Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

II. Réécritures

Pour ou contre une esthétique de la compilation ?

La mise en prose du Chevalier de la Charrette dans deux manuscrits du Lancelot-Graal de la fin du xive siècle

David F. Hult

Texte intégral

1Parmi les nombreuses sources de l’auteur (ou des auteurs) du Lancelot-Graal, aucune, sans doute, n’égale en importance les deux romans de Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette et Le Conte du Graal, dont les données furent agencées de manière géniale par le(s) prosateur(s) pour former la clef de voûte de l’édifice massif s’étendant de la naissance de Lancelot à la fin du règne du roi Arthur. Mais les deux romans n’ont pas été traités de manière égale : Certes, Le Conte du Graal a suggéré à quantité de continuateurs et d’imitateurs le thème séducteur du Graal, mais la profusion d’épisodes du roman en vers n’a servi que d’une mine de motifs réutilisés dans les ouvrages postérieurs. Par ailleurs, dans la version de la Quête du Graal contenu dans le vaste roman en prose, le protagoniste de Chrétien de Troyes, Perceval, est déplacé pour faire place à un nouveau sauveur, Galahad, fils de Lancelot et de la fille de Pellés, seigneur de Corbenic. Par contre, le prosateur a fait de l’intrigue quelque peu fragmentaire du Chevalier de la Charrette le centre de son récit, consolidant l’adultère de Lancelot et Guenièvre avec l’une des premières annonces explicites de la Quête à venir, lors de la scène du cimetière. D’où le placement d’une adaptation du roman de Chrétien au milieu du Lancelot en Prose, immédiatement après la mort de Galehaut.

  • 1 Gweneth Hutchings, éd., Le Roman en Prose de Lancelot du Lac : Le Conte de la Charrette, Paris, Dro (...)
  • 2 Il s’agit du ms. BNF fr. 122 (auquel manque le premier tiers du dérimage de la Charrette, dû à la p (...)
  • 3 Pour une mise au point récente de la situation historique des mises en prose d’Érec et Énide et de (...)

2Cette adaptation dite « vulgate » du roman de Chrétien, qui suit l’intrigue du roman de Chrétien d’assez près, communément appelée Le Conte de la Charrette pour la différencier de celui-ci, a été publiée à plusieurs reprises. Mais au moins depuis les travaux de Gweneth Hutchings dans son édition critique du Conte de la Charrette, l’existence d’une autre version du Conte de la Charrettes été signalée aux chercheurs1. Alors que la version vulgate du Conte de la Charrette, tout en suivant le roman de Chrétien dans ses grandes lignes, fait rarement écho à la lettre du roman en vers, cette autre version, transmise par trois des quelque quarante manuscrits contenant cet épisode2, est un véritable dérimage du roman en vers, et devient par là le seul dérimage d’un roman de Chrétien qui date d’avant les mises en prose dites « bourguignonnes » de la dernière moitié du XVe siècle3.

3De toutes les parties, ou branches, qui composent le Lancelot en Prose, Le Conte de la Charrette est la plus facile à situer car sa source est bien connue : le terminus post quern est, bien sûr, le roman de Chrétien, dont on place habituellement la date de composition aux alentours de 1180. Le terminus ante quem du dérimage est offert par le ms. Ab, dont le colophon donne la date de 1345. Est-il possible de déterminer plus précisément la date et la situation de cette rédaction par rapport aux autres parties du cycle en prose ?

4À notre connaissance, la seule personne à avoir suggéré une datation pour la version dérimée de la Charrette est Mlle Hutchings, qui la considérait tardive, datant de peu avant nos manuscrits, ce qui placerait sa composition au premier quart du quatorzième siècle, quelque cent ans après les autres branches du cycle. On se rappelle que les dates communément admises pour la version vulgate du Lancelot-Graal indiquent une période de composition entre 1215 et 1235. Or les raisons que donne Mlle Hutchings pour sa datation de la version dérimée ne sont guère convaincantes. D’abord, elle fait appel à la « servilité de l’imitation » du roman de Chrétien qui s’y trouve, dont elle tire la conclusion que « son poème n’était pas très connu des lecteurs du roman en prose » (p. xlvi). Affirmation pour le moins paradoxale, surtout après la déduction qu’elle avait déjà faite concernant la priorité relative de toutes les rédactions du Conte de la Charrette : « la version qui s’accorde le plus avec Chrétien est la plus proche de son récit, et peut être acceptée comme représentant le texte le plus proche de l’original » (Hutchings, p. xxxiv). Cette dernière réflexion ferait plutôt croire que de toutes les rédactions c’est la version dérimée de Chrétien qui serait chronologiquement plus proche de l’original. Qu’en est-il, en effet ? Un dérimage servile (ou, pour certains, fidèle), est-il le produit de quelqu’un qui ne connaissait guère le roman de Chrétien et qui, par souci de « variété », comme le suggère Hutchings, aurait cherché une autre version d’un récit par trop connu ? Ou s’agit-il par contre, comme elle le suggère également, d’une tentative précoce d’ajuster le roman épisodique de Chrétien au cadre foisonnant d’un roman en plein devenir et débordant de complexités narratives ?

