Version classiqueVersion mobile

Chanson et intertextualité

 | 
Céline Cecchetto

2. Politique et société

Performance et travail de mémoire intertextuel : Analyse des premiers concerts de Mikis Théodorakis en Grèce à la chute de la dictature des colonels (1967-1974)

Nathalie Katinakis

Texte intégral

1Résistant de la première heure contre le régime des colonels qui frappa la Grèce de 1967 à 1974, le compositeur grec Mikis Théodorakis a été emprisonné puis contraint à l’exil avant de pouvoir retourner dans son pays en 1974. Pendant la dictature, sa musique a été complètement censurée et la seule évocation de son nom était considérée par le régime en place comme un délit grave. Son retour sur la scène musicale grecque s’est manifesté par sa participation aux concerts du stade Karaïskaki au Pirée, le 9 et 10 octobre 1974. Ces concerts ont eu lieu quelques semaines avant les élections législatives (les premières depuis 1964) visant à renouveler tous les membres du Parlement. Ils se sont ainsi déroulés dans le contexte d’une démocratie nouvellement instaurée et bientôt confirmée par des élections, mais aussi dans une situation politique encore instable ; la crise chypriote étant là pour rappeler aux Grecs les conséquences du régime dictatorial. Chypre venait alors de subir l’invasion des troupes turques, le 20 juillet 1974, suite à une manœuvre ratée des colonels qui précipita leur chute. En plus de célébrer la fin du régime militaire, ces concerts avaient d’ailleurs comme objectif explicitement autoproclamé de recueillir des dons pour l’île et d’apporter un soutien moral à ses habitants.

2Dans le contexte d’une démocratie convalescente où ils retrouvaient enfin leurs droits fondamentaux, les Grecs ont alors été réunis avec celui dont les chansons et la résistance ont été une source d’inspiration pendant les moments difficiles. C’est à cette rencontre et à ce phénomène musical au succès sans pareil en Grèce que cet article souhaite s’attacher, particulièrement du point de vue des interprétations et réinterprétations auxquelles donnèrent lieu les concerts. L’intertexte fut alors de l’ordre de rétrospections liées à la période dictatoriale qui venait de s’achever et les dégâts qu’elle avait causés, mais également de projections collectives où la communauté grecque en transition devait faire le point pour construire son futur.

Des concerts en continuité

3Les concerts au stade Karaïskaki peuvent être vus comme s’inscrivant en continuité avec la coutume du rassemblement qui a toujours tenu une place importance dans la vie des Grecs, tant en milieu urbain qu’en milieu rural. Dans les contextes de crise en Grèce, se rassembler prenait un sens particulier lié à un désir profond d’émancipation.

4Pendant la dictature des colonels, toute réunion privée ou publique était strictement interdite. Les concerts de l’automne 1974 ont ainsi été les premiers rassemblements autorisés en Grèce depuis sept ans. Par leur forme et leur expression, ces concerts ne sont pas sans rappeler d’autres rassemblements qui ont marqué l’histoire contemporaine grecque.

5L’humeur festive de ces concerts évoque notamment l’enthousiasme populaire des rassemblements qui ont eu lieu aux grandes heures de la Libération, le 12 octobre 1944. Dans les deux cas, les Grecs ont fêté la liberté retrouvée après les épreuves de l’Occupation ou les 7 années de dictature. De la même manière que les Athéniens ont célébré les chefs de la Résistance à la Place Syntagma en 1944, la foule a acclamé les chanteurs et musiciens durant les concerts de 1974. Comme nous l’évoquerons plus loin, si la jubilation au moment de la Libération fut de courte durée, celle des concerts fut également brève, suivie de nombreuses désillusions.

