nationale, Paris, Nizet, 1960. Le manuscrit contient lui aussi de nombreux épisodes empruntés à la version romanesque des Prophesies de Merlin.

9 Les références aux croisades on été étudiées par Helen Nicholson, « Echoes ot the past and present crusades in Les Prophéties de Merlin », Romania, 122, 2004, p. 320-340.

10 La technique de l’entrelacement dans les romans en prose ne devient systématique qu’à partir du Lancelot-Graal ; elle est réutilisée par les héritiers du cycle « Vulgate » : le Tristan en prose, les Suites rétrospectives du Merlin et Guiron le Courtois en font un usage parfaitement maîtrisé (voir Annie Combes, Les Voies de l’aventure. Réécriture et composition romanesque dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 2001, p. 403-471).

11 Dans la Queste delsaint Graal, le château du roi Pécheur exerce déjà la même force centrifuge et accuse l’attraction limitée de la cour d’Arthur, vidée de ses chevaliers au début du récit.

12 Voir infra. Pour un résumé sommaire de certains épisodes, voir L.A. Paton, Les Prophéties de Merlin, op. cit., New-York-Londres, 1926, t. I, p. 423-448.

13 Ségurant apparaît dans la deuxième partie du roman, dans les versions particulières (voir R. Lathuillère, op. cit., p. 371-527) ; il est nommé Séguradés dans la compilation de Rusticien de Pise (voir E. Löseth, Le Roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise, analyse critique d’après les manuscrit de Paris, Paris, Bouillon, 1891, repr. New York, 1970, p. 432).

14 Nous empruntons la notion de « summa brevis » au vocabulaire des encyclopédistes médiévaux, qui définissaient ainsi leur travail de compilation des sommes monumentales de la scolastique. Sur ce sujet, voir Bernard Ribémont, De Natura Rerum : études sur les encyclopédies médiévales, Orléans, Paradigme, 1995, en particulier p. 33-37. Sur les emprunts romanesques multiples des Prophesies et la restructuration temporelle de l’histoire arthurienne à laquelle ils donnent lieu, voir les remarques de Ernst Brugger, « Das arthurische Material in den Prophecies Merlin des Maistres Richart d’Irlande mit einem Anhang über die Verbreitung der Prophéties Merlin », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, 61, 1937-38, p. 321-62, 486-501 et 62, 1938, p. 40-73.

15 Il s’agit du chapitre LXIII du manuscrit de l’Arsenal, qui correspond au chapitre XXVIII du manuscrit Bodmer. Dans l’épisode, le récit mesure sur le monde arthurien profane les conséquences de la mort du prophète : Urien, roi de Gales, où se trouve l’atelier d’écriture, est victime d’une querelle d’héritage entre les deux grandes figures féeriques du roman qui se disputent le savoir de Merlin et sa place au sein de la fiction.

16 On peut, à l’inverse, imaginer un « archétype » romanesque ancien, bien plus volumineux que les versions transmises par la tradition manuscrite, qui présentent du reste, déjà, des indices de « lacunes » repérables : mais les hypothèses de reconstruction auxquelles invitent les compilations arthuriennes tardives sont vertigineuses et insolubles. Gageons que cette mouvance extrême, réfléchie par le récit lui-même dans les chapitres consacrés à l’écriture du livre et à ses avatars, n’est pas (seulement) le résultat d’accidents de parcours dans la transmission de ces massifs romanesques, qui invitent à l’amplification, à la récriture et à l’interpolation permanentes. Dès le XIIIe siècle, l’écriture/la lecture des romans passait par la fragmentation concertée, comme en témoigne la compilation de Rusticien de Pise, par exemple.

