Version classiqueVersion mobile

Le Sujet lyrique en question

Traversées

L’homme qui ment

Réflexions sur l’idée de lyrisme chez André Breton

Michel Murat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je ne sais pas ce que signifie l’expression « sujet lyrique », ni dans quelle mesure elle peut convenir à André Breton et au surréalisme. Cette expression d’ailleurs est peut-être malvenue ou mensongère. Breton quant à lui emploie le mot lyrisme et – accolé à d’autres noms – l’adjectif lyrique, et c’est en me fondant sur l’usage qu’il en fait que j’examinerai la notion correspondante. J’essaierai de la situer dans le débat intellectuel auquel Breton a participé, puis dont il s’est dégagé – débat d’ailleurs assez confus et limité dans le temps. Je me demanderai quel rôle, structurant ou accessoire, convenu ou surprenant, la notion de lyrisme a joué dans la constitution de la poétique d’André Breton – si, en d’autres termes, un tel fil conducteur nous mène à autre chose qu’à une reconnaissance du « système de pensée » qu’est le surréalisme, et de la manière dont Breton se l’est peu à peu ajusté.

D’emblée j’ai qualifié de mensongère l’expression de « sujet lyrique », et la justification...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search