6Les concerts d’octobre 1974 s’inscrivent aussi en continuité avec les obsèques nationales de Grigoris Lambrakis (1963), Sotiris Petroulas (1965) et Georges Papandréou (1965). Tout comme ces funérailles, qui ont été l’occasion pour les Grecs de manifester leur opposition au pouvoir, les concerts ont permis à la foule de montrer sa force par sa seule présence. Puissante dans bon nombre de grands rassemblements de l’histoire contemporaine grecque, la foule fut aussi régulièrement atteinte de plein fouet à ces occasions. Deux mois à peine après les rassemblements de la Libération à la Place Syntagma, un dimanche sanglant attend la foule qui s’est amassée à la même place, le 3 décembre 1944, cette fois pour manifester contre l’hostilité des troupes anglaises et la décision de désarmer l’ELAS sans contrepartie politique. De la même manière, les manifestations des étudiants à l’école Polytechnique du 14 au 17 novembre 1973 ont fait plusieurs victimes.

7Évoquant d’autres grands rassemblements grecs marquants, les concerts du stade Karaïskaki semblent également s’apparenter de manière générale aux panégyries (paniyiria) répandues dans toute la Grèce en l’honneur des saints patrons. Ces fêtes religieuses locales existaient déjà dans l’Antiquité où elles étaient célébrées pour honorer une divinité. Liant la femme et l’homme à leur milieu, elles sont l’occasion de renforcer la cohésion de la communauté. De la même manière que les parades ou les anniversaires célèbrent la relation au passé et le passage du temps, ces concerts peuvent être vus comme une fête dont le but est à la fois de maintenir et avancer. La junte étant tombée depuis seulement quelques mois au moment des concerts, la Grèce se trouvait alors dans un contexte social et politique encore très fragile. Dans le processus transitionnel vers la démocratie, ces manifestations musicales étaient bien plus qu’une façon de célébrer la victoire contre la junte. Elles ont aussi permis de fixer les valeurs des Grecs et de confirmer leur volonté de vivre dans un état de droit.

8En plus de posséder des attributs communs avec la fête et la panégyrie, les concerts peuvent aussi être vus comme une célébration du passage du temps. Dans le présent des concerts où la dictature vient de tomber et que la démocratie est en train de s’établir à nouveau, les Grecs ne souhaitaient pas un retour en arrière. En ce sens, les concerts auraient marqué symboliquement cette transition et ce changement d’ordre.

Une bataille remportée au prix de sacrifices

9Si les concerts peuvent être vus comme une réjouissance de la communauté qui célèbre sa victoire contre la dictature, ils lui rappellent également comment cette dernière a été acquise. C’est au prix de sacrifices et d’épreuves endurées que la bataille a pu être remportée ; les concerts les ramenant à la mémoire du public.

10S’ancrant dans le présent éphémère des concerts, le travail de mémoire sort du cadre de ces derniers pour renvoyer à la mémoire du passé et rejoindre la mémoire d’attente, dans un va-et-vient constant entre les rétrospections et les projections collectives. Dans le même ordre d’idées, Elliott (2006) parle de « site de mémoire » dans son étude d’un concert au Chili donné à la chute de la dictature de Pinochet (1973-1989). Elliott explique que ce concert ne peut être réduit à quelque chose qui s’est produit au cours de quelques heures et dans un certain lieu, mais plutôt comme un processus beaucoup plus large et long. Les concerts d’octobre 1974 ne se limitent pas non plus au temps et au lieu de leur production ; ils englobent la période avant, pendant et après la dictature.

11Ainsi, même si le régime militaire est tombé et que l’heure est à la fête dans le présent fugitif des concerts, la mémoire du passé se mêle à la mémoire d’action pour faire éclore les souvenirs des souffrances antérieures. La victoire a effectivement coûté cher aux Grecs qui peuvent enfin prendre leur revanche sur les années de répression : « Et 7 ans et demi de silence et d’inaction, en son souvenir, le peuple éclate », souligne l’Athinaïki (10 octobre 1974) pour justifier les réactions explosives de la foule. Cette vengeance s’exprime également par les slogans scandés par cette dernière dans les concerts d’octobre 1974. Deux sont particulièrement éloquents : « Livrez la junte au peuple ! » et « Les prisons attendent les dictateurs ! ». Les Grecs veulent que les responsables soient punis, quitte à s’en charger eux-mêmes.

