Version classiqueVersion mobile

Chanson et intertextualité

 | 
Céline Cecchetto

1. Mémoire et filiation

Grand Corps Malade, le slam : la naissance d’un poète et la question d’une filiation

Fabienne Marié Liger

Texte intégral

1Pratique artistique et culturelle, signe d’une démocratisation de l’art, le slam s’affirme, dans son histoire récente, dans un prolongement et une rupture.

2Par sa nature de pratique ouverte et collective le slam est ce qu’il n’est pas : une voix modulée par une musique, un texte poétique mis en musique, tels des poèmes d’Apollinaire, ou une chanson a cappella. Il entretient avec la poésie un lien privilégié de jeu avec les mots en rupture avec une littérature classique, livresque, voire vieillie et réservée à une élite intellectuelle plutôt dans l’affirmation d’un art de l’oralité. Le texte de slam s’énonce oralement, humanisé par l’épaisseur de la voix, entretenant un rapport complexe avec la musique, source d’inspiration reconnue de rythmes de rap, de flamenco, de hip-hop dans une mise en scène de la performance vocale.

3La mise en voix du texte poétique dans ses accentuations toniques, ses rythmes, ses récits brefs, ses refrains comme motifs de répétitivité scandée construit une musicalité propre et interne qui rappelle la ligne mélodique d’une chanson.

4Genre protéiforme, le slam n’est ni tout à fait une chanson, ni tout à fait de la poésie, mais plutôt une pratique artistique dont l’oralité revendiquée crée sa propre musique et dont la spécificité est d’opérer des emprunts aux genres voisins, comme l’illustre Grand Corps Malade qui enregistre ses Albums assurant ainsi la pérennité des morceaux qu’il met en scène, en voix et en mots. Il s’interroge lui-même sur la question générique.

5Il fait le choix de s’accompagner d’une musique proposant ainsi un usage tout personnel du slam, dans une volonté d’illustration et plus encore d’appropriation de ce genre qui ne se vit qu’à l’oral comme une chanson, posant un regard sur le monde et une réflexion sur l’usage du mot où références, emprunts ou simples évocations constituent un puzzle que la phrase mélodique module. L’intertextualité participe à la mise en place d’une quête du moi qui rappelle implicitement, d’un siècle à l’autre, le parcours poétique d’une poésie d’avant-garde et qui s’inscrit dans un genre en quête de lui-même.

*

6La relation intertextuelle tissée entre le texte de slam et de multiples évocations révèle un caractère fondamental de ce genre protéiforme, la capacité à se construire comme réceptacle d’un jeu de références variées.

7Grand Corps Malade utilise des références bien connues de son auditoire, supports d’une réflexion et d’une observation. La vision triviale de la ville prise dans sa réalité immédiatement perceptible se voit, par exemple, rapprochée, dans une opposition significative, d’une sitcom :

  • 1 Grand corps malade, Vu de ma fenêtre (2’48’’), Album : Midi 20, Universal Music, 060249838 (...)

« Vu de ma fenêtre, c’est pas de la télé-réalité, ni une sitcom d’AB Production »1.

Le référent ici convoqué est le symbole d’une représentation édulcorée et donc fallacieuse d’un réel dont témoigne le slameur. Il en est de même dans Je dors sur mes deux oreilles :

  • 2 Grand corps malade, Je dors sur mes deux oreilles (2’49’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Je voulais pas écrire un texte “petite maison dans la prairie” »2.

La référence se fait anti-référence dans un jeu de distinction aussi important que la ressemblance. Le même procédé se retrouve dans la chanson Mental quand il définit ainsi la vie :

  • 3 Grand corps malade, Mental (3’21’’), Album : Enfant de la ville, Universal Music, 532 115- (...)

« La vie c’est Mister Hyde, pas seulement Docteur Jekyll.
J’ai vu le film depuis longtemps, la vie n’est pas un long fleuve tranquille »3,

ou dans Midi 20 :

  • 4 Grand corps malade, Midi 20 (3’34’’), Album : Midi 20, op. cit.