  • 4 Nous citons le texte du dérimage d’après notre édition, « Le Conte de la Charrette : Version dérimé (...)
  • 5 Cette possibilité est même plus convaincante si on considère que Vexplicit du manuscrit « Didot » d (...)

5Sans qu’elle l’admette, il est clair que Mlle Hutchings situe l’époque de notre rédaction en fonction des dates relativement tardives des trois manuscrits qui la transmettent. Aucun manuscrit du treizième siècle n’a en effet transmis ce dérimage. Mais, on le sait bien, l’âge d’un manuscrit n’est aucunement déterminant pour ce qui concerne l’âge ou la provenance du texte qu’il contient : le modèle (ou bien l’ancêtre) de nos trois manuscrits aurait pu être un manuscrit de la première moitié du XIIIe siècle, aujourd’hui perdu (comme tant d’autres). Mlle Hutchings étaie cette hypothèse à l’aide d’une autre observation qui, si elle était vraie, aurait bien pu démontrer la composition tardive de cette rédaction. Malheureusement, elle est loin de correspondre à ce qui se trouve dans nos manuscrits : « Cette rédaction ne contient aucune allusion aux autre parties du corpus Lancelot-Graal. Elle doit, donc, représenter ou l’état de l’histoire de la Charrette avant d’être incorporée dans le cycle, ou l’essai fait par un raconteur du quatorzième siècle pour introduire un peu de variété dans une histoire déjà trop bien connue. [...] Les liens qui rattachent le Conte de la Charrette dans la version ordinaire du roman en prose, à la Queste del saint Graal, et à d’autres parties du Lancelot sont détruits. Il semble, donc, que cette rédaction soit postérieure à la composition du tout. » (Hutchings, pp. xlvi-xlvii). Hutchings ne mentionne qu’une seule référence à d’autres parties de l’immense cycle dans la version dérimée : un appel au témoignage du Merlin, qui, pour elle, fournirait une preuve de sa composition tardive : « Une allusion au Merlin donne lieu à supposer que le roman de ce nom était déjà écrit au moment de la composition de cette version, qui, probablement, prit naissance au quatorzième siècle » (Hutchings, p. xlvi). Elle semble inférer que cette référence concerne la Suite-Vulgate du Merlin, communément considérée la dernière partie du cycle à être composée. Mais il y a d’autres possibilités. L’allusion en question est la suivante : « Et la Vie Merlin, qui fu de la Prophecie aux Anglois, le tesmoingne » (fol. 36a, 29-30).4 Comme il est l’habitude de certains auteurs médiévaux, cet appel à une autorité reconnue peut être tout simplement la citation de quelques titres devenus familiers. Il pourrait, par exemple, être question des ouvrages célèbres de Geoffrey de Monmouth, les Prophetia Merlini et Vita Merlini, qui datent tous les deux du XIIe siècle. Mais même si on se limite au corpus en langue vernaculaire, une référence au Merlin de Robert de Boron ne serait pas hors de place car, on le sait bien, la trilogie servit de modèle à l’architecte du Lancelot-Graal.5 En tout cas, notre rédacteur a bien pu tirer autorité d’un roman de Merlin sans en connaître le contenu car l’épisode pour lequel il le cite en témoignage, où il s’agit d’établir l’énorme « science » de la Dame du Lac, est raconté au début du Lancelot Propre (éd. Micha, vol. VII, pp. 38-43 [VIa, 1-10]). Merlin, lui-même, y est appelé « le prophete as Englois » (Micha, p. 38), ce qui suggère que notre rédacteur suit ici, comme ailleurs, les données du Lancelot.

6Certes, notre dérimage ne reproduit pas systématiquement les mêmes allusions que la version vulgate de la Charrette, mais elle en contient toute une série qui, on le verra de suite, suggèrent que notre rédaction de la Charrette a pu représenter un moment clé dans le développement du cycle en prose, possibilité que Mlle Hutchings mentionne en passant (« l’état de l’histoire de la Charrette avant d’être incorporée dans le cycle ») mais qu’elle écarte de manière trop abrupte.

  • 6 Toutes nos références au Chevalier de la Charrette correspondent à l’édition due aux soins de Charl (...)