Victimes passées et survivantes

12Dépassant les frontières de l’ici et maintenant de l’automne 1974, les concerts ont offert un espace de reconnaissance aux victimes passées et aux survivants. En réhabilitant la mémoire de ces derniers, elle les a remis à l’honneur tout en les récompensant pour leurs efforts et tourments.

13L’histoire contemporaine de la Grèce a été une succession d’épreuves souvent marquée par des dénis mémoriels. Les résistants de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) et de la guerre civile (1944-1949) n’ont eu aucune reconnaissance au sortir de ces conflits. Aucun monument ou commémoration n’a été autorisé pour leur rendre hommage. Au lieu d’être honorés, ils ont été jetés en prison à la place des collaborateurs. Cette non-reconnaissance touchait les résistants eux-mêmes qui, une fois sortis de prisons, n’osaient pas parler de leur passé. L’amnésie collective allait jusqu’à nier l’existence de ces derniers.

14Prolongation de ces périodes historiques douloureuses, la dictature des colonels a permis aux mêmes bourreaux de recommencer leurs activités, avec les mêmes techniques, traquant les mêmes résistants, utilisant les mêmes procédés éhontés.

15Premiers rassemblements libres à la chute du régime militaire, les concerts de l’automne 1974 ont été l’occasion d’enfin réhabiliter la mémoire collective bafouée depuis si longtemps. Pour la première fois depuis l’instauration de la dictature Métaxas (1936-1941) jusqu’à la fin de celle des colonels (1967-1974), les Grecs ont pu s’exprimer librement et remettre à l’honneur les pages occultées de l’histoire.

  • 1 Les andartès se revendiquaient comme les descendants des héros de la guerre d’Indépendance.

16À la fois victoires et revanches, ces concerts peuvent aussi être vus comme une récompense après tant d’épreuves endurées. Ceux qui ont résisté contre les envahisseurs ou les occupants depuis des années ont enfin remporté la bataille. Des pallikares de la guerre d’indépendance de 1821 aux résistants de la dictature des colonels, en passant par les andartès1 de la Deuxième Guerre mondiale et la guerre civile, une longue tradition héroïque traverse l’histoire de la Grèce, tradition toujours associée à des actes de résistance. Cependant, si les héros de la guerre d’indépendance ont remporté la révolution, ce fut au prix d’une mainmise des puissances étrangères. De la même manière, la victoire des andartès contre les occupants entraîna la libération de la Grèce en 1944, libération qui s’avéra illusoire puisque Churchill et Staline décidèrent autrement du sort de l’Europe.

17Victoires toujours trop brèves souvent suivies de trahisons, ces actes de résistance ne furent jamais vraiment récompensés avant la fin de la dictature des colonels. Ainsi, la victoire remportée sur le régime dictatorial est une victoire qui s’ancre dans tout un passé. Cette victoire peut enfin être savourée dans le cadre des concerts. Ces derniers permettent de rattraper le retard accumulé et de prendre la revanche sur la mémoire manipulée depuis des décennies.

Les disparus et les détenus

18Réhabilitation des pages occultées de l’histoire et remise à l’honneur des actes de résistance passés, les concerts au stade Karaïskaki ont également été l’occasion de rendre hommage aux disparus et détenus du régime militaire.