« J’ai été bien accueilli dans le cercle des poètes du bitume »4.

8Le choix des comparants montre la volonté assumée d’opter pour des références populaires très connues, passées dans le discours. Aussi le recours aux proverbes intégrés au texte comme :

  • 5 Grand corps malade, La Nuit (2’55’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Si t’as peur du lendemain tu penses aux proverbes un peu balourds “La nuit porte conseil” ou bien “demain il fera jour”
Voici une ode pour la nuit, douce nuit d’été ou longue nuit d’hiver »5,

et dans Quatre saisons :

  • 6 Grand corps malade, 4 Saisons (4’58’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Et on m’a dit qu’en avril
Faut pas se découvrir d’un fil
Mais moi j’ai peur de rien
Alors malgré les dictons vieillots. […] »6,

participe-t-il de ce lien constant entre le réel perçu, le référent et la représentation poétisée qui trouve là une dimension familière favorisée par ce type d’emprunts populaires. Joël July explique, dans son étude Esthétique de la chanson française contemporaine, cette tendance de la chanson à emprunter des références très familières au quotidien en recherchant à établir une complicité avec l’auditeur.

9De plus le slam, genre aux usages si variés, dans sa dimension générique, se construit tout en se cherchant par l’évocation de ce qu’il est ou n’est pas tout comme lorsqu’il emploie des références littéraires stéréotypées mais immédiatement accessibles à un large public représentant un gage de qualité classique admise, même si le contenu n’est pas à proprement parler sollicité comme dans Chercheur De Phrases :

  • 7 Grand corps malade, Chercheur De Phases (4’30’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Même si je fais ni du Rimbaud ni du Shakespeare, j’sais qu’y a pire
Je te jure, respire ! Je pourrais faire du Britney Spears
Te faire kiffer toi même tu sais que c’est à ça que j’aspire
Moi je veux écrire des tas de phases et te les sortir avec un bon phrasé »7.

10La référence littéraire sert ainsi à intégrer le réel dans le texte poétique et représente, selon Stéphane Martinez dans son anthologie Slam entre les mots, une tendance des slameurs à revendiquer une filiation avec des poètes reconnus ou des chanteurs. Le slam, dans cette démarche de quête perpétuelle, se confronte à un existant incontournable établi que la popularité interdit de remettre en cause, pour mieux se bâtir une identité, loin de rechercher une officialisation qui figerait ce genre mouvant. Mettre en images cette quête s’opère dans le rapprochement métaphorique que traduit cette accumulation de définitions possibles, incongrues et pourtant compatibles :

  • 8 Grand corps malade, Attentat Verbal (3’16’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Même si les plus sceptiques nous disent “mais à quoi ça sert ?”
À pas grand chose c’est vrai, j’avoue, si ce n’est à partager
Des bons mots, des bons moments et des lyrics engagés
C’est un poème, c’est une chanson, c’est du rap ou du slam
Ferait tellement plaisir qu’après ce texte tu t’enflammes
Appelle ça un égo-trip ou appelle ça du freestyle
On est solide comme de la brique et fragile comme du cristal
Les mots sont nos alliés, on les aime comme maître Capello »8.

L’emploi d’un parler populaire, du verlan, de l’argot et d’un registre familier favorise une oralisation propre à la chanson populaire qui fait glisser le slam de Grand Corps Malade de la poésie au genre chanté.

11Enfin il construit sa propre évolution d’artiste faisant référence à ses propres textes, Les voyages en train :

  • 9 Grand corps malade, Comme Une évidence (3’49’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Elle mérite pas un texte moyen, j’ai la pression, ça craint Fini de faire l’intéressant, avec mes voyages en train »9.

Ce texte renvoie lui-même, comme le précise J. July, à la chanson Il paraît que les voyages en train finissent mal en général des Rita Mitsouko.

12Du côté chance opère un bilan étonné qui pose la question de l’officialisation peut-être surprenante assurée par l’étude du texte de slam :

  • 10 Grand corps malade, Du Côté Chance (3’48’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« La belle aventure a pris de drôles de proportions,
Difficile de prévoir de pareilles mensurations,
Bien sûr on y croyait, mais personne ne pensait
Qu’y aurait des textes de slam au programme du bac français »10.

