Version classiqueVersion mobile

La Souillure

 | 
Danielle Bohler

V. Concepts et fantasmes

Le sang « souillé » sous l’inquisition espagnole, et son concept nazi sous Hitler

Branko Aleksić

Texte intégral

1I. Un même fantasme, érigé en « concept » nationaliste et racial, obsède l’Inquisition espagnole et les théoriciens de l’État total nazi de Hitler : celui du sang « souillé » par l’étranger, et notamment du sang souillé par la race juive.

2Le clivage se creuse de manière viscérale à partir d’un fait biologique, corporel : c’est l’impieza de sangre (« la pureté de sang ») pour les uns, qui décident de l’« impureté de sang » des autres. Tout en revenant au traumatisme de l’Inquisition espagnole, notre recherche passe par la déviation des sciences en Allemagne et par la suite d’obsessions qui a produit les lois de Nuremberg de septembre 1935.

3Le droit dit Völkische (populaire, ou raciste), définit l’identité d’un groupe sur un ethnocentrisme exclusif, en dépit d’une autre religion, opposé aux adeptes de la religion judaïque, ou métisses jugés comme étrangers « impurs » par rapport à la race aryenne, qui niaient aux membres de ce dernier groupe le droit à leur identité du citoyens allemands.

  • 1 Franz Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme (1942/1944) ; trad. fr. Paris (...)

4Comment le mythe nazi identifiant le peuple par le sang et le sol, rejoint le mythe du sang souillé, voilà qui nous mène à constater que l’on n’invente rien, mais que l’on reprend, que l’on recycle, voire détourne, les thèmes platoniciens sur le sang autochtone et étranger, les thèmes bibliques – sur la « souillure » par le sang, enfin ceux de l’Inquisition espagnole de 1492 sur les juifs comme « ennemis » de la pureté de la race espagnole ; voire, comme « ennemis » de la race aryenne dans le Grand Reich... Voilà pourquoi il nous semble que le Juif n’y constitue pas « l’ennemi nouveau1 ». Le programme de l’expulsion des Juifs est « ancien » ; les nazis iront jusqu’à l’idée d’extermination totale (« la solution finale » déclarée à la conférence de Wannse, 3-I-1942).

a) Thèmes platoniciens

5Le dialogue Menexène de Platon enseigne à distinguer les Athéniens autochtones, « sans mélange de sang barbare » (245 d). Les lois ont été édictées, selon lesquelles les étrangers (et esclaves) étaient exclus du pouvoir des décisions politiques, de bénéfices de l’héritage etc. Chez Platon, la question est donc de l’ordre juridique et civique.

  • 2 Julius Evola citera Ficin (édition Levasti, VII, 7) : « cela, dès lors qu’on le comprend non sur le (...)

6Comment donc la foi religieuse a pu être assimilée, par l’intermédiaire de l’âme précisément, à la notion corporelle substantielle du sang ? Le glissement que l’idéologie nationaliste opère de « l’âme » au « sang », pour fonder son fantasme de « sang souillé » sur une origine biologique supposée, était facilité par les anciennes croyances qui, depuis la philosophie grecque, mélangent l’origine de l’« âme » avec celle de sang, la Bible n’ayant pas éclairci cette origine par ignorance du fonctionnement du corps. Et c’est surtout le corps sexué qui fait défaut : Platon assimile le sperme au sang (Timéé) et son commentateur Marcile Ficin, dans la Renaissance italienne, place « la fièvre de l’amour dans le sang » (dialogue Sopra le amore). L’origine d’une perturbatio, sorte de fièvre amoureuse, est comparée avec une sorte d’infection du sang, et Ficin illustre en effet sa comparaison par la croyance du « mauvais œil », ce qui nous en dit assez sur son approche superstitieuse à la Philosophie d’amour platonicien2.

b) Thèmes de l’inquisition espagnole

7Avant l’ethnocentrisme dans l’état totalitaire nazi, c’est d’abord la ségrégation dans l’Espagne du roi Fernando le Catholique et de la reine Isabelle de Castille, qui au XVe siècle, retrouve le souvenir des citoyens autochtones et ceux étrangers. En réglementant le sort de la communauté juive de la religion hébraïque, l’Espagne expulse, en 1492, ceux qui ne bénéficient pas du statut de limpieza de sangre (« pureté du sang ») dans une lignée chrétienne (cristianovieja).

8Dans son ouvrage Ni Una Gota de Sangre Impura (« Ni une goutte de sang impur »), Christiane Stallaert compare le « protoracisme » de l’Espagne inquisitoriale avec l’antisémitisme racial de l’Allemagne nazie qui « érige l’ethnocentrisme en religion politique » (p. 22). Stallaert examine les correspondances langagières entre ces deux idéologies quand ils parlent des juifs comme de leurs « ennemis » : les rois catholiques, comme Hitler plus tard, promettent tous d’« anéantir » (en espagnol : aniquilar, en allemand : vernichten) et d’« extirper » (estirpar, ausrotten) les juifs, les infidèles, les musulmans et les convertis, leurs ennemis (p. 105-106).

  • 3 E. Traverso, « Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale », article de 2008, p. 40.

9Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Christiane Stallaert, Enzo Traverso, l’auteur de La Violence nazie : essai de généalogie historique, a montré les réserves qu’on doit garder sur le plan historique entre la défense de la race aryenne dans l’Allemagne nazie du XXe siècle et la défense du catholicisme dans l’Espagne du XVe siècle où des nouveaux-chrétiens (des juifs convertis, appelés moriscos ou marranes, ou ceux qui continuaient de pratiquer en cachette leur ancienne foi), ont été persécutés non pas à cause de leur religion mais à cause de leur origine « impure »3. Traverso admet que la généalogie de la violence nazi puisse remonter à l’Europe des lumières et se focalise sur l’impérialisme du XIXe siècle dont celui de l’Allemagne nazie hérité des théories, mais il est peut être abusif d’aller jusqu’à mettre en parallèle le génocide, holocauste juif, avec l’Espagne du XVe siècle quand, constate Traverso, il y a une grande différence entre « une politique d’expulsion et une campagne d’extermination » (p. 41-42).

c) Thèmes bibliques

10L’usage aux fins politiques du thème isolé de « sang pur » opposé au « sang souillé », que l’on trouve bien que dans les deux différents contextes historiques, nous semble repris da la Sainte Bible, de l’ Ancien testament, où l’on classe le sang souillé parmi les impuretés sexuelles (Lévitique, 15). Ce qui touche à la fécondité et à la reproduction sexuée garde un caractère mystérieux, le sang étant considéré comme principe vital (Genèse, 96). Le sang reçoit son caractère sacré par son lien direct avec une divinité imaginée, et cette dernière peut exiger que parmi les hommes « vengeurs de sang » (Nombres, 35 : 19), ni un homme ni une femme ne « souille » sa demeure (Lev. 15 : 31). La Bible stigmatise la figure féminine caractérisée par son écoulement de sang menstrué (« l’impureté de règles », Lev. 15 : 19), le texte dit sacré, menace l’homme qui couche avec la femme pendant sa période de menstruation, comme pouvant être « atteint » par cette impureté (Lev. 15 : 24).

d) Thèmes nazis

11Une circonstance de la vie du couple dans L’Ancien Testament, qui stigmatise d’une durée temporelle limitée (à sept jours) la « purification » du sang souillé, passe à un temps illimité mythique, au fantasme d’origine biologique. Asexué, le juriste allemand nazi ne fera que reprendre cette menace au pied de la lettre, en prenant pour menace par extension, le mélange de la race aryenne et de la race juive.

12Le financier juif de l’archiduc Karl Alex de Wurtemberg, au début du XVIIIe siècle, en détournant le personnage historique de Siass Oppenheimer, qui a séduit une servante de sang germanique, devient l’image emblématique pour cette « perturbation » amoureuse chez les puristes nazis. Le film tourné en 1940, définit ce Juif séducteur comme le pervers sexuel.

13Les Juifs, mais aussi les minorités ethniques comme Tsiganes dans le Grand Reich, sont qualifiés d’« ennemi biologique ». Le 8 décembre 1938, Heinrich Himmler mentionne la nécessité d’une « solution finale de la question des Tsiganes », peuple qu’il qualifie non pas d’ennemi aux frontières du Grand Reich, mais d’« ennemi biologique ». Une ordonnance d’Heinrich Himmler du 16 décembre 1942, décide du sort des Tsiganes du Grand Reich : ces familles « de race et de sang étrangers » doivent être anéanties au nom de la « régénération » du peuple allemand.

  • 4 Cité par Karl Polanyi, « L’essence du fascisme » (1935), dans Essais, p. 389.
  • 5 Idem, p. 389-390.

14La philosophie vitaliste de Rosenberg exposée dans le Mythos, définit la vérité « par le principe organique de vie » ou encore, « de la vérité organique de la race4 ». Polanyi remarque avec justesse que ce concept de race identifie cette dernière au sang, qui n’est pas forcément de nature biologique. Car, l’ascendance reste cependant la caractéristique principale. « Ainsi, ce n’est pas le corps mais l’“âme” qui est le support de la race ; une telle extension du concept rend beaucoup plus facile la greffe du nationalisme sur la théorie de la race5. »

15Mais le « sang » et « l’âme » ont été assimilés dans la philosophie artistotélicienne, puis scolastique. Benoît XVI, pape catholique allemand, dans le discours de Ratisbonne du 12 septembre 2006, proposera toujours les mêmes clichés du mépris religieux par le rationalisme et de la foi qui « résiste », mais il restreint les significations carnivores dans l’Écriture sainte en séparant encore la foi – l’âme – et le corps :

  • 6 Discours du pape Benoît XVI à l’Université de Ratisbonne, cité par René Girard, Achever Clausewitz, (...)

« Dieu ne prend pas plaisir au sang, et ne pas agir selon la raison [sun logô] est contraire à la nature de Dieu. La foi est fruit de l’âme, non pas du corps.6 »

II. Carl Schmitt en « défense » du sang souillé allemand dans le droit du IIIe Reich

16Tous ces niveaux énumérés – religieux, philosophique, enfin de l’idéologie et de la législation nazie – se retrouvent dans la pensée religieuse et juriste de Cari Schmitt (1888-1985) qui accrédite les lois de Nuremberg du septembre 1935, notamment en légiférant sur le mariage inter-ethnique voire « interracial ». L’avocat principal du IIIe Reich, porté par une haute idée de la race, Schmitt parle du « sang allemand et de l’honneur » comme des « concepts majeurs de notre droit » (1935). Avec d’autres idéologues du nazisme, Schmitt promulgue une pseudo-science, qu’il énonce comme une science triomphale de la Révolution national-socialiste, qui contribue à la ségrégation, puis à la « solution finale » qui consiste dans la volonté d’anéantissement complet « de race et de sang étrangers » au nom de la « régénération » du peuple allemand, selon l’ordonnance d’Heinrich Himmler du 16 décembre 1942.

17Nous nous arrêterons sur les textes de Schmitt parce qu’ils offrent le double avantage : de suivre le dualisme religieux entre « pur » et « impur », tenu bien avant l’époque nazie, et le discours officiel nazi qui, de toute évidence, reprend un vocabulaire transcendantal déjà existant, dans la mythologie aussi bien que dans la philosophie, dans l’idéalisme allemand par exemple.