19Plusieurs personnes sont décédées au cours des sept ans de la dictature des colonels. Parmi elles, le poète Georges Séféris, récipiendaire du Prix Nobel de Littérature en 1963 dont Théodorakis a mis en musique les poèmes (Archipelagos, Politia A & B, Epiphania, Mithistorima). Le brouillon du programme des concerts au stade Karaïskaki disponible dans les archives de la Librairie musicale Lilian Voudouri ainsi que le journal I Avgi (11 octobre 1974) rapportent qu’au moment de présenter les deux cycles de poésie de Séféris Epiphania et Mithistorima, le présentateur de la soirée, Alekos Alexandrakis en a profité pour rendre hommage au poète disparu : « On honore la mémoire du poète Séféris. On honore tous ceux qui sont partis pendant cette nuit qui a duré 7 ans » (I Avgi, 11 octobre 1974). Le même journal poursuit en précisant que « Comme si c’était arrangé, des milliers de personnes ont lancé une terrible “attaque” et ont ainsi montré combien profondément s’est enracinée la haine du peuple pour la tyrannie et le fascisme » (I Avgi, 11 octobre 1974). Cette « attaque » fait référence aux slogans qui ont alors été scandés avec vigueur : « Pour qu’il n’existe plus de camps de concentration ! Pour qu’on pense librement ! Pour qu’on décide librement ! Livrez la junte au peuple ! » (I Avgi, 11 octobre 1974). Le Kathimerini (10 octobre 1974) rapporte pour sa part que l’atmosphère était tendue dans le stade au moment où Alexandrakis a expliqué que la performance de Mithistorima, composée à la prison Averof en janvier 1968, était dédiée à toutes les personnes encore emprisonnées.

Des connotations plurielles

20Dans ce même ordre d’idées, deux œuvres présentées dans le cadre des deux concerts au stade Karaïskaki semblent à ce sujet avoir particulièrement lié la mémoire d’action aux victimes des dernières années ainsi qu’aux traumatismes passés, tant en Grèce qu’ailleurs dans le monde. Nous pensons d’abord aux chansons 18 noemvri (18 novembre) et To gelasto paidi (L’enfant souriant) dont Théodorakis a initialement composé la musique en 1962 pour la pièce The Hostage (L’otage) de Brendan Behan. Cette pièce raconte l’histoire de deux soldats, l’un Irlandais et l’autre Anglais, sur fond des hostilités entre l’armée républicaine irlandaise et le gouvernement britannique. En mettant en musique les textes de Behan, Théodorakis associe le combat pour la liberté des Irlandais face aux Anglais à celui des Grecs à la libération de 1944. Il lie le passé de la Grèce à celui de l’Irlande ; deux pays ayant expérimenté des luttes similaires. En 1969, les compositions de Théodorakis sont ensuite été intégrées à la trame sonore du film Z de Costa-Gavras, la chanson thème To gelasto paidi (L’enfant souriant) devenant un succès international. Le film racontant l’histoire de Grigoris Lambrakis, l’œuvre de Théodorakis s’est alors vue associée au militant pacifiste. Alors que les textes initiaux décrivaient la quête émancipatoire irlandaise, leur actualisation dans le film Z les voit chargés d’un autre sens. Non seulement la mise en musique des textes de Behan par Théodorakis associait les combats pour la liberté de l’Irlande à ceux de la Grèce, la référence à Lambrakis par l’intermédiaire du film Z les a ancrés dans la période pré-dictatoriale.

21Dans les concerts d’octobre 1974, ces chansons aux connotations plurielles et complémentaires se sont vues à nouveau chargées d’un sens supplémentaire. Les paroles de la chanson 18 noemvri (18 novembre), en référence aux événements du 18 novembre 1920 où trois civils ont été tués dans les conflits opposants les Irlandais aux Britanniques à Cork city en Irlande, ont alors été volontairement modifiées. Au lieu de chanter « C’était le 18 novembre », Maria Farantouri a chanté « C’était le 17 novembre » ; date à laquelle prirent fin les manifestations à l’école Polytechnique d’Athènes par l’intervention des chars qui firent des centaines de victimes. Si ce changement de paroles fit exploser la foule en délire, les images filmées par Klaus Salge du concert du 10 octobre dévoilent comment Farantouri, Théodorakis, les musiciens et les autres interprètes sur scène demeurèrent graves, sérieux, solennels et concentrés ; attitude qui est d’ailleurs palpable pour l’ensemble de l’événement. Comme si elle avait un énorme respect envers l’œuvre chantée ainsi que ses références, la troupe fit effectivement preuve d’une très grande sobriété au cours de ces deux concerts.