*

13Ainsi les textes, en recherchant un jeu de références multiples, variées et populaires, établissent-ils une complicité avec un auditoire de façon à parler le même langage. Le slam se conçoit comme un échange qui admet la contradiction et la discussion ouverte. Cette attitude rapprocherait alors davantage le slam pratiqué par Grand Corps Malade du véritable slam conçu comme des joutes verbales. Cependant le choix du dialogisme, comme pratique très utilisée, laisse entrevoir des emprunts à la chanson et en particulier aux duos.

14En effet, plusieurs des morceaux des Albums de Grand Corps Malade font intervenir un autre slameur, voire deux. Les interventions des slameurs se réfèrent de façon très récurrente à une expérience commune qui se manifeste dans l’exploration du passé et dans l’usage de l’écriture. L’échange des prestations individuelles s’accompagne de refrain commun et s’apparente alors à un duo de chansons.

15Le morceau Ça peut chémar du premier Album qui expérimentait la confrontation du slameur John Pucc’ Chocolat et Grand Corps Malade est structuré autour d’une alternance d’interventions. « Parole du bout du monde » fait alterner plusieurs quatrains de Grand Corps Malade et Rouda. Dans le deuxième Album, les deux morceaux faisant appel à d’autres slameurs possèdent des refrains qui font penser à des chansons. À la recherche est un morceau à trois voix : Kery James, Oxmo Puccino, Grand Corps Malade. Avec eux, autre morceau de cet Album, est un duo de John Pucc et Grand Corps Malade. Les morceaux à plusieurs voix montrent un choix de l’artiste d’intégrer directement la parole d’autres slameurs et de revendiquer une recherche de référents qui, par l’expérience commune, aide à construire une pratique qui se cherche en conférant une musicalité et un rythme au texte de slam.

  • 11 Joël July, Esthétique de la chanson française contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2007, p.  (...)

16Le thème de l’amitié, élément fondamental d’un imaginaire poétique et musical que l’on retrouve dans le rap, comme J. July le montre : « […] le rap est symétriquement poussé par une volonté créatrice commune et communautaire. Il exprime très souvent les aspirations et les ambitions d’un groupe, d’une génération »11, s’accompagne d’une recherche permanente d’un lien et d’une complicité avec le public. La performance du slam s’apparente dans le cas de Grand Corps Malade à des concerts puisque les morceaux des Albums y sont repris. Du côté chance explore le parcours qui a occasionné des rencontres avec le public, dans une volonté d’échange et de partage enrichissant la pratique d’un slam qui, par définition, est lié à la performance publique.

17Un dialogisme permanent illustre cette quête de la référence comme le montrent les nombreux morceaux mettant en scène un « tu », auditeur, complice et interlocuteur dont l’attention et l’expérience personnelle sont sollicitées dans une mise en commun d’existences différentes et pourtant se ressemblant. Saint-Denis est une véritable invitation à découvrir un Saint Denis pittoresque et bien connu de ce slameur :

  • 12 Grand corps malade, Saint Denis (3’28’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Prends la ligne D du RER et erre dans les rues sévères d’une ville pleine de caractère »12.

Le public, dans une relation de proximité familière, se voit donc intégrer comme référent possible.

18L’aboutissement des duos réside peut-être dans le dernier morceau du deuxième Album de Grand Corps Malade qui met en scène le slameur et le chanteur Calogéro qui chante le refrain. L’échange dialogué rappelle les duos avec les autres slameurs et le dialogisme permanent. Ainsi ce morceau original propose une vision renouvelée et du slam et de la chanson abolissant une frontière hermétique qui laisse se côtoyer deux genres aux pratiques variées en les fusionnant le temps d’un morceau à la réception populaire.

