Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

V. La mélancolie dans la littérature étrangère

Mélancolie et solipsisme dans Infinite Jest de David Foster Wallace

Jérémy Chateau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un court essai de 1959, intitulé « Littérature et métalangage », Roland Barthes définit en ces termes une littérature contemporaine érodée par les discours autoréférentiels :

[I]l s’ensuit que notre littérature est depuis cent ans un jeu dangereux avec sa propre mort, c’est-à-dire une façon de la vivre ; elle est comme cette héroïne racinienne qui meurt de se connaître, mais vit de se chercher […]. Or ceci définit un statut proprement tragique : notre société, enfermée pour l’instant dans une sorte d’impasse historique, ne permet à sa littérature que la question œdipéenne par excellence : qui suis-je ?1

Cette observation désigne un stade spécifique, contemporain, de l’histoire littéraire. Mais elle définit aussi, de façon plus large, quelques traits distinctifs et atemporels de l’écriture de la mélancolie. La caractérisation de cette héroïne racinienne, « qui meurt de se connaître, mais vit de se chercher », résume ainsi le projet de Robert Burton, auteur de L’Anatomie de la méla...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search