Versión clásicaVersión móvil

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

I. Normes et écarts

« Que reste-t-il de nos amours ? »

L’écriture ironique du roman au xve siècle

Florence Bouchet

Texto completo

  • 1 Cicéron, De Oratore, II, 269 : « C’est une ironie bien spirituelle que de déguiser sa pensée, non p (...)
  • 2 Donat, au IVe s., définit l’ironia comme tropus per contrarium quod conatur ostendens, qu’il rappro (...)
  • 3 Cf. A. Serper, ibid., p. 17.
  • 4 Cf. P. Haidu, « Au début du roman, l’ironie », Poétique, 36, 1978, p. 443-466 et Aesthetic Distance (...)

1Le concept d’ironie fut défini dès l’Antiquité dans le cadre de la rhétorique. Le Moyen Âge a pu en hériter à travers des auctoritates comme Cicéron ou Quintilien1. De fait, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge, grammairiens, encyclopédistes et auteurs d’arts poétiques se relaient à son sujet : Donat, Isidore de Séville2, Hugues de Saint-Victor (De Grammatica), Matthieu de Vendôme (Ars versificatoria), Geoffroy de Vinsauf (Poetria nova)3. Cette tradition rhétorique autorise à retrouver dans la littérature médiévale les traces de cet enseignement scolaire. Et sans attendre le XVe siècle, les critiques n’ont pas manqué d’analyser, entre autres, l’ironie de Chrétien de Troyes4. Pourtant, un ton inédit semble se faire entendre dans le roman médiéval tardif, où résonnerait une ironie au second ou au troisième degré (l’ironie étant par définition déjà affaire de second degré) qui s’établit corrélativement au roman antérieur, « classique » menacé d’obsolescence. Grosso modo, on passerait d’une ironie constructive, ornement stylistique au service de la caractérisation psychologique, à une ironie dysphorique, démythifiante quant à l’héritage romanesque.

  • 5 La bibliographie théorique des dernières décennies est pléthorique, témoin plusieurs numéros de la (...)
  • 6 Je laisse de côté le sens particulier que prend l’ironia dans le cadre de la théologie médiévale : (...)

2Cette longue tradition rhétorique souligne la subtilité d’un concept dont on n’a pas fini de démonter tous les ressorts5. Mon ambition se bornera à situer l’ironie dans l’écriture du roman au XVe siècle et à en dégager les effets de sens. Il convient encore de préciser que l’ironie ne relève pas exclusivement de la rhétorique ; sa complexité et son intérêt se vérifient à ce qu’elle concerne aussi la linguistique de l’énonciation, la narratologie, la philosophie, pour ne citer que les champs les plus évidents6. La polyvalence pragmatique de l’ironie tient peut-être à son sens originel, eirôneia : « interrogation ». En ce sens « le philosophe ironise », dit Socrate. Le romancier aussi, et mon hypothèse est que le romancier de la fin du Moyen Âge le fait d’autant plus qu’il a un contenu romanesque antérieur à mettre en question, à une époque de crise et de doute quant au réel et aux moyens de le nommer (effets de la guerre de Cent Ans et de la pensée nominaliste), crise qui affecte le fond (courtois) comme la forme (l’ambiguïté du langage).

  • 7 Introduction à la vie littéraire du Moyen Âge, Paris, Bordas, 1969, p. 199.
  • 8 Éditions de référence : Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard / trad. M. Quereuil, Paris, LGF, 1995 ; (...)

3Dans cette perspective, il y a lieu de réviser un préjugé qui a longtemps prévalu contre la littérature du Moyen Âge tardif et qu’on trouve parfois même sous les meilleures plumes, telle celle de P.-Y. Badel : « Il est clair qu’après 1250 on n’invente plus guère dans le domaine de la forme romanesque. Les romanciers exploitent les facilités du roman en prose et du roman allégorique »7. Les romanciers tardifs reprennent certes un horizon formel et fictionnel, mais ils ne l’endossent pas sans révision critique : les voilà ironiques, non pas iréniques. Pour étayer mon propos et approfondir ces réflexions liminaires, j’ai choisi deux romans voisins dans le temps et l’espace culturel : Jehan de Saintré d’Antoine de La Sale (1456), ancien précepteur de Jean de Calabre, fils de René d’Anjou, auteur, lui, du Livre du Cœur d’amour épris (1457). Le premier situe sa fiction, par un effet de trompe-l’œil historique, sous le règne de Jean II le Bon (1350- 1364), et croise les modèles du Lancelot en prose et du genre alors en vogue de la biographie chevaleresque. Le second est un prosimètre allégorique qui relate un rêve de l’auteur combinant ouvertement les modèles de la Queste del Saint Graal et du Roman de la Rose. Quelle est la dette de nos romanciers envers des modèles aussi prestigieux, qu’advient-il de ces derniers dans le travail de recontextualisation ? Sans prétendre à l’exhaustivité, je discernerai dans l’écriture de ces romans8 divers niveaux où peut se manifester l’ironie, au principe de laquelle je postule un décalage plus ou moins accusé entre l’énoncé (le signifiant) et l’intention (le signifié), le plus fort degré de cette posture énonciative étant, comme on sait, l’antiphrase.

Les masques du narrateur

  • 9 « Problèmes de l’ironie », dans Linguistique et Sémiologie, Travaux du Centre de recherches linguis (...)
  • 10 L’ironie, Paris, Flammarion, 1964, «Champs» n° 66, p. 60.
  • 11 Dans la rhétorique de l’adresse des romanciers tardifs à leurs lecteurs, l’entendement de ces derni (...)