*

19Grand Corps Malade envisage le slam comme une créativité en mouvement qui exclut un statut d’art figé sûr de ses fondements dont la notoriété ferait acquérir une officialisation. L’écriture de ce slam se définit comme une quête perpétuelle qui s’inscrit dans une temporalité :

  • 13 Grand corps malade, À La Recherche (4’48’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Nous on est à la recherche de l’excellent
Alors le prochain vers n’est jamais comme le précédent »13.

Le poète toujours tourné vers le poème à venir construit sa personnalité de poète dans une continuité qui s’apparente à une destinée qui est souvent chantée.

20Ainsi le slam n’est-il pas une pratique figée mais le miroir d’une personnalité en proie à un questionnement. La rencontre avec le slam s’apparente à une libération de l’individu devenu poète et de la parole qui n’était qu’une obscurité informelle et révèle l’essence même de l’être :

  • 14 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Le slam a giflé mon esprit puis libère les passions,
Secouant mon envie créative restée en hibernation »14.

  • 15 Stéphane Martinez, Slam entre les mots, anthologie, Paris, éditions de la Table ronde, 200 (...)

21En effet, l’un des éléments récurrents de ce slam est le renouvellement, c’est-à-dire l’acquisition d’une capacité à se laisser guider vers la nouveauté tout en évitant l’enfermement dans des limites imposées par un genre aux règles fixées, comme l’explique Stéphane Martinez : « Ces funambules de la prose refusent les étiquettes, les dogmes, les embrigadements et défendent clairement l’idée que toutes les formes d’expression artistique peuvent cohabiter dans une saine émulation »15. L’affirmation de soi passe par la revendication d’un idéal, changer le monde dans une forme nouvelle, appropriée de façon personnelle :

  • 16 Grand corps malade, Toucher L’instant (2’51’’), Album : Midi 20, op. cit.

« On a trempé notre plume dans notre envie de changer de vision
De prendre une route parallèle, comme une furtive évasion
On a trempé notre plume et est-ce vraiment une hérésie
De se dire qu’on l’assume et qu’on écrit de la poésie »16.

22Le morceau Paroles du bout du monde en duo avec Rouda synthétise bien cette démarche. Le point de départ est une invitation au voyage. Partis symboliquement à la découverte des paroles du monde entier dans un duo, les deux slameurs procèdent à un voyage immobile dans le temps et l’espace intégrant des références multiples aux origines variées. Les deux slameurs se forgent un esprit critique enrichissant leurs pratiques. Beaucoup de ces constats sont teintés de refus. La construction de soi passe par un rejet du passé figé dont la parole n’est plus porteuse au profit d’un cosmopolitisme laissant apparaître de nouvelles sources d’inspiration. L’universalité de la parole énoncée est la caution d’une liberté de ton et de genre. Ce constat n’est pas sans rappeler les poètes futuristes du début du XXe siècle, dans leurs manifestes, soucieux de se débarrasser des classiques pour assurer l’instauration d’une parole qui revendique sa modernité.

23Ainsi tout ce jeu de références concourt à une affirmation de la liberté de parole, de création et de genre entre héritage et renouvellement pour transmettre une vision de la vie.

*

24Le slam ne peut exister que dans la ville, source d’inspiration constante. Le titre du deuxième Album : Enfant de la ville affirme un point de vue déjà développé dans le premier Album. Ce titre qui est aussi une chanson apparaît comme un hommage, affirmation d’une urbanité qui confère une identité au poète :

  • 17 Grand corps malade, Enfant De La Ville (3’33’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Je sens le cœur de la ville qui cogne dans ma poitrine
J’entends les sirènes qui résonnent mais est-ce vraiment un crime
D’aimer le murmure de la rue et l’odeur de l’essence
J’ai besoin de cette atmosphère pour développer mes sens
Je suis un enfant de la ville, je suis un enfant du bruit
J’aime la foule quand ça grouille, j’aime les rires et les cris
J’écris mon envie de croiser du mouvement et des visages»17.

