Version classiqueVersion mobile

Le Romanesque aux xive et xve siècles

 | 
Danielle Bohler

Présentation

Danielle Bohler

Texte intégral

1Automne flamboyant ou épuisement d’un déclin ? De sa première édition en langue française aux éditions suivantes, la fresque audacieuse de Johan Huizinga a été pourvue d’un titre presque antinomique : l’« automne » prenant la place du « déclin », notre regard s’est invité vers l’éclat, complexe sans doute, d’une période de moissons. Ambivalence d’une perception de lecteurs, assurément, et justice peut être rendue à des pages qui mènent plus volontiers à la profusion, à la beauté, à l’exubérance du Moyen Âge à la veille de la Renaissance, qu’à l’affadissement des traditions médiévales. « L’âpre saveur de la vie » s’allie au « rêve d’héroïsme et d’amour » : la vie semble s’y dessiner comme un roman. La littérature imprègne les rituels sociaux, qui confèrent en retour leur dynamisme à une production littéraire qui pouvait sembler rivée à des modèles anciens.

2Catégorie énigmatique de la critique littéraire, le Romanesque est ici l’objet de questionnements. Le volume rassemble les contributions de chercheurs qui se sont attachés à l’observation de systèmes en profonde mutation : reprise de textes anciens, gestations nouvelles, constitutions de manuscrits, apports de l’iconographie, rituels communautaires, dans les cours et les villes, toute la richesse des élaborations culturelles, où s’entremêlent héritages, modèles et désir de nouveauté, à travers la complexité de l’écrit diffusé par une large production manuscrite, puis bientôt par l’art nouveau des imprimeurs.

3Qu’en est-il du Romanesque à la fin du Moyen Âge ? La formulation du concept, à elle seule, trahit la perplexité. Quels sont les genres qui peuvent s’y réclamer du roman ? Quelles mouvances génériques, quelle souplesse des codes littéraires ont pu être suscitées par la curiosité des lettrés, par celle des lecteurs, par la scène culturelle ? Quel lectorat nouveau se trouve sollicité et diversifié ? Ces questionnements sous-tendent les réflexions : l’observation des mutations, les héritages narratifs, la fonction de l’image, la nature du livre manuscrit, le passage à l’imprimé, et, à terme, le bilan très riche de systèmes réorganisés qui seront accueillis par les siècles suivants. On parlera du Romanesque comme d’un « style », sans doute empreint d’une nostalgie des modèles passés, qui inscrit cependant la littérature dans l’espace d’une modernité. Remodelés et infléchis, les héritages sont un terreau fertile : le passé et les rêves qu’il nourrit assurent une moisson vitale.

  • 1 Voir les pages très stimulantes dans le Précis de littérature française du Moyen Âge, sous (...)

4Des éditions nouvelles ont mis en lumière ces dernières décennies nombre de textes qui pouvaient sembler ternis au miroir des glorieux souvenirs de la littérature épique et courtoise. Or ces productions littéraires, ces romans nouveaux, ces chansons de geste amplifiées invitent au questionnement d’une mémoire : loin de s’éteindre dans des cercles de lecteurs, la littérature d’« armes et d’amours », les romans d’amour et de chevalerie se raniment d’une autre vie, des virtualités jamais éteintes de souvenirs conservés dans les bibliothèques de la mémoire culturelle, dans l’imaginaire collectif. Certes Michel Zink signalait le discrédit qu’a pu jeter Cervantes sur les romans de la fin du Moyen Âge. Mais peut-on dire qu’ils ne s’en sont jamais remis1 ?

  • 2 Voir Le Moyen Âge à livres ouverts, Actes du colloque de Lyon 24 et 25 septembre 2002, Moi (...)

5Au cœur de l’automne médiéval, et presque à l’aube de la Renaissance, un large champ textuel permet d’observer compilations, réécritures, constructions audacieuses. Manuscrits et illustrations inspirent d’évidence les rituels des cours et des villes, les banquets, les pas d’armes. L’acte de la lecture est encouragé pour la longue durée : l’horizon du lecteur au XVIe siècle s’en trouve nourri, et, bien au-delà aussi, la perception d’un Moyen Âge revisité par le XIXe siècle, qui appartient sans doute à nos lectures d’adolescence2.

