Version classiqueVersion mobile

Ce que modernité veut dire (II)

1. Modernités et modernismes littéraires

Ulysses avant Ulysses : Joyce et la constitution du credo moderniste anglo-saxon (1914-1921)i

Régis Salado

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’on devrait parler de circulation effective d’un livre par le nombre de lecteurs touchés QUI ONT COMPRIS, et non d’après le nombre de semi-crétins qui l’achètent pour d’autres raisons.
Ezra POUND, “Chronique du passé” (1933).

Position du problème

Lorsqu’Ezra Pound écrit pour la première fois à James Joyce le 15 décembre 1913, inaugurant ce qui devait s’avérer l’une des plus fécondes relations de l’histoire littéraire du XXème siècle, et plus singulièrement du mouvement moderniste,1 il semble bien que le terme “moderne” lui-même ne puisse être employé sans certaines précautions :

Cher Monsieur : Mr Yeats m’a parlé de vos écrits. Je suis en bons rapports avec deux ou trois journaux nouveaux et impécunieux – The Egoist (…) et le Cerebralist (…)– ce sont les deux seuls organes de l’Angleterre qui tiennent debout, défendent la libre parole et veulent (je ne dis pas qu’ils en aient) de la littérature. Le second paie peu, le premier est pratiquement sans le sou, nous faisons ça pour les aloue...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search