Version classiqueVersion mobile

Le Pouvoir et ses écritures

 | 
Denis Lopez

II. Célébrations du pouvoir

Le pouvoir réel ou idéal de l’empereur, selon Martial

Étienne Wolff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Certes Martial ne tient pas de discours théorique sur le pouvoir, et, quand il s’adresse aux empereurs, il poursuit toujours son propre intérêt, qui consiste en l’occurrence à chercher à obtenir leur soutien matériel. Cependant, à travers ses épigrammes à ou sur Titus, Domitien, Nerva et Trajan, qui toutes ressortissent au panégyrique, se dessinent une image et une conception du pouvoir qu’on va essayer de préciser. On mettra ensuite ces éléments en relation avec les théories politiques que développent à la même époque, explicitement ou implicitement, Pline le Jeune, Tacite et Suétone.

Au début du livre I, après s’être adressé à son lecteur et à son livre, le poète se tourne vers l’empereur pour justifier le caractère licencieux de ses épigrammes (I, 4, qui finit sur le vers célèbre : lasciua est nobis pagina, uita proba, « ma page est libertine, mais ma vie est honnête »). Ce poème apologétique et programmatique est suivi d’une épigramme consistant en un seul distique (I, 5) :

Do tib...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search