  • 3 Elisabeth Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre. XIIIe-XVe siècle, Pa (...)

6Les stratégies du Romanesque sont donc envisagées sous l’angle de la consommation de l’objet littéraire, et du prix que lui accordent des publics de lecteurs que l’on connaît mieux désormais, grâce aux commandes et aux témoignages de la passion bibliophile. Les normes d’écriture se révèlent fortement liées aux codes des comportements en milieu de cour. Les emprises chevaleresques et les fêtes dessinent des moments forts de la vie collective, en puisant leurs schèmes dans l’écrit littéraire, légitimé dans sa fonction de modèle3. Un « style » romanesque se diffuse largement, témoin d’un amour de la culture, et d’une culture souvent mise au service de la séduction des foules. Ainsi s’élabore une sensibilité romanesque dans des genres littéraires autres que le roman, des chroniques, des dits, des récits de miracles. Les figures légendaires du passé sont récupérées, remotivées, réactualisées. L’orientalisme devient une mode, où se dessinent les horizons nouveaux qu’ont découverts les voyageurs de l’époque.

7Les questions débattues au cours de cette rencontre pluridisciplinaire ont donc été multiples : elles ne sauraient être exhaustives, et elles comportent une incitation à des rencontres futures. Ainsi le volume s’articule-t-il selon l’observation des normes romanesques et des écarts qui peuvent les renouveler, selon l’analyse des réécritures, des modifications de registres, des mouvances génériques, selon la fonction particulière de la littérature comme modèle et comme miroir, selon l’observation enfin de la diversité de la réception par un monde de lecteurs élargi et mieux connu, ceux de la Renaissance pour commencer, et ceux de la plus longue durée.

8La récupération de figures légendaires devient un large phénomène. Guillaume de Tignonville intègre parmi une vingtaine de philosophes, dont il retrace les faits et les paroles, le grand Alexandre : la figure célèbre se prêtait à la dimension exemplaire, et elle y prend une place singulière (J.M. Fritz). Contribuant à la diffusion d’un esprit normatif, des héros courtois peuvent servir un emploi satirique : les modèles du passé entrent ainsi dans une littérature non narrative (T. Van Hemelryck). L’hybridité apparaît comme un principe moteur, susceptible de générer de nouveaux textes, comme si le fonds partagé, par le cumul des mémoires individuelles, pouvait se déployer en une bibliothèque virtuelle disponible au goût des remodelages.

9Aux limites du romanesque sans doute, Brun de la Montagne illustre la tentative d’associer à la forme épique l’emprunt aux romans antérieurs, ouvrant des perspectives sur un romanesque nouveau (Ch. Ferlampin-Acher). Aux XIVe et XVe siècles, l’épique et le romanesque s’allient volontiers, ouvrant la voie à une poétique vitale du stéréotype. De grandes et belles études se sont déjà attachées au héros épique, qui évolue dans un monde nouveau : ainsi la merveille, les errances, la focalisation sur des générations de héros et la complexité des séquences entrelacées surabondent dans ce nouveau Romanesque (Fr. Suard). Le désir d’une classification des genres se trouve alors singulièrement bousculé : les frontières se révèlent souples et poreuses. Le Moyen Âge avait-il des règles contraignantes ? Sans doute, mais peut-être moins qu’on ne le pense. Les trames romanesques se glissent volontiers dans les formes épiques, et vice versa. D’autant que des cassures de registre, fort surprenantes, font résonner dans le Tristan en prose l’écho d’une cruauté narrative, voire sadique (V. Greene).

10Dans leur fonction dynamique de miroir, au double sens du terme, les normes d’écriture suggèrent la mise en œuvre de l’écart. La « manière courtoise » offre les modalités de son contournement, elle marque ses limites, elle engage parfois au déni, et assurément contribue à la remise en question de l’héritage romanesque et de ses traditions textuelles. Ainsi l’allégorie, confirmant sa permanence, ira-telle vers des stratégies subtiles : le Roman de la Rose, réécrit aux XIVe et XVe siècles, peut servir une vérité religieuse et morale (F. Pomel).