Elle contribue par son caractère protéiforme à aiguiser la perception du slameur qui, à l’écoute du monde qui l’entoure, transfigure un réel qui devient objet poétique fixant impression et réflexion. Dans cet hommage à la ville les bruits et les odeurs trouvent écho dans le texte poétique que la mise en musique sur l’Album renforce en utilisant des bruitages qui accentuent le réalisme du tableau vivant. De plus la ville draine des cultures variées qui lui donnent un caractère changeant, multiple dont les textes de Grand Corps Malade se font l’écho, la pratique du slam invitant à une tolérance que suggère toujours l’idée du partage.

25La ville se fait le cadre d’une errance, déambulation en forme de quête de soi et de création au risque de mauvaises rencontres. Le caractère hasardeux de la ville offre un jeu de possibles dans un rendu trivial et immédiat de la « rugosité » du monde :

  • 18 Grand corps malade, La Nuit (2’55’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Chaque nuit la suspicion fête son anniversaire
Et quand tu croises un mec dans la rue il te mâte comme un adversaire
Y’a des regards méfiants, menaçants ou pleins de panique »18.

Cet aspect du slam de Grand Corps Malade rappelle, par son affirmation de la modernité, la poésie d’Apollinaire et Cendrars :

  • 19 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« À la recherche des ces ambiances dans tout Paris je vais zoner »19.

26La ville apparaît comme cadre de l’errance d’Apollinaire dans « Zone » en quête de lui-même, égrenant les souvenirs, images et résurgences du passé à la conscience qui effleurent le texte et construisent un parcours poétique. La confrontation à l’autre, aux émigrants, aux rencontres de hasard est l’occasion de réflexions parfois teintées de pessimisme ou de peur. Cendrars opère de la même façon dans les Pâques à New-York, la totalité de ce long poème est construite sur la déambulation désespérée du poète à travers New York. Abandonné d’un Christ absent, en proie à solitude, il erre au hasard des rues et rencontres. Enfin la poésie futuriste du début du XXe siècle, comme l’a illustré le poète soviétique Vladimir Maïakovski, privilégie la ville et son exploration par une perception métaphorique et poétisée du réel.

27Ainsi des rapprochements peuvent s’opérer entre des textes poétiques dont la thématique urbaine offre une parenté intertextuelle, symptomatique de l’envie de poser les bases d’un genre qui cherche à se définir et qui trouve là un écho lointain avec une poésie d’avant-garde.

28La préoccupation est aussi d’inscrire un renouvellement de forme induisant un bouleversement de la perception qui passe par une réflexion sur les lignes mélodiques rythmées. La musicalité des textes de Grand Corps Malade qui ne prend toute sa dimension que dans le morceau interprété et pas seulement sur le papier rappelle de même le travail sur le vers des poètes du début du XXe siècle. Du distique de vers irréguliers des Pâques à New-York, des vers libres s’adaptant aux mouvements de l’âme et de l’esprit de la Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France aux vers cadencés de Maïakovski transposés en escalier, accentués comme une marche, on retrouve la volonté de travailler l’épaisseur du langage comme une mise en voix possible de texte travaillé dans leur dimension sonore.

29Le texte de slam permet en outre d’explorer, comme ces poètes du début du XXe, la souffrance dans un retour sur les événements personnels pénibles qui mettent l’individu face à la fragilité de l’existence.

30L’importance accordée au corps et à la souffrance rejoint Cendrars et Apollinaire qui s’expriment à travers un lyrisme trivial qui désigne le corps devenu actant sans euphémisme dans sa réalité nue et crue.

31L’accident qui a causé un handicap à Grand Corps Malade est rapporté comme une rupture dans l’existence dont l’acceptation a constitué un acte fondateur par l’adoption du nom de scène Grand Corps Malade et l’accession au statut de poète instaurant ainsi un lyrisme moderne. La confrontation à l’expérience personnelle donne une dimension universelle et une méditation plus large et ouverte sur la fragilité de l’existence.

32Cependant Grand Corps Malade envisage les limites du thème de la douleur, en passe de devenir un stéréotype, motif lyrique éculé et trop chanté qui n’apporte rien de neuf à la création :

  • 20 Grand corps malade, Je Dors Sur Mes Deux Oreilles (2’49’’), Album : Midi 20, op. cit.