4Le narrateur, maître du récit, est également le maître du jeu ironique. Dans nos deux romans, il relate un apprentissage sentimental, qui suppose de la part du héros, au moins à ses débuts, une plus ou moins grande dose de naïveté et d’inexpérience. Même solidaire du destin de son héros (et pour cause, concernant René d’Anjou, dont le Cœur est le double onirique), il peut manifester dans le récit son omniscience pour dénoncer les illusions du personnage. L’ironie apparaît dans l’écart entre la réalité et l’apparence mal perçue des choses, ou bien entre le présent et l’avenir. Pour être appréciée, l’ironie doit être partagée par le narrateur avec son lecteur. Comme l’ont noté la plupart des analystes, « le décodage de l’ironie met en œuvre, outre leur compétence linguistique, les compétences culturelles et idéologiques des partenaires de l’allocution » (C. Kerbrat-Orecchioni)9. S’instaure une bonne conscience commune au narrateur et au lecteur face aux êtres et aux événements de la diégèse : « l’ironie ne veut pas être crue, elle veut être comprise. C’est-à-dire interprétée », précise V. Jankélévitch10. Le roman rend compte des différents niveaux possibles d’un rapport au monde : le personnage croit, le narrateur écrit qu’il cuide, et le lecteur comprend. L’ironie appelle donc la collaboration intelligente du lecteur, et l’on peut se demander si l’attitude ironique ne se développe pas, dans les narrations tardives, parallèlement à l’essor de la lecture individuelle du public laïc précisément visé par ces narrations11.

5Dans le Livre du Cœur d’amour épris, le regard distancé du narrateur signale dès le début la présomption du Cœur, vexé d’être arrêté par une femme (Espérance, heureusement) alors que « tant bien cuidoit estre si vaillant et si preux que non pas seulement deux chevaliers l’eussent peu en ce point arrester » (p. 102). Le Cœur s’identifie au chevalier errant idéal mais le narrateur démythifie ce modèle romanesque en soulignant, non sans humour, les peines physiques ressenties par l’intrépide héros. Inconfort du coucher, manque de sommeil, faim, soif, froid : autant de notations réalistes, voire prosaïques, qui à intervalles réguliers viennent décaper l’idéalisme de l’allégorie. Comble de l’ironie – et effet de la personnification : le Cœur, au cours de la traversée qui doit le mener à l’île d’Amour, est pris d’un violent mal au cœur...

6Le narrateur du Livre du Cœur d’amour épris dévoile ici ou là au lecteur la vérité, tout en ironisant sur la naïveté des protagonistes qui n’ont su interpréter correctement des signes pourtant évidents :

Or dit ly contes que quant les damiseaulx ouÿrent ainsi parler la vieille nayne [Jalousie], que ilz la creurent et adjousterent foy a ce qu’elle leur disoit, non obstant que bien leur sembloit qu’elle fust d’yre et de maltalant esprise ; niais ilz ne pensoient pas que ce fust pour eulx et cuidoient qu’elle parlast en bonne foy (p. 120).

7La formule canonique « Or dit li contes » devient le masque impassible derrière lequel le narrateur peut sourire de ses personnages. Même instruits par la mésaventure de la fontaine de Fortune, le Cœur et Désir ne comprennent pas à quel point Jalousie les a fourvoyés, si bien que le narrateur intervient de nouveau :

Si s’en ryoient entre eulx et parloient de la vielle nayne qui ainsi les avoit trompez, et regarderent tousjours autour d’eulx s’ilz verroient point le manoir de Bon Repos qu’elle leur avoit dit, mais c’est pour neant, car elle leur avoit menty (p. 134).

  • 12 On pourrait multiplier les exemples. Cf. J.-C. Mühlethaler : « Les failles se multiplient à mesure (...)

8De façon analogue, il récuse d’emblée l’efficacité protectrice du « haubert de plaisance » vantée par Désir au Cœur : « pas ne fust ainsi, car depuis mainteffoiz et souvent parmy le haulbert fut blecié et nafvré » (p. 94). Le topos des armes merveilleuses s’en trouve désactivé, signalant un écart ironique avec la tradition. Au § XXXVI, une simple parenthèse proleptique « comme il fist depuis » (p. 174) suffit à dénoncer la naïveté du Cœur, au moment où il croit obtenir de Courroux un serment d’allégeance sincère. Le narrateur tire aussi parti de l’alternance des discours en vers et du récit en prose : Courroux se soumet au héros (v. 553-566) mais la narration encadrante précise que Tristesse « s’en pense vengier en autre maniere » et que « autre chose pensoit qu’elle ne disoit » (p. 176). Le lecteur comprend que l’offre d’hospitalité de Tristesse est fallacieuse ; de fait, le Cœur tombe immédiatement après dans un piège. Plus avant dans le récit, le lecteur, désormais habitué à la perspective ironique, n’a plus besoin d’être explicitement éclairé par le narrateur. La description, suivie de la réaction inadéquate des personnages, suffit à provoquer l’intelligence ironique du lecteur. Ainsi, le chemin qui mène à l’hôpital d’Amour est aisé car foulé par maints visiteurs, mais le Cœur et ses compagnons ont tort de se sentir « resconfortez » à cette vue (p. 282) : cette facilité est de mauvais augure puisqu’elle suggère que le héros va, sans le savoir encore, grossir le nombre des éclopés d’amour qui ont défilé à l’hôpital12.

  • 13 Je diverge sur ce point de l’avis de V. Crosby : « The narrator remains apparently unaware of any d (...)
  • 14 L’auteur recontextualise ici un enseignement déjà exposé dans son manuel La Sale (chap. 12, De l’am (...)

