Version classiqueVersion mobile

Chanson et intertextualité

 | 
Céline Cecchetto

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Eidôlon, n° 82, « La chanson politique en Europe », Michel Prat et Céline Cecchetto (dir.) (...)

1Ce numéro de la revue Eidôlon est le premier dans lequel la chanson, considérée comme entité générique à part entière, constitue le pôle central et l’orientation essentielle des diverses contributions réunies. Il est, de fait, la première action de recherche du groupe « Chanson : poétique, imaginaire, représentation » au sein du lapril, désormais intégré à l’équipe clare. Pourtant, les lecteurs assidus de la revue n’auront pas manqué de noter qu’il s’agit également de la seconde publication d’Eidôlon consacrée à la chanson et ne seront donc pas surpris d’y retrouver un certain nombre de contributeurs qui avaient déjà collaboré au numéro précédent1. Nous avions tenté, en 2008, de comprendre comment la variété des registres chansonniers permettait de poser autrement la question du politique et de la politique dans une aire culturelle donnée. La prégnance des communications recueillies lors de ce premier opus avait soulevé, parmi les chercheurs du lapril, de très nombreuses questions sur la teneur du genre chansonnier lui-même : jusqu’où (historiquement, géographiquement, culturellement) pouvait-on même parler de « genre » face à un objet aussi médiatique que médiatisé ? La vitalité des travaux actuels, en France, en Europe, mais également outre-Atlantique nous a ainsi poussés à questionner de front ce mystérieux terme de « chanson », en termes de poétique interne, mais également d’intrications externes en tant qu’objet culturel. Pour initier le mouvement d’une recherche cohérente, nous avons donc proposé à nos contributeurs d’envisager la chanson à la fois comme vecteur et comme passerelle, comme porteuse, en somme, d’un discours extérieur. La fortune des théories de l’intertexte concerne-t-elle les chercheurs en cantologie ? La variété et la finesse des pistes proposées dans ce volume permettront d’en évaluer la pertinence : non seulement l’intertextualité permet de penser le genre de la chanson comme spécifiquement mémoriel, mais elle est aussi l’espace d’un renouvellement des ces théories plus que cinquantenaires sur la base de la pluridisciplinarité. Ainsi ce questionnement nouveau s’insère-t-il pleinement dans la voie des recherches initiées par le lapril.

Notes

1 Eidôlon, n° 82, « La chanson politique en Europe », Michel Prat et Céline Cecchetto (dir.), Bordeaux, PUB, 2010.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search