17 Non seulement les chronotopes, les personnages et les motifs narratifs exploités permettent d’identifier, tantôt la matière des cycles « vulgate » et « post-vulgate », tantôt celle du Tristan en prose, tantôt celle de Guiron le Courtois, mais de fréquents renvois aux auteurs fictifs que se donnent ces hypotextes sont pratiqués par le narrateur, qui ne cherche en rien à masquer la diversité de ses matériaux d’emprunt : Gautier Map (f. 96c), Robert de Boron (f. 107a) et Luce del Gat sont régulièrement mentionnés : « (...) et y fist maintes merveilles, et qui ce vouldra savoir apertement, si prengne l’istoire de monseignor Tristan que messire Luches de Gaut translata de latin en françoiz, car illec est devisé comment il ouvra adonc et doubla sa honte, mez por ce que illec est devisé ne le deviseray je pas en mon livre, mais ça en avant vous conteray je bien maintes belles aventures et maint grant fait de Tristan et de Palamede qui es autres livres ne furent translatez. » (f. 98d-99a).

18 Le manuscrit Paris, bnf, fr. 358 propose une rédaction de Guiron le Courtois qui lui est propre (voir E., Löseth, Le Roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise, analyse critique d’après les manuscrit de Paris, Paris, Bouillon, 1891, repr. New York, 1970, p. 436-438 et R. Lathuillère, Guiron le Courtois, op. cit., p. 129 sqq.).

19 La présence incongrue du duc de Bourgogne et de son fils dans les rangs du tournoi de Nohaut contre Tristan et les Cornouaillais laisse aisément percer une commande bourguignonne : aux vêpres du tournoi, se distingue le « filz au duc de Bourgogne » ; il est abattu par Lamorat de Gales « et tant corne messire Robert de Boron le devise en son livre et maint autre qui de sa proesce parlèrent appertement. » (fol.107a). Les Bourguignons se battent contre les Cornouaillais pendant toute la durée du tournoi.

20 Le récit montre ses origines, son adoubement, son départ pour la Carmélide, où il éprouve sa valeur, son combat contre son aïeul Galehaut, ses exploits au tournoi de Winchester, son errance à la poursuite d’un dragon enchanté, prétexte à d’autres aventures (voir tableau infra).

21 Voir tableau comparatif infra.

22 Les Prophesies de Merlin, codex Bodmer 116, VI/42 (la numérotation renvoie à notre édition critique du texte, dont le chapitrage est reproduit dans le tableau présenté ici en annexe, pour mesurer l’ampleur du travail de recyclage et la part d’invention à l’œuvre dans le manuscrit de l’Arsenal).

23 Sur les fonctions du personnages dans les continuations du Merlin en prose, voir Paul Zumthor, Merlin le Prophète. Un thème de la littérature polémique, de l’historiographie et des romans, Lausanne, Payot, 1943 et Christine Ferlampin-Acher, « Le double dans la Suite du roman de Merlin et la Suite Vulgate », Jeunesse et genèse du royaume arthurien, op. cit., p. 33-52.

24 J. Taylor, « The Fourteenth Century : Contex, Text and Intertext », The Legacy of Chretien de Troyes, N.J. Lacy (éd.), Amsterdam, Rodopi, 1987, vol. I, p. 269 sqq.

25 A, chapitre VI, f. 21c.

26 R. Lathuillère, op. cit., § 223-224, p. 447-449.

27 R. Lathuillère, op. cit., p. 181-183. Le manuscrit de Turin a été fortement endommagé dans l’incendie de 1904 : il est donc impossible, malgré les restitutions hypothétiques de R. Lathuillère, de connaître dans le détail l’intégralité de son contenu (Lathuillère, op. cit., p. 82-85). Quand au manuscrit de Londres, Add. 36676, il s’agit d’une copie très composite du XVIe siècle (R. Lathuillère, op. cit., p. 49-50, 98, sqq.).

