Version classiqueVersion mobile

Le Sujet lyrique en question

Traversées

Hugocentrisme et diffraction du sujet

Yves Vadé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lyre ou le luth, à l’époque romantique, sont ces instruments par quoi le « je » de l’auteur devient le Poète, c’est-à-dire un autre. Lorsque Rimbaud aura pris conscience de cet autre et du fait que « la symphonie fait son remuement dans les profondeurs », la lyre emblématique pourra être reléguée au magasin des accessoires. En attendant, les poètes, jusqu’à Lautréamont inclus, en sont tout déconcertés. « Ne soyez pas sévère pour celui qui ne fait encore qu’essayer sa lyre : elle rend un son si étrange ! » écrit Lautréamont à la fin du premier des Chants de Maldoror. Quarante-cinq ans auparavant, le jeune Hugo ne pouvait s’empêcher d’opposer sa lyre féminine à l’épée de son père :

1 Quoi ! toujours une lyre et jamais une épée !
Toujours d’un voile obscur ma vie enveloppée !
13 Je rêve quelquefois que je saisis ton glaive,
O mon père !
79 Lègue à mon luth obscur l’éclat de ton épée [...]
(Odes, livre II, IV, texte daté d’août 1823)

Contre l’espèce d’estrangement que provoque pour lui-même...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search