7En fait, notre version dérimée fait de nombreuses allusions aux autres parties de l’histoire de Lancelot ainsi qu’à une quête du Graal, sans pour autant révéler la moindre connaissance de La Queste del Saint Graal. Par exemple, pendant l’épisode où Baudemagu essaie de convaincre Méléagant de la folie d’un combat singulier après que Lancelot a traversé le Pont de l’Épée, notre rédacteur insère le passage suivant, au moment qui correspond au w. 3439-40 du roman de Chrétien6 :

Mais pour Dieu, beau filz, destourne le de combatre a toy, car il est merveilleux chevalier et de haute prouesce, si ameroye mieulz l’amour et la compaingnie de toy et de lui, car tu en pourroyes mieulz valoir. Et tant saches tu vrayement que ce est Lancelot le bon chevalier, le seur, cil qui conquist la Douleureuse Garde, cil qui desconfist les assemblées du roy Artus et de Galehot, et tant ennuy lui fist ; et Galehot, si comme tu as oÿ dire, lui fist tant d’onnour qu’il s’appaisa au roy Artus pour avoir sa compaingnie, et lui clama quitte toute la terre de Bretaingne qu’il eüst sur lui conquise, et devint homs au roy Artus pour l’amour de Lancelot, qu’il n’eüst fait pour riens se ne feust pour la compaingnie Lancelot avoir. Et Galehot l’ama tant qu’il fist oultreement son plaisir de toutes les choses qu’il lui requist. N’as tu oÿ parler de la grant merveille qu’il fist a la roche aux Saisnes, quant il delivra le roy de prison ? Et a cil faites toutes les proueces du monde. Dont n’a il occis Carados le grant et passés les destrois de Gorre par puissance ? (fol. 40d, 1-22)

C’est un véritable résumé des exploits chevaleresques de Lancelot racontés dans la première partie du Lancelot, depuis la naissance du héros jusqu’à la mort de son ami Galehaut.

8Quelques autres détails insérés au sein de notre dérimage sont empruntés à la version vulgate de la Charrette en prose. L’épisode du pardon de Guenièvre après le premier combat entre Lancelot et Méléagant, et de la nuit d’amour que passent ensemble les deux amants suit de près le texte de Chrétien, et ne s’en écarte qu’à deux moments, lorsqu’il va de pair avec la version vulgate : les raisons pour le dépit de Guenièvre lors de sa première rencontre avec Lancelot (fol. 44b, 41-43) ; et l’annonce de la mort de Galehot (fol. 45a, 14-17). Enfin, vers la fin du Conte, notre rédacteur substitue Bohort, personnage inconnu de Chrétien, à Gauvain, lorsqu’il s’agit de se battre avec Méléagant en l’absence de Lancelot, tout en continuant à dérimer le texte de l’auteur champenois.

9Ici et là on trouve des détails, inconnus de la version vulgate, soigneusement placés pour créer encore des liens avec le Lancelot. Au cours du dialogue entre Baudemagus et Méléagant, celui-ci, mis en colère par la suggestion qu’il devienne l’ami de Lancelot, fait la riposte suivante à son père :

– De folie vos esmaiez,
Fet Meleaganz a son pere,
Ja par la foi que doi saint Pere
Ne vos cresrai de cest afeire.
Certes l’an me devroit detreire
A chevax se je vos creoie. (Charrette, éd. Mêla, w. 3450-55).

Or le rédacteur de la mise en prose suit, comme d’habitude, fidèlement son modèle, en y insérant un petit détail :

– De grant follie vous esmayés, fait Meleagant a son pere, ne ja, par la foy que je doy a Nostre Seigneur, de cestui affaire ne vous croirray je ja. Et aussi m’aïst Dieux, de sa compaingnie n’ay je soing, et je ne sui mie Galehoz, qui pour paour s’accorda a lui, et bien me devroit on detraire a chevaulz se je vous creoye de si fait affaire, (fol. 40d, 33-39)

Le détail supplémentaire, que nous imprimons en lettres italiques, relie ce texte aux épisodes précédents du Lancelot afin de mettre en valeur les thèmes de l’amitié et du compagnonnage qui représentent le contexte chevaleresque du roman, et dont Méléagant représente l’antithèse.