9Le narrateur de Jehan de Saintré est plus discret, non moins efficace13. Cette discrétion peut même s’entendre comme l’une des formes de l’ironie, la dissimulatio. L’entrée dans la fiction s’effectue sous ce mode, dans le portrait de Belle Cousine (chapitres 3-4) : cette jeune veuve ne veut point se remarier « pour sembler aux vrayes vesves de jadiz » (p. 38), point de vue qui offre au narrateur l’occasion de glisser toute une série de références érudites aux autorités antiques sur la question14. La substitution de cette digression érudite aux motivations psychologiques attendues sur le personnage (nulle mention de son chagrin) ainsi que le verbe « sembler » introduisent un doute sur la sincérité de la veuve. L’exemple de Didon est censé illustrer le veuvage vertueux, mais il est tronqué, le lecteur médiéval sachant bien que Didon succomba au charme d’Énée après avoir perdu son époux. Le cadrage ironique de l’exemple invite donc à décoder un non-dit minant l’intégrité du personnage. Ce sentiment est accru par le contraste burlesque qu’introduit ouvertement le dernier exemple, celui de la veuve aux vingt-deux maris. Le type de la veuve vertueuse s’inverse en veuve joyeuse, et la présentation de Belle Cousine est définitivement affectée d’un coefficient d’ambiguïté. L’anonymat soigneusement préservé de la dame jette aussi un doute sur les raisons qui président à cette précaution : « de son nom et seignourie l’ystoire s’en taist, a cause de ce que aprés pourrez veoir » (p. 38).

  • 15 L’emploi insistant de « farser », « rire » et « sourire », à partir du chap. 7, en est révélateur.
  • 16 Cf. p. 50, 58, 88.

10À partir de là, le lecteur apprend à considérer ironiquement Belle Cousine, dont la duplicité est un instrument de pouvoir en même temps qu’un trait de caractère qui la définit fondamentalement comme personnage ironique, dont le comportement apparent ne correspond pas à l’intention. Non sans perversité, elle va s’employer à enrôler le petit Saintré (page de treize ans au début de l’histoire) comme servant d’amour alors qu’il n’a pas la moindre idée de ce qu’est l’amour courtois. Son manège consistant à presser Saintré de questions qui ne sont pas de son âge sur l’identité de sa « dame par amours », sachant qu’il les comprendra de travers, révèle une forme de sadisme ironique15. L’ingénuité de Saintré est soulignée par le narrateur à travers l’emploi récurrent du qualificatif « povre »16, où la compassion se teinte d’amusement. Lorsque le pauvre Saintré, donc, réussit à s’échapper de la chambre où Belle Cousine et ses suivantes l’ont piégé, le narrateur souligne d’une comparaison hyperbolique l’émotion du garçon : « lors commencha tant qu’il poeut a fouir, comme se il fust de cincquante loupz chassiez » (p. 50). Ailleurs, la naïveté enfantine de Saintré apparaît d’elle-même, à travers le contraste, dans l’énoncé, entre le constat du page, qui vient de recevoir de sa protectrice une bourse, et la conclusion qu’il en tire : « Et quant il la veit sy belle et les .xij. escus dedens, lors commença en son cœur lajoye telle qu’il ne penssoit pas estre mains riche que le roy » (p. 114). Le lien qui s’instaure entre deux personnages aussi disparates repose donc sur un malentendu dont la portée est nécessairement ironique.

11Thématiquement, et sans que le narrateur n’ait à forcer systématiquement le trait, l’ironie envahit le roman. Dévoiement du secret courtois, Belle Cousine en vient rapidement à enseigner à Saintré la dissimulation et le mensonge : la vie curiale requiert un apprentissage de la feinte, c’est encore un mode de vie ironique. La stratégie ironique du narrateur se double d’un enjeu moral.

12Aussi le narrateur met-il en évidence l’ironie de situations où un personnage est partagé entre son for intérieur et l’apparence courtoise qu’il doit offrir aux autres :

Madame, qui pas sy grant semblant que les aultres n’en faisoit, touteffoiz par la grant joye de son cœur tenir ne se puest que devant trestous vers lui ne s’approchast (p. 390).
[...] en riant [Saintré] leur demanda comment chascun estoit content de sa dame. Hellas ! mais il ne dist pas de la scienne, ne de la feinte doleur que son triste cœur portoit. (p. 408)

Il peut ailleurs souligner le décalage des pensées de Belle Cousine et de Saintré, au moment où ce dernier, après sa dernière « emprise » (de trop aux yeux de Belle Cousine), va retrouver sa dame qui l’a trompé avec damp Abbé :

Alors le bon chevalier, qui encores es faulses amours de Madame n’avoit riens sceu ne penssé, tant que cheval povoit gallopper, ne penssant jamais veoir l’eure que sa tresrebelle dame il peust veoir, et quant il le aperçust, le cuer tout ravy de joye, ainssy jolis que il et tous ses gens estoient, brocha son tresbel et fringant destrier des esperons, droit a elle, (p. 470)

Il se fera fort mal recevoir (« A ! sires, que le tresmal venu soyez vous ! », p. 470).

  • 17 Le narrateur a déjà introduit une forme de suspense par les prolepses à l’articulation des chap. 33 (...)

13Le procédé de la prolepse ne fonctionne pas exactement comme chez René d’Anjou. Il ne dévoile pas explicitement un avenir contraire aux illusions présentes du personnage mais le laisse deviner au lecteur : l’annonce « Que vous diroye ? Ilz furent ainssy par quinze mois » (p. 396) invite à comprendre ironiquement, dans la phrase qui suit, que ces amours, pour être apparemment parfaites, ne sont pas éternelles : « Et atant laisseray cy a parler de leurs amours, qui furent sy tresloyalles et secretes que oncques plus loyalles ne mieulx conduittes en ce monde ne fust » (p. 396)17.

14L’épisode des nouvelles amours de Belle Cousine à l’abbaye est en soi suffisamment scabreux pour que le narrateur n’ait pas à exprimer de jugement : « Et par ainssi tout cet Karesme passa le temps joieusement », conclut-il, faussement impassible (p. 446). Ou bien le décalage entre discours direct (damp Abbé proposant « un peu de collacion » à Belle Cousine, p. 436) et récit (suit une énumération sur douze lignes de mets divers « en façon de bancquet », p. 438) dénonce ironiquement le péché de « gloutonnie ».