28 Rappelons que cet inachèvement, qui donnait lieu à des textes visant à combler les lacunes des textes antérieurs, en vers ou en prose, est au fondement même de la naissance de la prose (voir la mise au point de Daniel Poirion, « Romans en vers et romans en prose », Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, iv / 1, « Le Roman jusqu’à la fin du XIIIe siècle », Heidelberg, Cari Winter, 1978, p. 74-81 et les analyses exemplaires d’Eugène Vinaver, « Introduction au Roman de Balain », éd. M.D. Legge, Manchester, 1942, p. IX-XXX et « La genèse de la Suite du Merlin », Mélanges de Philologie romane et de littérature médiévale offerts à E. Hoeffner, Paris, 1949, p. 295-300).

29 Merlin en prose, éd. Micha, Genève, Droz, 1980, p. 80-82.

30 Le même procédé se trouvait dans la Suite du roman de Merlin pour expliquer la disparition de Mordret à sa naissance ; le motif, qui introduit dans l’histoire arthurienne une récriture de l’épisode évangélique du Massacre des Innocents, est dédoublé dans la continuation (La Suite du roman de Merlin, éd. cit., p. 56-64).

31 A, chapitre VI.

32 Le roi Pellés envoie une messagère à Arthur pour lui dire que ce chevalier n’est pas celui qui achèvera les merveilles du graal, mais qu’il est peut être son futur père (fol. 94a-b).

33 Dans la Suite du roman de Merlin, Balaain, protagoniste de la première partie du roman, inventé pour l’épisode central du Coup douloureux, est un personnage remarquable par sa vaillance, mais qui meurt prématurément. La fuite en « féerie » peut encore faire disparaître un héros prometteur, comme Méliadus dans les Prophesies de Merlin, qui retourne au Lac qui lui a donné « vie », contrairement à son modèle, Lancelot.

34 Certains de ces exploits se trouvent également dans le manuscrit de Paris, BNF, fr. 358 (voir R. Lathuillère, op. cit., §223-224).

35 Sur le motif du tournoi dans les romans en prose, voir les remarques de P.E. Benett, « The Tournaments in the Prose Tristan », Romanische Forschungen, 87, 1975, p. 335-341.

36 Voir Maria Colombo Timelli, « Banquets, disners, soupers dans le cycle de Jehan d’Avennes : suspension ou progrès de la narration », Fifteenth Cmtury Studies, 19, 1992, p. 279-300.

37 A, fol. 85d.

38 Dans les versions anciennes des Prophesies de Merlin, Dinadan joue le même rôle au tournoi de Sorelois, qui a été fréquemment interpolé au Tristan en prose dans des compilations contemporaines de celle de l’Arsenal (voir E. Baumgartner, Le « Tristan » en prose, op. cit., « Chapitre VI » et notre étude, Les Prophéties de Merlin en prose, op. cit., « Chapitre II » : « La réception ancienne de l’œuvre »).

39 Tristan est encore à la cour de Marc et Lancelot est un jeune chevalier au tournoi de Winchester.

40 A, ff. 109d-110a.

41 Sur le rituel des tournois à la fin du Moyen Âge, voir Juliet Barber et Richard Barber, Tournaments, jousts, chilvalry and pageants in the Middle Ages, Woodbridge, The Boydell Press, 1989 et Evelyne Van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandres à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Paris, École des chartes, 1996 : le chapitre III, « le rituel », consacre une étude aux banquets (p. 104 sqq.), l’historienne s’attarde aussi sur « la politique de l’État-spectacle des ducs de Bourgogne » (p. 135 sqq. et p. 199-206), et montre que « tout est conçu dans les joutes de la cour de Bourgogne pour rehausser la fonction ducale » (Ibidem, p. 203). Sur la littérature romanesque à la cour de Bourgogne, voir Georges Doutrepont, La Littérature française à la cour de Bourgogne, Paris, Bibliothèque du XVe, 1909 ; Jane Taylor, « The Parrot, the knight and the decline of chivalry », Conjunctures, Medieval Studies in honor of Douglas Kelly, Norris Lacy and Keith Busby (éd.), Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 529-544 ; P. Ménard, « La réception des romans de chevalerie à la fin du Moyen Âge et au XVIe siècle », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, 49, 1997, p. 234-273, Michelle Szkilnik, Jean de. Saintré. Une carrière chevaleresque au XVe siècle, Genève, Droz, 2003 et Sylvie Lefevre, Antoine de la Sale. La Fabrique de l’œuvre et de l’écrivain, suivi de l’édition critique du Traité des anciens et des nouveaux tournois, Genève, Droz, 2006, ainsi que le volume de textes rassemblé par Danielle Régnier-Bohler, Splendeurs de la Cour de Bourgogne. Récits et chroniques, Paris, Laffont, 1995.