18Dès le traité religieux Visibilité de l’Église. Une considération scolastique (1917), Schmitt poursuit ce qu’il appelle « le fil qui relie Dieu et le monde » et reprend le langage traditionnel dualiste :

« L’homme n’a pas le droit d’abandonner à lui-même le monde visible, sans quoi il n’aurait plus alors pour ainsi dire deux âmes, mais pas d’âme du tout, et au lieu de cela deux rôles : le “pur” chrétien sert Dieu dans la plus grande invisibilité, et il en écarte Mammon dans la visibilité la plus évidente ; il est fier d’avoir libéré les spiritualia de leur mélange malpropre – et inapproprié – avec les temporalibus. »

19Le vocabulaire de Carl Schmitt s’empreigne du dualisme scolastique. C’est en assumant la vision traditionaliste religieuse, que Schmitt ensuite sera d’autant plus prêt à accepter les propos antisémites d’Adolf Hitler dans Mein Kampf (écrit avec l’aide de Rudolf Hess), ensuite ceux formulés à Nuremberg, et de leur faire l’écho dans ses textes : tout d’abord, suivant immédiatement la promulgation de la loi sur « la garantie de l’unité du Parti [nationalsocialisqte] et de l’ État », le 1er décembre 1933, la brochure Staat, Bewegung, Volk (État – totalitaire, Mouvement – nationalsocialiste, Peuple – aryen), publiée à Hambourg en 1933, et en 1935, ensuite les trois longs articles publiés en 1935- 1936 dans Deutsche Juristen-Zeitung – « Journal des juristes allemands » (dont il est éditeur en chef) : 1. « La science allemande du droit dans sa lutte contre l’esprit juif », 2. « La Constitution de la liberté », 3. « La législation nationalsocialiste et la réserve de “l’ordre public” dans le droit privé international », enfin l’étude Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes. Sens et échec d ’un symbole politique (1938).

  • 7 Die Wert des Staates und die Bedeutung des Einzelnen, Tübingen, 1914, p. 54.
  • 8 Der Hutter der Verfassung (1931) est suivi par Legalität und Légitimät (1932) ; Légalité, légitimit (...)

20Adhérant au Parti national-socialiste des Travailleurs allemands en avril 1933, Schmitt a abandonné la théorie du droit qui domine l’ État « jusque dans chaque élément » comme il l’écrivait dans La valeur de l’ État et la signification de l’individu7. Réservant alors le problème de l’individu aux valeurs de l’existence juive seule, selon la doctrine national-socialiste de la communauté raciale comme valeur suprême combative, Schmitt déclare que celui qui détient le pouvoir politique (hormis celui, étatique, de la valeur dépassée) de décider dans la pratique, gagne une légitimité juridique en tant que Gardien de la Constitution8. Le point de départ de la déconstruction de l’ État légal chez Carl Schmitt est la peur du dictateur : en se soumettant à la puissance d’Hitler comme souverain, C. Schmitt se fait les siennes les actions de « cet homme » (comme Hobbes nomme souverain celui que les concitoyens ont choisi comme souverain). Par conséquent, Schmitt a horreur de la liberté de philosopher d’un Spinoza et d’autres penseurs ; dans le Lev, 1938, chap. 5, il fustige cette liberté de jadis comme un vécu spécialement limité au « vécu de l’existence juive » (le regard sociologique ?).

  • 9 État, Mouvement, Peuple, p. 32.

21Avec l’avènement du Parti de Hitler, Schmitt de manière opportuniste fait l’éloge de « l’unité politique du peuple allemand [laquelle] n’est pas fondée sur les Länder ou sur les races (Stämmen) allemandes, mais sur l’unité, refermée sur elle-même, du Peuple allemand et du Mouvement national-socialiste en charge de l’ État et du Peuple.9 » L’étranger à la race (Artfremde) est à l’opposé du « camarade du peuple » (Volksgonosse) (p. 18), et c’est en cela que la pensée de l’ État politisé est concerné. Schmitt invente une nouvelle accusation des juristes et penseurs juifs : à partir du XIXe siècle, la pensée de l’ État allemand a subi la mauvaise influence « d’écrivains libéraux et étrangers à la race (artfremder) », écrit Schmitt (p. 26). Il trouve alors un bouc émissaire dans le personnage de Friedrich Julius Stahl alias Joll Jolson. En remontant d’abord à la théorie positiviste sur l’administration développée par Lorenz von Stein dans les années 1865, où Stein soulignait « l’autonomie administrative des espaces naturels, des communes et des corporations ainsi que l’Union (Vereinsweseri), qu’il attribue à la sphère de droit public comme éléments essentiels de la vie publique. » (p. 43), Schmitt dénonce « un [tel] professeur de droit public étranger à la race (artfremder) qui, seul, pourrait rejeter le travail d’un Lorenz von Stein comme “troublante spiritualité” » (id.), car, même si Stein avec ses « théories de coopérative » s’était égaré dans « ces examens constructifs de l’ État », Schmitt explique : derrière les façades militaires et bureaucratiques, l’ État allemand est resté un État administratif – un État « de fonctionnaires [qui] était intellectuellement sur la défensive depuis 1848 », et dont seul un État totalitaire saurait venir à bout. Jusque là, « la théorie allemande de l’ État et du droit était le mélange de rhétorique et de sophistique qui était fournie aux conservateurs prussiens par Friedrich Julius Stahl – Joll Johnson est son vrai nom », martèle Schmitt dans son accusation de l’étranger-ennemi intérieur (p. 44). Le national-socialisme, dit le chapitre sur Le principe de guidance et l’identité raciale, « est ennemi du “tout faire” normativiste et fonctionnaliste [...] : il a purifié le fonctionnariat allemand d’éléments étrangers à la race (fremdgearteten) et l’a rétabli comme état » (p. 48).