Une esthétique du contrepoint

  • 18 Op. cit., p. 54.

15Comme le note V. Jankélévitch, « l’ironiste [...] est une bonne conscience joueuse qui peut tour à tour faire et défaire, évoquer et révoquer »18. Dans le roman, cette bonne conscience est celle du narrateur jouant de sa fonction de régie : il confère au récit une structure ironique en provoquant à distance divers effets d’écho et de renversement. Alors que la bipartition des romans de Chrétien de Troyes prenait un sens positif dans la trajectoire d’apprentissage du héros, traduisant le dépassement de la crise personnelle et un progrès qui aboutit au succès final, nos deux romans usent de la bipartition ou d’effets de symétrie pour signifier une dégradation qui mène le héros à l’échec.

16La construction entière du Livre du Cœur d’amour épris relève d’une esthétique du contrepoint qui invite à s’interroger sur la réversibilité des signes. Des scènes se font écho sur le mode de l’antithèse : le château du tertre Dénué-deliesse (§ XLIV) est un anti-château de Plaisance ; l’eau de la fontaine de la cour du château de Plaisance (§ CXXXIII) est aussi claire et agréable que celle de la fontaine de Fortune est noire et immonde (§ XV). Tristesse invite le Cœur à visiter de « merveilleux ediffices » (p. 180), fallacieuse anticipation des merveilles que le héros découvrira sur l’île d’Amour. Ce jeu sur les motifs, traités tantôt en positif, tantôt en négatif, est bien dans l’esprit d’un XVe siècle préoccupé par l’ambivalence des signes.

  • 19 Saintré résume lui-même son histoire sous la forme d’une « nouvelle » (chap. 174-176, où le mot app (...)
  • 20 « Et atant laisseray cy a parler du congié que ilz ont prins, et de leur voiage, ou ilz vont en la (...)

17On a souvent relevé la bipartition de Jehan de Saintré, dans lequel la critique voit la succession d’un roman chevaleresque (relatant l’apprentissage et la carrière de Saintré sous le contrôle de Belle Cousine) et d’une nouvelle scabreuse (amorcée au chapitre 138 par les amours de Belle Cousine avec damp Abbé, en gros le dernier cinquième du roman)19. Une telle construction opère le renversement ironique de toutes les certitudes et valeurs primitivement établies. Tout l’enseignement dispensé par Belle Cousine à son jeune protégé, mêlant règles courtoises et dogmes chrétiens (chapitres 9-26), fournit au lecteur l’outil ironique qui lui permettra de juger le comportement ultérieur des personnages. À l’articulation des deux parties du roman, la reprise du procédé de transition narrative bien connu de l’entrelacement20 prend une valeur ironique en ce qu’il révèle au lecteur, dans l’intervalle du départ de Saintré pour Cologne et de son retour à la cour, la trahison de Belle Cousine. Le contraste entre les illusions chevaleresques de Saintré et la rouerie de sa dame n’en est que plus sensible. La bonne foi de Saintré peut alors être réévaluée par le lecteur avec un recul ironique même lorsque le narrateur reste neutre.

  • 21 Comparer leurs portraits respectifs, p. 424 et 36.
  • 22 On voit aussi réapparaître dans cet épisode le motif ironique de la « farse » (p. 474, 486, 488) ai (...)
  • 23 Belle Cousine le sait pourtant bien, elle qui affirmait au petit Saintré que « la personne oyseuse (...)
  • 24 Les allusions scabreuses sont d’autant plus aisément décodables qu’elles ont été popularisées par l (...)
  • 25 Le public du XVe s. ne s’y trompe pas, comme le montre l’une des miniatures du ms. 9457 de la Bibli (...)
  • 26 « Alors la porte fut close », p. 44 ; « puis fust close la porte », p. 442.

18Damp Abbé lui-même apparaît comme un double burlesque de Saintré21 et il s’est acquis sa charge par simonie, faute pourtant stigmatisée dans la leçon de Belle Cousine (p. 70). La lutte en deux temps qu’il impose à Saintré parodie les « emprises » chevaleresques bipartites (à cheval puis à pied) dans lesquelles Saintré s’est illustré22. La vie dissolue de l’abbé et de Belle Cousine enfreint tous les préceptes enseignés plus haut par celle-ci. Les péchés capitaux sont allègrement commis : la « gloutonnie » (aggravée du fait que les amants se régalent en période de Carême) et son corollaire presque obligé, la luxure23. La confession privée de Belle Cousine par damp Abbé (chapitre 145) signe le point d’orgue de leur idylle vulgaire : l’ironie passe par le détournement lexical, le vocabulaire de la religion (« gaignier les pardons », « se confesser », « [donner] l’absolucion ») se chargeant de connotations érotiques24. L’ambivalence ironique gagne le verbe « baiser » (embrasser / copuler) : « par charité la baisa tresdoul-cement » (p. 444), où l’on comprend ce qu’il faut entendre par cet amour de charité25... Cette confession apparaît donc comme la transgression ironique du « devoir de confession » doctement prêché par Belle Cousine à Saintré (p. 98), et comme le contrepoint ironique de la scène au cours de laquelle Belle Cousine avait insidieusement persuadé le petit Saintré de se mettre à son service (« le ay je bien longuement confessé ? », concluait-elle à l’adresse de ses suivantes, p. 110). Dans les deux scènes, la configuration à huis clos26, installant le lecteur en position de voyeur, prend une charge ironique supplémentaire.

  • 27 Au moment de frapper damp Abbé tombé en sa puissance, Saintré se souvient certes de saints enseigne (...)
  • 28 P. 82-84. Ces règles reprennent les articles d’un décret de Philippe le Bel publié en 1306.
  • 29 Réplique ironique du repas auquel damp Abbé avait convié Saintré et qui s’est soldé par la défaite (...)
  • 30 Mais l’ironie du sort n’existe pas dans le roman, puisque le destin des personnages est agencé par (...)

