Version classiqueVersion mobile

Le Sujet lyrique en question

Voix

Cette histoire est la mienne

Petit dictionnaire autobiographique de l’élégie

Emmanuel Hocquard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ah ! Hélas !

L’élégie classique, telle qu’on nous l’a enseignée (poème exprimant le regret, la plainte, la tristesse, la mélancolie, la douleur, la nostalgie, etc.), obéit au schéma suivant : ça avait bien commencé ; le temps a passé ; et, pour finir, ça a mal tourné.

Image 10000000000002A4000001D4B08704279A76BD2F.jpg

Si avec Properce et Ovide on est dans la confidence et avec Chénier plutôt dans le fait divers, dans tous les cas on a affaire à l’amplification lyrique d’une situation anecdotique (V. Anecdote). Et quand on appuie à fond, comme au piano, sur la pédale hyperbolique de la représentation élégiaque, on atteint au pathos.

Pour résumer : 1. Les chants désespérés sont réputés être les plus beaux. 2. A l’origine, tout va bien. Puis les choses se gâtent. Le temps élégiaque coule dans ce sens : Hélas pour moi !

Anecdote

Récit relatif à un menu fait de caractère privé et sans portée générale. L’élégiaque est friand d’anecdotes. En fait, pour lui, tout est anecdote : un bassin creusé avec des amis, la construction d’un poulailler ou l...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search