22Il est possible de comprendre l’enthousiasme de la foule à l’écoute de cette chanson par le travail de mémoire qu’elle engendre. En changeant les paroles pour la date fatidique des événements de l’école Polytechnique, Farantouri provoque le rappel des victimes récentes. Ce faisant, ce traumatisme encore très vif refait surface : « Ils se souviennent du sang qui a coulé à la Polytechnique en novembre, les tortures injustes des patriotes dans les cachots […] », raconte le journal Athinaïki (10 octobre 1974). La mémoire fraîche de la dictature et de ses victimes est aussi sollicitée dans la chanson Min xexnas ton Oropo (N’oublie pas Oropos), chantée par Théodorakis lui-même juste après l’épisode des fils coupés. Cette chanson fut composée alors qu’il se trouvait dans le camp de concentration d’Oropos (1969-1970) en vue d’être interprétée par la chorale qu’il avait constituée avec d’autres détenus. S’il est à présent libéré de ce camp, Théodorakis reprend cette chanson comme une véritable exhortation à défier l’oubli et à se souvenir des personnes qui y ont souffert. En s’adressant à la foule, il lui lance « Et toi peuple tant tourmenté, n’oublie pas Oropos ». Cette injonction à se souvenir est comme un devoir de mémoire envers ceux qui ont contribué à ce que la bataille soit gagnée.

23En rappelant à la foule que de nombreuses personnes sont tombées durant ces années sombres et que plusieurs autres sont toujours détenues, Théodorakis et sa troupe ont ainsi sollicité sa mémoire. Leur stimulation mémorielle a cependant eu un effet violent. En souvenir des disparus et des prisonniers, la foule a fait preuve de comportements parfois explosifs. Le travail de mémoire a touché une corde sensible, provoquant la colère du public et montrant qu’il nourrissait une véritable aversion contre les régimes antidémocratiques.

24Après les humiliations des dernières décennies, dont les villages martyrs, les otages fusillés, la chasse aux résistants, les élections truquées de 1961 et les épreuves de la dictature des colonels, le public a saisi l’occasion pour crier sa rage. Contraint au silence depuis des années, les concerts lui ont offert un espace pour se défouler. Les rancœurs accumulées se sont exprimées sous la forme d’une soif de vengeance, dont le meilleur exemple fut le slogan « Livrez la junte au peuple ! » qui n’a cessé d’être scandé tout au long des concerts.

Les victimes survivantes

25Non seulement les absents (disparus ou détenus) sont inclus dans ces concerts, mais certaines victimes encore en vie et qui ne se trouvent pas en prison ont effectivement assisté aux concerts. Interviewées et filmées par les journalistes de l’équipe de Klaus Salge, quelques-unes ont fait part de leurs expériences au moment du concert du 10 octobre 1974, comme cette jeune femme qui a passé cinq mois dans un confinement solitaire pour avoir fait partie de l’organisation des étudiants contre la dictature avant d’être libérée par Amnesty International.

26Un homme ayant été arrêté par la police militaire secrète (ESA) le 8 mai 1973 avec trente-cinq autres collègues a également livré son témoignage. Il a décrit les tortures qu’il a subies : « les coups sur la plante des pieds, les électrochocs, les brûlures de cigarettes sur tout le corps » (Salge 1974). Il a aussi confié que même si ces expériences furent horribles et terrifiantes, il est conscient que d’autres personnes ont souffert davantage que lui.