11Les réécritures qui se multiplient révèlent une habileté qui conforte le statut d’une esthétique nouvelle. Par l’entrelacement de séquences narratives tirées des proses arthuriennes, collages et déformations résultent d’une ingéniosité remarquable (N. Koble). Quant au Jean de Saintré d’Antoine de la Sale, il est apparu comme un texte central, pour le chercheur qui en analyse l’écriture « ironique » et y voit une démythification de l’héritage romanesque (F. Bouchet), et pour celui qui en dégage les traits d’une nouvelle « éducation sentimentale » (F. Wolfzettel). En ajoutant une dimension qui inscrit le champ littéraire dans l’Histoire, puisqu’y affleurent les règles des emprises chevaleresques, le texte prend place entre réalité et fiction (S. Lefèvre).

12L’histoire des sociétés s’intéressera à la façon dont l’imaginaire romanesque a pu pénétrer dans l’espace public, pour les cérémonies festives des Pays-Bas bourguignons qui savent en faire un instrument de propagande (E. Lecuppre-Desjardins). On élabore fêtes et tournois à thèmes littéraires, on sert sa dame selon le code ancien de l’amour courtois, mais c’est un masque que l’on arbore, qui enchante et qui perpétue l’idéal chevaleresque. Évidemment, les travaux sur les mises en prose, engagés de longue date, ne cessent de faire l’objet de réévaluations et de compléments importants : ils éclairent l’esthétique de la compilation. Passant du vers à la prose, le Chevalier de la Charrette reçoit une architecture nouvelle (D. Huit). Quant à Judas le traître, dont la Légende dorée relatait les temps de jeunesse, sa biographie est diffusée au XVe siècle, recélant quelque indice d’un personnage devenu romanesque (I. Kleiman).

13La matérialité du manuscrit ou de l’imprimé et le rôle de l’image ont partie liée avec la gestation de nouvelles formes littéraires, avec les héritages assumés par un autre imaginaire. Dans le cas d’Ysaïe le Triste, la mise en page suscite l’interprétation de la mise en image, avec des enjeux esthétiques et idéologiques qui permettent de cerner l’attente d’un lecteur (A.C. le Ribeuz). La réception du roman concerne la perception visuelle. Le superbe manuscrit de Cleriadus et Meliadice, détérioré lors de l’incendie de Turin en 1904, illustre l’alliance de l’esthétique et de la conception idéologique du pouvoir. Les éléments extra-textuels et le programme iconographique guident alors la lecture et l’interprétation du roman, par l’accent placé sur les motifs politiques et les signes du pouvoir royal (M. Colombo Timelli).

  • 4 Voir Le Goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, études réunies par Danielle Bohler, Paris, (...)

14De nouveaux lecteurs sont engagés sur la scène culturelle, qui débordent largement le cercle des princes : la séduction du livre est confirmée par les bibliothèques des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (C. Van Hoorebeeck). Diffusés au XVIe siècle, les textes des siècles antérieurs témoigneront d’une permanence du Romanesque médiéval, tel que l’a modelé le XVe siècle. Le roman de chevalerie est bien ancré dans l’héritage chevaleresque qui imprègne au XVIe siècle rituels, émotions et écriture (M. Bideaux). C’est ainsi que le « style romanesque » s’enracine dans la durée : la césure de la fin du siècle, communément admise naguère et largement contestée désormais, apparaît arbitraire et sans fondements4.

  • 5 Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985 (Bibliothèque des Histoires (...)

15Que peut apporter à notre réflexion commune l’entreprise de Walter Scott, faisant paraître Ivanhoé en 1819 ? L’Histoire a servi l’écriture romanesque, et ce livre à succès est un roman emblématique des fécondations réciproques. Le récit peut être considéré comme un « grand livre d’histoire », d’un Moyen Âge « archétypal » (M. Pastoureau). Fascinant des générations de lecteurs, son influence a été remarquable. On rappellera ici la voie largement ouverte par Jacques Le Goff : une histoire sans imaginaire serait mutilée, désincarnée5.