10Mais les insertions les plus étonnantes de notre rédacteur concernent le Graal et la conception qu’il se fait de la quête. Il y en a deux qui n’ont aucune correspondance dans les autres versions de ce texte. La célèbre scène du Cimetière futur, qui a exercé une si grande influence sur les romans arthuriens à venir, et notamment sur l’auteur du Lancelot en Prose, qui s’en est servi pour l’épisode du cimetière dans l’aventure de la Douloureuse Garde, ne correspond point à celle contenue dans la version vulgate de la Charrette, et elle s’éloigne également du récit de Chrétien. Notre rédacteur commence par suivre fidèlement le récit tel que Chrétien le raconte, jusqu’au moment où Lancelot lit les noms sur les premiers tombeaux qu’il rencontre. On se rappelle que Chrétien mentionne de nom Gauvain, Looys et Yvain. Dans le dérimage, il s’agit de Gauvain, d’Agravain, de Girflez le filz Do, de Mordred et d’Yvain. C’est encore une autre façon d’établir des liens avec le contexte chevaleresque du roman en prose. Mais ce qui est plus frappant est la rencontre avec un deuxième tombeau, absente de Chrétien et distincte de celui de la version vulgate. Comme dans la version vulgate, une voix qui sort du cimetière attire Lancelot et nous apprenons qu’il s’agit non pas de Symeu, mais d’un certain Salan, frère de Mois. Les deux, ayant fait échec chez le Roi Pêcheur, ont été faits prisonniers, et ne seront libérés qu’au moment où viendra « cil... qui l’aventure du graal pourra eschiever. » Voici ce que dit Salan à propos de l’identité de ce sauveur :

Et je sçay bien que je seray délivrés par temps, car le vassal si est néz qui de ceans me gectera. Et est de tel aage que il pourra par temps chevalier estre. Ycelluy achievera les douleureuses aventures qui sont espandues par le monde. Il conquerra tous les chevaliers qui erent encontre lui. Il achievera tous les perilz. Cil est sires du graal. (fol. 34b, 47-54)

Le sauveur est déjà né, nous dit-il, et par conséquent ne peut pas être le futur enfant de Lancelot. Du coup, le rédacteur de ce passage élimine à la fois Lancelot, qui vient de subir un échec au tombeau, et Galahad, qui ne correspond point à ce seigneur du Graal. Cette allusion suggère une évolution bien différente du récit de Lancelot que ce qui est contenue dans le Lancelot-Graal.

11L’identité du seigneur du Graal sera tout de même précisée dans un passage un peu plus loin. Chez Chrétien, il n’y a qu’un seul moment où on fait allusion au passé de Lancelot. Il s’agit de l’épisode où il se trouve attrapé, avec deux chevaliers qui l’accompagnent, entre deux portes retombantes à l’entrée d’un château. Lancelot regarde son anneau magique, qui a le pouvoir de le protéger de tout enchantement :

L’anel met devant sa veüe,
S’esgarde la pierre, et si dit :
« Dame, dame, se Dex m’aït,
Or avroie je grant mestier
Que vos me poissiez eidier. »
Cele dame une fee estoit
Qui l’anel doné li avoit,
Et si le norri an s’anfance… (w. 2340-47)

On sait l’importance qu’aura ce détail pour tous les récits à venir, notamment l’allusion à la Dame du Lac. Or, notre rédacteur, ayant traduit ce détail, a trouvé bon de marquer une pause dans le récit pour en développer la référence. En ce faisant, il précise la conception même qu’il avait de la quête :

  • 7 A. Combes imprime une partie de cette citation, tirée du ms. BNF fr. 122, dans Les Voies de l’avent (...)

Et le compte nous tesmoingne que au temps le roy Artus, en quel temps les aventures perilleuses furent trouvees, ne fu femme de sa science. Et la Vie Merlin, qui fu de la Prophecie aux Anglois, le tesmoingne. Et celle dame reclama Lancelot moult souvent, car elle l’avoit gardé et nourri ou lac, si comme vous avés ça arriere oÿ ou compte, aprés la mort le roy Ban son pere, qui Claudas desherita. Et ce desheritement estoit Lancelot souvent bien pres du cuer, mais il estoit tant seur du vengier que il sueffre l’attente sans grant travail. Dont il avient souvent en cuer d’omme vigueureux qu’il sueffre plus de vengier l’ennuy quant on lui a fait, et il s’en pense bien a vengier, que donc s’il n’en cuidoit avoir vengence. Et il si fist, si comme ly comptes tesmoingne ça avant. Il emprist la plus merveilleuse vengence avant sa mort, dont nulz homs oïst oncques parler, si tint puis son filz Galaad, dont li comptes vous dira ça avant, en aprés la mort Lancelot son pere toutes les marches de Galonne et le royaume de Benoyc, et toute la terre deserte Claudas, et si tint les Estranges Yslez Galeod. Et cil Galaad fu filz de la fille au roy Pelléz, qui fu oncles au Bon Chevalier et au seur en qui toutes guises de chevaleries furent espendues, si ot nom Perchevaus ly Galoys, et fu filz au roy Alain des vaulz de Camaalot. Et les pluseurs l’appelloient Pellesvaus pour l’amour du roy Pelléz son oncle, qui il ressembloit mieulx que nulle creature humaine. Icil Perchevaulx acheva les aventures que nul ne peüst achiever se il non. Et il fu puis couronnés en la grant Babiloine, si comme ly comptes nous diront. Et ot puis tout son vivant le precieux vaissel que on appelle Graal.7 (fol. 36a, 26-60)

  • 8 Voir, à ce sujet, Lot, Étude, pp. 29-62, qui récapitule la chronologie de tout le Lancelot.