« J’ai constaté que la douleur était une bonne source d’inspiration
Et que les zones d’ombre du passé montrent au stylo la direction
La colère et la galère sont des sentiments productifs
Qui donnent des thèmes puissants, quoiqu’un peu trop répétitifs
À croire qu’il est plus facile de livrer nos peines et nos cris
Et qu’en un battement de cils un texte triste est écrit
On se laisse aller sur le papier et on emploie trop de métaphores »20.

La construction de ce parcours poétique né d’une douleur n’omet pas d’évoquer la reconstruction dans une perspective radieuse que l’écriture favorise. L’épanchement lyrique, dans ses dimensions crues, dans la nudité de l’aveu, effleure les limites que se fixait la pudeur.

33Enfin les métaphores de la route, des trains assimilent l’existence et en particulier l’histoire d’amour à un voyage, métaphore filée se déroulant le long du morceau, ce qui n’est pas sans rappeler la Prose du transsibérien :

  • 21 Grand corps malade, Les Voyages En Train (2’54’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Je crois que les histoires d’amour c’est comme les voyages en train, […]
Les trains démarrent souvent au moment où l’on s’y attend le moins,
Et l’histoire d’amour t’emporte sous l’œil impuissant des témoins,
Les témoins c’est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s’éloigner avec un sourire inquiet »21.

  • 22 Blaise Cendrars, Poésies complètes, Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de Franc (...)

Cendrars utilise le voyage-métaphore comme parcours initiatique lors duquel le « fort mauvais poète »22, comme il se qualifie, devient véritable poète. Le voyage poétisé donne ainsi un sens aux événements personnels, transcrits de façon crue, au plus près du réel.

34Ce motif du déroulement s’accompagne d’une méditation lyrique sur le temps. La chanson « Rétroviseur » au titre métaphorique est construite sur le thème de la nostalgie. Égrenant souvenirs et anecdotes, le morceau s’imprègne de regrets devant une époque passée, révolue et heureuse comme un bilan teinté parfois d’un pessimisme latent quant à l’incertitude de l’avenir. Cette conscience aiguë du temps évoque la mélancolique perception du temps d’Apollinaire, par exemple lors de sa déambulation dans Zone qui confronte le poète à des images de lui-même venues du passé que le présent met en scène en en soulignant le caractère irrémédiable.

35Le parcours de Grand Corps Malade rapporté dans Midi 20 marqué d’une rupture grave, l’accident, favorise la prise de conscience d’un avant et d’un après, d’un avenir qui ne sera plus le même et de l’inconscience de l’homme qui n’a pas encore vécu d’événements marquants. À ce titre, Cendrars a évoqué la guerre et la perte de son bras comme un événement traumatisant et fondateur d’une nouvelle existence, ce dont l’écriture se veut aussi le témoin.

36L’une des caractéristiques originales du slam de Grand Corps Malade consiste dans la quête permanente adoptée par le slameur. Le slam, comme image de cheminement, se vit dans la recherche continuelle d’une définition de ce genre, par essence protéiforme et mouvant. Aussi le slam parle-t-il du slam avec liberté.

37L’abolition de la frontière entre la poésie et le réel illustre une volonté d’évoquer la vie dans son immédiateté et sa trivialité à la manière d’Apollinaire, Cendrars et Maïakovski et en se libérant d’un carcan que représente l’écrit. Le slam libère l’inspiration et la voix. Les soirées, comme moments de partage, sont des instants privilégiés de délectation de la parole dans une revendication d’éphémère.

*

38La volonté de participer et le sens de l’écoute créent le poète, qui le devient ainsi dans sa pratique qui revendique son oralité, comme le montre cette formule qui désigne cette prise de parole comme acte fondateur :

  • 23 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Depuis j’ai de l’encre plein la bouche, depuis j’écris à l’oral »23.

Ainsi peut-on percevoir cette image qui donne au texte écrit son épaisseur vocale :

  • 24 Ibid.