42 Au chapitre LI, une demoiselle de Morgain dit à Arthur qu’il passe pour fou : Morgain lui fait croire (et lui démontre) que le dragon et le chevalier qui a gagné le tournoi de Winchester est un enchantement, auquel Arthur ne doit pas croire. Dans le monde de la fiction, deux enchantements servent à camoufler la réalité de l’héroïsme chevaleresque : un enchantement réel, qui subtilise le héros, et un enchantement imaginaire, qui fait passer le précédent pour une illusion.

43 Sur le rapport que la féerie entretient avec la figure de l’auteur et sur leur statut au sein du récit, voir Laurence Harf, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La naissance des fées, Paris, Champion, 1984 et Jean-René Valette, La Poétique du merveilleux dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1998. Les Peophesies promettent à Ségurant un avenir brillant, après son désenchantement. Mais le manuscrit de l’Arsenal ne raconte rien de cet avenir ouvert, ce qui accentue par contre-coup son parti pris parodique.

44 L’expression est empruntée au vocabulaire du montage cinématographique, qui parle de « spectacteur actif ».

45 La généalogie des Bruns varie d’un manuscrit à l’autre. Dans l’Arsenal, Ségurant est fils d’Hector, Galehot le vieux est son oncle, qui se distingue de Galehot le jeune, futur ami de Lancelot.

46 Cf. E. Baumgartner, Le « Tristan » en prose, op. cit., p. 269-270 et E. Kennedy, « Les structures narratives et les allusions intertextuelles dans le Tristan en prose », Nouvelles Recherches sur le « Tristan » en prose, J. Dufournet (éd.), Paris, Champion, 1990, p. 123-148.

47 Cf. E. Löseth, op. cit., p. 432.

48 Voir R. Lathuillère, op. cit., §223, p. 447-8. Le manuscrit de l’Arsenal fait débuter la légendaire boulimie du chevalier au tournoi de Winchester, et lui donne un horizon hors de la diégèse racontée dans le manuscrit en ajoutant aux merveilles du graal la guérison du chevalier. La première manifestation de l’appétit de Ségurant a lieu dans la Forêt as Pitiés : le chevalier passe la nuit dans un ermitage et mange quinze jours de provisions de l’ermite et de son clerc (A, f. 127c). Segurant ne sera desenchanté que pendant la quête du Graal, grâce au « saint vessel » : « cil furent illec tant que Seguranz torna, mais ce ne fut pas a cellui temps, ains estoit ja commencée la queste du saint Graal, et par la vertus de cellui saint vessel fu il deschantez ainsi com nous vous comteron ça en avant. » (f. 130b).

49 Sur le motif du chevalier boulimique, voir l’étude anthropologique proposée par Danielle Regnier-Bohler, « Exil et retour : la nourriture des origines », Médiévales, 5, 1983, p. 67-80.

50 L’un comme l’autre appartiennent à la même famille dans la tradition manuscrite (groupe I), R donnant une version expurgée des épisodes du côté d’Arthur. E contient cent-deux chapitres : près de quatre-vingt d’entre d’eux ne sont donc pas repris dans le manuscrit A, qui en propose une quarantaine d’autres tout à fait inédits ! Le texte de chaque manuscrit pourra être contrôlé dans les éditions des Prophesies de Merlin citées supra.

51 Pour un résumé sommaire de certains épisodes, voir L.A. Paton, Les Prophecies de Merlin, New-York-Londres, 1926, t. I, p. 423-448.