C’est ici un passage précieux, car il est, à notre connaissance, unique : le personnage de Galahad, fils de Lancelot, a déjà été conçu, mais non pas comme héros du Graal. Le rédacteur clarifie ici sa référence précédente au seigneur du Graal : c’est bel et bien Perceval/Perlesvaus, qui ne figure pas encore comme personnage dans la version vulgate du Lancelot en Prose, mais qui est, de tout évidence, déjà né, pour le moins si on peut compter sur la première référence à lui, vers la fin de l’Agravain, et la chronologie qui en résulte.8

12Résumons donc. Loin d’éviter ou d’effacer des allusions à d’autres parties du Lancelot, comme l’avait affirmé Mlle Hutchings, notre mise en prose du roman de Chrétien a été soigneusement sertie dans le cadre du roman qui l’entoure. Mais il faut préciser que ces allusions, à une exception près, vont dans un sens unique : toutes les références à Lancelot seul se rapportent aux parties du texte qui précèdent la Charrette, sauf la mention de la mort de Lancelot et du fait qu’il aura un fils qui héritera de toutes les terres qu’il aura reconquises. Ce fils, dont la mère sera la fille de Pellés, s’appelle Galahad mais son rôle dans les parties à venir sera politique ou terrestre, et non pas mystique. Car c’est Perceval qui accomplira la quête du Graal.

13Revenons à la question de la composition de ce dérimage. Si on accepte l’hypothèse de Mlle Hutchings, il faut imaginer non seulement qu’un rédacteur du début du XIVe siècle ait voulu donner un peu de variété à une histoire trop connue en recherchant une version versifiée (qu’il aurait sans doute eu de la peine a comprendre), mais qu’il y insère des donnés sur la quête du Graal qui sont manifestement en désaccord avec le noyau du récit tel que l’ensemble de l’immense cycle en prose – à cette date tardive, histoire universellement connue – n’en finit de préciser, depuis la première branche, L’Estoire del Saint Graal, jusqu’à la conclusion de la Queste. C’est une hypothèse qui, à notre avis, n’est guère plausible.

  • 9 Ferdinand Lot, Étude sur le Lancelot en Prose, éd. augmentée, Paris, Champion 1954 [orig. 1918], p. (...)

14Il est ici nécessaire de revenir à un des grands débats qui a, depuis presque un siècle, préoccupé les éditeurs et les philologues désireux de résoudre ce qu’Albert Pauphil et a naguère appelé l’énigme du Lancelot-Graal. C’est Ferdinand Lot qui donna l’exposé le plus élaboré de cet énigme, qu’il appelle « une contradiction interne de l’œuvre » : Il s’agit d’une confusion apparente, au cours de ce très long roman, sur l’identité du héros du Graal. Dans les quelques références au Graal qui parsèment le premier tiers du Lancelot, il semble bien que le héros (s’entend : le seul héros) de la quête sera Perceval. Même Lot, qui s’attachait à l’idée de l’unité fondamentale du roman, thèse directrice de son ouvrage, était obligé d’admettre une évolution dans l’esprit de l’auteur tout au long de sa composition9 :

Il faut admettre que l’auteur du tome Ier est l’auteur des volumes suivants et de l’Estoire. Mais, quand il écrit le tome Ier [du Lancelot de l’éd. Sommer, donc le troisième tome de l’ensemble] il n’a pas encore arrêté son plan dans tons les détails... Il a inventé Pellès et compte en faire quelque chose, mais il demeure sous l’influence du Perceval de Robert de Boron, et il ne distingue pas encore le « roi pêcheur » (Pellès) du roi « mehaigné »... Comme l’auteur ne se permettra pas de dépouiller entièrement Perceval, sans doute par égard pour la « Trilogie », de Robert de Boron à laquelle il doit tant, il n’osera le disqualifier de but en blanc, au commencement de son œuvre. Il procédera prudemment, par étapes, pendant tout ce tome Ier et une bonne partie du tome II. ... Ces modifications, ces réticences, ces contradictions mêmes et les artifices employés pour les pallier, constituent la meilleure des preuves de l’unité d’auteur : nous saisissons notre homme dans le pénible travail d’élaboration de matériaux de toute provenance, disparates et peu cohérents qu’il avait à sa disposition.