« C’était un soir sans histoire une fin de journée au destin sobre, 21heures sans espoir un mercredi d’octobre,
J’ai entendu des voix qui touchent comme des chorales dans mon moral »24.

39De fait le slam revendique des parentés avec des genres voisins comme le rap et le hip hop, qui combinent une thématique engagée, dans un cadre urbain, dans un phrasé proche du slam et sur une musique privilégiant une poésie de la surprise et de l’inattendu :

  • 25 Grand corps malade, Enfant De La Ville (3’33’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« Et on comprend que slam et hip-hop ne pouvaient naître qu’ici
[la ville]»25.

40Ce rapprochement explicite est exposé par Grand Corps Malade dans le morceau Du côté chance qui rappelle son parcours artistique, depuis les soirées slam jusqu’à la production d’un disque et aux concerts en salle devant un public. Grand Corps Malade propose alors la pratique du slam dans un autre genre : celui de la chanson comme le montrent les morceaux des deux Albums sortis, en popularisant ce genre comme le genre de la chanson peut l’être.

  • 26 Stéphane Martinez, Slam entre les mots, anthologie, Paris, éditions de la Table ronde, 200 (...)
  • 27 Héloïse Guay de Bellisen, Au cœur du slam : Grand Corps Malade et les nouveaux poètes, Par (...)

41La dimension sonore est essentielle. S. Martinez explique ceci : « La diction, le souffle, le ton, le rythme, le placement de la voix comptent beaucoup dans le succès d’une performance »26. H. Guay de Bellissen explore la même idée : « Le slam, c’est des mots qui sont écrits pour être ensuite parlés. […] Parlés, mais avec un flow, c’est-à-dire, un débit scandé : pause à la césure de la phrase et accentuation des rimes. Le terme est emprunté au rap, qui se fonde sur un flow heurté et rapide. Le flow de Grand Corps Malade, lui, est posé, limpide »27. La forme du texte, un ensemble rimé et rythmé, au caractère envoûtant, se dote d’une musique façonnée par la voix ou produite par un accompagnement d’instruments. Aussi Grand Corps Malade rapproche-t-il son slam de la chanson en mettant en musique ses morceaux et semble effleurer, sans la fixer tout de même, une pratique individuelle et pourtant collective qui ne se vit que dans la liberté.

42Il se définit comme un « chercheur de phrases », explorant ainsi la difficulté d’être poète posant un questionnement sur le statut même du poète, chanson et poésie se côtoient sans opposition :

  • 28 Grand corps malade, Toucher L’instant (2’51’’), Album : Midi 20, op. cit.

« Un véritable état second, une espèce de transe
Qui apparaît mystérieusement et s’envole en silence
Que l’on rape ou que l’on slame, on recherche ce moment »28.

43Le slam lié intrinsèquement à la réalité, effleurant au plus près les faits et désignant l’émotion, fait se confondre un désir de vie avec un désir de création. La vie et l’art se confondent en abolissant les barrières des genres, comme on l’a vu précédemment, et la frontière entre le référent réel et l’objet-poème.

*

44Ainsi se met en place un questionnement sur la capacité à mettre une image juste sur le thème travaillé dans une volonté d’engagement dans le réel, à la recherche de l’excellence qui frôle le doute permanent. L’attitude de quête perpétuelle se trouve ainsi confortée dans la perspective que la qualité du poète réside dans son parcours et non dans le but qu’il pourrait se fixer comme idéal. Le morceau Chercheur de phrases développe longuement la métaphore filée du chercheur d’or du Grand Ouest pour mettre en images le travail du poète exposé dans son quotidien. Façonner la phrase, œuvrer sur la mélodie des mots requièrent la patience du chercheur d’or heureux de la moindre découverte. La recherche de l’excellence est en motif récurrent. Les textes produits fonctionnent comme le bon assemblage des éléments d’un puzzle dans une double dimension écrite et oralisée.

