Versión clásicaVersión móvil

Le Sujet lyrique en question

Traversées

Hugocentrisme et diffraction du sujet

Yves Vadé

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

La lyre ou le luth, à l’époque romantique, sont ces instruments par quoi le « je » de l’auteur devient le Poète, c’est-à-dire un autre. Lorsque Rimbaud aura pris conscience de cet autre et du fait que « la symphonie fait son remuement dans les profondeurs », la lyre emblématique pourra être reléguée au magasin des accessoires. En attendant, les poètes, jusqu’à Lautréamont inclus, en sont tout déconcertés. « Ne soyez pas sévère pour celui qui ne fait encore qu’essayer sa lyre : elle rend un son si étrange ! » écrit Lautréamont à la fin du premier des Chants de Maldoror. Quarante-cinq ans auparavant, le jeune Hugo ne pouvait s’empêcher d’opposer sa lyre féminine à l’épée de son père :

1 Quoi ! toujours une lyre et jamais une épée !
Toujours d’un voile obscur ma vie enveloppée !
13 Je rêve quelquefois que je saisis ton glaive,
O mon père !
79 Lègue à mon luth obscur l’éclat de ton épée [...]
(Odes, livre II, IV, texte daté d’août 1823)

Contre l’espèce d’estrangement que provoque pour lui-même...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search