  • 10 Trad. fr. dans Cités, n° 14, Paris, 2003, p. 175.

22Le terme de purification intervient comme un sourd écho des rites de « purification » du Levitique. Devant l’assemblée des professeurs d’université de la Fédération nationale-socialiste des défenseurs du droit (Rechtswahrer) des 3 et 4 octobre 1936 sur le thème : « Le judaïsme dans le science du droit », Schmitt préconise « la purification de notre littérature juridique » pour que « notre littérature juridique scientifique ne sera plus infectée par des juifs, mais sera authentiquement allemande.10 »

1erarticle de 1935

  • 11 « La science allemande du droit dans sa lutte contre l’esprit juif », 1936 (Cités, n° 14, 2005, p.  (...)

23C’est en commentant les discours au Congrès du parti, à Nuremberg (1935), où Hitler a promulgue les lois raciales, que Carl Schmitt salue les membres du Congrès pour leur « plus grande clarté scientifique », voire « une découverte révolutionnaire, compte tenu de l’aveuglement et de l’inconscience des époques antérieures » en Allemagne11.

24On ne voit pas cet « aveuglement » sinon dans le livre-programme Mein Kampf, où Hitler avait formulé le dogme racial qu’il détient depuis 1919... Schmitt extrait donc un long passage où la pseudo-science antisémite se pose en termes suivants :

« Comme le dit Führer dans son livre Mein Kampf, “le judaïsme n’est pas seulement hostile à tout ce qui est hostile au juif, mais il est l’ennemi mortel de toute production authentique chez tout autre peuple. Son pouvoir mondial n’admet aucune productivité vôlkische [populaire, ethnique, raciale], sinon son propre mode d’existence serait réfuté. Mais l’intérêt pour la productivité véritable de l’autre peuple, la rapidité avec laquelle le marchand d’art ou d’esprit juif qui se précipite sur les artistes, les poètes ou les savants allemands afin de les utiliser au moyen d’une rente ne constituent ni des mérites ni des qualités qui peuvent nous distraire de l’essentiel. Le juif ne nous intéresse pas pour lui-même. Ce que nous recherchons et ce pour quoi nous luttons, c’est notre propre race authentique, la pureté intacte de notre peuple allemand. En me défendant contre le juif, je lutte pour l’œuvre du Seigneur.” »

25Si la pensée juive avait été totalement « étrangère » à l’histoire du droit allemand, on ne voit pas comment les exposés au Congrès des professeurs d’université de la fédération national-socialiste des défenseurs du droit, tenu les 3 et 4 octobre 1936, attestaient « à quel point la pensée juive de la loi domine tous les domaines de la vie du droit », comme l’affirme Schmitt. Contre la critique que Hitler a formulé dans Mein Kampf sur « l’improductivité juive », il paraît que, comme ne peut que le constater Schmitt (mais se soucie-t-il encore des contradictions dans son discours ?), « à la fin de l’année 1936, la bibliothèque normale d’un institut de droit donne toujours l’impression que la plus grande partie de la littérature de la doctrine du droit serait produite par des juifs ». (p. 174-175) ! Est-ce seulement « l’impression » ?! Apparemment, il existe « également énorme force de suggestion due au fait que les ouvrages juifs sont aujourd’hui [en 1936] encore présents dans les séminaires de droit, et invitent vraiment les étudiants à utiliser les idées juives. » (p. 175).

  • 12 La manie classificatoire reflète celle ségrégationniste : déterminer s’il s’agit bien d’un juif à p (...)

26On sera un peu plus sur ce « combat véritable entre visions du monde ». Le paradoxe de l’improductivité / productive semble de taille, qui témoigne de la paranoïa de l’ État lui-même ! Dans une sorte de schize, le Dr Carl Schmitt se réfère aux exposés au Congrès comme ceux du Dr Falk Ruthke, du maître Schroer (« sur Schulcher Aruch »), du Dr Hans Frank, le Reichsrechtsführer, ministre du Reich (sur le travail bibliographique qui devrait discriminer les écrivains juridiques juifs, et sur la technique et la manière de citer leurs ouvrages : une liste de 188 noms proscrits aidera à « faire un répertoire exact pour établir avec la plus grande exactitude possible qui est juif et qui ne l’est pas »12... Un autre intervenant au Congrès a parlé du besoin « d’étude de l’esprit juif en égard à son influence sur la vie intellectuelle allemande, en égard de son “intersection” avec l’esprit allemand » (cité par Schmitt, p. 176).

27L’exposé de Schmitt lui-même se concentre sur Friedrich Stahl, mais ce n’est pas seulement une reprise des énoncés dans la brochure État, Mouvement, Peuple, d’il y a trois ans. Schmitt enfonce ses accusations et des positions générales à prendre quant aux « étrangers au peuple », passe ici aux positions plus particulières. Car, « lutter contre l’esprit juif » en général, et en particulier dans la théorie du droit de l’État, doit amener aussi d’éliminer quelques rivaux théoriciens redoutables. Exemple qui taraude Schmitt : « L’École de Vienne du juif Kelsen n’a fait que se citer elle-même... » (p. 175). S’agit-il d’une auto-suffisance de la pensée juridique juive, un autre danger potentiel pour les nazis ?! « La purification » de la littérature juridique allemande appelle à l’« infection » par les juifs ; Carl Schmitt ne dit pas par la pensée juive.