19Mais Saintré lui-même ne sort pas indemne des effets de miroir ironiques. Lorsque, désillusionné, il décide de se venger, lui aussi oublie les pieux enseignements reçus au début de son apprentissage. Il contrevient aux « œuvres de misericorde » (« les vices d’aultrui celler, les injures supporter », p. 96), se met en colère malgré ce qui a été dit du « pechiet [...] de ire » au chapitre 1127. Le combat qu’il impose à son tour à damp Abbé n’est guère plus loyal que la lutte où il a été défait et n’est pas conforme aux règles des « batailles par querelle » exposées par Belle Cousine au chapitre 1828. Saintré va également recourir à la dissimulation ironique du jeu de mots : la « grant pacience » promise à l’abbé (p. 502) désigne à la fois un bon repas29 et une sévère correction. Belle Cousine, assistant à la déconfiture de l’abbé, tentera en vain de reprendre son ascendant sur Saintré en lui intimant « nous voullons et commandons » (p. 508), formule qui avait scandé le sermon adressé à son jeune protégé (chapitres 20 sq.). Puis la punition infligée à Belle Cousine suit un scénario ironique. La voilà confrontée à un tribunal féminin qui va statuer sur son sort (chapitres 176-177), situation qui fait pendant au chapitre 8 où les suivantes de Belle Cousine jugeaient Saintré, coupable de n’avoir toujours pas nommé sa dame. D’une scène à l’autre, Belle Cousine et Saintré permutent dans les rôles d’accusé et d’accusateur. Un détail vestimentaire tisse un écho supplémentaire : le petit Saintré essayait de se donner une contenance face aux femmes qui le harcelaient en tortillant le bout de sa ceinture (p. 46) ; c’est en rendant à Belle Cousine la ceinture bleue qu’elle n’est plus digne de porter (p. 526) que Saintré révèle sa vilenie à la cour. Comble de l’ironie30, Belle Cousine avait prévu elle-même son châtiment en citant dans sa leçon à Saintré une ballade dénonçant ceux qui n’aiment pas loyalement « en ung tout seul lieu » et les condamnant à être « par tout diffamez » (p. 60-62).

  • 31 On n’en a livré que les principaux exemples ; cf. V. Crosby, op. cit., p. 74.

20Le roman de La Sale programme donc sa relecture ironique et mise sur la mémoire du lecteur, capable d’entendre, jusque dans d’infimes détails, les nombreux échos ménagés d’une partie à l’autre31.

  • 32 Cf. p. 530, n. 125. Le motif de la tombe prédestinée renvoie à Lancelot, le meilleur chevalier du m (...)

21L’issue de nos deux romans jette un regard pessimiste sur la viabilité du couple courtois. Dans le Livre du Cœur d’amour épris, le héros renonce ouvertement à l’amour, demandant humblement à dame Pitié « que pour Dieu le menast a l’ospital d’Amours, car la vouloit finer le remenant de ses jours en prieres et oraisons » (p. 496). Ce renoncement reste implicite au terme de Jehan de Saintré : le narrateur évoque la brillante carrière chevaleresque ultérieure du héros jusqu’à sa mort (p. 528), d’où les femmes et l’amour sont absents. La figure du parfait chevalier est en passe de s’affranchir du carcan courtois, ce que confirmeront bientôt des romans comme le Livre des faits de Jacques de Lalaing (qui s’inspire partiellement de Jehan de Saintré) et le Jouvencel de Jean de Bueil. La pieuse mort de Saintré devenu « le plus vaillant chevalier [...] du royaume de France » (p. 528) et l’évocation de sa tombe entérinent le deuil de la figure légendaire de Lancelot, autre modèle romanesque à travers lequel peut se lire le personnage de Saintré32. L’amour courtois apparaît finalement comme une relation sinon impossible, du moins foncièrement ironique du fait d’un irréductible décalage psychique entre les partenaires. Le couple uni, symbiotique, n’existe pas, ou temporairement. Il est faillé, distendu entre deux désirs non coïncidents. L’échec final de la relation ne revient pas à dire que l’amour n’existe pas mais qu’il n’est peut-être rien d’autre que ce curieux projet dont Jacques Lacan dira qu’il consiste à vouloir donner à l’autre ce qu’on n’a pas et dont il ne veut pas...

L’ironie allégorique

22L’ironie, dans la tradition rhétorique latine, est l’un des tropes de l’allégorie, en tant qu’alieniloquium. Le travail opéré sur les métaphores et les personnifications topiques de l’allégorie contribue donc aussi à la révision critique de la tradition, principalement dans le Livre du Cœur d’amour épris. La dissociation du moi de René d’Anjou entre le Cœur et Désir fait de l’individu un être faillé, ironiquement miné (l’individu étant étymologiquement ce qui ne peut être divisé). De fait, Désir ne se prive pas d’amicales moqueries envers le Cœur, irritant la susceptibilité de ce dernier (v. 271-286, 817-828, 1035-1048). Il fait ainsi figure d’instance de distanciation ironique par rapport au moi amoureux incarné par le Cœur ; il le juge mais ne l’aide pas toujours quoiqu’il soit censé le guider (il se garde par exemple de le secourir dans son combat contre Souci), voire l’induit en erreur (auprès de la fontaine de Fortune, il rejoue la figure du tentateur en l’incitant à boire). Finalement, Désir, qui « souvent embrasse plus qu’il ne peut estraindre » (p. 486), pousse le Cœur à réclamer de Douce Merci plus qu’un baiser, fatale erreur ! Il nous est ainsi suggéré qu’il ne suffit pas de désirer pour être aimé. L’ambivalence fondamentale du « plaisir » amoureux est signifiée par son dédoublement allégorique en une personnification adjuvante du héros (§ XLIV) et un obstacle sous forme de rivière (§ LVII). Un autre dédoublement s’opère au sujet de Plaisance : vu l’inefficacité du « haubert de plaisance », on peut se méfier de l’éclat aveuglant du château de Plaisance où demeure Amour (§ CXXX : l’éblouissement éprouvé manifeste une admiration qui se retourne en aveuglement, en sorte que l’obscurcissement de la vue à l’entrée du château peut être interprété comme un présage d’échec pour le Cœur).