52 La numérotation des chapitres est tirée des sections mises en valeur par le copiste par des formules d’entrelacement, accompagnées d’une miniature à l’ouverture de chaque séquence. La présence d’une miniature est signalée dans le tableau par une astérisque.

53 A commence sans prologue : « En ceste partie dit li contes que une damoiselle... » (f. la). Une miniature haute de treize unités de réglure représente trois personnages : au centre, le scribe, plus grand que les deux autres personnages bien qu’assis, copie sous la dictée les prophéties de Merlin, représenté à gauche de l’image en jeune homme affublé d’un manteau court, l’index de la main droite pointé en signe de parole ; à droite de l’image, la demoiselle de Gales, le regard tourné vers l’extérieur, index pointé.

54 A ne distingue pas les chapitres V et VI, copiés in extenso sans formule d’entrelacement et sans enluminure intermédiaire. Le chapitre suivant propose un épisode arthurien absent des autres manuscrits, première entrée dans le monde romanesque arthurien, dans ce manuscrit tardif. La formule d’entrelacement est adaptée à ce changement de matière : « "… preudommes qui a lui viendront sur tous autres princes du monde, et je retorneray a vous aprés le departement d’un tournoiement qui doit estre fait en la plaine de Salibieres pour ce que vous mectéz en escript ce que nous avons encommencié." Mais atant lesse ores li contes a parler des prophecies Merlin, car bien y savra retourner, et parolle sur une autre matiere et dist en telle maniere. » (f. 21b-c).

55 Dans A, une lacune entre les feuillets 23 et 24 empêche de calculer le nombre exact de chapitres : le folio 23 s’arrête sur une réflexion de Ségurant, qui dit à Antoine vouloir se rendre au plus vite au tournoi de Salesbieres ; au folio 24, le tournoi est déjà commencé : « … viennent des glaives bessier tant comm ils povoient... ».

56 Lacune du début.

57 La formule d’ouverture prend en compte les épisodes romanesques précédents, dans A. Cette formule se retrouve à l’identique dans les autres manuscrits du groupe I, ce qui laisserait penser à une version romanesque des prophéties bien plus volumineuse encore.

58 A donne en continu un matériau prophétique et narratif divisé par le copiste de E en quatre chapitres entrelacés. A donne le texte intégral, en accord avec E. Le chapitre s’achève sur une formule d’entrelacement : « Mes atant lesse ores li contes a parler des profecies Merlin car bien y savra retourner » (f. 35d).

59 Le manuscrit A propose les chapitres XII et XIII de E in extenso, en un seul chapitre.

60 Dans A, au folio 48a, une enluminure représente l’évêque Antoine assis seul dans un O peint en rouge, en train de lire le livre des prophéties. Sa place, un peu décalée sur la droite, au centre de la lettre, fait sentir la place vide laissée par le prophète en tombé. Le même décalage se retrouve au f. 61d, au début du chapitre XX de A : l’évêque Antoine est représenté dans le O majuscule, debout tenant un livre des deux mains : la figure est decentrée sur la gauche.

61 A reprend ici la matière narrative développée dans les épisodes romanesques antérieurs. La formule d’entrelacement consacre le changement de matière : « Ensi comme je vous compte fut espandue la nouvelle de la mort Merlin, dont maint preudomme en furent courrouciéz, et maints bons chevaliers se mistrent en queste pour trouver sa tombe ou il estoit enserréz dedens, mais ce fut noyent, que nulz la peust trouver. Mes atant laisse li contes a parler de ceste aventure et parolle de Seguranz le Brun, le fîlz Hector le Brun. » (f. 49b, voir E, XV/5).

62 La formule d’entrelacement permet au récit de revenir à la matière merlinienne/arthurienne : « Mais atant lesse ores li contes a parler de celle aventure et parolle de la Dame du Lac et de madame la rovne de (sic) Genevre. » (f. 52d).