28Il n’a pas pu être autrement étant donné que Schmitt juge que le Congrès a fait une « découverte scientifique [...] décisive pour la psychologie des races [Rassen]. » La méthode scientifique désormais sera : écrire par exemple « Stahl-Jolson » pour atteindre un juif in concreto (p. 175). Mais suffit-il d’écrire son nom double, quand Schmit continue à trouver « au fondement de l’existence entière de Stahl-Jolson... », de manière obsédante d’un Autre – ou de l’Autre – « un changement de masque terrible et inquiétant » ?! En 1936, Schmitt rencontre « ici de nouveau le juif Stahl-Jolson, qui exerce aujourd’hui encore une influence sur l’opposition religieuse – ecclésiastique à l’ État national-socialiste. » (p. 178) On souligne régulièrement que cet homme était « subjectivement honnête », et cela peut être vrai, accorde Schmitt. Mais il ajoute aussitôt :

« Je ne peux pas regarder dans l’âme de ce juif et, de manière générale, nous n’avons pas l’accès à l’essence intime du juif. » (p. 178).

29Schmitt parle au nom des professeurs allemands de la défense du droit allemand : « Nous connaissons uniquement leur [juifs] rapport biaisé à notre genre [Art]. »

30Se résigner de comprendre la singularité de l’Autre, mène vers la généralité raciale. « Celui qui a fini par comprendre cette vérité a également compris ce qu’est une race [Rasse] », (p. 178). Cette incapacité de voir la différence dans l’Autre, et d’accepter son altérité, ne peut pas être comblée par aucune science.

« Cette découverte est aussi un manque cruel, car les écrits des juifs – sur un mode internationaliste, avec des idées conservatrices et tantôt des théories libérales, subjectives ou objectives –, témoignent d’un manque de formation dans l’étude des races (Rassenkundë), et, par conséquent, à la pensée national-socialiste » (p. 177).

31Voilà pourquoi il ne reste à Schmitt qu’à diaboliser l’Autre : « changement de masque » représente la « perfidie démoniaque » (178) !

  • 13 État, Mouvement, Peuple, p. 46.

32Schmitt est en effet loin de toute compréhension de « la question juive » ; c’est devenu un fantasme. Il est poussé de situer ce problème qu’il appelle tragique : voyez par exemple la collaboration scientifique Friedrich Engels – Karl Marx. « Comment a-t-il été possible qu’un homme allemand de la vallée de Wupper » – la province complète, des Länder – « ait pu à un point tel devenir l’esclave du juif Marx ? »– La question schmittienne n’est pas rhétorique, car le communisme est l’ennemi mortel du nazisme, dit Schmitt13. Et l’anachronisme est complet : « Comment a-t-il été possible que des milliers de Volksgenossen honnêtes et braves soient devenus les esclaves de l’esprit juif pendant de longues décennies ? »

(Cela ne s’est pas produit par l’influence de « l’improductivité » juive seule !)

  • 14 « La science allemande du droit dans sa lutte contre l’esprit juif », p. 179.

« D’où vient la réceptivité de nombreux hommes de sang allemand, et d’où vient la faiblesse et l’obscurcissement de notre espèce à nous, Allemands, l’absence de résistance au judaïsme à chaque instant historique ? L’examen de ces questions est du domaine de la réflexion scientifique sur nous-mêmes et de l’armement pour la nouvelle phase du combat.14 »

33Ces questions sont tellement mal posées que Schmitt, en dépit de son plaidoyer pour leur prétendue « scientificité », ne peut répondre qu’en renvoyant au miroir du fantasme de la race aryenne elle-même, dans une fermeture absolue sur soi-même.

2e article d’octobre 1935

  • 15 Deutsche Juristen Zeitung, 1-X-1935.
  • 16 Trad. fr. dans Yves Charles Zarka, Un détail nazi dans la pensée de Carl Schmitt, Paris, PUF, 2005, (...)

34« Die Verfassung der Freiheit15 » (« La Constitution de la liberté »)16 justifie juridiquement les lois promulgues à Nuremberg, tout spécialement « la loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand » (p. 53). Schmitt laisse dire que la Constitution allemande soit « marquée comme médiévale et tournée en dérision par tout l’Internationale du marxisme ». Pour lui, les critiques de l’étranger ne représentent que « la preuve qu’un peuple a trouvé son genre [Art] authentique et s’est libéré de la domination spirituelle étrangère » (p. 54). L’honneur allemand est mis en ce genre (racial). Les constitutions antérieures ne parlaient pas, proteste Schmitt, « du sang allemand et de l’honneur allemand », parce qu’elles « ne servaient qu’à traiter sur un pied d’égalité ceux qui ne sont pas de la même race [Artungleiche] que les Allemands, et à considérer comme Allemands tous ceux qui étaient égaux devant la loi. » (p. 55). L’approche mythologique plane encore sur cet article : « Il ne faut pas que notre droit se décompose et tombe aux mains du démon sans cœur qui est la dégénérescence [Entartung], » (p. 57).

3e article de novembre 1935

35Ensuite, les considérations de Schmitt s’alarment sur le mariage mixte comme danger de « souiller » le sang aryen.

  • 17 « Die nazionalsocialistische Gesetzgebung und der Vorbehalt des “ordre public” im Internationalen P (...)

36Le dernier article de cette série, « La législation national-socialiste et la réserve de “l’ordre public” dans le droit international privé17 », prend défense de la législation allemande « de disqualifications morales réciproques » de l’ordre juridique étranger (p. 61). On assiste aux collisions d’une conception religieuse du droit de mariage avec celles laïques (et non point « mondaines », dans la trad. française erronée, p. 62 !). Les conceptions laïques sont aux yeux de Schmitt spécialement celles, comme il le dit un peu plus, qui recèlent « les idées de 1789 et une laïcité fondamentale » (p. 63). Schmitt les oppose à « la législation raciale national-socialiste » (id.). Il souligne le point essentiel qui démarque « notre législation raciale » (loi du Reich du 15-IX-1935) : « le droit positif allemand fait la distinction entre sujets de l’État juifs et sujets de l’État allemands » (p. 67). De manière hypocrite, il fait passer ce dernier point essentiel pour « le principe de la prise en compte et du respect réciproque de la particularité [ou du genre propre – Eigenart] des peuples » (p. 69). Hypocrite, car elle exclut les sujets juifs de la désignation générale du peuple allemand sur la base que la nécessaire « protection du sang allemand, est et reste l’affaire du peuple allemand lui-même » (id.).