  • 33 Le travail intertextuel fait se croiser l’ironie et la parodie ; cf. J.-C. Mühlethaler, « Récriture (...)
  • 34 Cf. mon introduction au Livre du Cœur d’amour épris, p. 29.
  • 35 Cf. ibid., p. 29-30.

23Au niveau intertextuel33, plusieurs personnifications dont Guillaume de Lorris avait dépeint la perfection dans le Roman de la Rose se voient dépouillées d’une partie de leur grâce ou de leur pouvoir34. A fortiori, la duplicité des personnifications adverses du Cœur se prête à des énoncés ironiques, en particulier sous forme d’oxymores allégoriques qui fonctionnent comme des signaux d’alerte indiquant au lecteur des péripéties que le naïf héros ne pressent pas35.

  • 36 Désir, aux v. 327-328, cite presque explicitement les v. 3-4 du Roman de la Rose.

24Le moment du réveil de l’auteur, qui signe l’abandon de l’allégorie avec le retour de la fiction onirique à la réalité, est un moment de désillusion supplémentaire, nouveau moment de distanciation ironique : le chambellan de René constate l’inanité du songe de son maître, honteux de s’être laissé émouvoir. Contrairement à ce qu’affirmait Guillaume de Lorris36, les songes ne seraient-ils que mensonge, et l’amour une chimère ?

25Alors que dans le Livre du Cœur d’amour épris le réalisme vient corroder l’idéalisme allégorique, dans Jehan de Saintré, le vocabulaire de l’allégorie, ponctuellement réintégré dans une narration prosaïque, prend un sens ironique particulier. L’exemple le plus démonstratif est la scène de l’innamoramento entre Belle Cousine et damp Abbé. Le narrateur détourne les métaphores les plus convenues de la tradition courtoise :

Leurs yeulx, archiers des cuers, peu a peu se commencerent l’un cuer a l’autre traire, et tellement que les piez, couvers de la treslarge touaille jusques a terre, s’encommencerent de peu a peu l’un a l’autre touchier, et puis l’un sur l’autre marchier. […] Lors recommencerent leurs archiers d’amours plus fort a traire, et de leurs piez l’un sur l’autre marchier que oncques n’avoient fait. (p. 432-34)

  • 37 Infraction ironique à l’un des conseils de bonne conduite formulés par Belle Cousine : le « vray am (...)

26Le sentiment noble et élevé de la doctrine courtoise est subverti par un désir grossier et sensuel : symboliquement, le mouvement du haut (la communion par les yeux) vers le bas (de vulgaires jeux de pieds échangés sous la table37) traduit la dégradation de l’amour à laquelle le lecteur, voyeur une fois de plus, assiste. Dégradation confirmée lorsque « nature » inspire un bel appétit à Belle Cousine lors de la « collation » alors que « le traittre dieu d’amours a son disner l’avoit sy fierement assaillie que de ses amoureux dars l’eust de mangier toute remplie » (p. 438). Ce contraste ironique rappelle que les personnages sont des êtres de chair et de sang, mus par des appétits bien physiques, et non plus des amants éthérés voués au respect de l’idéal courtois et des belles manières. Plus largement, on peut dire que Jehan de Saintré ironise sur la tradition issue du Roman de la Rose dans la mesure où Belle Cousine utilise fallacieusement les conventions de la in’amor pour assujettir Saintré ; elle dénature l’expérience courtoise en une sorte de libertinage, mode de séduction ironique par ce qu’il implique de calcul.

27Enfin, sur nos deux romans plane l’ombre inquiétante de Fortune, particulièrement présente dans l’imaginaire de la fin du Moyen Âge, et puissance ironique par excellence, en ce qu’elle fait du présent la semblance illusoire d’un avenir contraire.

28L’ironie, dans nos romans, est donc protéiforme : l’ironie rhétorique est bien sûr présente, mais aussi une ironie de situation et de caractère. Sous ces différentes facettes, elle prend sens dans une perspective intertextuelle, en ce qu’elle détourne ou contredit des procédés et des valeurs centraux du roman courtois antérieur. Le « romanesque », au sens de « sentimental », en prend un coup : l’amour courtois est démythifié. Mais la technique romanesque, l’écriture du roman, sort revigorée de cette expérience décapante. L’ironie, au XVe siècle, ne se cantonne certes pas dans le roman : les farces, les nouvelles, l’univers poétique de Villon ou de Charles d’Orléans (au moins pour une part) se caractérisent par un ethos ironique. La longueur du roman avive toutefois la présence de l’ironie, qui peut devenir un outil structurel faisant du roman un système réflexif critique. Éthiquement, l’ironie romanesque est le corollaire didactique de la mélancolie dont on caractérise volontiers le XVe siècle. Le romancier prend ses distances vis-à-vis des grandes figures héroïques du XIIIe siècle sur lesquelles prennent encore modèle ses personnages. Mais c’est pour mieux se rapprocher du lecteur, désormais impliqué dans une forme de connivence. Tous les romans du XVe siècle ne sont pas pour autant ironiques, nombre d’entre eux cultivent une forme de refuge plus ou moins complaisant dans le passé (arthurien, notamment). Pour qu’advienne l’ironie, il faut que le roman, à l’instar du genre émergent de la nouvelle, situe la diégèse dans le présent, ou au moins un passé récent qui n’excède pas la mémoire historique du public. En définitive, l’ironie c’est la littérature au présent, un présent dans lequel certains discernent les prémices du roman moderne.