27Les journalistes de l’équipe de Klaus Salge ont permis d’immortaliser et de faire connaître les histoires taboues des victimes présentes aux concerts en les diffusant par la suite sur diverses chaînes de télévision à travers le monde. Les souffrances de ces victimes ont pu être dévoilées au grand jour. En plus d’obtenir une reconnaissance et de pouvoir enfin parler librement des épreuves qu’elles ont endurées, les victimes ont apporté une connotation particulière aux concerts par leur seule présence. Elles ont été la preuve qu’il était possible de survivre à l’oppression de la junte, rappelant du même coup que certains événements malheureux avaient bel et bien eu lieu. Leur survie et leur présence aux concerts étaient un beau pied de nez à tous ceux qui avaient voulu leur nuire.

Chypre, Chili et idéaux : un attachement aux multiples facettes

28Si la réhabilitation des victimes et des pages occultées de l’histoire contemporaine grecque a lié le passé de la Grèce au présent des concerts, l’attachement à certains idéaux universels a permis une solidarité avec d’autres peuples qui vivaient alors des situations de crise. Même si la bataille semble avoir été gagnée, l’avenir reste à être construit, mais non dans un effort solitaire. Alors que d’autres peuples traversent à leur tour des situations houleuses, la liaison à ces derniers permet ainsi de se donner confiance tout en leur donnant espoir qu’une victoire peut être possible. Du coup, cette alliance autour des mêmes combats est créatrice d’attaches.

29D’une part, les concerts au stade Karaïskaki ont pour but de soutenir Chypre moralement et financièrement. Non seulement les artistes et le public ont marqué leur soutien à l’île par leur seule présence à ces concerts, les recettes de ces soirées lui auraient aussi été reversées. L’appui à Chypre s’est aussi manifesté par l’intervention d’étudiants chypriotes qui ont participé aux concerts en prononçant un discours.

30À cet attachement à la cause chypriote, s’ajoute celui au Chili, nouvellement en dictature. Les concerts au stade Karaïskaki ont été l’occasion pour Théodorakis de présenter pour la première fois en Grèce sa dernière œuvre : le Canto General composée sur les vers de Pablo Neruda. Comptant à la base 342 poèmes, le Canto General évoque l’histoire et les luttes des peuples du continent américain.

31Lors de la présentation de l’œuvre, Katrakis a fait la citation suivante, rapportée par le journal Rizospastis (11 octobre 1974) : « Amérique, c’est notre terre sans boue, elle s’embrase. Avec elle et les hors-la-loi, la rose. Patrie, tu vas renaître à nouveau… ». Le journal I Avgi souligne pour sa part les slogans alors scandés par la foule : « À bas la junte du Chili ! »- À bas l’américanocratie ! ». Pour ce qui est du journal I Kathimerini (11 octobre 1974), il souligne l’enthousiasme des spectateurs à l’écoute de cette nouvelle œuvre.

  • 2 Ce n’est qu’en avril 1993 que l’œuvre fut créée à Santiago du Chili pour fêter le retour à la démoc (...)

32Au moment où la dictature prend fin en Grèce (juillet 1974), le Chili est depuis quelques mois (septembre 1973) sous un régime militaire. C’est lors de son exil à Paris au début des années 1970 que Théodorakis compose le Canto General, sur les vers de Neruda, avec qui il se lie d’amitié durant cette période. Avant le coup d’État au Chili du 11 septembre 1973 et le décès de Neruda, Théodorakis et le poète chilien avaient planifié de présenter l’œuvre à Santiago du Chili2. Mais c’est dans la Grèce à nouveau libre qu’elle est plutôt présentée, chantée en espagnol par Petros Pandis dont l’interprétation est qualifiée d’« émouvante » par le Rizospastis (11 octobre 1974). Les images filmées de ces concerts nous montrent un Théodorakis souriant durant l’exécution de cette œuvre, comme s’il était particulièrement fier de la présenter aux Grecs. Découvrant ces nouvelles pièces, le public les écoute, attentivement. Il se balance de gauche à droite, se tenant par les épaules, agitant leurs vestes, tapant dans les mains. Certains font le signe de la victoire, pendant qu’un homme lève le poing, fièrement.

