Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

VI. La mélancolie dans les arts

Le flottement de l’intime

Mélancolie et images contemporaines

Alain Mons

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Suspens mélancolique et terrain mouvant de l’intime

Une même personne prostrée, apathique, sombre, malheureuse, peut être productive, créative, curieuse, lumineuse même, dans certaines conditions, à des moments différents ; ainsi l’ambivalence de la mélancolie peut être fondamentale comme le remarque Yves Hersant1. Le récit du philosophe Clément Rosset intitulé « Route de nuit »2 (1999) est instructif à cet égard, l’auteur y narre sa grave dépression, et comment peu à peu il se sort du marasme psychologique dans lequel il est englouti, par la possibilité de l’ambivalence de la mélancolie. Car celle ci flirte paradoxalement avec une sorte d’allégresse discrète, presque insaisissable, une rêverie filante, un arrière-pays mental à la fois détaché de soi et en soi, à l’intérieur d’une nécessité vitale. Ce en quoi la mélancolie se distingue du deuil, et du « travail » qui lui est accolé, fastidieux, pesant, long, nécessaire.

La bile noire, remarque Yves Hersant, est un fluide imaginaire qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search