Bibliografía

Références bibliographiques

Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard et trad. M. Quereuil, Paris, LGF, 1995.

Badel (P.-Y.), Introduction à la vie littéraire du Moyen Âge, Paris, Bordas, 1969.

Bouchet (F.), Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles. Pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008.

Casagrande (C.) & Vecchio (S.), Les péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991.

Les Cent Nouvelles nouvelles, éd. F.P. Sweetser, Genève, Droz, 1966.

Crosby (V.), « Ironie Ambiguity in La Sale’s Petit Jehan de Saintré », Fifteenth Century Studies, 1, 1976, p. 71-82.

Dupriez (B.), Gradus. Les procédés littéraires, Paris, UGE, 1980.

Haidu (P.), « Au début du roman, l’ironie », Poétique, 36, 1978, p. 443-466.

– , Aesthetic Distance in Chrétien de Troyes : Irony and Comedy in “Cligès" and “Perceval”, Genève, Droz, 1968.

Hamon (P.), L’ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996.

Hutcheon (L.), « Ironie, satire, parodie. Une approche pragmatique de l’ironie », Poétique, 46, 1981, p. 140-155.

L’ironie. Le sourire de l’esprit, C. Guéraud dir., Paris, Autrement, 1998.

Jankélévitch (V.), L’ironie, Paris, Flammarion, 1964, « Champs » n° 66.

Kerbrat-Orecchioni (C.), « Problèmes de l’ironie », Linguistique et Sémiologie, 2 (L’ironie), 1976.

Mühlethaler (J.-C.), « Récrire le Roman de la Roseau XVe siècle : les commandements d’Amour chez Charles d’Orléans et ses lecteurs », dans « Riens ne m’est seur que la chose incertaine ». Études sur l’art d’écrire au Moyen Âge offertes à Eric Hicks, J.-C. Mühlethaler & D. Billotte dir., Paris, Slatkine, 2001, p. 105-119.

– , « Récriture et parodie : l’idéal chevaleresque et l’idéal politique à l’épreuve du Livre du Cuer d’amours espris de rené d’Anjou », dans Formes de la critique : parodie et satire dans la France et l’Italie médiévales, J.-C. Mühlethaler dir. (avec la collab. d’A. Corbellari & B. Wahlen), Paris, Champion, 2003, p. 235-259.

René d’Anjou, Le Livre du Cœur d’amour épris, éd. et trad. F. Bouchet, Paris, LGF, 2003.

Rossman (V.R.), Perspectives of Irony in Medieval french Literature, Paris-La Haye, Mouton, 1975.

Schoentjes (P.), Poétique de l’ironie, Paris, Seuil, 2001.

Serper (A.), « Le concept d’ironie, de Platon au Moyen Âge », CAIEF, 38, 1986, p. 7-25.

Notas

1 Cicéron, De Oratore, II, 269 : « C’est une ironie bien spirituelle que de déguiser sa pensée, non plus en disant le contraire de ce qu’on pense, mais en s’appliquant, par une raillerie continue, dissimulée sous un ton sincère, à dire autre chose que ce qu’on pense » ; Quintilien, Institutio oratoria, VIII, 6, 54 : In eo vero genere (scilicet allegoriae) quo contraria ostenduntur, ironia est : illusionem vocant (définitions citées par A. Serper, « Le concept d’ironie, de Platon au Moyen Âge », CAIEF, 38, 1986, p. 15).

2 Donat, au IVe s., définit l’ironia comme tropus per contrarium quod conatur ostendens, qu’il rapproche de l’antiphrasis. Isidore de Séville (fin VIe-début VIIe s.), dans ses Étymologies, pose que ironia est sententia per pronuntiationem contrarium habens intellectum (cité par A. Serper, ibid., p. 13).

3 Cf. A. Serper, ibid., p. 17.

4 Cf. P. Haidu, « Au début du roman, l’ironie », Poétique, 36, 1978, p. 443-466 et Aesthetic Distance in Chrétien de Troyes : Irony and Comedy in « Cligès » and « Perceval », Genève, Droz, 1968 ; V.R. Rossman, Perspectives of Irony in Medieval French Literature, Paris-La Haye, Mouton, 1975.

5 La bibliographie théorique des dernières décennies est pléthorique, témoin plusieurs numéros de la revue Poétique (n° 36, 1978 et 46,1981). Pour une rapide synthèse des définitions rhétoriques de l’ironie, cf. B. Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, Paris, UGE, 1980, p. 264-265. Pour des analyses développées, cf. P. Hamon, L’ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996 ; P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, Paris, Seuil, 2001 ; L’ironie. Le sourire de l’esprit, C. Guéraud dir., Paris, Autrement, 1998.

6 Je laisse de côté le sens particulier que prend l’ironia dans le cadre de la théologie médiévale : Thomas d’Aquin, s’appuyant sur Aristote, la considère comme le péché contraire de la iactantia, à savoir une forme de dénigrement excessif de soi, un dévoiement de l’humilité. Cf. C. Casagrande et S. Vecchio, Les Péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991, p. 270-271.

7 Introduction à la vie littéraire du Moyen Âge, Paris, Bordas, 1969, p. 199.

8 Éditions de référence : Jehan de Saintré, éd. J. Blanchard / trad. M. Quereuil, Paris, LGF, 1995 ; Le Livre du Cœur d’amour épris, éd-trad. F. Bouchet, Paris, LGF, 2003.

9 « Problèmes de l’ironie », dans Linguistique et Sémiologie, Travaux du Centre de recherches linguistiques et sémiologiques de Lyon, n° 2 (L’ironie), 1976, p. 30. Voir aussi L. Hutcheon, « Ironie, satire, parodie. Une approche pragmatique de l’ironie », Poétique, 46, 1981, p. 142-143, 150-151.