Belle solution : la contradiction même démontre l’unité d’intention de l’auteur ! Ce qu’il est important de remarquer ici, c’est l’importance qu’accorde Lot à la trilogie de Robert de Boron ainsi que la prééminence du personnage de Perceval dans la tradition en vers (les continuations du Conte du graal) et en prose.

  • 10 Sous la direction générale du regretté Daniel Poirion, Gallimard publie dans la série de la Pléiade (...)

15Dans sa défense de l’unité du Lancelot, Lot envisageait certaines cibles spécifiques, dont le plus éminent fut sûrement H.O. Sommer, l’érudit suédois qui fut le premier (et qui reste, en automne 2007, le seul) éditeur à faire imprimer le cycle du Lancelot-Graal10. L’adhésion qu’a tout de suite gagné l’argument de Lot a fait oublier que Sommer, quant à lui, avait également abordé la question de l’unité de ce texte et ses contradictions. En 1909, dans l’introduction de son premier volume, Sommer avait postulé un développement par étapes du cycle : D’abord le Lancelot fut attaché à des mises en proses des deux romans attribuables à Robert de Boron, le Joseph et le Merlin, assorti d’une Quête-Perceval, aujourd’hui perdue. Ce n’est que par la suite que l’idée d’un Galahad, fils de Lancelot, prendra forme et remplacera Perceval :

When Syr Lancelot’s popularity had overshadowed that of Syr Gawain and of ail the other companions of the Round Table, some other unknown writer was of opinion that the moment had arrived for Perceval to cede his place-not to Lancelot, for his association with Guenever had disqualified him-but to Lancelot’s son Syr Galahad.
(Sommer, t. I, p. xvi).

Ce que décrit Sommer est un processus partagé par plusieurs auteurs, adaptateurs, ou compilateurs.

  • 11 Pauphilet, dans son édition de la Queste, et Hutchings par la suite, n’ont pas compris que ce « pro (...)

16Le point de vue de Sommer est secondé par J. Weston, qui suggérait plus explicitement que la version de la quête primitive qui s’attachait au Lancelot ne fut rien d’autre que le Perlesvaus. Son argument nous intéresse, d’autant plus que, sans connaître notre texte, elle souligne le fait que le Perlesvaus s’associe souvent avec la Quête-Galahad dans les manuscrits. En effet, chose étonnante et qui n’a jamais été remarquée, deux des huit manuscrits qui nous transmettent le Perlesvaus, en tout ou en partie (il n’y en a que deux qui le contiennent en entier), sont des manuscrits incorporant également la version dérimée de la Charrette, Aa et Ac ; dans ces deux manuscrits, les copistes ont transcrit la première branche du Perlesvaus juste avant le début de la Queste del Saint Graal.11 Par ailleurs, Weston fait remarquer que le colophon du ms. de Bruxelles (Bib. roy. ms. 11145), un des deux qui transmettent le Perlesvaus en entier, annonce une suite d’aventures de Lancelot, qui concerne notamment la reconquête de ses terres de Claudas :

Apres iceste estoire conmence li contes si conme brians des illes guerpi li rois artus por lanc’ que il namoit mie et conme il laseura li rois claudas qui le roi ban de benoic toli sa terre. Si parole cist contes conment il le conquist et par quel maniere et si com galobrus de la vermeille lande vint a la cort le rois artus por aidier lanc’. Quar il estoit de son lignage. Cist contes est mout lons et mout auentureus et poisanz. Mes li liures sen taira ore atant trusqua vne autre foiz. » (Nitze, v. I, p. 409).

  • 12 La relation chronologique entre le Lancelot et le Perlesvaus est, on le sait, très controversée (vo (...)

Il faut inévitablement se demander si l’annonce dans notre Charrette de la vengeance de Lancelot et de la consolidation politique de son fils Galahad n’est pas à comprendre dans sa relation avec le Perlesvaus, tout comme la discussion des deux noms « Perceval » et « Perlesvaus » dans ce même passage suggère un effort pour faire le pont entre deux traditions divergentes.12

  • 13 On soupçonne la circularité de l’analyse de Hutchings en lisant la phrase suivante : « Il semble, d (...)