  • 6 Voir Rosalind Brown-Grant, French Romance of the Later Middle Ages : Gender, Morality, and (...)
  • 7 Voir Florence Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : prat (...)

16Ainsi les modèles romanesques ont-ils circulé avec vitalité, favorisant la genèse des textes. Phénomène dynamique au XVe siècle, les mises en prose ont pu se perpétuer au XVIe siècle, tel Guillaume de Palerne rédigé par un bailli normand. Au XVe siècle l’éducation amoureuse a pris des voies singulières, bien observées par des études récentes6. Réalité et fictions se mêlent dans l’espace communautaire devenu théâtre des valeurs et des accomplissements. Le choix des mécènes et les gestes de la main œuvrant pour la constitution du livre sont autant de témoignages de lectures dans des bibliothèques multiples. Ainsi, comme les migrations de figures légendaires, les réécritures permettent de voir la façon dont les normes sont à la fois respectées et écartées. Loin d’être pures répétitions, ces pratiques d’écriture s’avèrent dynamiques, témoignant des mouvances possibles d’une littérature du passé, d’une perception très souple des normes génériques, des virtualités de modèles devenant des miroirs héroïques, grâce à la diffusion des manuscrits, souvent richement illustrés, et à l’élargissement des publics7. Ces approches d’un Romanesque qui, remodelant l’espace culturel, anime les désirs de lecture amplifient et prolongent les débats sur la fin du Moyen Âge.

17Nous exprimons notre vive gratitude envers la Mairie de Bordeaux qui a permis un accueil généreux au Musée d’Aquitaine, où a pu se dérouler cette rencontre pluridisciplinaire et internationale, au Conseil Régional qui a bien voulu encourager cette manifestation du Centre Montaigne (lapril), lequel rassemble depuis sa création historiens, linguistes et spécialistes de la littérature. Dans le souci manifeste d’une cohérence des questionnements, nous y tenions beaucoup, à la suite de la rencontre organisée en 1999 sur Le Goût du lecteur à la fin du Moyen Âge. Un chaleureux merci enfin à Hélène Basso, spécialiste du Moyen Âge tardif, qui a activement contribué à l’organisation des séances et a permis de réfléchir à l’ordonnance des axes suggérés par les intervenants.

Notes

1 Voir les pages très stimulantes dans le Précis de littérature française du Moyen Âge, sous la direction de Daniel Poirion, Paris, PUF, 1983, Michel Zink chapitre X « Le roman de transition. XIVe-XVe siècles », ainsi que Michel Stanesco et Michel Zink Histoire européenne du roman médiéval : esquisse et perspectives, Paris, PUF, 1992.

2 Voir Le Moyen Âge à livres ouverts, Actes du colloque de Lyon 24 et 25 septembre 2002, Mois du patrimoine écrit, Michel Pastoureau « Ivanhoé : un Moyen Âge exemplaire », p. 15 à 24, prélude à l’article publié ici

3 Elisabeth Gaucher, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre. XIIIe-XVe siècle, Paris, 1994, voir aussi Michel Stanesco, Jeux d’errance du chevalier médiéval : aspects ludiques de la fonction guerrière dans la littérature du Moyen Âge flamboyant. Leyde New-York Copenhague, Brill, 1988.

4 Voir Le Goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, études réunies par Danielle Bohler, Paris, Le Léopard d’or, 2006 (Cahiers du Léopard d’or 11).

5 Jacques Le Goff, L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985 (Bibliothèque des Histoires) : « […] l’histoire de l’imaginaire a ses documents privilégiés et tout naturellement ce sont les productions de l’imaginaire : les œuvres littéraires et artistiques. Documents difficiles pour l’historien », préface p. III et VII.

6 Voir Rosalind Brown-Grant, French Romance of the Later Middle Ages : Gender, Morality, and Desire, Oxford : Oxford University Press, 2008.

7 Voir Florence Bouchet, Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire, Paris, Champion 2008 (Bibliothèque du XVe siècle, 74).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search