Desktop versionMobile Version

Le Sujet lyrique en question

Traversées

Hugocentrisme et diffraction du sujet

Yves Vadé

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

La lyre ou le luth, à l’époque romantique, sont ces instruments par quoi le « je » de l’auteur devient le Poète, c’est-à-dire un autre. Lorsque Rimbaud aura pris conscience de cet autre et du fait que « la symphonie fait son remuement dans les profondeurs », la lyre emblématique pourra être reléguée au magasin des accessoires. En attendant, les poètes, jusqu’à Lautréamont inclus, en sont tout déconcertés. « Ne soyez pas sévère pour celui qui ne fait encore qu’essayer sa lyre : elle rend un son si étrange ! » écrit Lautréamont à la fin du premier des Chants de Maldoror. Quarante-cinq ans auparavant, le jeune Hugo ne pouvait s’empêcher d’opposer sa lyre féminine à l’épée de son père :

1 Quoi ! toujours une lyre et jamais une épée !
Toujours d’un voile obscur ma vie enveloppée !
13 Je rêve quelquefois que je saisis ton glaive,
O mon père !
79 Lègue à mon luth obscur l’éclat de ton épée [...]
(Odes, livre II, IV, texte daté d’août 1823)

Contre l’espèce d’estrangement que provoque pour lui-même...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search