17Lot, d’une part, et Sommer, de l’autre, posent les jalons démarquant les deux principales façons de comprendre la genèse d’un texte qui, dans le foisonnement de témoins manuscrits, démontre une variété bouleversante, mais la critique ultérieure ne se montre pas unanime dans son adhésion à l’une ou à l’autre. Le consensus « officiel, » représenté par les publications de Jean Frappier (dont la synthèse finale est l’article sur « Le cycle de la Vulgate » dans le GRLMA) et d’Alexandre Micha, éditeur du Lancelot, repose sur l’idée d’un génie (architecte pour l’un, auteur pour l’autre) responsable, sinon dans son exécution, au moins dans sa conception, de l’ensemble du cycle. En ce qui concerne notre Charrette et la fortune qu’elle a connue, il faut se rappeler que Hutchings, écrivant dans le sillage de Lot, se montrait totalement convaincue de l’unité d’auteur du Lancelot. La version dérimée, en net désaccord avec la thèse de Lot, s’attribue donc à un auteur tardif et finit par avoir sa valeur de témoin écartée.13 D’autres critiques récents ont, par contre, montré une nette tendance à donner raison à la thèse d’une multiplicité d’auteurs (qui n’est pas en fin de compte tout à fait incompatible avec celle d’un auteur anonyme dont les idées auraient évolué au fur et à mesure de sa composition du texte). C’est notamment le travail important de E. Kennedy qui a essayé de démontrer – enfin, en parfait accord avec les conclusions de F. Lot – que l’auteur, ou si l’on préfère, l’architecte du Lancelot-Graal a dû passer par plusieurs étapes avant d’arriver au scénario définitif qu’il adopte. C’est la seule façon de comprendre les quelques allusions dans la première partie du Lancelot qui font de Perceval celui qui accomplira la quête du Graal. Est-il possible que la composition de notre dérimage se place plutôt au début du XIIIe siècle et qu’elle représente une version précoce de la Charrette qui sera concurrencée, voire rendue caduque, par celle que nous appelons la version vulgate ?

18Les faits sont les suivants : le rédacteur du dérimage a parfaitement bien compris le roman de Chrétien. Sa conception de Perceval et de la quête s’associe avec les récits prédécesseurs du Lancelot : c’est-à-dire, le cycle du pseudo-Robert de Boron (modèle structural reconnu pour le Lancelot-Graal) et le Perlesvaus, qui tous les deux font de Perceval le fils d’Alain (dont le Perlesvaus, suivi par le roman en vers Le Chevalier aux deus espees, donne la précision « des Vaux de Kamaalot »). Il connaît aussi très bien le Lancelot jusqu’à la mort de Galehaut. Aucun élément dans notre rédaction ne suggère une connaissance de l’Agravain ou de la Queste dans la version vulgate qui se trouve dans tous les manuscrits existants.

19La thèse défendue par E. Kennedy, on l’a vu, propose une construction en plusieurs étapes de l’immense édifice romanesque : d’abord un Lancelot sans le Graal ; ensuite, une première étape dans l’introduction du Graal, qui explique la version longue de la Fausse Guenièvre, ainsi que les aventures qui mènent à la mort de Galehaut ; enfin, une deuxième étape qui découle de l’introduction de Galahad comme héros de la quête. Est-il invraisemblable de proposer l’hypothèse que la version de la Charrette transmise par nos trois manuscrits remonte au moins en partie à l’époque où le roman de Lancelot, jusqu’à la mort de Galehaut, était déjà écrit, sans que le reste du cycle ait été déterminée ? À notre avis, notre rédaction de la Charrette (que ni Micha ni Kennedy ne semblent avoir scrutée dans le détail) prouve le bien-fondé de cette conception de la construction du Lancelot-Graal,

20Il est important de se demander, au moins pour les deux manuscrits complets du derimage, Aa et Ac, pourquoi le scribe n’aurait pas altéré ou simplement enlevé les allusions à une Quête-Perceval, telles que nous les trouvons dans la Charrette dérimée, incompatibles avec le reste du cycle. Ceci, d’autant plus que ces manuscrits se distinguent par leur appartenance à un groupe de huit manuscrits à avoir transmis le cycle entier, depuis l’Estoire jusqu’à la Mort Artu. Comment a-t-on pu tolérer dans ces manuscrits luxueux, copiés au seuil du XVe siècle, la survivance de cette version, tellement en désaccord avec le reste, ainsi que le fragment du Perlesvaus comme introduction à la Quête du Saint Graal ? L’histoire complexe des compilations démontre une énormé variété dans les attitudes des copistes/compilateurs vis-à-vis de la transcription et de l’émendation de leur modèle, comme E. Kennedy l’a démontré de façon magistrale dans son article « The Scribe as Editor. » Là où certains copistes, attentifs à des contradictions dans leurs textes, ont systématiquement corrigé celles-ci, d’autres, plus passifs, c’est-à-dire plus respectueux de leur modèle, les laissent subsister. Il ne faut pas négliger une certaine circularité dans la logique qui préside à nos propres goûts dans l’affaire : Les compilateurs qui corrigent leurs modèles produisent des manuscrits qui sont plus consistents et donc plus attirants pour les éditeurs modernes, à cause de l’impression qu’ils donnent de l’unicité de l’ouvrage et de l’auteur. Si par contre cette unicité a tendance à masquer les étapes parfois chancellantes par lesquelles le texte a été constitué, elle donne également une idée falsifiée de cette construction qui, même si elle est due à un architecte de génie, n’en démontre pas moins les contributions d’une multitude de mains. C’est à la fidélité même de nos trois manuscrits à leurs modèles, notamment Aa et Ac, qui n’innovent guère l’un par rapport à l’autre, que nous sommes redevables d’avoir préservé ce texte discordant mais précieux pour notre compréhension du développement de cet immense cycle.

