Version classiqueVersion mobile

L’esprit des lieux

 | 
Gérard Peylet
, 
Michel Prat

Deuxième partie. Ces lieux où souffle un esprit

L’Autel de la Victoire Un Lieu de Résistance dans la Rome du ive siècle

Patrice Cambronne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En Prologue

« L’Affaire de l’Autel de la Victoire »

Lorsque l’on évoque l’histoire de Rome au IVe siècle de notre ère, on ne saurait passer sous silence ce que l’on appelle traditionnellement « L’Affaire de l’Autel de la Victoire », une « Affaire » à multiples rebondissements !

Il s’agit donc d’un autel édifié en l’honneur de la Victoire, une des plus célèbres abstractions divinisées. Dans sa Théogonie, Hésiode en fait la fille d’un Titan. Mais, dès une époque assez ancienne – VIe-Ve siècles av. notre ère –, elle s’identifia assez vite avec d’autres divinités, essentiellement Athéna, ce qui ne nous étonne pas, vu le caractère guerrier de cette dernière ; c’est ainsi qu’ Athéna Nikè a eu son temple célèbre sur l’Acropole. Peu à peu, Nikè retrouve son statut de divinité distincte, telle une abstraction divinisée. Elle est représentée en aurige de Zeus, ou d’Athéna, ou en figure féminine ailée1. Le culte – comme la théologie qui l’induit – s’infléchit, évidemment, dès l’époque alexandrine...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search