  • 3 http://mikis.mmb.org.gr/.

33Le brouillon du programme des concerts3 nous a permis de retrouver la présentation de l’œuvre faite par Alekos Alexandrakis au stade Karaïskaki. Ce dernier la décrit comme une « poésie chilienne habillée d’une musique grecque qui symbolise la solidarité des luttes de nos peuples contre les juntes et l’américanocratie haineuse. » Le choix de mettre en musique les vers de Neruda n’est effectivement pas anodin pour Théodorakis. Lorsqu’il séjourne au Chili en 1971, le compositeur constate certaines similitudes entre les Grecs et les Chiliens :

  • 4 http://www.mikis-theodorakis.net/canto-f.htm.

Le peuple du Chili m’a fortement impressionné. De tous les peuples que je connais, le peuple chilien est le plus proche du peuple grec, par son caractère et par son tempérament. Nous nous ressemblons avec toutes nos faiblesses, mais aussi nos forces qui sont l’enthousiasme, la foi, le pathétique, la fraternité. J’ai tout de suite reconnu dans le Chili ma seconde patrie. « Canto General » est pour moi comme un évangile de notre temps4.

34Si Théodorakis croit en la ressemblance entre les Grecs et les Chiliens, les expériences de ces derniers se rapprochent également de celle de ses compatriotes. Cette association des souffrances entre la Grèce et le Chili s’élargit au travers du Canto General qui souligne la lutte d’autres peuples, d’autres époques.

35Dans le contexte des concerts au stade Karaïskaki, l’écoute de cette œuvre prend ainsi une signification particulière. L’œuvre est un rappel pour les Grecs qui, face à une liberté nouvellement retrouvée, ne doivent pas oublier les épreuves endurées ni les autres peuples qui ont souffert ou qui se trouvent toujours dans des situations de crise. Le Canto General accuse également de manière assez explicite l’impérialisme américain comme grand responsable de l’oppression des peuples, dont le Chili. Un spectateur filmé par Salge exprime à ce sujet sa haine envers l’impérialisme américain suite à l’écoute du Canto General : « De la même manière que nous détestions les nazis, nous détestons l’impérialisme américain. » (Salge, 1974).

Idéaux et grécité

36Derrière cette solidarité envers Chypre et le Chili, n’est-il pas possible de voir l’expression d’un attachement profond envers les idéaux de démocratie, de liberté et d’indépendance, dans le sens d’une grécité idéalisée ? Dora Konstantinou du journal I Avgi (10 octobre 1974) précise que la visée des concerts était à la fois de soutenir les Chypriotes combattants et une grande démonstration contre le fascisme. Les titres du journal Rizospastis du 11 octobre 1974 font aussi ce lien : « 50 000 personnes déclarent avec ferveur leur solidarité aux Chypriotes et leur fidélité à la démocratie ». Plus loin, ce même journal souligne que « 50 000 personnes se sont rassemblées pour chanter ensemble les chansons de la liberté et de la démocratie et pour affirmer leur solidarité au peuple chypriote et leur décision pour que la Grèce devienne libre et indépendante – sans juntes et sans protecteurs étrangers. »

  • 5 Pourtant, c’est le prétexte de l’Enosis qui a provoqué l’invasion de l’île.

37Le présentateur de la soirée, Alekos Alexandrakis, a lié les épreuves de Chypre aux souffrances de la grécité, comme dans ce discours rapporté par le journal Rizospastis (11 octobre 1974) : « Pendant que les armées marcheront sur l’île, la grécité va agoniser. Cette terre, elle est à vous et à nous. Personne ne peut nous la prendre. » En utilisant les vers de Romiossini, Alexandrakis défend Chypre, au même titre que la grécité. Il fait également référence au rêve de l’Enosis5, c’est-à-dire voir l’île rattachée à la Grèce.