Notes

1 Gweneth Hutchings, éd., Le Roman en Prose de Lancelot du Lac : Le Conte de la Charrette, Paris, Droz, 1938.

2 Il s’agit du ms. BNF fr. 122 (auquel manque le premier tiers du dérimage de la Charrette, dû à la perte du premier volume du texte), daté dans le colophon du 29 mars 1345 (n.s.) (sigle : Ab) ; du BNF fr. 119, daté de la fin du XIVe ou du début du XVe siecle (sigle : Aa) ; et du ms. de l’Arsenal 3480, également daté de la fin du XIVe ou du début du XVe siecle (sigle : Ac).

3 Pour une mise au point récente de la situation historique des mises en prose d’Érec et Énide et de Cligés, voir Maria Colombo Timelli, éd., L’Histoire d’Érec en prose : Roman du XVe siècle, Genève, Droz, 2000, p. 15-19.

4 Nous citons le texte du dérimage d’après notre édition, « Le Conte de la Charrette : Version dérimée du Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes, » Romance Philology, vol. 57 (printemps 2004, paru 2006), 127-322. Les citations se réfèrent au folio du ms. de base, Ac, ainsi qu’à la colonne et à la ligne de la page manuscrite.

5 Cette possibilité est même plus convaincante si on considère que Vexplicit du manuscrit « Didot » du cycle en prose du pseudo-Robert de Boron (BNF, ms. fr., n. a. 4166, fol. 126c) est le suivant : « Ci fenist le romanz des prophecies Merlin… » (cité d’après The Didot Perceval According to the Manuscripts of Modéra and Paris, éd. William Roach, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1941, p. 279).

6 Toutes nos références au Chevalier de la Charrette correspondent à l’édition due aux soins de Charles Méla telle qu’elle paraît dans Chrétien de Troyes, Romans, Paris, LGF (La Pochothèque), 1994.

7 A. Combes imprime une partie de cette citation, tirée du ms. BNF fr. 122, dans Les Voies de l’aventure, Paris, Champion, 2001, p. 245.

8 Voir, à ce sujet, Lot, Étude, pp. 29-62, qui récapitule la chronologie de tout le Lancelot.

9 Ferdinand Lot, Étude sur le Lancelot en Prose, éd. augmentée, Paris, Champion 1954 [orig. 1918], p. 122-23.

10 Sous la direction générale du regretté Daniel Poirion, Gallimard publie dans la série de la Pléiade une nouvelle édition, en trois volumes, du Lancelot-Graal, dont le premier volume a paru en 2002 et le second, en 2003.

11 Pauphilet, dans son édition de la Queste, et Hutchings par la suite, n’ont pas compris que ce « prologue » à la Queste, particulier à ces deux manuscrits, provenait du Perlesvaus.

12 La relation chronologique entre le Lancelot et le Perlesvaus est, on le sait, très controversée (voir la défense pointilleuse de la priorité du Lancelot faite par F. Bogdanow, « Le Perlesvaus » in GRLMA 4 : 2, Heidelberg, Cari Winter, 1984, p. 43-67, ainsi que la synthèse équilibrée du DLF, p. 1130-31), mais n’a pas une très grande importance pour la question qui nous concerne ici car, de toute façon, notre Charrette présuppose l’existence préalable du premier tiers du Lancelot.

13 On soupçonne la circularité de l’analyse de Hutchings en lisant la phrase suivante : « Il semble, donc, que cette rédaction soit postérieure à la composition du tout, et cette conclusion est d’autant plus acceptable qu’elle se trouve appuyée par la théorie de M. Ferdinand Lot de l’unité de la composition de cette œuvre, le cycle du Lancelot-Graal. » (Hutchings, p. xlvii).

Auteur

University of California-Berkeley

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search