Version classiqueVersion mobile

Le Pouvoir et ses écritures

 | 
Denis Lopez

II. Célébrations du pouvoir

Tamerlan, portrait d’un conquérant

Anna Caiozzo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du XIVe siècle, Tamerlan (1336-1405) fait son apparition sur la scène politique « internationale ». Son nom occidentalisé, dérivé de son surnom turc, Tîmûr Leng, c’est-à-dire « l’homme de fer boiteux », devint synonyme de guerre, conquêtes, ravages en tout genre. De l’Anatolie à Herat en passant par Baghdâd, une nouvelle dynastie s’installe dans le monde oriental supplantant les descendants de Gengis Khân, affrontant Ottoman et Mamelouks, défiant l’Inde du nord et la Chine. Après l’échec de la croisade de Nicopolis en 1396 et face à la montée du pouvoir ottoman, alors que les jeux politiques se redistribuent, Tamerlan suscite jusqu’à la curiosité des Castillans qui envoyèrent une ambassade assister à son triomphe lors de la prise d’Ankara en 1402 sur le sultan ottoman Bâyazîd.

L’originalité des Timourides, qui règnent pour ainsi dire jusqu’à la fin du XVe siècle en Asie centrale, tient autant au prestige de leur fondateur Tîmûr Leng, qu’à leur legs culturel et artistique, ri...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search