10 L’ironie, Paris, Flammarion, 1964, «Champs» n° 66, p. 60.

11 Dans la rhétorique de l’adresse des romanciers tardifs à leurs lecteurs, l’entendement de ces derniers est fréquemment sollicité. Cf. F. Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion, 2008, p. 47-54.

12 On pourrait multiplier les exemples. Cf. J.-C. Mühlethaler : « Les failles se multiplient à mesure qu’on approche de la fin du récit, créant un effet de distance ironique -jusqu’à ce que le songe tourne au cauchemar. » (« Récrire le Roman de la Rose au XVe siècle : les commandements d’Amour chez Charles d’Orléans et ses lecteurs », dans « Riens ne m’est seur que la chose incertaine ». Études sur l’art d’écrire au Moyen Âge offertes à Eric Hicks, J.-C. Mühlethaler & D. Billotte dir., Paris, Slatkine, 2001, p. 114).

13 Je diverge sur ce point de l’avis de V. Crosby : « The narrator remains apparently unaware of any duality of behavior for the greater part of the novel » (« Ironie Ambiguity in La Sale’s Petit Jehan de Saintré », Fifteenth Century Studies, 1, 1976, p. 78).

14 L’auteur recontextualise ici un enseignement déjà exposé dans son manuel La Sale (chap. 12, De l’amour), et emprunté en large partie à la traduction par Simon de Hesdin (1375-83) des Faits et dits mémorables de Valère Maxime.

15 L’emploi insistant de « farser », « rire » et « sourire », à partir du chap. 7, en est révélateur.

16 Cf. p. 50, 58, 88.

17 Le narrateur a déjà introduit une forme de suspense par les prolepses à l’articulation des chap. 33 et 34 : « Et par ainssy demoura ceste amour ainssy secrete jusques ad ce que Fortune, par la variableté de Madame, l’en voult le dos tourner, ainssy que aprés s’enssieut. Ceste amour ainssy loyalle et secrette dura .xvj. ans [...] » (p. 136).

18 Op. cit., p. 54.

19 Saintré résume lui-même son histoire sous la forme d’une « nouvelle » (chap. 174-176, où le mot apparaît plusieurs fois).

20 « Et atant laisseray cy a parler du congié que ilz ont prins, et de leur voiage, ou ilz vont en la court de l’empereur, et diray du dueil que Madame maynne et d’ung aultre nouvel party » (p. 416) ; « Et atant laisseray cy a parler des grans plaisirs que l’un a l’autre prenoient et retourneray au seigneur de Saintré et a ses contpaignons » (p. 456).

21 Comparer leurs portraits respectifs, p. 424 et 36.

22 On voit aussi réapparaître dans cet épisode le motif ironique de la « farse » (p. 474, 486, 488) ainsi que le qualificatif « le povre seigneur de Saintré » (p. 488, 490).

23 Belle Cousine le sait pourtant bien, elle qui affirmait au petit Saintré que « la personne oyseuse et bien repeue a grant peine puet garder chasteté » (p. 72).

24 Les allusions scabreuses sont d’autant plus aisément décodables qu’elles ont été popularisées par les farces de l’époque, ainsi que dans plusieurs des Cent Nouvelles nouvelles’. « aux Cordeliers s’en va la vaillant femme pour menger la lamproye et gaigner les pardons, comme assez avoit de coustume » ; « avoit ung maistre curé qui faisoit rage de confesser ses parrochiennes. De fait, il n’en eschappoit pas une qui ne passast par la, voire des plus jeunes » (éd. Sweetser, Genève, Droz, 1966, p. 264 et 402).

25 Le public du XVe s. ne s’y trompe pas, comme le montre l’une des miniatures du ms. 9457 de la Bibliothèque Royale de Bruxelles (f. 160), illustré par le maître Wavrin, dont le style, caractérisé par un trait schématique et incisif, n’est pas dépourvu d’ironie. Le sous-entendu érotique du texte s’y trouve dévoilé.

26 « Alors la porte fut close », p. 44 ; « puis fust close la porte », p. 442.

27 Au moment de frapper damp Abbé tombé en sa puissance, Saintré se souvient certes de saints enseignements formulés dans la leçon de Belle Cousine (les citations des p. 510- 512 répètent la p. 100) mais il transperce néanmoins les joues de damp Abbé de sa dague ; en outre le forfait de l’abbé ne méritait tout de même pas la mort !

28 P. 82-84. Ces règles reprennent les articles d’un décret de Philippe le Bel publié en 1306.

29 Réplique ironique du repas auquel damp Abbé avait convié Saintré et qui s’est soldé par la défaite honteuse de celui-ci à la lutte (p. 476).

30 Mais l’ironie du sort n’existe pas dans le roman, puisque le destin des personnages est agencé par le romancier.

31 On n’en a livré que les principaux exemples ; cf. V. Crosby, op. cit., p. 74.

32 Cf. p. 530, n. 125. Le motif de la tombe prédestinée renvoie à Lancelot, le meilleur chevalier du monde.

33 Le travail intertextuel fait se croiser l’ironie et la parodie ; cf. J.-C. Mühlethaler, « Récriture et parodie : l’idéal chevaleresque et l’idéal politique à l’épreuve du Livre du Cuer d’amours espris de René d’Anjou », dans Formes de la critique : parodie et satire dans la France et l’Italie médiévales, J.-C. Mühlethaler dir. (avec la collab. d’A. Corbellari & B. Wahlen), Paris, Champion, 2003, p. 235-259.

34 Cf. mon introduction au Livre du Cœur d’amour épris, p. 29.

35 Cf. ibid., p. 29-30.

36 Désir, aux v. 327-328, cite presque explicitement les v. 3-4 du Roman de la Rose.

37 Infraction ironique à l’un des conseils de bonne conduite formulés par Belle Cousine : le « vray amoureux » ne doit « de ses piez, en nul deshonneste lieu aler » (p. 80).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search