38En appuyant Chypre, les artistes et le public encourageaient également le peuple chypriote à se battre pour la liberté et l’indépendance de leur île et à vaincre une situation d’oppression, comme eux-mêmes venaient d’en vaincre une. En leur apportant leur soutien et en faisant des parallèles avec leur propre combat, ils se sont ralliés à leurs frères chypriotes, leur donnant ainsi le courage de dépasser leur présent insatisfaisant pour tendre vers un meilleur futur.

39Si les concerts d’octobre 1974 ont été l’occasion de signifier la solidarité des Grecs envers Chypre, le Chili, la grécité et les idéaux démocratiques d’une manière générale, ils ont aussi permis de rejeter tout ce qui serait contraire à ces derniers. En se liant à des idéaux de liberté, de paix et de démocratie, les Grecs bannissaient le patronat américain, l’OTAN, les alliés anglais et les Turcs. En plus des slogans scandés lors de ces soirées, des gestes hostiles ont été posés envers ces derniers. Nous pensons par exemple aux tracts du mouvement chypriote « Rigas Féraios » lancés durant les concerts au stade Karaïskaki qui comportaient des messages contre les Anglais. Nous pensons également au drapeau américain brûlé lors du concert du 10 octobre 1974, tel qu’il est possible de le voir dans la version filmée par Klaus Salge.

40Ainsi, ces concerts visaient non seulement à soutenir Chypre, mais aussi à confirmer l’envie des Grecs de vivre dans une Grèce libre et démocratique. À la manière d’une chandelle dont il faut entretenir la flamme avec précaution, la liberté retrouvée est précieuse et dans le contexte d’une démocratie récemment reconquise, les concerts ont permis d’affirmer l’allégeance et l’espoir des Grecs en une vie nouvelle.

Bibliographie

Bibliographie

• Articles de presse (titres traduits du grec)

Konstantinou, Dora, « Milliers de personnes chantent avec Mikis », I Avgi (Athènes), 10 octobre 1974.

– – – –, « Une foule monstre hier au concert de Mikis », I Avgi (Athènes), 11 octobre 1974.

– – – –, « Le deuxième concert de Mikis Théodorakis », Rizospatsis (Athènes), 11 octobre 1974.

– – – –, « Le concert de Théodorakis », Rizospastis (Athènes), 11 octobre 1974, p. 4.

– – – –, « Dans un stade qui voguait avec rythme, Mikis avec de la musique et des slogans ». I Kathimerini (Athènes), 10 octobre 1974.

– – – –, « Plein de passion aussi pour le deuxième concert de Mikis Théodorakis », I Kathimerini (Athènes), 11 octobre 1974.

– – – –, « Musique et démocratie. Concert triomphant », Athinaïki (Athènes), 10 octobre 1974.

• Articles

Elliott, Richard, « Reconstructing the event : Spectres of terror in Chilean performance », British Postgraduate Musicology [En ligne], 2006, http://www.bpmonline.org.uk/bpm8/Elliott.html, (page consultée le 11 mars 2010).

• Documents audiovisuels

Koundouros, Nikos, Songs of fire, Athènes : Finos Film, DVD, 110 min., son, couleur, 1975.

Salge, Klaus, Premier concert de Théodorakis à Athènes après la chute de la junte. WDR : Polytel, DVD, 56 min. 40 s., son, couleur, 1974.

• Site web

Site officiel de Mikis Théodorakis : http://www.mikis-theodorakis.net/.

Notes

1 Les andartès se revendiquaient comme les descendants des héros de la guerre d’Indépendance.

2 Ce n’est qu’en avril 1993 que l’œuvre fut créée à Santiago du Chili pour fêter le retour à la démocratie du pays.

3 http://mikis.mmb.org.gr/.

4 http://www.mikis-theodorakis.net/canto-f.htm.

5 Pourtant, c’est le prétexte de l’Enosis qui a provoqué l’invasion de l’île.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search