37Par conséquent, « le nouveau droit racial » promulgue par le Grand Reich, ne prétend pas à l’universalité, mais se confine dans le droit international privé – à l’occurrence, allemand. Schmitt explicite les lois de Nuremberg : « elles ne protègent le sang allemand que pour autant qu’il circule dans les veines de sujets de l’État allemand » (p. 75). Exemple : lorsqu’un Juif domicilié à Berlin veut épouser une étrangère aryenne (voir « une Suédoise ou une Polonaise de sang germanique ou slave »...), selon la lettre de la loi votée à Nuremberg, « il n’existe aucun empêchement à ce mariage dans le sens de la loi du septembre 1935 » (p. 76). Par contre, tous les autres cas des Juifs et d’Allemands exclus du sang allemand, tombent sur « l’interdiction de mariage [qui] doit être prononcée sans égard pour le citoyenneté de Juif » (p. 76).

4. Léviathan en 1938

  • 18 Der Leviathan in der Staatstlehre des Thomas Hobbes. Sinn und Fehlschlag eines politischen Symbols (...)

38Enfin, dans l’ouvrage Léviathan dans la doctrine de l’ État de Thomas Hobbes (édité en forme de livre)18, on trouve l’obsession de la « souillure (Schmutz) du sang allemand », poussée poussé aux limites extrêmes de l’antisémitisme. Le Léviathan de Schmitt combine l’imposture de la science religieuse avec l’imposture de la responsabilité sur la dissension entre le politique et le religieux dont il s’accorde avec les nazis pour le faire endosser au judaïsme. Les contradictions historiques, philosophiques et proprement scientifiques enterrent la raison d’être de cette pensée occasionnelle. Derrière l’écran isolant les premiers trois chapitres du Léviathan dans la doctrine de l’ État de Thomas Hobbes par les supposées « doctrines secrètes qui se servent du Léviathan comme d’un symbole ésotérique... », transparaît le vrai sens de la tentative de récupérer politiquement l’attitude anti-papiste du philosophe anglais et d’accabler le judaïsme comme l’exposant du schisme actuel « anti-révolutionnaire », contre la soi disante révolution national-socialiste dans les années 1933-38... Les attaques de Hobbes sur l’Église « papiste » coïncident-elles avec les attaques contemporaines de Hitler et Goebbels ? Rien d’autre que le délire d’interprétation ne peut expliquer, mais à jamais justifier, ces lignes aberrantes où Carl Schmitt pensant accuser – et de manière involontaire en en réalité fait l’éloge – « le philosophe juif [qui] perpétue avec un instinct et des visées infaillibles la ligne qui va de Spinoza à Moses Mendelssohn »– la ligne de l’émancipation de la société civile, de la libération du joug théologique et dictatorial... L’émancipation s’opère non seulement en Allemagne mais à l’échelle européenne que Schmitt dans la panique national-socialiste ne pourra maîtriser, sauf dans l’image du Léviathan « débordant de vie » à l’envers de la peur de nature ; cette plainte pathétique sur les mœurs maritales de Friedrich Julius Stahl incluse :

« C’est que, depuis le congrès de Vienne, la première génération de jeunes juifs émancipés fait irruption en un large front au sein des nations européennes. Les jeunes Rotschild, Karl Marx, Börne, Heine, Leyerbeer et beaucoup d’autres occupent chacun son champ opératoire, dans l’économie, le droit public, l’art et les sciences. Sur ce frontjuif, Stahl-Jolson est le plus hardi. Il force l’entrée de l’ État prussien et de l’Église protestante. »

39On y apprend ainsi que spécialement Stahl a « pénétré dans le saint des saints d’un État allemand encore très solide » (p. 130) et que Madame Stahl-Jolson « de plus, n’a jamais pu se consoler du fait que son mari fût Israélite » (p. 185, en note 48).

40Dans Die Philosophie des Rechts (La Philosophie du Droit) Stahl a « trouvé la faille... » : l’accusation de Schmitt (p. 129) finit par se retourner sous nos yeux en éloge de l’intelligence de son « ennemi », Stahl ! Si l’on pense que oui, tout consiste parfois à trouver la faille dans un système. Fichte travaille ainsi sur les failles du système de Kant et son contemporain Peirce, à travers l’Atlantique, formule la théorie « pragmaticiste » sur la vérité scientifique comme won-infaillible. Schmitt a mis sa foi au service de l’Empirer allemand qu’il espérait à tort « infaillible » ; d’où le naufrage de son destin et celui de sa pensée dans le Leviathan.

  • 19 Cf. Aufklärung. Les Lumières allemandes, Textes et commentaires par Gérard Raulet, Paris, GF – Flam (...)