63 A continue la matière romanesque entrelacée dans les épisodes inédits qui précèdent. La formule d’entrelacement consacre le changement de matière : « Mais atant laisse ores li contes a parler de ceste aventure cl parolle de Seguranz, le filz Hector le Brun » (f. 55c).

64 La formule d’entrelacement permet au récit de revenir à la matière merlinienne/arthurienne : « Mais atant lesse ores li comptes a parler de celle aventure et retourne a l’cvcsquc Anihoinc de Gales pour compter aucune chose des profecies Merlin. » (f. 58a).

65 Une formule d’entre lacement souligne encore le changement de matière : « Mais atant lesse li contes a parler des propheties, car bien y savra retourner et retourne a parler de Segurant le Brun, le bon chevalier, pour compter de ses aventures et de sa chevalerie. » (f. 58d). A partir de cet épisode, le manuscrit A, dont la narration se concentre sur le lignage des Bruns, ignore la matière arthurienne contenue dans les versions romanesques plus anciennes, comme le montre le tableau.

66 A ne reprend pas le chapitre XVIII (première excursion arthurienne, centrée sur Mador de la Porte, dans les versions anciennes) ; les chapitres XIX et XX des manuscrits du groupe I, qui relatent la venue de Méliadus au tombeau de Merlin et la transmission à maître Antoine de prophéties directement recueillies par le chevalier, sont repris après le chapitre XXI des manuscrit du groupe I.

67 La transition avec le chapitre précédent est assurée par une formule d’entrelacement « Mais alant laisse orendroit li comptes a parler des profccics Merlin et retourne a Seguranz le Brun pour compter aussi de scs aventures. » (f. 62d).

68 Pour le récit de la transcription du recueil prophétique après la mort de Merlin, A a copié le chapitre XXI avant les chapitres XIX-XX, qui racontent l’arrivée de Méliadus et de la dame du Lac au tombeau de Merlin et la transmission des prophéties par l’intermédiaire du chevalier, frère de Tristan, amant de la fée.

69 Une formule d’entrelacement souligne le changement de matière : « Mais alant lessc ores li contes a parler des profecies Merlin et de la dame du Lac et de son amy et parolle de Galchout, le filz Hector le Brun, qui estoil avec le roy Baudemagu de Gorre en Gorre, qui sa terre li avoil donnée. » (f. 70b).

70 Le changement de chapitre permet de passer d’un personnage du lignage des Brun à l’autre. Il est souligné par une formule d’entrelacement : « Mais atant lesse ores li comptes a parler d’eulx et du hault prince Galchout, le filz a la Belle Jaiant, cl du roy Baudcmagu de Gorre, et retourne a monseigneur Galehout le Brun et a Seguranz pour compter comment ilz jousterent ensemble. » (f. 72c-d).

71 Le retour aux aventures des prophéties de Merlin est assuré par une formule d’entrelacement qui lie à la matière arthurienne un épisode copié sans changement de matière dans les manuscrits du groupe I, moins marqué, à ce stade du récit, par l’alternance recueil de prophéties/aventures chevaleresques : « Mcz alant lesse ores li contes a parler de monseigneur Galchout et de Seguranz et retourne a l’amy de la dame du Lac qui estoit encores avec la dame du Lac en la grote ou estoit la tombe Merlin. » (f. 75d).

72 Dans A, un nouveau matériau narratif est introduit par une simple formule d’entrelacement : « mais atant lesse ores li comptes a parler ce de et parole du chevalier ans dix gardes ». Ce personnage, nouveau venu dans la compilation, est en fait Dinadan, le compagnon du héros dans le Tristan en prose, déguisé cl accompagné de vilains.