45La confusion opérée par le slam entre la vie et l’art se trouve illustrée dans la personnification de la poésie. Considérée comme un phénomène d’expansion, la poésie du slam agit comme une contagion que l’individu ne contrôle pas :

  • 29 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

« La poésie dans les bars a rendez-vous avec la vie,
Je l’ai vue et tu le vis, je l’avoue je l’ai suivie,
Elle prend forme elle grandit, elle rayonne et elle s’entend,
Elle t’enlace et une fois qu’elle te tient elle prend son temps
La poésie dans les bars ne sort que de nos voix,
Le concept même de ces soirées est un poème qui s’entrevoit
La poésie se cache partout, sur le comptoir dans ton demi,
Elle déborde sur le trottoir et se propage l’épidémie »29.

La poésie s’humanise à la voix et fait chanter les mots jonglant avec rimes, allitérations comme un tableau mouvant.

  • 30 Héloïse Guay de Bellissen, Au cœur du slam : Grand Corps Malade et les nouveaux poètes, Pa (...)

46Enfin H. Guay de Bellissen synthétise bien la complexité du slam dans cette définition : « Le slam n’est pas un courant littéraire tenu par des règles d’écriture ; il est la convergence des genres qui acceptent d’exister en dehors de leur carcan respectif. Le slam n’est pas un style musical, il est un style d’oralité, qui s’allie parfois à certaines mélodies, pour se transcender, évoluer, changer, devenir autre chose »30.

Notes

1 Grand corps malade, Vu de ma fenêtre (2’48’’), Album : Midi 20, Universal Music, 0602498388082, 2006.

2 Grand corps malade, Je dors sur mes deux oreilles (2’49’’), Album : Midi 20, op. cit.

3 Grand corps malade, Mental (3’21’’), Album : Enfant de la ville, Universal Music, 532 115-0, 2007.

4 Grand corps malade, Midi 20 (3’34’’), Album : Midi 20, op. cit.

5 Grand corps malade, La Nuit (2’55’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

6 Grand corps malade, 4 Saisons (4’58’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

7 Grand corps malade, Chercheur De Phases (4’30’’), Album : Midi 20, op. cit.

8 Grand corps malade, Attentat Verbal (3’16’’), Album : Midi 20, op. cit.

9 Grand corps malade, Comme Une évidence (3’49’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

10 Grand corps malade, Du Côté Chance (3’48’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

11 Joël July, Esthétique de la chanson française contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 163.

12 Grand corps malade, Saint Denis (3’28’’), Album : Midi 20, op. cit.

13 Grand corps malade, À La Recherche (4’48’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

14 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

15 Stéphane Martinez, Slam entre les mots, anthologie, Paris, éditions de la Table ronde, 2007, p. 13.

16 Grand corps malade, Toucher L’instant (2’51’’), Album : Midi 20, op. cit.

17 Grand corps malade, Enfant De La Ville (3’33’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

18 Grand corps malade, La Nuit (2’55’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

19 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

20 Grand corps malade, Je Dors Sur Mes Deux Oreilles (2’49’’), Album : Midi 20, op. cit.

21 Grand corps malade, Les Voyages En Train (2’54’’), Album : Midi 20, op. cit.

22 Blaise Cendrars, Poésies complètes, Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France, Paris, Éditions Denoël, 2005, p. 19.

23 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

24 Ibid.

25 Grand corps malade, Enfant De La Ville (3’33’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

26 Stéphane Martinez, Slam entre les mots, anthologie, Paris, éditions de la Table ronde, 2007, op. cit., p. 17.

27 Héloïse Guay de Bellisen, Au cœur du slam : Grand Corps Malade et les nouveaux poètes, Paris, éd. Alphée J.P. Bertrand, 2009, p. 39.

28 Grand corps malade, Toucher L’instant (2’51’’), Album : Midi 20, op. cit.

29 Grand corps malade, J’écris à L’oral (3’34’’), Album : Enfant de la ville, op. cit.

30 Héloïse Guay de Bellissen, Au cœur du slam : Grand Corps Malade et les nouveaux poètes, Paris, éd. Alphée J.P. Bertrand, 2009, op. cit., p. 13.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search