41En effet, l’anachronisme historique et philosophique est grotesque : la conception libérale – pour laquelle Schmitt pense « accuser » les penseurs juifs – se trouve d’abord chez les légistes tels Hugo Grotius (Commentationes de 1588-1589 et De iure belli, 1598) et Samuel Pufendorf, précurseurs allemands du droit naturel rationnel. C’est Pufendorf (1632-1694) qui dans De officiis hominis et civis est suivi par Thomasius (Fundamentum juris naturae et gentium, 1687 et 1705) en remplaçant l’hostilité « naturelle » de Hobbes par l’aspiration au bonheur ; et c’est Christian Wolff qui traduit le terme latin civitas par le terme Staat.19 C’est Leibniz qui critique la « Théorie du mouvement abstrait de Hobbes » (id., 61) ; enfin c’est Kant qui refuse le modèle physique de l’État (je dirai : l’allégorie de Hobbes) pour fonder la souveraineté. Le chapitre de la Théorie et pratique de 1793 pouvant s’intituler « Contre Hobbes », car à l’opposé de « la thèse effrayante » de Hobbes, Kant propose le fondement de la cité sur la liberté commune et la volonté générale dont les citoyens n’abdiquent pas (id., p. 293-297 et 313 sq.).

  • 20 Léviathan, chap. 5, 115.
  • 21 Entretien de 1982 dans Quaderni Costituzionali. Le trait antisémite reste la caractéristique consta (...)

42Animé par un aveuglement historique et philosophique, Schmitt à travers son Léviathan, « vise le mythe politique en tant que puissance qui a son efficacité propre dans l’histoire » (fin du chap. 2). Mais les citations imaginées efficaces dans cette visée opposée à la visée libérale du « front » des philosophes d’origine juive, ne peuvent expirer que dans la contingence de l’encre brune. Schmitt se joint de manière serviable au combat de l’idéologie nazie contre la tradition judéo-chrétienne : il veut « démasquer » les thèses du « premier libéral juif » – Baruch Spinoza ! – puis des Marx et des Stahl, qui ont sécularisé la théologie – voire, aux yeux de Schmitt, toute accusation irrationnelle lui semblant bonne, ont travaillé pour les juifs seuls. Comme il finit par reprocher à Spinoza, en tant que juif, de ne plus croire aux miracles auxquels le citoyen devrait croire à la commande du souverain et de l’État (nationaux-sociaux)20, le discours de Schmitt est plus qu’absurde. Mais il prétend avoir considéré le problème du judaïsme du point de vue des rapports entre judaïsme et christianisme, dans la période critique qu’il appelle la guerre civile religieuse21.

43La scientificité prétendue de la formule christologique n’est pas une plus grande imposture que la formulation de Schmitt selon laquelle « le national-socialisme n’était pas anti-cristique ». Cette dernière a les plus graves conséquences politiques pour les Juifs concrètement visés à partir de l’époque nazie des années 1933-38... Historiquement, il n’y avait pas de « destruction judéo-chrétienne de l’unité naturelle » que Schmitt suppose entre la théologie et la politique (en conclusion du chap. 1, p. 80) ; mais il y avait bien la destruction nazie du peuple de la religion judéo-chrétienne. Schmitt aurait-il besoin de quelque chose de plus du mythe NS afin de se contre-dire et contredire Hobbes lui-même ?

  • 22 Léviathan, p. 177, n° 13. Beaucoup mieux que la postface de Günther Maschke (Der Leviathan, 1993, p (...)

44L’obéissance du citoyen du Leviathan, aux temps féodaux de Thomas Hobbes, se voit appliquée à celle, mimée sinon imitée, dans la doctrine de Carl Schmitt sur le politique qui prime sur l’ État légitime, comme le principe dictatorial du Führer prime sur le modèle du pluralisme parlementaire. À travers son Léviathan (p. 79-80) Schmitt cherche dans la pensée politique de Thomas Hobbes un enseignement pratique pour l’action NS. Il approuve Helmut Schelsky, jadis jeune disciple et maintenant idéologue nazi redoutable combattant contre les Juifs22. L’auteur de l’essai Die Totalität des Staates bei Hobbes (1937-1938) voit dans le Leviathan de 1651 « le grand symbole de ce combat » ; Schmitt y souscrit pleinement, tout en se défendant des accusations de Schelsky à propos de ses sympathies antérieures pour des amis juifs... Schmitt qui chasse spécialement aux Archives de Stahl, formule une « remarque (...) pour ceux qui pourraient y trouver un intérêt objectif » (p. 185). Sa note ne fait que révéler la vulnérabilité subjective de l’auteur.

45Dans une prière d’insérer au Léviathan, distribuée après la guerre, Schmitt affirme qu’il s’agit « d’un livre entièrement ésotérique », mais avertit son lecteur de ne prendre ce livre « jamais plus en main, que [ses] mains soient lavées et soignées ou qu’elles soient rouges de sang, conformément à l’époque ! » L’ancienne date : « 11 juillet 1938 », ajoute-t-il, est « confirmée en juin 1945 (“sept ans se sont écoulées”) ». Schmitt s’adonnait à triste fête solitaire de sa survie personnelle. Léviathan l’a recraché trois fois, et pour la première fois quand il a sauvé sa vie – comme si elle était vraiment menacée par l’attaque des Schwarze Korps ayant découvert ses liens avec les familles juives – avant les lois de Nuremberg.

Notes

1 Franz Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme (1942/1944) ; trad. fr. Paris, Payot, 1987, p. 59.

2 Julius Evola citera Ficin (édition Levasti, VII, 7) : « cela, dès lors qu’on le comprend non sur le plan matériel, mais sur le plan “subtil”, est rigoureusement exact. » Evola y entre dans ses propres obsessions de sexualité tantrique où « la force tsing de l’enseignement chinois, s’allume initialement à travers le regard, avant de pénétrer dans le sang. » (Métaphysique de sexe, 1er chapitre, Eros et amour sexuel, 9, « La théorie magnétique de l’amour », éd. L’Âge d’Homme, Lausanne, p. 37.) Mais ajoutons simplement, pour en revenir au plan matériel honni par le métaphysicien du sexe, que la médecine ésotérique chinoise, confond l’écoulement du liquide séminal avec le sang – précisément comme la médecine de l’époque de Platon.