73 A présente en deux parties le chapitre XX des versions anciennes, la deuxième partie est introduite dans A par un paragraphe inédit (voir E, XX/11) : « Or dit li contes, et la vraye histoire le tesmongne, que longuement demoura Meladus, l’amy à la dame du Lac, en la grote ou Merlins estoit enserrez et parloit chascun jour a l’cspcrit Merlin et tout ce qu’il li disoit et qu’il trouvoit escript es pierres mettoit en escript, et avoit promis a l’espcrit Merlin, qui requis l’en avoit, qu’il porteroit tout ce qu’il avoit a maistre Antoine, l’cvcsquc cl li presenteroit de sa part, dont ce que je ne vous en ay compté ça en arrieres vous compteray ça en avant enterineement cl nonporquant aucune chose vous en compteray yci endroit, et le remenant orrez puis, quant Melyadus sera venus en Gales devant maistre Antoine. » (f. 80c).

74 La formule d’entrelacement de A est adaptée à la nouvelle matière compilée : « Mais atant laisse li contes a parler de lui, car assés en est translaté de latin en franchois, mais jou en conterai le remanant quant jou en avrai et tans et aaise, et tentai ma droite voie pour donner matere a mon livre et vous conterai des prophesics Mierlin. » (E, XX/23) ; « Mais atant laisse ores li contes a parler de lui, car assés en est translaté de latin en françoys, cl ce qu’en remest vous compteray je quant je en avray temps et aise, et orendroit tiendray ma droite voie pour donner matière a mon livre cl compteray de Scgurans, li filz Hector le Brun, le bon chevalier cl le merveilleux » (A, f. 83a).

75 A présente en plusieurs parties distinctes le chapitre XXII des manuscrits du groupe I.

76 La fomule d’entrelacement situe l’épisode après la quête de Merlin : « Or dit li contes que quant Morgain sçot la verité que finee estoit la queste Merlin, elle s’en yssi de la forest de Damantes et s’en entra en la forest de Kamaalot » (f. 96a).

77 Cet épisode digressif permet de faire une pause dans le récit du tournoi Winchester : « Mais atant lesse ores li contes a parler un pou et parle d’une damoiselle qui avoil tenu Meliaganz enchanté en un boys et por deviser comment il en estoit eschappéz et comment elle li retourna puiz » (f. 113b). L’enluminure montre un personnage masculin coupant du bois dans une forét : le décalage de registre signale l’aliénation du chevalier. La jeune femme qui pratique l’enchantement est une ancienne élève de Merlin. En jetant ses sorts, la demoiselle parvient à ramener le chevalier blessé auprès d’elle.

78 E, XXII/21-30.

79 E, XXII/31-42.

80 Le chapitre est copié en entier dans A.

81 Le chapitre est copié en entier dans A.

82 Cet épisode, à dimension prophétique, est absent de A.

83 Cet épisode, conséquence de la mort de Merlin sur le monde féerique arthurien, est entièrement narratif. C’est le seul épisode arthurien que la version ancienne du texte du groupe I a en commun avec A.

84 Le chapitre est copié en entier dans A, sans formule de clôture ; le chapitre suivant propose la suite du récit, entrelacée dans les versions romanesques anciennes à d’autres épisodes romanesques.

85 A donne en continu (f. 159a-161c et 161c-164a) deux journées de Perceval chez l’ermite, qui font l’objet de deux chapitres indépendants dans les versions anciennes.

86 LXXXII et LXXXIX sont copiés en continu, en entier, dans A.

87 A s’achève ainsi : « Il aviendra a cellui temps que celle grant mortalité sera en paainnies que les femes du siecle diront appertement que riens ne valut la feme sans amer aucun homme, et par celle fausse parollc en sont elle dcccucs et engignees, que maintenant mectra dessus leur viz et par toutes leurs faces li blanc colour et li vermeil de maintes manieres. Et sachent certainement que cellui colour et les autres que les femmes useront a cellui temps pour trichier les hommes leur donna la maladie de Laçaron. » (fol. 178b, voir E, XCI/12). La copie est sans lacune : le copiste a signalé la fin de l’ouvrage par une ligne ondulée à la suite du dernier mot du texte, le verso du feuillet, resté blanc, a servi de support pour inscrire les mentions et des devises de différents possesseurs.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search