3 E. Traverso, « Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale », article de 2008, p. 40.

4 Cité par Karl Polanyi, « L’essence du fascisme » (1935), dans Essais, p. 389.

5 Idem, p. 389-390.

6 Discours du pape Benoît XVI à l’Université de Ratisbonne, cité par René Girard, Achever Clausewitz, chap. « Le pape et l’empereur » (Paris, 2007, éd. Carnets Nord, p. 349). – Dans son ouvrage, R. Girard expose l’hypothèse sur « l’origine sacrificielle de l’humanité » (p. 12 sq.). Ni l’art de guerre de Clausewitz comme « prétendu sacré de la violence » (auquel Girard oppose l’idée que « se convertir, c’est mettre à distance ce sacré souillé. », p. 192), ni « la théologisation de la guerre » chez Schmitt qui, sur les pas de Clausewitz, envisage « la stratégie [guerreière] comme un moyen au service de la politique » (p. 133), n’appuient pas cette hypothèse sacrificielle !

7 Die Wert des Staates und die Bedeutung des Einzelnen, Tübingen, 1914, p. 54.

8 Der Hutter der Verfassung (1931) est suivi par Legalität und Légitimät (1932) ; Légalité, légitimité ; trad. fr. par W. Gueydan de Roussel, Librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1936, précédé d’une longue Introduction du traducteur. (Doremus dira en 1982, que cette introduction était « très orientée » ; entendons : profasciste). – Schmitt magnifie logiquement la traduction de Gueydan de Roussel en la mentionnant dans sa préface de 1963 au Begriff (voir « la Notion de politique », 46). La Postface à la réédition de 1932 déjà flattait au traducteur en rapportant ironiquement l’anecdote sur l’opposition ami-ennemi au quotidien. « À son dentiste qui lui disait : “Vous n’avez rien d’un héros”, W. Gueydan de Roussel répondit : “C’est que vous n’êtes pas mon ennemi.” » (id., 171). Sur W.G. de Roussel émigré en Amérique latine, voir le journal de Schmitt, Glossairum, aux dates suivantes : 2. 3. 1948 ; 30.5.1948 ; 8.6.1948, 11.6.1948 etc.

9 État, Mouvement, Peuple, p. 32.

10 Trad. fr. dans Cités, n° 14, Paris, 2003, p. 175.

11 « La science allemande du droit dans sa lutte contre l’esprit juif », 1936 (Cités, n° 14, 2005, p. 179).

12 La manie classificatoire reflète celle ségrégationniste : déterminer s’il s’agit bien d’un juif à part entière (Volljude), p. 176, ou comme selon le classement des différentes catégories de métis (Mischlinger), d’un métis au 2e degré, etc. – Hans Frank, né en 1900, a participé avec Hitler au putsch du 8-XI-1923 et était devenu ministre de la Justice en Bavière, directeur du Rechtsamt du NSDAP, Ministre du Reich sans portefeuille, président de l’Académie allemande du Droit (1933). En tant que gouverneur général en Pologne pendant l’occupation nazie, comme le souligne Agnès Pilleul dans sa notice (1997, p. 110), Frank « traita les Polonais avec une cruauté et une brutalité légendaire ». Cette « barbarie et les massacres de Juifs pendant l’occupation de la Pologne », représente l’un des événements qui mènent à « la solution finale », remarque Zarka (Un détail nazi dans la pensée de C. Schmitt, p. 4). Hans Frank fut exécuté en 1946, après le procès de Nuremberg.

13 État, Mouvement, Peuple, p. 46.

14 « La science allemande du droit dans sa lutte contre l’esprit juif », p. 179.

15 Deutsche Juristen Zeitung, 1-X-1935.

16 Trad. fr. dans Yves Charles Zarka, Un détail nazi dans la pensée de Carl Schmitt, Paris, PUF, 2005, p. 53-57.

17 « Die nazionalsocialistische Gesetzgebung und der Vorbehalt des “ordre public” im Internationalen Privatrecht », texte de la conférence berlinoise de Schmitt du 28-XI- 1935, édité par Hans Frank dans Zeitschrift der Akademie für Feutsches Recht, cahier 3, 1936. Trad. fr. in Zarka, ouvrage cité, p. 59-88.

18 Der Leviathan in der Staatstlehre des Thomas Hobbes. Sinn und Fehlschlag eines politischen Symbols (Hambourg, 1938 ; Stuttgart, 1982 et 1993) ; traduit et utilement annoté par Denis Trierweiller (Paris, 2002, Éditions du Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 251 p.).

19 Cf. Aufklärung. Les Lumières allemandes, Textes et commentaires par Gérard Raulet, Paris, GF – Flammarion, 1995, p. 275.

20 Léviathan, chap. 5, 115.

21 Entretien de 1982 dans Quaderni Costituzionali. Le trait antisémite reste la caractéristique constante dans les propos de Schmitt : à l’âge de 93 ans, il ne peuat pas toujours comprendre qu’une chef-d’œuvre, tel le Procès, pouvait être écrit par Franz Kafka – « un Juif » !

22 Léviathan, p. 177, n° 13. Beaucoup mieux que la postface de Günther Maschke (Der Leviathan, 1993, p. 207-219 et section Stahl, 220-227), dans l’édition française de Léviathan, la section de la postface de W. Palaver intitulée « La critique par Schelsky de l’interprétation de Hobbes par Schmitt en 1937 » (p. 202-204) restitue la polémique essentielle pour la compréhension des motivations schmittiennes pour se donner à la chasse des « provenances juives » (p. 80) de l’un ou l’autre penseur.

Auteur

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search